Version classiqueVersion mobile

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

Langue et milieu

« Enquête famille », transmission intergénérationnelle des langues régionales et de l’immigration, mobilité de la population

Joël Pailhé

Résumé

L’« Enquête famille » de l’INED dispose d’un volet linguistique concernant la transmission des langues, ainsi que les formes de pratiques des langues apprises dans la vie scolaire, ou professionnelle. Son exploitation ne se fonde pas sur la problématique des minorités ou des langues régionales territorialisées, mais sur les pratiques linguistiques en région, ce qui permet de ne pas séparer les langues régionales et les langues de l’immigration. Les migrations interrégionales ont des causes et des effets complexes sur la répartition des langues héritées et pratiquées en France métropolitaine. Elles s’ajoutent aux différences sociales des formes de transmission linguistiques. La généralisation du français n’implique pas la disparition des langues régionales et l’affaiblissement de la transmission des langues de l’immigration. La mobilité de la population permet aussi la diffusion linguistique et ses formes de renforcement par l’enseignement hors des aires historiques de présence. Langues héritées, transmises et pratiquées, contribuent à mettre en évidence le fait qu’un espace national est un espace d’autorégulation de la société.

Texte intégral

1L’analyse du rapport des langues à l’espace des sociétés s’effectue le plus fréquemment au niveau géographique de l’État, dont le territoire sert d’espace de référence, et de ses échelons subordonnés (régions et autres unités infra-régionales). On s’en tiendra ici à la dimension des pratiques linguistiques habituelles, donc dans la problématique d’un rapport direct entre langue et société dans l’espace. Pour en rester à la situation française, l’association des deux termes, langues et régions, correspond à deux perspectives de recherches : la première concerne les langues régionales, et la région peut être considérée en termes d’aire d’héritage, de présence et de développement d’une langue, rencontrant des problèmes d’adéquation aux divisions administratives ; la deuxième, la langue en région, semble désigner l’analyse des pratiques linguistiques dans les espaces de dimension régionale, la région étant une instance intermédiaire dans le maillage territorial de l’État. À cela s’ajoute la question de la transmission des langues issues de l’immigration, parlées et transmises en France métropolitaine depuis plus d’un siècle, sans négliger aussi qu’une langue s’apprend dans l’entourage familial, mais aussi à l’école et dans la vie sociale. C’est cette dernière perspective qui sera étudiée ici, en considérant la langue comme une pratique transmissible, en utilisant pour cadre de réflexion l’« Enquête famille » de l’INED de 1999 dans sa huitième partie : « La transmission familiale des langues » (Lefèvre et Filhon, 2005, p. 503-569). Seront considérés conjointement les problèmes des langues régionales et des langues étrangères, dans l’hypothèse de la dynamique des langues parlées, d’après l’enquête, par 26 % de la population de la France métropolitaine, et la tendance à l’homogénéité territoriale sur le plan linguistique, ce qui ne signifie pas l’uniformité linguistique de la France métropolitaine. C’est la pratique des locuteurs, habituels et occasionnels, qui est l’objet de notre attention, la mobilité géographique de la population, par le regard porté sur les migrations intérieures, permettant de mettre à l’épreuve la question de l’affaiblissement de la transmission des langues et de ses inégalités sociales.

Les langues dans l’histoire familiale

2À l’occasion du recensement de 1999, une enquête sur l’« histoire familiale » s’est appuyée sur un échantillon d’un logement sur cinquante, ce qui représente 445 000 personnes, 167 000 hommes et 278 000 femmes. Réalisée par l’INSEE, elle a été conçue avec le concours de l’INED. Le taux de participation étant plus faible que prévu, l’enquête a recueilli 380 00 bulletins (145 000 hommes et 235 000 femmes). Pour la première fois, une telle enquête concerne aussi les hommes dans le cas de la transmission des langues, ce qui se situe hors de la catégorie de langue maternelle. La tradition de la statistique publique est réticente à aborder la question de la pratique des langues à l’échelle nationale (Héran, 2002). En 1863, Victor Duruy avait demandé aux instituteurs et secrétaires de mairie de dresser un bilan des « enfants francophones et non francophones » dans leur commune (de Certeau, Julia et Revel, 1975). Plus récemment, des enquêtes aux échelons régionaux et locaux ont donné des résultats difficilement comparables, portant sur des échantillons réduits, tels ceux de l’enquête de l’INSEE, Efforts d’éducation des familles, établie sur la base de 5 300 parents d’élèves (1992) ou, la même année, l’enquête Mobilité géographique et insertion sociale des immigrés. Il a été jugé nécessaire en 1999 d’augmenter la taille des échantillons dans le Nord, en Alsace, dans la Moselle, en Corse, en Pays catalan, en Pays basque et en Bretagne ; donc de sur-représenter ces aires supposées contenir une certaine diversité linguistique, avant de redresser les résultats lors de la publication. Il ne sera pas question ici d’exposer et de commenter la méthode et les résultats, mais de tenter d’examiner l’apport de l’enquête sur le rapport langue-espace, en la considérant en tant que contrainte, comme dans le cas des recensements pour l’analyse géographique de la population qui se fonde sur des catégories définies par l’appareil statistique, pas forcément au service des chercheurs qui doivent « faire avec » la production des données.

3L’intitulé des questions 19, 20, 21 et 22 situe clairement la problématique de l’enquête : celle des pratiques intergénérationnelles des langues, de l’héritage linguistique de l’enfance à la transmission à la génération suivante. Ainsi, la question 19 : « en quelles langues, dialectes ou “patois” vos parents vous parlaient-ils d’habitude quand vous étiez enfant, vers l’âge de 5 ans ? » La question est ensuite dédoublée : « votre père, ou l’homme qui vous a élevé, vous parlait d’habitude en… et aussi en… votre mère, ou la femme qui vous a élevée, vous parlait d’habitude en… et aussi en… » La question 20 : « En quelles langues, dialectes ou “patois” parliez-vous à vos jeunes enfants quand ils avaient 5 ans ? » est également dédoublée (« vous leur parliez d’habitude en… et aussi en… »). La question 21 : « Et actuellement, vous arrive-t-il de discuter avec des proches […] dans d’autres langues que le français ? » est assortie d’une demande de précision : « laquelle ou lesquelles ? » Enfin, la question 22 : « Souhaitez-vous retourner vivre un jour dans la région de votre enfance ? » est insérée dans le volet « transmission familiale des langues et des parlers », ce qui n’est pas un hasard, et relie la langue au territoire, ici la région, qui a servi de cadre territorial à l’enquête. On note que les résultats diffusés au public ne concernent pas, pour l’instant, l’exploitation de cette dernière question. Une piste reste ouverte, qui permettrait de mesurer la part éventuelle de l’héritage linguistique dans le désir de retour dans la région d’origine. Enfin, l’enquête ne permet pas de pénétrer dans le monde des variations des pratiques linguistiques, lexicales, grammaticales, phonologiques, pratiques liées à l’origine géographique, à l’appartenance sociale et à l’âge. La tâche serait immense.

4Une critique a été faite sur le rapport entre échantillonnage et maillage territorial, se fondant sur le fait que « les langues “régionales” ne coïncident pratiquement jamais avec une région administrative. L’échantillon est peut-être représentatif pour ce qui concerne les langues étrangères, de l’immigration : il ne l’est pas pour les langues historiques de France et leurs dialectes » (Boyer, Alén Garabato, 2004, p. 302-303). Mais, précisément, se fondant sur la pratique et sur l’héritage limité à une génération, et non sur l’ancrage historique linguistique, l’enquête doit traiter, sur le même plan, langues régionales et langues issues de l’immigration, y compris dans le domaine territorial qui est ici un cadre de collecte des données et de diffusion des résultats, même si l’aire occitane n’est pas particulièrement gâtée en ce qui concerne les surreprésentations de territoires ayant une forte tradition linguistique, comme les départements de l’Ariège et de l’Aude. De son côté, Philippe Martel s’étonne que, dans l’Ardèche, l’occitan arrive en quatrième place, « derrière l’arabe, le turc, et… l’anglais […] Le mystère s’éclaircit quand on constate que cet échantillon représentatif est domicilié en totalité dans une agglomération dont la population se situe entre 20 000 et 50 000 habitants », ce qui conduit à faire l’impasse sur le monde rural (Martel, 2007, p. 215). On observera que les travaux issus de l’enquête ne proposent pas de délimiter des territoires linguistiques, mais de travailler sur la pratique des acteurs, certes localisés, pratique qui échappe, par le mode de diffusion en réseau et non en territoire des langues, à tout enfermement dans une aire déterminée par un héritage historique. Reconnaissons qu’une stratification selon les milieux urbains et ruraux aurait pu modifier les résultats (représentation des langues étrangères en milieu urbain, des langues régionales en milieu rural), mais seulement à la marge.

5Les langues font ainsi leur entrée dans l’histoire des familles, mais aussi dans les rapports sociaux, de l’école à la vie professionnelle, ce qui permet une étude déconnectée de toute perspective géopolitique, et de se placer sur le plan des locuteurs, que l’on considère en tant que « population » dans l’intervalle de trois générations, ce qui renvoie à une problématique de pratique sociale, et non d’ancrage culturel. Elle est donc à considérer sur le même plan que les autres thèmes de l’enquête, comme la fécondité des immigrants, les familles monoparentales, les couples mixtes etc. Elle fait apparaître les ruptures de la chaîne de transmission des langues, plus sensibles parmi les langues régionales que parmi les langues étrangères. Notons aussi que les expressions de transmission « habituelle » et « occasionnelle » ne permettent pas de déceler un monolinguisme familial strict et peuvent, au gré de la sensibilité des personnes interrogées, couvrir un large espace linguistique. Le débat pourrait enfin porter sur l’introduction d’un volet linguistique dans le cadre du recensement de la population, qui renvoie à un autre débat, celui des questions d’ordre « ethnique ». Pour l’instant, on peut faire remarquer que la logique de l’enquête dans son volet linguistique se situe dans le domaine des pratiques sociales et non de l’ethnicité. Par ailleurs, le recensement aurait tendance à proposer des questions simplificatrices, alors que l’enquête permet de révéler les situations complexes ouvrant à la recherche de larges perspectives. Dans le cadre du « recensement rénové », rien de précis n’est prévu pour poursuivre ce type d’enquête. Enfin, remarquons que la pratique de la langue est une des composantes de la culture : « les Bretons n’ont jamais autant donné de prénoms bretons à leurs enfants, ni écouté autant de musique celtique que depuis la raréfaction de leur langue » (Héran, 2004, 19). Et la culture entre évidemment dans le cadre des transmissions intergénérationnelles.

Les langues régionales, une affaire française ?

6La région est familière aux géographes. Roger Brunet et Robert Ferras observent qu’il s’agit de « l’un des mots les plus répandus, les plus vagues et les plus polysémiques de la géographie » (Brunet, Ferras, 1992, p. 381), allant de l’étendue naturelle à la maille de gestion territoriale, terme qui a la préférence des auteurs. Du nombre d’acceptions, ressort une fréquence des catégories d’échelles intermédiaires, entre le niveau national et le niveau local. « L’échelle régionale » semble convenir à un ensemble de pratiques favorisant une certaine lisibilité, en particulier dans le rapport entre identité et territoire. Elle n’est pas enfermée dans une circonscription définie par sa surface car elle est mise en rapport avec l’État de référence. La question des langues et de la région chez les géographes a été mise en évidence par Jacques Lévy qui indique, dans sa proposition de définition : « la région, instance de la formation économique et sociale » (Lévy, 1979), où intervient la dimension identitaire, négligée jusqu’alors, la dimension économique étant prédominante pour définir la catégorie de région polarisée. Selon Guy Di Méo, la région « s’imprime volontiers dans les pratiques, dans l’affect et dans la culture, dans l’imaginaire de chacun » (Di Méo, 2003, p. 777-778). La question des langues apporte sa contribution aux interrogations sur la région, dans de multiples domaines.

7Dans le cadre de l’enseignement en France, la dénomination de « langue régionale » a fait l’objet de nombreux textes réglementaires, depuis la loi Deixonne de 1951 qui introduit les « langues et dialectes locaux » comme le breton, le basque, le catalan et l’occitan. Depuis, le domaine s’est étendu (corse en 1974, tahitien en 1981), ensemble complété par le gallo, le créole, les langues régionales d’Alsace, des pays mosellans et les langues mélanésiennes (circulaire 2001-166). L’expression de « langue régionale » renvoie à une notion de subordination à un ensemble plus vaste, celui de l’État. En France, un quotidien régional se trouve confiné à un rang secondaire face à la presse nationale (même si Ouest-France demeure le premier quotidien français par le nombre de ses lecteurs). Certes, la presse régionale ne diffuse pas seulement des informations d’intérêt supposé régional, par exemple dans le domaine des faits divers ou du sport, mais la hiérarchisation des informations se situe selon une logique différente de celle de la presse nationale. En revanche, La Stampa n’est pas un quotidien régional, tout comme le Frankfürter Allgemeine Zeitung. Jadis, dans le Tour de France cycliste, existaient des « équipes régionales », en situation subordonnée à l’« Équipe de France » censée porter les plus grands espoirs. Le « régional de l’étape » pouvait briller lors d’une journée, avec la permission du peloton, avant que l’on passe aux choses sérieuses. La catégorie de région s’est trouvée revitalisée dans l’Union européenne avec l’expression d’« Europe des régions » qui pourrait, éventuellement, sauter l’étape du niveau étatique pour entrer en contact direct avec le centre du pouvoir européen, comme le montrent les diverses formes de lobbying régional installées à Bruxelles, ce qui, notons-le au passage, ferait de la région un succédané de l’État, en plus réduit.

8En France, la langue est directement confrontée à la région par l’usage de l’expression consacrée « langue régionale ». La « langue régionale » est un concept linguistique introuvable. Elle semble, au premier abord, réservée à la situation française, bien qu’apparaisse l’inadéquation entre aire de déploiement des langues et régions officiellement délimitées, ou ressenties par les habitants comme un espace vécu. Le terme est aujourd’hui mis à l’écart au profit de la catégorie de « langues de la France » (Cerquiglini, 1999), qui s’appuie sur un fait : la pratique de langues historiquement enracinées sur le territoire français. La loi Deixonne du 11 janvier 1951 concernait « l’enseignement des langues et dialectes locaux » (et non régionaux, soulignons-le). Mais le terme de langue régionale pourrait signifier aussi qu’une langue serait propriétaire d’une section du territoire national, et réciproquement. Pour des raisons évidentes de compréhension, le terme reste présent dans l’enquête. Une question du type « en quelle langue de France parlez-vous habituellement ? » soulèverait bien des interrogations chez les personnes interrogées… Dans les définitions proposées dans le cadre de l’enquête, les langues régionales sont des langues :

historiquement parlées sur une partie du territoire de la France métropolitaine […]. Il s’agit de langues pouvant être parlées par la majorité des citoyens dans une portion d’un État, mais qui peuvent être des langues nationales, comme le basque et le catalan. Cette conception des langues régionales a amené à exclure les créoles à base française. (Lefèvre et Filhon, 2005, p. 520).

9Cela semble paradoxal, les créoles n’étant pas, évidemment, classés dans la catégorie des langues étrangères. C’est le « contexte métropolitain » qui est considéré, au cours de l’enquête, dans la perspective des migrations des DOM-TOM vers la métropole, particulièrement dans les cas antillais (Condon, 2005), laissant la question ouverte de la langue régionale comme concept. Elle demeure une catégorie opératoire dans la situation française. Les langues étrangères sont, dans le cadre de l’« Enquête famille », toutes les autres langues, même si ce sont des langues locales ou minoritaires pouvant être parlées sur plusieurs pays, comme le kurde, le berbère et leurs différents parlers. L’enquête, par ailleurs, ne se place pas sur le terrain de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (ce dernier terme n’est pas utilisé par les divers auteurs qui, par ailleurs, n’évoquent pas la Charte). Enfin, dans le rapport langue-région, est évité le terme de langue propre, correspondant à une catégorie utilisée en Espagne, avec une forte fonction identitaire collective (« la langue propre de la Catalogne est le catalan »), dont la transposition en France poserait de nombreuses questions (Viaut, 2004), non examinées ici.

10Il faut aussi revenir sur le terme de « patois », qui est assorti de guillemets dans l’enquête. Le mot possède une forte charge discriminante avec des différences spatiales dans l’extension de sa désignation. L’occitan serait la langue régionale la plus exposée à l’utilisation du terme de « patois » par rapport aux autres langues régionales, avec même des inégalités à l’intérieur de l’aire occitane, comme si le terme de « patois » indiquait une lisibilité affaiblie de l’occitan en tant que langue à part entière, à travers la diversité de ses parlers (Boyer et Alen Garabato, 2004, p. 315). Les auteurs font observer que les réponses de l’enquête ne mentionnent pas le « patois » pour l’alsacien, le basque, le catalan ou le corse. La carte proposée (p. 318) tendrait à mettre en évidence un cœur occitan, allant de la Dordogne à l’Hérault, pour s’en tenir au maillage départemental, et d’un bloc provençal (Bouches-du-Rhône, Var, Alpes de Haute-Provence, Vaucluse), entourés d’une vaste aire où le « patois » a une dénomination supérieure à 70 %, des réponses. Le terme de « patois » ne renvoie pas à une catégorie linguistique, mais bel et bien à une dimension sociale et spatiale, comme l’indique la définition proposée par le Dictionnaire Robert : « dialecte local, employé par une population généralement peu nombreuse, souvent rurale et dont la culture, le niveau de civilisation sont jugés comme inférieurs à ceux du milieu environnant qui emploie la langue commune ». Par extension, le terme est parfois utilisé à la place de jargon, pour désigner un langage convenu à l’intérieur d’un groupe, professionnel ou d’un parti politique, saturé de formules redondantes, accessibles aux seuls initiés qui « lisent entre les lignes ». Pour ne pas parler de la « langue de bois », le patois est parlé par les paysans et autres habitants enracinés dans l’espace rural. Il n’est pas réservé à l’occitan. La langue d’oïl a ses patois, souvent mentionnés dans le domaine littéraire. Dans Le médecin malgré lui, Lucas est d’origine paysanne, et cela se lit et s’entend : « Parguenne ! J’avons pris là tous deux une guèble de commission » (acte 1, scène 4). Jacqueline, la femme de Lucas, n’est pas en reste, avec un feu d’artifice de tournures dialectales et de mots déformés : « Monsieu, ceti-ci fera justement ce qu’ant fait les autres. Je pense que ce sera queussi queumi » (Molière, acte 2, scène 1). Leur langage se différencie de celui de leur supérieur hiérarchique, Valère, de leur maître, Géronte, et naturellement du latin de cuisine de Sganarelle ! (la note infra-paginale des Classiques illustrés Hachette, à l’usage des lycéens, traduit et précise qu’il s’agit de « déformations de jurons », pardieu pour le premier, diable pour le deuxième). Molière renouvelle fréquemment le procédé, comme dans l’École des femmes, entre autres, et fait parler les paysans comme les journalistes font parler « les jeunes des banlieues », retranscrivant scrupuleusement les hésitations, les « j’veux dire », « ben » ou « quoi » des personnes enquêtées.

11À ma connaissance, la catégorie de patois ne semble pas réservée qu’à la France ou à l’aire francophone comme ça peut être le cas dans des territoires de dimensions réduites, à l’exemple de la Gaume, citée par le romancier Didier Daeninckx, en Lorraine belge, qui « doit à peine approcher les mille kilomètres carrés, coincée entre le Luxembourg, la France et la Wallonie. Ça ne les empêche pas d’avoir leur langue ». Mais l’auteur indique plus loin que le chanteur du cabaret de Virton, la ville principale de la Gaume, se lance « dans une diatribe en patois » (Daeninckx, 1992, p. 162-163). Langue ou patois, le romancier hésite. Mais d’autres termes peuvent être utilisés ici et là (il faudra vérifier), pour désigner des parlers locaux, On parlerait plutôt de dialecte, notamment en Italie. Si le terme est employé dans l’« Enquête, famille », ce n’est pas pour lui accorder une quelconque légitimité, mais c’est pour tenir compte d’une situation ressentie par les personnes interrogées. Ainsi, le gallo, langue romane d’oïl, parlé en Île-et-Vilaine, Loire-Atlantique et dans les parties orientales des Côtes-d’Armor et du Morbihan, serait désigné par ses locuteurs « sous le terme “patois” » (Le Boëtté, 2003, p. 19). L’utilisation dans un questionnaire d’enquête d’un organisme public, de termes faisant débat ne signifie pas pour autant une adhésion à la forme et au contenu d’une expression largement diffusée. Si l’expression de « patois » n’avait pas été utilisée, il en aurait résulté une perte d’information, pouvant précisément aller à l’encontre des intérêts des promoteurs des langues transmises et pratiquées en région.

12La question des langues régionales ne concerne pas seulement la France. L’« Enquête famille » prend soin de considérer les langues régionales à l’intérieur de l’ensemble des langues étrangères transmises, à l’exemple de l’italien (« une langue d’Italie »). Les langues déclarées (italien, vénitien, ou dialecte de tel village des Pouilles) donnent indirectement une image de l’apport des langues régionales dans l’immigration. L’enquête note la différence entre le grand nombre d’appellations régionales ou locales de la langue en Italie, et quasiment aucune en Allemagne, malgré une histoire sociolinguistique présentant de nombreuses analogies. L’explication prend en compte les origines sociales des immigrés italiens dont on interroge les descendants, origines le plus souvent populaires, où se transmettent plus facilement les langues et les parlers régionaux, alors que les résidents allemands sont plutôt des cadres en mobilité (Cassan, Héran, Toulemon, 2000). La question des langues renvoie décidément à une question sociale, celle des locuteurs transmettant l’usage de leur langue en fonction de leur appartenance sociale, actuelle au moment de l’enquête, et d’origine. La République fédérale d’Allemagne a établi une distinction entre langue régionale et langue minoritaire, en réservant la première dénomination au bas-allemand, la deuxième au danois, aux haut et bas-sorabe, aux frisons septentrional et saterois, et aux langues roms. Ainsi, l’« expression à la fois typiquement française et maintenant européenne » (Viaut, 2002, p. 382) de langue régionale dépasse-t-elle la dimension de variante linguistique placée sous le « toit » d’une langue nationale, pour se situer à la croisée des chemins des langues de minorités. En France métropolitaine, où le concept de minorité demeure introuvable, les langues régionales ne sont pas des langues en position de subordination à une langue nationale, ni des langues de minorités nationales, mais des langues parlées en région, quel que soit leur groupe linguistique d’appartenance.

13Un mot, enfin, sur la catégorie de langues issues de l’immigration qui concerne un héritage s’établissant sur plusieurs générations. Elle doit être différenciée de celle de langue des migrants, qui se place dans la situation des personnes nées à l’étranger, et transmise hors du pays de départ. La sociolinguistique peut travailler sur la langue apportée historiquement par les migrants en fonction de leur période de migration, et des différences éventuelles par rapport au pays d’origine et de ses régions, à l’exemple du croate dans le Burgenland autrichien (Czernilovsky, 2007 ; Mühlgaszner, 2007). Dans la perspective de l’enquête, qui n’entre pas dans les questions d’interlangue des migrants (Boyer, 2001, p. 64-65), il s’agit de la langue transmise, pouvant comporter des variations selon les régions d’origine des migrants. Le polonais, localisé principalement dans le Nord-Pas de Calais, secondairement en Lorraine, résulte d’une immigration ancienne, avec des chances de transmission qui s’amenuisent avec le temps et l’absence de renouvellement, tandis que le turc, implanté plus récemment et disposant d’une localisation diversifiée en France métropolitaine fait preuve de plus de vigueur. Les langues issues de l’immigration sont aussi des langues enseignées, sans jouer pour autant un rôle de renforcement identitaire. L’espagnol est plus fréquemment présent dans le Sud-Ouest, l’italien dans le Sud-Est, ce qui exprime surtout une proximité avec un pays voisin, plus qu’une traduction dans l’enseignement de la transmission familiale d’une langue.

Langues et migrations intérieures

14La France est traversée par les migrations interrégionales qui ne peuvent pas avoir d’effet sur la transmission des langues des migrants interrégionaux ainsi que sur l’apprentissage. Signalons que les migrants interrégionaux sont français ou étrangers, ou issus de l’immigration, de même que les migrants internationaux ne sont pas tous étrangers. Selon le recensement de 1999, dans l’ensemble de la France métropolitaine, on dispose de données sur le lieu de naissance (même département, même région, DOM-TOM, étranger), et sur la résidence antérieure au 1er janvier 1990, concernant la réponse à la « question no 8 » (« Où résidiez-vous le 1er janvier 1990 ? », INSEE, Recensement de la population, tableaux références et analyses, exploitation principale, tableaux MIG 1 et MIG 2), données qui peuvent être mises à l’épreuve de la possible transmission des langues des migrants interrégionaux. La migration intérieure est ici considérée dans l’hypothèse de la mobilité des locuteurs, donc des possibilités de contacts de langues, d’érosion de la transmission, et des chances de développement dans et hors de leur région d’implantation historique. On pourrait en effet concevoir que les migrations intérieures contribuent à l’unification linguistique d’un territoire national, les migrants intérieurs, surtout d’origine rurale, abandonnant la transmission de leur langue régionale dans une perspective d’insertion dans la sphère économique. Ce serait la traduction linguistique d’un modèle « exode provincial » vers la capitale, représentant une situation datée du XIXe siècle et de ses prolongements ultérieurs. Son affaiblissement actuel, caractéristique de l’unification linguistique de la France, ne signifie pas pour autant la disparition des transmissions de langues héritées, régionales ou issues de l’immigration dans la sphère familiale et dans les rapports professionnels ou de voisinage tissés dans la vie sociale au quotidien.

15La date de migration ne figure pas parmi les données recueillies. Une telle information serait pourtant d’une très grande importance, aussi bien au niveau international qu’au niveau interrégional. Rappelons aussi que les données du tableau MIG 2 du recensement de mars 1999, tableaux références et analyses, caractéristiques démographiques selon le lieu de résidence au 01/01/1990 (INSEE, 2000, p. 19) concernent les personnes recensées en 1999 ainsi que leurs enfants de 0 à 9 ans (nés entre 1990 et 1999), classés comme migrants intérieurs ou extérieurs, même s’ils sont nés en région, après immigration de leurs parents. C’est la contrainte de la catégorie de migrant résultant, qui correspond à la situation française, laquelle n’enregistre pas la mobilité de la population en temps réel (ce qui n’apporterait pas de renseignements supplémentaires sur l’installation durable de la population en un lieu), mais qui signale une situation au moment du recensement, celle de la résidence antérieure de la personne interrogée et des enfants de 0 à 9 ans, quelles que soient les trajectoires migratoires des migrants réels. La mise en place du « recensement rénové » pose d’ailleurs de nouveaux problèmes concernant les migrations intérieures, avec le traitement différent des catégories de communes et la diffusion des résultats, introduisant une contrainte supplémentaire pour la recherche. Restons-en pour l’instant aux données s’appuyant sur le recensement de 1999, dernière base portant sur une opération exhaustive simultanée de l’état de la population française. Les tableaux concernant le lieu de naissance et le lieu de résidence au 1er janvier 1990 sont fortement corrélés. On s’en tiendra au tableau concernant le lieu de naissance, ce qui élimine le biais des enfants de 0 à 9 ans, qui entrent dans la catégorie de migrants résultants, quel que soit leur lieu de naissance.

1654,5 % des habitants de la France métropolitaine sont nés dans le même département de leur résidence en 1999. 12,1 % sont nés dans un autre département de la même région, 22,8 % dans une autre région, 0,6 % dans les DOM-TOM, et 10 % à l’étranger. Peuvent être mises en évidence les possibilités de transmission et d’apprentissage des langues régionales et étrangères apprises en région. Les migrations régionales sont ici considérées en termes de possibilités de transmission des langues régionales, mais aussi des langues issues de l’immigration. La position de l’Île-de-France est à remarquer, avec une forte mobilité infra-régionale (26,9 % des Franciliens sont nés dans un autre département de la région), ce qui montre surtout l’importance de la mobilité interurbaine, phénomène que l’on retrouve en Rhône-Alpes, qui s’explique aussi par la taille de la région, et l’héritage de migrations ruro-urbaines. Toujours en Île-de-France, on note l’importance de l’origine des DOM-TOM (1,8 % des Franciliens, la région concentrant 54 % des natifs des DOM-TOM), ce qui accroît les chances de transmission des créoles par rapport aux autres régions. Une typologie des lieux de naissance, en fonction de l’ancrage local, régional, DOM-TOM et étranger, permet de dégager des situations pouvant avoir des effets sur la transmission des langues régionales et étrangères, avec des situations aux apparences paradoxales, comme l’Alsace et la Bretagne, qui sont les deux régions où le lieux de naissance dans le même département sont les plus élevés (respectivement 69,9 et 69,3 %). Mais l’Alsace se distingue aussi par son fort apport d’étrangers (10,7 % des lieux de naissance), et une faible immigration en provenance des autres régions françaises. Elle se caractérise également par l’importance relative des locuteurs des langues issues de l’immigration, situation à relier avec sa forte composante ouvrière pour le turc, bien sûr, mais aussi pour l’italien, dont le pourcentage dépasse la moyenne nationale (Duée, 2002, p. 3). Pourtant, 1 % des personnes de plus de 18 ans déclarent parler une « autre langue régionale de France » et la transmission de l’alsacien, première langue régionale de France par le nombre de locuteurs, certes en repli, reste d’un niveau élevé (51 % des personnes nées en Alsace pratiquent l’alsacien), et même 16 % des personnes nées en dehors de l’Alsace le parlent. Ce qui, dans une région très urbanisée, prend un relief particulier (il semblerait donc que la population rurale manifeste une résistance à l’érosion de la transmission) et constituerait un indicateur de la coupure socio-spatiale entre milieux urbains et milieux ruraux, à la différence d’autres situations régionales où l’espace péri-urbain renforce sa position, caractérisée par l’arrivée de ménages appartenant aux catégories sociales venues des communes urbaines.

17Les régions ayant des pourcentages de natifs du même département supérieurs à la moyenne métropolitaine et des pourcentages inférieurs pour les autres lieux de naissance offrent l’apparence d’une faible mobilité. Ces régions sont situées dans la France du nord et dans le quart nord-ouest, et peuvent être considérées comme possédant des chances réduites d’apport de langues régionales extérieures et de langues issues de l’immigration. Cela ne signifie pas, et de loin, que leur patrimoine linguistique soit plus fragile, à l’exemple de la Bretagne et du Nord-Pas de Calais. Les régions ayant un fort apport en provenance d’une autre région se placent en situation défensive sur le plan de la transmission des langues régionales en raison de l’origine (France septentrionale) et de la situation sociale (cadres, professions intermédiaires) des migrants (Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur). L’Île-de-France se caractérise à la fois par une forte turbulence migratoire intra-régionale (péri-urbanisation) et interrégionale, mais surtout, par rapport à la moyenne de la France métropolitaine, à une forte composante de la population née dans les départements d’outre-mer (1,8 %, pour une moyenne métropolitaine de 0,6 %), et à l’étranger (17,9 %). L’Île-de-France, qui rassemble 19 % de la population de la France métropolitaine et 40 % des étrangers, se distingue par l’importance de la transmission et la pratique habituelle des langues étrangères, les langues sino-tibétaines dépassant 80 % de taux de transmission, devant le portugais (77 %). 27 % des adultes franciliens ont été élevés dans une langue étrangère contre 12 % en province. Les effets de structure sociale expliquent la position de l’anglais, parlé, selon les personnes interrogées, par 10 % de la population francilienne, alors que les autres régions se situent autour de 5 %, avec peu de variations entre elles. Mais on note aussi que les « parlers régionaux » (Burricand et Filhon, 2003, figure 5), arrivent, certes, loin derrière, mais conservent une présence non négligeable. L’Île-de-France contribue aussi, paradoxalement, à la diffusion des langues régionales. Remarquons, en outre, que la région Nord-Pas de Calais se caractérise par un poids hégémonique des natifs de la région, le plus élevé de France avec 78,8 %, pourcentage confirmé par la faiblesse de l’apport récent de migrants interrégionaux (95 % des habitants de la région y résidaient en 1990), ce qui n’est pas incompatible avec la richesse linguistique de la région (Blot, Eloy, Rouault, 2004).

18La publication des résultats de l’enquête fait apparaître des inégalités dans la présence de locuteurs de langues régionales extérieures à la région, avec un faible poids pour la Bretagne, et au contraire de ce que l’on constate en Aquitaine. Dans le rapport entre langues régionales et migrations intérieures, se posent la question de la possibilité de transmission des langues régionales hors de leur espace d’enracinement historique. Il faut faire la part du retour au pays de natifs d’une région, qui peut renforcer le nombre de locuteurs des langues régionales, et celle de nouveaux arrivants, apportant leur patrimoine linguistique et apprenant une langue régionale, et, bien entendu, une langue étrangère du pays de l’immigration, nullement réservée aux élèves qui en sont issus, mais permettant également à ces derniers de renouer avec leur héritage linguistique. Cela pourrait conduire à une uniformisation linguistique, mais aussi à une possibilité de promotion de langues parlées hors de l’aire d’héritage linguistique. L’extension de l’enseignement en breton sous plusieurs formes, les projets de communes d’installer des panneaux de signalisation hors de la Bretagne occidentale, apporte des éléments de réflexion supplémentaires (Loyer, 2002, p. 23). Une langue régionale peut devenir une langue d’enseignement pour des enfants de migrants interrégionaux. Par extension, les déplacements de va-et-vient des migrants internationaux revitalisent la pratique des langues de l’immigration, notamment dans le cas du portugais et de l’arabe, ce qui apporte un éclairage neuf sur la catégorie de langue minoritaire, différente de celle de langue de minorités territorialisées.

19La mobilité résidentielle intérieure, tout comme les migrations internationales, contribue à modifier la répartition des langues pratiquée qui ne se trouvent pas figées dans un territoire de référence historiquement constitué, bref à contribuer au processus contradictoire d’affaiblissement de la transmission intergénérationnelle et du développement des langues dans le territoire national. Les chances de transmission des langues sont fortement reliées à l’appartenance sociale des locuteurs et de leur famille, avec des ouvertures concernant l’apprentissage des langues en région. La mobilité interne de la population en France contribue donc, à la fois, à la diffusion des langues régionales et de celles qui sont issues de l’immigration, et à l’homogénéisation de la pratique habituelle de la langue française. Ces processus sont évidemment inégaux à l’intérieur des régions. Ils permettent de rendre compte de la diversité des pratiques de langues au quotidien dans la sphère familiale et dans la sphère sociale. L’identité des locuteurs n’est pas obligatoirement niée à la suite d’une migration qui reste inscrite dans un territoire national.

Pour conclure

20Le volet linguistique de l’« Enquête famille » se situe dans la problématique de la transmission intergénérationnelle des langues et des pratiques sociales linguistiques. Il se situe en dehors de la catégorie de minorité, fondée, dans le domaine linguistique, sur la langue maternelle, et sur un territoire qui lui serait assigné, en fonction d’un enracinement historiquement constitué. En France métropolitaine, où l’État est antérieur à la construction nationale dans le domaine linguistique, à la différence de l’Allemagne ou de l’Italie, les langues régionales et les langues issues de l’immigration ne se trouvent pas sur le même plan, précisément dans leur dimension territoriale. La région, ensemble spatial réunissant la forme aire et la forme réseau, est l’espace social des pratiques linguistiques régionales et héritées de l’immigration, pouvant être renforcées par l’enseignement qui permet, à la fois, l’ouverture sur d’autres domaines linguistiques et la rencontre avec les langues d’origines. La diversité régionale de la France métropolitaine ne se mesure pas seulement aux formes de diffusion des langues régionales et à la présence de langues de l’immigration, ainsi qu’à l’accès à l’enseignement des langues étrangères, mais à la présence sur ce territoire de nombreuses traces et pratiques linguistiques qui découlent d’un empilement de générations. En mettant en relation les locuteurs de langues régionales et de langues étrangères, et la place des langues régionales hors de leur région d’ancrage historique, plusieurs indices faisant l’objet de représentations cartographiques peuvent être construits (Pailhé, 2007). Cela conduit à proposer la catégorie de portefeuille linguistique régional, à l’image du portefeuille d’actions dans le domaine financier. Ce « portefeuille » est un indicateur de la richesse culturelle d’une région issue de la diversité de son peuplement. Une autre forme de division régionale linguistique apparaît alors, avec les inégalités de portefeuilles linguistiques régionaux, résultants à la fois de la diversité des langues pratiquées et de l’importance quantitative des locuteurs, habituels et occasionnels des langues en région.

21L’espace national est un espace de diffusion de la langue officielle de l’État, mais aussi des autres langues. L’immigration entraîne un apport linguistique, pouvant être vivifié par l’enseignement de la langue du pays de leurs parents chez les jeunes issus de l’immigration. Observons au passage que la question de l’enseignement par immersion en langues régionales (langues de France), est d’une tout autre nature que l’enseignement des langues du pays d’origine des enfants issus de l’immigration. La mobilité interne de la population française introduit un effet de turbulence linguistique, ce qui signifie que les langues ne demeurent pas rivées à un territoire, même s’il s’agit d’une aire d’implantation historique conduisant à une tendance à l’homogénéisation territoriale, catégorie étrangère à celle d’uniformisation. Les questions de transmission et de pratique linguistiques contribuent donc à mettre en évidence le fait qu’un espace national est un espace de diffusion de modèles culturels et, bien entendu, des pratiques linguistiques, mais aussi, en particulier avec la mobilité interne de la population, un espace d’autorégulation de la société et de ses acteurs constituant le lien entre homogénéité linguistique et dynamique des pratiques dans les divers segments de la société.

Bibliographie

Références bibliographiques

Blot Denis, Eloy Jean-Michel, Rouault Thomas (2004), « La richesse linguistique du nord de la France », INSEE Picardie, no 125.

Boyer Henri (2001), Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod.

Boyer Henri et Alen Garabato Maria Carmen (2004), « Occitan, patois, provençal dans l’enquête “Famille” de l’INSEE-INED (1999) : les dénominations de la langue d’Oc », Lengas revue de sociolinguistique, no 56, p. 301-318.

Brunet Roger, Ferras Robert et al. (1992), Les mots de la géographie, Paris, Reclus/La Documentation française.

Burricand Carine et Filhon Alexandra (2003), « La transmission et la pratique des langues étrangères en Île-de-France », INSEE, Île-de-France à la page, no 226.

Cassan Francine, Héran François, Toulemon Laurent (2000), « Étude de l’histoire familiale. L’édition 1999 de l’enquête “Famille” », Courrier des statistiques, no 93, p. 25-32.

Cerquiglini Bernard (1999), Les langues de la France, rapport au ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie et à la ministre de la Culture et de la Communication, Communication, www.culture.gouv.fr/dglf/lang-reg/rapport_cerquiglini

de Certeau Michel, Julia Dominique, Revel Jacques (1975), Une politique de la langue : la Révolution française et les patois, Paris, Gallimard.

Condon Stéphanie (2005), « Transmission familiale du créole antillais dans le contexte métropolitain », in Lefèvre Cécile et Filhon Alexandra (dir.), Histoire des familles, histoire familiale, Paris, INED, p. 547-561.

Czernilofsky Barbara (2007), « La minorité croate en Autriche et le croate du Burgenland », in Viaut Alain (dir.), Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 300-322.

Daeninckx Didier (1992), Play Back, Levallois-Perret, Manya.

Di Méo Guy (2003), « Région », in Lévy Jacques et Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Duée Michel (2002), « L’alsacien, deuxième langue régionale de France », Chiffres pour l’Alsace, INSEE, p. 3-6.

Héran François (1993), L’unification linguistique de la France. Population et sociétés, no 285.

Héran François (2002), « Les langues et la statistique publique. Des comptages du Second Empire au volet linguistique de l’enquête Famille », Ville-École-Intégration-Enjeux, no 130, p. 51-76.

Héran François (2004), « Une approche quantitative de l’intégration linguistique en France », Hommes et migrations, no 1252, p. 10-24.

Héran François, Filhon Alexandra, Deprez Christine (2002), « La dynamique des langues en France au fil du XXe siècle », Population et sociétés, no 376, 4 p.

Le Boëtté Isabelle (2002), « Langue bretonne et autres langues, pratique et transmission », Octant, no 92, p. 18-22.

Lefèvre Cécile et Filhon Alexandra (dir.) (2005), Histoire des familles, histoires familiales, Paris, INED.

Lévy Jacques (1979), « Pour une problématique. Région et formation économique et sociale », EspacesTemps, no 10-11, p. 80-107.

Loyer Barbara (2002), « Langues nationales et régionales : une relation géopolitique », Hérodote, no 105, p. 15-37.

Martel Philippe (2007), « Compter les occitanophones… Histoire d’enquêtes », in Czernilofsky Barbara et al., El discurs sociolingüistic actual català i occità = Lo discors sociolingüistic actual catalan e occitan, Wien, Praesens, p. 201-218.

Molière (1976), Le Médecin malgré lui, Paris, Hachette.

Mühlgaszner Edith (2007), « Diffusion et réception des normes du croate du Burgenland », in Viaut Alain (dir.), Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 322-332.

Pailhé Joël (2007), « Géographie des langues : problématique et application », in Viaut Alain, (dir.), Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 65-85.

Viaut Alain (2002), « Langues régionales en Aquitaine et contexte européen », in Callède Jean-Paul (dir.), Les Métamorphoses de la culture. Pratiques et politiques en périphérie, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 381-409.

Viaut Alain (2004), « Pertinence de la notion de langue propre hors d’Espagne », Quo vadis Romania ?, no 23, p. 92-103.

Notes

1 Institut National d’Études Démographiques : French National Institute for Demographic Studies.a

Auteur

Géographe, professeur émérite, UMR 5222 Europe Européanité Européanisation (EEE), CNRS-Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Spécialisé en géographie de la population, il intègre dans sa recherche les questions de minorités et de pratiques territorialisées des langues en Europe.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search