Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Première partie. La diversité du patrimoine éducatif

Chapitre 2. L’école, le maître et les élèves, au prisme des sources iconographiques

Véronique Castagnet-Lars

Texte intégral

  • 1 Les attaques ont en particulier porté sur les sources iconographiques consultées et les hypothèses (...)
  • 2 Il convient de consulter trois publications essentielles sur ce point, reflets de l’évolution de l (...)
  • 3 Voir dans ce même volume la contribution d’Anne-Marie Châtelet.
  • 4 Voir dans ce même volume les contributions de Renaud d’Enfert (sur les objets), celle de Philippe (...)

1Associer image et éducation revient à poser la question de l’élargissement du patrimoine scolaire, à des supports figurés, de nature très variée, en vue de leur conservation et de leur exploitation par les historiens de l’éducation aujourd’hui. Depuis les travaux pionniers et décriés de Philippe Ariès dans les années 1960-19801, les historiens de l’éducation n’ont cessé d’« inventer » de nouvelles sources iconographiques. Images fixes ou animées, isolées ou regroupées dans un recueil, leur analyse est au cœur de l’historiographie actuelle, héritière du renouvellement des réflexions méthodologiques menées dès les années 19802, pour enrichir leur connaissance des établissements scolaires (bâtiments et classes3), des pratiques pédagogiques (aspects matériels et gestes professionnels4), des maîtres et de leurs élèves, dans une perspective historique.

  • 5 Les Archives départementales disposent toutefois d’un classement sous la cote Fi pour les document (...)

2La difficulté majeure réside dans l’éparpillement de ces sources, le manque d’identification des fonds concernés, et, dans ces fonds, l’absence d’une thématique particulière consacrée à l’histoire de l’éducation. Bibliothèques, musées et archives conservent d’enrichissantes sources iconographiques, sans qu’il soit aisé de les localiser5, de les identifier, même si la multiplication, par chaque institution culturelle, de ressources numériques consultables à distance grâce aux nouvelles technologies, s’avère un atout précieux. Pour autant, toutes les collections et toutes les séries ne sont pas numérisées ; et une consultation minutieuse des catalogues d’archives comme des catalogues d’exposition reste nécessaire.

3L’ambitieux propos de ce livre collectif étant de montrer l’étendue du patrimoine scolaire, il paraît bien délicat de prétendre en dresser un panorama exhaustif, pour ce qui est des supports de nature iconographique à la disposition du chercheur. Versé dans un inventaire à la Prévert, monotone et purement descriptif, l’historien soulignerait l’importance des miniatures, des gravures (sur bois, sur cuivre, sur bronze) et des estampes, des peintures à l’huile (sur bois, sur ivoire), des photographies (aux négatifs de nature variée). Attaché à la valorisation de ces sources au service d’une problématique, il en ordonnerait une compréhension pour éclairer, autrement, une thématique déjà étudiée à partir de sources textuelles classiques. Or l’école se donne à voir autant qu’à lire, hier comme aujourd’hui. En effet, parallèlement à la rédaction de traces écrites de leurs activités, les institutions scolaires, tout comme les familles, choisissent de faire représenter certains moments de la vie des écoliers, qu’il s’agisse d’un enseignement collectif, ou d’un enseignement particulier. Ce faisant, elles offrent une image raisonnée, policée de l’histoire de l’école et de ses personnels, du Moyen Âge à nos jours.

Un acte d’enseignement figé

4L’image la plus répandue est la mise en scène de l’enseignant (religieux ou laïc) professant à un public (de moines ou d’écoliers, plus récemment d’écolières). Il s’agit de rendre compte de l’ordre régnant dans le lieu de cet enseignement, de l’emploi d’instruments et de supports spécifiques, avec identification éventuellement possible de la matière enseignée (dans les représentations contemporaines).

Le maître dans sa classe : un ordre entretenu ?

5Dans les miniatures comme dans les photographies, aux yeux des institutions scolaires commanditaires de cette iconographie, l’autorité du maître reste incontestée et les élèves sont attentifs aux propos dispensés, et la salle de classe apparaît comme un espace de paix.

  • 6 Jean de Hubant, d’origine modeste, bénéficia d’une bourse pour effectuer ses études.
  • 7 Le cartulaire est conservé par le Musée de l’Histoire de France, intégré aux Archives nationales d (...)
  • 8 Julia Dominique, « Églises, société, éducation à l’époque moderne. La transformation des collèges (...)

6En effet, singulièrement, une source textuelle classique, un cartulaire, se trouve illustré de miniatures représentant le déroulement d’un acte d’enseignement dans les murs d’un collège : ainsi, l’historien dispose d’un tel document pour le collège de Hubant (encore dit, de l’Ave Maria), fondé en 1336 par Jean de Hubant, conseiller du roi Philippe VI6, dans l’enclos Sainte-Geneviève à Paris7. Ce collège est destiné à accueillir six élèves pauvres, ayant entre 8 et 16 ans, et obligatoirement domiciliés dans le diocèse de Nevers, et peut-être destinés au canonicat régulier ; ses statuts définitifs datent de 1346. Or à l’époque médiévale, la fonction du collège est d’accorder gîte et couvert, jusqu’à l’obtention de leurs grades universitaires. Ainsi les collèges médiévaux ne sont pas réellement des écoles, même si à la fin du xive siècle des classes sont intégrées (et le collège de l’Ave Maria représente cette exception). L’image ici apporte une information : le collège dispense une instruction chrétienne et met en valeur, selon les souhaits du fondateur, de nouvelles fêtes religieuses instituées (par exemple, la Fête-Dieu créée en 1264). Progressivement, les collèges se transforment en institution d’enseignement à la fin du Moyen Âge8.

  • 9 Scène d’école, sculpture de l’école française du premier tiers du xvie siècle (bois polychrome), M (...)
  • 10 On peut penser au rôle des censeurs, promoteurs ou explorateurs dans les salles de classe jésuites (...)
  • 11 Brockliss Laurence, « Contenir et prévenir la violence. La discipline scolaire et universitaire so (...)

7Ce cartulaire et une sculpture du premier tiers du xvie siècle représentant une scène similaire9, très présentables aux yeux des publics destinataires, complètent les témoignages des archives écrites, tels les textes normatifs tels les « règlements intérieurs » ou « plans de formation », pour reprendre une terminologie très familière aujourd’hui. Il est vrai aussi que l’archive n’existe que lorsque le problème apparaît, donne lieu à un traitement et que les lacunes du temps n’ont pas affecté le document ou le lieu de sa conservation. En l’occurrence, les salles de classe se « civilisent » au cours de la seconde moitié du xviiie siècle dans les collèges français : des travaux font état de la recherche de « régulations » dans la classe10, voire de la violence scolaire, et des rapports conflictuels entre le professeur d’Université et ses étudiants par exemple11.

  • 12 François Bonvin (1817-1887), La Classe enfantine ou l’école des orphelines, aquarelle avec lavis ( (...)
  • 13 Olivier Stanislas Perrin (1761-1832), Le catéchisme du curé, dessin à l’encre noire au lavis gris (...)
  • 14 Joseph Nicolas Robert Fleury (1797-1890), École juive, lithographie (l. 46,2 cm, h. 61,5 cm) réali (...)
  • 15 Adrien Van Ostade (1610-1685), Le Maître d’école, huile sur bois (l. 40 cm, h. 32 cm), Musée du Lo (...)
  • 16 Le peintre Henri Jules Jean Geoffroy (1853-1924) habite, au début de sa carrière, chez un couple d (...)
  • 17 En ce cas, il s’agit de l’imprimerie Dambour et Gangel, de Metz.
  • 18 Une Salle de classe pendant l’instruction. L’Alphabet, Bibliothèque nationale de France, estampe ( (...)

8Effectivement, dans leur très grande majorité, les images prises dans la classe (au cours des périodes moderne et contemporaine) relatent des scènes d’enseignement, calmes et même joyeuses, laissant à voir un enseignant concentré et des élèves attentifs. Elles illustrent l’histoire de l’enseignement, de l’Ancien Régime à nos jours, dans un contexte confessionnel (l’école des orphelines12, l’école du prêtre13, l’école juive14, ou dans un contexte laïque dès le xviiie siècle (le maître d’école15) avec féminisation du personnel enseignant au xixe siècle (le travail des petits sous la conduite d’une maîtresse16). D’autres artistes participent à la promotion de nouvelles pédagogies. L’enseignement mutuel est connu au xixe siècle grâce à des estampes relevant de l’imagerie d’Épinal17 : certains élèves sont assis, d’autres effectuent, debout et avec différents supports (livre ; tableau noir ; carte et globe terrestre), des exercices de lecture, de français (apprentissage de l’alphabet)18.

Un regard orienté sur l’école

  • 19 Classe de ma fille, Il s’agit de deux négatifs sur verre au gélatino-bromure d’argent, donné par l (...)
  • 20 Cours du professeur de médecine, le docteur Fernand Widal, à l’hôpital Cochin. Georges Fernand Isi (...)
  • 21 Cours de géographique dans l’Aisne. Cliché en négatif monochrome de René Giton (1908-2003) photogr (...)

9Des images peuvent relever plus précisément de reportages officiels réalisés avec l’accord des institutions scolaires (de l’école primaire à l’université). Amélie Galup (1856-1943), photographe amateur, livre ainsi ses premiers clichés (dont elle fait elle-même les tirages dans une chambre noire installée à son domicile), dans une série intitulée « Monde de l’enfance : l’école ». En 1898, elle fait poser les écoliers d’une petite école communale, avant de poursuivre par la photographie des condisciples de sa fille en 189919. Un autre photographe, François Antoine Vizzavona, apporte des éclairages importants, avec, par exemple, la photographie du cours du docteur Fernand Widal, professeur de médecine, entouré de ses étudiants dans une salle collective d’un hôpital20. René Jacques s’attache en particulier à l’apprentissage de la nomenclature dans un cours de géographie à l’école primaire vers 194821.

  • 22 Un exemplaire de l’estampe de Gustave Doré (1833-1883) et un autre de la gravure sont conservés da (...)

10Avant les photographes, les graveurs s’étaient intéressés au déroulement des cours, également de professeurs célèbres, avec comme finalité de décrire pour leurs contemporains non seulement ces enseignements, mais également de donner aux lecteurs des éléments sur les principales controverses scientifiques du temps. Il en est ainsi des cours d’anatomie comparée dispensés au Jardin des Plantes, représentés dans une estampe de Gustave Doré reprise par le lithographe Vayron (l’intérêt est porté sur le public), et dans une gravure de Ryckebusch et Dandenard publiée dans le journal Le Monde illustré en 1874 (le professeur Gervais est au centre de l’œuvre)22.

  • 23 Certains clichés sont présentés sur le site officiel du Musée, voir : http://www.museefrancoameric (...)

11À l’heure des commémorations autour de la Grande Guerre, il faut signaler un fonds très précieux pour la connaissance des structures éducatives dans le Nord de la France durant le conflit : les archives photographiques et filmiques d’Anne Morgan et d’Anna Murray Dike, aujourd’hui conservées par le Musée franco-américain du château de Blérancourt23. De 1917 à 1924, elles sont employées dans le domaine de la santé, de l’éducation et des loisirs, avec plus de trois cents bénévoles américaines sous l’égide du Comité américain pour les Régions dévastées (CARD) en Picardie : leur attention se porte sur des élèves effectuant leur lecture sous la conduite de leur instituteur, sur de jeunes filles apprenant la dentelle au fuseau comme la toilette des bébés, sur des cours collectifs de couture pour les filles ou de piano pour garçons et filles, sur l’examen médical des écoliers.

Des activités jugées significatives

  • 24 Deux écoliers dans la bibliothèque de l’école de Soissons, une fille assise lisant et un garçon de (...)
  • 25 Distribution de livres, bibliobus, Aisne, Cliché de René Giton, négatif monochrome (l. 10 cm, h. 1 (...)
  • 26 Groupe de cinq jeunes femmes procédant à une séance de stéréoscopie, vers 1865. Cliché d’Achille B (...)
  • 27 Éducation physique à Saint-Bandry, photographie (l. 23,8 cm, h. 29,7 cm) conservée au Musée franco (...)
  • 28 Eugène Beyer (1817-1893), Nemours : l’exercice des petits écoliers, huile sur toile du xixe siècle (...)
  • 29 Jeux de boules de neige à l’école de Brienne, enfance de Napoléon Ier, par Émile Jean Horace Verne (...)

12Les sources iconographiques permettent à l’historien d’étudier d’autres lieux que la salle de classe. Ainsi, témoignant de l’évolution des plans d’études et des disciplines enseignées aux garçons, puis aux filles, de l’école primaire à l’université, la cour et le jardin deviennent des lieux d’exercices variés. Les institutions d’enseignement se montrent soucieuses d’utiliser les nouvelles techniques (la photographie, le film) pour souligner la modernité de leur enseignement autant que leur attachement à promouvoir de nouvelles disciplines ou de nouvelles pédagogies. Certaines activités sont ainsi promues par la photographie, comme le travail des écoliers dans la bibliothèque de l’école24 ou la distribution des livres par un bibliobus25, ou bien encore l’introduction d’un enseignement plus scientifique à destination des jeunes filles26. Par ailleurs, la cour de récréation est le lieu à la fois d’enseignements normés, d’éducation physique27, parfois de nature militaire28 d’une part, et le lieu des jeux au rythme des saisons29, d’autre part.

  • 30 Stanislas Victor Edmond Lépine (1835-1892), Religieuses et écolières au jardin des Tuileries, huil (...)
  • 31 Contre-type, épreuve gélatino-argentique de Pierre Jahan (1909-2003), Vue en plongée de la terrass (...)
  • 32 Marcil Boulin, Départ de la caravane de garçons qui parcourent les rues du village avec crécelles (...)
  • 33 Henri Jules Jean Geoffroy (1853-1924), Sortie de classe, tableau exposé au Salon des Artistes Fran (...)

13Elles ne se soucient pas, ou très peu, des activités ludiques pourtant fort appréciées des écoliers dans la cour de récréation, alors que ces souvenirs motivent nombre de peintures, dessins ou photographies réalisés par des artistes contemporains. En outre, la sortie de l’école reste un thème récurrent dans le corpus iconographique contemporain. Dans le premier cas, elle se fait sous le contrôle des professeurs, par exemple dans le cas d’une sortie des écolières et des religieuses enseignantes au jardin des Tuileries30, d’une sortie scolaire dans les jardins de Versailles, sous la surveillance d’un enseignant identifiable à sa soutane31, ou d’une caravane d’enfants marchant dans les rues du village pour annoncer un office religieux32. Dans le second cas, les peintres donnent à voir des groupes d’enfants, discutant, marchant, avant de regagner leur domicile, l’école étant finie33.

14Miniatures, gravures ou estampes, tableaux, photographies… les différents corpus iconographiques dévoilent en réalité un acte d’enseignement fixé, figé, ordonné, car commandité par l’institution scolaire. Naît ainsi une image orientée, sélectionnée, à des fins de mémoire (pour les documents à usage interne au départ, et qui ne nous échouent qu’en raison d’une histoire postérieure), à des fins de publicité (avec beaucoup de réserve car certains documents sont à diffusion limitée), à des fins de propagande (lorsque le pouvoir politique regarde l’école comme un instrument à destination des masses).

Des supports pédagogiques très précieux

15Les pratiques professionnelles décrites dans les archives de ces institutions (qu’elles soient iconographiques ou textuelles) insistent sur le recours à des supports pédagogiques. L’image envahit les différents médias choisis, selon les époques et leurs techniques, pour enseigner dans une classe ou un amphithéâtre.

Du volumen médiéval au livre imprimé

  • 34 Voir Rouche Michel, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, ve av. J.-C. -xve siècle, Paris, (...)
  • 35 Martin Henri, « L’Église éducatrice. Messages apparents, contenus sous-jacents », Histoire de l’éd (...)
  • 36 Par exemple, la lettrine « n » de Rhétorique de Marcus Tullius Cicéron, traduit en français par Je (...)
  • 37 De même la miniature de la Rhétorique, op. cit., ms 433 folio 127 recto a des caractéristiques com (...)
  • 38 Éthique d’après Aristote, Musée Condé de Chantilly, ms 278 folio 183 recto (xve siècle, parchemin)

16Des scènes figuratives représentant un acte d’enseignement ornent nombre de manuscrits médiévaux copiés et conservés dans le scriptorium des monastères, dont certains, tels les bénédictins, offrent une école interne (pour ceux qui sont destinés à la vie monacale) ou une école externe (en faveur des enfants de familles aisées). Ces dernières disparaissent à la fin du xie siècle et au début du xiie siècle, laissant la place à des écoles urbaines (écoles cathédrales, canoniques, privées) voire des universités34. Des lettrines ornées ou des miniatures insérées dans le texte ont une remarquable finalité éducative35 : ici un professeur pointant du doigt son élève36 ou enseignant à un groupe d’élèves à partir d’un support écrit37 ; là des parents présentent leurs enfants à leur futur professeur38.

17Aux xvie-xviiie siècles, lorsque les Constitutions jésuites, les règles des oratoriens, des Pères de la doctrine chrétienne ou des ursulines soulignent l’usage de livres dans le cadre de l’enseignement des frères et sœurs, des écoliers et écolières, elles recommandent parfois des ouvrages illustrés. L’iconographie sert alors d’illustration et de support d’apprentissage : les cartes d’un ouvrage de géographie, les planches d’un traité de botanique ou d’anatomie, les schémas et équations d’un ouvrage de mathématiques, ont un rôle pédagogique indéniable. L’inventaire des bibliothèques monastiques lors de leur saisie dans les années 1730-1770 pour les jésuites, dans les années 1792-1794 pour les autres ordres religieux enseignants, offre des exemples significatifs.

Le manuel scolaire, pierre angulaire de l’enseignement à l’époque contemporaine

  • 39 Gaulupeau Yves, « Les manuels scolaires par l’image : pour une approche sérielle des contenus », d (...)

18De même, les manuels scolaires, intégrés dans les pratiques enseignantes à compter du xixe siècle, intègrent très rapidement des dessins, puis des reproductions de sources iconographiques (souvent en noir et blanc jusque dans les années 1970). L’analyse de cet apport iconographique est fortement présente dans l’historiographie depuis les travaux d’Yves Gaulupeau39.

  • 40 Itti Éliane, L’Image des civilisations francophones dans les manuels scolaires : des colonies à la (...)
  • 41 Castagnet-Lars Véronique, « Quelle “authenticité” pour l’imagerie scolaire ? L’exemple du traiteme (...)
  • 42 Brugeilles Carole, Cromer Sylvie, « Genre et mathématiques dans les manuels scolaires en France »,(...)

19Quelques interrogations principales se posent : les modalités de la sélection des images à destination des enfants (et la question corollaire des droits d’auteur, puisque l’édition est commerciale) ; le rapport entre ces images et le savoir savant connu à la date de publication du manuel ; la nature et la finalité des exercices pédagogiques fondés sur la lecture et l’analyse de ces images. Le premier point rejoint la question de la représentativité voire de la récurrence de telle ou telle image pour le thème à enseigner40. Le second point pose la question de l’authenticité de l’imagerie scolaire, crée parfois par transposition d’un document iconographique conservé dans des archives, musées ou bibliothèque41. Le troisième point renouvelle l’approche didactique, en particulier à l’aune de la question du genre à l’école42.

Des « feuilles volantes43 » à des fins pédagogiques

  • 43 Cette expression désigne originellement les feuilles volantes, support de la diffusion de la doctr (...)
  • 44 Les photographies d’école (très souvent diffusées sur des cartes postales lorsqu’il s’agit de prom (...)

20Il ne faut pas négliger l’importance d’un corpus très codifié (car commandité par l’école et ses acteurs) aujourd’hui éparpillé, souvent en raison de sa nature (une simple feuille, un petit bristol) et de sa fonction (une remise aux écoliers signe de récompense ou de souvenir) : les tableaux ou planches pédagogiques44, et les bonnes images… toutes deux conservés tant dans des institutions culturelles que dans des archives familles.

  • 45 Tableaux auxiliaires Delmas pour l’enseignement pratique des langues vivantes par l’image. Il s’ag (...)
  • 46 Pour faire parler nos petits. 32 scènes familières en images ans parole. Première série 5 – Paul a (...)
  • 47 Les tableaux muraux vendus par cet éditeur sont complémentaires d’ouvrages scolaires. Ainsi, pour (...)
  • 48 Voir les archives et la médiathèque de l’Association des Amis du Père Castor, fondée par le fils d (...)

21L’usage de planches pédagogiques est attesté par les photographies d’école, montrant que ces supports complètent en réalité le manuel scolaire. Ces planches constituent alors des agrandissements de gravures contenues dans le livre de classe. C’est le cas de la série appelée des tableaux muraux, dont celles conçues, chez Delmas vers 1900 « pour l’enseignement pratique des langues vivantes par l’image45 », ou bien chez Nathan vers 1925, « pour faire parler nos petits » pour permettre l’apprentissage de différentes langues vivantes dont le français46. La série complète diffusée par André et Madeleine Rossignol ou par les éditions Bourrelier47 après la Seconde Guerre mondiale servant à l’enseignement de la géographie, de l’histoire, de la littérature et des sciences, offre à l’enseignant un support d’information. L’esprit reste le même, alors que la technique change pour les images lumineuses des albums du Père Castor, diffusés par Flammarion : ces images sont reliées pour former un fascicule, comportant des papiers transparents en couleur pour imiter les vitraux… selon la volonté de Paul Faucher, par ailleurs pionnier de l’éducation nouvelle48.

  • 49 Le Men Ségolène, Les Abécédaires illustrés, Paris, Promodis, 1984, 338 p. ; Glénisson Jean, Le Men(...)
  • 50 Alphabet des professions, Lithographie coloriée au pochoir, planche de 20 vignettes (l. 28,5 cm, h (...)
  • 51 On consultera le site officiel : http://www.imagerie-epinal.com/index/ Certaines planches sont, pa (...)

22Certains âges nécessitent des supports iconographiques particuliers. Ainsi, pour les plus petits, les abécédaires illustrés49 constituent un support privilégié de la connaissance. Pour les plus grands (fin de l’école primaire, collège, lycées), quelques maisons d’édition se sont ainsi spécialisées dans la création de cette imagerie scolaire comme les Imageries Réunies de Jarville-Nancy vers 1880 avec « l’alphabet des professions50 »… à l’instar de l’imprimerie Pellerin, à l’origine de la diffusion des images d’Épinal dès la fin du xviiie siècle51.

  • 52 Cahier en couleur (l. 32 cm, h. 50 cm), Musée national de l’éducation, Rouen.
  • 53 Feuille cartonnée simple, en gravure noir et blanc, inspirée par l’iconographie du journal L’Illus (...)
  • 54 Sur une feuille (l. 28,1 cm, h. 48 cm), 56 bons points coloriés sont rassemblés, avec sur le recto (...)
  • 55 En activité entre 1805 et les années 1850.
  • 56 Plusieurs illustrations de ces deux imprimeurs sont conservées dans les fonds du Musée des Civilis (...)

23Pour certaines disciplines enseignées, les instituteurs en font un grand usage. Charles Hanniet, directeur de l’école communale et du cours complémentaire à Creil dans l’Oise constitue, vers 1895, un cahier de morale en rassemblant des images d’origines très variées (extraits de revues, de journaux ; reproductions de gravures, de tableaux), support de son enseignement et point de départ pour les compositions de ces élèves52. Les bons points confortent cet enseignement à visée moralisatrice, éducatrice… sous le regard de l’État (un bon point d’honneur portant le souvenir de la patrie à l’école53), ou sous l’égide de l’Église dans les établissements confessionnels (comme les planches de bons points imprimées par Olivier Pinot, lithographe et imprimeur à Épinal entre 1875 et 188754). Certains bons points servent l’enseignement de la littérature, et l’imagerie se prête aisément à la mise en scène des fables de La Fontaine pour lesquelles la maison Pellerin et les imprimeurs Bloquel et Castiaux55 rivalisent de raffinements56.

  • 57 Voir l’ouvrage collectif : Enseigner, Rechercher, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Sep (...)

24D’autres tableaux ou planches sont conçus comme évolutifs, des renseignements devant être portées par les maîtres (dans le cadre d’un apport de connaissances) ou par les élèves (pour vérifier l’acquisition de connaissances) à la craie. Fragiles, elles constituent des archives précieuses pour comprendre l’histoire de la pédagogie et font l’objet, à ce titre, de programmes de recherches en vue de leur conservation dans les Instituts universitaires de formation des maîtres, héritiers des fonds des anciennes Écoles normales57.

25À cette documentation payante, s’ajoute une floraison d’images « gratuites » issues de l’imagination fertile des publicitaires… Diffusées sur des supports en rapport avec l’activité des écoliers, comme dans le cas de buvards : la fabrique Céma, implantée à Bondues, dans le département du Nord, recourt à un buvard illustré faisant en réalité la publicité pour une margarine et proposant aux enfants des images à collectionner puis à coller dans un album distribué par la société, par exemple sur le thème de l’« Atlas du monde en images ». Elles envahissent également des produits du quotidien non de l’élève mais de l’enfant (en raison, par exemple, des choix publicitaires faits par les fabricants de chocolat et de cacao tels Cémoi, Menier, Potin, à la suite de Banania ; ou bien les fabricants de biscuits tel Pernot).

26Ainsi l’iconographie est un mode d’expression privilégié sur les murs des salles de classe et dans les supports de l’enseignement (manuels, cahiers). Elle encourage le professeur et l’élève - et l’historien - à développer des compétences de lecture tant ces images, nombreuses et variées, sont utilisées, de façon récurrente, dans les disciplines enseignées à l’école.

De nouveaux regards sur l’éducation

27Chercher à utiliser les sources iconographiques en histoire de l’éducation invite le chercheur à emprunter de nouvelles thématiques, ou à éclairer des recherches plus anciennes sous un nouveau jour. Trois d’entre elles semblent tout particulièrement intéressantes à présenter ; elles reposent sur de possibles nouvelles découvertes de fonds iconographiques dans les archives privées.

Le précepteur : un « inconnu » ou un « oublié » ?

  • 58 Voir en particulier : Riché Pierre, « Sources pédagogiques et traités d’éducation », Actes des con (...)

28La grande difficulté pour saisir le préceptorat repose sur la rareté des sources manuscrites, à l’exception des biographies voire des autobiographies remarquables publiées, ou des traités d’éducation s’adressant plus particulièrement aux princes et aux élites. Depuis les années 1970 et grâce à l’historiographie allemande, les traités d’éducation à destination des princes ont fait l’objet d’études précieuses afin de connaître les modalités de cet enseignement particulier à destination des catégories aisées de la population depuis le Moyen Âge58.

  • 59 Il est très rare que le précepteur soit représenté pour lui-même. Une exception, l’huile sur toile (...)

29En outre, l’accès à une documentation iconographique est limité pour les xve-xviiie siècles, et repose essentiellement sur la commande passée par les familles aisées auprès de peintres. Le précepteur, rarement nommé, est pourtant omniprésent dans ces sources, accompagnant son élève59.

  • 60 Louis XV enfant recevant une leçon en présence du cardinal Fleury et du Régent, Peinture anonyme ( (...)
  • 61 Le premier tableau de Jean-Baptiste Mallet (1759-1835) porte comme titre L’éducation d’Henri IV (h (...)
  • 62 Gabriel Metsu (1629-1667), huile sur bois du xviie siècle, La Leçon de Virginal (l. 32 cm, h. 24,5 (...)
  • 63 Caspar Netscher (1639-1684), La leçon de chant, huile sur bois du xviie siècle (l. 48 cm, h. 38 cm (...)
  • 64 Louis Aubert (activité attestée entre 1740 et 1780), La leçon de lecture, huile sur bois du xviiie(...)
  • 65 Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), La leçon de musique, huile sur toile du xviiie siècle (l. 109 c (...)
  • 66 Alphonse Roehn (1799-1864), La leçon de dessin, huile sur toile datée de 1827 (l. 43 cm, h. 33 cm) (...)
  • 67 La peinture de Abdul-Medjid, La leçon d’histoire, (sultan devenu peintre suite à un bouleversement (...)
  • 68 Paul Ullman (1906-1944), La leçon de géographie, huile sur toile datée de 1939 (l. 116 cm, h. 73,5 (...)

30Le modèle en la matière reste, dans l’iconographie aussi, l’éducation du prince, avec comme exemples célèbres Henri IV et Louis XV60, le premier n’échappant pas à la légende henricienne véhiculée par la peinture d’histoire au xixe siècle61. Par mimétisme, la noblesse du xviiie siècle puis la bourgeoisie du xixe ou du xxe siècle fait représenter ses enfants, filles et garçons, apprenant le piano62, le chant63, la lecture64, la musique65, le dessin66, l’histoire67 ou la géographie68.

L’instituteur, un acteur du politique

31Il n’est plus à démontrer que l’enseignant agit tel un relais du fait politique, dans le sens où les apprentissages qu’il met en place ont pour finalité de former les futurs citoyens, membres d’une nation. Cette dimension transparaît également du corpus iconographique, en particulier pour la période contemporaine.

  • 69 Après un passé quelque peu sulfureux, Félix Jacques Antoine Moulin (1802-1875) décide de faire un (...)
  • 70 École arabe. Alger. Épreuve sur papier albuminé (l. 16,2 cm, h. 22,3 cm), collection Roger Thérond (...)
  • 71 École de jeunes filles mauresques dirigées par Mme Luce. L’étude. Photographie extraite de l’ouvra (...)
  • 72 Voir : Léon Antoine, Colonisation, enseignement, éducation, étude historique et comparative, Paris (...)
  • 73 Fonds Haardt de la Mission Citroën en Centre-Afrique, conservé au Musée du quai Branly (Paris). Ce (...)

32Durant le xixe siècle et au début du xxe siècle, peintures et photographies présentent notamment une colonisation « bienfaitrice » et « éducatrice » des peuples indigènes, idée que l’on retrouve sur les affiches des différentes expositions coloniales. Ainsi Félix Jacques Antoine Moulin69 photographie, vers 1856-1857, tantôt une classe de garçon à Alger sous la conduite d’un enseignant local70, tantôt une école de filles, improvisée, dans laquelle le personnel enseignant (féminin et masculin) est européen71. Ces sources pourraient servir de support à l’étude du début du développement de l’instruction en Algérie72. En la matière, il ne faut pas négliger d’autres fonds, plus inattendus, comme les archives photographiques de la « Croisière noire » de 1924-192573.

  • 74 Archives départementales du Nord, 15 Fi 1319 (l. 8,7 cm, h. 13,8 cm), collection J. Beausire, 1917
  • 75 Épreuve contact datée de 1916, conservée au Musée d’Orsay (Paris).
  • 76 Ces mesures (de novembre 1916, puis la nouvelle déportation d’avril 1917) font écho à la déportati (...)

33Durant la Première Guerre mondiale, l’œil du photographe pénètre dans les camps de prisonniers civils pour relater, aux yeux des autorités françaises et allemandes, le déroulement des cours : des cartes postales conservées aux Archives départementales du Nord74, et des clichés pris par André de Boudinhon75, constituent des sources très précieuses afin de connaître le quotidien de ces otages (hommes, enfants et femmes du Nord de la France, de toutes catégories sociales) déportés dès 1916 dans des camps en Allemagne dont celui de Holzminden76.

  • 77 Les clichés de Roger Parry (1905-1977) sont issus de la série « Guerre 1939-1945 », d’après des né (...)

34À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, l’œil du photographe est toujours là pour attester cette fois de la francisation des villages de l’Est de la France, auparavant sous administration allemande. Roger Parry fixe sur la pellicule ce nouvel enseignement dispensé par un instituteur portant le brassard des FFI, lors de son reportage sur la libération de l’Alsace entre novembre 1944 et février 194577.

La célébration du maître

35Certaines représentations n’ont pas été prises en considération par les historiens de l’éducation, autrement qu’à titre d’illustration, le portrait donnant vie à la biographie voire à la nécrologie de telle ou telle personnalité célèbre. Il est vrai que ce corpus doit être considéré avec précaution dans la mesure où il offre une vision réfléchie, assumée, de l’enseignant, dans une posture qui fige son geste et ses traits pour la postérité, en relation avec les fonctions exercées.

  • 78 Ces grands albums proviennent du cabinet de gravures constitué, durant vingt-cinq ans, par Louis-P (...)
  • 79 Ce personnage est représenté de trois-quarts gauche, revêtu des habits épiscopaux avec la croix pe (...)
  • 80 Son portrait est connu grâce à deux xylographies portant le même titre Pierre Danes (1457-1577) ph (...)
  • 81 Le graveur est ici identifié ; il s’agit de Louis Coquin (1627- ?) dit Cossin. Il représente ce pr (...)

36Dans une galerie de portraits, l’image du professeur peut relever d’un genre stéréotypé que rompent uniquement les noms portés en légendes, et les attributs qui leur sont donnés, reflets de la discipline enseignée, ou le décor typique d’un courant artistique ou d’une période. De nombreux portraits de professeurs sont représentés sous la forme d’estampes dont celles conservées dans le fonds dit des albums de Louis-Philippe78, au Musée du château de Versailles : celui de Jacques Tusan ( ?-1546), professeur d’hébreu79 ; celui de Pierre Danes (1497-1577) professeur de langue grecque au Collège royal sous François Ier, évêque de Lavaur, ambassadeur de France au concile de Trente, précepteur du dauphin (futur François II)80 ; celui de Delcampe, professeur d’équitation de Louis XIV81.

  • 82 François de Salignac de la Mothe-Fénelon (1651-1715), évêque de Cambrai, huile sur toile de Joseph (...)
  • 83 Jean-Joseph Sue, chirurgien, professeur d’anatomie à l’Académie Royale de peinture et de sculpture (...)
  • 84 Henri Cordier (1849-1929), professeur à l’École des Langues Orientales, ami de l’artiste, Gustave (...)
  • 85 Portrait de Monsieur Ansars, professeur de dessin à Montauban, Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780 (...)
  • 86 Portait de M. Charles Seignobos (1854-1942), historien, professeur à la Sorbonne, huile sur toile (...)
  • 87 Huile sur toile de Georges Hippolyte Dilly (1867- ?), exposée au Salon des Artistes français de 19 (...)
  • 88 Antoine Pillet (1857-1926), jurisconsulte et professeur de droit. Le négatif (monochrome sur suppo (...)
  • 89 Portrait des professeurs Calmette et Guérin dans leur laboratoire. Négatif monochrome sur support (...)

37Les supports changeant, la démarche reste la même, variant avec les exigences des techniques retenues par les artistes, et les variations de l’art du portrait. Au xviie siècle, les portraitistes figent les traits, par exemple, de François de Salignac de la Mothe Fénelon, archevêque de Cambrai (1651-1715), précepteur du duc de Bourgogne et auteur d’un traité d’éducation82, comme de Jean Joseph Sue, chirurgien, professeur d’anatomie à l’Académie royale de peinture et de sculpture83. Au xixe siècle, Gustave Caillebotte s’attache à peindre Henri Cordier (1849-1929), professeur à l’École des langues orientales84 alors que Jean-Auguste-Dominique Ingres se consacre au portrait d’un professeur de dessin de Montauban85. Au xxe siècle, François Antoine Vizzanova photographie des portraits peints exposés dans des salons (celui de Charles Seignobos, historien, professeur à la Sorbonne86 ; celui d’Oscar Lambret, professeur à la faculté de médecine de Lille87), ou fait poser Antoine Pillet, jurisconsulte et professeur de droit88, ainsi que les professeurs Calmette et Guérin89.

38Il est enfin d’autres moments, dramatiques, où un hommage appuyé est rendu au corps enseignant. La communauté construit en effet ses « lieux de mémoire », à l’image de ceux choisis par la société. Les monuments aux morts des anciennes Écoles normales ainsi que les places commémoratives mériteraient de faire l’objet d’une grande enquête surtout à l’heure de la fermeture des Instituts universitaires de formation des maîtres, si ce n’est héritiers de l’esprit, du moins usufruitiers des locaux des anciennes Écoles normales.

39Rendre hommage au maître relève d’un genre parfaitement codifié lorsqu’il s’agit de prononcer une oraison funèbre, de faire procéder à une minute de silence en la mémoire du défunt, de rédiger une notice nécrologique pour un quotidien ou une période professionnel. À cette occasion, ou pour la commémorer, avec un temps plus ou moins long, l’image accompagne le texte, ou suffit à elle-même, parfois assortie d’une légende.

  • 90 Poulat Émile, Compte-rendu de l’ouvrage Iconographie et histoire des mentalités, dans Archives des (...)

40Toute source iconographique exerce un effet de séduction, résultat de l’appréciation esthétique de l’œuvre analysée : seules des méthodes rigoureuses reposant sur une analyse de l’iconographie, de son support, des conditions sociales, économiques, politiques et techniques de sa production doivent guider le chercheur. Il se doit, en complément, de mener et une approche qualitative (fondée sur l’étude de cet exemple), et une approche quantitative (permettant de suivre une étude plus sérielle des sources de même nature ou de même thème par exemple). Toute source iconographique revêt un caractère polysémique, dont l’ambiguïté peut être éventuellement levée par l’analyse du paratexte ou de la légende portée par l’auteur qui l’accompagne, voire par l’étude des destinataires de cette image, de son/ses utilisations, de ses effets. Toute source iconographique a une durée de vie : elle naît dans un contexte (dont l’importance ne saurait échapper à l’historien), elle est reproduite, avant d’être écartée (temporairement parfois)… puis conservée. Toute source iconographique enfin ne doit se substituer aux sources non figuratives écrites, manuscrites ou imprimées. En ce sens, elle n’appartient pas à « une catégorie de sources qui entame le privilège de l’écrit90 » ; elle permet une analyse complémentaire, par la confrontation des différentes sources à la disposition de l’historien, ce dont témoigne la démarche de ce livre consacré au patrimoine de l’éducation.

41Cette réflexion ne propose qu’un aperçu de la diversité et de la richesse des sources iconographiques pour l’histoire de l’éducation, à l’appui de l’analyse de l’image donnée par l’école (soit directement, soit indirectement par le biais d’œuvres qu’elle commandite), de l’école, du maître et de ses élèves. Telle l’écume de la vague, seules quelques œuvres ont été évoquées ; il en reste de nombreuses à découvrir, tant dans les archives publiques que dans les archives privées, à inventorier, à analyser et valoriser dans le cadre d’une méthodologie historienne.

Notes

1 Les attaques ont en particulier porté sur les sources iconographiques consultées et les hypothèses formulées à propos de la naissance du concept d’enfance, dans le livre II de son ouvrage : L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960 ; réédité, Paris, Le Seuil, 1973.

2 Il convient de consulter trois publications essentielles sur ce point, reflets de l’évolution de l’historiographie et de l’approche historienne des images : Vovelle Michel (dir.), Iconographie et histoire des mentalités, Actes du colloque d’Aixen-Provence de 1978, Paris, Éditions du CNRS, 1979 ; Grunblatt Catherine, Louvert Jean-René, Touati François-Olivier (dir.), Image et histoire, Actes du colloque de Paris-Censier tenu en 1986, Paris, Publisud, 1987 ; D’Almeida-Topor Hélène, Sève Michel, Spica Anne-Élisabeth (dir.), L’Historien et les images. De l’illustration à la preuve, Actes du colloque de l’Université de Metz en 1994, Metz, Centre de recherches Histoire et Civilisation de l’Université de Metz, 1998 ; Laneyrie-Dagen Nadeije, Pécout Gilles, L’Historien et les images, Colloque tenu les 31 janvier-3 février 2006 à l’École normale supérieure, quelques séances sont disponibles en ligne : http://www.diffusion.ens.fr/index.php?idconf=657&res=conf(consultéle26/03/2013).

3 Voir dans ce même volume la contribution d’Anne-Marie Châtelet.

4 Voir dans ce même volume les contributions de Renaud d’Enfert (sur les objets), celle de Philippe Rocher (sur les films).

5 Les Archives départementales disposent toutefois d’un classement sous la cote Fi pour les documents figurés, les cartes et les plans (entrés uniquement par la voie extraordinaire ; les autres se trouvant disséminés dans les autres séries archivistiques, selon l’origine de l’institution « productrice » du document). Il s’agit en général de cartes postales, dont certaines concernent le fonctionnement des écoles et des Écoles normales, les écoliers, etc.

6 Jean de Hubant, d’origine modeste, bénéficia d’une bourse pour effectuer ses études.

7 Le cartulaire est conservé par le Musée de l’Histoire de France, intégré aux Archives nationales dès le xixe siècle, sous la cote AE II 408. Daté du xive siècle, il se compose de 76 folios, dont les 33 premiers sont illustrés ; les légendes sont portées en français. Une première étude a été publiée sur ce document : Gabriel Astrik-E., Student Life in Ave Maria College, Mediaeval Paris. History and Chartulary of the College, Notre-Dame (États-Unis, Indiana), The Medieval Institute, Université of Notre-Dame, 1960.

8 Julia Dominique, « Églises, société, éducation à l’époque moderne. La transformation des collèges aux xvie et xviie siècles », dans Pédagogie chrétienne pédagogues chrétiens, Colloque international d’Angers de septembre 1995, Paris, Éditions Don Bosco, 1996, pp. 61-84.

9 Scène d’école, sculpture de l’école française du premier tiers du xvie siècle (bois polychrome), Musée national du Moyen Âge (Cluny).

10 On peut penser au rôle des censeurs, promoteurs ou explorateurs dans les salles de classe jésuites, d’après le Ratio studiorum.

11 Brockliss Laurence, « Contenir et prévenir la violence. La discipline scolaire et universitaire sous l’Ancien Régime (xviie-xviiie siècles) », Histoire de l’éducation, no 118, avril-juin 2008, pp. 51-66 ; et Marchand Philippe, « La violence dans les collèges au xviiie siècle », Histoire de l’éducation, no 118, avril-juin 2008, pp. 67-82.

12 François Bonvin (1817-1887), La Classe enfantine ou l’école des orphelines, aquarelle avec lavis (largeur 20,5 cm, hauteur 23,6 cm), Musée du Louvre.

13 Olivier Stanislas Perrin (1761-1832), Le catéchisme du curé, dessin à l’encre noire au lavis gris et à la mine de plomb sur papier (l. 25,5 cm, h. 20,2 cm), Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille). Ce dessin (dont l’original est daté de 1810 environ) fait partie d’une série de dessins édités sous le titre « Galerie bretonne », chez Isidore Person, à Paris, de 1835 à 1838.

14 Joseph Nicolas Robert Fleury (1797-1890), École juive, lithographie (l. 46,2 cm, h. 61,5 cm) réalisée à partir d’une gravure d’Auguste Mouilleron, Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme.

15 Adrien Van Ostade (1610-1685), Le Maître d’école, huile sur bois (l. 40 cm, h. 32 cm), Musée du Louvre ; Nicolas Toussaint Charlet (1792-1845), La Maîtresse d’école, huile sur toile (l. 24 cm, h. 32,2 cm), Musée Magnin (Dijon).

16 Le peintre Henri Jules Jean Geoffroy (1853-1924) habite, au début de sa carrière, chez un couple d’instituteurs, au-dessus d’une école ; il observe donc les écoliers d’un point de vue privilégié pour saisir quelques scènes dans ses peintures, dont celle-ci conservée au ministère de l’Éducation nationale. À partir de 1876, il devient illustrateur de livre pour l’enfance et la jeunesse, après avoir rencontré l’éditeur Hetzel.

17 En ce cas, il s’agit de l’imprimerie Dambour et Gangel, de Metz.

18 Une Salle de classe pendant l’instruction. L’Alphabet, Bibliothèque nationale de France, estampe (gravure sur bois, couleur), KA 30 (1)5 FOL (l. 41,7 cm, h. 65,5 cm).

19 Classe de ma fille, Il s’agit de deux négatifs sur verre au gélatino-bromure d’argent, donné par la famille de cette photographe à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (l. 9 cm, h. 12 cm).

20 Cours du professeur de médecine, le docteur Fernand Widal, à l’hôpital Cochin. Georges Fernand Isidore, dit Fernand Widal (1862-1929), exerce, y enseignant la pathologie interne dès 1911, puis la médecine clinique après 1919. Le tirage de ce cliché appartient aux archives personnelles de ce photographe français (1876-1961), archives rachetées par la Réunion des Musées nationaux en 1957 pour constituer la base de son premier fonds photographique appelé Druet-Vizzanova (négatif monochrome sur support verre au gélatino-bromure).

21 Cours de géographique dans l’Aisne. Cliché en négatif monochrome de René Giton (1908-2003) photographe français connu sous le pseudonyme de René Jacques (l. 10 cm, h. 12 cm). Un élève, en classe dans une école de l’Aisne, suit avec une baguette le cours de la Seine reproduit à la craie sur le tableau nom, en indiquant probablement à l’oral le nom des affluents successifs (donation René Jacques à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Paris). Mutatis mutandis, cette scène a bien des points communs avec le dessin de Rembrandt (1606-1669) conservé au Musée Bonnat de Bayonne et intitulé également La Leçon de géographie (l. 11,3 cm, h. 31,6 cm). Le support d’apprentissage est en ce cas un globe terrestre.

22 Un exemplaire de l’estampe de Gustave Doré (1833-1883) et un autre de la gravure sont conservés dans la Bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris) : Cours d’Anatomie comparée au Jardin des Plantes.

23 Certains clichés sont présentés sur le site officiel du Musée, voir : http://www.museefrancoamericain.fr

24 Deux écoliers dans la bibliothèque de l’école de Soissons, une fille assise lisant et un garçon debout sur la pointe des pieds feuilletant un ouvrage présenté sur l’étagère supérieure du meuble (fonds Anne Morgan, vers 1920-1923, Musée franco-américain du château de Blérancourt).

25 Distribution de livres, bibliobus, Aisne, Cliché de René Giton, négatif monochrome (l. 10 cm, h. 12 cm), Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (Paris).

26 Groupe de cinq jeunes femmes procédant à une séance de stéréoscopie, vers 1865. Cliché d’Achille Bonnuit (1833-1906), épreuve sur papier albuminé (l. 12,7 cm, h. 10,2 cm). Acquisition de l’album contenant ce cliché, provenant d’une famille d’artiste de la manufacture de Sèvres, par le Musée d’Orsay en 1984.

27 Éducation physique à Saint-Bandry, photographie (l. 23,8 cm, h. 29,7 cm) conservée au Musée franco-américain du château de Blérancourt.

28 Eugène Beyer (1817-1893), Nemours : l’exercice des petits écoliers, huile sur toile du xixe siècle (l. 112 cm, h. 146 cm), Château-musée de Nemours.

29 Jeux de boules de neige à l’école de Brienne, enfance de Napoléon Ier, par Émile Jean Horace Vernet (1789-1863) : une lithographie réalisée à partir de l’estampe originelle est conservée au Musée des châteaux de La Malmaison et Bois-Préau.

30 Stanislas Victor Edmond Lépine (1835-1892), Religieuses et écolières au jardin des Tuileries, huile sur bois du xixe siècle (l. 15,7 cm, h. 23,7 cm), National Gallery (Londres).

31 Contre-type, épreuve gélatino-argentique de Pierre Jahan (1909-2003), Vue en plongée de la terrasse du parterre d’eau avec un groupe scolaire, acquisition du Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon en 2010.

32 Marcil Boulin, Départ de la caravane de garçons qui parcourent les rues du village avec crécelles et toulouhous pour annoncer l’office de 9 heures à Betpouey (Hautes-Pyrénées) en 1956 (l. 6 cm, h. 6 cm), Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille).

33 Henri Jules Jean Geoffroy (1853-1924), Sortie de classe, tableau exposé au Salon des Artistes Français de 1919, connu par le cliché de François Antoine Vizzanova (négatif monochrome sur support verre), fonds Druet-Vizzanova, Réunion des Musées nationaux.

34 Voir Rouche Michel, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, ve av. J.-C. -xve siècle, Paris, Perrin, 2003.

35 Martin Henri, « L’Église éducatrice. Messages apparents, contenus sous-jacents », Histoire de l’éducation, 1991, volume 50, pp. 91-117.

36 Par exemple, la lettrine « n » de Rhétorique de Marcus Tullius Cicéron, traduit en français par Jean d’Antioche (1282, parchemin, Musée Condé de Chantilly, ms 433 folio 113 recto) trouve un écho dans la miniature représentant un élève qui copie la rhétorique de Cicéron sous la dictée d’un maître (issue du même ouvrage folio 95 recto).

37 De même la miniature de la Rhétorique, op. cit., ms 433 folio 127 recto a des caractéristiques communes avec le décor de la lettrine « u » de l’Apparatus quinque libros decretalium de Innoncent IV (1254, parchemin, Université de la Sorbonne, ms 31 folio 278).

38 Éthique d’après Aristote, Musée Condé de Chantilly, ms 278 folio 183 recto (xve siècle, parchemin).

39 Gaulupeau Yves, « Les manuels scolaires par l’image : pour une approche sérielle des contenus », dans Choppin Alain (dir.), Histoire de l’éducation, numéro spécial, Manuels scolaires, États et sociétés, 1993, volume 58, pp. 103-135.

40 Itti Éliane, L’Image des civilisations francophones dans les manuels scolaires : des colonies à la francophonie, Montréal, Éditions Publibook, 2003.

41 Castagnet-Lars Véronique, « Quelle “authenticité” pour l’imagerie scolaire ? L’exemple du traitement iconographique de l’assassinat d’Henri IV dans les manuels de l’école primaire du xixe au xxe siècle », dans Castagnet-Lars Véronique (dir.), L’Éducation au patrimoine. De la recherche scientifique aux pratiques pédagogiques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, pp. 243-270.

42 Brugeilles Carole, Cromer Sylvie, « Genre et mathématiques dans les manuels scolaires en France », TREMA Valeurs, représentations et stéréotypes dans les manuels scolaires de la Méditerranée, 2011, no 35-36, pp. 142-154.

43 Cette expression désigne originellement les feuilles volantes, support de la diffusion de la doctrine protestante au xvie siècle dans l’Empire.

44 Les photographies d’école (très souvent diffusées sur des cartes postales lorsqu’il s’agit de promouvoir l’enseignement dispensé dans les écoles normales notamment) attestent de leur usage. Voir les archives des anciennes Écoles normales, pour certaines inventoriées et déposées dans les Archives départementales.

45 Tableaux auxiliaires Delmas pour l’enseignement pratique des langues vivantes par l’image. Il s’agit en ce cas de promouvoir l’enseignement des langues étrangères dans les lycées et dans les collèges (classiques et modernes), à partir de tableaux thématiques représentant sur un papier épais une scène du quotidien, en couleur : voir, par exemple, le tableau consacré au grand magasin durant les fêtes de Noël Le Grand Magasin (série III no 16, 1. 118 cm, h. 84,6 cm).

46 Pour faire parler nos petits. 32 scènes familières en images ans parole. Première série 5 – Paul aide sa maman – Les étrennes de Jane. Les titres des « 32 scènes familières » sont ainsi traduits en français, espagnol, anglais, allemand, italien. Au recto : « Paul aide sa maman. Paul helps his mother - Paul hilft seiner Mutter - Pablo ayuda a su mamã - Paolo aiuta la mammã » - Au verso : « Les étrennes de Jane. Jane’s new-year’s gifts - JoahnnasNeujahrsgeschenke - Los regalos del año neuvo de juana - Il capo d’anno di Giovanna ». Carte forte en couleur (l. 50 cm, h. 65 cm), sur le recto et le verso. La carte est percée d’œillets de suspension.

47 Les tableaux muraux vendus par cet éditeur sont complémentaires d’ouvrages scolaires. Ainsi, pour la planche Images de la vie. Série no 7 – 27 En Océanie (Une île), consacrée à la présentation d’une île de l’Océanie (représentant un volcan, des habitations rudimentaires composée de palmiers, deux hommes menant une barque et deux femmes accompagnant un enfant nu qui porte un fruit), l’ouvrage de référence est le manuel de J. Segelle de 1955 (l. 55 cm, h. 75,5 cm).

48 Voir les archives et la médiathèque de l’Association des Amis du Père Castor, fondée par le fils de Paul Faucher en 1996. Voir : http://www.amisduperecastor.fr/

49 Le Men Ségolène, Les Abécédaires illustrés, Paris, Promodis, 1984, 338 p. ; Glénisson Jean, Le Men Ségolène (dir.), Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1994, 332 p.

50 Alphabet des professions, Lithographie coloriée au pochoir, planche de 20 vignettes (l. 28,5 cm, h. 40 cm) dans laquelle chaque lettre majuscule est associée à un métier et son illustration.

51 On consultera le site officiel : http://www.imagerie-epinal.com/index/ Certaines planches sont, par exemple, conservées au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille) dans un fonds consacré à l’art populaire.

52 Cahier en couleur (l. 32 cm, h. 50 cm), Musée national de l’éducation, Rouen.

53 Feuille cartonnée simple, en gravure noir et blanc, inspirée par l’iconographie du journal L’Illustration par l’imprimeur Lapina vers 1916 (l. 9 cm, h. 14 cm) : elle représente une famille française venant voir des prisonniers de guerre allemands gardés par un tirailleur sénégalais au commentaire suivant « Ti viens voir sauvages », écrit en trois langues (français, anglais, russe).

54 Sur une feuille (l. 28,1 cm, h. 48 cm), 56 bons points coloriés sont rassemblés, avec sur le recto des scènes religieuses, légendées sur le verso.

55 En activité entre 1805 et les années 1850.

56 Plusieurs illustrations de ces deux imprimeurs sont conservées dans les fonds du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille).

57 Voir l’ouvrage collectif : Enseigner, Rechercher, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012.

58 Voir en particulier : Riché Pierre, « Sources pédagogiques et traités d’éducation », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 1981, volume 12, pp. 15-29 ; Meyer Jean, L’Éducation des princes en Europe du xve siècle au xixe siècle, Paris, Perrin, 2004, 278 p.

59 Il est très rare que le précepteur soit représenté pour lui-même. Une exception, l’huile sur toile datée de 1862 environ (l. 55 cm, h. 46 cm), par Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), intitulée Le Précepteur ou jeune homme (portrait en buste, trois-quarts gauche, Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, don du marquis de Pienne en 1910).

60 Louis XV enfant recevant une leçon en présence du cardinal Fleury et du Régent, Peinture anonyme (école française) sur cuivre, daté du xviiie siècle, acheté en 1897 par le Musée Carnavalet (l. 23,5 cm, h. 23,5 cm). Le jeune roi, encore enfant, reçoit une leçon en présence du cardinal de Fleury. Au premier plan, figurent des instruments d’un enseignement géographique et scientifique ; en arrière-plan, la bibliothèque.

61 Le premier tableau de Jean-Baptiste Mallet (1759-1835) porte comme titre L’éducation d’Henri IV (huile sur toile datée de 1817 ; l. 45 cm, h. 33 cm ; Musée national du château de Pau) ; le second est signé par Alexandre Évariste Fragonard (1780-1850) La leçon d’Henri IV (huile sur toile datée de 1824 ; l. 50,5 cm, h. 42,5 cm ; Musée national du château de Pau).

62 Gabriel Metsu (1629-1667), huile sur bois du xviie siècle, La Leçon de Virginal (l. 32 cm, h. 24,5 cm), Musée du Louvre.

63 Caspar Netscher (1639-1684), La leçon de chant, huile sur bois du xviie siècle (l. 48 cm, h. 38 cm), Musée du Louvre.

64 Louis Aubert (activité attestée entre 1740 et 1780), La leçon de lecture, huile sur bois du xviiie siècle (l. 32,3 cm, h. 22,7 cm), Musée de Picardie (Amiens).

65 Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), La leçon de musique, huile sur toile du xviiie siècle (l. 109 cm, h. 121 cm), Musée du Louvre.

66 Alphonse Roehn (1799-1864), La leçon de dessin, huile sur toile datée de 1827 (l. 43 cm, h. 33 cm), Musée Magnin (Dijon).

67 La peinture de Abdul-Medjid, La leçon d’histoire, (sultan devenu peintre suite à un bouleversement politique dans l’Empire ottoman, (18691944) a été présentée au Salon des artistes français de 1914 ; elle nous est connue grâce à la photographie de François Antoine Vizzanova (négatif monochrome sur support verre, fonds Druet-Vizzanova, Réunion des Musées nationaux.

68 Paul Ullman (1906-1944), La leçon de géographie, huile sur toile datée de 1939 (l. 116 cm, h. 73,5 cm), œuvre donnée au Musée de Blérancourt par le fils de l’artiste.

69 Après un passé quelque peu sulfureux, Félix Jacques Antoine Moulin (1802-1875) décide de faire un reportage photographique en Algérie, avec l’accord du gouvernement, ce qui lui facilite sa tâche auprès des autorités coloniales, sur place. Il publie une partie de ses clichés dans la série Souvenirs d’Alger ou l’Algérie photographiée.

70 École arabe. Alger. Épreuve sur papier albuminé (l. 16,2 cm, h. 22,3 cm), collection Roger Thérond, Musée d’Orsay (Paris).

71 École de jeunes filles mauresques dirigées par Mme Luce. L’étude. Photographie extraite de l’ouvrage précédemment cité ; cliché conservé par la Bibliothèque nationale de France.

72 Voir : Léon Antoine, Colonisation, enseignement, éducation, étude historique et comparative, Paris, L’Harmattan, 1991 ; Barthélémy Pascale, « L’enseignement dans l’Empire colonial français : une vieille histoire ? », Histoire de l’éducation, 2010, no 128, pp. 5-28.

73 Fonds Haardt de la Mission Citroën en Centre-Afrique, conservé au Musée du quai Branly (Paris). Certains clichés sont en particulier consacrés à des classes malgaches.

74 Archives départementales du Nord, 15 Fi 1319 (l. 8,7 cm, h. 13,8 cm), collection J. Beausire, 1917.

75 Épreuve contact datée de 1916, conservée au Musée d’Orsay (Paris).

76 Ces mesures (de novembre 1916, puis la nouvelle déportation d’avril 1917) font écho à la déportation, dès 1914, par les autorités françaises, de fonctionnaires impériaux affectés en Alsace.

77 Les clichés de Roger Parry (1905-1977) sont issus de la série « Guerre 1939-1945 », d’après des négatifs monochromes souples au gélatinobromure d’argent. Donation du photographe à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (Paris).

78 Ces grands albums proviennent du cabinet de gravures constitué, durant vingt-cinq ans, par Louis-Philippe, duc d’Orléans puis roi des Français. Voir : Delalex Hélène, « La collection de portraits gravés de Louis-Philippe au château de Versailles », Revue des Musées de France – Revue du Louvre, 2009, no 3, pp. 79-92.

79 Ce personnage est représenté de trois-quarts gauche, revêtu des habits épiscopaux avec la croix pectorale, et ses armoiries en arrière-plan. Jacques Toussaint dit Tusan ( ?-1546), professeur d’hébreu, estampe (l. 18 cm, h. 12,8 cm), LP 11.49.2, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

80 Son portrait est connu grâce à deux xylographies portant le même titre Pierre Danes (1457-1577) philologue, anonymes, profondément différentes, de mêmes dimensions (l. 4,4 cm, h. 2,7 cm) et numérotées 121. Dans un cas, Jacques Tusan est figuré de trois-quarts gauche, avec bonnet, veste et col haut (LP 10.53.7). Dans l’autre cas, ses traits sont maladroitement et profondément accentué, il est revêtu du même habit, de trois-quarts droite (LP 10.53.8).

81 Le graveur est ici identifié ; il s’agit de Louis Coquin (1627- ?) dit Cossin. Il représente ce professeur, de profil gauche, portant sa cuirasse, tenant un bâton de commandement de la main droite, et un livre de la gauche. En arrière-plan, se déroulent des exercices d’équitation, dans une enceinte militaire. Delcamp (Delcampe) Professeur d’équitation de Louis XIV, estampe (l. 27,5 cm, h. 20,4 cm), P 32.58(1), Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

82 François de Salignac de la Mothe-Fénelon (1651-1715), évêque de Cambrai, huile sur toile de Joseph Vivien (1657-1734) datée de 1713 (l. 79 cm, h. 65 cm), Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

83 Jean-Joseph Sue, chirurgien, professeur d’anatomie à l’Académie Royale de peinture et de sculpture en 1772, huile sur toile de Guillaume Voiriot (1713-1799), datée de 1772 (l. 127 cm, h. 96 cm), Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

84 Henri Cordier (1849-1929), professeur à l’École des Langues Orientales, ami de l’artiste, Gustave Caillebotte (1848-1894), huile sur toile datée de 1883 (l. 65 cm, h. 80 cm), Musée d’Orsay.

85 Portrait de Monsieur Ansars, professeur de dessin à Montauban, Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867), peinture sur ivoire datée du xixe siècle (l. 7 cm, h. 7 cm), Musée du Louvre.

86 Portait de M. Charles Seignobos (1854-1942), historien, professeur à la Sorbonne, huile sur toile de Jules Raymond Koenig (1872- ?), exposée au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts de 1914, après avoir été photographiée l’année précédente par Vizzanova (négatif monochrome sur support verre), fonds Druet-Vizzanova, Réunion des Musées nationaux. Charles Seignobos, songeur, a chaussé ses lunettes afin de lire un ouvrage, assis dans une chaise à bascule en osier. Il est à cette date reconnu pour la nouvelle méthode historienne qu’il promeut avec Charles Langlois.

87 Huile sur toile de Georges Hippolyte Dilly (1867- ?), exposée au Salon des Artistes français de 1921, photographiée par Vizzanova (négatif monochrome sur support verre), fonds Druet-Vizzanova, Réunion des Musées nationaux. Le professeur, revêtu de la blouse de chirurgien, manches retroussées, regarde le peintre, sa main gauche appuyée sur une table d’opération, l’autre sur l’abdomen.

88 Antoine Pillet (1857-1926), jurisconsulte et professeur de droit. Le négatif (monochrome sur support verre daté de 1931) est composé de deux portraits, tels des clichés de police : un de profil gauche, et l’autre de face. Le juriste est habillé avec sa toge. Fonds Druet-Vizzanova, Réunion des Musées nationaux.

89 Portrait des professeurs Calmette et Guérin dans leur laboratoire. Négatif monochrome sur support verre (avec négatif verre au gélatino-bromure) représentant les deux chercheurs en 1932, appuyé sur une paillasse (fonds Druet-Vizzanova, Réunion des Musées nationaux). À cette date, Albert Calmette (1863-1933) et Camille Guérin (1872-1961) sont célèbres pour avoir travaillé sur le vaccin contre la tuberculose et au développement de la vaccination dès 1924.

90 Poulat Émile, Compte-rendu de l’ouvrage Iconographie et histoire des mentalités, dans Archives des Sciences sociales des religions, 1982, volume 54, no 54-2, p. 214.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540