Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

Langue, espace et pouvoir

Les enjeux territoriaux et culturels de l’aménagement linguistique en Trentin-Tyrol du Sud, de la période fasciste à nos jours

Hélène Contencin

Zusammenfassung

La région Trentin-Tyrol du Sud (Italie) constitue un terrain de recherche pertinent pour étudier l’aménagement linguistique, c’est-à-dire l’organisation linguistique dans un territoire donné. Un rappel historique met l’accent sur la conception fasciste du territoire national comme un espace centralisé produit par un territoire, un peuple et une langue unique, d’où l’« italianisation » du Tyrol du Sud, renforcée par la migration intérieure. Jusqu’aux années quatre-vingt-dix, une certaine indifférence est marquée par rapport à la question des minorités linguistiques. Un revirement se produit ensuite dans la province de Trente, avec la reconnaissance des minorités linguistiques qui envoie une image positive de la province. En amont des décisions en matière d’aménagement linguistique se dessinent des représentations territoriales, mais aussi des enjeux politiques et économiques et, en aval, des impacts territoriaux et culturels conséquents.

The Trentino-Südtyrol region (Italy) is a relevant area of research in the study of linguistic development, that is to say the organisation of languages in a given territory. A historical reminder will put the emphasis on the fascist conception of the national territory as a centralized space defined only by its territory, people and language. Hence the “Italianisation” of Southern Tyrol strengthened by internal migration. Until the 1990s little concern for the matter of linguistic minorities was shown. Then a shift occurred in the Province of Trento with the recognition of linguistic minorities, which convey a positive image of the region. Before decisions regarding linguistic planning are taken, territorial representations should emerge and political and economical aspects are also at stake. Following these, substantial territorial and cultural aspects are to be taken into account.

Volltext

1La région Trentin-Tyrol du Sud est une des vingt régions italiennes, et plus particulièrement une des cinq régions dites « autonomes » ou « à statut spécial ». Sa position au cœur des Alpes et sa fonction de passage en firent un lieu de communication et de brassage dès l’Antiquité, et son caractère très montagneux permit, par la suite, la survivance de véritables isolats linguistiques.

2Ces deux éléments ont produit en grande partie la diversité linguistique actuelle. Ainsi, sur une population d’un peu moins d’1 million de personnes en 2003, on peut constater, à l’échelle régionale, l’existence de trois minorités germanophones : les germanophones du Tyrol du Sud, de loin très majoritaires, les Mochènes et les Cimbres représentant ensemble moins de 1 500 personnes, et d’une minorité de langue rhéto-romane : la minorité ladine, représentant un peu moins de 10 % de la population de cette région. Cette diversité-ci est elle-même à l’origine du statut d’autonomie accordé par l’État italien en 1948 à la région, puis en 1972 aux provinces de Trento et Bolzano/Bozen.

3La variété des situations linguistiques, mais aussi le grand nombre des politiques linguistiques qui ont été menées dans la région en font un terrain de recherche idéal pour qui s’intéresse aux problématiques liées à l’aménagement linguistique. Celui-ci est défini par Christiane Loubier comme « l’organisation des situations sociolinguistiques qui résulte de l’autorégulation et de la régulation externe de l’usage de la langue au sein d’un espace social donné » (Loubier, 2002) ; nous en retiendrons ici une définition abrégée, à savoir l’organisation de la situation linguistique sur un territoire donné.

4Si l’on étudie les différents types d’aménagement linguistique menés dans la région depuis l’arrivée au pouvoir de Mussolini, il apparaît clairement que la plupart des décisions furent fortement influencées par des critères territoriaux et par des représentations territoriales, et, qu’en retour, la mise en place de l’aménagement linguistique eut souvent un impact conséquent sur l’organisation du territoire ainsi que sur sa perception par les populations locales…

L’aménagement linguistique fasciste et l’importance des représentations territoriales

La conception fasciste du territoire et de la langue

5Le système fasciste concevait le territoire national comme un espace centralisé à l’extrême autour de la capitale, Rome, et la nation comme le produit de trois éléments : un territoire, un peuple et une langue unique. Dans ce contexte de centralisation extrême – qui excluait toute autonomie régionale ou locale – l’acteur majeur de l’aménagement linguistique devait naturellement être l’État.

6Une première particularité de l’aménagement linguistique fasciste fut certainement son aspect « global » : il combinait en effet « action sur la langue » (avec pour but la « purification » de la langue italienne en la standardisant, en limitant l’usage des dialectes et en la protégeant de toutes les influences extérieures afin de préserver son « italianité ») et « action sur les langues » (avec pour but l’éradication pure et simple de toute autre langue que l’italien sur le territoire national).

7Nous laisserons de côté l’action sur la langue en tant que telle (Klein, 1986) et nous nous intéresserons davantage à l’action sur les langues, qui concerne plus directement les minorités linguistiques de la région. Cependant, il convient de signaler que les habitants du Trentin, qui parlaient un dialecte vénitien ou lombard, furent également concernés par la politique fasciste d’uniformisation de la langue italienne.

Le démantèlement des structures traditionnelles

8Pour italianiser plus facilement le Tyrol du Sud, Mussolini, en s’appuyant sur les travaux d’Ettore Tolomei, réunit le Haut-Adige et le Trentin en une seule région, afin de noyer la minorité germanophone dans un ensemble majoritairement italophone. De même, le domaine linguistique ladin fut divisé en trois parties, rattachées chacune à une province différente : la province de Belluno, la province de Trento et la province de l’Alto Adige.

9Ce réaménagement des entités administratives eut des conséquences durables : le découpage administratif mussolinien prévaut encore aujourd’hui, ce qui est notamment à l’origine des grandes difficultés linguistiques et politiques rencontrées par les Ladins. Par la suite, Mussolini s’attaqua à la structure même de référence des minorités locales en plaçant des hommes du régime à la tête des communes (Gatterer, 1968).

La dépossession du territoire et la perte des repères quotidiens

10La question est souvent posée par les juristes : où se situent les limites entre l’usage privé de la langue et son usage public, et jusqu’où la loi peut-elle régir la pratique d’une langue ? Dans le cas fasciste, la réponse est simple : des inscriptions sur les tombes aux panneaux de signalisation, tout fut régi par des lois linguistiques. Concrètement, pour les populations locales, l’italien était présent partout : sur les affiches (Déc. Préf. 26/11/1922 et Déc. Préf. 28/10/1923 no 14718 sur les inscriptions publiques), dans les gares, sur les plaques des rues, gravé sur les statues à la gloire de Mussolini et même sur les tombes de leurs proches (Déc. Préf. 16/11/1927 no 7622). D’autres lois linguistiques fascistes imposaient également l’usage de la langue italienne à l’école ainsi qu’une toponymie italienne. Tout ceci modifia donc profondément les repères quotidiens des minorités locales et occasionna chez elles un fort sentiment de dépossession de leur propre territoire.

11De fait, comme l’a souligné Béatrice Collignon lors de son intervention durant la journée d’étude « Langues et Espaces » du 9 mars 2007 à Pessac, modifier la toponymie d’un territoire, c’est sous-entendre que les populations présentes sur ce territoire « ne font que passer par là », et donc nier l’histoire qui les lie à ce même territoire.

12L’impact de ce sentiment de désappropriation fut conséquent : la question de la toponymie constitua pendant longtemps un sujet sensible au Tyrol du Sud, et possède aujourd’hui encore une importance relative dans les débats politiques. D’une certaine manière, on peut également considérer que ce sentiment de dépossession de leur propre territoire fut à l’origine de la politique intense de protection du patrimoine menée par les germanophones du Tyrol du Sud dès l’octroi de l’autonomie provinciale.

Aménagement linguistique et aménagement du territoire

13Mussolini écrit au préfet de Bolzano le 15 janvier 1927 :

  • 1 « En une décennie, il est nécessaire de pousser au maximum l’italianisation de la région et donc d (...)

In un decennio bisogna spingere al massimo l’italianizzazione della regione e quindi alterarne profondamente e durevolmente il carattere fisico, politico, morale, demografico ; cioe sostuire o almeno mescolare all’attuale maggioranza tedesca, una maggioranza italiana o una minoranza fortissima che tolga alla regione il carattere che oggi ha, e che è prevalentemente tedesco1 (Peterlini, 2000, p. 70).

14Il est intéressant de noter le lien que fait ici Mussolini entre aménagement linguistique et aménagement du territoire. De fait, la politique fasciste de colonisation linguistique du territoire ne pouvait se faire sans une large politique d’aménagement du territoire, et ce pour de nombreuses raisons.

15Pour rendre le Tyrol du Sud attractif pour les populations italiennes, il s’agissait de leur fournir un emploi sur place, ce qui demanda la construction de grands complexes industriels, comme celui de Sinich près de Meran en 1926, et surtout comme celui de Bolzano en 1935, qui fournissait à l’époque 6 000 emplois aux italophones (Boislaroussie, 1987). L’impact territorial de l’implantation de ces industries fut conséquent puisque, aujourd’hui encore, les principaux sites industriels de la province de Bolzano/Bozen se situent en périphérie des villes où réside la majorité des italophones. Les représentations territoriales des populations locales quant à elles se cristallisèrent dès lors autour des oppositions symboliques ville/campagne, industrie/agriculture et italophones/germanophones.

16Pour acheminer des italophones au Tyrol du Sud il fallut également développer la construction de voies de communication (dont un projet de ligne de chemin de fer Milan/Males et la construction d’une grande partie des routes actuelles du Tyrol du Sud). Enfin, pour loger les italophones qui travaillaient dans les industries et les fixer sur place afin d’« italianiser » plus profondément le Tyrol du Sud, de grands programmes d’aménagement urbain furent développés.

17Attardons-nous sur deux exemples diamétralement opposés de logements proposés aux populations italophones : les semi-rurali et les logements collectifs… Les semi-rurali (petits pavillons avec jardin) constituaient un type d’habitat tout à fait original, et possédaient une fonction bien spécifique. La première vague de main-d’œuvre à laquelle Mussolini avait fait appel pour « italianiser » le Tyrol du Sud venait principalement des milieux ruraux du Trentin et de Vénétie. Or il s’agissait, bien entendu, de loger cette première vague de migrants, mais plus encore de la fixer durablement sur les terres à « coloniser ». Le choix de la construction des semi-rurali peut paraître en effet paradoxal si on écarte cette volonté de coloniser durablement : pourquoi ne pas construire plutôt de grands ensembles afin de loger le plus d’italophones possibles, pour inverser plus rapidement le rapport numérique entre les communautés linguistiques ? Ces semi-rurali avaient de fait le double avantage de servir à héberger les populations qui travaillaient à l’Aciera di Bolzano toute proche, et de « reconstituer » une sorte d’habitat rural assez proche de celui que les populations récemment immigrées auraient pu trouver dans leurs régions d’origine. Ceci avait pour but d’éviter une rupture trop forte pour les populations avec leur mode de vie antérieur (plus orienté vers l’agriculture), et de rendre ainsi leur enracinement plus rapide en limitant le temps d’adaptation à leur nouvel environnement.

18Par la suite, pour accélérer l’afflux d’italophones, les logements construits furent plutôt des immeubles d’habitat collectif. La portée symbolique de ces logements collectifs fut conséquente pour les populations germanophones, et celles-ci les assimilèrent fortement à la menace de colonisation : les logements collectifs furent notamment la cible d’un certain nombre d’attentats dans les années soixante, puis l’objet d’une législation très spécifique dès l’obtention du Pacchetto et restent aujourd’hui encore au cœur des débats politiques.

Le choix extrême de l’option : la langue ou le territoire

19La colonisation du territoire par les italophones progressa rapidement, mais pas assez au goût de l’État fasciste : en effet, seules les grandes villes possédaient une majorité d’italophones, le reste du territoire restant majoritairement germanophone.

Tableau – L’évolution de la population italienne au Tyrol du Sud (1900-1961)

Année

Résidents italiens

Pourcentage de la population totale du Tyrol du Sud

1900

8 916

4 %

1910

7 339

2,9 %

1921

27 048

10,6 %

1961

128 271

34,3 %

Source : Peterlini, 2000, p. 157.

20Suite à ce constat, et pour stabiliser la situation à la nouvelle frontière avec le Reich, l’État fasciste opta donc pour une solution extrême : déplacer la population germanophone hors de sa région d’origine. En 1939, Mussolini imposa donc aux populations germanophones du Tyrol du Sud, en accord avec Hitler, de choisir entre rester en Italie ou rejoindre le Reich. Cet accord prit le nom d’« Option ».

21Si les données sont peu précises sur le nombre d’« optants », on trouve de nombreuses références dans les textes au traumatisme que ce choix forcé causa chez les germanophones. D’abord un déchirement pour ceux qui abandonnèrent leur territoire pour le Reich, puis des tensions au sein d’une communauté qui avait toujours été soudée par le passé…

22Si Mussolini réussit à constituer la minorité italophone « importante » qu’il souhaitait au Tyrol du Sud, ainsi qu’à modifier profondément la structure et l’organisation même du territoire, celui-ci ne fut cependant pas italianisé de manière uniforme (les campagnes sont encore quasi exclusivement germanophones aujourd’hui) et les langues minoritaires locales résistèrent plutôt bien. Mais les conséquences d’ordre psychologiques de l’aménagement linguistique fasciste furent importantes…

L’aménagement linguistique sud-tyrolien de l’après-guerre à aujourd’hui : le poids de l’histoire et le maintien des clivages culturels et territoriaux

L’impact de la période mussolinienne sur la perception de l’échelle régionale et sur les rapports intercommunautaires

23Avant même que la communauté germanophone ne réalise que le fonctionnement de l’autonomie régionale ne se faisait pas à son avantage, et ne lutte pour obtenir une autonomie provinciale, l’échelle régionale faisait déjà l’objet de représentations très négatives : le choix par Mussolini de la région Trentino-Alto Adige comme un moyen de « noyer » les germanophones dans un ensemble italophone vingt ans plus tôt avait en effet rendu celle-ci suspecte aux yeux des sud-Tyroliens.

24L’échelle régionale aurait pourtant pu être vue d’une toute autre manière : ainsi, de nombreux programmes développés entre 1945 et 1948 suggérèrent la région comme cadre territorial dans le but de réunir et réconcilier les populations italophones et germanophones dans un même ensemble au lieu de les séparer (Garbari et Zaffi, 2006).

25Les clivages politiques et territoriaux semblent avoir débuté dès la deuxième moitié du XIXe siècle, au cours de l’unification italienne (Corsini, 1994, ensuite, la période fasciste, puis l’occupation nazie ont renforcé ces clivages. Aujourd’hui encore, on note une totale indifférence de chacune des deux provinces vis-à-vis de l’autre, voire une certaine hostilité (la province de Bolzano/Bozen a, par exemple, récemment tenté d’exclure le Trentin du projet du tunnel du Brenner).

26En revanche, au sein même de la politique fasciste de colonisation du territoire, a bel et bien été créé un nouveau clivage au sein de la province de Bolzano/Bozen : celui entre les italophones nouvellement arrivés au Tyrol du Sud et les germanophones. Les immigrés italiens furent immédiatement perçus comme des colons et détestés par les germanophones.

La protection de la langue et la réattribution symbolique du territoire

27Avant 1972, le Tyrol du Sud ne disposait pas des moyens de mettre en œuvre les politiques linguistiques développées par ses élites politiques, car seule la région possédait les pouvoirs effectifs. Avec l’octroi, par l’État italien, du Pacchetto en 1972, les germanophones du Tyrol du Sud obtinrent les moyens de mettre en œuvre leurs projets en matière de protection de la langue.

28Par exemple, on peut percevoir la volonté d’éviter de nouvelles tentatives d’assimilation dans l’article 2 du statut qui renvoie à la notion de « sauvegarde » des « particularités ethniques et culturelles ». L’article 25 du statut, quant à lui, est le reflet de la peur de la « submersion » du groupe germanophone héritée de la période mussolinienne : il stipule notamment qu’il est nécessaire d’avoir résidé quatre ans dans la province de Bolzano/Bozen pour pouvoir y voter (pour comparaison, avoir résidé un an dans la province de Trente suffit pour y voter). Enfin, la proportionnelle ethnique, ou Proporz, entrée en vigueur en 1976, garantit la représentation proportionnelle des groupes linguistiques dans les emplois publics, comme dans l’attribution de logements sociaux, en se basant sur les recensements des groupes linguistiques. Elle vise à « réparer », en quelque sorte, les injustices dont la minorité germanophone avait été victime durant la période fasciste (Mussolini avait réservé aux italophones les emplois administratifs et l’accès aux logements sociaux) jusqu’aux années soixante. L’article 101 du statut, quant à lui, institutionnalise une toponymie bilingue et réattribue ainsi, symboliquement, son territoire à la minorité germanophone.

Le maintien direct ou indirect des clivages spatiaux et culturels

29Dans les années qui suivirent l’attribution du Pacchetto, la province prit une série de décisions concernant l’aménagement montagnard et le développement de services en montagne combinées à des mesures provinciales afin de développer le tourisme, l’artisanat et la petite industrie dans les zones rurales. S’il faut y voir la volonté d’assurer la reconversion de l’agriculture de montagne, il faut aussi y voir la volonté de maintenir les populations germanophones dans les espaces ruraux. Ainsi, pour le parti au pouvoir (le Südtiroler Volkspartei), il s’agissait d’empêcher que les campagnes germanophones se vident au profit des villes qui sont vues comme des lieux de perte de l’identité culturelle et de potentielle assimilation linguistique. Aujourd’hui, on peut constater la réussite économique de cette politique de subventions et d’aménagement du territoire, ainsi que sa réussite en terme de maintien des populations rurales germanophones sur place.

30Les communes à majorité germanophone, quant à elles, ont souvent freiné la construction de grands ensembles pour éviter l’installation d’italophones. En effet, les italophones rechignent à s’installer seuls dans des communes très majoritairement germanophones, mais si des logements collectifs sont construits, ils ont la possibilité de reconstituer un groupe conséquent. Cette politique a notamment été menée par les communes germanophones autour de Bolzano/Bozen et a contribué à bloquer l’extension urbaine en taches d’huile autour de la capitale provinciale. Des immeubles ont certes été construits dans ces communes, mais la priorité a été donnée à la construction d’un nombre réduit de logements et de volume plutôt réduit, afin de contrôler la structure linguistique de la population.

31En revanche, la commune de Laives/Laifers, italophone de longue date, concentre une part importante du parc immobilier social des environs de Bolzano/Bozen.

Le revirement récent de la politique linguistique de la province de Trente : le poids du contexte national et international

De l’après-guerre aux années quatre-vingt-dix : un aménagement linguistique « par omission » ?

32Du fait de son passé au sein d’un ensemble linguistique hétérogène – l’Empire austro-hongrois – le Trentin aurait pu développer une forte sensibilité aux problèmes minoritaires comme ce fut le cas, par exemple, pour les sud-Tyroliens qui, dès qu’ils obtinrent une autonomie effective, promulguèrent des lois assurant la protection des germanophones, mais aussi des Ladins.

33En fait, au XIXe siècle, la phase irrédentiste du Trentin semble avoir plutôt renforcé la volonté de la majorité de la population italophone d’être reconnue comme « italienne » avant tout, et cela au détriment des minorités linguistiques présentes sur son territoire. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Trentin tint un discours mettant l’accent sur l’« italianité » afin, surtout, de rassurer l’État italien sur les intentions politiques de la province ainsi que sur la loyauté de sa population, ou encore afin de conforter le projet de région associant les provinces de Trente et Bolzano/Bozen. Par la suite, l’absence d’intérêt des élites politiques, ainsi que le manque de cohésion politique des minorités locales prolongèrent l’indifférence à la question des minorités linguistiques jusqu’aux années quatre-vingt-dix…

34Une question mérite d’être posée : peut-on parler d’aménagement linguistique lorsque les pouvoirs publics sont indifférents aux minorités présentes sur leur territoire et lorsqu’ils ne cherchent ni à éliminer, ni à valoriser une spécificité linguistique ? Si l’on se réfère à Christiane Loubier, dans son article en ligne sur les fondements de l’aménagement linguistique, il s’agit d’une stratégie « par omission ». Ainsi, d’après elle, « tout État endosse une politique linguistique, même en n’intervenant pas officiellement sur l’usage de la langue ou des langues sur son territoire » et de ce fait, il développe une politique linguistique « [s’appuyant] sur un état de fait », qui finalement correspond au « choix implicite d’une langue comme instrument et comme moyen d’expression d’une communauté ».

35Dans le cas du Trentin, cette définition semble bien s’appliquer car l’absence de reconnaissance et de protection des minorités a en effet abouti à un recul des spécificités linguistiques au bénéfice implicite de la langue nationale. Il est clair que cette politique de non-intervention linguistique a été à l’origine d’un certain nombre de clivages spatiaux et culturels.

Le manque de revendications de la part des minorités linguistiques concernées

36En plus du désintérêt des pouvoirs publics, on peut souligner la quasi-absence de revendications de la part des minorités linguistiques du Trentin. De fait, celles-ci ne possédaient pas les atouts de la communauté germanophone du Tyrol du Sud.

37Les minorités linguistiques du Trentin ne firent pas, à la différence du Tyrol du Sud, référence à une « Nation-mère », alors que dans le règlement du « conflit » de cette région, l’Autriche joua un rôle important. De plus, contrairement à la minorité germanophone du Tyrol du Sud, les minorités du Trentin sont très peu nombreuses et en voie partielle d’assimilation (le recensement de 2003 donne 9 237 Ladins, 1 003 Mochènes et 296 Cimbres ; en regard, 296 461 habitants du Tyrol du Sud se déclarent germanophones au recensement de 2001…). Enfin, les minorités du Trentin ne constituèrent pas une formation politique de rassemblement (Sammelpartei) qui aurait pu porter plus clairement leurs revendications, comme le SVP (Südtiroler Volkspartei) pour les minorités germanophone et ladine au Tyrol du Sud (le PATT (Partito Autonomista Trentino Tirolese) aurait pu jouer éventuellement ce rôle par défaut, même si sa vision de l’autonomie ne reposait pas sur une revendication linguistique).

38On peut imputer l’ensemble de ces éléments au manque de communication qui perdure encore entre les minorités linguistiques du Trentin. Tout d’abord, il faut signaler que ces communautés sont géographiquement assez dispersées. De plus, les dissensions politiques entre ces communautés étaient et sont encore fréquentes, notamment entre les Cimbres et les Mochènes : les membres de la communauté cimbre sont plutôt « rouges » et les Mochènes plutôt démocrates-chrétiens… Un exemple récent de cette difficulté à travailler ensemble est l’éclatement, en 2004, de l’Institut culturel mochéno-cimbre en deux instituts séparés…

39Cependant, si la solidarité a pu faire défaut entre les communautés linguistiques de la province de Trente, des liens existèrent entre les germanophones du Tyrol du Sud et les minorités germanophones du Trentin : celles-ci bénéficièrent notamment d’aides financières et de l’apport de supports pédagogiques.

Les clivages territoriaux et culturels engendrés par des décennies d’indifférence

40Aujourd’hui encore, les habitants du Trentin s’intéressent peu à la question des minorités linguistiques, et leur mauvaise connaissance de la question des minorités est une première conséquence de la politique linguistique de statu quo qui fut celle de la province de Trente des décennies durant. On peut avoir un bon indicateur de cette méconnaissance via le compte rendu d’une enquête réalisée en 2006 à l’initiative de la Province de Trente intitulée I sentieri dell’identità Cimbri, Ladini, Mòcheni visti da Trentini indagine sulla percezione delle minoranze linguistiche da parte della popolazione trentina (Abbruzzese et Girardi, 2006). Cette enquête fait apparaître qu’il existe aujourd’hui un véritable clivage spatial entre ces minorités et les habitants du Trentin ne résidant pas à proximité des îlots linguistiques ladins et germanophones, et que l’identification de minorités sur le territoire du Trentin est la plus forte au sein des catégories socioprofessionnelles aisées.

41Parmi les facteurs explicatifs d’un niveau d’identification des minorités étroitement lié au degré de proximité géographique avec les îlots linguistiques, l’absence d’émissions radiotélévisées ainsi que d’une politique régionale d’information sur le pluralisme linguistique et culturel du Trentin ont certainement pesé. La minorité ladine semble mieux connue, car numériquement plus importante et plus médiatisée.

42Une autre conséquence importante de l’absence de reconnaissance de la part de la province de Trente, combinée aux mutations de l’agriculture de montagne, fut la dispersion de la minorité cimbre. Ainsi, les années soixante et soixante-dix virent l’installation définitive d’une partie de ce groupe linguistique dans d’autres provinces ou d’autres pays. Aujourd’hui, la grande majorité du groupe germanophone cimbre est implantée hors du foyer historique de Luserna/Lusern : on trouve des Cimbres dans les villes de Trente et Rovereto, au Tyrol du Sud, en Allemagne ou en Autriche. Seule une protection de cette minorité combinée à un développement autocentré auraient pu ralentir sa dispersion…

Le revirement récent de la politique linguistique menée par la province de Trente

43À partir des années quatre-vingt-dix, la province de Trente développa un nouveau rapport à ses minorités et promulgua un grand nombre de lois afin de les protéger et de les valoriser. Comment expliquer ce changement brutal dans la politique du Trentin ? Par le poids du contexte politique national et international.

44La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et, plus généralement, le contexte européen des années quatre-vingt-dix qui fit de la reconnaissance et de la protection des minorités linguistiques un enjeu significatif, exercèrent une forte influence sur la prise en compte de la diversité linguistique par la province de Trente.

45Les années quatre-vingt-dix furent donc marquées par des avancées importantes en matière de législation provinciale, notamment dans les domaines de l’éducation, de l’administration et des médias. Ainsi, la loi no 4 de 1997 assure l’enseignement du ladin, le décret 582 de 1993 réglemente l’usage des langues minoritaires dans les rapports avec l’administration publique et dans les actes juridiques, et la loi no 592 de 1993 concerne les transmissions en langue minoritaire. En outre, en 1993, un fond de 500 millions de lires (soit environ 260 000 euros) fut débloqué en faveur des minorités cimbre, ladine et mochène.

46La loi-cadre nationale de 1999 sur la protection des minorités nationales fut également d’une grande importance pour les minorités de la province de Trente, car elle contribua à lancer une deuxième vague de lois linguistiques provinciales. Ainsi, la loi provinciale no 4 de 1999 pour la protection des populations de langues minoritaires de la province de Trente est un bon exemple de l’influence des orientations données par la loi-cadre nationale sur la juridiction provinciale. Cette loi provinciale aboutit notamment au recensement des minorités linguistiques de la province de Trente ainsi qu’à la création d’un « Service provincial pour la promotion des minorités linguistiques locales » (Servizio per la promozione delle minoranze linguistiche locali).

47Par la suite, durant les années 2000, la dynamique lancée par la loi-cadre nationale encouragea la mise en place d’un cadre juridique provincial. On peut prendre l’exemple de la loi provinciale de 2002 sur les transmissions en langue minoritaire, celui de la loi de 2004 qui permet l’adoption dans les localités concernées de la toponymie mochène ou cimbre ou encore celui de la loi no 7 de 2004 sur l’enseignement. De plus, la province mena une politique de standardisation de la langue mochène afin de rendre son enseignement possible à l’école (les membres âgés de la communauté mochène rencontrés lors des recherches sur le terrain semblaient d’ailleurs assez intrigués par cette « nouvelle langue », mais parvenaient à la comprendre sans grandes difficultés).

Une reconnaissance pragmatique et peu coûteuse…

48Aujourd’hui, les habitants du Trentin s’identifient à l’État italien, aussi bien politiquement que culturellement, notamment suite au brassage de populations dû à l’immigration en provenance d’autres régions italiennes. Mais le contexte politique national et international n’est plus le même que dans les années soixante, et le Trentin trouve aujourd’hui un certain nombre de raisons de reconnaître, protéger et valoriser ses minorités linguistiques.

49Tout d’abord, en reconnaissant la présence de minorités sur son territoire et en les protégeant très largement, le Trentin se distingue de ses régions voisines dites « à statut ordinaire ». La reconnaissance de ses minorités lui permet donc de garantir dans la durée la conservation de l’autonomie régionale alors que la sphère d’intervention de la région se réduit comme peau de chagrin depuis 2001. De plus, dans le contexte politique actuel, la protection des minorités linguistiques est valorisante et renvoie une image positive de la province de Trente. Enfin, la reconnaissance et la protection des minorités coûtent peu à la province, et cela dans tous les sens du terme : les minorités concernées sont peu nombreuses et ne représentent donc aucune menace de dislocation pour la région, et les financements accordés pour la préservation des langues et cultures locales restent très modestes.

50En définitive, au-delà des calculs politiques et des contraintes nées d’une mise à jour des orientations en matière de protection des minorités du Trentin, un réel changement dans la perception de ces minorités est peut-être en cours…

51Le contexte européen actuel quant à lui et notamment la multiplication des coopérations transfrontalières, fait également de ces minorités des atouts politiques et des médiateurs culturels potentiels. Et l’utilisation à vocation touristique de la différence linguistique a de beaux jours devant elle…

Literaturverzeichnis

Références bibliographiques

Abbruzzese Salvatore et Girardi Sabrina (2006), I sentieri dell’identità Cimbri, Ladini e Mòcheni visti dai Trentini: indagine sulla percezione delle minoranze linguistiche da parte della popolazione trentina, Trente, Provincia autonoma di Trento.

Bernardini Fulvio et al. (2001), Minoranze linguistiche : aspetti storico-giuridici, Lecce, Pensa Multimedia.

Boislaroussie Jean-Jacques (1987), « Haut-Adige/Tyrol du Sud : une minorité face à l’État, la conquête de l’autonomie régionale », Notes de recherche du Centre de Recherche sur l’Industrie et l’Aménagement, Paris, Université Paris 1-Sorbonne.

Corsini Umberto (1994), Problemi di un territorio di confine  Trentino e Alto Adige dalla sovranità austriaca all’accordo De Gasperi-Gruber, Trente, Comune di Trento.

Freschi Louis (1987), Le Haut-Adige – Tyrol du Sud : autonomie et développement, Grenoble, Les Cahiers de l’Alpe.

Garbari Maria et Zaffi Davide (2006), Autonomia e federalismo nella tradizione storica italiana e austriaca : atti del Convegno di studio Il concetto di autonomia e di federalismo nella tradizione storica italiana e austriaca : Trento, 26 maggio 1995, Trente, Società di studi trentini di scienze storiche.

Gatterer Claus (1968), Im Kampf gegen Rom: Bürger, Minderheiten und Autonomien in Italien, Vienne, Europa.

Klein Gabriella (1986), La politica linguistica del fascismo, Bologna, Il Mulino.

Peterlini Oskar (dir.) (2000), Autonomia e tutela delle minoranze nel Trentino-Alto Adige: cenni di storia e cultura, diritto e politica, Bolzano, Trente, Consiglio regionale del Trentino-Alto Adige, Ufficio di presidenza.

Prezzi Christian (dir.) (2004), Isole di cultura: saggi sulle minoranze storiche germaniche in italia, Lusern, Comitato unitario delle Isole linguistiche storiche germaniche in Italia.

Steiniger Rolf (2003), Südtirol vom ersten Weltkrieg bis zur Gegenwart, Innsbruck, StudienVerlag.

Sites internet

- Sur le site de l’Office québécois de la langue française : http://www.olf.gouv.qc.ca, articles de Christiane Loubier : « L’aménagement linguistique », s.d., et « Politiques linguistiques et droit linguistique », s.d.

- Site du réseau civique du Tyrol du Sud : http://www.provinz.bz.it

- Site de la Province autonome de Trente : http://www.provincia.tn.it

Anmerkungen

1 « En une décennie, il est nécessaire de pousser au maximum l’italianisation de la région et donc d’en altérer profondément et durablement le caractère physique, politique, moral, démographique, c’est-à-dire de substituer à une majorité germanophone une majorité italophone, ou du moins de la mélanger à une minorité italophone conséquente qui puisse ôter à cette région le caractère qu’elle a aujourd’hui, qui est principalement germanique... » (traduction, H. Contencin).

Autor

Doctorante, UMR 8185 Espace, Nature et Culture, CNRS-Université Paris IV.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540