Version classiqueVersion mobile

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

Langue, espace et pouvoir

Les territoires linguistiques des Kurdes

Françoise Rollan

Résumé

Cette étude présente les territoires linguistiques des Kurdes en fonction de leur situation politique. Suite à la partition du Moyen-Orient après la Première Guerre mondiale, les Kurdes ont été partagés entre plusieurs États. En Turquie, Syrie, Irak et Iran où sont la plupart d’entre eux, ils constituent des minorités de plusieurs millions d’individus ; alors que le Liban, l’Arménie et l’Azerbaïdjan en abritent, au total, moins de trois cent mille. La plupart du temps, les Kurdes doivent lutter pour préserver leur identité, et en général, ne sont pas autorisés à apprendre leur propre langue. La dispersion des Kurdes entre plusieurs États autoritaires, essentiellement dans des zones montagneuses, a entraîné l’intercompréhension entre les quatre principaux types de dialectes, et ainsi empêche l’émergence d’une langue kurde standardisée. Comme la situation de chaque pays évolue différemment, cela débouche sur une variété de territoires linguistiques kurdes, avec un dialecte tendant à dominer soit régionalement soit nationalement. De même, comme chaque pays a son système d’écriture, tout devient beaucoup plus complexe. En dépit de tous ces problèmes, des intellectuels kurdes, souvent exilés en Europe, travaillent à la standardisation de la langue et de l’écriture, avec un alphabet unique qui pourrait s’imposer, quel que soit le dialecte.

Texte intégral

  • 1 Si la langue kurde avait été libre, elle aurait enrichi la culture turque. La même chose aurait ét (...)
  • 2 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 26/07/2009.

If the Kurdish language had been free, it would have enriched Turkish culture. The same thing was true for Caucasian languages, Syriac and Arabic. While Kurds wanted to freely practice their language and culture, the state saw this as demands for independence.1
Yaşar Kemal2

  • 3 Pour les différentes estimations voir : http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/turquie_3kurdes.htm et (...)

1Les Kurdes (30 à 40 millions de personnes selon les estimations)3 constituent le peuple le plus nombreux dans le monde à ne pas avoir un État-nation. Ils habitent principalement la région du Kurdistan. L’Histoire est responsable de la dispersion du peuple kurde entre plusieurs pays et dans plusieurs régions d’un même pays. La Turquie, avec environ 19 millions de Kurdes, compte plus de la moitié de cette population, l’Iran en aurait 8,4 millions, l’Irak 5,6 millions, la Syrie 1,6 million, le Liban 90 000, l’Arménie 100 000, l’Azerbaïdjan 150 000, la Géorgie 20 000, l’Afghanistan 200 000. La diaspora kurde est particulièrement importante en Europe : entre 1 et 1,4 million d’individus. La langue kurde appartient à la famille des langues indo-européennes, groupe des langues indo-iraniennes. La langue assume des fonctions symboliques. Pour les Kurdes, c’est souvent le point le plus important. Or il n’existe pas qu’une langue kurde mais plusieurs dialectes ou langues ; de surcroît plusieurs alphabets sont utilisés pour écrire le kurde. Les frontières et les répressions, dont ils font encore l’objet, ont empêché les Kurdes de travailler à la standardisation de leur langue. Il n’y a pas toujours intercompréhension entre les différents dialectes, bien qu’il existe un continuum. Le kurmandji, le plus répandu, le sorani, le gurani et le zaza ou dimili sont les principaux dialectes. Les dialectes ou langues kurdes, comme toutes les autres langues des minorités, sont exclus de l’enseignement public en Turquie, en Iran et en Syrie, ainsi que de l’enseignement supérieur. C’est pourtant par la langue que s’affirme l’identité kurde, d’où la lutte que mènent les Kurdes pour sa reconnaissance par les États-nations où ils vivent. L’article se propose d’analyser les rapports entre espace et pouvoir à travers la dimension linguistique en considérant les questions de majorité/minorité, frontières, construction stato-nationale et de géopolitique interne et externe.

Un continuum de plusieurs dialectes proches parlés dans un elarge aire géographique4

  • 4 http://en.wikipedia.org/wiki/Kurdish_language.

2Le Kurdistan, territoire des Kurdes, est une vaste zone montagneuse de 530 000 km² au cœur du Moyen-Orient, une région stratégique qui a toujours servi de refuge aux populations montagnardes que sont les Kurdes, coincées entre les Empires perse et ottoman. L’histoire des Kurdes est faite de révoltes contre tout pouvoir central voulant supprimer le pouvoir régional, religieux et culturel qu’ils avaient acquis dans les Empires ottoman et safavide. Ils n’ont jamais pu être regroupés dans un seul pays. Leur organisation tribale et le territoire fait de montagnes et de vallées isolées n’ont pas facilité leur unification linguistique, pas plus que leur unification politique. Mais, surtout, les territoires linguistiques des Kurdes s’expliquent par une histoire mouvementée qui les a conduits à subir des déportations souvent éloignées de leur territoire natal. Ces déportations ont eu lieu du XVIe au XVIIIe siècle, mais également au XXe siècle. Elles sont responsables des exclaves kurdes (figure 1) observées en Anatolie centrale, dans l’Elbrouz, le Khorasan, le plateau central iranien, au Balouchistan, au Gharjistan en Afghanistan et en Asie centrale (Kirghizstan et Kazakhstan).

3Au XXe siècle, malgré les persécutions dont il est l’objet, le mouvement national kurde ne cesse de se développer. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale et ses conséquences ont modifié radicalement la situation des Kurdes. Ceux-ci vivaient jusqu’alors dans des sociétés multiculturelles et plurilingues et n’avaient pas vraiment conscience de leur identité ethnique.

  • 5 Le traité de Lausanne de 1923 qui consacre le nouveau découpage du Moyen-Orient, oublie de délimit (...)

4À l’issue de cette guerre, au traité de Lausanne (1923)5, les Kurdes se retrouvent divisés entre cinq États : la Turquie, l’Iran, l’Irak, la Syrie et l’ex-URSS, juridiquement souverains mais politiquement subordonnés au jeu mondial des grandes puissances, et deviennent ainsi des minorités dans chacun des États. La plus grande part du territoire kurde revient à la Turquie (43 %), suivie par l’Iran (31 %), l’Irak (18 %), la Syrie (6 %) et l’ex-Union soviétique (2 %). Ces États ont, à différentes périodes, subdivisé le Kurdistan en une myriade d’unités administratives et de provinces (figure 1).

5Les nouveaux États ont tout de suite intégré les Kurdes, les ont assimilés à leur population musulmane, mais ont refusé de reconnaître leur identité. Ces États se sont vite trouvés confrontés au problème de la diversité des langues. La production littéraire des Kurdes et le développement de leur langue ne peuvent être, dès lors, que fonction des libertés acquises par ceux-ci dans chacun des États qui se partagent leur territoire.

6Chacun des États impose ses lois, sa langue nationale qui devient la langue de prestige aux dépens de langues des minorités méprisées. En Turquie, c’est le traité de Lausanne signé par la Turquie et les grandes puissances, qui règle le sort des minorités, mais ici seules des minorités religieuses sont reconnues : grecque, arménienne et juive. Or les Kurdes, comme d’autres minorités, sont musulmans et tous les musulmans sont déclarés Turcs. La lutte menée par le peuple kurde contre le pouvoir central est d’abord une lutte qui vise à la reconnaissance de son identité et de ses droits culturels qui sont niés dans les nouveaux États.

7La figure 1 qui présente les unités administratives du Kurdistan contemporain, montre bien un territoire compact peuplé essentiellement de Kurdes parlant kurde et des îlots loin de leur région d’origine. Ceux-ci ont depuis très longtemps migré et occupé le Caucase en Arménie et en Azerbaïdjan (Izady, 1992, p. 96-98).

8Avec 30 à 40 millions de locuteurs, les langues kurdes appartiennent à un continuum dialectal en ce sens qu’elles sont parlées dans une large aire géographique présentant cependant des discontinuités, s’étendant de la Turquie à l’ouest, à l’Iran, l’Afghanistan et l’Asie centrale à l’est, à l’Irak, la Syrie et le Liban au sud, avec un petit nombre de locuteurs au sud-Caucase (Arménie et Azerbaïdjan essentiellement). Elles diffèrent peu également entre aires voisines, mais en allant dans n’importe quelle direction, les différences augmentent et les locuteurs de zones opposées du continuum ne peuvent plus se comprendre. Il n’existe pas de frontières nettes entre les différents dialectes (langues ?).

Figure 1 – Les unités administratives du Kurdistan contemporain

Figure 1 – Les unités administratives du Kurdistan contemporain

9Le kurde appartient à la famille des langues indo-européennes et ses dialectes se rattachent au sous-groupe nord-ouest de la branche des langues indo-iraniennes. Bien que la langue kurde ne soit pas unifiée, elle se distingue des autres langues iraniennes occidentales. La langue la plus proche du kurde est le persan, langue nationale de l’Iran, de l’Afghanistan et du Tadjikistan. La proximité entre le kurde et le persan est comparable à celle qui existe entre l’allemand et le danois (Izady, 1992, p. 167).

10Même s’il existait quelques publications en kurde avant la fin du XIXe siècle, le kurde était surtout une langue orale. Pour les besoins administratifs, religieux et même littéraires, les langues dominantes de la région – l’arabe, le turc et le persan –, étaient utilisées. À la fin de l’Empire ottoman, quand l’idée de la création d’un État kurde émergea, le besoin d’une langue écrite standard se fit sentir. Mais quelques années plus tard, quand l’espérance d’un Kurdistan indépendant s’évanouit (traité de Sèvres de 1920, non ratifié), les Kurdes irakiens et turcs continuèrent à cultiver leur langue indépendamment (Kreyenbroek, 1991, p. 69).

11La langue est devenue un problème très controversé, dans la mesure où les nationalistes pensent qu’une ethnie se doit d’utiliser qu’une seule langue ou au minimum puisse comprendre chacun des membres de la dite ethnie. Concernant les Kurdes, il semble que cela ne soit pas le cas. Beaucoup de Kurdes refusent cette situation et préfèrent déclarer qu’il existe une intercompréhension entre tous (O’Shea, 2004, p. 154-155). Pourtant trois types de frontières séparent les Kurdes : la frontière étatique, la frontière linguistique et la frontière alphabétique, si bien qu’il est impossible à un Kurde de Turquie parlant le kurmandji, de lire des écrits kurmandji publiés avec l’alphabet arabo-persan en Irak ou en Iran et, jusqu’en 1991, ceux publiés dans le Caucase où l’alphabet cyrillique était utilisé.

  • 6 http://www.kurdishacademy.org/?q=node/159.

12Il n’existe pas de nomenclature standard pour les divisions des dialectes kurdes. Izady propose une classification légèrement différente (Izady, 1992, p. 167-175) de celle de la Kurdish Academy of Language qui fournit un arbre généalogique détaillé reprenant à peu près cette division tout en montrant les liens entre les sous-groupes6. Les dialectes kurdes se divisent en trois groupes principaux :

  • le groupe des dialectes du nord, appelé kurmandji et badinani (10 sous-dialectes), qui a le plus grand nombre de locuteurs. Ils sont parlés en Turquie, en Irak du nord (provinces de Dohuk et d’Erbil), en Syrie, en Iran du nord-ouest et au Khorasan, dans le Caucase, en Asie centrale et en Afghanistan.
  • le groupe des dialectes du centre, appelé sorani (11 sous-dialectes), parlés en Irak central, au sud du grand Zab (provinces de Ta’mim et de Suleimaniya) et en Iran, dans la partie centrale de la zone kurdophone.
  • le groupe des dialectes du sud aussi appelé groupe pehlewani ou pahlawanik dans certaines sources (8 sous-dialectes dont 3 pour le lâki et 4 pour le gurani placé dans ce groupe, ils sont parlés en Irak du sud (province de Diyala) et un peu en Iran.

13Deux autres branches, parfois contestées en tant que langues kurdes par les linguistes persanophones, dont le groupe dimili (8 sous-dialectes) ou zaza et le groupe hewrani (4 sous-dialectes) appelé gorani (gurani) dans certaines sources. Le zaza ou dimili est essentiellement parlé en Turquie par 3 ou 4 millions de locuteurs, dans une zone comprise entre Diyarbakır, Sivas et Erzurum. Le hewrani est parlé en Irak. Mais les locuteurs de ces deux groupes (zaza et gurani) se considèrent comme des Kurdes.

14Inclure le zaza et le gurani dans les langues kurdes n’est pas une innovation des nationalistes kurdes puisque l’auteur kurde de la fin du XVIe siècle, Sharaf Khan Bidisi, considère déjà ces sous-groupes comme étant des Kurdes. Au XVIIe siècle, le voyageur turc Evliya Çelebi a fait de même. Plus tôt encore, au XIVe siècle, nous trouvons des références où des Gurani s’identifient eux-mêmes Kurdes : c’est le cas du mystique Jalaluddin b Yusuf al-Kurani at-Tamliji al-Kurdi qui écrivait en arabe. De nombreux nationalistes kurdes préfèrent ignorer le fait que le zaza et le gurani sont des langues différentes et minimisent les différences (van Bruinessen, 1991, p. 173).

15Kreyenbroek considère que le kurmandji et le sorani, devraient être considérés grammaticalement comme de véritables langues et non comme des dialectes. D’un point de vue grammatical, ils diffèrent autant que l’anglais par rapport à l’allemand. Le sorani n’a ni genres ni suffixes casuels (comme l’anglais) alors que le kurmandji a les deux, etc. (Kreyenbroek, 1991, p. 71). Les différences de vocabulaire et de prononciation sont relativement importantes et de nombreux Kurmandjophones ne peuvent pas comprendre les Soranophones. En outre, il y a des différences entre les sous-dialectes locaux et régionaux, où il y a désaccord sur la façon d’exprimer les choses.

16Nous sommes ici en présence d’une implantation linguistique en continuité spatiale, mais en même temps, une implantation en discontinuité spatiale (Viaut, 2010, infra). La figure 2 présente cette implantation linguistique du kurde, à la fois continue sur une partie du territoire, et discontinue, d’autre part, du fait de la dispersion historique des tribus kurdes (déportations et assignations à résidence) ou encore lors de migrations volontaires (Izady, 1992, p. 91-108). Les migrations des locuteurs du kurmandji du nord se sont faites en direction du nord-ouest (Anatolie centrale, Mer Noire, Anatolie orientale), de l’est (du Caucase à la Caspienne au nord de Téhéran), de l’extrême est de l’Iran, au Khorassan, et au Turkménistan ainsi qu’en direction du sud (Syrie, Liban). Le sorani s’est surtout étendu vers le sud où il s’est mêlé au gurani auquel il a emprunté des expressions et des termes prestigieux (Leezenberg, 1992).

Figure 2 – Les différentes variétés dialectales du kurde

Figure 2 – Les différentes variétés dialectales du kurde
  • 7 Pour voir l’arbre de la famille des langues iraniennes on peut se reporter à Izady (1992, p. 169) (...)
  • 8 http://fr.wikipedia.org/wiki/Kurde#Histoire_de_la_langue_kurde.

17Les chercheurs s’interrogent sur les raisons de la différenciation, au sein du groupe ouest-iranien, des langues kurdes ou de la langue kurde à travers ses différents dialectes, alors que la langue persane est relativement homogène, a peu de variations régionales, si ce n’est lorsqu’elle est en contact avec une langue très différente comme le russe au Tadjikistan (où le tadjiki appartient au sous-groupe sud-ouest de la branche sud-ouest des langues iraniennes) ou encore le pashtu (sous-groupe sud-est de la branche est des langues iraniennes) en Afghanistan7. Il est probable que le morcellement du relief, le grand nombre de tribus kurdes semi-nomades ont contribué à l’individuation de nombreux dialectes8.

18Les événements politiques des dernières décades ont provoqué le départ de millions de Kurdes vers les grands centres métropolitains comme Istanbul (qui aurait 3 millions de Kurdes), Izmir, Adana et Mersin en Turquie, Baghdad en Irak, Téhéran et Tabriz en Iran, tant et si bien qu’on estime aujourd’hui, qu’un tiers des Kurdes vivraient en dehors du Kurdistan (Conseil de l’Europe, Lord Russel-Johnston, 2006, § 106).

19La formation d’une diaspora kurde en Europe est un phénomène récent. Dans les années soixante, les Kurdes de Turquie ont commencé à arriver en Allemagne, au Benelux, en Autriche, en Suisse et en France en tant que travailleurs immigrés sous contrat de travail. La Révolution islamique en Iran en 1979, le coup d’état militaire de 1980 en Turquie et les régimes irakiens qui ont mené des campagnes d’extermination contre les Kurdes (Anfal) ont amené des vagues successives de réfugiés politiques en Europe occidentale. La campagne lancée en 1992 d’évacuations forcées et de destruction de villages kurdes, couplée à la politique d’assassinat des élites kurdes en Turquie, suivie par les luttes fratricides au Kurdistan irakien après 1994, ont, elles aussi, provoqué une augmentation de l’exode kurde vers l’Europe (Conseil de l’Europe, Lord Russel-Johnston, 2006, § 108).

20Parallèlement, le temps semble jouer en faveur des Kurdes. Plus le temps passe, plus la vitalité ethnolinguistique se renforce en même temps que l’identité, même si pour les États-nations, la langue nationale est la norme et qu’ils dévalorisent la langue kurde minoritaire. L’obligation de parler la langue nationale (Turquie, Iran, Syrie et Irak de Saddam Hussein) pour avoir la citoyenneté, c’est tenter d’assimiler les minorités (Uçarlar, 2009, p. 37). Par l’éducation en langue nationale, l’unité serait réalisée. C’est ce qu’ont tenté de faire les États-nations, mais les Kurdes gardent au plus profond d’eux-mêmes la fierté d’appartenir à un peuple différent de celui de la majorité. La langue avec ses fonctions symboliques d’identification du groupe, du sens d’appartenance et de fierté nationale, joue un rôle important dans la création et le maintien des éléments subjectifs pour la construction de la nation. Si le nationalisme est compris comme un sentiment dérivant de l’identité du groupe, la langue lui a toujours été fortement liée (Virtanen, 2003, p. 9-10). C’est par la langue que s’affirme la kurdicité et la reconnaissance en tant que nation. C’est pourquoi les gouvernements des pays qui ont divisé le Kurdistan, principalement la Turquie, la Syrie et l’Iran, ont toujours veillé à interdire ou à décourager l’usage de la langue kurde, excepté l’Irak qui s’est montré plus tolérant. La langue joue un rôle puissant dans la lutte que mènent les Kurdes pour la reconnaissance de leur peuple. Pour beaucoup, la langue kurde est la preuve et le symbole de l’identité séparée des Kurdes, et des efforts impressionnants sont faits pour la préserver et la développer car de la perte de leur langue pourrait résulter la disparition de leur identité en tant que Kurdes (Kreyenbroek, 1991, p. 68-69).

Le statut des langues kurdes dans leur territoire

21Il s’agit de faire le point sur la situation actuelle des langues kurdes dans chacun des pays où les Kurdes représentent une forte minorité.

22Actuellement le kurde en Turquie, en Syrie et en Iran est une langue minorée. Elle n’a pas de statut officiel, n’a pas d’usages institutionnalisés, elle n’est pas enseignée et est même interdite : sa diffusion est essentiellement orale. Si elle commence à bénéficier d’un accès aux médias audiovisuels, son acquisition se fait uniquement dans le cadre familial, sa rentabilité sociale est restreinte, sa connaissance restant sans profit pour le locuteur en terme de mobilité sociale. Elle n’est pas en distribution concurrente avec la langue dominante, mais en distribution complémentaire. Elle a des fonctions vernaculaires et emblématiques (identitaires). Les rapports fonctionnels de la langue kurde (minorée) avec la langue turque (dominante) ont fini par être stables dans la longue durée (Moreau, 1997, p. 186).

Figure 3 – Position de la langue kurde selon les pays

Figure 3 – Position de la langue kurde selon les pays

23La figure 3 représente la position de la langue kurde dans les différents États-nations du Moyen-Orient où les Kurdes représentent une minorité importante. Partout, la langue officielle de l’État est obligatoire et enseignée dans les écoles publiques. L’existence de plusieurs dialectes par pays est représentée sur la troisième ligne. L’enseignement officiel des langues kurdes est encore interdit dans les écoles publiques en Turquie, en Syrie et en Iran. Autrement dit, les enfants kurdes de ces trois pays n’ont pas le droit d’apprendre leur langue maternelle, ce qui est contraire au droit international de l’enfant. En Irak et dans le Kurdistan irakien, il existe deux langues officielles : l’arabe et le kurde, qui sont donc toutes deux enseignées dans l’enseignement public. Le turkmène, le syriaque et l’arménien sont aussi enseignés là où il y a des populations majoritaires. Le kurde s’y écrit avec l’alphabet arabo-persan. Dans la région autonome, ce sont les locuteurs du kurmandji et du sorani qui sont essentiellement représentés, la langue kurde y est enseignée en fonction du dialecte dominant, généralement le kurmandji au nord, et le sorani au sud. En Azerbaïdjan, en Syrie, au Liban, c’est essentiellement le kurmandji qui est parlé, alors qu’en Arménie, comme en Turquie, deux dialectes sont distingués, respectivement le kurmandji et le yézidi, et le kurmandji et le zaza. Dans ces cinq pays, c’est l’alphabet latin qui est utilisé. En Iran et en Irak, on distingue trois dialectes principaux : le kurmandji, le sorani et le gurani.

24En Iran, c’est l’alphabet arabo-persan qui était utilisé dans les revues littéraires. En Turquie, les publications en kurde ont longtemps été interdites comme toute publication dans une autre langue minoritaire. Il existe pourtant des journaux en arménien et en kurde, mais souvent avec des interruptions de parution sous prétexte d’incitation au séparatisme ou de soutien au PKK pour les journaux kurdes. Mais depuis deux ans, la situation évolue favorablement ainsi que nous le verrons en suivant.

25En Arménie, comme en Azerbaïdjan, le kurde a le statut de langue minoritaire, et peut donc être étudié dans l’enseignement primaire. Au Liban, le kurde est enseigné durant les trois années du primaire supérieur. Dans ces trois pays, c’est l’alphabet latin qui est utilisé pour écrire le kurde. Du temps de l’Union soviétique, dans les républiques du Caucase, le kurde s’écrivait avec l’alphabet cyrillique.

Le kurde en Turquie

  • 9 http://www.byegm.gov.tr/sayfa.aspx?Id=78 (consulté, le 2 mai 2010).

26En Turquie, les Kurdes sont obligés de connaître la langue turque qui, d’après la Constitution9, est la langue maternelle de tous les citoyens turcs : « Aucune langue autre que le turc ne peut être enseignée aux citoyens turcs en tant que langue maternelle » (art. 42, alinéa 9). Jusqu’en 1991, il était illégal de parler kurde en Turquie y compris en privé. Par contre, de 1991 à 2002, le gouvernement turc n’interdisait plus l’usage de la langue kurde qu’à l’école et dans les médias oraux. Jusqu’ici, l’usage en est toujours interdit à l’école publique. Introduire le kurde à l’école primaire nécessite un changement de la Constitution, car la langue turque est la langue des citoyens turcs. Pouvoir apprendre sa langue maternelle à l’école est fondamental, mais le gouvernement turc s’y oppose pour des raisons de division du pays et sous prétexte qu’il existe plusieurs dialectes kurdes, ce qui complique beaucoup l’organisation de l’apprentissage.

  • 10 http://www.kurdmedia.com/article.aspx?id=13096 (consulté le 25/08/2010).

27Pourtant, alors que la Turquie tente de s’acheter une bonne conduite vis-à-vis de l’Europe, en 2006 elle a confisqué, à l’aéroport d’Istanbul, 1 000 livres d’histoires en kurmandji offerts par la Suède, destinés aux enfants pour apprendre leur langue. Ces livres devaient être distribués dans les bibliothèques de la région kurde10.

28L’alphabet kurde n’est toujours pas reconnu, et les noms contenant les lettres Q, W, et X, qui n’existent pas dans l’alphabet turc, ne sont pas autorisés. Sous la pression de l’Europe, le statut de la langue kurde en Turquie évolue assez rapidement dans les médias, mais partiellement dans l’enseignement. Nous faisons donc référence aux derniers développements. Nous ne reviendrons pas sur la situation d’avant 2002.

Les avancées dans les médias oraux

29Dès 2002, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (RTÜK) a autorisé des émissions de radio n’excédant pas 45 minutes par jour et de télévision inférieures à 30 minutes par jour. Sous la pression de l’Europe, les cours de kurde ont été autorisés dans des institutions privées, mais ils ont eu très peu de succès car ils étaient payants et à des horaires tardifs. En outre, des tracasseries administratives ont souvent empêché l’ouverture de ces cours ou entraîné leur fermeture prématurément.

  • 11 Hürriyet Daily News & Economic Review, 5/08/2008.
  • 12 Today’s Zaman, 5/03/2010.

30Afin de préparer les émissions en kurde, dont le principe d’une chaîne spécialisée avait été accepté dès août 200811, le RTÜK a recruté deux experts pour le Conseil d’Ankara afin de diriger les programmes diffusés en kurmandji et en zaza à la télévision. Les radios diffusant dans des langues autres que le turc seront dirigées par le Conseil supérieur de l’audiovisuel depuis le centre régional de Diyarbakır, sous la haute surveillance de la police12.

  • 13 Today’s Zaman, 2/01/2010.

31La radio et la télévision d’État (TRT) ont commencé à émettre le 1er janvier 2009 sur la chaîne TRT 6. Le RTÜK a autorisé 14 institutions à diffuser en zaza, en kurmandji et en arabe. C’est le début de la politique d’initiative démocratique qui a commencé officiellement en juillet 2009. En même temps, la restauration des noms géographiques en kurde a été faite, si bien que certaines municipalités du sud-est ont déjà écrit le nom en kurde en utilisant les lettres Q, W et X qui font partie de l’alphabet kurde, à côté de leur désignation officielle. Aucune objection n’a été faite13.

Les avancées dans les médias écrits

  • 14 Hürriyet Daily News & Economic Review, 22/02/2010.
  • 15 Today’s Zaman, 20/02/2010.

32Un journal local (Van Times) en 4 langues (turc, kurde, persan et anglais) a commencé sa parution dans la ville de Van (grande ville de l’est de la Turquie), afin que les habitants, en majorité kurdes et de nombreux migrants iraniens, puissent lire les nouvelles dans leur propre langue14. Mais les procureurs de la République à Diyarbakır ont demandé une peine de prison de 480 ans ( !) pour un précédent éditeur en chef du quotidien kurde Azadiya Welat pour des contes parus dans 94 numéros du journal, et il fut alors accusé de propagande en faveur du PKK, ce qui est un crime en Turquie. L’actuel éditeur en chef a lui aussi été condamné récemment à 21 ans et trois mois de prison pour les mêmes raisons. Le quotidien qui est publié à Diyarbakır depuis 1994 a déjà été fermé cinq fois15.

Les avancées dans l’éducation

  • 16 Hürriyet Daily News & Economic Review, 30/11/2009.
  • 17 Hürriyet Daily News & Economic Review, 9/11/2009.

33En ce qui concerne l’apprentissage du kurde à l’école primaire ou dans les écoles secondaires, le gouvernement n’a pas franchi le pas. Des blocages sérieux existent dans les partis d’opposition qui empêchent toute avancée, même dans la loi sur « l’Initiative kurde » qui doit permettre la réconciliation entre les Kurdes et les Turcs. Pourtant, l’éducation dans la langue maternelle est essentielle pour la résolution du problème kurde. Bien que le Premier ministre turc en visite en Allemagne prône l’éducation dans la langue maternelle pour les enfants turcs et dénonce l’assimilation comme un crime contre l’humanité, il refuse cette solution pour les Kurdes16. Un film qui se veut un documentaire Iki Dil bir Bavul (Sur la route de l’école) vient d’obtenir, en octobre 2009, le premier prix du meilleur premier film au festival de l’Orange d’Or à Antalya (Turquie). Ce film met l’accent sur l’assimilation et sur un problème vieux de 85 ans : l’éducation en langues maternelles en Turquie17. Le ministère de l’Éducation pourrait, ne serait-ce que revoir sa position et inclure le kurde en tant qu’option à côté de l’anglais et de l’allemand. Bien que l’enseignement officiel dans des langues autres que le turc ne soit pas autorisé, les citoyens qui veulent apprendre le kurde pourraient au moins le faire dans des centres d’éducation publics.

34Jusqu’à maintenant, l’opposition refuse l’ajout à l’alphabet turc des trois lettres kurdes Q, W et X afin de pouvoir intégrer le kurde dans le système d’éducation. Quoi qu’il en soit, l’idée que le kurde devienne une langue officielle, est vue comme un risque de division du pays.

  • 18 Hürriyet Daily News & Economic Review, 22/02/2010.
  • 19 Hürriyet Daily News & Economic Review, 02/12/2009.

35Par contre, certaines universités vont proposer à la rentrée 2010 des cours de kurde. C’est le cas de l’Université de Tunceli qui va offrir des cours en option de kurmandji et de dimili18. L’ouverture d’un Institut des langues vivantes a été autorisée à l’Université Artuklu à Mardin avec l’ouverture d’un programme de littérature et de langue kurde. L’Institut offrira aussi un cursus pour le syriaque, l’arabe et le persan. C’est la première fois qu’un travail académique en kurde va être rendu possible. Il faut préciser que l’Institut ne sera ouvert qu’aux étudiants de master ou de thèse car c’est la règle imposée aux Instituts en Turquie. L’université a aussi demandé l’autorisation au Conseil de l’Enseignement supérieur (YÖK) d’ouvrir un Institut de kurdologie, mais il a été refusé19. Ce refus est d’autant plus regrettable que le kurde est étudié dans une trentaine d’universités de par le monde.

  • 20 http://kurdkadini.org/kr (consulté le 15 avril 2010).
  • 21 http://zimanuwejeyakurdi.org/english/(consulté le 25 août 2010).

36L’Université d’Hakkâri est la première université de Turquie à ouvrir un site web en kurde lors du Congrès des femmes kurdes, site toujours actif en avril 201020. Ce site est aussi en turc et en anglais. Un congrès en kurde sur « Langue et littérature kurdes au XXIe siècle » s’est tenu du 15 au 18 juillet 2010, à cette même université21 et un cours de kurde a été ouvert en 2010.

  • 22 Zaman, 24/09/2008.

37Cette ouverture va de pair avec le fait que les Kurdes d’Irak tendent aussi la main aux Turcs en ouvrant un département de langue turque à l’Université Salahaddin à Arbil. Un professeur turc de l’Université de Bilkent (Ankara) a été nommé pour diriger ce département qui compte six enseignants dont trois Turcs. Les cours ont débuté durant l’année scolaire 2008-200922.

Les avancées dans la Constitution et la vie publique

  • 23 Hürriyet Daily News & Economic Review, 24/03/2010.
  • 24 Hürriyet Daily News & Economic Review, 30/06/2009.

38Un projet de loi devrait autoriser les indépendants comme les partis politiques à utiliser le kurde et tout autre dialecte ou langue locale lors de leurs réunions électorales. Mais le matériel électoral imprimé ne pourra l’être qu’en turc23. En attendant, les tribunaux ne sont pas d’accord : la même personne qui s’est exprimée en kurde dans deux réunions publiques dans deux régions différentes a été condamné dans l’une et n’a pas été poursuivie dans l’autre24.

  • 25 Milliyet, 01/02/2010. Un parti doit en effet obtenir 10 % des voix à l’échelon national pour être (...)
  • 26 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 07/09/2009.

39Afin d’ouvrir de nouveaux chapitres à la négociation avec l’Union européenne, la Turquie doit amender certains articles de sa Constitution et de la loi électorale : ainsi celui supprimant la limite des 10 % pour qu’un parti puisse être représenté au Parlement25 constituerait une réelle avancée vers la démocratie. Cela fait partie des réformes comprises dans ce que le gouvernement appelle l’« Initiative kurde » qui rassemble une série de lois destinées à trouver une solution au problème kurde. Cet ensemble de réformes, qui a été censuré par l’opposition nationaliste (CHP et MHP), a été soumis à un référendum en septembre 2010. En réponse, le Premier ministre a remercié, en kurde, au Parlement son parti (AKP) pour les progrès réalisés26.

  • 27 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 26/01/2010.

40Pour l’opposition, cette « Initiative kurde » pourrait conduire à la ségrégation, mais selon une enquête récente, 58 % des gens interrogés ne croient pas à la ségrégation. À la question : « Qu’est-ce qui maintient les Turcs et les Kurdes ensemble, est-ce la langue, ou le fait qu’ils vivent sur le même sol ou ont la même religion ? », 72,5 % ont répondu, la religion. À cette même enquête, 79 % des Kurdes ont répondu qu’ils ne veulent ni leurs propres tribunaux, ni leur propre police, ni l’autonomie27.

  • 28 Today’s Zaman, 18/09/2009.
  • 29 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 16/10/2009.

41La liberté d’expression sera étendue par modification de l’article 216 du Code pénal turc28. Le changement de la Constitution (article 42) faisant référence à la langue turque comme langue maternelle de tous les citoyens turcs est en discussion29. En effet, supposer que la langue maternelle de tous les citoyens de Turquie est le turc conduit à une discrimination et, donc, la Constitution doit être révisée. De même, les enfants kurdes doivent avoir le droit de recevoir une éducation en langue kurde. Les droits de l’Homme des enfants inscrits à l’école, existent et doivent être appliqués.

  • 30 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 09/07/2009.

42Mais le rapport préparé par 98 maires du parti pro-kurde insiste sur la reconnaissance de l’identité kurde et de la langue kurde dans la Constitution30. Pour les Kurdes, le problème est politique et doit donc recevoir une solution politique. Le gouvernement maintient que la fin du conflit suppose le développement économique et l’insertion (inclusion) culturelle.

Les avancées dans la vie quotidienne

  • 31 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 29/09/2009.

43Depuis juin 2009, la langue kurde ou toute autre langue est autorisée entre les prisonniers et leurs visiteurs et dans les conversations téléphoniques (qui sont d’ailleurs enregistrées), mais dans certaines prisons, la loi n’est pas appliquée et des restrictions sur l’introduction de la littérature kurde demeurent31.

  • 32 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 26/11/2009.
  • 33 Milliyet, 19/02/2010.

44Les anciens noms de lieux kurdes pourront être rétablis ainsi que ceux d’autres groupes ethniques dans la mesure où ils en feront la demande. À la plus grande satisfaction des habitants, la municipalité de l’aire métropolitaine de Diyarbakır a déjà remplacé la signalisation routière en indiquant sur les panneaux, le nom des villages en turc et en kurde. Les lettres Q, W et X, qui ne sont pas dans l’alphabet turc, sont maintenant visibles sur les panneaux de signalisation32. Si ces lettres sont interdites dans la correspondance officielle, la chaîne de radio TRT 6 qui diffuse en kurde les utilise. Les parents qui donnent des prénoms kurdes sont toujours soumis à des tracasseries et risquent de devoir changer le prénom de leur enfant33.

  • 34 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 10/08/2009.

45Afin d’améliorer les relations entre la police et les habitants, le chef de la police de la province de Diyarbakır a l’intention de recruter des policiers qui parlent la langue locale. Toujours dans cette région, une maison d’édition a un projet de traduction en kurde des œuvres classiques de la littérature mondiale. Quatre livres sont déjà publiés et une centaine d’autres est prévue dans une première étape ; 40 livres sont déjà traduits, dont une douzaine sont des romans34.

46Le groupe de théâtre kurde « Destar » a obtenu, en juin 2009, l’autorisation de jouer la première pièce kurde sur la scène du théâtre national de Van.

  • 35 http://www.kurdmedia.com/article.aspx?id=16393 (consulté le 25/08/2010).

47Face à ces avancées, et en dépit des annonces du gouvernement sur l’adoucissement de la loi anti-terroriste depuis 2006, les droits des enfants sont violés. Des milliers d’enfants de 12 ans et plus ont été poursuivis et des centaines arrêtés et emprisonnés selon cette loi. Ils étaient soupçonnés de participer à une manifestation, de crier des slogans, de faire le signe de la victoire ou simplement de se trouver à proximité d’une manifestation publique. Ces mineurs se sont plaints d’avoir été torturés et maltraités lors des gardes à vue, d’avoir vécu dans des conditions épouvantables en prison et d’être le plus souvent privés d’éducation. Cette loi a été utilisée de façon disproportionnée contre les Kurdes. Certains de ces enfants purgent des peines de prisons de 5 à 25 ans. Ces poursuites et emprisonnements en masse sont dénoncés aussi bien à l’étranger qu’en Turquie où la pression de la société civile, des juristes et des intellectuels, est très forte en faveur de l’organisation Justice pour l’initiative des enfants vis-à-vis du gouvernement. La Turquie est régulièrement critiquée par Amnesty International, Human Rights Watch et les différentes organisations des Nations Unies sur sa loi anti-terroriste35.

Le kurde en Syrie36

  • 36 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/syrie.htm.
  • 37 http://www.servat.unibe.ch/icl/sy00000_html (consulté le 3 mai 2010).

48Le territoire des Kurdes se compose de trois petites régions au nord de la Syrie, mais toutes en continuité avec le Kurdistan turc et irakien. La langue kurde est essentiellement le Kurmandji. En Syrie, les Kurdes ne jouissent d’aucun droit linguistique ou culturel. Les prénoms kurdes sont interdits. De surcroît, plus de 30 % des Kurdes syriens sont privés de la nationalité syrienne, et ne possèdent donc pas de passeport et sont interdits d’emplois publics. Selon l’article 4 de la Constitution du 12 mars 197337, la langue arabe est la langue officielle. Les Kurdes syriens parlent généralement l’arabe. Dans l’administration, les documents sont rédigés en arabe classique, qui est la seule langue d’enseignement permise dans le système public. Même si, dans certaines écoles privées, l’enseignement est possible en arménien et en circassien (tcherkesse), il est interdit d’utiliser le kurde dans ce cadre. Toutes les universités sont en arabe. Dans les médias, seule la langue arabe est autorisée, arabe classique pour les médias écrits et arabe dialectal possible dans les médias électroniques. Les Kurdes de Syrie sont confrontés à un unilinguisme arabe et sont soumis à une politique d’assimilation. Aucun des droits fondamentaux des minorités ne sont respectés. Ainsi, la situation des Kurdes en Syrie est sans doute plus difficile qu’elle ne l’était en Turquie.

Le kurde en Iran38

  • 38 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/iran.htm.
  • 39 http://www.iranonline.com/iran/iran-info/government/constitution.html (consulté le 5 mai 2010).

49Selon la Constitution promulguée en décembre 1979 et légèrement modifiée en 198939, l’article 15 (alinéa 1) spécifie que « la langue et l’écriture officielles communes à tout le peuple iranien sont le persan et l’écriture persane ». L’alinéa 2 du même article précise que « l’usage des langues locales ou de celles des tribus dans la presse et les moyens de communication de masse, ainsi que pour l’enseignement de la littérature de ces langues dans les écoles est autorisé à côté du persan ». L’article 16 ajoute « qu’étant donné que la langue du Coran, des sciences et des cultures islamiques est l’arabe et que la littérature persane en est profondément imprégnée, cette langue doit être enseignée dans toutes les classes du cycle secondaire et dans toutes les disciplines ».

50Dans le domaine de la législature et de la justice, seul le persan est utilisé. En matière d’éducation, le persan est obligatoire. Bien que la Constitution reconnaisse principalement les minorités religieuses, il semble que la langue de certaines minorités linguistiques soit tolérée dans les écoles primaires (azéris, louris, baloutches, arabes et turkmènes) dans la mesure où les écoles se conforment à l’enseignement chiite. Il est toutefois difficile d’avoir des informations précises en matière d’enseignement des langues minoritaires.

  • 40 Il s’agit de Serva à Ourmieh et Alvena à Téhéran, mais aucune à Mahabad, la capitale kurde.

51Depuis le régime des ayatollahs, même s’il y a égalité de tous les citoyens, le mot Kurdistan est interdit et le peuple kurde n’a pas d’existence juridique. La langue kurde n’est tolérée que dans les communications orales privées. L’enseignement du kurde ne serait possible qu’à la condition d’être subordonné à la religion chiite. Or les Kurdes sont sunnites. L’enseignement universitaire est dispensé en persan. Il est toléré en kurde (sorani) dans une université privée à Mahabad, mais il s’agit d’une université « islamique » de rite chiite. De plus, les livres et journaux imprimés en kurde étant interdits, il n’existe pas de manuels en kurde. En Iran, deux publications kurdes, strictement littéraires, ont survécu40. Il est strictement interdit de publier en kurde sous peine d’emprisonnement ou même d’exécution. Aujourd’hui, plus de 200 000 soldats iraniens occupent les territoires habités par les Kurdes. Si les Kurdes arrivent à capter la télévision par satellite, c’est à leurs risques et périls car les paraboles sont interdites.

52En Iran comme en Syrie, il s’agit d’éradiquer la culture kurde et de n’avoir que des citoyens totalement arabisés en Syrie et persanisés en Iran. L’assimilation forcée et l’unilinguisme basé sur la langue nationale sont la règle dans ces deux pays comme elles l’ont longtemps été en Turquie. Pourtant, en 2005, 80 Kurdes iraniens ont pu prendre part à une expérience unique en gagnant une bourse pour étudier en kurde au Kurdistan irakien.

Le kurde en Irak41

  • 41 http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/irak.htm.

53Les Kurdes représentent la minorité non arabophone la plus importante du pays, soit 18 % de la population (environ 5 millions de personnes).

  • 42 http://www.uniraq.org/documents/iraqi_constitution.pdf (consulté le 5 mai 2010).

54L’article 4 de la nouvelle Constitution irakienne de 200542 spécifie que « l’arabe et le kurde sont les deux langues officielles de l’Irak » (alinéa 1). « Le droit des Irakiens d’instruire leurs enfants dans leur langue maternelle est garanti, comme le turkmène, le syriaque et l’arménien, dans des établissements publics, ou en toute autre langue dans des établissements d’enseignement privés. La gazette officielle, les discours, communications officielles doivent être en deux langues, tout comme les billets de banque, les passeports et les timbres » (alinéa 2). Au Kurdistan, « les institutions et agences fédérales doivent employer l’arabe et le kurde » (alinéa 3). « Le turkmène et le syriaque sont deux autres langues officielles dans les unités administratives au sein desquelles elles représentent une certaine densité d’occupation » (alinéa 4). À l’alinéa 5, il est prévu que « chaque région ou gouvernorat peut adopter une autre langue locale comme langue officielle complémentaire si la majorité de la population le décide lors d’un référendum général ».

55L’article 4 est valable non seulement pour la région autonome du Kurdistan mais aussi pour l’ensemble de l’Irak. C’est un grand succès des Kurdes d’avoir réussi à imposer cet article. De plus, l’article 121 « garantit les droits administratifs, politiques, culturels et éducatifs aux diverses nationalités, telles que les Turkmènes, les Chaldéens, les Assyriens et tous les autres composants du pays ».

56Dans les médias, il existe deux journaux quotidiens en kurde ainsi que cinq hebdomadaires et mensuels, quinze petits réseaux de télévision et de radio, sans compter le canal MED-TV. Les droits culturels des minorités sont garantis au Kurdistan irakien, notamment en ce qui concerne les Assyriens, les Turkmènes, les Arméniens et les arabophones qui peuvent tous étudier dans leur langue maternelle.

Le kurde au Liban43

  • 43 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/liban.htm.

57Selon la Constitution (article 11, 1990), « l’arabe est la langue nationale officielle. Une loi déterminera les cas où il sera fait usage de la langue française ». Ainsi, depuis décembre 1943, l’arabe classique est devenu juridiquement la seule langue officielle, mais le français est encore omniprésent. Aussi, dans les tribunaux religieux, il est possible d’utiliser une autre langue comme le français, l’arménien ou le kurde. Depuis 1996, la loi impose dans les écoles publiques une répartition à parts égales des heures accordées à la langue officielle (arabe) et à la langue étrangère (français). L’article 10 de la Constitution consacre la liberté de la langue d’enseignement. Dans toutes les écoles primaires (scolarité de 6 ans), l’enseignement de l’arabe écrit (classique) et de la première langue étrangère restent obligatoires à raison de 7h/semaine. Après ce cycle, le programme « moyen », ou « primaire supérieur », d’une durée de trois ans, permet aux minorités linguistiques d’enseigner dans leur langue en arménien ou en kurde. Même si 98 % de la population parle l’arabe, les Kurdes continuent à parler leur langue (kurde kurmandji). Les Kurdes représentent 4,9 % de la population.

Le kurde en Azerbaïdjan44

  • 44 http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/azerbaidjan2.pol-off.htm ; http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/a (...)
  • 45 http://www.president.az/azerbaijan/constitution?locale=en (consulté le 3 août 2010).

58Les Kurdes ne représentent qu’une très petite minorité en Azerbaïdjan (13 100). Selon l’article 21 de la Constitution de 199545, la langue azerbaidjanaise est la langue officielle et l’État en assurera le développement. L’État garantit aussi le libre usage et le développement des autres langues parlées par la population. L’article 45 précise que chacun peut utiliser sa langue maternelle, et doit avoir le droit d’être éduqué et de créer des activités dans sa langue maternelle. Personne n’a le droit d’être privé de l’usage de sa langue maternelle. L’article 25 garantit l’égalité des droits de chacun, quelle que soit sa race, sa nationalité sa religion, sa langue, etc. L’article 8 de la loi sur la culture (6 février 1998) garantit le droit à l’identité culturelle. Le respect des exigences culturelles est garanti. Il y a en Azerbaïdjan de nombreux centres culturels nationaux et notamment un Centre culturel kurde.

  • 46 http://www.usefoundation.org/view/690 (accessibilité permanente).

59Dans les affaires juridiques, il est possible de faire appel gratuitement à un interprète46.

60Suite à la loi sur le renouvellement de l’alphabet de l’Azerbaïdjan par l’alphabet latin à 32 lettres de 1991, le nouvel alphabet a été introduit dans les écoles primaires dès 1992. L’alphabet latin est devenu officiel dans tous les organismes gouvernementaux.

  • 47 http://www.humanrights.coe.int/Minorities/Eng/FrameworkConvention/StateReports/Toc.htm.

61Selon la loi sur la langue officielle de 2002, chaque citoyen est dans l’obligation de connaître la langue officielle. L’éducation doit se faire dans la langue officielle. Dans les établissements où l’enseignement est fait dans les langues des minorités nationales, l’azerbaïdjanais doit au moins être enseigné comme langue seconde, de même que l’histoire, la littérature et la géographie de l’Azerbaïdjan47.

62Les textes officiels ne doivent être rédigés qu’en azerbaïdjanais et en graphie latine. La langue officielle est obligatoire pour la radio-télédiffusion, les films, les services, la publicité, les étiquettes, les patronymes, les noms des unités administratives, les sites géographiques, les tribunaux, etc.

Le kurde en Arménie48

  • 48 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/armenie.htm.
  • 49 Ils habitent principalement dans les villages de Shamiram, Tlik, Sorik, Hakko, Giatlo, Barozh, Bai (...)

63Selon les estimations, les Kurdes seraient un peu plus de 1 000 et les Yézidis 40 500 en Arménie49. Ils constituent deux groupes différents, les Kurdes étant musulmans et les Yézidis ayant leur propre religion, le yézidisme.

  • 50 http://www.president.am/library/constitution/eng/(consulté le 3 août 2010).

64D’après la loi sur la langue de 1993, « la langue nationale est l’arménien standard » (article 1), mais « la république d’Arménie garantit le libre usage des langues des minorités nationales sur son territoire » (article 4). Les minorités n’ont jamais eu à souffrir de répression. L’Arménie, devenue le 42e membre du Conseil de l’Europe le 25 janvier 2001, a signé le 25 juillet 1997, la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, entrée en vigueur le 1er novembre 1998. Elle a également ratifié le 25 janvier 2002, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, (entrée en vigueur le 1er mai 2002). La Constitution de 1995 a confirmé que la langue officielle de la République d’Arménie était l’arménien (article 12)50. Selon l’article 4 de la loi sur la langue, les entreprises, les institutions et les organisations situées sur le territoire de la République d’Arménie communiqueront en arménien avec les organismes de l’État. Les organismes étrangers devront fournir les documents accompagnés d’une traduction en arménien. Mais l’article 37 de la Constitution précise que « les citoyens appartenant aux minorités nationales ont le droit de préserver leurs traditions et de promouvoir leur langue et leur culture ».

  • 51 Cette disposition n’est valable que pour les Assyriens, les Kurdes, les Grecs et les Russes, les a (...)

65En ce qui concerne l’éducation, la « langue littéraire arménienne » doit être la langue d’enseignement (article 2 de la loi sur la langue de la République d’Arménie). Un examen d’entrée sera exigé dans les établissements d’enseignement secondaires spécialisés, professionnels et supérieurs. Mais l’article 2 de la loi sur la langue garantit l’éducation dans la langue maternelle des membres des minorités nationales dans le cadre des programmes scolaires publics, tout en assurant que l’enseignement de la langue arménienne est obligatoire. Cette disposition est applicable aux Kurdes51. Elle garantit aussi aux minorités ethniques le droit d’utiliser cette langue dans certaines administrations locales. D’autres lois (Code de la procédure pénale, loi sur les médias, loi sur la radio et la télévision, loi sur la publicité, etc.) garantissent des droits politiques, civils, sociaux et économiques aux minorités nationales.

66La langue kurde est enseignée dans certaines classes dans les provinces comptant un nombre suffisant de Kurdes. Les ressources consacrées par le gouvernement sont très faibles. Toutefois, les Kurdes comme les Grecs, les Juifs et les Polonais reçoivent des cours dans leur langue dans des écoles primaires « du dimanche », dans le cadre d’activités communautaires. La majorité des élèves kurdes yézidis ne fréquentent pas l’école car ils se sentent discriminés par les enfants et les enseignants arméniens.

  • 52 http://www.usefoundation.org/view/674 (accessibilité permanente).

67Depuis septembre 2004, le yézide et le kurde sont enseignés (2-4 leçons/semaine) dans les écoles des villages de Zoyuni et Kotayk. Il y a des cours similaires dans 16 villages de la province d’Aragatsotn peuplée de Yézidis. Mais par manque d’enseignants qualifiés, les écoles de certains villages ne fonctionnent pas. Plusieurs universités offrent des cours de yézidi sur demande, en particulier à l’Université de Management de Yerevan. Il existe des cours de kurde dans diverses universités sur demande. Ainsi le kurde est enseigné dans le département d’Études orientales de l’Université nationale de Yerevan. L’Université Davit Anhaght de Yerevan offre aussi des études kurdes52.

68Selon le ministère de la Justice, il existe plusieurs revues et journaux yézidis et kurdes. La radio publique émet quotidiennement un programme de 30 minutes (18h45 à 19h15) en kurde. Occasionnellement, des chaînes privées émettent des programmes en langues minoritaires.

69En janvier 2004, un département pour les problèmes des organisations des minorités ethniques et religieuses a été créé au Gouvernement. Il s’agit d’adopter une législation appropriée pour protéger les langues, les cultures et l’histoire des minorités nationales. Étant donné la dispersion des minorités il est difficile d’organiser des cours pour les langues des minorités nationales kurdes et yézidis. Facteur d’homogénéité, néanmoins, les Yézidis et les Kurdes d’Arménie parlent le kurmandji et utilisent désormais l’alphabet latin, et, après l’indépendance, ils ont abandonné l’alphabet cyrillique.

Le kurde en Géorgie53

  • 53 http://www.usefoundation.org/view/253 (accessibilité permanente).

70En Géorgie, la langue officielle est le géorgien (article 8 de la Constitution, adoptée le 24 août 1995). Selon la loi sur la Culture (12 juin 1997), tous les citoyens ont un droit égal de participer à des activités culturelles quelle que soit leur nationalité, leur origine ethnique, religieuse et linguistique. La loi sur l’éducation, adoptée le 27 juin 1997, crée les conditions nécessaires pour que les enfants des écoles primaires et secondaires dont le géorgien n’est pas la langue maternelle, puissent étudier dans leur langue maternelle (article 4). La loi sur la langue officielle est en cours de négociation. La loi sur la presse et les médias de 1991 assure que chaque minorité nationale a le droit de recevoir et de diffuser de l’information dans sa propre langue (article 3).

71Des ONG, travaillant sur les problèmes des minorités et participant à l’élaboration de ces lois, ont proposé de donner le statut de langues non étatiques plutôt que de langues étrangères aux langues des minorités.

72La loi de 2005 sur l’Éducation générale spécifie que les citoyens de Géorgie dont la langue maternelle n’est pas le géorgien, ont le droit de recevoir l’éducation générale dans leur langue maternelle. Mais la loi précise que ces écoles suivent le nouveau cursus national qui oblige que l’enseignement de la langue et de la littérature, l’histoire et la géographie de la Géorgie, ainsi que les sciences sociales soit effectué en géorgien au plus tard pour l’année académique 2010-2011. Dans quelques écoles de Tbilissi, il existe une option d’enseignement de la langue kurde qui commence à la cinquième classe. La littérature en langue kurde est possible. Dans l’enseignement supérieur toutefois, c’est langue géorgienne qui doit être utilisée.

73Selon l’article 16 de la loi de 2004 sur la radio et télévision, la télévision est obligée de diffuser dans les langues minoritaires et de produire des programmes pour les minorités nationales. La radio diffuse des programmes kurdes 15 minutes par semaine. À Tbilissi, fonctionne le seul théâtre kurmandji au monde, ainsi qu’un orchestre. Il existe aussi plusieurs organisations kurdes et yézidis qui sont en relation avec les centres culturels de Bonn, Düsseldorf et Bruxelles, ainsi qu’avec d’autres organisations kurdes à Paris, Istanbul, Diyarbakir, Alep et Stockholm.

Le statut des langues kurdes hors de leur territoire

74Les Kurdes demandant la reconnaissance de leur identité et le droit d’étudier leur langue maternelle à l’école. Leur langue, comme cela vient d’être présenté, est peu protégée ou même interdite sur les territoires où ils vivent. La situation économique très difficile dans leurs régions d’origine, l’absence de droits politiques et culturels, les poursuites, les peines d’emprisonnement et la torture dont ils font l’objet, ont poussé les Kurdes à émigrer principalement vers l’Europe où leurs droits culturels sont reconnus. Le Conseil de l’Europe les défend et oblige la Turquie à respecter ses engagements vis-à-vis de l’Europe en l’amenant devant les tribunaux internationaux. De nombreux centres culturels dans tous les pays européens dénoncent les atteintes aux droits de l’homme qu’ils subissent en permanence et exercent des pressions sur les États-nations dont ils sont originaires. Certains centres proposent des cours de langue kurde afin que les Kurdes puissent être éduqués dans leur langue. Nous ne présenterons ici que les centres qui organisent de façon permanente des cours de kurde, qui font des recherches sur la langue et la littérature kurde et qui ont des sites internet accessibles en permanence et bien documentés (figure 4).

Figure 4 – Les langues kurdes en Europe

Figure 4 – Les langues kurdes en Europe

L’Institut kurde de Paris54

  • 54 http://www.institutkurde.org/institut/.

75En France, a été créé en février 1983 l’Institut kurde de Paris. C’est un organisme culturel indépendant, non politique et laïc, qui regroupe des intellectuels et artistes kurdes d’horizons divers ainsi que des occidentaux du monde kurde. Il a pour vocation d’entretenir la communauté kurde dans la connaissance de la langue, de son histoire et de son patrimoine culturel, de participer à l’intégration des immigrés kurdes et de faire connaître au public étranger les Kurdes, leur culture, leur pays et leur situation actuelle. Après 10 ans de fonctionnement en tant qu’association loi de 1901 (sans but lucratif), il a été reconnu, le 2 mars 1993, comme fondation d’utilité publique et reçoit, à ce titre, un financement de l’État français. Il reçoit aussi d’autres subventions publiques et privées, de l’Union européenne et d’autres États européens. Il organise des activités culturelles (rencontres débat, expositions, colloques, concerts, etc.), des cours de langue kurde (kurmandji et sorani), des cours de français pour jeunes adultes. Il accorde des bourses d’enseignement supérieur pour des étudiants kurdes de la diaspora non titulaires de la nationalité française ou de celle d’un pays de l’Union européenne et du Kurdistan.

76Il publie des revues. Actuellement, le Bulletin de liaison et d’information paraît mensuellement et est diffusé dans 85 pays. Kurmanci, un magazine linguistique illustré, paraît deux fois par an en kurde avec traduction en français, en anglais et en turc du lexique. La revue Études kurdes est une revue d’information et de recherche sur la société kurde. D’autres revues ont été suspendues faute de moyens financiers suffisants. Outre des livres de recherche, l’Institut publie aussi des manuels scolaires en kurde pour les écoles primaires et secondaires, des cassettes de musique traditionnelle kurde, des cassettes vidéo, des CD. Des livres ont été publiés avec le soutien de l’Institut.

77L’Institut possède la plus grande bibliothèque d’ouvrages kurdes sur la langue, sur la littérature, sur le Kurdistan. Il a été le premier à encourager le développement du dialecte dimili/zaza, parlé par près de 3 millions de Kurdes en Turquie. Enfin, l’Institut réunit deux fois par an les écrivains, linguistes et journalistes kurdes de la diaspora pour étudier ensemble les problèmes de terminologie moderne (Blau, 2007).

Kurdish Academy of Language (KAL) à Londres55

  • 55 http://www.kurdishacademy.org/(accès permanent).

78Il s’agit d’une ONG électronique (e-ONG), qui a été créée en 1992 sur des bases de volontariat indépendant comme un réseau mondial ouvert (KURDISTANICA network). Elle est financée par des particuliers. C’est une organisation indépendante, non partisane, non politique, sans but lucratif, consacrée à la diffusion de la connaissance sur et pour les Kurdes. Les membres possédant des expériences en linguistique et en technologie de l’information partagent leurs connaissances sur les questions linguistiques kurdes. Ils cherchent l’information, les solutions et s’orientent vers le futur pour une meilleure compréhension de la langue kurde avec un caractère pluricentrique mais avec un seul système d’écriture. En effet, la langue kurde n’est représentée dans aucun système de codage standard. Elle est représentée par trois systèmes d’écriture et donc trois logiciels sur ordinateur. Écrire en kurde est devenu le privilège d’une élite d’adultes qui a fait des études poussées.

79KAL, consciente de ces difficultés, cherche à développer un système d’écriture qui servira à tous les dialectes de la langue kurde. Le kurde doit devenir populaire et la première langue dans les familles kurdes, même si son utilisation peut être délictueuse dans les pays qui divisent les territoires kurdes, à savoir la Turquie, l’Iran et la Syrie. L’Irak a, pour l’instant reconnu le kurde comme langue officielle à égalité avec l’arabe. Le niveau d’analphabétisme dans les langues officielles (turc, arabe et persan) ainsi que dans la langue maternelle est particulièrement élevé chez les Kurdes. Cela peut être une chance pour les Kurdes de créer un système d’écriture accepté par tous et qui pourrait être utilisé pour une éducation nationale en langue kurde avec des bases plus solides. L’étude de la langue et de la littérature donnerait une base commune à près de 40 millions de Kurdes. L’utilisation d’un alphabet commun est le préliminaire à la standardisation d’une langue. Le futur du kurde dans un monde électronique dépendra de sa capacité à exprimer et à communiquer les besoins courants ainsi que les problèmes que rencontrent les personnes en le parlant. L’absence d’un système d’écriture unifié dans les différents territoires concernés, rend difficile toute publication dans l’une ou l’autre partie du Kurdistan.

80Ainsi, KAL a introduit un alphabet kurde unifié standard (Yekgirtú) basé sur la norme ISO-8859-1 internationale. Cet alphabet représente chaque son par une lettre, excepté pour les digrammes (TH, LL, RR, SH), évite les signes diacritiques difficiles à utiliser sur internet sans programme spécial (4 caractères avec des signes diacritiques : É, Í, Ú, Ù) et utilise comme base l’alphabet latin (ISO-8859-1 Latin1). Ce système facilite la communication sur internet et les publications en ligne, et rendra l’apprentissage du kurde plus populaire parmi les Kurdes.

L’Institut kurde d’Istanbul56

  • 56 http://enstituyakurdi.org/index.php?newlang=english.

81L’Institut kurde d’Istanbul a été créé le 18 avril 1992 par des intellectuels kurdes et turcs. Le but de l’Institut est d’examiner et de faire des recherches sur la langue, la littérature et l’histoire kurdes. Il travaille aussi à la standardisation de la langue et essaie de faire de la langue kurde une langue de science.

82Il vise à ouvrir des cours de langue kurde, afin d’encourager le kurde et de créer des occasions pour des stages et des bourses. Il vise aussi à former des enseignants kurdes experts en langue, histoire et littérature. Il souhaite établir un musée ethnographique kurde, un centre de documentation sur la culture et l’histoire kurdes.

83Depuis son ouverture, l’Institut a publié un nombre important d’ouvrages : quatre livres pour l’apprentissage du kurde à l’école primaire, 29 livres de contes et d’histoires, un livre d’étude, Le kurde moderne, qui présente la langue kurde en turc, en kurde et en anglais, un grand dictionnaire turc-kurde qui contient 40 000 mots, un grand dictionnaire kurde-turc de 131 000 mots et l’histoire de la littérature kurde. Il a également publié huit collections concernant la littérature folklorique orale, quatre recherches sur un important intellectuel kurde, Ahmedê Xanî, une étude sur le journalisme kurde, de la poésie kurde classique, un livre comprenant la présentation de 60 intellectuels populaires kurdes et un ouvrage sur des personnalités de la médecine avec leurs noms kurdes originaux. Un livre expliquant l’histoire de l’Institut en kurde, en turc et en anglais a aussi été publié.

84Plusieurs symposiums, conférences, séminaires et cours de langue dans le pays et à l’étranger ont été organisés par cet Institut. Une revue trimestrielle Zend rassemble les études réalisées par l’Institut.

85L’Institut kurde d’Istanbul a dû faire face à de dures difficultés depuis son ouverture. Dès le premier jour, la police a enlevé son panneau de signalisation. Après cinq mois de fonctionnement, le président fondateur, Musa Anter, a été assassiné à Diyarbakir par des gangs liés au gouvernement, malgré son grand âge (80 ans). Un grand nombre de procès ont été faits au président et aux dirigeants à cause de leurs discours. L’Institut a subi plusieurs descentes de police pour différentes raisons, le personnel a été dérangé très souvent, le matériel a été endommagé ou confisqué.

86En dépit du fait que l’Institut kurde d’Istanbul est une fondation académique, qui continue ses activités sur des bases légales et reçoit des invitations des fondations du gouvernement et du président de la République, il n’est toujours pas reconnu officiellement par le gouvernement et a du mal à poursuivre son œuvre. Bien qu’il travaille pour le bien public, des obstacles légaux l’empêchent de fonctionner en tant que fondation académique, mais il tente néanmoins de survivre.

87Les Kurdes ont pris une grande part dans la création de la République turque. Malgré cela, la langue, la culture et l’identité kurdes n’ont pas été reconnues et leur développement en a été empêché. L’Institut kurde d’Istanbul croit que la Turquie est un pays multilingue et multiculturel et que cette structure doit être protégée et développée. Cette structure est la richesse de l’Anatolie et c’est ce que l’Institut veut préserver et développer.

Le kurde en Suède

88Dès le début des années quatre-vingt, la Suède se construit nettement comme le refuge de la langue-identité et de la mémoire kurde, mais aussi comme l’espace de la création dans cette langue (Scalbert Yücel, 2006, § 2).

89La Suède, s’appuyant sur l’idée du bilinguisme actif, une réforme sur les langues et cultures d’origine (LCO) rend possible leur enseignement. Tous les élèves, qui ont une langue maternelle autre que le suédois et qui en font usage au sein de leur foyer, peuvent suivre des cours de LCO tout au long de la scolarité obligatoire (classe 1 à 9 du primaire et du secondaire, soit de 7 à 16 ans). Ces cours leur permettent d’acquérir des connaissances linguistiques approfondies ainsi que leur culture d’origine. Cet enseignement est tout à fait propice au travail de construction et de transmission de la mémoire (Scalbert Yücel, 2006, § 11). Environ 60 langues sont enseignées aujourd’hui en tant que langues maternelles en Suède, le kurde figure parmi les dix premières (Scalbert Yücel, 2006, § 12). Les enseignants sont formés à l’École normale de Stockholm. Il y aurait environ 200 enseignants de kurde en tant que LCO en Suède (Scalbert Yücel, 2006, § 14). Les deux langues principales enseignées sont le kurmandji et le sorani. La Suède est ainsi le seul pays européen à offrir aux enfants kurdes, des cours de kurde en tant que langue et culture d’origine.

90La Suède a été une pionnière en Europe en matière de politique linguistique pour démocratiser la langue kurde et offrir aux enfants kurdes immigrés des cours de kurde à l’école primaire, et ceci dès 1984, ainsi que l’apprentissage de leur identité, la lutte contre l’assimilation menée par l’État turc. Bien que les kurmandjophones soient plus nombreux que les soranophones en Suède, le nombre d’élèves suivant les cours de langues kurde est à peu près le même dans chaque groupe. Cela peut s’expliquer par l’assimilation des Kurdes de Turquie (majoritairement kurmandjophones) et qui ne voient pas l’intérêt d’apprendre leur langue maternelle qu’ils parlent très peu. À l’opposé, les soranophones, essentiellement originaires d’Irak ou d’Iran qui parlent leur langue quotidiennement, voient la nécessité de l’apprendre.

91Des activités parallèles sont développées comme l’édition et en particulier, l’édition du livre pour enfant. Un réseau associatif très dense se tisse en Suède et s’organise dès les années quatre-vingt en une fédération. Celle-ci joue le rôle de médiateur entre l’État suédois et les Kurdes. Elle a demandé en 1983, au ministère des Universités et de l’Enseignement supérieur, l’ouverture d’une section de kurde ce qui est fait immédiatement.

  • 57 http://www.dibistanakurdi.com (accès permanent).

92Il faut préciser que l’informatique joue un rôle important, puisqu’il existe aujourd’hui dans ce pays l’École kurde en ligne57 qui a été fondée en 2000 par un enseignant de kurde. Le premier but est de dispenser des leçons de kurde (alphabet, grammaire, plan de cours selon les âges, matériel d’enseignement, exercices de langue, données sur le Kurdistan, Newroz, culture, folklore, Kurdes dans le monde, contes, jeux, films, informations sur le dimili). L’École kurde en ligne peut être utilisée par les professeurs en classe, par les familles, par les enfants seuls avec leurs ordinateurs ou bien par les associations kurdes avec leurs membres. La Skolverket (Direction nationale des établissements scolaires) l’a élue projet pilote et s’est engagée à le soutenir. Aujourd’hui, la Mairie de la ville de Vasterås est devenue propriétaire de ce projet financé par l’État suédois. Ce projet est central sur le site Tema Modersmål (Thème Langue maternelle) de l’agence suédoise pour le progrès de l’école, qui inclut 18 autres sites internet préparés par les professeurs de LCO en Suède. Ce site a été récompensé par un prix de l’Union européenne pour son action en faveur du développement du multiculturalisme et du plurilinguisme (Scalbert Yücel, 2006, § 21). Ainsi cette école en ligne permet de s’affranchir des frontières internationales. Les enfants kurdes de tous les pays, y compris ceux de Turquie, peuvent y avoir accès. Ces classes incitent un petit public à la création littéraire qui se développe et reçoit le soutien de l’État.

93En effet, très tôt les maisons d’éditions et les revues kurdes en Suède ont bénéficié de financements publics. Les écrivains peuvent recevoir des aides à l’écriture depuis les années quatre-vingt. Ainsi, certains auteurs kurdes peuvent vivre de leur métier. Ces politiques encouragent le développement d’activités littéraires et linguistiques et la Suède est devenue le conservatoire de la langue kurde en Europe et le centre littéraire du kurmandji. Mehmet Uzun a été le premier auteur de roman en kurde à être publié en Suède, à partir de 1984, puis en Turquie. Le premier roman écrit par un Kurde résidant en Turquie, n’a été publié qu’en 1999. Ces auteurs résidant en Suède sont les premiers à être reconnus dans le champ de la littérature kurde. Ils sont reconnus non seulement dans la sphère kurde, mais aussi dans la sphère turque : ils sont aujourd’hui les seuls auteurs kurdes à être traduit en turc en Turquie.

Le kurde dans les médias en Europe

94Le fait que la/(les) langue(s) kurde(s) ne soit/(soient) pas standardisée(s) rend la communication difficile entre les Kurdes, y compris pour ceux d’un même pays. Selon l’Institut kurde de Paris, la majorité des Kurdes en Europe (85 %) sont originaires de Turquie. Cette majorité a subi l’assimilation et a appris le turc. Les hommes ont fait leur service militaire en Turquie et là, il n’y a pas de place pour la langue kurde. En Europe, la langue de communication entre les Kurdes qui ne sont pas du même district est le turc. Ainsi, une Turque de Malatya, arrivée en France, analphabète, dans une petite ville où il y avait seulement deux autres familles kurdes, mais de l’Anatolie centrale qui parlait un autre dialecte, et un grand nombre de familles turques, n’a pas eu d’autre choix que d’apprendre le turc pour pouvoir communiquer avec ses voisines kurdes et turques.

95Rien d’étonnant à ce que la langue de communication entre les Kurdes et la langue des médias kurdes écrits en Europe soit généralement la langue turque. En Suède, une partie des enfants de familles kurmandjophones choisissent souvent le turc plutôt que le kurmandji comme LCO. Ailleurs en Europe, les enfants kurdes n’ont pas le choix de la Langue et Culture d’Origine à l’école, puisque seuls des cours de turc sont organisés. Le kurde est parfois enseigné aux enfants dans des associations ou à Paris à l’Institut kurde en dehors de l’école publique.

  • 58 http://www.yeniozgurpolitika.org/.
  • 59 http://www.gundem-online.net/.

96Il existe des journaux kurdes mais en turc qui sont publiés en ligne sur internet. C’est le cas de Yeni Özgür Politika58 (Nouvelle Politique libre) qui est publié en Allemagne et qui a remplacé un autre journal Özgür Politika, interdit de publication pour incitation au terrorisme (pro-PKK). Un autre quotidien kurde en turc paraît en ligne Gündem-online59 (Ordre du Jour). Il est aussi publié en Allemagne. En Turquie, il existe un seul quotidien en langue kurde, Azidiya Welat (Pays libre), qui a son siège à Diyarbakır. Il est aussi sur internet mais rencontre les pires difficultés, il est régulièrement suspendu et en procès.

  • 60 http://www.kurdmedia.com.

97KurdishMedia.com United Kurdish Voice60 est autre journal kurde en ligne, en anglais, fournissant une information indépendante de tout parti et de toute organisation politique. Association à but non lucratif, il dépend de la générosité des donateurs. Il donne nouvelles et informations sur les Kurdes et le Kurdistan depuis le 4 mai 1998. Son siège est basé en Angleterre (Suffolk). Il annonce qu’il continuera ce qu’il a toujours fait : apporter une contribution positive à la paix, l’égalité et la stabilité dans tout le Kurdistan, développer une approche scientifique au problème kurde, y compris pour sa langue, ses arts et sa culture, créer de nouvelles approches pour le futur de la nation kurde dans un cadre international, créer une sphère pour les penseurs et les stratèges kurdes afin de pouvoir avancer sur le problème kurde, introduire les Kurdes, comme une nation civilisée, dans l’arène internationale et définir un état du « Kurdistan uni » comme une île de paix au cœur du Moyen-Orient.

Conclusion

98Les Kurdes, qui représentent le plus grand peuple sans État, sont donc, dans leur grande majorité, privés de l’apprentissage de leur langue maternelle, de leurs droits culturels quand ce n’est pas de leurs droits politiques, dans les pays où ils vivent : « Toutes les théories sur le nationalisme en conviennent : la langue est un facteur déterminant, sinon exclusif, de la formation d’une Nation : sans une langue, sans une culture sous-tendue par une langue, il n’y a pas de Nation » (Anderson, 1996, p. 77-91). La langue est le symbole par excellence. La langue évoque, exprime, se réfère à « quelque chose » en plus d’elle-même (Fishman, 1977, p. 25). Ce qui est exprimé dans sa propre langue va au-delà des mots ; derrière les mots il y a des symboles uniques pour chaque langue, c’est pourquoi, les Kurdes luttent pour la reconnaissance de leur langue.

99L’effet de textes imprimés sur la conscience nationale est de contribuer à créer une langue unifiée qui autorise une grande partie de la population à lire les mêmes productions et de s’identifier les uns avec les autres (Leoussi, 2001, p. 185). Mais c’est précisément ce qui a manqué aux Kurdes. Le kurde est une langue pluricentrique avec plusieurs versions standards, avec plusieurs systèmes d’écriture en fonction du pays. Aujourd’hui, grâce à internet, l’information circule très vite et la conscience d’une identité commune s’étend. Des siècles de répression et d’assimilation n’ont pas entamé leur identité. Celle-ci est clairement affirmée et défendue en Turquie où le problème kurde est enfin reconnu par l’État. La solution du développement économique prônée par la Turquie pour résoudre le problème kurde est loin d’être suffisante. La résolution de cette question passe par la reconnaissance des droits culturels, de la langue et le droit de l’apprendre à l’école publique. Politiquement, l’abaissement de la limite des 10 %, au niveau national, (la plus élevée au monde) pour qu’un parti politique puisse avoir des députés au Parlement est aussi demandé par tous les regroupements de Kurdes (Union des Communautés du Kurdistan ou KCK, la Confédération Démocratique du Kurdistan ou DTK). Cette limite a été établie afin d’empêcher, l’élection de députés au Parlement, représentant de petits partis et surtout, le parti pro-kurde. Jusqu’aux élections législatives de 2007, ce parti a obtenu moins de 7 % des voix. En 2007, les représentants du parti pro-kurde se sont faits élire en tant qu’indépendants. Ils ont ainsi évité la limite des 10 % et ont pu former un groupe au Parlement. La solution au problème kurde ne passe pas par les armes, mais elle implique un nouveau contrat social et politique qui cesse d’assimiler les minorités ethniques présentes en Turquie à des Turcs ethniques et reconnaisse l’identité de chacun des groupes. La liberté, la démocratisation de la Turquie, la paix dans toute la région est à ce prix.

  • 61 http://www.kurdishacademy.org/?q=node/37.

100Selon l’Académie kurde (Kurdish Academy)61, seulement une très petite partie de la langue kurde a pu être approfondie. Pour faire des recherches sur la langue kurde, un institut d’études kurdes doit être créé. Nulle part dans le monde, il n’existe un tel institut qui serait dédié à la kurdologie. Dans les trois universités du Kurdistan du sud (Dihok, Hawler et Suleymani) qui ont été établies et sont administrées par le gouvernement kurde dans la région autonome kurde, il n’y a même pas un département de kurdologie. Dans les universités européennes, il existe parfois des cours de langue kurde, de littérature et même d’histoire, mais jamais la kurdologie. La kurdologie implique l’étude de la langue kurde conduite dans ses dimensions historiques selon des principes scientifiques. Sans une comparaison minutieuse et systématique du kurde avec les langues dérivées du persan ancien, moyen et moderne, il n’existe pas de véritable kurdologie.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anderson Benedict (2002), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Blau Joyce (2007), La Langue et la Littérature kurdes, http://www.institutkurde.org/langue/(accès permanent).

van Bruinesse n Martin (1991), « Kurdish Society, Ethnicity, Nationalism and Refugee problems », in Kreyenboek Philip G. and Sper l (ed.) Stefan, The Kurds : a Contemporary Overview, New York, Routledge, p. 33-67.

van Bruinesse n Martin (1995), The Impact of the Dissolution of the Soviet Union on the Kurds, paper presented at the «International Conference on Islam and Ethnicity in Central Asia», St Petersburg, 14-18 October. http://www.let.uu.nl/~martin.vanbruinessen/personal/publications/Kurds_and_Soviet_Union.htm.

van Bruinessen Martin (1997), Constructions of ethnic identity in the late Ottoman Empire and Republican Turkey: The Kurds and their Others, paper presented at the workshop «Social identities in the late Ottoman Empire», Department of Middle Eastern Studies, New York University, March 8. http://www.let.uu.nl/~martin.vanbruinessen/personal/publications/index-text.html#articles#1.

Conseil de l’Europe, Parliamentary Assembly, Doc. 11006, (7 July 2006), The Cultural Situation of the Kurds. Report Committee on Culture, Science and Education. Rapporteur : Lord Russell-Johnston, Grande-Bretagne, Alliance of Liberals and Democrats for Europe. http://assembly.coe.int/Main.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc06/EDOC11006.htm (consulté le 30 avril 2010).

Fishman Joshua A. (1977), « Language and Ethnicity », in Gil e s Howard (ed.), Language, Ethnicity and Intergroup Relations, London/New York, Academic Press, p. 15-57.

Izady Mehrdad R. (1992), The Kurds: A Concise Handbook, Washington, D.C., Crane Russak, Taylor & Francis International Publishers.

Kreyenboek Philip G. (1991), « On the Kurdish language », in Kreyenboek Philip G. and Sper l Stefan (ed.), The Kurds : a Contemporary Overview, New York, Routledge, p. 68-83.

Leezenberg Michiel (1992), Gorani Influence on Central Kurdish : Substratum or Prestige Borrowing ? 19 p. Paper presented at the 1992 Conference on Bilingualism in the Iranian World, Bamberg, Germany. http://www.cogsci.ed.ac.uk/~siamakr/Kurdish/Papers/Leezenberg93/text.html (consulté le 23 avril 2010).

Leoussi Athena S. (ed.) (2001), Encyclopaedia of Nationalism, New Brunswick et Londres, Transaction Publishers.

Moreau Marie-Louise (éd.) (1997), Sociolinguistique. Concepts de base, Sprimont, Mardaga.

O’Shea Maria T. (2004), Trapped between the Map and Reality. Geography and Perceptions of Kurdistan, New York/Londres, Routledge.

Scalbert Clémence (2006), « Le rôle de la diaspora kurde en Suède dans l’émergence d’une littérature kurde contemporaine », Conférence internationale, Les Processus d’intégration des Kurdes dans les pays de l’Union européenne, organisée par l’Institut kurde de Paris avec le soutien du FASILD, 24 février.

Scalbert Yücel Clémence (2006), « La diaspora kurde en Suède. Conservation, production et diffusion d’un savoir linguistique », in European Journal of Turkish Studies, Thematic Issue, no 5, Power, Ideology, Knowledge - Deconstructing Kurdish Studies, http://www.ejts.org/document771. html (en ligne depuis le 3 août 2009, consulté le 22 août 2010).

Selimyan Gayane (2004), «Ethnic minorities in public administration in the Republic of Armenia: distant utopia or a tangible future?», Vilnius, Lithuania, May 13-15, (The 12th NISPAcee Annual Conference «Central and Eastern European Countries inside and outside the European Union: Avoiding a new divide». http://unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/nispacee/unpan018445.pdf.

Uçarlar Nesrin (2009), Between Majority Power and Minority Resistance: Kurdish Linguistic Rights in Turkey, Lund, Lund University, Sweden.

Virtanen Özlem Eraydin (2003), Recent Changes in Turkey’s Language Legislation, Mercator-Working Papers (11), Barcelona, CIEMEN, http://www.ciemen.org/mercator/pdf/wp11-def-ang.pdf (consulté le 26 juin 2010).

Sites web

Presse quotidienne

Hürriyet, Daily News & Economic Review : http://www.hurriyetdailynews.com/ (accès permanent).

Kurdishmedia.com, United Kurdish Voice : http://www.kurdmedia.com/ (accès permanent).

Milliyet Gazetesi : http://www.milliyet.com.tr (accès permanent). Today’s Zaman : http://www.todayszaman.com (accès permanent).

Autres sites (recherche)

Aménagement linguistique dans le monde : http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/ (accès permanent).

Conseil de l’Europe, rapports d’État : http://www.humanrights.coe.int/Minorities/Eng/FrameworkConvention/StateReports/Toc.htmKurdish Language, http://en.wikipedia.org/wiki/Kurdish_language (consulté le 2 avril 2010).

Kurdish-speaking population : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_Kurdish-speaking_population (consulté le 5 mai 2010).

Mercator, Droit et Législation linguistiques pour les minorités en Turquie (13 minorités citées dont les Kurdes) : http://www.ciemen.org/mercator/Menu_nou/index.cfm?lg=gb (accès permanent).

Official Language Research : http://www.usefoundation.org/view/31 (accès permanent) site à consulter pour l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Syrie, la Turquie.

Notes

1 Si la langue kurde avait été libre, elle aurait enrichi la culture turque. La même chose aurait été vraie pour les langues caucasienne, le syriaque et l’arabe. Alors que les Kurdes voulaient pratiquer librement leur langue et leur culture, l’État voyait cela comme une demande d’indépendance.

2 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 26/07/2009.

3 Pour les différentes estimations voir : http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/turquie_3kurdes.htm et http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/kurdistan.htm.

4 http://en.wikipedia.org/wiki/Kurdish_language.

5 Le traité de Lausanne de 1923 qui consacre le nouveau découpage du Moyen-Orient, oublie de délimiter un État kurde comme cela était prévu au traité de Sèvres de 1920, mais qui n’a pas été ratifié.

6 http://www.kurdishacademy.org/?q=node/159.

7 Pour voir l’arbre de la famille des langues iraniennes on peut se reporter à Izady (1992, p. 169) ou au site de l’Académie Kurde qui le présente en couleurs : http://www.kurdishacademy.org/?q=node/152 (consulté le 14 avril 2010).

8 http://fr.wikipedia.org/wiki/Kurde#Histoire_de_la_langue_kurde.

9 http://www.byegm.gov.tr/sayfa.aspx?Id=78 (consulté, le 2 mai 2010).

10 http://www.kurdmedia.com/article.aspx?id=13096 (consulté le 25/08/2010).

11 Hürriyet Daily News & Economic Review, 5/08/2008.

12 Today’s Zaman, 5/03/2010.

13 Today’s Zaman, 2/01/2010.

14 Hürriyet Daily News & Economic Review, 22/02/2010.

15 Today’s Zaman, 20/02/2010.

16 Hürriyet Daily News & Economic Review, 30/11/2009.

17 Hürriyet Daily News & Economic Review, 9/11/2009.

18 Hürriyet Daily News & Economic Review, 22/02/2010.

19 Hürriyet Daily News & Economic Review, 02/12/2009.

20 http://kurdkadini.org/kr (consulté le 15 avril 2010).

21 http://zimanuwejeyakurdi.org/english/(consulté le 25 août 2010).

22 Zaman, 24/09/2008.

23 Hürriyet Daily News & Economic Review, 24/03/2010.

24 Hürriyet Daily News & Economic Review, 30/06/2009.

25 Milliyet, 01/02/2010. Un parti doit en effet obtenir 10 % des voix à l’échelon national pour être éligible ; cette limite empêche le parti pro-kurde d’avoir des représentants au Parlement. Seuls les candidats se présentant sans étiquettes (indépendants) échappent à cette limite. C’est ce qu’ont fait les candidats pro-kurdes aux élections législatives de 2007 pour être élus. Ils ont ainsi réussi à former un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale.

26 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 07/09/2009.

27 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 26/01/2010.

28 Today’s Zaman, 18/09/2009.

29 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 16/10/2009.

30 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 09/07/2009.

31 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 29/09/2009.

32 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 26/11/2009.

33 Milliyet, 19/02/2010.

34 Hürriyet-Daily News & Economic Review, 10/08/2009.

35 http://www.kurdmedia.com/article.aspx?id=16393 (consulté le 25/08/2010).

36 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/syrie.htm.

37 http://www.servat.unibe.ch/icl/sy00000_html (consulté le 3 mai 2010).

38 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/iran.htm.

39 http://www.iranonline.com/iran/iran-info/government/constitution.html (consulté le 5 mai 2010).

40 Il s’agit de Serva à Ourmieh et Alvena à Téhéran, mais aucune à Mahabad, la capitale kurde.

41 http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/irak.htm.

42 http://www.uniraq.org/documents/iraqi_constitution.pdf (consulté le 5 mai 2010).

43 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/liban.htm.

44 http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/azerbaidjan2.pol-off.htm ; http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/azerbaidjan3.pol-min.htm.

45 http://www.president.az/azerbaijan/constitution?locale=en (consulté le 3 août 2010).

46 http://www.usefoundation.org/view/690 (accessibilité permanente).

47 http://www.humanrights.coe.int/Minorities/Eng/FrameworkConvention/StateReports/Toc.htm.

48 http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/asie/armenie.htm.

49 Ils habitent principalement dans les villages de Shamiram, Tlik, Sorik, Hakko, Giatlo, Barozh, Baisez, Avtona, Dian, Ghabaghtapa, Ria-Taza, Amre-Taza, Mirak, Sangiar, Shenkani, Alagiaz, Jamshlu, Ortachia, Derek, Avshen, Sipan and Zovuni, http://www.usefoundation.org/view/674.

50 http://www.president.am/library/constitution/eng/(consulté le 3 août 2010).

51 Cette disposition n’est valable que pour les Assyriens, les Kurdes, les Grecs et les Russes, les autres minorités étant trop peu importante. Ces minorités sont notées dans la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

52 http://www.usefoundation.org/view/674 (accessibilité permanente).

53 http://www.usefoundation.org/view/253 (accessibilité permanente).

54 http://www.institutkurde.org/institut/.

55 http://www.kurdishacademy.org/(accès permanent).

56 http://enstituyakurdi.org/index.php?newlang=english.

57 http://www.dibistanakurdi.com (accès permanent).

58 http://www.yeniozgurpolitika.org/.

59 http://www.gundem-online.net/.

60 http://www.kurdmedia.com.

61 http://www.kurdishacademy.org/?q=node/37.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les unités administratives du Kurdistan contemporain
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 2 – Les différentes variétés dialectales du kurde
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 3 – Position de la langue kurde selon les pays
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Figure 4 – Les langues kurdes en Europe
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search