Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Avant-propos

Svetlana Moskvitcheva und Alain Viaut

Volltext

1L’ouvrage Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique apparaît comme l’un des résultats du projet Langues minoritaires et marges linguistiques en Europe (Conseil régional d’Aquitaine, 2009-2013). Cette recherche, coordonnée par Alain Viaut (IKER), a été menée dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) et de deux entités de recherche (la FRE 3392 EEE / CNRS - Université de Bordeaux 3, relayée par l’UMR 5478 IKER / CNRS - Université Bordeaux Montaigne/UPPA ; et l’EA 4193 CRDEI Centre de recherche et de documentation européenne et internationale / Université de Bordeaux - Faculté de Droit et Science politique). Cet ouvrage rassemble des textes élaborés dans le cadre de ce projet de recherche, entre autres à l’issue du colloque international organisé à la MSHA (« Catégorisation des langues minoritaires : approche pluridisciplinaire de la terminologie russe », 9-10/12/2010). Il concerne l’objet protéiforme « langue minoritaire » et a choisi d’interroger principalement les sciences du langage (sociolinguistique, sémantique) et le droit pour étudier les formes et les tendances des catégorisations qui visent à en préciser les significations et les applications. Paraissant en même temps chez le même éditeur et dans le même format que l’ouvrage de même nature Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe occidentale (Busquets, Platon, Viaut 2014), dont il est le jumeau oriental et proprement russe, nous attendons de lui qu’il apporte une série d’informations et de réflexions utiles à la compréhension du développement spécifique de la terminologie appliquée à ce type de langues qui a été très sensible aux contextes historiques et sociaux changeants depuis le début du XXe siècle.

Le contexte russe et post-soviétique

2La Russie et l’espace post-soviétique, à cet égard, de par leurs propres expériences et apports, en contact également avec la production terminologique plus récemment développée en Europe occidentale, représentent un capital indispensable à une approche élargie de la macro-notion de « langue minoritaire » à travers les aspects révélés par les catégories dans lesquelles on la décline. Aussi est-il heureux que nous ayons pu réaliser cette première approche grâce à un engagement pluridisciplinaire et efficacement concerté entre collègues français et russes.

3Les articles du présent ouvrage sont censés contribuer à illustrer ce phénomène de la grande diversification de la terminologie sociolinguistique et juridique russe liée à la catégorisation des langues minoritaires. Celle-ci se présente comme un assemblage assez éclectique de nominations, caractérisé par un réseau large de synonymies et de polysémies ainsi que par des définitions parfois floues des termes utilisés. Cet état de fait est conditionné par plusieurs facteurs objectifs tels que le changement du système politique et social après la chute de l’Union soviétique et la formation des État indépendants. En ce qui concerne les facteurs subjectifs, le rôle de la construction de nouveaux types d’identités ethniques et personnelles dans ce nouvel espace peut être souligné. Dans ce processus, une place très significative a été dévolue à la langue qui s’est souvent avérée comme le symbole presque seul et unique de la construction étatique et nationale. Cela a abouti à l’opposition de ces langues nouvellement seules officielles face au russe et au développement de nouveaux sens et significations dans les représentations de celles-ci sur les territoires de ces nouveaux États, et aussi dans la Fédération de Russie. Les dénominations des langues minoritaires, étant des concepts sociaux, sont marquées par l’histoire et les changements, ce qui est de nature à favoriser la superposition des sens de termes apparus à des époques différentes.

De l’objet « langue minoritaire » à la déclinaison de ses aspects

4Le terme comme unité d’étude est ici examiné dans les champs disciplinaires principalement de la linguistique et du droit à au moins trois niveaux d’analyse : ontologique, épistémologique et logique. La notion d’objet de recherche est liée au niveau ontologique. Dans la tradition de la science soviétique, mais aussi russe, il existait une délimitation stricte de l’objet (ob»ekt) d’étude (unique et essentialiste) et ses aspects (predmet) destinés à être étudiés de façon multiple et phénoménologique. Cela conditionnait inévitablement une seule possibilité d’existence pour l’objet et, ensuite, des approches de caractère essentialiste s’appliquant à lui, et, en même temps, l’existence de cette multiplicité de ses aspects. Il en découlait la possibilité de l’étudier – ici, la langue minoritaire – selon diverses méthodes, et aussi de lui appliquer différents paradigmes scientifiques. Dans certains des textes qui suivent, il apparaît que cette dualité de l’objet permettait, d’un côté, de préserver et maintenir les fondations matérialistes de la gnoséologie et de l’épistémologie soviétiques, et autorisait concomitamment la faculté de plusieurs dénominations pour la même réalité ontologique. Comme suite, cela favorisait le développement de terminologies multiples avec, à la base, des points de vue différents.

5De fait, auparavant et maintenant, le champ de la catégorisation des langues minoritaires existait et continue à exister presque exclusivement dans un espace discursif dont la structure et les sens ne relèvent que des pratiques de l’interprétation du texte et des paradigmes herméneutiques et phénoménologiques conjugués avec ces dernières. Dans ses tentatives de créer un réseau sémantique de la catégorisation des langues minoritaires, la linguistique, y compris la terminologie, part du discours et construit les sens qu’il engendre et qui sont interprétés en référence à celui-ci. Ni les approches épistémologiques de la sociolinguistique soviétique, ni encore moins les actuelles n’ont jamais tout à fait correspondu au paradigme ontologique. Un exemple pertinent de ce type de recherche est présenté dans cet ouvrage à travers la conception de G. P. Melnikov (2003). La sociolinguistique soviétique, affirmant son attachement au matérialisme dialectique, travaillait en réalité avec et pour les constructions sociales. Cette expérience de nature constructiviste dans le domaine épistémologique et de la politique linguistique soviétique demande encore à être étudiée, y compris à travers la terminologie créée alors. Les apports qui suivent sont censés contribuer à éclaircir une partie de ce problème en prenant comme exemple la catégorisation des langues minoritaires dans certains pays comme la Moldavie, la Kirghizie, Le Kazakhstan, les Pays baltes et d’autres aux époques soviétique et post-soviétique.

6Les sciences humaines et sociales russes de ces dernières décennies sont caractérisées par un intérêt particulier pour les idées de constructivisme et de post-constructivisme, ainsi que par le rejet partiel ou total des paradigmes essentialistes. On peut constater une tendance au refus de chercher à connaître objectivement la nature de l’objet au profit de recherches sur les relations significatives et pertinentes existant dans la conscience du sujet de sa perception de l’objet étudié. Cette nouvelle approche, devenue dominante, prévoit la construction sociale de la réalité et du sens ainsi que la coexistence de leurs interprétations multiples et diverses mais égales par rapport à leurs capacités cognitives. Tout cela caractérise le paradigme post-moderne de la connaissance des objets sociaux y compris la langue dans ses fonctions sociales. La pluralité des interprétations mène logiquement à la pluralité des notions et, ici, des catégorisations de langues minoritaires dans l’espace ex-soviétique. Chaque terminologie aspectuelle reflète d’une façon adéquate une des visions de l’objet à travers des constructions de sens de ce dernier. Mais la confusion des systèmes terminologiques résultant de ces approches ne peut être admise. Ce sont des systèmes clos par définition qui n’existent que dans l’espace intertextuel dialogique. L’analyse de ces structures s’appuie sur les approches herméneutiques et phénoménologiques où les méthodes de l’analyse sémantique classiques et structurelles (syntagmatiques et paradigmatiques) reçoivent de nouvelles possibilités cognitives et explicatives.

7L’ensemble des contributions qui suit ne saurait couvrir toutes les configurations même principales qu’offre l’espace concerné. Pour autant, il se centrera sur la Russie et abordera la périphérie post-soviétique à travers les exemples des États baltes et du Kirghizstan où le russe peut lui-même se trouver en situation minoritaire, à travers aussi le cas des langues d’immigration, globalement, et, plus particulièrement aussi, de diaspora. Dans ces derniers cas, l’éventail des langues est vaste et peut aussi concerner le russe. Le corps central et principal du livre comprend deux parties qui s’appliquent directement au sujet abordé. La première partie rend compte d’approches pluridisciplinaires des notions abordées et la deuxième témoigne et analyse des situations concrètes d’applications aréales de dénominations catégorisantes. Une troisième partie clôt l’étude par une ouverture comparative avec des pays d’Europe occidentale à partir de certaines configurations notionnelles (État, territoire, enseignement, etc.).

Literaturverzeichnis

Références bibliographiques

BUSQUETS J., PLATON S. et VIAUT A. (dirs) (2014), Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe occidentale, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

MEL’NIKOV G. P. (2003), Sistemnaâ tipologiâ âzykov : Principy, metody, modeli [Typologie systémique des langues : Principes, méthodes, modèles], Moscou, Nauka.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540