Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Approche sociolinguistique de la dimension spatiale des langues et de ses déclinaisons

2Alain Viaut

3Résumé

4Les langues se distribuent dans l’espace selon des lignes divisoires qui délimitent elles-mêmes des territoires. Les formes variées de ces derniers sont tout autant induites par des paramètres linguistiques liés à leur histoire et à leur degré de standardisation qu’à d’autres : géographiques, politiques et administratifs. Si la déclinaison spatiale des langues s’entend d’abord au vu de leur enveloppe externe, il est également tenu compte des répartitions internes. Autour de la notion centrale de territoire linguistique, d’autres, moins marquées par la fixité des limites, ont aussi leur place pour mieux saisir la répartition et les mouvements des langues dans l’espace. Il en est ainsi des notions d’aire, de marge et d’implantation linguistiques. Par rapport à la notion de territoire linguistique, de même que plusieurs de ses formes peuvent s’appliquer en synchronie pour caractériser de nombreuses langues, des glissements possibles, en diachronie, d’une forme vers une autre, du territoire homogène vers celui en archipel par exemple, sont également possibles.

5Abstracts

6Languages are distributed in space according to dividing lines which delimit territories. These territories’ various shapes are equally induced as well by linguistic parameters related to their history and their level of standardization as by geographical, political and administrative ones. Even though languages’ alteration through space is first understood considering their external aspect, internal distributions are also taken into account. The central notion of linguistic territory is accompanied by other notions which are less governed by the steadiness of limits but which also matter in understanding how languages spread and move in space. Such is the case of the notions of area, margin and linguistic establishment. Regarding the notion of linguistic territory, just as several of its shapes can be applied in synchrony to characterise numerous languages, movements are also possible in diachrony, from one shape to another, from the homogeneous territory to the archipelagic one for instance.

7La géographie des langues : concepts et méthodes

8Roland Breton

9Résumé

10L’inégalité du développement de la géographie des langues provient, en partie, de l’inégalité de la reconnaissance des minorités, à l’exemple de la situation française. L’étude du rapport langue-espace prend, selon les pays, des dénominations diverses : géographie des langues, géolinguistique, écologie des langues. L’auteur insiste sur l’apport de William K. Mackey, linguiste canadien anglophone de naissance et « francisé » au Québec, dans la définition des concepts de géolinguistique (puissance, attraction, pression). Il évoque ensuite la dynamique des langues (identification, extension, transfert linguistique). Sont enfin précisées les méthodes de la géographie des langues, avec pour axes principaux la saisie des données, leur répartition dans l’espace, la relation avec le rôle des différents facteurs environnementaux : individus, communautés, États.

11Abstracts

12Disparities in the geography of languages’ development partially come from the inequalities in the recognition of minorities, as the situation in France illustrates. The study of the languages-space relationship takes, according to the countries, various designations: geography of languages, geolinguistics, and ecology of languages. The author pays particular attention to the contribution of William K. Mackey – a Canadian linguist and English native speaker but Frenchified in Quebec – in the definition of geolinguistic concepts (power, attraction, pressure). He then refers to the dynamics of languages (identification, extension, linguistic transfers). Finally, the geography of languages’ methods are placed under scrutiny, and eventually made clear through explanations about data capture, their distribution in space and their relationship with the role of various environmental factors such as individuals, communities, States.

13L’approche juridique française du rapport langue/espace

14Véronique Bertile

15Résumé

16Des deux principes qui sont appliqués en matière de droit de la langue, celui de personnalité (concerne la personne indépendamment du lieu où elle se trouve) et celui de territorialité (en vigueur dans certaines aires définies), le premier, difficile à mettre en œuvre, est peu appliqué (Canada surtout) au profit du second. En France, hormis le français, langue officielle d’État selon le principe de personnalité, la notion de langue régionale utilisée en droit est de nature à territorialiser ce type d’expression linguistique. Les « langues et dialectes locaux » de la loi Deixonne de 1951 faisaient déjà directement allusion à ce lien territorial. La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, signée mais non ratifiée par la France, intègre cette dimension territoriale comme une condition première de son applicabilité. D’une part, les droits linguistiques en France sont de type « prestationnels » (droits à la différence) et impliquent en même temps des devoirs (connaître la langue française), d’autre part, ils apparaissent aussi comme des droits territoriaux. Le recours aux notions de « langue de France » et de patrimoine culturel national par le ministère de la Culture témoignent de cette préoccupation sans pour autant devoir consacrer l’émergence dans ce contexte du principe de personnalité.

17Abstract

18Regarding the two principles which are used as far as language rights are concerned, that of personality (which applies to the person irrespective of the place where he/she is) and that of territoriality (in force in some defined areas), the former is difficult to implement, not often applied (mainly limited to Canada), and is supplanted by the latter. In France, besides French which is the State’s official language according to the principle of personality, the legal notion of regional language tends to territorialize this type of linguistic expression. The “local languages and dialects” of the 1951 Deixonne Act already referred to such a territorial link. The European Charter for Regional or Minority Languages, signed but not ratified by France, integrates this territorial dimension as the prime condition to its applicability. On the one hand linguistic rights in France are “serviceable” (the right to be different) but nevertheless imply duties (to know French), and on the other hand they appear as territorial rights. The French Ministry for Culture’s resorting to the notions of “Langue de France” (Language of France) and “national cultural heritage” displays this concern but does not necessarily establish the emergence of the principle of personality in this context.

19« Langues de France » et territoires : raison des choix et des dénominations

20Jean Sibille

21Résumé

22La notion de « Langue de France » a pour origine un rapport demandé en 1999 par le ministère de la Culture en vue de la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe. La ratification n’a pas eu lieu, mais la notion est restée. Elle désigne différents types de langues aussi bien régionales, implantées dans des territoires depuis des siècles, voire des millénaires comme le basque, ou attachées à des territoires d’outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Polynésie), que d’autres issues de dialectes (langues d’oïl), de l’immigration (arabe dialectal) et de diasporas (arménien occidental). Le lien des langues de France à un territoire est une réalité pour la plupart d’entre elles, même si cette relation est parfois niée à travers la critique même de la notion de langue régionale, elle est en tout cas relativisée par les faits. Ainsi en vat-il du créole antillais dont la présence en région parisienne est aussi forte que dans ses îles d’origine. Quoi qu’il en soit, les langues de France sont néanmoins catégorisées par zones géographiques avec la France métropolitaine, l’outre-mer et la langue des signes.

23Abstract

24The notion of “language of France” comes from a report ordered in 1999 by the French Ministry for Culture aiming at the ratification of the European Charter for Regional or Minority Languages. This Charter, by the Council of Europe, was not ratified by France, but the notion remained. This notion refers to various types of languages, be they regional, rooted in territories for centuries or millenaries (such as, for instance, Basque) or bound together with French overseas territories (New-Caledonia, Polynesia) or others derived from dialects (Oïl languages), from immigration (dialectal Arabic) and from diasporas (western Armenian). The languages of France’s links to a territory proves real for most of them, even though this relationship is sometimes denied by the criticism of the very notion of regional language. The facts put this in perspective, such as in the case of Creole from the French West-Indies which is as much used in Paris and the surrounding region as it is in the islands of origin. Be that as it may, the languages of France are categorized according to geographical areas with Metropolitan France, Overseas France and also sign language.

25Les enjeux territoriaux et culturels de l’aménagement linguistique en Trentin-Tyrol du Sud, de la période fasciste à nos jours

26Hélène Contencin

27Résumé

28La région Trentin-Tyrol du Sud (Italie) constitue un terrain de recherche pertinent pour étudier l’aménagement linguistique, c’est-à-dire l’organisation linguistique dans un territoire donné. Un rappel historique met l’accent sur la conception fasciste du territoire national comme un espace centralisé produit par un territoire, un peuple et une langue unique, d’où l’« italianisation » du Tyrol du Sud, renforcée par la migration intérieure. Jusqu’aux années quatre-vingt-dix, une certaine indifférence est marquée par rapport à la question des minorités linguistiques. Un revirement se produit ensuite dans la province de Trente, avec la reconnaissance des minorités linguistiques qui envoie une image positive de la province. En amont des décisions en matière d’aménagement linguistique se dessinent des représentations territoriales, mais aussi des enjeux politiques et économiques et, en aval, des impacts territoriaux et culturels conséquents.

29Abstract

30The Trentino-Südtyrol region (Italy) is a relevant area of research in the study of linguistic development, that is to say the organisation of languages in a given territory. A historical reminder will put the emphasis on the fascist conception of the national territory as a centralized space defined only by its territory, people and language. Hence the “Italianisation” of Southern Tyrol strengthened by internal migration. Until the 1990s little concern for the matter of linguistic minorities was shown. Then a shift occurred in the Province of Trento with the recognition of linguistic minorities, which convey a positive image of the region. Before decisions regarding linguistic planning are taken, territorial representations should emerge and political and economical aspects are also at stake. Following these, substantial territorial and cultural aspects are to be taken into account.

31Les territoires linguistiques des Kurdes

32Françoise Rollan

33Résumé

34Cette étude présente les territoires linguistiques des Kurdes en fonction de leur situation politique. Suite à la partition du Moyen-Orient après la Première Guerre mondiale, les Kurdes ont été partagés entre plusieurs États. En Turquie, Syrie, Irak et Iran où sont la plupart d’entre eux, ils constituent des minorités de plusieurs millions d’individus ; alors que le Liban, l’Arménie et l’Azerbaïdjan en abritent, au total, moins de trois cent mille. La plupart du temps, les Kurdes doivent lutter pour préserver leur identité, et en général, ne sont pas autorisés à apprendre leur propre langue. La dispersion des Kurdes entre plusieurs États autoritaires, essentiellement dans des zones montagneuses, a entraîné l’intercompréhension entre les quatre principaux types de dialectes, et ainsi empêche l’émergence d’une langue kurde standardisée. Comme la situation de chaque pays évolue différemment, cela débouche sur une variété de territoires linguistiques kurdes, avec un dialecte tendant à dominer soit régionalement soit nationalement. De même, comme chaque pays a son système d’écriture, tout devient beaucoup plus complexe. En dépit de tous ces problèmes, des intellectuels kurdes, souvent exilés en Europe, travaillent à la standardisation de la langue et de l’écriture, avec un alphabet unique qui pourrait s’imposer, quel que soit le dialecte.

35Abstract

36This study presents the Kurds’ linguistic territories in terms of their political situation. After the post-WWI partition of the Middle East, the Kurds were assigned to several different countries. In Turkey, Syria, Iraq and Iran, where most of them are to be found, they constitute minorities embracing several million inhabitants, whereas Lebanon, Armenia, and Azerbaijan harbour fewer than three hundred thousand in all. For the most part, the Kurds have to struggle to preserve their identity, and are generally not allowed to learn their own language. The dispersion of the Kurds between several authoritarian States, mostly in mountainous areas, means that the four major types of dialect hinder mutual understanding, thereby preventing the emergence of any standard Kurdish “language”. As the political situation of each country evolves differently, this gives rise to a variety of Kurdish linguistic territories, with one regional or country-wide dialect tending to predominate. Equally, as each country has its own writing system, everything becomes much more complex. Despite all these problems, certain Kurdish intellectuals, mostly exiled in Europe, are working on the standardization of the language and its writing system, with one single alphabet destined to impose itself, whatever the dialect.

37« Enquête famille », transmission intergénérationnelle des langues régionales et de l’immigration, mobilité de la population

38Joël Pailhé

39Résumé

40L’« Enquête famille » de l’INED dispose d’un volet linguistique concernant la transmission des langues, ainsi que les formes de pratiques des langues apprises dans la vie scolaire, ou professionnelle. Son exploitation ne se fonde pas sur la problématique des minorités ou des langues régionales territorialisées, mais sur les pratiques linguistiques en région, ce qui permet de ne pas séparer les langues régionales et les langues de l’immigration. Les migrations interrégionales ont des causes et des effets complexes sur la répartition des langues héritées et pratiquées en France métropolitaine. Elles s’ajoutent aux différences sociales des formes de transmission linguistiques. La généralisation du français n’implique pas la disparition des langues régionales et l’affaiblissement de la transmission des langues de l’immigration. La mobilité de la population permet aussi la diffusion linguistique et ses formes de renforcement par l’enseignement hors des aires historiques de présence. Langues héritées, transmises et pratiquées, contribuent à mettre en évidence le fait qu’un espace national est un espace d’autorégulation de la société.

41Abstract

  • 1 Institut National d’Études Démographiques : French National Institute for Demographic Studies.a

42The « Enquête famille » – family enquiry – made by the INED1 contains a linguistic section about the transmission of languages and the practices of languages learnt at school or during professional life. Its exploiting is not based on the issue of minorities or territorialized regional languages, but on linguistic practice on the regional scale, which allows regional and immigration languages not to be separated. Interregional migrations have complex causes and impacts on the distribution of inherited and practiced languages in metropolitan France. They come in addition to the social differences between the different modes of language transmission. The generalization of French does not imply the disappearance of regional languages nor a weakening in the transmission of immigration languages. The population’s mobility also allows the linguistic diffusion and its reinforcement through teaching outside the regions where it is historically present. The inherited, transmitted and practiced languages contribute to bring to the fore the fact that a national space is a space of social self regulation.

43Normalisation et normaison des espaces et des langues : la ville comme matrice discursive

44Thierry Bulot

45Résumé

46La problématisation de l’espace par la sociolinguistique urbaine pose le locuteur comme instance normative. Cette sociolinguistique fait appel à une typologie des espaces et, loin de se limiter au constat du plurilinguisme urbain et de ses effets, cette approche part de la co-variance entre l’espace et la stratification sociolinguistique propre à une communauté donnée. L’analyse porte en particulier sur le discours tenu sur les langues identifiées et attribuées aux différents espaces, territoires et lieux urbains qui les contextualisent. La ville apparaît alors comme une matrice discursive et l’espace spatial en son sein est la résultante de la confusion – à l’origine de discours identitaires – entre distance sociale et distance linguistique. L’« urbanité langagière », comme objet de cette analyse, est abordée en s’aidant du concept d’attitude langagière et l’identité urbaine se situe entre ce que les langues disent de l’habiter et ce que l’habiter dit des langues. La sociolinguistique apprend ainsi de la géographie sociale à considérer la spatialité des langues comme un processus normatif et comme un élément nécessaire à la compréhension de la dynamique identitaire et de représentations normatives.

47Abstract

48The questioning on space in urban sociolinguistics presents the speaker as a normative authority. This sociolinguistics requires a typology of spaces and far from only recording urban multilingualism and its impacts, this approach is based on the covariance between space and sociolinguistic stratification specific to a given community. More precisely, the analysis focuses on the speech about languages that are identified and allocated to the different spaces, territories and urban places which put them into context. The town appears as a discursive matrix and the spatial space within it is the result of the confusion between social and linguistic distance – from which derive identity matters.

49Language urbanity as a subject of our study is broached with the help of the notion of language attitude, and urban identity is somewhere between what languages tell about the “live in” and what the “live in” tells about languages. Sociolinguistics therefore learns from social geography as to how to consider language spatiality as a normative process and as an element which is necessary to understand identity dynamics and normative representations.

50L’enseignement de l’occitan dans le Val d’Aran : quand la territorialisation d’une langue minoritaire montre ses failles

51Marianne Heip

52Résumé

53Trois langues, officielles selon des différentes modalités, sont couramment utilisées dans le Val d’Aran, petit territoire espagnol situé au centre des Pyrénées. Le castillan et le catalan côtoient l’aranais, variante locale de l’occitan. Ce dernier est la langue propre de la vallée et, comme telle, bénéficie d’une politique de protection et de promotion dans le cadre régional catalan. Si la « leçon aranaise » montre qu’une politique linguistique claire et déterminée peut être à l’origine d’effets positifs, même pour une langue parlée par quelques milliers de personnes, en même temps, des obstacles de nature spatiale produisent leurs effets. L’exiguïté du territoire concerné, la présence de langues voisines, plus répandues et prestigieuses, l’attirance des jeunes pour les langues aux fonctions communicationnelles plus efficaces, sont de nature à limiter les effets d’un aménagement linguistique favorable à l’occitan au profit de du castillan qui est de loin, des trois langues concernées, la plus couvrante à l’échelle espagnole et mondiale.

54Abstract

55In Val d’Aran, a small Spanish territory situated in the center of the Pyrenees, three languages are used, all official in different ways: Catalan and Castilian, side by side with Aranese, a local variety of Occitan language. Aranese is the very language of the valley and, as such, is granted a policy of protection and promotion in the regional frame of Catalan. If the “Aranese lesson” shows that a clear and determined linguistic policy can have positive effects even when applied to a language only spoken by a few thousands of individuals, some difficulties due to space appear in the meantime. The exiguity of the territory in question, the proximity with more widespread and prestigious languages and the attraction of young people towards languages which are more efficient to communicate, all tend to restrict the effects of a linguistic planning for Occitan, which is supplanted by Castilian. It is by far, out of the three languages, the more widely used on a Spanish and worldwide scale.

56Espaces arabophones et bilinguisme en Europe : l’arabe entre langue européenne et langue étrangère

57Samia Ouachani

58Résumé

59Les études des ethnologues et des linguistes ont souvent été concentrées sur les espaces géographiques d’origine qui se limitent aux zones des États arabes et des pays ayant adhéré à la Ligue des États arabes, comme le Soudan. Ces études ne tiennent pas compte de la dynamique de la langue arabe liée aux changements historiques et géopolitiques, et aux flux migratoires, permettant d’aborder la question : qu’est-ce qu’un Arabe, et qui est Arabe du point de vue géolinguistique ou de la géographie des langues ? Est donc développée l’extension spatiale de l’arabe, notamment en Europe à partir de l’exemple andalou, les échanges linguistiques tissés au cours de l’histoire, mais aussi dans les pratiques contemporaines. Ainsi se pose la question de la situation et de la dynamique d’une langue internationale, et de la culture d’origine pour la population arabophone issue de l’immigration, avec la prise en compte de l’importante dimension religieuse. La langue arabe assume un rôle dans la sphère familiale, bien sûr, mais aussi un rôle social dans la pratique religieuse et dans le travail. Il demeure que la fréquence de l’utilisation de l’arabe n’est pas mesurée en France.

60Abstract

61Studies by ethnologists and linguists have often focused on original geographical spaces that are restricted to the Arabic States area and to the countries which belong to the League of Arab States such as Soudan. These studies do not take into account the Arabic language’s dynamics that are linked to historical and geographical changes, and to migratory flow, which lead to the questions: What is an Arab, and who is Arab, from the geolinguistic, or the geography of languages, viewpoint? The spatial expansion of the Arabic language, particularly in Europe on the basis of the Andalusian example, the linguistic exchanges forged throughout history, but also in contemporary practices, are then developed. Therefore, the situation and the dynamics of both an international language and its original culture – as far as Arabic speaking people born of migrant families are concerned – are to be questioned, without forgetting the importance of the religious dimension. Arabic plays a part in the familial circle indeed, but it also has a social dimension concerning religious practice and professional life. The fact remains that the use of Arabic language is not measured in France.

62Langues et espace vécu : essai (ancien) de géographie vernaculaire autour du lac Tchad

63Christian Bouquet

64Résumé

65Dans les années soixante-dix, une équipe de jeunes chercheurs, regroupée autour de géographes et de linguistes, a tenté de mettre en pratique, dans le bassin du Lac Tchad, un projet pluridisciplinaire dans le bassin visant à approcher au plus près – « de l’intérieur » – la perception de l’espace et du temps. Il s’agissait de croiser la nomenclature géographique classique avec le niveau de précision du vocabulaire utilisé par chaque groupe ethnique, en l’occurrence des agriculteurs sédentaires et des pasteurs semi-nomades, dans le domaine de l’habitat et des saisons. La présente communication présente d’abord les objectifs visés et les moyens mis en œuvre pour y parvenir, puis expose les principaux résultats, et enfin porte un regard critique et décalé sur la démarche.

66Abstract

67In the 1970s, in the Lake Chad basin, a team of young researchers, gathered around geographers and linguists, attempted to put into practice a multidisciplinary project aiming at having a closer look at - or to see from the inside - the perception of space and time. It was about crossing the classic geographic nomenclature with the standard of the vocabulary used by each ethnic group – sedentary farmers and semi-nomadic shepherds to be specific – regarding housing and seasons. The article first introduces the targets and the means to reach them, then presents the main results and, eventually, a critical and revised look at the reasoning is adopted.

Notes

1 Institut National d’Études Démographiques : French National Institute for Demographic Studies.a

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540