Version classiqueVersion mobile

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

De la géographie et des langues

La géographie des langues : concepts et méthodes

Roland Breton

Résumé

L’inégalité du développement de la géographie des langues provient, en partie, de l’inégalité de la reconnaissance des minorités, à l’exemple de la situation française. L’étude du rapport langue-espace prend, selon les pays, des dénominations diverses : géographie des langues, géolinguistique, écologie des langues. L’auteur insiste sur l’apport de William K. Mackey, linguiste canadien anglophone de naissance et « francisé » au Québec, dans la définition des concepts de géolinguistique (puissance, attraction, pression). Il évoque ensuite la dynamique des langues (identification, extension, transfert linguistique). Sont enfin précisées les méthodes de la géographie des langues, avec pour axes principaux la saisie des données, leur répartition dans l’espace, la relation avec le rôle des différents facteurs environnementaux : individus, communautés, États.

Texte intégral

1La géographie des langues a pu surtout se développer dans les pays où la diversité humaine est reconnue et beaucoup moins dans ceux où il n’est pas tenu compte des minorités. Cela a entravé sa reconnaissance comme étant une sous-division particulière, mais universelle, de la géographie humaine. Ses méthodes visent, comme ailleurs, à représenter par des cartes et des graphiques, les données révélées par les spécialistes après enquêtes de terrain et analyses comparatives et, finalement, à placer la dynamique des langues dans sa prospective propre. Pour les langues, les enquêtes relèvent des linguistes et sociolinguistes, et les principales statistiques viennent des recensements nationaux ayant une rubrique sur les langues parlées ou les langues maternelles, avec la possibilité de suivre les variations dans le temps de ce phénomène culturel, pouvant aussi être communiquées par les historiens. Cependant, cet apport de la géographie des langues est encore notablement peu recherché, particulièrement en France.

2Mais l’ensemble des mises au point et des représentations graphiques dues à la géographie des langues est spécialement apprécié dans le monde de la linguistique, qui y voit des expressions et des conclusions que les linguistes sont peu habitués à formuler. Et cela alors que, dans le monde de la géographie conventionnelle, on a prêté jusqu’à présent beaucoup moins d’attention aux phénomènes culturels qu’à ceux qui portent sur les activités économiques, l’habitat, les transports, bref, un ensemble de faits qui marquent le paysage, ce que l’expression vocale des individus n’est pas réputée faire, ce qui, donc, attire peu l’attention des géographes.

3Alors qu’avant la Seconde Guerre mondiale, la description de toute aire spatiale comportait un chapitre intitulé généralement « Races, langues et religions », la mention de données raciales fut, après 1945, proscrite en France du fait de la dénonciation du racisme, et de la même façon pour celle de la religion du fait de l’institution de la laïcité. Ainsi, la géographie des langues, sous l’inspiration du jacobinisme régnant en France, a été bornée à ne mentionner que les langues officielles nationales. Aussi, quand je voulus consacrer mes recherches à la géographie des langues, il était difficile de trouver un directeur de thèse acceptant de patronner un travail en ce domaine. Et de même, quand je fus nommé professeur d’université, nécessairement sur un autre thème, je ne pouvais exercer tout enseignement de cette partie de la géographie, qui ne figurait dans aucun programme des examens et concours officiels, qu’en l’inscrivant à l’intérieur d’autres désignations formelles…

4En dépit de ces difficultés observées en France où, pourtant, la géographie est une discipline académique particulièrement importante à tous les niveaux d’enseignement souvent associée à l’histoire, et pratiquée par un personnel nombreux formé conjointement à ces deux matières, il est d’autant plus nécessaire de faire le point sur les méthodes et concepts propres à une géographie des langues qui pourrait s’imposer graduellement comme une sous-discipline ou un secteur transdisciplinaire.

Géographie des langues ? Géolinguistique ? Écologie des langues ?

5Il faut aussi dire que cette « géographie des langues », ou « géographie linguistique », peut aussi être désignée comme la « géolinguistique » et a, jusqu’à présent, plus intéressé les linguistes que les géographes. Elle est d’abord apparue dans des milieux particulièrement bilingues d’Amérique du Nord. À New York, le linguiste italo-américain Mario Pei fonde, en 1965, l’American Society of Geolinguistics qui, depuis 1971, a publié chaque année un gros volume intitulé Geolinguistics, qui mentionne la parution dans le monde des écrits concernant cette spécialité et recueille des articles originaux.

6C’est surtout au Québec qu’elle s’est développée, à l’Université de Laval, autour du Centre international de recherches sur le bilinguisme (CIRB), où furent publiées, depuis 1969, de nombreuses études comme celle, pionnière, de W.F. Mackey, en 1973, Three Concepts for Geolinguistics et, depuis 1970, des bibliographies : avec, sous la direction de Heinz Kloss et Grant D. McConnell, à partir de 1974, deux inventaires mondiaux en plusieurs volumes : La composition linguistique des nations du monde et Les langues écrites du monde : relevé du degré et des modes d’utilisation. À cela s’ajoutent les travaux de Jean Laponce (Laponce, 1984) ou de Jacques Leclerc (Leclerc, 1986, 1992). Le CIRB, devenu en 1990, le CIRAL (Centre international d’aménagement linguistique), dénommé en 2001, Centre interdisciplinaire de recherche en activités langagières, est devenu ainsi un pôle principal de publications touchant la géolinguistique, notamment avec son « Bulletin de (liaison en) géolinguistique » (Geolinguistic Newsletter).

7Mais la géographie des langues s’était déjà développée, sous différents angles, dans bien d’autres pays. En France, avec Albert Dauzat (1922), puis moi-même, à la suite d’un article des Annales de Géographie (Breton, 1975), avec la Géographie des langues en 1976, (traductions italienne 1979, espagnole 1979, japonaise 1988, anglaise 1991, et chinoise 2000) et l’Atlas des Langues du monde en 2003, et enfin, avec B. Comrie, l’Atlas des langues. L’origine et le développement des langues dans le monde en 2004.

8Le développement de la géographie des langues hors de France est particulièrement notable dans le monde ibérique avec C.M. Delgado de Carvalho (Geografia das Linguas, 1943), au Royaume-Uni avec Colin H. Williams (« An Introduction to Geolinguistics » Linguistic Minorities, Society and Territory, 1988a et Language in its Geographic Context, 1988b), puis Asher, Moseley (Atlas of the World’s languages, 1993), en Italie avec Guido Barbina (La geografia delle lingue, 1993) et au Québec, avec Jacques Maurais et Morris, Géostratégie des langues (2001). En URSS, où la langue était considérée comme l’indice clé permettant de distinguer partout la « nationalité », c’est-à-dire l’appartenance à un « groupe ethnique », un « peuple » ou une « nation », certains ouvrages ne se référant pas explicitement aux langues ne traitaient, en fait, que de la géographie des langues. Tels, par exemple, Narodi Mira (Peuples du monde) de S.I. Bruk (1962), l’Atlas Narodov Mira (Atlas des peuples du monde), de S.I. Bruk et V.S. Apentchenko, qui reste le plus grand, le plus beau et le plus détaillé de tous les atlas des langues jamais publiés (1964), ou, toujours de S.I. Bruk, publié en français, La population du monde. Aperçu ethno-démographique (1983).

9Il faut aussi signaler les publications périodiques destinées à saisir et suivre l’extension géographique des langues comme : Ethnologue. Languages of the World, depuis 1951 (Grimmes, 1951), ou Language Problems and Language Planning depuis 1977, et Countries, Peoples and their Languages : The Geolinguistic Handbook de E. Gunnemark en 1992. Et, enfin, l’inventaire mondial de David Dalby : The Linguasphere Register of the World’s Languages and Speech Communities (1999-2000). De son côté, l’Unesco éditait en 1996 et 2005, l’Atlas des langues en péril dans le monde de S. Wurm, devenu en 2005 accessible et interactif sur internet.

10Enfin, rappelons-nous que les linguistes ont publié maints atlas dialectologiques, destinés à cartographier les variations dans l’espace de nombreux traits caractéristiques, lexicaux, phonétiques ou autres, d’une même langue, ce qui permettait d’esquisser l’extension spatiale des dialectes à l’intérieur de chaque aire linguistique. Cela particulièrement en France, mais aussi pour de multiples autres langues.

11À côté de nombreuses recherches mentionnant expressément le lien avec la géographie, beaucoup d’autres ont été intitulées à partir de l’écologie. C’est le cas aux États-Unis, Einar Haugen, avec The ecology of Language en 1971, et au Québec, William Mackey, avec Toward an Ecology of Language Contact en 1979. Et, finalement, l’« Hommage à W. Mackey » d’Annette Boudreau, Lise Dubois, Jacques Maurais et Grant McConnell, en 2002, intitulé : L’Écologie des langues, venant à la suite du Colloque international sur l’écologie des langues de 2002 (Boudreau, Dubois, Maurais, McConnell, 2002 et 2003), incluant l’application de ce concept dans des études de cas (Breton, 2003). De même, le linguiste Louis-Jean Calvet publie en 1999 : Pour une écologie des langues du monde, où il décrit un mode « gravitationnel » d’attraction des langues dans le monde. Plus tard, il évoquera le rôle des forces économiques inscrites dans la mondialisation en écrivant Le marché aux langues (Calvet, 2002).

12Et beaucoup d’études, même hors d’URSS, axées sur le lien fondamental entre phénomènes linguistiques et ethniques, ont été intitulées à partir de ces derniers, telles celles de Heinz Kloss dans Ethnopolitik (Kloss, 1969), ou, de moi-même, avec L’ethnopolitique (Breton, 1995). Ainsi, l’inventaire périodique Ethnologue porte le sous-titre éminemment significatif de Languages of the World. De plus en plus de publications mentionnent aussi le lien fort entre la dynamique des langues et le poids des États, comme sur la politique des langues, qui repose surtout sur l’« Aménagement linguistique », dit Language Planning. Telle la revue Language Problems and Language Planning (LPLP), ou le site internet de Jacques Leclerc, « L’aménagement linguistique dans le monde ». Enfin, apparaît le néologisme de la « Géostratégie des langues », initié par W. Mackey en 2000 et repris par Jacques Maurais en 2001 (Maurais et Morris, 2001), après qu’ait été largement répandue la notion de « Développement des langues » complétant celles de « langue en péril » (Wurm, 1996) ou de « mort des langues » (Crystal, 2000).

13Ainsi les concepts et les méthodes de la géographie des langues, quelles que soient les différentes dénominations utilisées ou la provenance disciplinaire de ceux qui y contribuent, tendent à éclairer tout un domaine culturel essentiel dans la vie de l’humanité et dont l’évolution s’accélère avec la mondialisation. La géographie des langues a toute sa place dans les travaux sur les minorités (Ma Yin, 1989 ; Breton, 2008). En attendant que cette sous-discipline, ou cette discipline mixte, soit vraiment reconnue, ses concepts et méthodes méritent d’être précisés, voire débattus dans un dialogue transdisciplinaire.

La définition des concepts de la géolinguistique par W.F. Mackey

14C’est là que William F. Mackey fait figure de pionnier. Anglophone de naissance et établi au Québec, il « a non seulement étudié la francisation mais a été lui-même “francisé” dans le processus de francisation du Québec », comme le remarque Joshua A. Fishman, dans L’écologie des langues, mélanges William Mackey/Ecology of Languages/Homage to William Mackey (Boudreau et al., 2002, p. 8), publié à Paris en 2002, quand était commémorée à Moncton, en Acadie, sa longue activité novatrice. Elle débuta par la fondation, en 1946, à l’Université de Laval, du premier laboratoire de langue au monde, et se poursuivit quand W. Mackey, en tant que premier directeur du CIRB à partir de 1968, fut l’initiateur de toute une série de travaux sur le contact des langues avec la « distance linguistique » (1971), et, finalement, la « géolinguistique » (1973, 1976, 1979, 1991).

15William F. Mackey, en 1973, analyse pour la première fois les concepts de cette discipline, qu’il dit préférer nommer la « géolinguistique », chargée de « traiter du destin extérieur des langues telles qu’elles sont réparties à la surface du monde ». Et cela, dans une perspective non purement académique, mais devant aussi permettre, « par la compréhension des forces géolinguistique de sauver des pays, beaucoup d’argent, de temps et, dans certaines régions, de vies » (Mackey, 1973). Il consacre dans ce texte trois concepts de base : la puissance, l’attraction et la pression des langues, concepts dont l’analyse relève, pour chacun, d’un nombre variable d’indicateurs mesurables.

La puissance

16Le premier concept, celui de la « puissance » (Power), ou pouvoir, ou des forces (F) d’une langue, est fondé sur le cumul du prestige et des réalisations de la population qui la parle, menant à une certaine prédominance qui peut varier avec le temps. Puissance à mesurer à partir de six indicateurs de cette population : sa démographie, sa dispersion, sa mobilité, son économie, son idéologie et sa culture.

  • L’indicateur « démographique » (D) est naturellement le premier qui vient à l’esprit pour mesurer l’audience d’une langue. C’est l’ampleur numérique de sa population native, englobant la totalité des locuteurs de dialectes distincts, mais soumis à une même version standard, officielle, commune, comme, par exemple, c’est le cas en Chine.
  • L’indicateur de « dispersion », ou répartition (R), permet de tenir compte du fait que la puissance de toute langue peut se voir accrue, hors son aire principale, par la présence, à travers le monde, de diverses communautés importantes, par exemple, de plus d’un million de membres.
  • L’indicateur de « mobilité » (M) reflète, d’une part, l’ampleur plus ou moins grande des voyages touristiques, d’affaire ou d’étude habituels de chaque population, comme, d’autre part, celle des travailleurs fixés à l’extérieur de leur pays d’origine.
  • L’indicateur « économique » (E) est fondé sur le poids de chaque population parlant cette langue selon sa consommation et sa production, mesurées par le produit national brut donnant la richesse de son, ou de ses pays.
  • L’indicateur « idéologique » (I) enregistre le fait que des populations ont été soumises à l’usage prescrit par certaines religions de langues liturgiques comme le latin, le grec, l’arabe et le sanskrit, ou même, de certaines langues nationales ou régionales. Mais beaucoup moins par le prestige des textes ou expressions des fondateurs de certaines idéologies, comme le marxisme, le léninisme ou le maoïsme.
  • Les indicateurs « culturels » (C) montrent combien pèse la diffusion de certaines langues véhiculées par des prêtres, comme le chaldéen qui devint, au deuxième millénaire avant notre ère, la langue internationale des Assyriens, des Hittites, des Mèdes et des Perses. Comme, ensuite, au premier millénaire avant notre ère, l’araméen, répandu par les commerçants puis par l’empire perse dans tout le Moyen Orient jusqu’en Égypte, qui éclipsa les langues locales, tel l’hébreu. De même, le grec, restant langue de culture des Romains après qu’ils eurent conquis la Grèce avec l’ensemble du monde méditerranéen. Parallèlement à ces pratiques officielles, les mesures permettant d’évaluer la force relative des langues portent sur la publication de livres en telle ou telle langue, comme sur leur présence dans les bibliothèques et, aujourd’hui, l’usage des médias, ou même, sur les choix des auteurs, éditeurs ou producteurs de biens, d’utiliser des langues plus répandues en certains domaines

L’attraction

17Le second concept de base de la géolinguistique est celui de l’« attraction » (A) des langues en contact, qui repose sur trois indicateurs : ceux du statut, du territoire et de la distance interlinguistique.

  • L’indicateur d’attraction par le « statut », (Fa/b) officielle et d’enseignement, coloniale, comme langue internationale ou bien ethnique et locale, donne les différences essentielles.
  • L’indicateur d’attraction « territoriale » (Ta/b) fait entrer en jeu les facteurs de contiguïté territoriale, de barrières naturelles, d’équipement en communication facilitant l’accessibilité, ainsi que ceux d’urbanisation et de polarisation urbaine qui influent grandement sur l’usage des langues.
  • Enfin, l’indicateur d’attraction « interlinguistique » (La/b) ne met plus en jeu les traits extérieurs entre langues, mais leurs traits internes. Les différences purement linguistiques entre langues permettent de mesurer la distance séparant chacune des autres, par l’origine génétique des mots, leur prononciation, etc., ce qui mène, ou non, à certains degrés d’inter-intelligibilité. Et, finalement, le système accentue le pouvoir d’attraction des langues standard en faisant diminuer, toujours plus, celui des dialectes et des petites langues.

La pression

18Le troisième et dernier concept, celui de la « pression » (Pressure) des langues (Pa/b), est particulièrement important quand la distance territoriale disparaît, entraînant l’interpénétration des communautés et transformant ainsi l’attraction en pression. Cela peut vraiment menacer les minorités, sauf si leur prestige social et culturel, leur richesse et leur pouvoir politique peuvent contrebalancer leur faiblesse démographique.

  • Le premier indicateur de cette pression est « comportemental » : les individus confrontés à l’usage de deux langues sont, face aux forces de chaque langue, conduits à des options et décisions qui modifient leur comportement quotidien.
  • Et le second indicateur de la pression subie porte sur la formation et la désignation des « concepts » par les individus et les groupes vivant dans une aire plurilingue. La provenance des mots utilisés dans les différents domaines de sa pensée y révèle la force inégale émanant de chaque langue ; et cette acculturation verbale imperceptible traduit, sur le long terme, l’acculturation, variable chez chacun, des concepts de chaque langue, suivant les secteurs fondamentaux de la pensée comme de l’action.

19Mais, ces trois concepts fondamentaux, de puissance, d’attraction et de pression des langues sur les groupes humains, tels qu’ils peuvent être mesurés grâce à ces indicateurs, ne jouent pas seuls, car la société humaine sécrète d’autres forces qui peuvent contrecarrer la prévalence de ces concepts. À partir de là, W. Mackey s’interroge profondément sur la « validation » de chacun en évoquant, par exemple, l’influence des mouvements régionalistes, irrédentistes, séparatistes ou puristes. Finalement, les langues minoritaires ne sont pas toutes nécessairement condamnées au déclin, même si beaucoup sont déjà moribondes et si la domination des grandes communautés s’est accrue démesurément en deux siècles. Car les sociétés ne sont jamais statiques et l’instabilité de leur dynamique nécessite de vérifier en permanence tous les pronostics fondés sur des statistiques touchant à ce continuum de forces à la base du potentiel linguistique.

20Enfin, William Mackey, après avoir accompagné les différents éléments de cette présentation de nombreux exemples de formules mathématiques, illustre sa démonstration en la faisant suivre par une importante série de tableaux, graphiques et cartes, montrant combien toute une série de calculs peuvent ainsi permettre d’asseoir la géolinguistique sur une base scientifique numérique.

Les concepts courants de la géolinguistique

21Mais la géolinguistique avait aussi besoin d’une définition générale de ses concepts et méthodes. À Québec, en 1989, le deuxième colloque international sur la Diffusion des langues m’avait chargé de présenter des propositions pour une orientation scientifique de la géolinguistique, ce que je fis, et qui fut publié en détail en 1990 dans le Bulletin de liaison en géolinguistique (Breton, 1990). Je rappelais aussi ces propositions en 1991, dans l’« Introduction » de Geolinguistics, l’édition anglaise de ma Géographie des langues (Breton, 1991).

22La géolinguistique, transdisciplinaire plutôt qu’interdisciplinaire, y était caractérisée comme fondée sur six dimensions : d’abord « spatiale » c’est-à-dire cartographiable ; puis « sociétale », à travers les analyses démolinguistiques et ethnolinguistiques ; mais, aussi, économique par le coût des vecteurs médiatiques et autres, suscitant une « écolinguistique » ; et temporelle, menant à la perspective « diachronique » ; comme « politique », par l’action des institutions étatiques, mais aussi culturelles ; et, enfin, vraiment linguistique, par l’étude de la genèse, de la différenciation, et de la normalisation, qui engendrent pour chaque langue, son « développement » et son « expansion » dans une partie de la biosphère que serait la « biolinguistique ».

23À partir de sa complexité spécifique cette nouvelle discipline devrait avoir pour buts :

  • la recherche des données numériques sociétales (notamment macro-sociales), officielles ou non ;
  • l’élaboration de modèles théoriques et graphiques exprimant cette dynamique ;
  • la publication des analyses des processus en cours et de la prospective engendrée ;
  • l’élaboration de programmes d’aménagement linguistique touchant spécialement les langues, cultures et communautés les plus menacées de disparition, dispersion, déportation ou d’assimilation forcée.

24L’analyse de la dynamique interlinguistique devrait se concevoir à quatre différents niveaux macro-sociaux : le niveau international, continental ou mondial, le niveau national, le niveau sub-étatique des divisions spéciales, fédérales, coloniales, etc., et, enfin, le niveau des circonscriptions ordinaires et des agglomérations. Ajoutons les analyses propres à chaque communauté ethnolinguistique, également à ces quatre différents niveaux.

La dynamique des langues vers l’expansion et le « transfert » linguistiques

25Aussi, dans l’analyse courante, sans se livrer à toutes les mesures et tous les calculs précis définis par W. Mackey, on peut dire que les concepts essentiels liant les langues à la géographie et permettant d’analyser la dynamique des langues sont cinq : l’identification des langues, leur extension spatiale, leur situation socio-politique et, finalement, leur développement déterminant la perspective d’évolution historique de chaque langue.

26L’« identification » d’une langue porte sur la place qu’elle occupe dans le système linguistique, c’est-à-dire sur sa parenté extérieure dans la famille à laquelle elle appartient, et sur les parlers et dialectes qui la subdivisent, ce qui permet de la situer d’autant mieux par rapport aux autres langues qui l’entourent géographiquement.

27Son « extension » spatiale englobe, d’abord, la délimitation de l’aire linguistique où elle est autochtone et majoritaire et, ensuite, sa diffusion éventuelle hors de cette aire, comme langue minoritaire ou, au contraire, véhiculaire mais, aussi, la délimitation de ses aires dialectales internes la divisant plus ou moins. Ensuite, l’extension spatiale des langues est un phénomène soumis à une dynamique permanente, due à toute une série de facteurs sociaux, culturels, politiques, migratoires, etc., qui font que chaque langue entre dans un jeu complexe qui peut l’entraîner à l’« expansion » géographique (Language Spread), comme la soumettre au recul, voire à la résorption graduelle.

28Sa « situation » socio-politique porte sur la place d’une langue dans la société et dans le système politique, c’est-à-dire sur sa diffusion spontanée dans telles ou telles classes sociales et telles ou telles ethnies, comme son emploi officiel à tel ou tel niveau administratif, local, régional, national ou international. Elle permet de cerner l’identité des populations (ethnies ou communautés ethno-linguistiques, tribus…) qui la partagent, ce qui mène à évaluer sa position actuelle de langue dominée ou dominante, à travers les différents niveaux d’usage : langue première « vernaculaire », seconde « véhiculaire » : d’enseignement, administrative, médiatique…

29Chaque langue, qui représente et exprime la vision du monde (Weltschanschauung) d’une communauté à travers la connaissance de son milieu naturel, constitue un aspect particulier du patrimoine culturel de l’humanité. Et son « développement » touche au degré qu’elle a atteint dans la fixation et la communication de cette partie de notre patrimoine. Il passe par le choix d’une écriture, sa normalisation lexicale et grammaticale, le recueil de sa production orale traditionnelle ancestrale, comme par la diffusion de ses œuvres écrites.

30Enfin, à ce développement interne, propre à chaque langue, traduisant et exprimant aussi un certain degré de conscience et d’action communautaires, s’ajoute la façon dont les autorités administratives le soutiennent, ou non, par l’enseignement et l’usage officiel. Ceci relève de la politique dite d’aménagement linguistique (Language Planning) des différents États, qu’ils l’énoncent explicitement ou non, et ce qui peut hâter son développement interne et sa diffusion externe, ou mener à son extinction. Ainsi chaque langue est placée face à l’avenir dans une certaine « perspective historique », qu’il n’est pas facile d’infléchir.

31Cette évolution est soumise aux choix des individus, des familles et communautés, donc des masses, qui peut, à terme, être fortement influencée par les incitations administratives. Les situations collectives de bilinguisme, entre la langue locale, ancestrale et native, donc « première », d’un individu l’ayant apprise au foyer, et sa langue « seconde », enseignée, administrative, véhiculaire, du marché de l’emploi, comme de l’ascension sociale, entraîne fatalement un certain bilinguisme, dit plutôt « diglossie », entre usages courants inégaux. Les uns, spontanés, oraux, dans un cercle convivial étroit, et les autres corrects et écrits, dans un univers culturel beaucoup plus large. La langue domestique est alors vouée à l’étiolement, et l’autre à se développer et s’enrichir de tous les progrès de la société et d’une pensée qui y est liée. Ce qui mène, au fil des générations, à un choix des familles qui peuvent, un jour, s’estimer devoir renoncer à communiquer la langue régionale, apparaissant inutile, à leurs enfants, afin de leur permettre d’accéder directement à la langue nationale, efficiente et développée. D’où ce « transfert linguistique » (Language Shift), intergénérationnel, qui fait graduellement passer une société du bilinguisme au monolinguisme. Donc au recul, puis à l’extinction des langues exclues de l’enseignement.

Les méthodes de la géographie des langues

32Pour représenter ces situations et leur permanente évolution, la discipline géographique apporte ses méthodes graphiques propres à la sociolinguistique spatiale dans un processus que l’on peut condenser en trois points essentiels : la saisie des données dans le milieu, puis leur répartition à travers l’espace, les communautés et le temps, et, enfin leur relation avec les autres phénomènes, ce qui gage de leur avenir.

33La saisie des données part de trois sources principales. La meilleure est celle des recensements linguistiques qui, en principe, donnent la langue première de chaque individu, avec sa ou ses langues secondes éventuelles. Mais cette source, malgré les recommandations de l’ONU, est encore loin d’être universelle : un seul État, l’Inde, pratique ce recensement régulièrement tous les dix ans depuis plus d’un siècle et certains autres, de façon plus ou moins occasionnelle, mais la plupart refusent encore cette pratique pour diverses raisons, politiques, culturelles ou financières. Aussi, la deuxième source, celle des enquêtes scientifiques des linguistes et des sociolinguistes, continue de fournir, dans bien des pays, la base les données disponibles. Enfin les statistiques portant sur les usages médiatiques, écrits, audio, visuels ou oraux, propres à chaque marché national, constituent une troisième source.

34Ensuite vient la mesure de la répartition variable de ces données dans l’espace géographique mais, aussi, par rapport aux communautés ethniques et culturelles, ainsi, naturellement, que leur évolution dans le temps, c’est-à-dire dans une perspective diachronique. Cela mène à la création de schémas et de cartes, géographiques et historiques évoquant l’évolution de tous ces usages.

35Enfin, pour expliquer cette dynamique permanente, il convient de la mettre en relation avec le rôle des différents facteurs environnementaux, des acteurs et agents sociaux que sont, à trois niveaux principaux, les individus, les communautés et les États, qui fournissent à la fois la base et le cadre de ces phénomènes complexes. On aboutit ainsi à une représentation graphique de ces jeux de phénomènes qui comporte surtout :

  • des cartes thématiques : celles des « aires » linguistiques (des langues, dialectes et familles de langues), comme celles des « communautés » ethniques, dont les chevauchements avec les aires linguistiques sont toujours significatifs ;
  • des « anamorphoses » donnant, par des figures quadrangulaires une représentation volumétrique, dans l’espace, du contenu humain des communautés linguistiques, ethniques et nationales ;
  • des diagrammes volumétriques, tels les « ethnogrammes », synchroniques ou diachroniques, représentant la composition diverse des populations, ou les « graphiques » linéaires d’évolution, etc.

36Cela signifie que la géographie des langues, à travers l’analyse et la représentation de tous ces faits, mène à la connaissance de plus en plus précise de la dynamique culturelle, sociétale et institutionnelle de l’humanité, à travers les inter-relations entre ces trois phénomènes distincts que sont la langue, l’ethnie ou la nation et le territoire de l’État, qui peuvent mener, ou non, à la reconnaissance de son « unité dans la diversité ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Language Problems and Language Planning (LPLP) (1977), Philadelphie/Amsterdam, John Benjamins.

Asher Ronald E. et Moseley Christopher (1993), Atlas of the World’s languages, Londres, Routledge.

Barbina Guido (1993), La geografia delle lingue. Lingue, etnie e nazioni nel mondo contemporaneo, Rome, NIS.

Boudreau Annette, Dubois Lise, Maurais Jacques et Mc Connell Grant (2002), L’Écologie des langues/Ecology of Languages : Mélanges William Mackey/Homage to William Mackey, Paris, L’Harmattan.

Boudreau Annette Dubois Lise, Maurais Jacques et Mc Connell Grant (2003), Colloque international sur l’écologie des langues, Paris, L’Harmattan.

Breton Roland (1975), « La place de la géographie des langues », Annales de Géographie, no 465, p. 514-523.

Breton Roland (1976), Géographie des langues, Paris, PUF.

Breton Roland (1990), « Indices numériques et propositions graphiques de la dynamique des langues », in Laforge Lorne et Mc Connell Grant, Diffusion des langues et changement social, Québec, Travaux du CIRB, no A-22, p. 211-230.

Breton Roland (1990), « Propositions pour une orientation scientifique de la géolinguistique », Bulletin de liaison en géolinguistique – Geolinguistic newsletter, vol. 1, no 1.

Breton Roland (1991), Geolinguistics. Language Dynamics and Ethnolinguistic Geography, (trad. Harold F. Schiffman), Ottawa, University of Ottawa Press.

Breton Roland (1995), L’ethnopolitique, Paris, PUF.

Breton Roland (1997), Atlas of the Languages and Ethnic Communities of South Asia, Delhi, Sage.

Breton Roland (1999), « La difficile pénétration des problématiques culturelles, linguistique et ethnique dans la pensée géographique », in Nicolas Georges (dir.), Géographie(s) et langage(s) : interface, représentation, interdisciplinarité, Actes du Colloque IUKB-IRI (UNIL) de Sion 1997, Sion, Société Scientifique Eratosthène/Institut Universitaire Kurt Bösch, p. 55-63.

Breton Roland (2002), « La géographie des langues face à son facteur central : l’État », in Boudreau Annette et al., L’écologie des langues/Ecology of Languages, Mélanges Mackey/Homage to William Mackey, Paris, L’Harmattan, p. 237-255.

Breton Roland (2003), Atlas des langues du monde, Paris, Autrement.

Breton Roland (2003), « L’écologie des langues dans le Subcontinent indien », in Boudreau Annette et al., Colloque international sur l’écologie des langues, Paris, L’Harmattan, p. 217-228.

Breton Roland (2008), Atlas des minorités dans le monde, panorama des identités culturelles et ethniques, Paris, Autrement.

Bruk Solomon Ilitch (1962), Narodi Mira (Dénombrement et répartition des peuples du monde), Moscou, Académie des Sciences.

Bruk Solomon Ilitch (1983), La population du monde. Aperçu ethno-démographique, Moscou, Éditions du Progrès.

Bruk Solomon Ilitch et Apetchenko V. S. (1964), Atlas Narodov Mira (Atlas des peuples du monde), Moscou, Académie des Sciences.

Calvet Louis-Jean (1999), Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon.

Calvet Louis-Jean (2002), Le marché aux langues. Les effets linguistiques de la mondialisation, Paris, Plon.

Combrie et al. (2004), Atlas des langues : l’origine et le développement des langues dans le monde, Paris, Acropole.

Crystal David (2000), Language Death, Cambridge, Cambridge University Press.

Dalby David (1999/2000), The Linguasphere Register of the World’s Laguages and Speech Communities, Cardiff, Linguasphere Press.

Dauzat Albert (1922), La géographie linguistique, Paris, Flammarion.

Delgado de Carvalho C. M. (1943), « Geografia das linguas », Boletin Geográfico, no 1, p. 45-62.

Grimmes Barbara F. (éd.) (1951), Ethnologue Languages of the World, Dallas, Summer Institute of Linguistics.

Gunnemark Erik V. (1991, 1992), Countries, Peoples and their Languages : The Geolinguistic Handbook, Gothenburg, Geolingua.

Haugen Einar (1971), The Ecology of Language, Stanford, Stanfort University Press.

Kloss Heinz (1969), Ethnopolitik, Stuttgart, Braumüller.

Laforge Lorne et Mc Connell Grant D. (1990), Diffusion des langues et changement social : dynamique et mesure, Québec, Travaux du CIRB, no A-22.

Laponce Jean A. (1984), Langue et territoire, Travaux du CIRB, A-19, Québec, Presses de l’Université de Laval.

Leclerc Jacques (1986, 1992), Langue et société, Québec, Presses de l’Université Laval.

Leclerc Jacques (2006), L’aménagement linguistique dans le monde, page d’accueil sur internet.

Ma Yin (dir.) (1989), China’s Minority Nationalities, Pékin, Foreign Language Press.

Mackey William F. (1973), Three Concepts for Geolinguistics, Québec, CIRB Publication B-42.

Mackey William F. (1976), « Methodik der Geolinguistik », in Sprachen und Staaten, vol. 2 (Nationalitäten und Sprachenfragen in weltpolitischer Prespektive), Hamburg, Stiftung Europa-Kolleg, p. 167-240.

Mackey William F. (1979), « Toward an Ecology of Language Contact », in Mackey William F. et Ornstein Jacob, Sociolinguistic Studies in Language Contact, La Haye, Mouton, p. 453-460.

Mackey William F. (1988), « Geolinguistics : Its Scope and Principles », in Wiliams Colin (dir.), Language in its Geographic Context, Avon, U.K. & Clevedon/Philadelphia, Multilingual Matters, p. 20-46.

Mackey William F. (1991), « Introduction », in Breton Roland, Geolinguistics : Language Dynamics and Ethnolinguistic Geography, Ottawa, Presses de l’Université, p. IX-XIII.

Maurais Jacques et Morris Michael A. (dir.) (2001), « Géostratégie des langues », Terminogramme, no 99-100.

Schiffman Harold E. (1996), Linguistic Culture and Language Policy, Londres/New York, Routledge.

Williams Colin H. (1988a), « An Introduction to Geolinguistics », in Williams Colin H. (dir.), Linguistic Minorities, Society and Territory, Avon, U.K. & Clevedon/Philadelphia, Multilingual Matters, p. 1-19.

Williams Colin H. (1988b), « Geolinguistics : Its Scope and Principles », in Williams Colin (éd.). Language in its Geographic Context, Avon U.K. & Clevedon/Philadelphia, Multilingual Matters, p. 20-46.

Wurm Stephen (1996, 2005), Atlas des langues en danger (en péril) dans le monde = Atlas of the World’s Languages in Danger of disappearing, Paris, Unesco.

Auteur

Géographe, professeur émerite, Université de Paris VIII.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search