Version classiqueVersion mobile

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

Langue et milieu

L’enseignement de l’occitan dans le Val d’Aran : quand la territorialisation d’une langue minoritaire montre ses failles

Marianne Heip

Résumé

Trois langues, officielles selon des différentes modalités, sont couramment utilisées dans le Val d’Aran, petit territoire espagnol situé au centre des Pyrénées. Le castillan et le catalan côtoient l’aranais, variante locale de l’occitan. Ce dernier est la langue propre de la vallée et, comme telle, bénéficie d’une politique de protection et de promotion dans le cadre régional catalan. Si la « leçon aranaise » montre qu’une politique linguistique claire et déterminée peut être à l’origine d’effets positifs, même pour une langue parlée par quelques milliers de personnes, en même temps, des obstacles de nature spatiale produisent leurs effets. L’exiguïté du territoire concerné, la présence de langues voisines, plus répandues et prestigieuses, l’attirance des jeunes pour les langues aux fonctions communicationnelles plus efficaces, sont de nature à limiter les effets d’un aménagement linguistique favorable à l’occitan au profit de du castillan qui est de loin, des trois langues concernées, la plus couvrante à l’échelle espagnole et mondiale.

Texte intégral

1Cet article se propose de porter l’attention sur la situation singulière de l’occitan gascon du Val d’Aran. Selon la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe mise à la signature en 1992, « les langues régionales ou minoritaires sont des langues traditionnellement utilisées par une partie de la population d’un État et qui ne sont ni des dialectes de la ou des langue(s) officielle(s) de cet État, ni des langues de populations migrantes, ni des langues créées artificiellement ».

  • 1 Échelon administratif intercommunal en vigueur depuis les années quatre-vingt en Catalogne.

2Le Val d’Aran constitue une enclave espagnole transpyrénéenne. Cette vallée catalane s’adosse en effet au versant français du massif, abrite les sources de la Garonne et se prolonge par le Haut-Comminges français. Cette comarque1 de la Catalogne se situe à la frontière de deux États (la France et l’Espagne), de plusieurs régions historico-culturelles aux personnalités bien affirmées (Gascogne, Catalogne, Languedoc et Aragon), mais aussi à la frontière de deux aires linguistiques cousines, où l’on parle les langues historiques catalane et occitane.

3Cette position géographique particulière a fait du Val d’Aran une quasi-périclave – jusqu’à l’ouverture, en 1948, du tunnel de Vielha entre la vallée et le reste de la Catalogne – et explique son statut d’autonomie déjà ancien. Le 13 juillet 1990 a d’ailleurs été promulguée une loi sur le régime spécial du Val d’Aran : lui sont accordés une organisation administrative autonome, un drapeau et un hymne propres, ainsi que des compétences politiques et juridiques accrues. Mais surtout, la loi reconnaît la spécificité linguistique aranaise : le gouvernement espagnol a accordé un statut de langue officielle et de territorialité linguistique à la langue historique de la vallée, une variété d’occitan gascon aussi nommée aranais. L’aranais n’est pas un « patois » ; en dépit du caractère folklorique que les Français accordent à l’occitan, il est considéré en Espagne comme une langue à part entière et a bénéficié de mesures de codification orthographique et grammaticale : le 6 avril 1983 fut édictée la « normalisation de l’usage de l’aranais », ce qui permit notamment l’édition de manuels scolaires dans cette langue selon les normes orthographiques de l’Institut d’études occitanes.

Carte – Les communes du Val d’Aran

Carte – Les communes du Val d’Aran

Source : Viaut, 1988, p. 27.

4L’aranais coexiste avec le castillan et le catalan, et les trois langues sont pratiquées en synergie pour donner lieu à un plurilinguisme tout à fait exceptionnel. À propos des notions de plurilinguisme et de multilinguisme, signalons au passage que le service du Conseil de l’Europe consacré à la politique linguistique définit ces deux concepts de la manière suivante : le multilinguisme « renvoie à la présence, dans une zone géographique déterminée – quelle que soit sa taille – à plus d’une variété de langue, c’est-à-dire de façons de parler d’un groupe social, que celles-ci soient officiellement reconnues en tant que langues ou non. À l’intérieur d’une telle zone géographique, chaque individu peut être monolingue et ne parler que sa propre variété de langue ». Le plurilinguisme, quant à lui, « se rapporte au répertoire des langues utilisées par un individu ; il est donc, en un sens, le contraire du multilinguisme. Ce répertoire englobe la variété de la langue considérée comme langue maternelle ou première langue, ainsi que toute autre langue ou variété de langue, dont le nombre peut être illimité. Ainsi, certaines zones géographiques multilingues peuvent être peuplées à la fois de personnes monolingues et de personnes plurilingues ». Plus simplement, le Val d’Aran est un territoire multilingue où habitent une majorité d’individus plurilingues.

Une langue régionale qui se porte bien

5Loin de se contenter d’être une langue vernaculaire, l’aranais demeure aussi une langue véhiculaire au sein de la vallée ; son degré de pratique est élevé, bien supérieur à celui que connaît l’occitan en France. La présence de cette langue dans le Val d’Aran frappe immédiatement le visiteur : l’occitan envahit l’espace, il saute aux yeux sur les panneaux signalétiques, sur les menus des restaurants, dans la toponymie, dans la rue où des Aranais le parlent entre eux.

6Quelques statistiques illustrent d’ailleurs les pratiques linguistiques des Aranais et témoignent que l’occitan gascon reste bien une langue vivante (voir figures 1, 2 et 3). Celles-ci ont été établies grâce au recensement linguistique de 2001 ; en effet, dans les formulaires de recensement espagnols, une question concerne la langue maternelle et la langue d’usage des habitants. En France, les recensements ne contiennent aucune question sur la langue ou encore la religion ; ce sont pourtant d’excellents révélateurs, qui mettent au jour les comportements culturels d’une société, tant que les résultats ne sont pas utilisés à des fins discriminatoires.

  • 2 Renseignements recueillis auprès du Conselh generau d’Aran (Conseil général du Val d’Aran).

7Ces graphiques et ces chiffres reflètent parfaitement la réalité aranaise : le nombre d’individus qui possèdent une compétence en aranais a augmenté en cinq ans. Cette vitalité témoigne de ce que l’occitan est une langue protégée et mise en valeur dans les médias ou dans l’enseignement. Il reste donc une langue vivante que l’on parle au quotidien. En revanche, la pratique de l’aranais a diminué en terme de pourcentage : cette baisse relative correspond à la hausse du nombre de résidents aranais, fruit d’une immigration croissante, venue pour l’essentiel d’Afrique du Nord, de Roumanie ou encore d’Amérique du Sud2. Or les personnes immigrées connaissent fort peu l’aranais, et seule une minorité d’entre eux entreprennent son apprentissage. Seul le pourcentage de personnes sachant écrire l’aranais a augmenté : la réussite en incombe à l’alphabétisation de la population via, notamment, l’enseignement de l’aranais à l’école. D’autres statistiques corroborent cette analyse car elles concernent la distribution par âges des personnes sachant écrire l’occitan (voir figure 3).

Figure 1 – Connaissance de l’aranais. Évolution du nombre de personnes qui le comprennent, qui savent le parler, le lire et l’écrire

Figure 1 – Connaissance de l’aranais. Évolution du nombre de personnes qui le comprennent, qui savent le parler, le lire et l’écrire

Source : Idescat, 2001, modifié.

Figure 2 – Connaissance de l’aranais. Évolution du nombre de personnes qui le comprennent, qui savent le parler, le lire et l’écrire. Distribution en pourcentage

Figure 2 – Connaissance de l’aranais. Évolution du nombre de personnes qui le comprennent, qui savent le parler, le lire et l’écrire. Distribution en pourcentage

Source : Idescat, 2001, modifié.

Figure 3 – Connaissance de l’aranais. Personnes sachant l’écrire. Distribution par âge

Figure 3 – Connaissance de l’aranais. Personnes sachant l’écrire. Distribution par âge

Source : Idescat, 2001, modifié.

8La disparité entre les classes d’âge s’avère tout à fait conséquente : les jeunes générations, ayant profité d’un enseignement en aranais, savent fort bien l’écrire, contrairement aux générations précédentes, celles de leurs parents et de leurs grands-parents. Lors du recensement linguistique de 1986, seuls 8,9 % des habitants du Val d’Aran savaient écrire l’occitan (Climent, 1986, p. 46) !

9Cela ne signifie par pour autant que tous les adolescents et les jeunes adultes ont eu l’aranais pour langue maternelle, bien au contraire (voir figure 4).

Figure 4 – Distribution de la population du Val d’Aran selon la langue maternelle

Figure 4 – Distribution de la population du Val d’Aran selon la langue maternelle

Source : Idescat, 2001, modifié.

10L’immigration s’étant accrue depuis 2001, il y a fort à parier que le pourcentage de personnes possédant le castillan pour langue première a encore augmenté, tandis que celui des personnes ayant l’aranais pour langue maternelle a diminué.

11Le castillan représente la première langue majoritaire car il est souvent la langue des immigrés. La langue aranaise est de loin la langue maternelle la plus répandue parmi les Aranais de souche, mais elle demeure en dernière position chez les personnes originaires d’autres horizons. On assiste donc à une variation considérable de la connaissance de l’aranais selon les groupes de personnes.

Un dynamisme entretenu par des politiques linguistiques protectionnistes

12Afin que la pratique de l’occitan perdure malgré l’irrésistible ascension du castillan comme langue première, deux entités distinctes luttent pour protéger et promouvoir la langue historique de la vallée : d’une part, le Departament de Cultura e Ensenhament (Département de la Culture et de l’Enseignement) du Conselh generau d’Aran (Conseil général du Val d’Aran), et, d’autre part, l’Institut d’Estudis Aranesi (Institut d’études aranaises) ou IEA, qui fonctionne indépendamment mais travaille en collaboration avec les membres du Conselh.

  • 3 Titre traditionnel que porte le président du Conseil général de la vallée.

13L’IEA dépend de l’IEC, Institut d’Estudis Catalans, mais représente une institution de conseils techniques et scientifiques au service du Val d’Aran. Il se divise en trois départements : la section linguistique, la section d’études juridiques et la section d’histoire. Selon le Sindic3 du Val d’Aran, Carlos Barrera, cette triple orientation correspond en fait à trois éléments importants « de l’identité d’un peuple : sa langue, son histoire et ses institutions juridiques » (Barrera, 2007). C’est bien entendu la section linguistique qui nous intéresse ici. Créée le 18 décembre 2002, elle possède des prérogatives scientifiques et doit répondre à des questions linguistiques et philologiques. Ses membres doivent réaliser des investigations sur la langue aranaise et proposer des solutions concrètes au Conselh Generau d’Aran.

  • 4 « L’importance pour l’identité d’un peuple d’une institution comme un institut d’études ».

14Cet organisme cherche à être un trait d’union entre le territoire aranais, ses habitants et sa langue, en incluant les trois variables dans sa réflexion. Il veut réaffirmer la spécificité de la langue aranaise, et ce fut d’ailleurs le thème d’une conférence de l’IEC lors de la création de son antenne aranaise, « La importància d’una institució com un Institut d’Estudis per a la identitat d’un poble »4.

15Par ailleurs, le Departament de Cultura e Ensenhament organise des actions concrètes sur le terrain, sous la houlette de Jusèp Loìs Sans Socasau. Ses opérations encouragent l’usage de la langue occitane. Le département a mis en place des cours d’aranais pour adultes, car les résidents immigrés dans la vallée sont toujours plus nombreux. Dans la mesure où ces Aranais d’adoption font diminuer le pourcentage de locuteurs occitans, leur apprendre la langue locale représente une véritable démarche protectionniste, un véritable enjeu pour l’avenir de la langue locale. L’apprentissage repose tout autant sur la pratique orale de l’aranais que sur sa mise en écrit, et il est organisé pour l’essentiel par l’Oficina de Foment e Ensenhament der Aranés (OFE, « Bureau de promotion et d’enseignement de l’aranais »). Celle-ci publie d’ailleurs des fascicules, où les cours théoriques alternent avec des exercices et des études de textes. Par exemple, la première unité des cours de niveau A (le niveau le plus bas, suivi des niveaux B et C) indique comment prononcer et écrire les phonèmes aranais, car certains diffèrent parfois des phonèmes castillans et catalans. En introduction de ces fascicules, il est dit que l’apprentissage de la langue aranaise revêt une grande importance car elle est utile en « situacion de comunicacion dera vida vidanta », autrement dit dans la conversation de la vie courante.

16L’aranais apparaît ainsi comme une langue vivante, que l’on parle au quotidien, et qui imprègne l’espace vécu de chaque habitant de la vallée. Cette conception se retrouve tout à fait dans les thèmes abordés par les cours en aranais : on y apprend tout le vocabulaire qui concerne la maison, les transports, les relations avec les autres personnes, etc. Pour impliquer la population dans cette dynamique, le Département de la Culture organise également des concours de littérature ou Aran de Literatura. Adultes et enfants sont invités à proposer un récit narratif d’au moins trente pages, ou un poème d’au moins 75 vers, le tout en occitan pas forcément du Val d’Aran car le concours est ouvert à toute forme de langue d’oc. Pour chacune des deux catégories, deux prix et deux accessits sont récompensés par une somme d’argent et un diplôme ; ainsi, les premiers prix se voient remettre une somme de 800 euros. Une édition spéciale existe pour les enfants uniquement afin de les inciter à employer l’occitan hors cadre scolaire. Le Département de la Culture crée aussi des posters, sur lesquels des images sont associées à leur dénomination en aranais. Les premiers remontent au début des années quatre-vingt, les derniers en date concernent les pièces de viande dans le bœuf, le cochon et le mouton. La vie quotidienne se trouve ainsi représentée en aranais au fil des illustrations, pour montrer que l’occitan reflète à la vie quotidienne et s’adapte à la modernité.

17Enfin, le Conselh Generau propose un service de traduction gratuit. Les habitants non aranophones peuvent ainsi lui soumettre des textes en français, en catalan ou en castillan ; ce service s’avère très utile aux commerçants. Certains restaurateurs ne sachant pas écrire l’aranais, font ainsi traduire leur carte ; c’est le cas des gérants du restaurant Er Occitan, que nous avons rencontrés à Bossòst, puisque le mari possède une compétence orale et non écrite en aranais.

18Malgré toutes ces actions, le Conselh ne s’y trompe pas : ce qui risque de précipiter la disparition de l’aranais, ce sont les enfants et les adolescents. S’ils ne perpétuent pas la pratique quotidienne de l’occitan, celui-ci pourrait rapidement compter parmi les langues mortes.

Des efforts pour que l’aranais demeure la langue des jeunes…

19L’acteur le plus important dans la promotion de la langue occitane auprès des jeunes est sans conteste l’école. Non pas que celle-ci dispense des cours ponctuels d’aranais : l’ensemble des enseignements se déroule majoritairement dans la langue locale si bien qu’à l’école, l’aranais domine les autres langues. La force de l’école, Jean Laponce la résume par la « loi de Rousseau » (Laponce, 2006, p. 43-44). Car Rousseau défendait ardemment l’école dans son projet de constitution pour la Pologne, il en faisait un vecteur de solidarité sociale et de transmission culturelle : sans parler de la langue, il voyait l’enseignement comme le moyen de rendre les enfants fiers de leur spécificité. Or c’est tout à fait ce que l’on observe dans le Val d’Aran : les professeurs enseignent bien plus qu’une langue, ils transmettent à leurs élèves tout un héritage culturel qu’ils devront porter à leur tour. Enseigner en aranais, c’est vouloir que les élèves entretiennent leur langue pour ne pas la perdre. C’est aussi vouloir donner aux enfants des repères identitaires dans l’espace où ils vivent au quotidien. À cet égard, Jean Laponce remarque que « les langues étrangères apprises à l’école sont des sources de cartes mentales qui orientent et structurent nos perceptions et donc aussi dans une certaine mesure nos actions » (ibid., p. 50). Ceci reste tout à fait vrai dans l’apprentissage d’une langue régionale : la familiarisation permanente avec cette langue suscite « des aires de familiarité, des aires de codes partagés » (ibid.). La langue ramène donc immédiatement l’élève à un territoire concret, si bien qu’il se crée un véritable lien intime entre un locuteur, sa langue et son territoire.

20Dès l’âge de trois ans (educacion infantila), les élèves suivent ce que l’on appelle la lectoescritura : on leur parle en aranais, en castillan et en en catalan, mais ils n’apprennent l’alphabet et l’écriture qu’en aranais. Surtout, l’apprentissage du castillan et du catalan ne représente que quatre heures de cours hebdomadaires. À partir de huit ans (les enfants sont alors depuis deux ans dans l’educacion primària), ce ne sont plus des cours de langue qui sont dispensés mais des cours dans la langue. Le castillan et le catalan continuent toujours à représenter deux heures hebdomadaires chacun. Pour le reste, par exemple, le cours de mathématiques se déroule en castillan, le cours de musique en catalan, et le reste en aranais. Cette répartition des trois langues entre les différents enseignements se voit modifiée chaque année. Et pour que les enfants intègrent la géographie de l’occitan, de nombreuses cartes murales montrent la délimitation des aires linguistiques occitane et catalane, de sorte que les élèves intègrent cette géographie dans leur espace vécu, leur territoire mental. Cette démarche cartographique s’avère indispensable dans la prise de conscience linguistique et territoriale des individus (Becat, 2003, p. 114). Malheureusement, après l’âge de onze ans, il n’existe plus de cours général dispensé en aranais car la plupart des professeurs viennent d’autres régions et ne sont pas aranophones.

21Signalons aussi que, depuis peu, le Conselh Generau finance la totalité des coûts engendrés par l’achat de livres scolaires en aranais. La proportion de livres gratuits diminue cependant dans les cursus supérieurs, après l’enseignement primaire. Et désormais, pendant les heures de pause à l’école, des animateurs viennent organiser des discussions et des jeux en aranais avec les enfants. L’école n’oublie pas cependant l’apprentissage des langues étrangères. Au vu de la situation frontalière du Val d’Aran, le français a été choisi comme première langue étrangère à apprendre. Les enfants se familiarisent avec lui dès cinq ans et, à partir de huit ans, les deux heures d’arts plastiques s’effectuent en français. Une seconde langue étrangère, l’anglais, s’ajoute dès que les élèves ont dix ans : c’est le cours d’éducation physique qui a lieu dans cette langue. Ce système scolaire favorise nettement le plurilinguisme des jeunes gens : à l’adolescence, ils ont déjà des compétences dans cinq langues.

22Mais il convient de rester objectif, cela ne signifie pas pour autant que ces élèves seront polyglottes. S’ils n’entretiennent pas cette diversité, ils perdront l’usage d’une ou plusieurs de ces langues. Admettons qu’un enfant aranais trouve, adulte, un emploi à Madrid ; il a de fortes chances de perdre progressivement l’aranais, mais aussi peut-être le français et le catalan. Par ailleurs, nous y reviendrons par la suite, les enfants parlent peu aranais entre eux une fois les grilles de l’école passées ; et après onze ans, l’école met moins en avant la langue occitane. C’est pourquoi l’enseignement dans cette langue ne suffit pas ; le Département de la Culture et de l’Enseignement organise donc des actions spécifiques en direction des enfants.

23D’une part, il publie deux fois par an une revue pour la jeunesse, Era Garbèra, entièrement écrite en occitan. Le magazine renferme de petites bandes dessinées, quelques pages d’informations sur la vallée (portant par exemple sur l’écologie dans le numéro 19 de 2007), mais aussi des jeux. Il s’agit d’entretenir la lecture dans la langue aranaise en dehors du cadre scolaire. D’autre part, des professeurs ont créé en 2001 un jeu de société en aranais : Merliquin. Destiné aux enfants âgés de 3 à 8 ans, il apprend notamment les noms des animaux en occitan. Ce projet fut rendu possible grâce aux financements du Conselh Generau, de la Généralité de Catalogne, de l’Académie de Toulouse, du Conseil général des Hautes-Pyrénées, mais aussi de l’Union européenne. Il s’agit donc d’une création transfrontalière, qui s’inscrit dans un domaine occitan plus large que le simple Val d’Aran, mais aussi d’un acte de promotion en faveur d’une langue minoritaire, ce qui explique la participation de l’Union européenne, laquelle s’implique dans de nombreux projets similaires destinés à protéger et promouvoir les langues régionales. Un autre projet est co-financé par plusieurs instances administratives : le Conselh Generau produit des dessins animés en occitan, avec le soutien de la Généralité de la Catalogne. Le dernier en date se nomme Es tres Bessoes (1998-2000).

24Tout le paradoxe de l’aranais réside dans cette dialectique : d’un côté, les instances politiques encouragent les habitants du Val d’Aran à parler, lire et écrire l’occitan. D’un autre côté, cette langue est perçue comme un héritage du passé, comme un patrimoine qui risque de s’éteindre et qu’il faut protéger.

25Malgré les efforts des instances politiques, le parcours de la langue aranaise est semé d’embûches. Comme nous l’avons signalé plus haut, le Conselh Generau redouble d’imagination pour que la jeunesse s’identifie à la langue et à la culture de la vallée. Mais la télévision et la musique jouent leur rôle, les jeunes générations s’identifient davantage aux symboles de la modernité, langue anglaise, mode de vie urbain, etc. Par ailleurs, la marche des langues dominantes vers les régions en marge ou, pour le moins, périphériques, semble inéluctable. Mais dans la mesure où une langue disparaît d’elle-même, faut-il absolument chercher à maintenir son usage ?

L’aranais condamné à devenir une langue morte ?

26Le titre de ce paragraphe peut sembler un peu fort, mais il exprime tout à fait une réalité intangible : de plus en plus d’enfants pensent que suivre des cours en aranais à l’école, c’est comme apprendre une langue morte. Ils ne saisissent pas l’intérêt d’apprendre une langue qui ne leur servira pas une fois le tunnel de Vielha franchi, et ne l’emploient généralement que pour communiquer avec leurs parents ou avec des commerçants si les uns ou les autres sont aranophones. En d’autres termes, les jeunes emploient l’aranais dans le cadre de leurs communications verticales (avec les parents, les grands-parents, etc.) mais non pour communiquer horizontalement (avec leurs amis notamment). Ces jeunes gens font écho à la réaction de certains parents, lorsque l’enseignement commença à être donné entièrement en occitan il y a 18 ans de cela : pourquoi imposer à leurs enfants l’apprentissage d’une langue « inutile » plutôt que de leur inculquer de bonnes bases en anglais ? Pourquoi s’échiner à leur transmettre une langue puisque la lutte pour sa protection est perdue d’avance ? On trouve dans ces interrogations une préoccupation majeure : l’apprentissage d’une langue doit être utile, il doit permettre de communiquer avec le plus grand nombre. Apprendre une langue inusitée, c’est une ouverture d’esprit, une plongée vers nos racines, mais dont l’apprentissage doit être soumis au libre choix de chacun. Il en est ainsi pour des langues dites mortes, comme le latin ou l’hébreu, mais aussi pour les langues régionales aux yeux des jeunes générations : on éprouve une certaine fierté à en posséder une, mais on ne veut pas s’y investir de tout son corps car un parler régional ne sert pas dans le monde moderne.

27Le comportement linguistique des petits Aranais révèle bien ce point de vue : dès qu’ils passent les grilles de l’école, ils parlent entre eux en castillan, parce que cette langue est le plus grand dénominateur commun. En effet, les enfants ont en grande majorité le castillan pour langue maternelle (voir figure 4), mais surtout le nombre d’immigrés a largement augmenté dans le Val d’Aran, on estime leur nombre à environ 3 000 personnes. Selon le Conselh Generau, il s’agit pour l’essentiel de Marocains et de Roumains, qui ne parlent pas aranais mais castillan. Par conséquent, à la sortie de l’école, les enfants parlent entre eux dans la langue nationale car c’est la seule qu’ils ont tous en commun. Cette dualité, qui consiste à parler aranais dans les murs de l’école, et castillan dès que l’on en sort, confère plus encore l’image d’une langue scolaire et désuète à l’aranais.

28Il faut donc réfuter l’idée trop souvent répandue qu’une langue minoritaire enseignée à l’école se porte forcément bien et qu’elle s’inscrit nécessairement dans une dynamique positive. Bien sûr, l’occitan gascon du Val d’Aran bénéficie d’une vitalité assez exceptionnelle, mais la situation risque de s’inverser dans une génération ou deux. Bien que l’enseignement s’effectue en majorité en occitan dans le primaire, l’école aranaise fonctionne comme une école bilingue (une partie des cours s’effectue dans la langue minoritaire, l’autre dans la langue dominante) et souffre des mêmes maux, d’autant qu’après onze ans, la part des cours en aranais diminue fortement, voire disparaît. En outre, la répartition des langues reste globalement déséquilibrée en faveur de la langue dominante, qui domine le milieu social en dehors de l’école. (Laponce, 1984, p. 38). Le bilinguisme dans l’enseignement n’est donc qu’un « bilinguisme de transition » (ibid., p. 38) qui assimile à terme les locuteurs d’une langue minorée au groupe linguistique dominant.

29Le castillan n’est pas le seul à bénéficier du désintérêt des jeunes à l’égard de l’aranais : l’anglais devient symbole de modernité et de communication à échelle internationale. Plusieurs instituts privés existent d’ailleurs dans le Val d’Aran. Ils dispensent des cours d’anglais de deux ou trois heures hebdomadaires et ont vu s’inscrire 10 % de la population aranaise. Ce chiffre important révèle à quel point l’anglais bénéficie d’une image positive et rappelle que l’anglais est porteur d’une culture, au même titre qu’une langue régionale. Les adolescents, qui représentent la plus grosse part des inscrits, jugent l’anglais plus utile car plus répandu que leur langue propre. Cette perception de l’anglais comme langue de communication universelle, les instituts d’anglais du Val d’Aran en jouent à travers leur logo par exemple : celui de l’institut The English Planet représente un globe et a pour slogan « Teaching you to communicate ». L’anglais est mis en avant comme une langue utile, internationale, et l’enseigne de cet institut contraste avec les drapeaux aranais et les croix occitanes qui émaillent le paysage de la vallée. Le Val d’Aran doit-il nécessairement être déchiré entre la tradition et la modernité, entre sa langue historique et la nouvelle lingua franca mondiale ? Les deux sont-ils forcément incompatibles ?

30L’Américain Ryan C. Furness a publié récemment le premier dictionnaire bilingue aranais-anglais (13 000 mots)/anglais-aranais (12 000 mots) (Furness, 2006). Cet ouvrage est à la libre disposition des élèves dans les instituts d’anglais. On peut l’interpréter de deux manières. D’un côté, il témoigne de ce que toute langue doit posséder un équivalent de son vocabulaire en anglais, comme si celui-ci devenait la langue-étalon. Mais d’un autre côté, ce dictionnaire considère l’aranais comme une langue vivante, qui se prêterait tout à fait à une comparaison avec celle qui est synonyme de modernité, soit l’anglais.

31En réalité, ces différents constats qui donnent l’impression que l’aranais est une langue morte, témoignent peut-être davantage de ce qu’elle est toujours confrontée aux langues dominantes, malgré la protection politique dont elle bénéficie. En cela, la standardisation d’une langue historique n’assure pas forcément sa vitalité ni son maintien ; au contraire, dictionnaires et grammaires peuvent décourager les locuteurs car « à mettre le petit sur un piédestal, on risque d’en accroître la petitesse et d’en détourner les regards » (Laponce, 2006, p. 26). L’occitan gascon n’a pas encore dit son dernier mot, de nombreux aranophones l’emploient encore au quotidien, mais il doit lutter contre l’avancée progressive de langues plus puissantes que lui, qui menacent son rôle de langue identitaire.

La raison du plus fort

32Comment les efforts déployés par les instances politiques catalanes et aranaises pourraient-ils jouer contre la langue occitane ? A priori, promouvoir une langue minoritaire n’offre que des avantages, mais la psychologie sociale agit autrement, jusqu’à faire de la force une faiblesse. Les langues minoritaires à caractère identitaire se satisfont de peu : il suffit que les écoles, les discours, les formulaires administratifs ou les écoles maternelles soient dans la langue minoritaire pour que les locuteurs de celles-ci se sentent rassurés et considérés. Pourtant, ces marques de générosité envers la langue minorée incitent moins ses locuteurs à se mobiliser pour la défendre ; en outre, une communauté minoritaire accepte plus volontiers de parler la langue dominante si l’on valorise la langue de ses origines (Laponce, 1984, p. 32). La protection d’un groupe linguistique minoritaire peut donc tourner à l’avantage du groupe dominant : ainsi le castillan s’immisce subrepticement dans les habitudes langagières des Aranais en poussant, peu à peu, la langue occitane vers la porte de sortie.

33Même dans les cas de cohabitation pacifique entre deux groupes linguistiques, une dissymétrie se fait jour. La langue aranaise a beau être protégée, mise en valeur et enseignée, il demeure inévitable que des tensions apparaissent. Le débat existe pour savoir si l’on doit nommer la cohabitation linguistique, « contact » ou « conflit » de langues (Boyer, 1997, p. 10). Ces deux concepts sont indispensables pour clarifier la situation aranaise, mais il faut d’abord les définir avec précision, car ce sont des termes à forte connotation symbolique, épistémologique et historique. Les notions de contact et de conflit renvoient à des sociétés bi ou plurilingue comme le Val d’Aran, où l’occitan croise également le castillan, le catalan, et dans une moindre mesure le français. Elles se fondent sur une approche territoriale des langues, bien qu’elles soient issues de réflexions sociolinguistiques.

34En relation implicite avec cela, deux courants se distinguent. D’une part, un courant dont fait partie la sociolinguistique catalane et occitane, mais aussi une certaine créolistique, pensent les contacts entre les langues en terme de conflit. Par conséquent, cette école n’emploie guère le terme de « bilinguisme » et lui préfère les concepts de « bilinguisme diglossique » et de « diglossie ». Dans ce cadre, des travaux de recherche sont menés dans le sens où ceux-ci doivent pouvoir déboucher sur une intervention linguistique concrète, qu’elle soit militante ou institutionnelle. Il s’agit, bien entendu, de faire contrepoids à la langue dominante. D’autres sociolinguistes (suisses notamment) envisagent les contacts de langues au sein de sociétés officiellement plurilingues, et mettent en évidence des phénomènes de « bilinguisme », de « calques » ou encore d’« interférences » (Boyer, 1991, p. 9-11). On ne peut écarter aucune de ces deux conceptions, car elles peuvent s’appliquer autant l’une que l’autre à la langue aranaise, mais à des époques différentes.

35En effet, depuis la période médiévale, on observe des phénomènes de calques et d’interférences. La langue aranaise se confrontait à trois langues de pouvoir : le catalan dans le domaine religieux, le castillan dans la politique et la religion également, et le français dans l’enseignement – car les frères français de Saint Jean-Baptiste de la Salle firent fonctionner le pensionnat Saint Joseph, à Lès, après la loi de séparation de l’Église et de l’État en France, de 1907 à la guerre civile espagnole (Viaut, 1987, p. 52). Les conséquences de ce « plurilinguisme hiérarchisé » (ibid., p. 53) se traduisirent par des emprunts : ceux au castillan concernèrent essentiellement l’univers administratif, avec des mots comme ejércit (armée), concejal (conseiller), alcalde (maire), etc. On retrouve le catalan dans la terminologie religieuse et familiale, avec creu (croix) ou encore pare (père). Le milieu scolaire est, quant à lui, émaillé de vocabulaire français, comme caièr (le cahier) ou creion (crayon) (ibid., p. 53).

36De nos jours, les approches catalane et occitane de la sociolinguistique périphérique des écoles catalane et occitane nous paraissent être les plus pertinentes ici. Malgré la territorialisation de la langue aranaise et sa panoplie de lois protectionnistes, les contacts entre l’occitan et le castillan ou le catalan relèvent davantage de relations conflictuelles. Non pas que leurs rapports soient agressifs, mais il y a toujours une compétition entre les deux, ou les trois, un conflit d’intérêts. Parler de langues en contact dans le Val d’Aran est trop « harmonisant ». Même si les Aranais passent d’une langue à l’autre sans aucune gêne, cela ne signifie pas pour autant qu’ils le font sans a priori : pour les défenseurs de l’occitan gascon, parler le castillan peut être vécu comme une forme de subordination, or un tel ressenti n’a rien de neutre, il témoigne bien de la tension sous-jacente à toute situation diglossique.

37Ce conflit entre l’aranais, le castillan et le catalan se joue également à l’intérieur des familles, dans les cas d’exogamie linguistique. On assiste alors à un « amour qui tue » : plus les locuteurs s’aiment, plus leurs langues entrent en confrontation. Dans son ouvrage Loi de Babel et autres régularités des rapports entre langue et politique, Jean Laponce illustre cette loi par les situations linguistiques de l’Ontario et du Québec (Laponce, 2006, p. 77-82). D’une part, si les deux membres du couple parlent la même langue, et que cette langue est majoritairement présente dans leur espace vécu, ils la maintiennent comme langue du foyer à 99 %. Effectivement, dans les couples aranophones du Val d’Aran, la langue parlée au domicile reste presque toujours l’occitan. Mais, d’autre part, les effets de l’exogamie linguistique sont plus complexes. En Ontario (province anglophone), si une femme de langue maternelle française épouse un anglophone, le français ne demeure langue usuelle du foyer que dans 13 % des cas. Au Québec (province francophone), cette chute n’est pas aussi fulgurante, mais toutefois plus élevée qu’on pourrait l’imaginer : seuls 60 % des couples emploient le français au quotidien. Ces deux pourcentages s’expliquent par le fait que la langue dominante sort toujours renforcée des situations d’exogamie linguistiques. Dans les cas abordés par Jean Laponce, l’anglais possède un fort pouvoir d’attraction. Il en va exactement de même dans le Val d’Aran même si les politiques linguistiques y sont sensiblement différentes. Si l’aranais et le castillan coexistent sous un même toit, le castillan a plus de chances de s’imposer, alors même que le milieu ambiant est occitanophone. C’est le facteur « simplification de la communication au profit de la langue dominante » (ibid., p. 90) qui fait pencher la balance en faveur du domicile familial.

38Si nous nous sommes attardés sur le problème des conflits linguistiques au sein du foyer familial, c’est qu’il ne faut pas sous-estimer leur importance sur l’environnement linguistique global. L’espace domestique entre désormais dans le champ des études géographiques car il existe une interrelation entre une société et ses foyers familiaux : « La société se fabrique pour une part dans l’espace domestique, en même temps qu’elle détermine ce qui s’y passe » (Collignon et Staszak, 2004, p. 5). Avant cette prise de conscience, l’anthropologie avait tendance à distinguer privé et public. Mais, depuis les années quatre-vingt, la géographie perçoit l’espace privé et public comme une construction sociale et non plus comme un donné toujours déjà là. Or les constructions sociales se jouent autant dans l’espace vécu public que dans l’espace vécu privé. Dans le cas qui nous intéresse, les comportements linguistiques au sein d’un espace domestique reflètent et, en même temps, influencent les comportements langagiers d’une communauté toute entière. Si la majorité des familles adoptent le castillan comme langue usuelle à leur domicile, les enfants inclineront naturellement à parler castillan dans d’autres circonstances, à moins, bien entendu, qu’une personne ne s’adresse à eux en aranais ou en catalan.

39Il semble que les hommes préfèrent évoluer dans un milieu unilingue dans la mesure où manipuler plusieurs langues à la fois peut avoir pour effet pervers de réduire l’efficacité de la communication. Cet inconvénient fonctionne dans le Val d’Aran où l’occitan et le catalan ne sont pas connus de tous, ce qui érige le castillan au rang de langue commune. Ceci nous permet de comprendre les choix des familles dans les cas d’exogamie linguistique, que ce soit au Québec, en Ontario ou, donc, dans le Val d’Aran : « La gêne apparaît surtout lorsque l’association des deux langues conduit au bilinguisme passif, ce qui impose le codage et le décodage dans des langues différentes. L’effet est paralysant. Cela équivaut à se parler, à soi, en version doublée ; c’est comme si l’on jouait d’une main au tennis et de l’autre au badminton. » (Laponce, 2001, p. 487).

40En définitive, la territorialisation d’une langue joue un rôle protecteur, mais elle ne saurait empêcher les intrusions permanentes des langues dominantes ni la perte d’intérêt des jeunes pour un parler local, qu’ils n’emploieront pas au-delà de leur région. Il faut donc prendre garde à ne pas idéaliser la territorialité linguistique : elle reste, certes, la solution la plus efficace pour maintenir une langue minoritaire, mais les frontières linguistiques ne sont pas des murs infranchissables ; ils peuvent donner une impression rassurante de sécurité sans pour autant l’assurer sur le long terme. Les générations scolarisées en aranais perçoivent moins l’intérêt de porter leurs efforts vers la protection de la langue occitane. Le catalan subit le même préjudice : une étude de l’Université ouverte de Catalogne a montré que les jeunes Catalans sont bien moins nationalistes que leurs aînés élevés sous le franquisme. Seuls 29,7 % des 15-24 ans parlent en catalan avec leurs amis, et cette même classe d’âge s’identifie moins aux traditionnels éléments nationalistes que sont le pays et la langue (Becat, p. 111). Par conséquent, l’aranais et, dans une moindre mesure, le catalan risquent de s’attirer de plus en plus une image de langue appartenant au passé, pour laisser la place aux « langues de la modernité », le castillan et l’anglais.

41La pratique de l’occitan par les jeunes Aranais n’a rien d’un acquis. Certes, le Conselh Generau déploie une énergie considérable pour que la langue historique s’accommode de la modernité, mais les enfants et les adolescents ne sont pas forcément acquis à cette politique culturelle. Non seulement ils n’emploient guère l’occitan pour communiquer entre eux, mais les pratiques langagières domestiques tendent progressivement à favoriser le castillan, et dans une moindre mesure le catalan. À l’ère des nouvelles technologies d’information et de communication, les cultures dominantes s’imposent, ainsi que les langues qui en sont les vecteurs.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barrera Carlos, préface aux Reglaments der IEA, 2007.

Becat Joan (2004), « Occità, català i marcs de referència », VI Jornades Universitàries Occitanocatalanes, Actes des journées d’étude occitano-catalanes (14-19/07/2003), Vielha, Conselh Generau d’Aran, p. 109-116.

Boyer Henri (1991), Langues en conflit : Études sociolinguistiques, Paris, L’Harmattan.

Boyer Henri (éd.) (1997), Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » de langues ?, Paris, L’Harmattan.

Climent Teresa (1986), Realitat lingüística a la Vall d’Aran, Barcelona, Institut de Sociolingüística Catalana.

Collignon Béatrice et Staszak Jean-François (2004), « Introduction », in Collignon Béatrice et Staszak Jean-François (éd.), Espaces domestiques, construire, habiter, représenter, Actes du colloque international sur les espaces domestiques (17-20/09/2002), Paris, Bréal, p. 3-9.

Furness Ryan C. (2006), Diccionari Occitan (Aranés) - Anglés, Dictionary English - Occitan (Aranese), Lleida, Pagès Editor.

Laponce Jean (1984), Langue et territoire, Québec, Presses de l’Université Laval.

Laponce Jean (2001), « Retour à Babel », Revue française de science politique, vol. 51, p. 483-493.

Laponce Jean (2006), Loi de Babel et autres régularités des rapports entre langue et politique, Québec, Presses de l’Université Laval.

Viaut Alain (1988), L’occitan gascon en Catalogne espagnole : le Val d’Aran. Du vernaculaire au formel, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Es tres bessoes. Série de trois dessins animés : « Era princessa e eth cede » (1998), « Es sèt crabetes » (1999), « Bufallo Bill » (2000), Barcelone : Departament de Cultura dera Generalitat de Catalonha et Conselh Generau d’Aran.

Sites Internet

Institut d’Estadística de Catalunya : www.idescat.net

Institut d’Estudis Catalans : www.iecat.net

Notes

1 Échelon administratif intercommunal en vigueur depuis les années quatre-vingt en Catalogne.

2 Renseignements recueillis auprès du Conselh generau d’Aran (Conseil général du Val d’Aran).

3 Titre traditionnel que porte le président du Conseil général de la vallée.

4 « L’importance pour l’identité d’un peuple d’une institution comme un institut d’études ».

Table des illustrations

Titre Carte – Les communes du Val d’Aran
Légende Source : Viaut, 1988, p. 27.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 1 – Connaissance de l’aranais. Évolution du nombre de personnes qui le comprennent, qui savent le parler, le lire et l’écrire
Légende Source : Idescat, 2001, modifié.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 2 – Connaissance de l’aranais. Évolution du nombre de personnes qui le comprennent, qui savent le parler, le lire et l’écrire. Distribution en pourcentage
Légende Source : Idescat, 2001, modifié.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Figure 3 – Connaissance de l’aranais. Personnes sachant l’écrire. Distribution par âge
Légende Source : Idescat, 2001, modifié.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 – Distribution de la population du Val d’Aran selon la langue maternelle
Légende Source : Idescat, 2001, modifié.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteur

Doctorante UMR 8185 Espace, Nature et Culture, CNRS-Université de Paris IV.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search