Version classiqueVersion mobile

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Première partie. La diversité du patrimoine éducatif

Chapitre 3. L’enseignement par l’image : l’invention d’un autre patrimoine cinématographique

Philippe Rocher

Texte intégral

  • 1 Adhémar Jean, « L’enseignement par l’image », Gazette des Beaux-Arts, février 1981, pp. 53-60 et s (...)

1Plus encore sans doute que l’invention du patrimoine cinématographique constitué par les « classiques » ou les « chefs-d’œuvre », la matière de l’inventaire du patrimoine cinématographique qui concerne l’enseignement et l’école est d’invention récente. Sa découverte est liée à une historiographie de l’histoire du cinéma qui a considérablement évolué depuis trente ans. L’histoire du cinéma a débuté en 1895, mais son histoire n’a commencé à prendre corps qu’un demi-siècle après sa naissance. L’histoire du cinéma dans l’enseignement est une partie de cette histoire. La projection de films à l’école concerne la relation des institutions scolaires avec l’image et, plus généralement, l’audiovisuel. Sans remonter ici aux origines lointaines de l’enseignement audiovisuel que certains font remonter au xvie siècle, tout spécialement avec les jésuites1, il faut toutefois replacer le cinématographe, puis le cinéma, dans une évolution qui a sa préhistoire. Les projections lumineuses, avec les vues sur verre, participent de cette première époque des premiers usages par l’école d’images projetées.

2L’identification d’un patrimoine cinématographique constitué de films pour l’enseignement rend nécessaires certaines interrogations. Quelles furent d’abord les relations de l’école avec le cinématographe et le cinéma ? Outils ou non d’enseignement, les films sont les produits d’une industrie. Quels ont été les acteurs de la rencontre de l’école avec le cinéma ? Instruments d’une forme de médiation des connaissances et des savoirs, les films ont donné lieu à des discours sur leur emploi possible dans les classes, sinon lors d’activités récréatives qui devaient être aussi éducatives. Avant de pouvoir être considérés comme constituant un patrimoine, les films ont été produits et réalisés à différentes époques et pour des publics variés, selon qu’il s’est agi d’instruire ou d’éduquer des écoliers, des lycéens ou des étudiants, des enfants de villes ou des ruraux.

3Plutôt que de tenter un inventaire, forcément incomplet tant la richesse abonde malgré l’inévitable perte due au support fragile qu’est la pellicule celluloïd, il convient d’abord de dire comment il est possible de collecter la matière d’un patrimoine aujourd’hui un peu mieux imaginé qu’hier. Comment encore le repérer, quand une partie est déjà protégée et conservée ? De tels efforts visent à faire d’un ensemble de documents, d’objets et de films un patrimoine d’autant plus vivant qu’il servira lui-même à l’enseignement sinon à la transmission d’une certaine mémoire éducative.

L’enseignement par l’image fixe et le cinéma

La préhistoire du cinématographe

  • 2 Synthèse érudite et passionnée du cinéma français des premiers temps par Lherminier Pierre, Annale (...)
  • 3 Mannoni Laurent, Le Grand art de la lumière et de l’ombre : archéologie du cinéma, Paris, Nathan, (...)
  • 4 Duclos Paul, « François Moigno », dans Mayeur Jean-Marie et Hilaire Yves-Marie (dir.), Dictionnair (...)
  • 5 Marey Étienne-Jules, La Machine animale : locomotion terrestre et aérienne, Paris, G. Baillière, 1 (...)
  • 6 Marey Étienne-Jules, La Chronophotographie, nouvelle méthode pour analyser le mouvement dans les s (...)

4C’est en 1895 qu’est présentée, en mars à Paris et en juin à Lyon, l’invention des frères Auguste et Louis Lumière : un appareil de projection2. Fin 1894, aucun appareil n’était en mesure, à la fois d’enregistrer l’image et de la projeter ensuite sur un écran. Avec son frère, Auguste, Louis Lumière opère la synthèse de techniques et de tâtonnements effectués avant lui. L’avènement du cinématographe, avec la projection d’images lumineuses pour le public, a en effet été précédé d’une préhistoire. Dans cette « archéologie du cinéma3 », où la lanterne magique a la place la plus ancienne, figurent, pour le xxe siècle, la photographie et les études sur la persistance rétinienne de Joseph Plateau, professeur à l’université de Liège, et inventeur en 1822 du Phénakistiscope. Ce disque permet lorsqu’il est mis en mouvement de faire voir à un spectateur l’ensemble du mouvement précisément décomposé en une série de dessins. Dans les décennies qui suivent, d’autres machines se sont inspirées de ce procédé. Dès 1873, au Puy-en-Velay, Émile Reynaud (1844-1918) - agrémente ses conférences publiques de projection. Après avoir suivi, en 1864, les cours publics de vulgarisation scientifique accompagnés de projections lumineuses de l’ancien jésuite François Moigno (1804-1884)4, il est devenu son assistant. Revenu au Puy-en-Velay après la mort de son père, il a donné ses propres conférences scientifiques. De nouveau à Paris en 1878, il met au point le praxinoscope à projections, l’ancêtre de son Théâtre optique qu’il fabrique en 1888. Il dessine et peint sur une bande de papier perforé qui, en passant devant un objectif, révèle un mouvement complet sur un écran. En 1873, Étienne-Jules Marey (1830-1904) a publié La Machine animale5. Médecin et physiologiste, il s’intéresse au mouvement, particulièrement à celui du cheval, des oiseaux et des insectes. Tirant parti des photographies d’Eadweard Muybridge (1830-1904), il conçoit un fusil photographique pour parvenir à capter les images des mouvements successifs des sujets qu’il étudie. Abandonnant les plaques de verre dont il a d’abord fait usage, il utilise en 1890 une pellicule transparente de celluloïd dans le Chronophotographe qu’il met alors au point6. En Allemagne, Otto Anschütz qui utilise aussi la photographie pour observer le vol des oiseaux et l’allure du cheval construit en 1897 le Phototachyscope. Hors d’Europe, Thomas Edison développe à New York le Kinetoscope après avoir pris connaissance, lors de l’exposition universelle parisienne de 1889, des travaux de Marey et Reynaud. Mais son appareil ne peut offrir ses images animées qu’à un unique spectateur.

  • 7 Lherminier Pierre, op. cit., p. 53.
  • 8 Kermabon Jacques (dir.), Pathé, premier empire du cinéma, Paris, Centre Georges Pompidou, 1994.
  • 9 Le mépris pour le cinéma sera tenace. Il est nourri par la dissociation, entamée avec la photograp (...)

5Le 13 février 1895, Auguste et Louis Lumière déposent la demande de brevet pour l’appareil qu’ils ont mis au point. Le 28 décembre, la première séance de « vues animées » grâce à leur « cinématographe » est organisée à Paris. Durant l’année, ils ont tourné les films La Sortie des usines Lumière, Le Déjeuner de bébé, La Place des Cordeliers à Lyon, Le Jardinier et le petit espiègle et Arrivée d’un train à La Ciotat. Dès janvier 1896, ils s’emploient à constituer un réseau mondial de concessionnaires et d’opérateurs « avec un succès que favorise l’émerveillement suscité partout par ces images mouvantes, et cependant muettes, où les spectateurs ordinaires, comme les scientifiques et les photographes, s’accordent à reconnaître le mouvement même de la vie ; la fin, selon les termes d’un chroniqueur, de la “mort absolue”7. » La même année, Georges Méliès, homme de théâtre et directeur du Théâtre Robert-Houdin, commence à concevoir le cinéma comme un spectacle et réalise ses premiers films. À partir du « théâtre de poses » qu’il installe à Montreuil-sous-Bois, il tourne des films emplis des illusions que permettent les trucages et le montage. En 1897, il compose des « actualités reconstituées », c’est-à-dire des épisodes historiques mis en scène en studio : épisodes de la guerre de 1870 ou de l’affaire Dreyfus. Alors que Georges Méliès et les frères Lumière inventent le cinéma, Charles Pathé et Léon Gaumont commencent à le diffuser et le commercialiser8. Les premiers clients qui achètent les pellicules de films sont d’abord des forains et quelques directeurs de théâtre, ce qui donne du cinéma l’image d’un divertissement populaire de piètre qualité plutôt que d’un art9.

Les images dans l’enseignement

  • 10 Renonciat Annie (dir.), Voir-savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé. Du xvie au x (...)
  • 11 Hulin-Jung Nicole, L’Organisation de l’enseignement des sciences, Paris, Édition du Comité des tra (...)
  • 12 Cité par Blerzy Henri, « Une nouvelle méthode d’enseignement scientifique », Revue des Deux mondes (...)

6Art de l’image, le cinéma n’a pas été sans poser problème aux éducateurs en un siècle marqué par le passage de l’éducation des élites à l’instruction populaire au travers de la « pédagogie par l’image10 ». Ces derniers se sont en effet déjà interrogés sur la capacité de l’image à trouver sa place dans l’enseignement, surtout lorsque la nouvelle méthode consiste à faire « voir ». En 1866, dans sa circulaire aux recteurs, le ministre de l’Instruction publique a expliqué ce nouvel enjeu dans « l’enseignement spécial », à l’époque la nouvelle branche de l’enseignement ouvert aux disciplines scientifiques11 : « Il faut habituer les élèves à ne jamais regarder sans voir, les obliger à se rendre compte des phénomènes qui s’accomplissent dans le milieu où ils sont placés, et leur faire goûter si bien le plaisir de comprendre que ce plaisir devienne un besoin pour eux, en un mot développer dans l’enfant l’esprit d’observation et de jugement12. » Or quelles images présenter ? « Monstres » et « merveilles », qui sont les images spectaculaires d’une partie et qui dissimulent la réalité d’un phénomène, déjà largement utilisé par les « vulgarisateurs », ne devront pas entrer à l’école et demeurer dans les livres illustrés avant tout conçus comme un divertissement :

  • 13 Ibid., p. 510.

« L’enseignement des monstruosités n’est pas de ceux que l’on doive encourager, car c’est une concurrence aux sorciers de la rue. Conservons les livres illustrés, s’ils sont bien faits, mais comme une aimable distraction pour charmer nos loisirs, mais ne les introduisons pas dans les études sérieuses, qui suivent d’autres méthodes et s’appuient sur d’autres principes13. »

  • 14 Renonciat Annie, « Avant-propos », dans L’Image pour enfants : pratiques, normes, discours (France (...)
  • 15 Raichvarg Daniel et Jacques Jean, Savants et ignorants : une histoire de la vulgarisation des scie (...)
  • 16 Son grand-oncle, Pierre François Antoine Molteni (1786-1866) a construit les appareils de Louis Da (...)
  • 17 Meunier Stanislas, Les Projections lumineuses et l’enseignement primaire, conférence faite le 30 m (...)
  • 18 Saint-Martin Isabelle, « “Catéchisme en images”, une pédagogie par le sensible ? », Archives de sc (...)

7L’ambiguïté à lever est celle de l’image didactique à destination de la jeunesse, qu’il s’agisse de supports pédagogiques, scolaires (manuels et imagerie) ou de récréation instructive (livres d’étrennes, livres de prix)14. Avant même la naissance du cinéma, les projections lumineuses qui servent les conférences de vulgarisation scientifique, très nombreuses au xixe siècle15, intéressent toutefois des éducateurs et des enseignants. Dans les dernières décennies du xixe siècle, elles commencent à gagner l’enseignement. En 1880, Stanislas Meunier (1843-1925), géologue attaché au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, aidé par le fabricant d’appareils photographiques Alfred Molténi (1837-1907)16, présente ses avantages devant un public de pédagogues17. La République française et l’école primaire « obligatoire, gratuite et laïque » de Jules Ferry installées, la Ligue de l’enseignement de Jean Macé (1815-1894) s’organise et devient, en 1881, la Ligue française de l’enseignement. À la fin du siècle, elle propose des œuvres qui précèdent ou prolongent l’école, les patronages laïques, où sont proposées des projections lumineuses. Militante ardente de l’école laïque, la Ligue est anticléricale et participe du combat entre les « deux France ». De leur côté, les « cléricaux » utilisent depuis 1860 des catéchismes en images qui illustrent, en une série de tableaux, la doctrine chrétienne. Après l’imprimé et la chromolithographie de grand format, des vues sur verre permettent des projections lumineuses18. En 1905, leur efficacité est entendue. Il appartient au conférencier d’en faire bon usage.

  • 19 Gilbault Henri, Conférences populaires : guide pratique à l’usage des conférenciers populaires, Pa (...)

« Les projections lumineuses sont nécessaires pour illustrer un certain nombre de conférences, elles ont l’avantage de placer devant les yeux les objets dont parle le conférencier et de rendre la causerie plus attrayante et plus concrète. Mais toutes les conférences ne comportent pas des projections lumineuses et il ne faut pas projeter sur l’écran sans nécessité, de même que les projections ne doivent représenter que des objets sérieux et ne doivent pas être employées dans le cours de la conférence pour faire défiler des sujets purement humoristiques ; l’appareil à projection ne doit pas devenir une lanterne magique19. »

  • 20 Renonciat Annie, Voir-savoir, op. cit.
  • 21 « Projections lumineuses », dans Buisson Ferdinand (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’ (...)
  • 22 Kuntzmann Nelly-Christine, Des images pour le dire, des mots pour le voir. Prémisses de la culture (...)

8Déjà adeptes de « la pédagogie par l’image », avec planches et manuels de plus en plus illustrés20, éducateurs et enseignants commencent eux aussi à en faire usage. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie le recommande21, particulièrement pour « l’enseignement par l’aspect », et rappelle que le Ministère a organisé dès 1896 la fourniture par le Musée pédagogique d’appareils de projections et de collections de vues sur verre22.

  • 23 Cité par Uebershlag Josette dans « École et cinéma : ethnologie de films scientifiques », dans Nou (...)
  • 24 De Pastre Béatrice (dir.), avec la collaboration de Lefebvre Thierry, Filmer la science, comprendr (...)
  • 25 Kuntzmann Nelly, op. cit., p. 22.

9Dans leur ensemble, les enseignants sont d’abord très réticents à l’égard des images animées, même si quelques-uns ont utilisé le cinématographe dès le début du xxe siècle. Les débats perdurent au lendemain de la Première Guerre mondiale. « Avec votre cinéma, vous abaissez l’enseignement, vous amusez les élèves, vous les déshabituez de l’effort [...] et la leçon magistrale en pâtira », dit encore un professeur en 192623. Pourtant, les firmes cinématographiques ont entrepris de proposer des films spécifiques. Chez Pathé, la décision est prise dès 1907. En même temps que la réalisation de films de vulgarisation scientifique, le soutien au cinéma scientifique de Jean Comandon24, Pathé s’engage pour la production de films pour l’enseignement. Les projets se concrétisent dans de nouvelles collections de films. L’époque est à l’introduction progressive du cinématographe dans l’enseignement par des enseignants, comme pour la géographie, en 1912. Trois ans plus tard, le ministre de l’Instruction publique Paul Painlevé constitue une « Commission spécialement chargée de rechercher les meilleurs moyens de généraliser l’utilisation du cinématographe dans les différentes branches de notre enseignement25. » Instituée en mars 1916, la Commission compte des parlementaires, des enseignants, des hommes de lettres et les industriels du cinéma Gaumont et Pathé. Le rapport est remis en 1920 et, l’année suivante, le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts crée le Service du film cinématographique dont est chargé le Musée pédagogique. Le cinématographe entre ainsi officiellement à l’école.

L’invention du patrimoine des cinémas pour l’enseignement

Un nouvel objet d’histoire : le cinéma dans l’enseignement et l’éducation

10Dans l’historiographie, l’histoire du cinéma a d’abord été le fait des critiques. Conscients d’avoir à mettre en perspective les chefs-d’œuvre contemporains avec ceux du passé, les cinéphiles ont eu à cœur de conserver les films, mais aussi les objets et les documents liés aux grandes réalisations. Sans se contenter des ciné-clubs, les cinéphiles ont ainsi soutenu les cinémathèques. Celle d’Henri Langlois, à Paris, est aujourd’hui une institution chargée de défendre la mémoire du cinéma. Après André Bazin et les Cahiers du cinéma de Rohmer, Truffaut et Godard, dont Antoine de Baecque a retracé l’épopée, Positif, l’autre revue du cinéma, et d’autres cinéphiles ont continué à construire une histoire cinéphilique du cinéma.

  • 26 Mandrou Robert, « Histoire et Cinéma », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 1, 1958, p (...)
  • 27 Cité par Poirrier Philippe, Introduction à l’historiographie, Paris, Belin, 2009, p. 160.

11L’histoire du cinéma des historiens, c’est-à-dire du cinéma dans l’histoire, est advenue plus tard. En 1958, dans un texte des Annales, Robert Mandrou a, le premier, appelé l’attention des historiens sur le cinéma : « Le cinéma est “entré dans l’histoire” depuis plus d’un siècle : la “belle époque” le pratiquait déjà avec ravissement et les cinéastes nous ont eux-mêmes restitué la joie des pionniers et fait l’éloge des grandes ancêtres (Le Silence est d’or). Toute cette magie dont s’entoure le cinéma explique sans doute la lenteur avec laquelle la réflexion des sociologues et des historiens s’est emparée de cet art “qui est plus qu’un art”, de ce langage universel, aujourd’hui pratiqué sur toute la planète26. » Mais c’est Marc Ferro, en pionnier, qui a ouvert en 1971 ce nouveau champ d’étude : « Le film, ici, n’est pas considéré d’un point de vue sémiologique. Il ne s’agit pas non plus d’esthétique ou d’histoire du cinéma. Le film est observé, non comme une œuvre d’art, mais comme un produit, une image-objet, dont les significations ne sont pas seulement cinématographiques. Il vaut par ce dont il témoigne27. » Si des études sont dès lors entreprises, elles portent cependant d’abord sur des films largement diffusés auprès du grand public.

  • 28 Gaudreault André, Cinéma et attraction. Pour une nouvelle histoire du cinématographe, Paris, Éditi (...)

12Pour l’histoire du cinéma des premiers temps, c’est-à-dire des films tournés avant la Première Guerre mondiale, il faut attendre le milieu des années 1980 pour que s’organisent en association les chercheurs spécialisés, auparavant actifs mais dispersés depuis la fin des années 1970. Domitor est l’« association internationale pour le développement de la recherche sur le cinéma des premiers temps ». Elle regroupe des chercheurs internationaux spécialisés dans l’étude du cinéma des débuts jusqu’en 1915. L’un des cofondateurs et le premier président de Domitor, André Gaudreault, universitaire québécois, est l’auteur d’articles et d’ouvrages qui renouvellent l’approche du cinématographe et son évolution vers le Cinéma28. Des congrès réunissent périodiquement ces historiens. Avec l’inventaire et l’identification des films, l’association a contribué à renouveler les problématiques, préciser les géographies du cinéma et de sa production, les représentations et les discours portés sur eux, à définir l’identité des différents publics concernés. Pour la seule France, mais sans exclure les chercheurs étrangers, une association a pour but depuis 1984 de réunir les historiens de cinéma et de promouvoir de nouvelles recherches sur l’histoire du cinéma. Autour de critiques et historiens comme Jean Mitry et Raymond Chirat, l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC) a réuni les spécialistes Jean Gili, Jean-Pierre Jeancolas, Vincent Pinel, Michel Marie, Laurent Mannoni, Laurent Véray, François Albera et, plus récemment Valérie Pozner, Laurent Guido et Valérie Vignaux. 1895 est la revue de l’association qui édite aussi des archives, des correspondances, des DVD de films rares ou restaurés, et organise des conférences et des projections de films. L’AFRHC a contribué a ainsi beaucoup contribué à renouveler l’approche historique du cinéma scientifique et du cinéma d’enseignement. Elle a fait connaître des réalisateurs de films éducatifs et édité quelques-uns des plus importants.

  • 29 « Au risque du spectacle. Les projections cinématographiques en milieu scolaire dans les années 19 (...)

13L’intérêt des historiens pour le cinéma des premiers temps a eu pour effet de considérer les pratiques qui l’avaient précédé. Avant d’utiliser le cinématographe, mais aussi après l’avoir admis comme auxiliaire de l’enseignement, l’école a en effet utilisé des images que les historiens étudient aussi attentivement. écoles laïques ou confessionnelles ont largement fait usage de vues sur verre avant d’utiliser très largement, à partir des années 1920, des films fixes, vues souples sur pellicule celluloïd, pour alimenter leurs projections lumineuses. À la même époque, même s’ils ne sont pas entrés directement dans la pratique de l’enseignement, des films de fiction, commerciaux, ont aussi été projetés dans les écoles29. Considérer le cinéma et l’école, c’est donc prendre en compte tout à la fois les films fixes et les films animés, d’enseignement ou de fiction, éducateurs ou jugés récréatifs.

Un patrimoine éclaté à inventer

  • 30 Charmasson Thérèse (textes présentés par), Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, (...)
  • 31 « Le cinéma et les archives », La Gazette des archives, Paris, Association des archivistes françai (...)

14Dans les faits, la recherche en histoire du cinéma a inventé et mis au jour de nouvelles sources : outre des documents et des objets dispersés, c’est d’abord à leur inventaire, avec la question de leur conservation, qu’il faut procéder. Les archives et sources utiles pour l’histoire de l’enseignement sont d’abord à interroger30. L’enquête est à croiser avec la spécificité du cinéma et de ses archives31. Dans l’ensemble de ce qui ressort des archives et des sources du cinéma éducatif ou scolaire, deux types de sources sont à rechercher : les documents liés aux films et les films proprement dits.

  • 32 Le Journal des Instituteurs, entièrement numérisé, est accessible en ligne : http://www.inrp.fr
  • 33 Gaumont, par exemple, propose des « Postes cinématographiques d’enseignement ». À Noël 1922, Pathé (...)
  • 34 Caspard-Karydis Pénélope (dir.), La Presse d’éducation et d’enseignement, 1941-1990 : répertoire a (...)

15Le Journal des instituteurs et les revues pédagogiques sont une source de première importance32. Outre une information sur des titres de films, ils renseignent sur les techniques d’enseignement avec le cinéma, les publicités pour des appareils de projection spécifiques33, et des catalogues d’éditeurs de films. Pour identifier les titres spécialisés qui traitent de cinéma et d’enseignement, il peut être fait usage de volumineux répertoires désormais publiés34.

  • 35 Borde Raymond et Perrin Charles, Les Offices du cinéma éducateur et la survivance du muet, 1925-19 (...)
  • 36 Publication, à Nice, de 1935 à mai 1939.

16Dès l’apparition du cinématographe, les éducateurs et enseignants des « deux France » se sont partagés pour proposer de bonnes images contre les mauvaises susceptibles de contrarier l’éducation et l’enseignement dispensés. Les catholiques, prolongeant un lien très fort avec les images, bénéficièrent, grâce à La Bonne Presse, d’une revue spécialisée, Le Fascinateur, et d’index ou de catalogues. Les laïques, de leur côté, après l’action pionnière de la Ligue de l’enseignement comptèrent à partir des années 1920 sur les offices du cinéma éducateur35. La Revue du cinéma éducateur, de l’Union française des offices du cinéma éducateur laïque, est leur publication36.

  • 37 Maurice Fallex, professeur agrégé d’histoire et de géographie au lycée Louis-le-Grand, et Eugène L (...)
  • 38 Cinéma scolaire Gaumont-Hachette, Films d’enseignement à l’usage du cours moyen des écoles primair (...)
  • 39 Piffeteau Marie, Création d’une Bibliothèque de Conservation et de Recherche au sein de l’IUFM de (...)

17Parmi les secondes sources permettant d’identifier des films d’enseignement, il y a les manuels scolaires. Dans l’entre-deux-guerres, certains éditeurs, comme Delagrave qui a déjà conçu des disques en complément des cours de langue, proposent des films pour accompagner l’enseignement de l’histoire naturelle. Delagrave s’est aussi associé avec Pathé pour l’enseignement de la géographie37. Hachette, en partenariat avec Gaumont, a de même proposé sa propre collection de films38. Les manuels ont déjà fait l’objet d’un travail d’inventaire. Le Service d’histoire de l’éducation de l’ancien Institut national de recherche pédagogique a lancé en 1980, sous la direction d’Alain Choppin (1948-2009), le programme de recherche « Emmanuelle » qui visait à recenser l’édition scolaire en France. Les manuels de grec, d’italien, de latin, d’allemand, d’espagnol, d’anglais ont été répertoriés. Les manuels de sciences, en revanche, ne l’ont pas été. Or c’est parfois dans certains de ces manuels que sont mentionnés, à l’appui d’une leçon les noms de tel ou tel film. Des collections de manuels scolaires sont principalement conservées dans plusieurs bibliothèques universitaires. La première est celle de l’Institut français de l’éducation (ex-INRP), désormais intégrée dans le département Éducation de la bibliothèque de l’ENS de Lyon, la bibliothèque Diderot. Outre la bibliothèque du Musée national de l’éducation à Rouen, des bibliothèques des anciens IUFM conservent des manuels scolaires, des revues et des documents pédagogiques. L’IUFM de Poitou-Charentes a ainsi constitué un important fonds patrimonial39. À Montpellier s’est constitué le CEDHRE (Centre d’études, de documentation et de recherche en histoire de l’éducation). L’IUFM Nord-Pas-de-Calais, avec ce qui fut la Médiathèque recherche et patrimoine scolaire, a choisi également de conserver des manuels scolaires. Il en a été de même au Mans, pour celui de Nantes (localisé à Angers), à Bordeaux et Melun. Avignon et Chamalières devaient faire de même.

  • 40 Ueberschlag Josette, Jean Brérault, l’instituteur cinéaste (1898-1973), Saint-Étienne, Publication (...)
  • 41 L’Éducateur prolétarien : l’imprimerie à l’école, le cinéma, la radio, les techniques nouvelles d’ (...)

18Des enseignants sont parfois passés à la réalisation dès l’entre-deux-guerres. L’œuvre exemplaire de Jean Brérault, instituteur cinéaste, a fait l’objet d’une récente étude40. On aura garde de ne pas oublier l’œuvre de Célestin Freinet dans laquelle le cinéma a une place41.

  • 42 Benoit-Lévy Jean, Les Grandes missions du cinéma, Montréal, L. Parizeau, 1945.
  • 43 Vignaux Valérie, Jean-Benoit-Lévy ou le corps comme utopie : une histoire du cinéma éducateur dans (...)
  • 44 Lang André, Le Tableau blanc, Paris, Horizons de France, 1948 ; Lahy-Hollebecque Marie, L’Enfant a (...)
  • 45 L’Institut des hautes études cinématographiques a été fondé en 1943. Il est l’ancêtre de l’actuell (...)
  • 46 Agel Henri et Roger Philippe, Exégèse du film : soixante années en cinéma, 1934-1994, Lyon, Aléas, (...)
  • 47 Agel Henri et Geneviève, Précis d’initiation au cinéma : classes de 3e, 2e, 1re et classes supérie (...)

19Sur l’emploi du cinéma à l’école, la réflexion en forme de bilan ou la proposition de manuels à l’intention des professeurs, des monographies ont paru après la Seconde Guerre mondiale avec pour auteurs des praticiens, militants, animateurs de ciné-clubs à visées pédagogiques. Jean-Benoît Lévy (1888-1959) est l’une de ces grandes figures42, récemment étudiée43. André Lang (1893-1986) et Marie Lahy-Hollebecque (1880-1957) décrivent les pratiques de l’enseignement public voire résolument laïque44. Presque à lui seul, Henri Agel (1911-2008), professeur de lettres mais aussi enseignant dans une classe préparatoire à l’IDHEC45, critique aux Études des jésuites et d’orientation franchement spiritualiste chrétienne46, incarne l’effort d’éducation cinématographique de l’enseignement libre, particulièrement catholique47.

  • 48 Le Cinématographe dans l’enseignement, Organe gratuit bi-mensuel d’informations concernant l’appli (...)
  • 49 Gauthier Christophe, La Passion du cinéma : cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris (...)

20C’est encore en bibliothèque, principalement à la Bibliothèque nationale de France (BNF), que peuvent être consultés les périodiques plus ou moins spécialisés qui intéressent l’histoire du cinéma dans l’enseignement et qui ont pu connaître une existence parfois éphémère48. L’information est aussi parfois à chercher dans des publications destinées au grand public, ainsi Ciné magazine49.

  • 50 http://www.fondation-jeromeseydoux-pathe.com
  • 51 Bousquet Henri, De Pathé frères à Pathé Cinéma, Catalogue Pathé des années 1896 à 1927, Bures-sur- (...)

21Parmi la documentation née de l’exploitation cinématographie et de son application à l’éducation et à l’enseignement, les catalogues de films et affiches publicitaires sont dispersés. À partir des années 1930, Pathé édite sa Filmathèque Pathé-Baby plusieurs fois mise à jour. La BNF en conserve quelques éditions. L’essentiel de la documentation liée à la firme Pathé est cependant aujourd’hui conservé par la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Elle possède toutes les archives de la société, hormis les films proprement dits. Depuis quelques années, une base de données permet d’identifier les appareils de projection, affiches, scénarios, correspondances, les catalogues, livres et revues, conservés par la firme du coq50. Un important travail d’inventaire des films produits par Pathé jusqu’en 1927, date de l’avènement du « cinéma parlant », a été réalisé par Henri Bousquet à partir de l’exploitation minutieuse des catalogues Pathé51.

Des films à retrouver

  • 52 Le Musée pédagogique avait ouvert, en 1895, un Service de « vues fixes » pour les projections lumi (...)
  • 53 Renonciat Annie, Images lumineuses : tableaux sur verre pour lanternes magiques et vues sur papier (...)
  • 54 Cinéma-école : aller-retour…, op. cit. et Caumeil Jean-Guy, Charroin Pascal, Lignon Fanny, Nourris (...)
  • 55 Numérisation systématique des films par l’Université Claude Bernard-Lyon 1, avec d’abord les films (...)

22La source première de toute histoire du cinéma reste bien sûr les films eux-mêmes. Depuis quelques années, et sans que tous les films aient été identifiés non plus que leur inventaire réalisé, certaines institutions travaillent pour la conservation et la mise à disposition des œuvres conservées sur pellicule. Parmi les documents et les objets qui servent l’histoire de l’éducation, le Musée national de l’Éducation à Rouen, héritier du Musée pédagogique créé en 187952, possède dans sa photothèque des vues fixes sur verre53, des plaques de lanternes magiques, et des films fixes et animés. L’IUFM de Lyon a, pour sa part, hérité de l’important fonds de films fixes de l’Office du cinéma éducateur de Saint-Étienne, créé en 1922. Didier Nourrisson, professeur d’histoire contemporaine, a entrepris de les étudier54. Il dirige leur numérisation et mise en ligne55. À Paris, la Cinémathèque Robert Lynen conserve également de nombreux films. Fondée par la Ville de Paris en 1925, la Cinémathèque scolaire de la ville de Paris a eu d’abord pour mission de mettre des films et des photographies à la disposition des enseignants parisiens. Elle a élargi ses activités depuis les années 1950 mais a conservé ses documents, parmi lesquels des documents cinématographiques, soit 3 800 courts-métrages dont 400 films scientifiques, techniques, artistiques et de découvertes d’autres pays réalisés à partir de 1910.

  • 56 Vienne Frédéric, « Les films fixes au service de la religion », Bulletin des Archives de l’Église (...)
  • 57 http://asffa.angers.free.fr/accueil_association.htm. Goutanier Coralie et Lepage Julien, « Le film (...)

23Hors de la sphère laïque, mais toujours relativement aux films fixes, de nombreuses maisons d’édition en ont produit à partir des années 1920 : l’Office supérieur de l’Enseignement par le film (OSEF), l’Étoile Films, la Bonne Presse, Bloud & Gay, les Éditions du Berger. Leurs réalisations, dispersées, se trouvent parfois dans des archives diocésaines, comme celles de Lille, qui conservent des films fixes mis « au service de la religion56 ». Des milliers d’autres, parmi lesquels une part importante était destinée à l’enseignement, ont été préservés par l’Association pour la sauvegarde des films fixes en Anjou57.

  • 58 http://www.cnc.fr/web/fr

24La conservation des films « animés » d’enseignement pose les mêmes problèmes que pour la conservation des films de fiction et commerciaux. Aussi sont-ils concentrés dans une grande institution, étroitement liée au Centre national de la cinématographie (CNC) : les Archives françaises du film. L’établissement installé à Bois-d’Arcy a, depuis 1969, pour mission de sauvegarder et de restaurer les œuvres considérées comme patrimoniales. La collection est composée par le dépôt légal institué en 1994, des dons et des acquisitions. Le fonds actuel est estimé à environ 100 000 films. Depuis novembre 2006, la consultation est aussi possible à la BNF pour les films numérisés. Une base de données est disponible en ligne et concerne 34 000 films, surtout français, dont 8 000 documentaires58.

  • 59 http://www.gaumontpathearchives.com

25Grand acteur dans l’histoire du cinéma, la firme Pathé a aussi sa société : Pathé archives. Par l’intermédiaire de son site sur l’Internent, elle propose un accès aux collections cinématographiques des sociétés Gaumont et Pathé. Une base de données permet d’effectuer des recherches sur l’ensemble des collections. Le site permet également la commande des archives et la consultation de la liste des tarifs pour des reproductions59.

  • 60 Marie Michel, Les Films maudits, Paris, Armand Colin, 2010. Tous les élèves n’auront ainsi peut-êt (...)
  • 61 Idem, p. 9.

26L’histoire du cinéma dans l’enseignement a partie liée avec l’histoire du cinéma. Pour se développer, elle a besoin de sources et d’archives, des films aussi. Le patrimoine que forme l’ensemble des documents, des objets et des films est encore dispersé. Depuis une trentaine d’années, il est peu à peu réuni, au moins dans le « musée imaginaire » que se constituent les chercheurs. Institutions spécialisées, inventaires, sinon signalement, conservation et restauration servent la constitution du patrimoine des films qui ont été utilisés dans l’enseignement. L’histoire du cinéma dans l’enseignement est une autre histoire des usages du cinéma. Elle ignore la séparation entre les films et ajoute à l’histoire de la production cinématographique, des genres et des auteurs, des discours sur le cinéma, pas seulement esthétiques. Elle est une autre recherche des titres de films, de leurs praticiens, des publics, des méthodes d’enseignement et d’éducation. L’évolution montre une défiance générale, avant des tentatives d’apprivoisement, puis un engouement des éducateurs à l’égard de l’image animée. Les archives du patrimoine cinématographique peuvent servir à montrer cela. Les frontières déplacées, il faut aller à la découverte des archives, vraies sources pour retrouver les formes du cinéma pédagogique, éducateur ou récréatif. « Inventer » les films pédagogiques, les remettre au jour, invite à découvrir ce que furent les pédagogies par le film, avant la didactique par l’image. Après avoir eux-mêmes entrepris la traversée de l’image, bien souvent négative du cinématographe, les éducateurs ont entrepris d’utiliser des images dans le but de rompre le charme de l’image. L’éducation cinématographique a voulu faire passer l’élève confronté à l’écran, de l’émotion à l’esprit critique. Une histoire totale de cette éducation nécessiterait que tous les films soient sinon retrouvés au moins référencés. Cette histoire est impossible. Pas seulement car le cinéma est aussi une industrie. Mais également parce que l’histoire du cinéma relate le parcours de films dont certains ont connu une longue histoire. Des « films maudits » ont-ils été utilisés à l’école ? C’est possible. Parmi ces « maudits », il y a en effet les projets avortés, les films commencés et interrompus, ou non repris, mais aussi les films dont les montages ont été réalisés sans l’accord des réalisateurs, gênés ou empêchés par la mort d’acteurs, ou du fait de la censure60. À bien considérer cette catégorie de films qui englobe les films tombés dans l’oubli ou disparus, il apparaît que « l’horizon du film maudit est donc sans rivages61. » Les œuvres destinées à être montrées à l’école peuvent connaître le même destin. Comme pour les « grandes » œuvres de fiction, les films montés ou remontés, comment l’historien pourra-t-il savoir qui les a vus et comment ils ont été vus ? Il faudra aller au-delà de la survie patrimoniale de certains films (ou de certaines versions) pour entrer dans l’histoire de la transmission des films et d’une culture cinématographique par des professeurs et des éducateurs. Entré dans l’histoire, le cinéma pourra retrouver pleinement son passé au travers d’un nouveau patrimoine « inventé » unissant films fixes, éducateurs, d’enseignement ou récréatifs.

Notes

1 Adhémar Jean, « L’enseignement par l’image », Gazette des Beaux-Arts, février 1981, pp. 53-60 et septembre 1981, pp. 49-60.

2 Synthèse érudite et passionnée du cinéma français des premiers temps par Lherminier Pierre, Annales du cinéma français : les voies du silence, 1895-1929, Paris, Nouveau monde Éditions, 2012.

3 Mannoni Laurent, Le Grand art de la lumière et de l’ombre : archéologie du cinéma, Paris, Nathan, 1995 (1ère éd. 1994).

4 Duclos Paul, « François Moigno », dans Mayeur Jean-Marie et Hilaire Yves-Marie (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 1, Les Jésuites, Paris, Beauchesne, 1985.

5 Marey Étienne-Jules, La Machine animale : locomotion terrestre et aérienne, Paris, G. Baillière, 1873. Cinq ans plus tôt, il a publié Du Mouvement dans les fonctions de la vie, leçons faites au Collège de France, Paris, G. Baillière, 1868.

6 Marey Étienne-Jules, La Chronophotographie, nouvelle méthode pour analyser le mouvement dans les sciences physiques et naturelles, Paris, 1891.

7 Lherminier Pierre, op. cit., p. 53.

8 Kermabon Jacques (dir.), Pathé, premier empire du cinéma, Paris, Centre Georges Pompidou, 1994.

9 Le mépris pour le cinéma sera tenace. Il est nourri par la dissociation, entamée avec la photographie et consommée avec l’avènement du cinéma, de la peinture artistique avec une certaine représentation du réel et par l’attraction populaire qu’est le cinématographe. Heinich Nathalie, « De Pierre-Auguste à Jean, Claude et Pierre : la résistible ascension du cinéma comme art », dans Ramond Sylvie (dir.), Impressionnisme et naissance du cinématographe, Lyon, Fage éd./Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2005 ; Lefcourt Jenny, « Aller au cinéma, aller au peuple », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51-4, octobre-décembre 2004, pp. 98-114.

10 Renonciat Annie (dir.), Voir-savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé. Du xvie au xxe siècle, Futuroscope, SCÉRÉN-CNDP-CRDP, 2011, spécialement pp. 65-170.

11 Hulin-Jung Nicole, L’Organisation de l’enseignement des sciences, Paris, Édition du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1989.

12 Cité par Blerzy Henri, « Une nouvelle méthode d’enseignement scientifique », Revue des Deux mondes, 15 janvier 1867, p. 509-510.

13 Ibid., p. 510.

14 Renonciat Annie, « Avant-propos », dans L’Image pour enfants : pratiques, normes, discours (France et pays francophones, xvie-xxe siècles), Poitiers, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, 2003, p. 5.

15 Raichvarg Daniel et Jacques Jean, Savants et ignorants : une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Le Seuil, 1991.

16 Son grand-oncle, Pierre François Antoine Molteni (1786-1866) a construit les appareils de Louis Daguerre (1787-1851).

17 Meunier Stanislas, Les Projections lumineuses et l’enseignement primaire, conférence faite le 30 mars 1880, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, Paris, A. Molteni, 1880 : « À l’occasion du passage à Paris des directeurs et directrices d’écoles normales et des inspecteurs primaires réunis en congrès pédagogique, le ministre de l’Instruction publique a décidé qu’une séance de projections photographiques appliquées à l’enseignement (géologie, botanique, minéralogie, architecture, etc.) serait donnée dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, le 30 mars 1880. Cette séance, qui avait attiré une grande affluence, a offert le plus vif intérêt. Un des professeurs d’un grand établissement scientifique a accompagné d’explications techniques les sujets scolaires qui étaient mis sous les yeux des assistants. » L’Univers Illustré, no 1307, 10 avril 1880, p. 227. L’illustration, page 230, donne à voir la projection d’un insecte sur l’écran devant de très nombreux hommes et femmes dans une demi obscurité.

18 Saint-Martin Isabelle, « “Catéchisme en images”, une pédagogie par le sensible ? », Archives de sciences sociales des religions, 111, 2000, pp. 57-78.

19 Gilbault Henri, Conférences populaires : guide pratique à l’usage des conférenciers populaires, Paris, Bibliothèque d’Éducation, 1905, p. 40.

20 Renonciat Annie, Voir-savoir, op. cit.

21 « Projections lumineuses », dans Buisson Ferdinand (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911, 2 vol.

22 Kuntzmann Nelly-Christine, Des images pour le dire, des mots pour le voir. Prémisses de la culture audiovisuelle, éducation et bibliothèque, 1895-1940, mémoire de recherche pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, dir. Ory Pascal, ENSSIB, 1995.

23 Cité par Uebershlag Josette dans « École et cinéma : ethnologie de films scientifiques », dans Nourrisson Didier et Jeunet Paul (dir.), Cinéma-école : aller-retour, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2001, pp. 165-178.

24 De Pastre Béatrice (dir.), avec la collaboration de Lefebvre Thierry, Filmer la science, comprendre la vie : le cinéma de Jean Comandon, Paris, CNC, 2012.

25 Kuntzmann Nelly, op. cit., p. 22.

26 Mandrou Robert, « Histoire et Cinéma », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 1, 1958, p. 140.

27 Cité par Poirrier Philippe, Introduction à l’historiographie, Paris, Belin, 2009, p. 160.

28 Gaudreault André, Cinéma et attraction. Pour une nouvelle histoire du cinématographe, Paris, Éditions du CNRS, 2008.

29 « Au risque du spectacle. Les projections cinématographiques en milieu scolaire dans les années 1920 », dans de Pastre Béatrice, Dubost Monique, Massit-Folléa Françoise (dir.), Cinéma pédagogique et scientifique. À la redécouverte des archives, Lyon, ENS Éditions, 2004, pp. 73-98.

30 Charmasson Thérèse (textes présentés par), Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005.

31 « Le cinéma et les archives », La Gazette des archives, Paris, Association des archivistes français, no 173, 1996-2.

32 Le Journal des Instituteurs, entièrement numérisé, est accessible en ligne : http://www.inrp.fr

33 Gaumont, par exemple, propose des « Postes cinématographiques d’enseignement ». À Noël 1922, Pathé lance son Pathé Baby, un petit appareil destiné à la diffusion du cinéma. Rossel-Kirschen André, Pathé-Natan. La véritable histoire, Paris, les Indépendants du 1er siècle, 2004, p. 270.

34 Caspard-Karydis Pénélope (dir.), La Presse d’éducation et d’enseignement, 1941-1990 : répertoire analytique, tome I, A-D, Paris, INRP, 2000 ; Id., op. cit., tome II, E-K, Paris, INRP, 2003 ; Id., op. cit., tome III, L-Q, Lyon, INRP, 2005 ; Id., op. cit., tome IV, R-Z, Lyon, INRP, 2005. Dans les volumes de la première série concernant la période antérieure à 1940, se trouvent également de nombreuses références.

35 Borde Raymond et Perrin Charles, Les Offices du cinéma éducateur et la survivance du muet, 1925-1940, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992.

36 Publication, à Nice, de 1935 à mai 1939.

37 Maurice Fallex, professeur agrégé d’histoire et de géographie au lycée Louis-le-Grand, et Eugène Lasnier, professeur agrégé de sciences naturelles au lycée de Lille, Enseignement et cinématographe, Paris, Delagrave/Pathé-consortium cinéma, 1923.

38 Cinéma scolaire Gaumont-Hachette, Films d’enseignement à l’usage du cours moyen des écoles primaires, conformes aux programmes du 23 février 1923. Les matériaux de construction. Matériaux fabriqués, Paris, Hachette, 1926.

39 Piffeteau Marie, Création d’une Bibliothèque de Conservation et de Recherche au sein de l’IUFM de Poitou-Charentes, sur le site de La Rochelle, ENSSIB, 2005.

40 Ueberschlag Josette, Jean Brérault, l’instituteur cinéaste (1898-1973), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007.

41 L’Éducateur prolétarien : l’imprimerie à l’école, le cinéma, la radio, les techniques nouvelles d’éducation populaire, Saint-Paul-de-Vence, Édition de l’Imprimerie à l’école, 1925-1939. À Rouen, le Musée national de l’Éducation conserve un fonds Freinet.

42 Benoit-Lévy Jean, Les Grandes missions du cinéma, Montréal, L. Parizeau, 1945.

43 Vignaux Valérie, Jean-Benoit-Lévy ou le corps comme utopie : une histoire du cinéma éducateur dans l’entre-deux-guerres en France, Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2007. L’ouvrage est accompagné d’un DVD.

44 Lang André, Le Tableau blanc, Paris, Horizons de France, 1948 ; Lahy-Hollebecque Marie, L’Enfant au royaume des images : essai sur le cinéma et les jeunes, Paris, Publications de l’Union rationaliste, 1956.

45 L’Institut des hautes études cinématographiques a été fondé en 1943. Il est l’ancêtre de l’actuelle FEMIS.

46 Agel Henri et Roger Philippe, Exégèse du film : soixante années en cinéma, 1934-1994, Lyon, Aléas, 1994.

47 Agel Henri et Geneviève, Précis d’initiation au cinéma : classes de 3e, 2e, 1re et classes supérieures, Paris, Éditions de l’École, 1963.

48 Le Cinématographe dans l’enseignement, Organe gratuit bi-mensuel d’informations concernant l’application des films cinématographiques à l’enseignement et ses différentes utilisations, Pathé-Consortium cinéma, Tunis/Alger/Casablanca, no 1, 15 janvier 1921.

49 Gauthier Christophe, La Passion du cinéma : cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma/École des Chartes, 1999, pp. 68-69.

50 http://www.fondation-jeromeseydoux-pathe.com

51 Bousquet Henri, De Pathé frères à Pathé Cinéma, Catalogue Pathé des années 1896 à 1927, Bures-sur-Yvette, 1993-2004.

52 Le Musée pédagogique avait ouvert, en 1895, un Service de « vues fixes » pour les projections lumineuses. En 1925, il avait créé un Service des films. Le Musée pédagogique a été rebaptisé Centre national de documentation pédagogique en 1932. Depuis 1976, le CNDP produit de la documentation pour l’enseignement.

53 Renonciat Annie, Images lumineuses : tableaux sur verre pour lanternes magiques et vues sur papier pour appareils de projection, Mont-Saint-Aignan, Musée national de l’Éducation, 1995.

54 Cinéma-école : aller-retour…, op. cit. et Caumeil Jean-Guy, Charroin Pascal, Lignon Fanny, Nourrisson Didier, Fixité de l’image, mobilité des corps. L’enseignement des activités physiques et sportives par le film fixe, Clermont-Ferrand, Diazo, 2010 (avec un CD-Rom) ; Nourrisson Didier, « Un fonds éducatif réinventé », Sociétés et représentations, 2011/1, no 31, pp. 177-188.

55 Numérisation systématique des films par l’Université Claude Bernard-Lyon 1, avec d’abord les films de sciences naturelles, de médecine et de sport. Voir les sites : http://pedagogie.lyon.iufm.fr/csefilms et http://films-fixes.univ-lyon1.fr

56 Vienne Frédéric, « Les films fixes au service de la religion », Bulletin des Archives de l’Église de France, no 69, 2008, pp. 27-36.

57 http://asffa.angers.free.fr/accueil_association.htm. Goutanier Coralie et Lepage Julien, « Le film fixe : une source à découvrir. Un exemple de sauvegarde en Anjou », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 4, janvier-avril 2008, www.histoire-politique.fr

58 http://www.cnc.fr/web/fr

59 http://www.gaumontpathearchives.com

60 Marie Michel, Les Films maudits, Paris, Armand Colin, 2010. Tous les élèves n’auront ainsi peut-être pas vu la même fin pour Moonfleet (Les Contrebandiers de Moonfleet, 1955), la production ayant choisi, contre l’avis de Fritz Lang, une fin moins tragique. Bergala Alain, Eisenschitz Bernard, Fitts Margaret, Les Contrebandiers de Moonfleet, Paris, CNDP, 2001.

61 Idem, p. 9.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search