Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

L'objet « langue minoritaire »

Chapeau introductif

Texte intégral

1Les contributions de cette première partie se distribuent en trois sous-parties. La première d’entre elles propose, en deux apports, des éclairages sémantiques sur l’objet « langue minoritaire » à partir, notamment, des approches russes propre à la sémantique et à l’ethnopsychologie. L’évolution des conceptions et de leurs acceptions est ainsi présentée et analysée en relation avec le contexte russe. Tant l’hétérogénéité de la terminologie appliquée aux langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique que la diversité des caractéristiques qualitatives et quantitatives des différents emplois faits de ces notions contextualisées en deviennent plus compréhensibles grâce à ces deux premiers textes à valeur théorique et introductive.

2Les deux sous-parties qui suivent s’attachent à présenter différentes configurations de langue minoritaire. À partir du cas du Tatarstan, est ainsi présenté le lien entre la langue native et son statut juridique, de l’échelon de la langue d’État, d’un sujet de la Fédération de Russie ayant rang de république. Dans une deuxième contribution, il est ensuite montré que la notion de « langue titulaire », apparue dans les années 1980 et répandue depuis lors, est significative du lien entretenu et valorisé entre langue, communauté linguistique et territoire d’implantation malgré des situations de fait très variable dans le sens du caractère minoritaire de ces langues. Un troisième texte aborde des notions également essentielles dans la terminologie russe, celles de « govor » (parler) et « narečie » (variante), située par rapport à celle de « dialekt » (dialecte).

3Enfin, la troisième de ces sous-parties est orientée vers les langues d’immigration et la question de leur traitement terminologique en russe, à travers la catégorie générale des « langues de migrants », tout d’abord, et à travers celle, particulière de « diaspora », entre autres applicables au russe après la dissolution de l’Union soviétique.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540