Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

L'objet « langue minoritaire »

Étendue et limites de la synonymie dans la terminologie désignant les langues minoritaires en russe

« Синонимия и ее пределы в использовании терминов в области миноритарных языков в России »

Svetlana Moskvitcheva

Résumé

Cette contribution porte sur des problèmes d’imperfections comme, par exemple, des inexactitudes de définitions et de classifications établies dans le domaine de la dénomination des langues minoritaires en Fédération de Russie. La problématique essentielle se concentre sur le phénomène de synonymie et de polysémie des termes. Il existe de multiples causes à cette hétérogénéité de la terminologie. Elles peuvent être liées aussi bien aux caractéristiques de la méthodologie en général (le manque d’unité de base méthodologique des recherches sociolinguistiques y compris l’opposition des méthodes sociales, anthropologiques, ethnologiques, linguistiques, psychologiques, etc.), qu’aux particularités de la discipline scientifique : l’interférence entre la terminologie sociolinguistique créée spontanément (souvent héritée d’autres disciplines scientifiques), la terminologie sociolinguistique élaborée pendant la période soviétique et celle qui s’est nouvellement formée, souvent avec des termes calques, des emprunts. Nous proposons de revoir l’inventaire de la nomenclature de la sociolinguistique en définissant ses unités de bases effectives, en sortant des principes et méthodes de la sociolinguistique et en menant une analyse linguistique/sémantique des termes existant, en étudiant sa distribution (principes syntagmatiques) et en bâtissant un système d’oppositions, dans lesquelles chaque terme peut entrer (système paradigmatique). Ces procédures permettront de donner des définitions exactes et d’établir les relations systémiques existant entre les nominations des langues minoritaires en Fédération de Russie.

В данной статье рассматриваются основные причины терминологической неоднородности дефиниций, построений и классификаций в области номинации миноритарных языков в Российской Федерации. Основное внимание сосредоточено на феномене синонимии и полисемии терминов. В основе данной проблемы лежат причины как общеметодологического характера, к каковым относятся отсутствие единой методологической базы социолигвистических исследований (взаимодействие социальных, антропологических, этнометодологических, функциональных, собственно лингвистических психологических методов и методик), так и частнонаучного характера, в том числе интерференция стихийно сложившейся социолингвистической терминологии (часто унаследованной из других отраслей наук), социолинвистической терминологии советского периода и вновь складывающейся терминологии, где высок процент калькирования и заимствования терминов. В статье предлагается пересмотреть номенклатурный инвентарь социолингвистики для определения ее базовых единиц, на базе принципов и методов социолингвистики, также необходимо провести семантический анализ существующих терминов, изучив его дистрибуцию (синтагматический принцип) и выстроив систему оппозиций, в которые данный термин входит (парадигматический принцип), что позволит дать четкие дефиниции и выстроить систему отношений существующих терминов.

Texte intégral

  • 1 «… Жизнь терминов и есть история науки. Не ищите в науке ничего, кроме терминов, данных в их соотно (...)

[…] La vie des termes constitue l’histoire de la science. N’allez pas chercher autre chose que les termes dans une science, les termes qui se relient les uns aux autres : le contenu de la science-même repose sur les termes et leur corrélation, qui se détermine essentiellement par les définitions des termes1. (Florenskij 1990 : 229)

1La terminologie ou le système terminologique demeure une des composantes principales de toute science. Dans un sens, on peut dire qu’une science est maîtrisée une fois que sa terminologie a été apprise. Ce point de vue concerne plus particulièrement le domaine des sciences humaines où le texte est en même temps objet d’étude et produit final dont le sens se dévoile à travers le système des termes qui le constituent et les valeurs de ces derniers. La compréhension adéquate du phénomène étudié repose sur la précision et la monosémie des définitions autant que sur les relations systémiques au sein de la terminologie, ce qui impose un certain nombre de restrictions au mot employé comme un terme : précision, corrélation au niveau logique et conceptuel, laconisme, monosémie, motivation côté système. Les premiers ouvrages soviétiques ayant pour but de mettre de l’ordre dans la terminologie établie spontanément se rapportent aux années trente du XXe siècle. En 1933, la commission chargée de la terminologie technique, devenue ensuite le Comité de terminologie scientifique et technique, fut créée auprès de l’Académie des Sciences de l’URSS. C’est D. S. Lotte qui est considéré comme le fondateur de la conception scientifique des systèmes terminologiques en URSS. Les contributions apportées également par G. O. Vinokur, A. A. Reformatskij, G. P. Mel’nikov et V. M. Leytchik dans ce domaine ne sauraient être sous-estimées.

2Il est vrai que les systèmes terminologiques existants restent bien éloignés de l’idéal revendiqué. Dans le cadre de la recherche sociolinguistique, pratiquement tous les scientifiques en ont évoqué les défauts, tels que l’ambiguïté des définitions, le fondement composite des classifications, la synonymie et la polysémie des termes. Il suffit de consulter les travaux de A. D. Schweitzer, U. D. Decheriev, V. A. Avrorin et d’autres pour s’en convaincre.

3On observe une variation sémantique et formelle considérable des dénominations, non seulement dans le cadre de la littérature spécialisée en sociolinguistique, mais aussi au niveau des actes législatifs. La Constitution de la Fédération de Russie nous propose ainsi les dénominations suivantes pour les « minorités nationales » : « minorités nationales », « peuples autochtones numériquement faibles », « communautés ethniques numériquement faibles ». Dans les lois fédérales, on peut trouver les formulations qui suivent : « les peuples numériquement faibles », « les peuples numériquement faibles du Nord » (de l’extrême Nord), « les peuples autochtones » (aborigènes), « les communautés ethniques », « les communautés ethniques numériquement faibles », « les groupes et communautés nationaux », « les communautés culturelles et ethniques ». La liste va beaucoup s’agrandir si on y ajoute les dénominations utilisées dans les actes législatifs des Sujets de la Fédération de Russie et, selon V. I. Mukomel’ :

  • 2 «не используемые на федеральном уровне: этнические меньшинства (Татария, Хакасия), этнодисперсные м (...)

non utilisées au niveau fédéral : minorités ethniques (Tatarstan, Khakassie), minorités ethniques dispersées (région de Tomsk), minorités autochtones nationales (Bouriatie), communautés nationales (région de Sverdlovsk), communautés nationales numériquement faibles (Kraï de Krasnoïarsk), ethnies numériquement faibles (Yakoutie), nation autochtone (Kalmoukie), ethnie autochtone (Khakassie), peuple autochtone titulaire (Carélie), population autochtone du territoire (Daghestan, Khakassie, Irkoutsk, Oblast de Tomsk), groupes ethniques (Komi, Daghestan, Yakoutie), communautés ethniques (Adygea), groupes ethnoconfessionnels et ethnoculturels (Bouriatie)2. (Mukomel’2009)

4Chacune des dénominations de la langue correspond pratiquement à chacun de ces termes.

5Les causes de la synonymie ou polysémie terminologiques peuvent relever d’un problème méthodologique général (absence de base unique de recherche, entrelacement des méthodes sociales, politiques, ethnologiques et linguistiques), ou d’un caractère scientifique particulier : interférence des termes sociolinguistiques établis spontanément, empruntés aux autres domaines de la science, élaborés sur la base de la méthode du matérialisme dialectique (époque soviétique) ou d’un nouveau système terminologique des calques.

  • 3 http://philologos.narod.ru/classics/karz.htm (consulté le 18/04/2014).

6Avant de passer directement à l’analyse des relations lexicales et sémantiques dans le cadre des dénominations des langues minoritaires de la Fédération de Russie, il nous paraît nécessaire de présenter brièvement les approches théoriques générales du problème de la terminologie mises au point dans le domaine linguistique soviétique et russe du XXe siècle. Cette nécessité est due au fait que la synonymie, vue en tant que phénomène relevant du niveau sémantique, doit être étudiée comme un système à partir de ses propriétés essentielles. La polysémie et la synonymie sont les deux axes de développement d’un signe linguistique pris en tant qu’entité asymétrique (voir le principe de dualisme asymétrique entre le signifiant et le signifié dans le signe linguistique tel que formulé par S. O. Kartsevsky3). La transposition du signe et son usage transportable (métaphorique) sont au service de l’expression d’un individu dans une situation particulière et concrète qui se renouvelle chaque fois, tandis que l’inclusion du signe transposé à la série de synonymes permet la compréhension mutuelle. Or, comme tout autre système, le signe tend à la symétrie, ce qui se réalise dans certaines conditions, par exemple lors de l’actualisation des signes virtuels dans le texte. Le signe linguistique reste symétrique dans la fonction de terme. Plus loin, nous essaierons de montrer le fonctionnement des mécanismes qui entraînent la symétrie/asymétrie d’un signe linguistique en fonction de terme.

7La conception de G. P. Mel’nikov (1991) nous paraît la plus achevée et la plus intéressante. Elle apparaît dans les années 1970-1980 dans le cadre d’un courant linguistique qui a été dénommé « systémologie » (sistemologiâ). Par rapport à des questions proprement terminologiques, G. P. Mel’nikov s’appuie sur les œuvres des spécialistes reconnus dans le domaine tels que D. S. Lotte, A. A. Reformatskij, T. L. Kandelaki et d’autres. La présentation de l’approche générale de la terminologie qui suit s’appuie en bonne partie, précisons-le, sur les conceptions de Mel’nikov.

Approche conceptuelle générale de la terminologie

8Le terme pris en tant qu’unité d’étude doit être examiné à trois niveaux : ontologique (niveau ontos), logique et conceptuel (niveau logos) et linguistique (niveau lexis) (Reformatskij 1967, Mel’nikov 1991). Le terme que l’on voit fonctionner en tant qu’unité du logos se positionne dans un champ noétique dont l’intégrité dépend uniquement de l’ensemble des relations entre les unités qui constituent ce logos. La nature logique et conceptuelle du logos ne se réalise qu’à travers le système des définitions inter-connexées, qui reposent sur les propriétés ontologiques, et aussi sur le côté conceptuel (significatif) de l’objet étudié. C’est aussi le système de définitions qui relie le niveau logos au niveau ontos. Le logos vient s’exprimer dans la lexis, qui représente la forme extérieure du premier. Habituellement, ce sont les unités linguistiques ordinaires qui font la lexis. Or ces unités-là acquièrent des sens spéciaux en fonctionnant dans un champ conceptuel spécialisé et perdent idéalement les fonctions et les caractéristiques des unités du champ sémantique de la langue courante (y compris la synonymie/polysémie). C’est ainsi que la disparition de l’asymétrie entre le signifiant et le signifié peut être constatée, le signe devient monosémique au prix du changement de niveau.

9Comme la forme interne de la lexis reste motivée par rapport au logos, le mot-terme ne quitte pas définitivement le domaine du langage courant et s’associe nettement aux significations du niveau logique et conceptuel autant qu’à celles du niveau lexical du système linguistique. Le terme porte en lui la forme interne du mot et peut aussi bien (ce qui arrive souvent) être employé dans son sens propre non-terminologique, ce qui veut dire que le signe linguistique redevient asymétrique, et le terme-même ne remplit plus ses fonctions et on n’a plus affaire à un terme mais à un « terminoïde ».

10L’emploi du signe indice (Peirce) ou d’une lexis privée de sa forme interne ne résoudra pas le problème. Tout d’abord, l’emploi de l’indice brise les liens entre les deux systèmes de dénomination (lexique (lexis) et terminologie (logos)), ce qui en fait crée un système fermé qui existe parallèlement au langage courant. Deuxièmement, le terme demeure toujours un signe verbal, donc il doit inévitablement acquérir sa forme interne, générer des connotations et se transformer finalement en signe ordinaire. Tout système herméneutique (dont la terminologie) a tôt ou tard tendance à se dévoiler au moins en raison de l’emploi des termes dans un contexte non spécifique. Dans le cas de la catégorisation des langues minoritaires, cela peut se produire tout d’abord dans le domaine du journalisme politique et social.

  • 4 «В принципе возможны два альтернативных подхода: четкое определение терминов, либо перечисление кон (...)
  • 5 «Эвенкский, эвенкийский, юкагирский, долганский, чукотский языки признаются местными официальными я (...)

11Une situation beaucoup plus habituelle apparaît lorsqu’un mot tiré du langage courant est employé en tant que terme. Cependant, la forme interne du mot fait partie de la lexis et contredit souvent la signification du terme ou y ajoute des connotations. Dans ce cas-là, seul un système rigide de définitions peut minimiser l’influence du lexème et des connotations qu’il impose. C’est V. I. Mukomel’ dans son article « Ce qui fait partie des minorités nationales » (2009) qui propose cette solution du problème d’unification terminologique de la législation : « Disons qu’il y a deux approches alternatives : la définition précise des termes ou l’énumération des peuples et ethnies qui sont susceptibles d’être classés sous ce terme4. » Il est extrêmement difficile de le faire. Pour créer un système de définitions (champ du logos), il est nécessaire de particulariser les caractéristiques essentielles en se fondant sur une méthodologie unique et de mettre au point une catégorisation cohérente et précise du phénomène « peuple/ethnie ». Or ce type de définition de l’ethnie ne se résume ni au territoire, au destin historique, aux liens économiques, à la culture, au champ spirituel communs, ni même à la langue d’origine. Les paradigmes primordiaux ou constructivistes ne répondent pas non plus à cette question. Ces derniers sont utiles lors de l’étude de l’identité ethnique. Mais on en vient à se demander si son idée de l’identité et l’identité-même sont la même chose ou pas ? On peut certes énumérer les peuples. Cette approche a été introduite dans la loi de la République de Sakha (Iakoutie) sur les langues de la République de Sakha (Iakoutie), où la notion de « langues officielles natives » ne s’explique pas mais se présente sous la forme d’une énumération de langues : « L’évenke, l’évène, le youkaguir, le dolgane, le tchouktche sont les langues officielles locales dans les lieux d’habitation de ces peuples et sont utilisées au même niveau que les langues d’État5 » (article 6).

12Cependant, il peut y avoir des situations où la question suivante ne semblera pas aussi vide que cela : mais cette énumération, sur quoi se fonde-t-elle ? Et qui est classé comme « peuple » et qui ne l’est pas ? C’est lors du premier recensement de population (1897) que l’État russe a fait face à ce problème. Finalement, la langue a été choisie pour critère d’existence d’un peuple plus ou moins objectif. La boucle est bouclée : la langue se définit par le peuple, et le peuple se définit par la langue.

Causes internes de synonymie et de polysémie en terminologie

13Pour comprendre les causes internes de l’émergence d’une synonymie ou d’une polysémie dans le domaine de la terminologie, il est nécessaire de s’arrêter sur la théorie du terme et d’étudier le problème de la délimitation terminologie/nomenclature. La perception du terme en tant qu’unité se rapportant au niveau du logos en fait un élément du système des termes à la différence du nomen (élément de nomenclature) qui reste lié au niveau de l’ontos et ne fait pas partie d’un ensemble systématisé.

14La catégorisation et, par conséquent, la connaissance de l’objet (niveau ontos) se fait en passant par le niveau du logos, où les définitions constituent un système qui prévoit des substances (éléments et composants), des liens entre eux (structure), et où la place de l’élément dépend de sa valeur. Mais, puisque l’on a uniquement affaire à des définitions, se pose alors la question de leur authenticité/fausseté et de leur rapport à l’entité des objets étudiés. Là, on peut évoquer la thèse d’Aristote reprise par G. P. Mel’nikov qui dit que :

  • 6 «вещам реальной действительности присуща внутренняя причина устойчивости их свойств; эта причина ес (...)

La cause interne conditionne la stabilité des choses, or cette cause est l’essence de la chose, et donc l’essence est de nature ontologique. Cette interprétation de l’essence introduit la compréhension des phénomènes réels comme une réflexion idéale de la réalité ontologique, et la définition apparaît comme un texte verbal, qui révèle l’essence du phénomène en question6. (1991 : 8)

15Une autre approche présenterait la définition comme une interprétation du contenu de la notion, mais pas des caractéristiques imposées ontologiquement. Dans ce cas-là, elle (la définition) devrait s’assujettir strictement à la règle de déductibilité logique, mais elle ne serait ni fausse ni authentique.

16Dans les travaux de G. P. Mel’nikov, les caractéristiques essentielles du système se définissent aussi au travers de l’acceptation du fait que tout système fonctionne dans le cadre d’un supra-système. Le supra-système émet une demande, et l’infra-système s’adapte aux conditions imposées par le niveau supérieur. C’est lors de l’adaptation du système au supra-système que le déterminant interne vient se former pour conditionner le travail de tous les niveaux et éléments du système. Lorsqu’il s’agit de la langue, c’est le déterminant communicatif qui s’adapte aux demandes extérieures du supra-système. Ainsi, pour G. P. Mel’nikov :

  • 7 «По мере адаптации системы в надсистеме, складывается ее сущность. Следовательно, чем выше устойчив (...)

C’est pendant que le système s’adapte au supra-système que son essence prend forme. Or plus le niveau de stabilité des propriétés d’une chose est élevé, y compris la langue [c’est moi qui ajoute : et le système terminologique], et plus l’essence de cette chose qui s’installe sera formée. Chaque chose possédant des propriétés stables possède en même temps une essence en tant que caractéristique objective. La chose a acquis son essence au cours du procès d’adaptation [au supra-système] pour remplir ses fonctions [c’est moi qui ajoute : rappelons que le terme est un signe verbal pris dans sa fonction supplémentaire]. Or toute chose dont les caractéristiques sont persistantes est perçue comme un système profondément adapté, qui se caractérise par son déterminant intérieur, son essence et le supra-système natif qui a fait naître l’essence du système présent au cours de son adaptation aux demandes fonctionnelles du supra-système7. (Mel’nikov, 1991 : 21)

17L’adaptation à une structure hiérarchique, l’adaptation du système entier sous-entend l’adaptation de chacun des sous-systèmes en allant des fonctions générales du système aux fonctions particulières des sous-systèmes.

Délimitation de la terminologie et de la nomenclature

18Globalement, l’établissement du système des termes (termino-système) et le choix d’un terme doit se réaliser en conformité avec l’essence interne de l’objet et en réponse aux demandes fonctionnelles du supra-système. Le résultat serait un système de termes défini et unique à tout moment de son existence à condition que les demandes imposées soient perçues comme les plus importantes et relativement fixes. Dans le cas de la langue, ce sont les fonctions qu’elle assure dans la société qui constituent le supra-système. Le choix et la hiérarchie des fonctions se révèlent imposés et irréfléchis.

  • 8 «частной проекции сущности на избранную прагматическую плоскость.»
  • 9 «это приводит к впечатлению возможностей нескольких «теорий» и, соответственно, нескольких “термино (...)

19Or le choix du terme peut se produire en raison de l’objectif que l’utilisateur du système se fixe à ce moment donné. Dans ce cas-là, le logos du champ conceptuel ne correspondra pas aux caractéristiques essentielles de l’objet ; il donnerait alors « une projection particulière de l’essence sur le plan pragmatique choisi8 » (ibid. : 42). En fonction des objectifs, il peut y avoir une quantité illimitée des projections de ce type, et « cela mène à l’impression d’avoir plusieurs “théories” et plusieurs terminologies », par conséquent, dans le cadre du même système de notions9 » (ibid. : 43). Après G. P. Mel’nikov, on trouve rationnel de désigner les ensembles similaires de nominations comme des nomenclatures. Dans les matériaux utilisés pour étudier ces questions de synonymie/polysémie, les langues acquièrent les nominations en fonction du statut des groupes ethniques, des fonctions sociales de la langue, de la représentation de la langue dans la conscience des locuteurs natifs. De ce fait, les nominations se présentent comme une nomenclature et non comme un système de termes.

20L’adaptation des méthodes différentes de recherche à l’objet étudié peut être perçue comme une autre source de la création de la nomenclature car toute méthodologie ne révèle qu’une partie des caractéristiques essentielles de l’objet étudié, ce qui conduit à la formation d’ensembles conceptuels de nomenclatures à côté des ensembles pragmatiques (ibid. : 45). Les ensembles des nomenclatures peuvent contribuer à favoriser la croissance de l’asymétrie du signe linguistique, qui représente la lexis auprès du logos, et cela produit le phénomène de la polysémie et de la synonymie des unités de nomination.

21En nous fondant sur les thèses citées ci-dessus, nous proposons trois types de classifications des unités de systèmes de termes et de nomenclatures :

  1. Classification phénoménologique se fondant sur les caractéristiques externes de l’objet étudié ;

  2. Classification selon les objectifs pragmatiques préétablis ;

  3. Classification essentialiste en fonction de l’adaptation du système aux demandes du supra-système.

22Les dénominations étudiées appartiennent principalement au deuxième type de classifications.

23La question qui se pose est la suivante : peut-on considérer les unités de nomination des langues minoritaires comme une terminologie bien formée ? Selon nous, ce type de nomination correspond plutôt aux impératifs imposés à la nomenclature car ces unités-là ne représentent pas un système ni dans son aspect sémantique ni dans son aspect syntagmatique et ne reflètent pas l’essence de l’objet telle qu’elle a été présentée ci-dessus. La nomenclature étudiée est assez éclectique. On y distingue nettement les différents paradigmes méthodologiques et épistémologiques (de la philosophie classique allemande vers le matérialisme dialectique, au constructivisme et postconstructivisme). En outre, les mots de base dans leur majorité sont des termes et des nomen empruntés aux autres sciences.

  • 10 «Стихийно сложившиеся терминологии представляют собой смешение нескольких “номенклатур” с неоднозна (...)

24La terminologie de la catégorisation des langues minoritaires, plus particulièrement, a commencé à se former au début du XXe siècle. Ce processus est loin d’être terminé. Au contraire, on est témoin d’une activité terminologique abondante. Les termes naissent pour des raisons pragmatiques, méthodologiques, épistémologiques. Ils sont empruntés aux sciences connexes. Comme tout signe linguistique, le terme perd sa signification en dehors du système qui l’a produit. Une fois absorbé par un système extérieur, le terme fait partie de la nomenclature, acquiert des définitions multiples qui se fondent sur des conditions pragmatiques nouvelles et les significations qu’il portait dans les systèmes précédents : « Les terminologies formées spontanément représentent une fusion de plusieurs “nomenclatures” dont les marges sont assez ambiguës10 » (Veselov 1966 : 12). Au cours des dernières décennies, les termes de l’époque soviétique furent remplacés par des termes empruntés. Tout cela entraîne des interférences entre les nomenclatures sociolinguistiques conçues spontanément ainsi que la croissance de la synonymie et de la polysémie du terme.

  • 11 «можно условится о терминах, но количество понятий растет прямо пропорциональнонакоплению информаци (...)

25Le terme et la terminologie doivent faire partie du système. Ce n’est que la structure d’un champ logique et conceptuel qui donne le sens aux unités terminologiques ; en dehors de ce champ, elles restent dénuées de sens ou accumulent d’autres sens. Cela peut se produire du fait d’un emploi récurrent des termes par les chercheurs et les écoles scientifiques, qui transforment un terme en un mot polysémique qui se retrouve lui-même en dehors du système terminologique et devient membre de la nomenclature. Il semble « que l’on peut convenir des termes, mais le nombre des notions augmente en rapport direct avec l’accumulation des informations, les nouveaux termes apparaissent et deviennent polysémiques, une fois retrouvés en dehors du système, et impropres à l’analyse ou à une synthèse quelconque11 » (Gumilev 1997 : 45).

26L’analyse systémique consiste à trouver le déterminant interne du système, c’est-à-dire les fonctions mises au point lors de l’adaptation du système au supra-système. Or la combinaison, et surtout la hiérarchie, de ces fonctions sont loin d’être insignifiantes lors de l’établissement de la structure, de la description du système et, ultimement, de l’objet de la recherche. Les consonnes russes se caractérisent par quatre traits différentiels (phonologiques) : dureté/palatalisation, sonorité/surdité, place d’articulation et mode d’articulation. Il semblerait que l’on puisse choisir chacun de ces traits à son goût et en faire le trait principal. Pourtant, la charge fonctionnelle des composants du système et de leur hiérarchie est loin d’être libres (Stepanov 1975).

27Il s’en suit que l’ensemble des nominations des langues minoritaires n’a pas atteint le niveau d’un système terminologique et représente donc une nomenclature. Il y a beaucoup de raisons à cela et, selon nous, les principales sont les suivantes :

  1. Substitution de l’objet d’étude ;

  2. Approche pluri et interdisciplinaire ;

  3. Niveau changeant de l’abstraction lors de l’analyse ;

  4. Échelle de niveau en fonction du degré d’abstraction ;

  5. Caractéristiques essentielles d’un signe linguistique qui prévoient l’asymétrie du signifiant et du signifié ;

  6. Les mots-clés appartiennent aux champs notionnels des disciplines telles que la sociologie, l’ethnologie, les sciences politiques, etc.

28S’il est procédé à une analyse générale des nominations utilisées pour différencier les « minorités nationales » et, par la suite, leurs langues, on verra que souvent la même unité ontologique peut être nommée diversement : « minorités » (men’šinstva), « peuples » (narody), « collectivités » (obŝnosti), « groupes » (gruppy), « ethnies » (ètnosy), « nations » (nacii), « communes » (obŝiny). Or, dans cette contribution, on reste loin de définir tous ces concepts. Il s’agit plutôt un travail qui relève du domaine de l’ethnologie, de l’anthropologie sociale, des sciences politiques, etc. Quant à nous, nous tenterons juste de montrer en quoi la synonymie de ces nominations des langues minoritaires en Fédération de Russie est possible, ce qui les distingue les unes des autres et quelles significations supplémentaires elles peuvent avoir.

  • 12 http://www.msha.fr/baseclme/index.php (consulté le 18/04/2014).

29Dans la Base de données textuelle Catégorisation des langues minoritaires en Europe (CLME)12, les nominations suivantes, par exemple, apparaissent : « langue de nationalité autochtone » (âzyk korennoj nacional’nost’), « langues des peuples » (âzyki narodov), « langues des peuples du Nord » (âzyki narodov Severa), « langues des peuples de la Fédération de Russie » (âzyki narodov Rossijkoj Federacii), « langue de minorité » (âzyk men’šinstva), « langue de groupe national » (âzyk nacional’noj gruppy), « langue ethnique » (âzyk narodnosti), « langue de nation (titulaire) » (âzyk (titul’noj) nacii). Avant tout, il en ressort que la langue ne se définit pas par le biais de ses propres caractéristiques mais par le biais des particularités du supra-système dans lequel elle fonctionne. Autrement dit, on a affaire à une projection de la langue vue comme un système communicatif sur le plan pragmatique du statut social de telle ou telle communauté ethnique et culturelle. Or il ne s’agit pas d’une terminologie mais d’une série de nomenclatures. Ce sont les termes des sciences connexes servant de mots-clés pour les nominations en question qui doivent être soumis à une analyse sémantique, car ce sont leurs caractéristiques que nous voyons se projeter sur une langue qui, seule, est autrement démunie de qualité sociale.

30Dans le tableau ci-dessous les concepts principaux apparaissent verticalement, et les sèmes qui s’actualisent selon le contexte sont présentés horizontalement. L’analyse est effectuée en s’appuyant sur plusieurs dictionnaires de la langue russe contemporaine.

* Peuple 1 au sens de « nation », « nationalité » (национальность), « nationalité » (народность), « ethnie »
** Peuple 2 au sens de « population d’un État ».
*** Nation 1 au sens de « citoyens d’un pays, d’un État ».
**** Nation 2 au sens de « peuple », « nationalité » (народность).
***** Nationalité 1 au sens de « citoyenneté, appartenance à un pays, à un État ».
****** Nationalité 2 au sens de « peuple », « nationalité » (национальность), « nationalité » (народность), « ethnie ».

31Si l’on envisage la synonymie comme une relation catégorielle lexico-sémantique où deux unités se retrouvent dans une opposition équipolaire et dans une distribution contrastive, la possibilité d’emploi de ces unités-là dans des contextes similaires devient compréhensible.

Groupe ethnique – ethnie – minorité nationale

32Ces unités possèdent un certain ensemble de sèmes communs. Les unités « communauté » et « groupe » possèdent un minimum de traits sémantiques et, donc, leurs signifiés sont au minimum et leurs groupes référentiels (volume du concept) sont au maximum. Par conséquent, ces unités-là sont les moins marquées et sont dénuées de sens supplémentaires, ce qui contribue à leur emploi très varié quand elles sont accompagnées d’adjectifs qualificatifs.

  • 13 Le lexème « ethnie » est trop étroitement lié aux paradigme essentialiste (primordialiste) et biolo (...)

33C’est dans le terme « ethnie » que s’actualise le sème d’« appartenance ethnique ». En même temps, cette unité-là ne renvoie aucunement à l’idée de la citoyenneté. Cela concerne encore plus l’adjectif « ethnique13 ». C’est bien pour raison d’indifférence à l’institution de l’État qu’un grand nombre de scientifiques trouvent ce lexème préférable dans les textes spécialisés et grand public où les expressions « composition ethnique » (ètničeskij sostav), « identité ethnique » (ètničeskaâ identičnost’), « appartenance ethnique » (ètničeskaâ prinadležnost’), « langue ethnique » (ètničeskij âzyk) sont assez fréquentes. V. A. Tichkov se prononce clairement à ce sujet : « Même la première ligne de la Constitution de la Fédération de Russie est imprécise » :

  • 14 «Чего стоит хотя бы первая строка Конституции Р: “Мы, многонациональный народ Российской Федерации” (...)

« Nous, le peuple multinational de la Fédération de Russie ». Ce vieux cliché de la « multinationalité » (au lieu de « multiethnicité » qui est d’un usage commun) tiré des déclarations de l’époque soviétique où ces dernières ne demandaient pas en fait leur réalisation concrète. Ces déclarations sont passées à une situation politique toute différente qui se caractérise par le fait que ceux qui utilisent ces significations sont responsables et libres par rapport à elles14. (Tichkov 2003, 147)

  • 15 Проект № 292430-6 Федерального закона о внесении изменений в закон Российской Федерации « О языках (...)
  • 16 « Достояние российской нации. » La traduction dans ce contexte le mot « russe » est uniquement « ро (...)

34En relation avec cela, on voudrait évoquer les débats récents concernant le projet de loi fédérale sur les amendements à la loi de la Fédération de Russie, sur les langues des peuples de la Fédération de Russie15. Dans le premier paragraphe du Préambule du projet de la loi : « Les langues des peuples de la Fédération de Russie font partie du patrimoine national de l’État russe », il a été proposé de remplacer « patrimoine national de l’État russe » par « patrimoine de la nation russe16 », facteur de renforcement de l’État russe [c’est moi qui mets en italique]. Les parlementaires tatars se sont catégoriquement opposés à cette proposition. Dans son interview, R. Valeev, député au Conseil d’État de la République du Tatarstan, s’est prononcé en 2013 comme suit :

  • 17 «В нарушение Конституции Российской Федерации в преамбуле законопроекта вводится термин «российская (...)

En violation de la Constitution de la Fédération de Russie dans le Préambule du projet de loi fédérale, il est introduit l’expression « la nation russe » qui ne prévoit plus la composition multinationale du peuple russe ni le concept-même de nationalité. De fait, ce nouveau terme nie pratiquement l’identité nationale, c’est-à-dire l’appartenance d’une personne à une nationalité vue comme une collectivité historique d’êtres humains fondée, entre autres, sur la base d’une langue commune17.

35Cet exemple témoigne du fait que les termes « nation » et « nationalité », et, par conséquent, « langue nationale » sont traités comme des synonymes de l’appartenance ethnique. pour autant, l’introduction de la « nation » au sens de « citoyenneté » se voit difficilement acceptée.

  • 18 Voir : https://books.google.com/ngrams

36La notion de « minorité nationale » est apparue dans le discours soviétique dans les années 1920. L’apogée de sa popularité retombe dans les années 1990, tandis qu’à partir des années 2000, elle est employée de moins en moins18. Apparemment, ceci s’explique par la facilité des éventuelles manipulations sémantiques quand on traite de minorité une partie de la population qui est loin d’être numériquement faible, ce qui peut entraîner des conséquences politiques et sociales assez graves. De plus, à cause de la connotation du lexème, la « minorité » refuse parfois d’être considérée comme étant « minoritaire ».

Peuple – nation – nationalité

37La paire « peuple-nation » (narod-naciâ) est celui qui génère le plus de questions. Premièrement, comme cela apparaît dans le tableau sur la structure sémantique des concepts (cf. supra), ces lexèmes ont une structure sémantique extrêmement complexe, deuxièmement ils ont le même rapport à la nationalité (nacional’nost’, graždanstvo) et à la « nationalité/ethnie » (narodnost’, ètničeskaâ prinadležnost’). Cependant, les nuances de leurs significations les différencient considérablement, et cela devient évident lors de l’emploi de ces notions. Le peuple français (francuzskij narod) et la nation française (francuzskaâ naciâ) dénomment en russe deux phénomènes différents. En français, il y a aussi une différence importante de sens mais les deux mots admettent le même adjectif. On peut dire le peuple russe (russkij narod) mais on ne dit pas la nation russe (russkaâ naciâ). La nation ne peut être que « rossijskaâ » (de la Russie). L’adjectif « ruskij » est porteur de sèmes liés à l’idée d’ethnie, de communauté traditionnelle alors que l’adjectif « rossijskaâ » contient un sème lié à l’idée plus neutre de participation à un ensemble politique élargi, de citoyenneté. Les deux lexèmes « nation » et « russe » sont polysémiques. La polysémie se caractérise par une distribution complémentaire lors de l’opposition disjonctive, ce qui interdit l’emploi des termes polysémiques dans le même contexte même si on le constate très souvent dans le discours scientifique et surtout grand public. La structure sémantique très semblable, la synonymie et, en même temps, la polysémie de ces unités rendent leur différenciation très compliquée. Dans les exemples que nous avons étudiés ces unités sont facilement remplaçables ce qui entraîne la dissolution et la substitution des sens.

38Pour effectuer une analyse plus profonde de la paire « peuple-nation » (narod-naciâ), la paire « nationalité-nationalité/ethnie » (nacional’nost’-narodnost’) devrait être ajoutée. Les deux paires s’emploient dans les mêmes contextes. La base de données CLME (cf. supra) contient des dénominations « langue de nationalité » (âzyk nacional’nosti) et « langue de nationalité/ethnie » (âzyk narodnosti).

  • 19 Liste alphabétique des peuples habitant sur le territoire de l’Empire Russe, Saint-Pétersbourg, 189 (...)

39Le mot « peuple » (narod) appartient lui au registre principal du russe littéraire. On le voyait employé à côté du mot « tribu » (plemâ) (au sens du rang taxonomique : tribu slave, tribu finnoise...) lors de l’établissement de la liste expérimentale des peuples de l’Empire russe qui précédait le recensement de 189719. Dans la langue d’aujourd’hui, le mot « peuple » possède au moins quatre significations :

  1. Population d’un pays (sans actualiser pour autant le sème « appartenance à l’État », quoi qu’il soit présent sous forme latente) ;

  2. Ensemble de population selon l’appartenance ethnique (par exemple, peuple russe, ukrainien) ;

  3. Masses laborieuses ;

  4. Groupe de personnes.

  • 20 «Новая историческая общность – единый советский народ.»

40La première signification du mot « peuple » s’avère être difficile à trouver dans un contexte neutre où l’on parlerait des « citoyens d’un pays ». Néanmoins, on voit ce mot employé dans ce sens-là dans des circonstances particulières, dans des contextes du type « En ce moment d’épreuves, le peuple russe (français, turc, etc.) doit décider... ». Les deux premières significations comportent tant bien que mal le sème « masses laborieuses ». La noblesse n’appartient pas au « peuple », sauf à des moments rares et exceptionnels dont un des meilleurs exemples est fourni par le roman de Léon Tolstoï Guerre et paix. Ce mot reste néanmoins assez neutre, au moins dans son rapport à la problématique nationale et ethnique. Il était tout aussi neutre à l’époque soviétique, car il restait en dehors de « tribu-ethnie-nation » (plemâ-narodnost’-naciâ). Or il existait une « nouvelle communauté historique : le peuple uni soviétique20 », où les deux sèmes « communauté unie » et « masses laborieuses » s’actualisent d’emblée. Dans les documents officiels, le libellé « nations et ethnies de l’URSS » (nacii i narodnosti SSSR) restait préférable. Le mot « nations » (nacii) se rapportait aux peuples qui bénéficiaient d’une autonomie administrative et territoriale et le mot « nationalité/ethnies » (narodnosti) couvrait tous les autres peuples. Ces définitions n’étaient pas aussi rigoureuses et on pouvait jouer dessus, tout dépendait du type du document et du discours. Et ces sens sont encore actuels.

  • 21 Voir, par exemple, Le Dictionnaire de la langue Russe : http://www.vedu.ru/expdic/17643/ (consulté (...)

41Les définitions « nations » (nacii) et « nationalités/ethnies » (narodnosti) présentes dans les dictionnaires21 aujourd’hui gardent toujours l’esprit de l’époque soviétique et se distinguent à peine de célèbres définitions staliniennes (Staline 1946). Le mot « nation » (naciâ) se rapporte à une communauté historique d’êtres humains formée sur la base de l’unité d’un territoire, des liens économiques, d’une langue littéraire, d’une culture et d’un esprit communs. Dans ce sens-là, « nation » est très « ethnique » et se rapproche du concept de « peuple », mais ce dernier reste dénué de sens spécifiques acquis par la dénomination de « nation » au cours de l’époque du matérialisme dialectique et historique. Selon la théorie marxiste, les « nations » (nacii) se forment durant la période capitaliste, et, auparavant, il n’y a que les « tribus » (plemia) et les « nationalités/ethnies » (narodnosti). La dénomination « peuple » n’est pas directement incluse à l’échelle de l’évolution de la société.

42Le mot « nation » (naciâ), pris dans son deuxième sens, correspond au concept d’« État » comme c’est le cas avec la Société des Nations. Ce sens-là s’accorde avec la perception européenne de la nation vue comme une institution de la citoyenneté, quoique ce sens – comme cela a été démontré ci-dessus – a du mal à s’intégrer dans la conscience courante russe. Dans ce cas-là, la polysémie se rapproche de l’énantiosémie, où le mot « nation » désigne deux phénomènes contrastants. L’héritage soviétique va se retrouver dans la sémantique de la dénomination de « langue nationale » (nacional’nyj âzyk). La majorité écrasante des contextes positionnent la « langue nationale » comme « langue des nations titulaires des républiques », mais différente du russe qui, de son côté, a été traité auparavant comme « langue de communication internationale (interethnique) » et qui, aujourd’hui, développe le sens de « langue d’État ».

43À la différence de la « nation » (naciâ), « nationalité/ethnie » (narodnost’) représente une communauté d’êtres humains formée lors de la décomposition du tribalisme et sur la base de l’unité de la langue (soulignons : il ne s’agit pas ici de la langue littéraire comme c’est le cas avec le terme « nation » mais d’une langue ordinaire), de la culture, du territoire et de la structure économique. La « nationalité/ethnie » (narodnost’), qui se définit comme l’échelon le plus bas de la nation, hérite des connotations parfois négatives de cette époque. Ainsi, la « nationalité/ethnie » (narodnost’), aussi bien que la « langue de nationalité/ethnie » (âzyk narodnosti) peut être autochtone mais jamais statutaire ou titulaire.

  • 22 Национальная принадлежность – Российская Федерация.
  • 23 По национальности – русский (татарин, чуваш).

44La « nationalité » (nacional’nost’), qui est dérivée de la « nation » (naciâ), reprend la sémantique de cette dernière. Tout comme avec « nation » (naciâ), c’est l’appartenance à une nation au sens de citoyenneté (nationalité de la Fédération de Russie)22, mais aussi l’appartenance à l’ethnie (selon la nationalité : russe, tatare, tchouvache)23. La deuxième signification reste toujours plus actuelle dans le discours contemporain.

  • 24 «Живой язык народных масс, известный только в устном употреблении, как разговорный или, как язык пр (...)

45Les différences sémantiques de ces deux mots auront une influence sur leur potentiel de dérivation et la sémantique de leurs dérivés. Les noms correspondant en russe à « nationalité/ethnie » (narodnost’) et « nationalité » (nacional’nost’) ne forment pas d’adjectifs. C’est pour cela qu’on ne trouve que « langue de nationalité/ethnie » (âzyk narodnosti) ou « langue de nationalité » (âzyk nacional’nosti). La « langue de nationalité/ethnie » (âzyk narodnosti) se rapproche de la « langue ethnique » par sa définition et son emploi mais cela reste a priori une langue qui ne bénéficie pas d’un statut élevé, tandis que la « langue de nationalité » (âzyk nacional’nosti) peut être synonyme de « langue nationale » ou de « langue titulaire » (nacional’nyj âzyk, âzyk titul’noj nacii). Mais aussi, dans d’autres contextes, la « langue de nationalité » peut s’avérer être synonyme de « langue ethnique ». La signification de « langue ethnique » est moins ambiguë et plus neutre. Les adjectifs « populaire » (narodnyj) et « national » (nacional’nyj) existent dans la langue. La « langue populaire » (narodnyj âzyk) est le plus souvent opposée à la langue littéraire. Selon la définition de N. N. Durnovo, c’est « la langue vivante des masses populaires, qui ne s’emploie qu’oralement, comme une langue parlée ou comme celle de la littérature orale24 » (Brodskogo et al. 1925). La « langue nationale » (nacional’nyj âzyk) reprend l’énantiosémie de la « nation ». Soit c’est la « langue d’une ethnie titulaire » (c’est le cas de son emploi à l’époque soviétique et c’est ce qui prédomine aujourd’hui d’après notre analyse des données issues la Base CLME (cf. supra)), soit c’est la « langue d’État ». Un projet ambitieux qui se réalise sur Internet depuis les dix dernières années et qui a pour but de mettre au point un corpus national de la langue russe (Nacional’nyj korpus russkogo âzyka) mais dans quel sens emploie-t-on le mot national ? La réponse unique et exacte est difficile à donner.

Langue native et langue nationale

  • 25 «Родные языки из числа языков народов Российской Федерации.»
  • 26 «Национальный (этнический язык) – язык титульной нации – родной язык.»
  • 27 «Русский язык – язык межнациональной коммуникации.»

46Un autre lien de synonymie peut apparaître de façon étrange entre la « langue native » (rodnoj âzyk), également traduit par « langue maternelle », la « langue nationale » (nacional’nyj âzyk) et la « langue ethnique » (ètničeskij âzyk). Dans le projet de loi sur les amendements à la loi de la Fédération de Russie sur les langues des peuples de la Fédération de Russie déjà mentionné ci-dessus, la notion de « langues natives choisies parmi les langues des peuples de la Fédération de Russie25 » a été introduite, et cela a provoqué une vague de critiques dans certains Sujets de la Fédération de Russie. Le problème s’enracine notamment dans l’héritage de l’époque soviétique et de l’après-perestroïka (début des années 1990). Dans les représentations courantes fortement influencées par des discours scientifiques et surtout grand public, on note la formation d’une chaîne sémantique « langue nationale = ethnique – langue d’une nation titulaire – langue native26 ». Cette chaîne de sens s’oppose à une autre chaîne : « langue russe » – « langue de communication internationale “(interethnique)”27 ». Ces notions opposées sont considérées comme étant presque antonymiques. Au début des années 1990, la notion langue de « communication internationale (interethnique) » a été remplacée par la « langue d’État ». On voyait alors bien qu’à cette époque, dans le discours sociolinguistique, la langue russe n’avait été classée ni comme « langue nationale » ni comme « langue native ». Et la langue russe demeure de facto la langue native des Russes ethniques mais, peut-être parce que ce fait paraissait évident, il ne se discutait presque pas dans la littérature spécialisée.

  • 28 «Свободный выборродного языка изчисла языков народов Россиив соответствии с потребностями личности, (...)
  • 29 Projet no 292430-6 loi fédérale sur les modifications apportées à la loi de la Fédération de Russie (...)

47Aujourd’hui, les temps ont changé. Le choix de la langue native fait partie des valeurs démocratiques de base, c’est pourquoi le projet de loi évoqué plus haut propose de légaliser « le libre choix de la langue native parmi les langues des peuples de Russie en fonction des besoins personnels, des capacités et des intérêts de la personne28 »29, y compris dans le domaine de l’enseignement car c’est là que le conflit des intérêts est extrêmement sensible. Afin de permettre la réalisation de ce droit, il est proposé de donner le statut de langue native à la langue russe comme à toutes les autres langues des peuples de Russie.

  • 30 Les lois des sujets de la Fédération de Russie varient considérablement à ce propos. Cela pourrait (...)
  • 31 L’école en Russie (après l’école maternelle, de 3 à 6-7 ans) regroupe les niveaux du primaire et du (...)
  • 32 « Родной язык и язык субъекта федерации это не одно и то же ? ». Valeev R. « La diversité linguisti (...)

48La langue russe comme langue d’État fait partie des disciplines obligatoires dans tous les établissements d’enseignement secondaire de Russie. Dans les républiques nationales, les lois sur les langues et l’enseignement garantissent le droit d’apprendre la langue native, appellation sous laquelle on entend plus souvent la langue de la nation titulaire30. Ainsi, à l’école31, les heures consacrées à l’étude de la langue sont partagées entre la langue d’État (le russe) et la langue nationale (langue native). Si la nouvelle rédaction de la loi est approuvée, tout citoyen, indépendamment de son appartenance ethnique et de son lieu d’habitation, pourra déclarer le russe comme langue native même s’il habite dans une république « nationale ». Ceci est à l’origine de préoccupations de la part des représentants des élites nationales qui s’inquiètent de la destinée de leurs langues. Quant à chercher à savoir si cette inquiétude serait fondée, cela reste en dehors des objectifs de cette contribution mais, pour nous, le plus important est ici de tâcher de mettre en lumière les sens usuels et les rapports sémantiques qui peuvent exister entre les nominations en question. Dans cette logique, la question posée par un journaliste lors de l’interview déjà cité avec R. Valeev est significative : « La langue native et la langue d’un Sujet de la Fédération sont-elles la même chose ?32 ».

  • 33 http://www.km.ru/v-rossii/2012/12/05/obrazovanie-v-rossii/698880-russkii-yazykdlya-vlastei-tatarsta (...)
  • 34 « Изъять из нормативных актов образования и в первую очередь из федерального образовательного станд (...)
  • 35 http://www.regnum.ru/news/1594899.html (consulté le 18/04/2014).

49En 2012, un projet d’amendement à la loi sur l’éducation en Fédération de Russie préparée par le Conseil d’État de la République du Tatarstan a été présenté au Comité de la Douma d’État pour l’Éducation. Selon cet amendement, on proposait de considérer comme « langue native » une « langue des peuples de Russie » mais à l’exception de la langue d’État de la Fédération de Russie33. En même temps, pour briser les rapports sémantiques de synonymie établis entre les notions « langue native – langue nationale » qui s’oppose à la « langue russe – langue d’État », le Conseil des experts du Comité de la Douma d’État de la Fédération de Russie chargé des questions des nationalités et de la politique linguistique a proposé d’« enlever les expressions « langue russe (non native) » et « langue native autre que le russe » des actes normatifs dans le domaine de l’Éducation et surtout du Standard fédéral de l’Enseignement34 »35.

  • 36 «Автохтонный этнос (нация, национальность) = титульный этнос (нация, национальность).»

50Nous avons proposé une analyse partielle d’une série de nominations de langues minoritaires de la Fédération de Russie formées à la base du syntagme nominal. On peut constater l’existence de rapports sémantiques aussi complexes entre les adjectifs. Il nous paraît difficile d’analyser en détail leur sémantique dans le cadre de cet article. Aussi nous limiterons-nous à un exemple. L’adjectif « ethnique » (korennoj) est le synonyme d’« autochtone » (avtohtonnyj) dans les contextes différents qui correspondent à la sémantique de ce mot. Néanmoins, ce mot est souvent employé comme synonyme de « titulaire » (ethnie (nation, nationalité) autochtone = ethnie (nation, nationalité) titulaire)36. Si l’on y ajoute les nuances de la sémantique grammaticale, par exemple, l’emploi obligatoire ou préférentiel du singulier ou du pluriel, les marges de la synonymie/polysémie s’étendront encore plus.

Conclusion

51En conclusion, il conviendra de dire quelques mots sur la question de l’emprunt de la terminologie. Un grand nombre de nominations apparues ces dernières années sont très efficaces et reflètent les nouvelles réalités du contexte linguistique d’une façon plus ample et précisée.

52L’adjectif « minoritaire » qu’on a vu apparaître récemment dans le contexte sociolinguistique nous semble très réussi. À nos yeux, il n’est pas synonyme de et ne remplace pas la notion de « petite langue » ou de « langues des petits peuples ». Le mot « minoritaire » caractérise la langue du point de vue de son statut, toute langue pouvant le devenir. Premièrement, la notion de « langue des petits peuples » caractérise la langue à travers les particularités d’un peuple et non d’une langue. Deuxièmement, la langue d’un petit peuple peut avoir un statut très valorisant jusqu’à être une langue d’État.

53Or il ne faut pas oublier que, lorsqu’il s’agit de l’emprunt des termes et des terminologies en général, surtout si l’on a affaire aux sciences humaines où le rôle des modèles et des concepts est très important et où le texte, qui est une réalité secondaire à la base, représente l’objet d’étude, il est très important de respecter l’unité des dispositifs méthodologiques, épistémologiques et philosophiques. Comme cela a été dit précédemment, les termes appartiennent au champ conceptuel du logos et pas de l’ontos. Dans ce cas-là, c’est le logos qui se retrouve fragmenté. Dans ce sens-là, les traditions scientifiques restent nationales. Ce fait vient s’affirmer dans la difficulté voire l’impossibilité de la traduction de termes et de notions. La solution de ce problème réside apparemment dans le maintien permanent des contacts scientifiques, ce qui aide à dépasser les marges et à former le champ unique du logos.

Bibliographie

Références bibliographiques

BRODSKOGO H., LAVRECKOGO A., LUNINA È, L’VOVA-ROGAČEVSKOGO B. ROZANOVA M., ČEŠIHINA-VETRINSKOGO B. (1925) (eds.), Literaturnaâ Ènciklopediâ : Slovar’ literaturnyh terminov [Encyclopédie littéraire : dictionnaire des termes littéraires], tome 1, А-P, Moskva ; Léningrad, L. D. Frenkel’. http://feb-web.ru/feb/slt/abc/ (consulté le 18/04/2014).

FLORENSKIJ P. A. (1990), U Vodorazdelov mysli [Les Lignes de partage de la pensée], tome 2. Moskva, Pravda.

GUMILEV L. (1997), Ètnogenez i biosfera zemli [Ethnogenèse et biosphère de la terre], Moskva, Institut DI-DIK.

MEL’NIKOV G. (1991), Osnovy terminovedeniâ [Les Principes de la terminologie], Moskva, Izdatel’stvo UDN.

MUKOMEL’V. (2009), « Kogo otnosit’k etničeskim men’šinstvam » [Qui fait parti des minorités ethniques], Sajt centra regional’nyh i ètnopolitičeskih issledovanij [Site du Centre des recherches ethnopolitiques et régionales], http://minorities.ceprs.indem.ru/Part13.htm (consulté le 05/07/2009).

REFORMATSKIJ A. (1967), « Termin kak člen leksičeskoj sistemy âzyka » [Le terme comme membre du système lexical de la langue], in Problemy strukturnoj lingvistiki [Problèmes de la linguistique structurelle], Moskva, Nauka, pp. 103-127.

STALIN I. (1946), « Marksizm i nacional’nyj vopros » [Marxisme et question nationale], in STALIN I., Sočineniâ [Les Œuvres], t. 2, Moskva, Gosudarstvennoe izdatel’stvo političeskoj literatury, pp. 290-367.

STEPANOV J. S. (1975), Metody i principy sovremennoj lingvistiki [Méthodes et principes de la linguistique contemporaine], Moskva, Nauka.

TISHKOV V. (2003), Rekviem po ètnosu. Issledovaniâ po social’no-kul’turnoj antropologii [Requiem pour l’ethnie. Recherches dans le domaine de l’anthropologie sociale et culturelle], Moskva, Nauka.

VALEEV R. (2013), « Âzykovoe mnogoobrazie nuždaetsâ v zaŝite » [La diversité linguistique demande la protection], http://ati-times.tatar-inform.ru/news/society/1953/ (consulté le 18/04/2014).

VESELOV P. (1966), « Terminy i nomenklaturnoe naimenovanie » [Termes et nomenclature], Standartizaciâ [Standardisation], no 11, pp. 12-17.

Notes

1 «… Жизнь терминов и есть история науки. Не ищите в науке ничего, кроме терминов, данных в их соотношениях: все содержание науки, как таковой, сводится именно к терминам в их связях, которые (связи) первично даются определениями терминов.»

2 «не используемые на федеральном уровне: этнические меньшинства (Татария, Хакасия), этнодисперсные меньшинства (Томская область), коренные национальные меньшинства (Бурятия), национальные общности (Свердловская область), малочисленные национальные общности (Красноярский край), малочисленные этносы (Якутия), коренная нация (Калмыкия), коренной этнос (Хакасия), титульный коренной народ (Карелия), коренное население территории (Дагестан, Хакасия, Иркутская, Томская области), этнические группы (Коми, Дагестан, Якутия), этнические общины (Адыгея), этноконфессиональные и этнокультурные группы (Бурятия).»

3 http://philologos.narod.ru/classics/karz.htm (consulté le 18/04/2014).

4 «В принципе возможны два альтернативных подхода: четкое определение терминов, либо перечисление конкретных народов и этнических групп, попадающих под данной определение.»

5 «Эвенкский, эвенкийский, юкагирский, долганский, чукотский языки признаются местными официальными языками в местах проживания этих народов и используются наравне с государственными языками »// Статья 6 Закона Республики Саха (Якутия) о языках в республике Саха» (Якутия) (sakha.gov.ru/node/18874) (consulté le 18/04/2014).

6 «вещам реальной действительности присуща внутренняя причина устойчивости их свойств; эта причина есть сущность вещи и, следовательно, сущность онтологична. При таком истолковании сущности явлений действительности понятия об этих явлениях рассматриваются как идеальные отражения реально, онтологически наличной сущности, а дефиниция представляется как словесный текст, раскрывающий сущность соответствующего явления.»

7 «По мере адаптации системы в надсистеме, складывается ее сущность. Следовательно, чем выше устойчивость своеобразных свойств любого объекта, в том числе языка (и, добавим, терминосистемы – С.М.), тем выше степень сформированности сущности этого объекта, и любой объект с устойчиво проявляющимися свойствами имеет сущность как свою объективную характеристику. Данный объект приобрел эту сущность в процессе адаптации для выполнения своей функции (напомним здесь, что термин – это словесный знак в специальной дополнительной функции – С.М.). Таким образом, каждый объект с устойчивыми свойствами представляется, с позиций системологии, глубоко адаптированной системой, характеризующейся внутренней детерминантой, ее сущностью и той исходной, нативной надсистемой, в которой сформировалась сущность этой системы в процессе ее адаптации к определенным функциональным запросам надсистемы.»

8 «частной проекции сущности на избранную прагматическую плоскость.»

9 «это приводит к впечатлению возможностей нескольких «теорий» и, соответственно, нескольких “терминологий” на одной и той же системе понятий.»

10 «Стихийно сложившиеся терминологии представляют собой смешение нескольких “номенклатур” с неоднозначными границами между ними.»

11 «можно условится о терминах, но количество понятий растет прямо пропорциональнонакоплению информации, появляютсявсе новые термины, которые при отсутствии системы становятся многозначными (полисемантичными) и, следовательно, непригодными для анализа и синтеза.»

12 http://www.msha.fr/baseclme/index.php (consulté le 18/04/2014).

13 Le lexème « ethnie » est trop étroitement lié aux paradigme essentialiste (primordialiste) et biologiques, ce qui lui attribue des connotations inopportunes et cause son emploi plus limité.

14 «Чего стоит хотя бы первая строка Конституции Р: “Мы, многонациональный народ Российской Федерации”. Это старое клише “многонациональности” (вместо общепринятой многоэтничности) из советских деклараций, когда за них не нужно было платить процедурой реализации, перекочевало в совершенно новую политическую ситуацию более ответственных смыслов и освобожденных адептов этих смыслов.»

15 Проект № 292430-6 Федерального закона о внесении изменений в закон Российской Федерации « О языках народов Российской Федерации » http://base.consultant.ru/cons/cgi/online.cgi?req=doc;base=PRJ;n=106904 (consultable entre 20 h et minuit).

16 « Достояние российской нации. » La traduction dans ce contexte le mot « russe » est uniquement « российский » et jamais « русский ».

17 «В нарушение Конституции Российской Федерации в преамбуле законопроекта вводится термин «российская нация», который не предусматривает многонациональный состав народа России и само понятие национальность. Таким образом, вводимый термин практически отрицает фактическую национальную идентичность, т.е. принадлежность человека к определенной национальности как исторически сложившейся устойчивой общности людей, возникшей, в том числе на базе общности языка.»

18 Voir : https://books.google.com/ngrams

19 Liste alphabétique des peuples habitant sur le territoire de l’Empire Russe, Saint-Pétersbourg, 1895. http://www.demoscope.ru/weekly/2005/0187/perep04.php (consulté le 18/04/2014).

20 «Новая историческая общность – единый советский народ.»

21 Voir, par exemple, Le Dictionnaire de la langue Russe : http://www.vedu.ru/expdic/17643/ (consulté le 18/04/2014).

22 Национальная принадлежность – Российская Федерация.

23 По национальности – русский (татарин, чуваш).

24 «Живой язык народных масс, известный только в устном употреблении, как разговорный или, как язык произведений устной словесности.»

25 «Родные языки из числа языков народов Российской Федерации.»

26 «Национальный (этнический язык) – язык титульной нации – родной язык.»

27 «Русский язык – язык межнациональной коммуникации.»

28 «Свободный выборродного языка изчисла языков народов Россиив соответствии с потребностями личности, способностями и интересами человека.»

29 Projet no 292430-6 loi fédérale sur les modifications apportées à la loi de la Fédération de Russie sur les langues de la Fédération de Russie. http://base.consultant.ru/cons/cgi/online.cgi?req=doc;base=PRJ;n=106904 (consultable entre 20 h et 24 h).

30 Les lois des sujets de la Fédération de Russie varient considérablement à ce propos. Cela pourrait constituer le sujet d’une autre étude.

31 L’école en Russie (après l’école maternelle, de 3 à 6-7 ans) regroupe les niveaux du primaire et du secondaire en France.

32 « Родной язык и язык субъекта федерации это не одно и то же ? ». Valeev R. « La diversité linguistique a besoin d’être protégée » : http://ati-times.tatar-inform.ru/news/society/1953/ (consulté le 18/04/2014).

33 http://www.km.ru/v-rossii/2012/12/05/obrazovanie-v-rossii/698880-russkii-yazykdlya-vlastei-tatarstana-ne-mozhet-byt- (consulté le 18/04/2014).

34 « Изъять из нормативных актов образования и в первую очередь из федерального образовательного стандарта понятия « русский (неродной) и родной (нерусский) язык. »

35 http://www.regnum.ru/news/1594899.html (consulté le 18/04/2014).

36 «Автохтонный этнос (нация, национальность) = титульный этнос (нация, национальность).»

Table des illustrations

Légende * Peuple 1 au sens de « nation », « nationalité » (национальность), « nationalité » (народность), « ethnie » ** Peuple 2 au sens de « population d’un État ».*** Nation 1 au sens de « citoyens d’un pays, d’un État ».**** Nation 2 au sens de « peuple », « nationalité » (народность).***** Nationalité 1 au sens de « citoyenneté, appartenance à un pays, à un État ».****** Nationalité 2 au sens de « peuple », « nationalité » (национальность), « nationalité » (народность), « ethnie ».
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6601/img-1.jpg
Fichier image/, 178k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540