Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

Langue et milieu

Espaces arabophones et bilinguisme en Europe : l’arabe entre langue européenne et langue étrangère

Samia Ouachani

Abstract

Les études des ethnologues et des linguistes ont souvent été concentrées sur les espaces géographiques d’origine qui se limitent aux zones des États arabes et des pays ayant adhéré à la Ligue des États arabes, comme le Soudan. Ces études ne tiennent pas compte de la dynamique de la langue arabe liée aux changements historiques et géopolitiques, et aux flux migratoires, permettant d’aborder la question : qu’est-ce qu’un Arabe, et qui est Arabe du point de vue géolinguistique ou de la géographie des langues ? Est donc développée l’extension spatiale de l’arabe, notamment en Europe à partir de l’exemple andalou, les échanges linguistiques tissés au cours de l’histoire, mais aussi dans les pratiques contemporaines. Ainsi se pose la question de la situation et de la dynamique d’une langue internationale, et de la culture d’origine pour la population arabophone issue de l’immigration, avec la prise en compte de l’importante dimension religieuse. La langue arabe assume un rôle dans la sphère familiale, bien sûr, mais aussi un rôle social dans la pratique religieuse et dans le travail. Il demeure que la fréquence de l’utilisation de l’arabe n’est pas mesurée en France.

Studies by ethnologists and linguists have often focused on original geographical spaces that are restricted to the Arabic States area and to the countries which belong to the League of Arab States such as Soudan. These studies do not take into account the Arabic language’s dynamics that are linked to historical and geographical changes, and to migratory flow, which lead to the questions: What is an Arab, and who is Arab, from the geolinguistic, or the geography of languages, viewpoint? The spatial expansion of the Arabic language, particularly in Europe on the basis of the Andalusian example, the linguistic exchanges forged throughout history, but also in contemporary practices, are then developed. Therefore, the situation and the dynamics of both an international language and its original culture – as far as Arabic speaking people born of migrant families are concerned – are to be questioned, without forgetting the importance of the religious dimension. Arabic plays a part in the familial circle indeed, but it also has a social dimension concerning religious practice and professional life. The fact remains that the use of Arabic language is not measured in France.

Full text

1La géographie des langues, bien que souvent évoquée par les linguistes et les ethnologues, semble être souvent ignorée par les géographes et, surtout, reprise de nos jours par les géopoliticiens dans leurs analyses de l’effet langue/politique sur l’espace et plus spécifiquement la notion du territoire (Giblin, 1999). De nombreuses études de géopolitique se focalisent sur des conflits fondés sur l’expression identitaire qui mettent en relation langue, territoire et minorité.

2Nous devons aux linguistes les récentes études sur les relations espace(s) et langues. Intéressés au début par les phénomènes relevant de la sociolinguistique et de la psycholinguistique où le langage et les langues sont étudiés, ils se sont ensuite dirigés vers l’incorporation d’autres paramètres, comme la dynamique spatiale qui entoure l’individu, le groupe et la communauté de locuteurs étudiés. Dans la majorité des écrits, des ouvrages et des articles des linguistes, il s’agit de la dimension spatiale de la langue lorsque l’on parle d’expansion linguistique ou de diffusion et de prolifération des langues (Walter et Feuillard, 2006, p. 197-208). Finalement, la « géographie des langues » existe en tant que domaine d’étude, mais ne figure pas encore clairement comme une branche à part entière de la géographie qui, pourtant, a bien intégré la géographie culturelle où la langue, outil de communication d’une culture, en est la composante principale.

3L’étude des civilisations, des peuples et des empires demande au géographe un suivi de l’évolution des changements démographiques certes, mais aussi des spécificités des peuples, comme nous pouvons le constater dans les fiches par pays des atlas géographiques où la religion, la langue et d’autres paramètres socio-économiques qui sont, au fil du temps, pris en considération. Il ne suffit plus de présenter des cartes de repérage des espaces linguistiques sur le globe terrestre mais d’étudier l’évolution de ces espaces en fonction des changements historiques dans le passé jusqu’à nos jours et d’incorporer la notion de géographie des langues comme composante importante dans les nouvelles études innovantes en sciences humaines.

4Dans le cas de l’arabe, par exemple, les ethnologues et les linguistes ont concentré leurs études sur les zones géographiques d’où était issue la principale ethnie ou tribu locutrice de la langue, délimitées par les frontières d’États arabes ou pays ayant adhérés à la Ligue arabe, comme le Soudan et d’autres pays africains qui ont choisi l’arabe pour langue officielle. Traiter la question de l’étude des espaces arabophones, voire de la construction de cartes linguistiques de la langue arabe, revient à répondre à la question : « qu’est-ce qu’un Arabe et qui est Arabe d’un point de vue géolinguistique ou de la géographie des langues ? ».

Une langue européenne ?

5D’un point de vue géographique, les cartes des espaces géographiques où l’on est censé retrouver des Arabes se limitent aux zones des États arabes et des pays ayant adhéré à la Ligue des États arabes. Seulement, sur le plan de la géographie des langues, la zone s’étend sur davantage de pays africains et de pays asiatiques grâce au rapport langue/religion et sur les continents européen et américain avec les effets immigration/langue et/ou religion. Aussi, il ne suffit pas de réduire la question à un ensemble de cartes linguistiques représentées par des espaces condensés de pourcentages d’individus arabes et arabophones homogènes, comme cela était le cas dans les représentations coloniales des cartes des espaces habités par « couleurs » et ethnies, mais de repérer et d’étudier les dynamiques spatiales des espaces linguistiques représentés par les locuteurs arabophones sous leurs diverses formes, c’est-à-dire bilingue, plurilingue ou non, d’origine ou non arabe, musulmans ou non. Il est clair que les frontières linguistiques ne peuvent être que théoriques.

6Il s’agit de comprendre ces transformations et ces dynamiques spatiales complexes, en explorant de plus près les métissages ethniques, linguistiques et culturels qui vont de pair, mais qui sont hétérogènes et non généralisés. Cela demande donc la réalisation d’enquêtes de terrain auprès des communautés de locuteurs résidents désormais en Europe et en Amérique par le biais de l’immigration et d’effectuer des recensements en fonction de critères précis ciblant des profils de locuteurs identifiés. La géographie de la langue arabe est un phénomène délicat à appréhender, étant donné la difficulté de définir, aujourd’hui par rapport à hier, ce qu’est un arabophone. En effet, il convient de tenir compte non seulement de la religion et du métissage, mais aussi de la complexité du rapport langue/ espace et de celle des flux d’immigration et des dynamiques démographiques liés aux changements historiques et géopolitiques du monde. D’un point de vue historique, la langue arabe fait partie de la famille des langues chamito-sémitiques, et elle se situait à l’origine en Arabie et dans la partie nord-est de l’Afrique. C’est une langue sémitique comme le sont l’hébreu et d’autres langues dont certaines ont disparues ou sont seulement utilisées, entre autres, à des fins liturgiques comme l’araméen ou une de ses variantes, le syriaque.

7Grâce à la diffusion très rapide de la religion musulmane, entre le VIIe et le IXe siècles, l’arabe s’est progressivement implanté en Afrique du Nord et en Espagne, et a même atteint Samarcande et la vallée de l’Indus. Un vaste espace linguistique s’est ainsi mis en place où diverses langues côtoyaient la langue arabe. Au sein d’al-Andalus, l’arabe était la langue du pouvoir et de l’administration sur le territoire annexé à l’Empire omeyyade. Seulement, et malgré la domination de l’arabe, cela n’empêchait pas les scientifiques et les intellectuels musulmans, chrétiens et juifs de cette époque de s’intégrer dans la société andalouse. Maria Rosa Menocal explique comment la population espagnole médiévale d’al-Andalus s’était non seulement mélangée avec la population musulmane arabophone provenant de l’empire arabo-musulman de différentes origines par le biais des mariages mixtes et donc ethniques, mais avait aussi engendré un contact interlinguistique suscitant un phénomène d’intégration linguistique spontané (Menocal, 2003, p. 58-68). L’auteur explique cela par le fait que « les musulmans avaient apporté en Hispanie quelque chose que la province wisigothe à moitié en ruine ne se rappelait que difficilement avoir eu un jour : une langue dans laquelle l’homme exprime avec élégance tous ses besoins essentiels en dehors de la foi » (ibid., p. 59).

8L’intense travail de traduction d’ouvrages scientifiques dans d’autres langues, dont les ouvrages de philosophie en grec, a favorisé le développement des sciences et a rapproché la communauté scientifique plurireligieuse, plurilingue et pluriculturelle des juifs, des chrétiens et des musulmans. La langue arabe était, certes, la langue de la science ce qui encourageait la population multireligieuse et multilingue à s’arabiser mais, selon Maria Rosa Menocal, « même lorsque l’arabe se répandit, tous les Cordouans – chrétiens, musulmans fils de chrétiennes, et de nombreux juifs – conservèrent la langue maternelle ancestrale de leur cité et de leurs communautés. La langue vernaculaire qui était née du latin dans cette partie du monde, cousine de celle que parlaient Paris ou Florence, fut ainsi cultivée parallèlement à l’arabe à partir du VIIe siècle » (ibid., p. 67). Les espaces linguistiques hispano-arabes étaient le produit de cette extension vers l’Europe à travers l’Espagne. Comme l’a démontré Henriette Walter, les transferts interlinguistiques de mots arabes dans la langue française, espagnole, portugaise, italienne en Sicile et l’existence du maltais comme langue officielle de Malte, témoignent de cette extension des espaces arabophones vers l’Europe (Walter et Baraké, 2006).

9Depuis la Reconquista, les différents conflits n’ont laissé aucune chance au métissage culturel et linguistique d’évoluer dans un nouveau monde acceptant ses différences. En effet, l’Espagne catholique a opté pour une purification religieuse et linguistique de cet espace. Deux espaces linguistiques se sont juxtaposés et, avec le temps, ont créé un nouvel espace où les mots et les codes se transforment, modifiant les modes de pensée. Fruits d’échanges interculturels orientés vers des objectifs de développement communs voire de régénération, ces espaces linguistiques modifient le paysage géoculturel et socio-économique.

10Avant leur expulsion d’Espagne, les Morisques avaient réussi à conserver leur culture à travers l’invention d’une langue métisse, fruit de ce contact interlinguistique. Lorsqu’ils arrivèrent en Afrique du Nord arabophone, l’arabe prit le dessus à travers les processus classiques de l’assimilation.

11La langue arabe, victime de l’image négative du monde arabe, sans cesse en déclin et en crise, demeure très certainement l’invitée non désirée dans la famille européenne. Et pourtant, son implantation dans le langage est définitive. Les mots devenus populaires en français tels que « toubib », « flous », « chouia » et bien d’autres encore sont des mots arabes importés par les langues européennes qui font désormais partie intégrante du langage européen. En France, le contact interlinguistique arabe et français a permis un échange de plusieurs centaines de mots. On peut observer dans les dialectes arabes ce métissage franco-arabe puisque ce sont les dialectes qui sont eux le plus pratiqués par les populations arabophones.

12Au plan international, on observe depuis ces dernières décennies la naissance de chaînes d’information satellitaires arabes en phase de devenir totalement multilingues et délocalisées, dont les sièges sont souvent implantés dans les capitales européennes telles que Londres. Ces chaînes ont l’arabe littéraire pour langue de diffusion de l’information mais sont constituées d’équipes multiethniques, multilingues et multiculturelles maîtrisant l’arabe. Ce nouveau phénomène a incité les professionnels à pratiquer l’arabe littéraire au-delà des disciplines élitaires telles que le théâtre et la littérature classique, ce qui a redonné un renouveau au vocabulaire de l’arabe classique. Celui-ci a dû effectuer un aggiornamento de son langage en procédant à des traductions interlinguistiques, sinon en adoptant des mots issus d’autres langues comme le font les locuteurs des dialectes locaux.

Pratiques contemporaines

  • 1 Voir : Alpozzo, Marc, « Tant qu’il y aura des langues », 9 octobre 2005, www.oulala.net/Portail/ar (...)

13La géographie des langues pourrait étudier ces phénomènes et suivre leurs évolutions géographiques en fonction des changements que le monde vit au cours du temps. La complexité de ces phénomènes, telle que la diffusion spatiale des langues par le biais de l’immigration et autres transformations comme le métissage linguistique et culturel ainsi que d’autres formes, produits des contacts de langues comme le bilinguisme et le plurilinguisme, donnent lieu à un nouveau paysage géolinguistique avec de nouvelles entités à identités multiples et donc à une liste de nouveaux codes et idiomes. Tout repose aussi sur le choix des différentes méthodologies émanant d’un rapprochement des disciplines concernées et complémentaires qui sont susceptibles d’expliquer ces phénomènes complexes. Par exemple, étudier le phénomène linguistique qu’est le français des banlieues, mêlant le verlan, à un vocabulaire arabo-français, relève de l’étude du paysage géographique des banlieues, mais aussi de l’étude des contacts des langues et donc de la géographie des langues. Ces mots dont parle Henriette Walter se créent et se recréent avec le temps, et le métissage n’en finit pas malgré les conditions difficiles et précaires des banlieues. Cet autre confinement de l’espace social qu’est la banlieue génère, certes, un espace d’infortune où les échos négatifs dominent les positifs1, mais qui n’exclut pas la naissance de la créativité au niveau linguistique et culturel :

  • 2 Decaux Alain, « L’avenir de la langue française », Discours du 16 octobre 2001 à l’Académie françai (...)

[…] Ce qui doit nous frapper, c’est que la nôtre [la langue française] s’enrichit dans des proportions jamais constatées jusqu’ici. La 8e édition du Dictionnaire de l’Académie française, parue avant la Seconde Guerre mondiale, comportait 32 000 mots. Celle qui s’achèvera au début du XXe siècle en comportera 55 000. Plus de 20 000 mots nouveaux en 70 ans ! Ce que nous imposera le XXIe siècle, c’est l’intégration de verbes, de substantifs et d’adjectifs nés du nouvel argot : le verlan. Ainsi trouve-t-on déjà, dans le Petit Robert comme le Petit Larousse, le mot « ripou » verlan de pourri. Un film – Les Ripoux – l’a popularisé. En lui accordant le x au pluriel, les producteurs l’ont introduit dans l’inoubliable série : bijou, chou, genou. Ainsi, en sera-t-il des mots « beur » et « meuf » auxquels, d’ores et déjà, les lexicographes ont accordé le droit de cité. Comme l’a constaté M. Alain Rey, l’argot d’autrefois était un code secret, celui du milieu. L’argot d’aujourd’hui, véhiculé par la toute-puissance des médias, s’impose bien au-delà des banlieues et l’attraction qu’il exerce sur les milieux scolaires de toutes classes sociales, ne fera que confirmer, au XXe siècle, la force grandissante du langage parlé. Il sera vain de vouloir le combattre car le langage parlé est celui qui, depuis les origines, a précédé le langage écrit2.

14Pour revenir à la géographie de la langue arabe en Europe, l’île de Malte est un espace concret de l’implantation de l’arabe dans un espace dont elle n’est pas originaire et qui, selon un processus complexe de métissage au cours du temps, a donné naissance à une langue maltaise certes proche de l’arabe maghrébin, mais portant les marques d’un métissage culturel et linguistique fortement lié à des événements historiques et socioculturels.

15Dans le cas de l’île de Malte, qui fait partie de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004, la langue nationale est le maltais. Elle est un condensé d’arabe dialectal avec un massif emprunt de vocabulaire sicilien et italien. Résultant d’une suite de colonisations et d’une cohabitation d’espaces linguistiques, le maltais témoigne aujourd’hui de l’effet de ce métissage sur un territoire européen. Cette situation de contact est à l’origine d’une nouvelle entité qui n’est pas totalement différente de celle d’origine, et qui s’affiche comme le résultat de ce mélange. Par exemple, répondre à la question d’appartenance géographique d’une langue en terme de nationalité ou d’appartenance nationale semble complexe puisque, dans le cas des Maltais, la langue maltaise est devenue officiellement une langue de l’Union européenne en 2004. À ce sujet, Martine Vanhove affirme que les Maltais sont très attachés à leur langue nationale, langue sémitico-romane, malgré la domination de l’anglais, langue indispensable à la communication avec l’extérieur, mais aussi à Malte. Même si Martine Vanhove déclare que, selon un géographe arabe, les Maltais sont à l’origine des Arabes déportés, le résultat n’est pas seulement une langue arabe mais une nouvelle langue métisse où l’arabe et l’italien se mélangent sans problème. La langue maltaise est le résultat d’une cohabitation entre une langue sémitique et deux langues indo-européennes :

[…] Malte un trait d’union, un pont entre l’Europe et le proche Orient […] bien qu’écrite en caractères latins, la langue maltaise relève de la dialectologie arabe […]. La colonisation arabe donna à Malte une grande partie de sa culture, et notamment sa langue nationale le maltais […] le ciment en est la langue maltaise, il-malti, langue sémitico-romane, carrefour linguistique bel exemple de la symbiose qui peut se réaliser lorsque des langues de familles génétiquement non apparentées sont soumises à des contacts intenses et prolongés […]. La langue, le vrai trésor des Maltais, 400 000 habitants maltais […] Pendant cette période, les Maltais se rechristianisèrent, mais conservèrent leur langue arabe tout en empruntant massivement une partie de leur vocabulaire au sicilien et italien […]. Toutefois, les Britanniques ne furent pas mieux acceptés que les Français : ils ont imposé leur langue, accaparèrent tout le pouvoir politique et économique. Cette situation d’exploitation coloniale provoqua en retour la montée de fortes revendications nationalistes et les Britanniques durent concéder de nouvelles constitutions augmentant le nombre d’élus maltais au conseil législatif, puis reconnaître, en 1934, la langue maltaise. (Vanhove, 2007, p. 31).

  • 3 . Voir le règlement interne du lycée international Honoré de Balzac à Paris.

16La question de langue d’origine et de culture étrangère est aussi posée en France lorsque l’on revisite l’histoire des Français d’origine maghrébine et du Moyen-Orient, et de leur rapport avec la langue arabe en tant que langue de culture et d’origine, d’une part, et étrangère, d’autre part. Il faut savoir qu’aujourd’hui en France, l’enseignement public de la langue arabe débute réellement vers la fin du cycle de l’enseignement secondaire (en seconde) à condition de parler et d’avoir déjà un acquis ou un certain bagage linguistique résultant du milieu familial (langue maternelle) ou bien d’avoir séjourné dans un pays arabe. Une certaine maîtrise est nécessaire pour être autorisé à suivre les sections internationales3. Mais finalement, comparé à l’enseignement primaire et secondaire public, la langue arabe est surtout enseignée dans les universités et les grandes écoles comme l’Institut national des langues et cultures orientales (INALCO). Cet enseignement est destiné à une certaine élite destinée à représenter la France sur la scène diplomatique et commerciale. En effet, accéder à l’apprentissage de cette langue n’est pas automatique puisque l’arabe est toujours considérée, à la fois, comme une langue internationale étrangère, et comme une langue de culture et d’origine, rôle que Jacques Berque (1985) et bien d’autres orientalistes avaient considéré comme étant indispensable pour l’intégration des Français d’origines immigrés. Au début, cela concernait tous les immigrés mais aujourd’hui c’est surtout la population des immigrés arabes qui l’est.

  • 4 AFDA : Association française des arabisants (www.afda.asso.fr). Voir aussi le site du magazine Mid (...)

17Toutes les politiques d’intégration n’ont pas vraiment été efficaces : les projets d’aménagements des espaces linguistiques sont restés des acquis théoriques et la pensée jacobine française dominante considère le plurilinguisme comme étant un danger. Rappelons que la France n’a pas ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Au niveau institutionnel, le débat sur le statut de la langue arabe en France est ignoré puisqu’il reste confiné au sein du corps enseignant représenté par l’AFDA4 créée selon la tradition orientaliste pour la promotion de l’enseignement de la langue arabe en France et le développement de programmes d’apprentissage susceptibles de faciliter l’accès à cette langue et à la formation d’enseignants. L’introduction de l’enseignement de l’arabe est ancienne et remonte au règne de François Ier qui est à l’origine de la création d’une chaire d’enseignement de cette langue au Collège royal de France (Balagna Coustou, 1989, p. 61).

18Au cours de la période coloniale, et pour des besoins de gestion des territoires arabes, l’enseignement de l’arabe aux corps militaires et la maîtrise de la langue par les représentants français qui formeront plus tard le corps diplomatique, sera capital. Finalement, c’est la dimension historique et politique, et donc géopolitique de l’existence voire de l’implantation de la langue arabe en France qui explique cette confusion entre langue étrangère internationale et langue de culture et d’origine.

19La langue arabe a représenté la langue de prestige à laquelle la couche des élites, européenne et pas seulement française, avait accès. Puis, elle est devenue l’outil de traduction du message que voulait faire passer le gouvernement français tantôt aux colonisés ou aux populations des colonies, puis aux immigrés majoritairement ouvriers pour le bon fonctionnement des procédures et du maintien de l’ordre sur un territoire plus réduit. C’est autour des années soixante-dix, au moment de l’arrivée plus importante des familles des immigrés que les choses se sont compliquées pour le gouvernement français. Alors que les pays maghrébins commençaient réellement à vivre leur indépendance, les premières générations de Français d’origine arabe amorçaient une nouvelle vie en France en tant que citoyens français à part entière. Les liens historiques entre la France et les pays arabes ont donc produit des paysages socio-économiques et culturels hybrides souvent contradictoires. Contradictoires parce que les accords bilatéraux engendraient des politiques d’intégration et d’immigration où les concernés n’avaient aucun rôle, et subissaient les décisions gouvernementales bilatérales en ayant comme seul choix l’adaptation.

  • 5 ELCO : Enseignement des langues et culture d’origine. Dans le cas de l’arabe, cela constitue en un (...)

20La géographie des langues pourrait d’ailleurs étudier les processus d’intégration par la langue, dans le cas d’une politique d’intégration des immigrés et de planification des aires ou espaces linguistiques « ouverts » ou « fermés », et, plus encore, expliquer les raisons de ses échecs. Les ELCO5, par exemple, associations créées pour subvenir aux besoins des familles immigrées d’origine arabe, se sont spécialisés dans l’enseignement de l’arabe pour les élèves du primaire, enseignement qui n’existait pas à l’école publique française. C’est un enseignement marginalisé :

La présence dans les écoles françaises d’un très grand nombre d’enfants de travailleurs immigrés algériens pose, d’une part, des problèmes d’intégration par accommodation réciproque des enfants aux écoles, des écoles aux enfants, offre, d’autre part, l’occasion d’une réelle coopération entre les deux pays en cause et une chance exceptionnelle d’approfondir la compréhension entre deux peuples liés par une partie de leur histoire.

  • 6 Voir : Note de service no 82-164 du 8 avril 1982 sur l’Enseignement de la langue et de la civilisa (...)

Le maintien des enfants algériens vivant en France dans la connaissance de leur culture constitue un facteur essentiel d’épanouissement de leur personnalité et d’adaptation à leur milieu de vie, ainsi qu’un important moyen de faciliter leur éventuelle insertion dans leur société d’origine. À cet effet, et selon l’accord passé entre les gouvernements algérien et français, des cours de langue et de civilisation de leur pays d’origine pourront être intégrés aux activités scolaires des enfants des familles algériennes6.

Des cours de langues et de civilisations étrangères peuvent être donnés dans les écoles élémentaires, en dehors des heures de classe, à l’intention d’élèves étrangers qui ne bénéficient pas encore d’un enseignement de leur langue maternelle intégré au tiers-temps pédagogique […] les cours sont donnés par des enseignants étrangers, recrutés et rémunérés par leur gouvernement et agréés par l’inspecteur d’académie. N’y sont admis que les enfants pourvus d’une autorisation écrite de leurs parents. (Circulaire no 75-148 du 9 avril 1975).

21En réalité, l’existence de classes et sections internationales dans l’enseignement secondaire pour l’apprentissage de l’arabe dépend, d’une part, surtout de la volonté des familles concernées en fonction de leur désir de transmettre à leurs enfants leur patrimoine linguistique et culturel et, d’autre part, de la volonté des directeurs des écoles primaires et secondaires de répondre à la demande des élèves héritiers ou non d’une culture arabo-musulmane et désirant apprendre l’arabe. La politique d’intégration française ne s’est pas posée cette question, elle s’est contentée de prévoir des besoins éventuels.

[…] Cette commission se donnera pour objectifs de rationaliser l’implantation des cours en fonction des besoins constatés et des possibilités offertes et de prévoir la meilleure utilisation des personnels étrangers mis à votre disposition par les pays d’origine. Il apparaît que les deux formules d’enseignement évoquées ci-dessus sont pratiquement complémentaires ; en effet, les enfants d’une même nationalité peuvent se trouver rassemblés en nombre suffisant dans certaines écoles, mais demeurent dispersés dans d’autres écoles appartenant à la même aire géographique.

[…] On procédera, tant au sein de la commission que des groupes de travail, à une confrontation, notamment des données statistiques propres à révéler et à situer avec la plus grande précision possible les demandes et les besoins d’enseignements en langue d’origine. Les représentants de l’inspecteur d’académie et les directeurs d’écoles suggéreront les meilleures implantations pour les regroupements de cours intégrés ou non, dans les divers points du département.

[…] Ils auront pris en compte, pour éclairer leurs propositions, les disponibilités de locaux scolaires et les conditions de fonctionnement des cours. Cette procédure permettra notamment aux consulats de s’assurer du personnel nécessaire et aux écoles de se préparer à le recevoir. (Circulaire no 79-158 du 16 mai 1979).

22Il apparaît clairement que l’aménagement de l’espace linguistique en termes d’apprentissage des langues étrangères, dont l’arabe, a constitué un problème directement lié à la modification des données démographiques des effectifs des immigrés qui, eux, ont augmenté. En effet, ce n’était plus une population constituée uniquement d’hommes, la main-d’œuvre nécessaire à l’accomplissement des travaux dont la France avait besoin, mais une toute autre population composée de familles dont des enfants nés en France.

23L’objectif de ces circulaires était d’assimiler des enfants d’immigrés pour les transformer en « véritables Français » en établissant un point de liaison entre la langue d’adoption et la langue d’origine tout en reprenant la même procédure utilisée pour les immigrés européens qu’ils fussent espagnols, italiens, polonais ou autres. L’aménagement des espaces linguistiques ne pouvait pas, en pratique, atteindre ces objectifs puisque l’enseignement de la langue d’origine ne prenait en compte que la langue officielle du pays arabe, donc l’arabe littéral. Or la majorité des immigrés arabes ne parlait pas obligatoirement l’arabe littéral dans la sphère familiale, ils parlaient surtout leurs dialectes. L’espace linguistique identifié à l’État français était erroné et ne contribuait pas à cette « intégration » visant en fait à une assimilation « pertinente ». De plus, les familles d’immigrés n’étaient pas toutes convaincues que l’apprentissage de la langue arabe constituerait un facteur de promotion sociale. La contradiction française comparée à celle d’autres pays européens comme l’Allemagne et la Belgique, déjà plurilingue, n’encourageait pas les enfants d’origine immigrée à s’investir dans l’apprentissage de deux langues dans un environnement de culture désormais monolingue. Au final, il était indirectement question d’imposer un bilinguisme sans étudier les caractéristiques de la langue d’origine. La diglossie de la langue arabe n’était pas prise en compte.

24Plus tard, les regroupements associatifs à l’initiative des familles se sont subdivisés par pays d’origine en prenant en compte les particularités dialectales. L’aménagement des espaces linguistiques de l’enseignement de l’arabe était régi par les volontés de certaines familles ayant choisi d’inscrire leurs enfants aux cours d’arabe pour des raisons personnelles, comme le retour au pays d’origine encouragé par le gouvernement français suite à la loi de 1983 ou afin de favoriser la transmission d’un patrimoine culturel et religieux comme c’est le cas de la communauté française musulmane d’aujourd’hui. On assiste aujourd’hui au développement d’associations françaises répondant aux besoins des Français musulmans pour l’apprentissage de la langue arabe dans le cadre de la religion. Ainsi, la langue arabe joue un rôle à la fois religieux et culturel.

25Quant au rôle culturel, certaines institutions comme l’Institut du Monde arabe, qui est aussi une entité créée à la base par une volonté politique de la France et des États arabes, est devenue un forum d’échanges interculturels entre l’Orient et l’Occident. Elles contribuent au développement de l’enseignement arabe en dispensant, à la demande, des cours d’arabe et de culture arabo-musulmane. Ces cours sont adaptés à tous les profils de demande allant de ceux d’élèves et étudiants de tous âges à ceux d’adultes désirant aborder, voire maîtriser la langue à des fins personnelles motivées, par exemple, par des mariages mixtes ou par la cohabitation dans un environnement amical multiculturel et multilingue, ou encore par des entrepreneurs pour des objectifs purement professionnels, jusqu’à des retraités en vue de la réalisation de leurs projets de voyage. Les programmes ont été adaptés aux besoins de chacun et ce ne sont pas forcément des enfants et des adultes ayant des origines arabo-musulmanes qui sont les plus demandeurs.

26Il est certain que les espaces arabophones se trouvent surtout dans la sphère privée du citoyen français mais, peut-être qu’avec l’Europe, cet espace qui s’est toujours développé au sein d’espaces institutionnels réservés à une certaine population, se verra-t-il élargi en raison de l’introduction des langues étrangères optionnelles dans le programme de l’enseignement primaire (dont l’arabe) en parallèle au développement démographique d’une population française métissée de culture franco-arabe désireuse d’apprendre cette langue ?

27Aujourd’hui, la question de l’identité française prend une importance capitale à la suite des débats suscités par l’élection présidentielle de 2007. La remise en question des programmes d’histoire enseignés aux Français, dont plus précisément les périodes de la colonisation française et les périodes d’après-guerre, ont mis le feu aux poudres avec des débats idéologiques et politiques. Cependant, il est impossible d’ignorer la question identitaire que se posent des millions de Français ayant une ascendance d’origine ou de culture arabo-musulmane.

28À la différence des autres langues, pour les musulmans, la langue arabe n’est pas seulement la langue de la culture arabe liée à la sphère familiale, mais c’est aussi la langue du Coran, essence même de la religion musulmane. Pour les Français d’origine arabe où l’arabe, langue de culture et de religion, est un patrimoine transmis par la famille, le bilinguisme et le biculturalisme sont presque automatiques mais cet automatisme dépend aussi du degré de valorisation de la langue dans l’environnement extérieur. Le bilinguisme en France a toujours été considéré comme dangereux pour la stabilité politique et territoriale de la nation française. L’histoire de la France, à travers la construction des identités françaises, témoigne de ce malaise identitaire où les crises et les guerres ont généré un sentiment de méfiance vis-à-vis de toute entité susceptible d’être différente ou opposée aux concepts et valeurs de la Constitution française comme le monolinguisme (Viet, 2004, p. 27).

29Contrairement à sa politique intérieure, la France défend, au niveau international, le plurilinguisme à travers la francophonie en opposition avec l’anglophonie dominante. Cet aspect contradictoire démontre qu’il existe en France deux dimensions : la dimension politique gouvernementale et la dimension populaire des vrais espaces linguistiques où la diversité linguistique et culturelle des citoyens français existe réellement et n’est pas forcément en accord avec la position officielle de la France. La plupart des débats se concentrent autour de la destruction des principes républicains, dont la laïcité, ce qui peut favoriser un sentiment de rejet puisque l’on ne parle jamais de la diversité linguistique et culturelle de la population française.

30La politisation de ce sujet rend impossible un débat national et pourtant, il est clair que les Français ne semblent pas du tout opposés à la diversité culturelle et linguistique dans les domaines des arts et de la musique. Par exemple, la sortie du film Bienvenue chez les Ch’tis, le 27 février 2008, a suscité un engouement des Français et le nombre d’entrées a battu des records. Cela démontre que les Français sont sensibles à la diversité linguistique, abstraction faite du caractère humoristique de ce film. Tant que le sujet n’est pas politisé, le message passe sans problème. Selon Jean Laponce, une langue peut assumer un ou plusieurs rôles sociaux comme la religion, la famille, le travail. La langue arabe assume un rôle social dans les sphères de la famille et de la religion. Dans le cas où elle est utilisée au travail, elle assume un rôle social. Plus les rôles sont nombreux, plus l’espace linguistique s’élargit et le pouvoir de la langue s’amplifie :

[…] L’idéal pour une langue, c’est de contrôler tout le terrain […] à défaut, une langue cherchera à dominer et à s’assurer des positions stratégiques dominantes positions dont la valeur tient typiquement au rôle (qualité sociale), à la connaissance (qualité linguistique) et à la fréquence d’utilisation de la langue (quantité) […] Les langues opèrent comme si c’était des espèces animales et les individus qui les parlent des territoires à ressources restreintes. (Laponce, 1984, p. 32-33).

31En France, la fréquence d’utilisation de la langue arabe n’est pas mesurée et si l’on envisage le calcul de cette fréquence, faudrait-il envisager un recensement des arabophones qu’ils soient français ou non ? De plus, les enfants des immigrés d’origine arabe n’ont pas tous ces compétences ou, à la limite, ne parlent pas forcément la langue arabe au sein de leurs familles, mais peuvent être capables de comprendre leurs parents ou l’un des deux lorsqu’il parle arabe. De plus, il est clair que la majorité des arabophones utilisent dans l’environnement familial les dialectes arabes, il serait donc inutile d’envisager des statistiques concernant les arabophones qui parlent seulement l’arabe littéral.

***

32Pour le cas de la langue arabe en Europe, et sans ignorer les paramètres psychosociologiques et socio-économiques au cours du temps, il serait intéressant d’explorer par des enquêtes et sur le terrain même, ce phénomène en fonction du territoire et de la population locutrice.

33L’étude de la géographie de la langue arabe a toujours été concentrée sur des territoires traditionnellement arabophones. Aujourd’hui, il serait également pertinent de l’étudier sur un espace étranger comme celui de l’Europe qui a connu des mouvements migratoires composés de populations arabophones. Il s’agirait de suivre l’évolution de ces populations en fonction de l’espace et des contacts inter-spatiaux au cours des dernières décennies. Cette approche pourrait ensuite être élargie vers le Canada et les États-Unis, dans une perspective comparatiste.

Bibliography

Références bibliographiques

Alpozzo Marc, « Tant qu’il y aura des langues », 9 octobre 2005, www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=1954

Balagna Coustou Josée (1989), Arabe et humanisme dans la France des derniers Valois, Paris, Maisonneuve et Larose.

Berque Jacques (1985), Éduquer les enfants de l’immigration, rapport préliminaire de Monsieur le Professeur Jacques Berque au Ministre de l’Éducation Nationale, Paris, CNDP.

Giblin Béatrice (dir.) (1999), « Nationalismes régionaux en Europe », Hérodote, no 95.

Laponce Jean (1984), Langue et territoire, Québec, Presses de l’Université Laval.

Menocal Maria Rosa (2003), L’Andalousie arabe une culture de tolérance VIIIe-XVe siècle, Paris, Autrement.

Vanhove Martine (2007), « À Malte. Une langue inscrite dans l’histoire », Le Monde diplomatique, octobre 2007, p. 31.

Viet Vincent (2004), Histoire des Français venus d’ailleurs : de 1850 à nos jours, Paris, Perrin.

Walter Henriette et Feuillard Colette (2006), Pour une linguistique des langues, Paris, PUF.

Walter Henriette et Baraké Bassam (2006), Arabesque : l’aventure de la langue arabe en Occident, Paris, Robert Laffont.

Notes

1 Voir : Alpozzo, Marc, « Tant qu’il y aura des langues », 9 octobre 2005, www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=1954

2 Decaux Alain, « L’avenir de la langue française », Discours du 16 octobre 2001 à l’Académie française. http://www.academie-francaise.fr/immortels/discours_5academies/decaux2.html

3 . Voir le règlement interne du lycée international Honoré de Balzac à Paris.

4 AFDA : Association française des arabisants (www.afda.asso.fr). Voir aussi le site du magazine Midad : www.ac-versailles.fr/pedagogi/languearabe/midadenligne.htm, magazine conçu comme instrument de liaison entre les enseignants d’arabe et les institutions françaises.

5 ELCO : Enseignement des langues et culture d’origine. Dans le cas de l’arabe, cela constitue en un enseignement de cette langue qui est pris en charge par les pays arabes essentiellement maghrébins.

6 Voir : Note de service no 82-164 du 8 avril 1982 sur l’Enseignement de la langue et de la civilisation arabes aux enfants algériens fréquentant les écoles élémentaires françaises.

Author

Doctorante, UMR 8185 Espace, Nature et Culture, CNRS-Université Paris IV.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540