Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

De la géographie et des langues

Approche sociolinguistique de la dimension spatiale des langues et de ses déclinaisons

Alain Viaut

Résumé

Les langues se distribuent dans l’espace selon des lignes divisoires qui délimitent elles-mêmes des territoires. Les formes variées de ces derniers sont tout autant induites par des paramètres linguistiques liés à leur histoire et à leur degré de standardisation qu’à d’autres : géographiques, politiques et administratifs. Si la déclinaison spatiale des langues s’entend d’abord au vu de leur enveloppe externe, il est également tenu compte des répartitions internes. Autour de la notion centrale de territoire linguistique, d’autres, moins marquées par la fixité des limites, ont aussi leur place pour mieux saisir la répartition et les mouvements des langues dans l’espace. Il en est ainsi des notions d’aire, de marge et d’implantation linguistiques. Par rapport à la notion de territoire linguistique, de même que plusieurs de ses formes peuvent s’appliquer en synchronie pour caractériser de nombreuses langues, des glissements possibles, en diachronie, d’une forme vers une autre, du territoire homogène vers celui en archipel par exemple, sont également possibles.

Languages are distributed in space according to dividing lines which delimit territories. These territories’ various shapes are equally induced as well by linguistic parameters related to their history and their level of standardization as by geographical, political and administrative ones. Even though languages’ alteration through space is first understood considering their external aspect, internal distributions are also taken into account. The central notion of linguistic territory is accompanied by other notions which are less governed by the steadiness of limits but which also matter in understanding how languages spread and move in space. Such is the case of the notions of area, margin and linguistic establishment. Regarding the notion of linguistic territory, just as several of its shapes can be applied in synchrony to characterise numerous languages, movements are also possible in diachrony, from one shape to another, from the homogeneous territory to the archipelagic one for instance.

Texte intégral

1La frontière linguistique et le territoire linguistique sont des notions abordées par la sociolinguistique, la géolinguistique et la géographie des langues. La territorialité linguistique comme principe relève des procédures de mise en application des droits linguistiques. Le choix de retenir ce principe et ses conséquences fait par ailleurs l’objet d’approches de type sociolinguistique tant pour en connaître les raisons que pour en observer et analyser les conséquences. Le territoire linguistique étant, avec la frontière linguistique, une des réalités les plus apparentes de l’espace linguistique pris comme macro-notion, l’objectif est ici de tenter une approche sociolinguistique globale de la dimension spatiale des langues en allant de ces deux notions-là et de leur finitude jusqu’à la diffusion internationale en passant par les aires, la marge et l’implantation. L’espace linguistique comme macro-notion, hiérarchiquement placée au-dessus de celle du territoire linguistique et de ses variantes et sous-variantes, sera donc, aussi, l’entité géolinguistique pluriterritoriale ou complexe aux limites extérieures variables, la source et l’au-delà du territoire linguistique.

2Les langues étant entendues ici du point de vue sociolinguistique, selon leur capital de distance ou d’élaboration linguistique (Kloss, 1987), les manifestations de la finitude de leur espace apportent autant de nuances à l’appréhension même de la notion de territoire linguistique qui sera approchée comme résultante déterminée autant par des faits de langue que par des réalités historico-politiques et culturelles. Nous postulerons que l’espace non fini des langues se manifeste également à travers leurs mouvements, leur dynamique, passant de la couverture à d’autres types d’organisation comme le réseau, par exemple, supposant la mise en cohérence de lignes divisoires ou vectrices. Un des critères de base de la distinction entre espace et territoire, retenu à ce stade de notre approche, résidera dans l’existence ou non de délinéaments enveloppants. Après l’avoir déjà évoqué dans un ouvrage précédent (Viaut, 2007, p. 59-60), nous relierons, pour le principe, cette appréhension du couple espace-territoire linguistique à la notion de chorème (Brunet, 2001, p. 195-224) servant à désigner les différents schémas des structures spatiales élémentaires, sachant que les propositions émises au départ par Roger Brunet dans sa table (ibid.) demeureront, certes, schématiques par rapport aux situations linguistiques réelles.

3Les effets des différents ancrages, débords territoriaux anciens ou récents des langues, mais aussi les nouvelles structurations de leur spatialisation ont des incidences particulières sur leurs constituants et profils sociolinguistiques. À tout le moins, ces effets contribuent à caractériser les contextes de la standardisation linguistique comme c’est par exemple le cas depuis la récente partition de l’espace ex-serbo-croate.

4En partant d’un espace linguistique non délimité de façon stricte ou stable, on observera que celui-ci connaîtra, au fil du temps et sous l’effet de divers facteurs dus aux interventions humaines, l’apparition et le développement de diverses lignes, aires et réticulations. Les représentations chorématiques qui en découleront, évolueront, se cristalliseront, entre autres, en lignes et aires en interaction avec d’autres de type notamment politico-administratif. L’image du territoire linguistique en sera certes relativisée, mais ce dernier apparaîtra comme un aboutissement paradigmatique des délinéaments susceptibles de structurer et compartimenter un espace linguistique. Des espaces linguistiques non clairement délimités et originels de langues sans territoire et des territoires linguistiques de communautés originelles constituent deux pôles de référence historiques. Pour autant, selon les époques, des configurations ont pu favoriser des tendances à la délimitation de l’espace linguistique en relation, par exemple, avec le développement des États-nations, ou bien l’inverse avec celui d’aires communicationnelles marquées par d’autres fonctions que politiques et administratives, soit, en particulier, religieuses, culturelles ou économiques.

Paramètres et contexte de l’espace linguistique

5Nous évoquerons à ce stade trois approches globales du rapport des langues à l’espace qui en présupposent l’organisation selon certains principes. Il s’agit de celles de Roland Breton, Louis-Jean Calvet et Joël Pailhé.

6R. Breton, dans une approche causaliste, envisage trois trames géographiques de la distribution des langues déterminées par des faits de nature, humains, et géopolitiques (Breton, 2002, p. 241-247). La première peut être à la source de discontinuités dues au climat, au relief ou aux aires aquatiques. La deuxième dépend de la capacité de mobilisation et de soutien autour de langues peu répandues dont l’existence est menacée. La mise en évidence géographique de ces langues contribue à leur reconnaissance mais demeure minoritaire. La troisième trame assure, plus que la précédente, les représentations graphiques de langues consacrées, là, dans des fonctions de prestige et de pouvoir.

7Dans le modèle écolinguistique « gravitationnel » développé par L.-J. Calvet (1999, p. 76-81 ; 2002, p. 25-26), la disposition spatiale des langues se fait en cercles concentriques selon un rapport centre-périphérie. Cette organisation s’inspire d’une lecture en termes de hiérarchisation selon les degrés d’une fonctionnalité d’abord économique et politique. Autour d’une langue « hypercentrale », l’anglais, gravitent une dizaine de langues « supercentrales » comme l’arabe, l’espagnol ou le français. Au-delà, cent à deux cents autres langues, centrales, elles, comme nombre de langues officielles d’État, gravitent aussi. Un dernier anneau est constitué de cinq à six mille langues périphériques, parmi lesquelles figure un grand nombre de langues peu répandues ou en voie de disparition. L’auteur observe que l’importance croissante de la langue « hypercentrale » peut avoir pour corollaire un intérêt exagérément porté à certaines langues centrales et périphériques (minoritaires, régionales,...) au détriment des langues « supercentrales » et des langues centrales importantes.

8Il s’agit essentiellement d’une spatialisation mentale du rapport dynamique entre les langues. Cela fait appel à des superpositions de territoires linguistiques ainsi qu’à des effets de rayonnement et d’implantation, phénomènes et notions que nous retrouverons plus avant. Les territoires ou les aires d’usage de langues qui en découlent sont autant fondés, au départ, sur des variétés standard que sur des expressions linguistiques traditionnelles.

9Dans son approche de la géographie des langues, J. Pailhé rappelle que l’espace d’une langue est essentiellement composé du réseau de ses locuteurs (Pailhé, 2007, p. 66). Et si « les réseaux linguistiques peuvent être territorialisés » (ibid.), « une langue supporte difficilement d’être assignée à résidence » (ibid.). Le rapport d’une langue au territoire est ainsi complexe et la référence à l’espace est toujours nécessaire. La géolinguistique inscrivant des faits linguistiques dans des territoires, J. Pailhé relativise justement le rôle des découpages spatiaux et, dépassant le seul paradigme spatial, précise que la géographie des langues se rapporte (doit se rapporter) à l’ensemble des pratiques des langues (ibid., p. 70). La remarque selon laquelle on risque de « confondre l’espace d’une langue et le territoire des locuteurs » (ibid., p. 69) nous ramène à la question de la pertinence épistémologique de trop lier la notion d’espace, « non-lieu » adaptable aux mouvements des locuteurs, à un ensemble d’autres notions qui peuvent contribuer, au moyen de leurs lignes et surfaces, à le figer, lui et ses potentialités.

10Or, d’un côté, la langue accompagne les locuteurs dans leurs déplacements et si, parfois, ceux-ci finissent par l’abandonner au profit d’une autre, même dans ce cas, ce n’est pas toujours complètement. D’un autre côté, la langue, qui garde une dimension spatiale même très mouvante, doit aussi être associée à d’autres notions utiles à son appréhension. Il en va ainsi, notamment, de celle qui peut l’inscrire dans un lieu ou territoire de référence plus ou moins délimité sans accompagner forcément son passage à la performance. Et la représentation de la langue, c’est aussi l’affect et sa projection hors de l’espace comme dans le cas des langues de diaspora. L’envers, pourtant, de cette projection, réside dans la fonctionnalité communicationnelle et, de quelque façon que ce soit, dans la gestion de cette dernière. De ce point de vue, la notion de territoire linguistique trouvera une pertinence obligée dans des choix relevant de politiques linguistiques actives ou passives qui inscrivent, dans le temps et l’espace, la gestion ou la non-gestion des faits de langue. L’aire de langue (cf. infra), bien que non bordée dans son principe, peut recouvrir tel réseau ou telle zone d’intervention et offrir des possibilités structurantes d’un territoire mais sans en posséder de façon intrinsèque les caractères de stabilité. En cela, le territoire pourra apparaître comme un aboutissement possible, mais non fatal, de l’aire.

11Nous retiendrons de ces trois approches la causalité des différentes caractéristiques d’inscription des langues dans l’espace, la spatialisation de la hiérarchisation fonctionnelle des langues, et le critère fondamental des points de vue de l’usage linguistique et du locuteur. Si, dans le propos qui suit, l’accent est mis sur diverses formes de la représentation spatiale des langues, nous garderons ces considérations à l’esprit.

12Les causes de la répartition géographique des langues sont toujours susceptibles d’agir selon des invariants historiques. La nature des canaux de communication, avec le développement accéléré de nouveaux médias et de configurations multimédiatiques, présente aussi une nouvelle donne de nature à relativiser encore plus toute délimitation de l’espace. Enfin, la réalité des fonctions et des usages linguistiques contextualise nécessairement toute réalité circonscrite ou dynamique des langues dans des territoires ou, plus largement, dans l’espace.

13Les langues fluctuent, certes, au gré de la réalité non finie de l’espace, de leur fonctionnalité, de leurs usages et des effets des situations de contact avec d’autres langues, toujours quelque part asymétriques. Elles en passent aussi par les découpages qui leur sont assignés pour leur appréhension et leur gestion, mais l’espace demeure cependant la grande marge possible et nécessaire à leur dynamique. Il permet d’investiguer les débords et extensions, bordés ou non, passagers ou en voie de stabilisation, qui, loin de déconstruire forcément les territoires linguistiques, les relativisent et assouplissent leurs limites.

14Les lignes et surfaces, qui seront appréhendées à l’aide de notions utilisées en sociolinguistique, géolinguistique ou dialectologie, sont tout autant sous-tendues par des faits de nature proprement linguistique que par des données politico-administratives. Tenant compte des interactions entre ces faits et données, nous déclinerons la dimension spatiale des langues à travers les cinq notions de base de : frontière linguistique, territoire linguistique – celle-ci d’une importance centrale – avec ses deux sous-notions de territoire linguistique d’appartenance et de territoire linguistique de référence, d’aire glossique, se décomposant en aire linguistique et aire de langue, de marge linguistique, et d’implantation linguistique. Les figures illustrant cette base notionnelle seront numérotées et se retrouveront à la fin de ce propos dans un schéma général.

La frontière linguistique

15La frontière linguistique, selon une approche déjà proposée (Viaut, 2004), peut être entendue comme macro-notion incluant les deux notions d’exofrontière linguistique A ou B et celle d’endofrontière linguistique également A ou B.

L’exofrontière linguistique

1 – L’exofrontière linguistique A sera la frontière linguistique externe et traditionnelle d’un ensemble premier qui enveloppe les dialectes constitutifs ou historiques de la langue par distance ou par élaboration.

  • 1 Tout l’espace romand de la Suisse, hormis le canton du Jura et le district de Moutier dans le cant (...)

2 – L’exofrontière linguistique B se fondera sur une autre appréhension de la langue, correspondant à un autre moment de son développement. Cette frontière linguistique externe B délimite en fait l’aire d’emploi de la variété standardisée d’une langue, par exemple le français, comme expression linguistique désignant ce standard. Or celui-ci coiffe les dialectes primaires français ou d’oïl qui ont vu leur emploi, dans les fonctions informelles de la communication, se réduire au fil des siècles et surtout depuis ces dernières décennies. Cette tendance substitutive est commune aux variétés standard quoiqu’avec des différences parfois notables, et la vitalité orale des dialectes alémaniques de Suisse peut être évoquée ici. Le développement tant qualitatif que quantitatif d’un standard contribue, en outre, à démarquer le nouveau territoire linguistique d’une langue par élaboration ; une des fonctions de cette variante commune étant précisément d’être séparatrice (Viaut, 2005, p. 90-94). Outil privilégié de la communication publique, formelle et officielle, elle accompagne le développement du pouvoir politique. Dès prémices, la variété standard, spontanément ou au sein d’un projet de diffusion d’une norme linguistique générale constitutif d’un processus de standardisation téléotonique, sera susceptible de coiffer non seulement les variétés topolectales primaires, mais aussi celles d’autres langues. Le français comme forme standardisée a ainsi recouvert, en totalité ou partie depuis la fin du Moyen Âge, d’autres aires de langues (occitan hormis le Val d’Aran en Espagne et les vallées alpines occitanophones d’Italie, franco-provençal, breton, et des portions du basque, du catalan, de l’allemand et du néerlandais). Ce recouvrement des variétés primaires d’oïl et d’autres langues exclues de droit ou de fait des fonctions de communication formelles ou nouvelles, toujours plus importantes, a pu s’effectuer en s’alignant parfois sur l’enveloppe extérieure des réalités linguistiques d’oïl elles-mêmes (en Belgique entre Communauté flamande et Communauté française, en s’alignant à très peu de choses près sur celle du franco-provençal, linguistiquement proche, en Suisse (presque toute la Suisse romande1) et en Italie dans le Val d’Aoste, en dehors des îlots d’allemand walser, voire en recouvrant des parties d’anciennes aires d’emploi du standard (Région bruxelloise par rapport à la Flandre où le français était autrefois utilisé par les élites).

L’endofrontière linguistique

16Selon cette approche générale, l’endofrontière linguistique, également A ou B en définitive, a été présentée (Viaut, 2004, p. 12-14) comme une sous-notion regroupant l’ensemble des limites linguistiques internes. Cela comprend celles qui résultent des variations primaires, secondaires comme, également, tertiaires, par rapport à la forme standardisée de la langue (Coseriu, 1988). Deux figures se dégageront alors en fonction de cette variation topolectale :

3 – l’endofrontière linguistique A sera déterminée par les variétés diatopiques primaires et secondaires. Ses constituants auront tendance à s’estomper avec le temps ou bien à servir de base, réelle ou symbolique, à la mise en exergue de nouvelles exofrontières linguistiques.

  • 2 On a vu, cependant, que le Monténégro, devenu indépendant en 2006, a déclaré, en 2008, le monténég (...)

4 – L’endofrontière linguistique B sera représentative des limites des grandes variétés du standard, ou variétés tertiaires de la langue, moins significatives par nature que les précédentes et moins susceptibles a priori de figurer parmi les arguments d’évolutions de type centrifuge2.

17Il convient, en outre, de tenir compte de différents types d’interférences entre exo ou endofrontières linguistiques et frontières politico-administratives externes ou internes du fait qu’elles ne coïncident généralement pas. Les cas de la Suisse et de la Belgique, cette dernière avec la région flamande et la communauté française, qui ont parfois mis en adéquation exofrontière linguistique et endofrontière politico-administrative, sont à cet égard particuliers.

Le territoire linguistique

18Le territoire linguistique résulte, selon les cas, de la frontière linguistique traditionnelle elle-même ou, aussi, de frontières politico-administrative externes (d’État) ou internes (limites administratives). Cette notion s’applique à la langue dans son ensemble et non à l’une ou plusieurs de ses composantes géolinguistiques. Il n’est pas toujours homogène, et il peut s’agir d’un (comme l’italien, l’islandais, le basque) ou de plusieurs ensembles homogènes répartis dans le monde (comme le français ou l’espagnol). Il peut être en archipel comme dans le cas du berbère. Il peut également être les deux, homogène (le turc en Turquie) et en archipel (le turc dans les Balkans).

19Le territoire linguistique peut correspondre tout d’abord à l’espace de communication traditionnellement couvert par une communauté linguistique et identifié par une frontière linguistique A (cf. supra). Pour prendre des exemples évidents, les territoires linguistiques du breton et de l’islandais sont, de ce point de vue, homogènes. Ils rassemblent les composantes constitutives – les dialectes géographiques – de ces langues.

20De façon plus précise, en nous appuyant aussi sur la relation entre langue et construction politico-administrative, nous remanierons ici une perception que nous avons déjà proposée (Viaut 2007, p. 58-59) en complément d’autres approches typologiques (Koter, 1994, p. 291 ; Laponce, 1984, p. 130-141 ; Mackey, 1988, p. 26-27).

21La présentation qui en découle ci-dessous s’appuie tant sur les descriptions géolinguistiques préalables que sur la relation entre langue et construction politico-administrative au sens large, cela incluant au premier chef celle d’un État. La réalité qui s’inscrit dans ce type-là de territoire linguistique est essentiellement celle de la variété standard d’une langue qui subsume le territoire fondé sur la frontière linguistique A, telle qu’envisagée précédemment.

22Des treize figures du territoire linguistique que nous présentons en suivant, les sept premières auront valeur paradigmatique et sont censées nous aider à appréhender les entités ayant un caractère d’homogénéité. Tout en demeurant marquées par le trait définitoire de la ligne séparatrice, les cinq autres rendront compte de différentes possibilités de dispersion du territoire linguistique. Ces treize figures sont en outre caractérisées par le critère du lien ressenti par les locuteurs envers le territoire. Cela renvoie au vécu, directement ou indirectement, le territoire linguistique apparaissant alors au sein d’une représentation triangulaire avec la langue et le locuteur. Ainsi, onze figures illustreront un lien d’appartenance avec une relation physique et de proximité entre langue et territoire. Elles relèveront de la sous-notion de territoire linguistique d’appartenance. Une autre sous-notion, celle de territoire linguistique de référence, exprimera, avec deux figures, un lien marqué, pour les intéressés, par un éloignement géographique dont l’origine aura pu être volontaire ou nécessaire, ou bien encore traumatique (diaspora).

Le territoire linguistique d’appartenance

5 – Le territoire linguistique d’appartenance A sera qualifié ainsi par analogie avec la frontière linguistique A (cf. supra), sans territorialisation politico-administrative (ex. : occitan en France et en Italie, franco-provençal, bas-allemand, gaélique d’Écosse).

6 – Le territoire linguistique d’appartenance interne se définit par rapport à l’endofrontière linguistique (cf. supra). Il se caractérise alors par rapport au territoire linguistique A ou B du fait de son statut de composante, comme dialecte primaire, secondaire ou tertiaire. Les aires intraterritoriales contribuent ainsi à en identifier sa limite externe ou à le décliner au moyen de faisceaux d’isoglosses ou d’isoglosses discriminantes. Ce type d’aire participe, à ce titre, des bases constitutives ou historiques du territoire linguistique. Initialement, il a pu avoir été conditionné par une limite politico-administrative.
• Le territoire linguistique interne apparaît donc en tant que composante primaire ou, plus communément, de dialecte géographique comme, par exemple, le montañés ou l’extremeño par rapport au continuum du castillan dont la variété standard les coiffe par ailleurs. D’une part, ce type d’entité ne correspond pas forcément à des contours précis perçus comme tels par les locuteurs ou les habitants de ces zones, même s’il est le fruit des interprétations des linguistes qui lui assignent des limites convenues. Quoi qu’il en soit, cette aire-là peut aussi faire l’objet d’appropriations de la part des mêmes locuteurs qui auront pris conscience desdites limites (ex. : gascon, sursilvan). D’autre part, il peut encore découler de représentations traditionnelles de la part de ces locuteurs, sans que cela puisse forcément correspondre à des descriptions dialectologiques qui suivraient ces délinéaments culturels, d’origine historique ou récemment réactivés ou mis en avant (ex. : béarnais, andalou).
Outre qu’il puisse être synonyme de territoire d’un dialecte historique anciennement établi, ce territoire-là peut aussi avoir été déterminé par un ou des élément(s) constitutif(s) du territoire politico-administratif moderne ou récent et apparaître comme dialecte secondaire. Nous interprétons ainsi le cas de l’aire du bulgare pomak en Thrace grecque dont l’émergence a été conditionnée par la frontière gréco-bulgare, étanche pendant un demi-siècle, et par la présence des deux variétés standard du grec et du turc, toutes deux en position hégémonique.
• Cette figure pourra également s’appliquer au territoire linguistique B. Elle comprendra en cela la variation régionale ou nationale d’une variété standard dans sa finitude soulignée par des frontières (ex. : français de Belgique ou de Suisse) ou à l’intérieur des limites évolutives des sous-standards régionaux (ex. : français régionaux).
Que ce soit du fait de lectures légitimées par des approches portant le sceau de la reconnaissance scientifique ou du fait de représentations plus ou moins représentatives, avec leur part de discours épilinguistiques, ce type d’aire participe, au même titre que les autres, des bases constitutives du territoire linguistique. Le rôle des substrats autant que les effets des innovations linguistiques y sont plus instables dans le temps que pour les variétés primaires. Cela provient du fait que la structuration géolinguistique du standard ne se conçoit pas à une échelle locale ou régionale spontanée mais à une échelle plus grande avec une fonction consciemment assignée de communication généralisée et référentielle. En cela, l’idée même de variété commune ou standard implique, quelles que soient les variations diatopiques et diachroniques qui s’y produisent, que celle-ci conserve un rôle directeur limitant non les innovations mais leur cristallisation, susceptible de faire système sur telle ou telle portion du territoire linguistique.

7 – Le territoire linguistique d’appartenance A et B induisant un territoire politico-administratif, sur une base géolinguistique par conséquent, trouve une illustration dans l’exemple du néerlandais à l’intérieur des limites de la Belgique.

8 – Le territoire linguistique d’appartenance B induit par un territoire politico-administratif est qualifié ainsi par analogie avec la frontière linguistique B (cf. supra). Cela concerne les langues officielles d’États-nations, les langues officielles régionales ou « langues territoriales » (Breton, 1994, p. 47-48) comme le français dans le Val d’Aoste ou le basque en Euskadi.

9 – Le territoire linguistique d’appartenance A ou B, « par adéquation coïncidente » soit avec un contour géographique naturel comme dans le cas des configurations îliennes (ex. : sarde, féroïen, islandais, mannois, corse, etc.) ou valléenne (ex. : dans le Caucase), soit avec un contour politico-administratif externe – une frontière (ex. : portugais) – ou interne (intra-étatique) comme avec l’occitan aranais en Espagne dans la comarque autonome du Val d’Aran. C’est aussi le cas de l’asturien, dont le territoire suit les limites administratives de la Communauté autonome de la Principauté des Asturies, hormis sur sa bordure occidentale de langue galicienne.

  • 3 L’emploi du basque officiel concerne l’ensemble de la Communauté autonome d’Euskadi, incluant en p (...)
  • 4 Ce « pays » administratif fut reconnu en application de la loi no 95-115 (notamment les articles 2 (...)

10 – Le territoire linguistique d’appartenance B excédant en continu le territoire linguistique A correspond, par exemple, au français d’Europe : en France, Suisse et Italie, au russe à l’époque soviétique et, de nos jours, par rapport à des territoires linguistiques A dont les langues d’origine sont autres, au basque en Euskadi, côté espagnol3, et dans le Pays « Pays basque » en France4.

11 – Le territoire linguistique d’appartenance A ou B excédant en continu le territoire politico-administratif principal peut être, par exemple, illustré en partant de la configuration A par le cas du galicien, langue propre et co-officielle avec le castillan en Galice et présent sur la bande longitudinale occidentale des Asturies. Il en va de même pour l’allemand dans le Sud-Tyrol, en Italie, par rapport à son aire A principale, sise en Allemagne et Autriche. La configuration B trouve des illustrations dans les langues officielles d’État dont les emplois débordent les frontières, mais cette adéquation n’est pas toujours évidente. Ainsi, l’allemand se prolonge plus à travers ses variétés traditionnelles qu’à travers le Hochdeutsch en Alsace et Lorraine germanique en France, alors que sa variété standard est officiellement en usage en Belgique. En revanche, le français ou l’italien se retrouvent sous leurs formes standardisées, éventuellement en plus de variétés héritées, en Wallonie et dans le Tessin.

23À ces sept figures, nous en ajouterons quatre autres considérées comme périphériques dans cette approche. Dans la première, le territoire linguistique homogène reste la référence prépondérante, mais il est pris en considération en tenant compte de ses extensions en discontinuité, soit que celles-ci résultent de mouvements de type expansionniste, soit qu’il s’agisse de déprises. Dans la deuxième figure, la langue s’est fixée depuis longtemps dans une série d’îlots à l’intérieur d’une aire territorialisée qui peut être vaste.

24Dans les deux suivantes, un territoire linguistique originel, devenu une référence historique, reste d’actualité dans le cadre de la description linguistique dialectologique. Néanmoins, il ne l’est plus d’un point de vue sociolinguistique, dans la mesure où il s’est scindé ou a été scindé comme résultat d’une réalité sociologique nouvelle et/ou d’un volontarisme politique superstructurel. Le point de départ peut être un territoire linguistique A ou un territoire linguistique B.

25Dans la dernière, enfin, le territoire linguistique sera vécu comme une référence plus ou moins lointaine, que la langue liée à ce territoire d’origine soit effectivement pratiquée ou non.

12 – Le territoire linguistique d’appartenance excédant en discontinuité le territoire politico-administratif principal :
par expansion (français au Canada, croate dans le Burgenland en Autriche), il peut y avoir, là, constitution à la longue d’un autre pôle de référence, par individuation (cf. figure no 14). Le cas du Brésil pour le portugais brésilien peut être à cet égard significatif bien que le portugais soit nommé comme tel pour désigner en droit la langue officielle de ce pays. Au-delà, suivant peut-être un processus du type « LEAL » (langue élaborée apparemment linguifiée), tiré des approches de Heinz Kloss (Muljačić, 1988, p. 45-48), la désignation Burgenlandkroatisch, apparue avec la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe par l’Autriche en 2001, prend, de nos jours, de plus en plus le pas sur celle, pourtant traditionnelle de Kroatisch tout court dans le Burgenland et dans les textes autrichiens à caractère légal.
par déprise, cette représentation peut être illustrée par l’exemple du turc en Grèce et en Bulgarie et, au-delà, dans plusieurs autres parties des Balkans, depuis le retrait territorial de l’Empire ottoman consacré par différents traités (San Stefano, Berlin, Sèvres, Lausanne) du XIXe et du début du XXe siècles.

13 – Le territoire linguistique d’appartenance en archipel : le berbère, déjà évoqué, l’aroumain dans les Balkans, l’irlandais de nos jours, le kurde, en fournissent des illustrations parmi d’autres. Le tatar, de la Sibérie jusqu’à la Pologne en incluant le Tatarstan et d’autres petites communautés linguistiques en Russie occidentale, constitue un autre cas significatif.

26Les exemples retenus parmi d’autres de ce type montrent que cette configuration en archipel peut résulter d’un reflux par déprise généralisée à partir d’un ensemble territorial plus homogène compte non tenu d’éventuelles discontinuités naturelles (désert, étendue aquatique...).

  • 5 Cf. décret no 2001-950 du 16 octobre 2001 « modifiant le décret no 89-403 du 2 juin 1989 instituan (...)

14 – Le territoire linguistique d’appartenance par individuation à partir d’une variété diatopique primaire renvoie à des cas de linguification sociolinguistique. Les langues d’oïl, entérinées dans cette autonomie par le ministère de la Culture en France depuis 20015, sur la base des dialectes primaires du français langue d’oïl, en constituent un. Entre autres exemples, pourrait être aussi mentionné le latgalien en Lettonie par rapport à l’aire du letton.

15 – Avec le territoire linguistique d’appartenance B par individuation ou déconstruction sur une base politico-administrative, l’individuation peut être stricte ou forte (norvégien, macédonien, asturien) et répondre au départ ou en chemin à une réalité sociologique. La déconstruction peut au fil du temps aboutir à une réalité transmise et vécue, mais reste marquée par un volontarisme politique premier. L’apparition et la territorialisation des langues croate, serbe, bosnienne, résultant de l’éclatement de la Yougoslavie au cours de la vingtaine d’années écoulées, témoignent de cela. Le cas récent du monténégrin (Djordjević, 2008) complète cette évolution. La désignation « moldave », après avoir correspondu à cette configuration de type centrifuge, illustrerait une tendance inverse, de type centripète, dans la mesure où il est désormais admis, depuis l’indépendance du pays en 1991, qu’elle désigne la même langue que celle de « roumain ».

Le territoire linguistique de référence

27Cette sous-notion renverra d’abord aux notions de langue de migrants ou d’immigration et aux langues de diaspora (par exemple, l’arménien occidental en France) dont le lien avec un territoire d’origine est clairement identifié. Dans certaines configurations de diaspora, comme pour le yiddish ou le judéo-espagnol, la relation à la communauté culturelle et religieuse compte d’abord. Quant à une inscription spatiale, celle-ci se traduit ici par une référence tant à un lieu précis, une ville, un village ou à un ensemble de lieux qu’à l’expression linguistique elle-même, plus qu’à un territoire linguistique dans sa globalité. Le rapport à l’espace et au territoire est néanmoins présent, cela ne réside pas que dans la tête des locuteurs. Des lieux de mémoire, un pays de mémoire (Sepharad) peuvent demeurer des références. Sinon, il s’agit d’un territoire devenu symbole d’autant plus prégnant dans des cas de langues de diaspora pour lesquelles le retour même éphémère ou temporaire vers la terre première est difficile ou exceptionnel. Le territoire de référence de la langue de migrants est, lui, plus accessible et son statut, par rapport à celui d’appartenance, est moins tranché dans la mesure où une circulation peut s’établir entre celui-ci et le nouveau territoire linguistique, que l’on qualifiera d’acquis. Deux figures seront ainsi retenues :

16 – le territoire linguistique de référence des migrants,

17 – le territoire linguistique de référence diasporique, susceptible d’intégrer, quoiqu’en tenant compte des nuances évoquées plus haut, des références enchâssées comme l’Espagne et les Balkans, par exemple, dans le cas du judéo-espagnol.

28Si les diverses figures de territoires linguistiques sont répandues et répondent aux tendances de la communication humaine et de leurs organisations en sociétés, celles-ci n’ont rien d’absolu autant dans leur genèse structurante et leurs composantes – frontière linguistique, aires linguistiques et de langues abordées plus avant – que dans leurs résultats, sujets à évolution interne ou déterminée de l’extérieur. Une même langue peut participer de plusieurs figures. Par exemple, par rapport à la sous-notion de territoire linguistique d’appartenance, le français participe des figures no 7, 10, 11 et 12, le corse des figures no 8 et 14, le basque des figures no 7, 8, 9. De plus, l’une ou l’autre figure peut venir s’ajouter aux autres ou s’estomper dans le temps. Le néerlandais en Belgique, lié à la figure no 5 au départ, a ensuite participé, également, de la figure no 6. Le kurde, lié à la figure no 6, est aussi concerné par la figure no 17 du territoire linguistique de référence depuis le XXe siècle.

L’aire glossique

29L’aire glossique, dont le qualificatif est censé signer son caractère englobant, sera déclinée ici en deux sous-notions, d’aires linguistique et de langue. Elle se caractérisera par rapport au territoire par le fait d’être plus souple et moins circonscrite que lui. L’aire linguistique ne concerne pas le tout mais les détails de ses parties. L’aire de langue, elle, sera une composante globale, sous-jacente ou sur-jacente du territoire, expression de la dynamique territoriale en œuvre dont ce dernier est un aboutissement.

L’aire linguistique

  • 6 « Aire isolée au milieu d’une aire compacte, qui n’a pu se former que par un chemin inhabituel (pa (...)

30L’aire linguistique, comme figure élémentaire d’une délimitation spatio-linguistique, est la représentation géographique d’un fait de langue d’ordre proprement linguistique, phonologique, phonétique, lexical, morphologique ou autre. C’est l’aire linguistique de la dialectologie, délimitée par une isoglosse, qui va d’abord s’appliquer au territoire linguistique A. L’aire linguistique est, là, caractérisée par son contenu (trait linguistique) et par sa forme. Les types d’aires ainsi retenus pour leur pertinence à travers le cas français, dans Lectures de l’Atlas linguistiques de la France (Brun-Trigaud, Le Berre & Le Dû, 2005), sont celles « d’attraction », « morcelée », « périphérique », « compacte », « de “parachutage” »6, « en cloche », « oblique », « brisée », « conservatrice », « innovante » (ibid., p. 343). L’aire linguistique peut aussi s’appliquer à des zones plus vastes qui regroupent, chacune, un ensemble de dialectes ou de langues d’un même groupe ou d’une même branche.

31L’aire linguistique peut aussi servir à décrire des variations géographiques tertiaires du territoire linguistique B. Elle s’avère dans ce cas plus évolutive que dans celui des variations diatopiques primaires bien que cela soit relatif. Le mouvement continu dans le sens de la standardisation de la langue, sans annihiler les tendances spontanées aux différentes variations dont la géographique qui nous occupe ici, est de nature à entraver toute propension à faire système. De plus, la standardisation à grande échelle des langues peut être un phénomène relativement récent, voire très récent pour certaines d’entre elles qui sont peu répandues, officielles d’État ou non. Les études sur les français régionaux, comme résultats de la variation du standard, témoignent du caractère labile de ces aires (Walter, 1982 ; Delais-Roussarie & Durand, 2003).

32Cette variabilité, par nature peu marquée, contraste avec celle qui a donné lieu, il est vrai, sans l’effet de coiffure exercé par le standard, aux aires linguistiques à l’origine des variations primaires, voire secondaires, d’une langue. Ces dernières ont, néanmoins, elles aussi évolué, avant de se stabiliser. La diachronie aréale du lexique, avec ses déplacements et reflux puis ses territorialisations, est à cet égard parlante, comme l’a par exemple montré Jean-Philippe Dalbera avec l’aréologie diachronique des dénominations romanes du forgeron (Dalbera, 2006, p. 71-91). Ainsi, en nous référant d’abord au territoire linguistique A, nous proposons cinq figures pour l’aire linguistique.

18 – Lorsqu’elle est intraterritoriale, l’aire linguistique peut se juxtaposer ou se superposer à d’autres aires du même type comme elle peut les chevaucher. Elle n’excède pas le territoire linguistique considéré et peut contribuer à en identifier l’exofrontière (bourrelet d’isoglosses) ou l’une de ses endofrontières comme c’est le cas avec le bourrelet d’isoglosses garonnais du dialecte gascon ou l’isoglosse discriminante de palatalisation des groupes latins CA et GA entre les ensembles supra-dialectaux de l’occitan méridional et du nord-occitan).

19 – Si elle est interterritoriale, l’aire linguistique peut s’étaler, pour un trait particulier, sur deux ou plusieurs territoires linguistiques A. Le français langue d’oïl est ainsi à part des autres langues romanes qui ont conservé, à travers diverses réalisations au contraire de lui, la finale-A posttonique latine et un accent de mot. Cependant, ce caractère interterritorial n’est pas toujours en adéquation avec les frontières linguistiques A externes. Ainsi, la palatalisation de ù long latin en [y], dans la Romania occidentalia, couvre entièrement les territoires du gallo-roman (français, occitan, franco-provençal) ainsi que les dialectes du domaine italo-roman, regroupés en gallo-italien et vénitien (Bec, 2001, p. 263-266) qui forment un ensemble homogène au nord de l’Italie. En revanche, en ce qui concerne le romanche, elle ne concerne clairement que la partie orientale constituée des dialectes putèr et vallader ou haut et bas engadinois.

20 – Si elle est transterritoriale, l’aire linguistique pourra chevaucher en continu deux ou plusieurs territoires linguistiques A, sans les recouvrir complètement. Ainsi, en va-t-il, par exemple, d’aires d’étymons anciens comme celle de biskar (dos, colline), d’origine aquitano-pyrénéenne, qui couvre une grande partie ouest du domaine pyrénéen et se prolonge jusqu’au nord du domaine gascon (Rohlfs, 1977, p. 55).

21 – Lorsque l’aire linguistique est transterritoriale excédant en discontinuité l’aire principale, elle pourra être à cheval sur deux ou plusieurs parties de territoires en continu puis se retrouver sans continuité sur partie d’un ou de plusieurs autre(s). Cela est observable à l’intérieur d’une même branche linguistique, romane par exemple (Haudricourt & Juilland, 1970). Ainsi, l’aire phonologique de confusion b = v en position initiale dans la Romania occidentalia, de part et d’autre de la frontière franco-espagnole, couvre une grande partie occidentale du domaine d’oc (ALF, carte 1392) et la plus grande partie des parlers romans de la Péninsule ibérique (Haudricourt & Juilland, 1970, p. 70). Elle se retrouve aussi, dans la Romania orientalia, à travers les deux autres aires du sarde et de l’italien méridional, Sicile incluse (ibid., p. 76-77). On peut également mentionner l’exemple des zones de palatalisation des occlusives vélaires/k/et/g/devant la palatale/a/issues du latin (exemple latin cattu> français « chat » [Sa]) qui occupent en continu deux portions importantes des territoires linguistiques historiques du français langue d’oïl, sauf dans la partie nord-occidentale en normand et picard, l’ensemble supra-dialectal du nord-occitan, et la totalité du franco-provençal (Gilliéron & Edmont, 1901-1910, carte 223 et 233, « chaleur » et « chanter »). Ce phénomène de palatalisation se retrouve aussi, sans continuité géographique, en romanche, à l’est, dans les dialectes sutsilvan, surmiran, putèr et vallader, le dialecte sursilvan, à l’ouest, ne connaissant que très peu ce phénomène. La variété unifiée du romanche, le rumantsch grischun, retient d’ailleurs cette palatalisation comme normative.

  • 7 Abelha < latin apicula.

22 – L’aire périphérique, à l’intérieur du territoire d’une langue ou sur un ensemble linguistique plus vaste, peut être illustrée dans le domaine du lexique, par exemple, pour les continuateurs d’un étymon ancien. Différentes aires peuvent témoigner de sa conservation sous des formes proches de l’origine. Ainsi, l’aréologie gallo-romane des successeurs du latin apis (abeille) (ibid., carte 1) signale sur le pourtour du domaine gallo-roman des poches de conservation du radical d’origine avec aps en occitan (Médoc), es (Guernesey) et é (Artois) en domaine d’oïl, a en franco-provençal (Suisse). Celles-ci ont résisté à l’aire de « mouche à miel » du nord de la France et à celle de « abeille », d’origine occitane7, qui a progressé vers le nord et a été intégrée par le français standard.

L’aire de langue

33Dans cette approche, la notion d’aire de langue diffère de celle d’aire linguistique en ce qu’elle rend compte d’une réalité globale et non de l’une de ses caractéristiques. Et si elle ressemble à celle de territoire linguistique, c’est sans une référence obligée à une frontière linguistique A ou B (cf. supra). Toutefois, comme le territoire linguistique, elle se définit à partir de la langue, mais peut aussi avoir été conditionnée par une frontière ou une entité politico-administrative en relation avec un processus de standardisation linguistique qui accompagne ou suit, à un moment ou à un autre, une construction politique marquée par une prise de conscience culturelle, voire nationale. Des quatre figures proposées ci-dessous, trois d’entre elles s’affranchissent du sème de linéarité qui a caractérisé les trois précédentes notions.

23 – L’aire de langue supraterritoriale peut s’étaler sur plusieurs territoires linguistiques A et/ou regrouper complètement, à travers une variété standard officielle, deux ou plusieurs territoires politico-administratifs. On peut prendre le cas de l’anglais qui, pour le Royaume-Uni et l’Irlande ou pour l’ensemble États-Unis et Canada, recouvre complètement plusieurs langues minoritaires autochtones.

24 – L’aire de langue transterritoriale est susceptible de traverser en continu deux ou plusieurs parties de territoires linguistiques A (cas no 1) et/ou de territoires politico-administratifs, d’États, essentiellement (cas no 2), sans les recouvrir nécessairement de façon intégrale. Le français par rapport aux langues régionales de France transfrontalières comme le basque et le catalan, ou le turc également par rapport au kurde, peuvent fournir des exemples pour le cas no 1. Nombreux sont les exemples qui correspondent au cas no 2. Tel est celui du kurde comme langue non officielle d’État qui, pour sa composante homogène (majoritaire), est présent sans discontinuité sur plusieurs portions d’États contigus (Turquie, Syrie, Irak, Iran, Arménie, Géorgie). L’allemand, comme langue officielle d’État, est, lui, présent sous différents statuts sur des marges (cf. infra) situées dans plusieurs pays hors d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse (Belgique, Danemark, France, Italie, Luxembourg, Pologne, République tchèque).

  • 8 http://www.linguistic-declaration.org/index.htm

25 – L’aire de langue non territorialisée ou aire de déplacement s’inscrit sans ligne fermante dans l’espace. Une illustration en sera trouvée avec les langues des « peuples nomades » de la Déclaration universelle des droits linguistiques8 dont la référence à l’espace en passe par l’emploi de l’expression « aire historique de déplacement » (article 1.4). Nulle référence à des contours nets, par conséquent, hormis, implicitement, les circonscriptions administratives à l’intérieur desquelles peuvent leur être appliquées des mesures d’aménagement linguistique.

  • 9 Dans les pays d’Europe où le français est langue officielle, il s’est superposé et a remplacé de f (...)

26 – L’aire de langue globale, si elle intègre les sèmes de la notion de territoire linguistique A et B, la dépasse pour se spatialiser au-delà de la ligne englobante. En s’inspirant de la chorématique de R. Brunet (2001, p. 195-224), on attribuera à certaines langues de grande diffusion le fait d’avoir pu se répandre selon les chorèmes des aires de propagation, des axes de propagation, des surfaces de tendance, du système d’attraction et dépendances (Brunet, 2001, p. 198). Les raisons de la propagation multimodale de ces langues sont connues et tiennent autant aux circonstances politiques qu’aux modes de production de la richesse et aux supports de la communication qui se sont développés au cours du XXe siècle. Certaines des particularités de l’aire de langue globale, qui s’en sont dégagées hors des territoires linguistiques originels A et B, comme langue de travail, langue seconde, langue de communication internationale, de commerce, d’organisations internationales, etc., sont le caractère extensif, le dynamisme et l’absence de ligne de front. L’aire de langue globale se déploie en réseau et peut gagner du terrain en halo, plus par superposition sur d’autres langues que par leur remplacement. La langue la plus représentative de ce type d’aire est l’anglais. Le français, à l’intérieur et en dehors des territoires où il est officiel, à travers notamment la francophonie partage certaines de ces caractéristiques9. Le russe, de fait ou de droit, en dehors de la Fédération de Russie, principalement dans les autres pays de la Communauté des États indépendants (deuxième langue officielle au Kazakhstan par exemple après le kazakh), mais aussi à des degrés divers, en Ukraine, en Géorgie et dans les Pays baltes, se trouve dans ce type de situation de nos jours. Le russe y conserve des fonctions de communication dont il avait eu auparavant l’apanage pour des raisons politiques dans le cadre de l’Union soviétique et, aussi, de son influence sur un pays tel que la Mongolie.

La marge linguistique

34La marge linguistique peut être adossée à une limite politico-administrative et être liée à un territoire linguistique dont le pôle directeur se trouve de l’autre côté de celle-ci. En cela, elle se définit aussi comme zone d’attraction par rapport à ce pôle. Elle peut afficher une autonomie conditionnée, de fait, par une frontière étanche (bulgare pomak en Grèce). Cette autonomie peut aussi être consciemment entretenue (occitan aranais). La marge peut se cristalliser dans cette autonomie, surtout si elle est relativement ancienne (allemand d’Alsace en France) et, à ce titre, présenter un caractère de stabilité même si, dans ce cas précis, cette configuration est actuellement soumise à une évolution accélérée au détriment de la langue d’origine. De ce fait, cette dernière pourrait être interprétée, à partir de maintenant, comme une marge dynamique régressive avec le phénomène de reflux linguistique des variétés locales d’allemand et du Hochdeutsch que l’on y constate.

  • 10 Le kven/finnois, variété autonome du finnois, est devenu le kven, langue distincte du finnois, par (...)

35Dans cette tendance à l’autonomisation, la marge linguistique peut, à la fin, se rendre indépendante comme langue par élaboration (meänkieli ou finnois tornédalien en Suède, et aussi kven ou kvène10 en Norvège comme marges occidentales du continuum finnois). La tendance inverse existe aussi : les marges basque et catalane, côté français, se sont, au contraire, solidement accrochées au cours des dernières décennies aux territoires linguistiques de ces langues principalement situées en Espagne. On notera, à travers ces exemples, que l’existence d’une même variété standard dans le territoire linguistique principal et, à tout le moins, son acceptation à l’intérieur de la marge, n’est pas indifférent (Woolhiser, 2005). Dans les deux cas présents, Les normes linguistiques édictées par l’Académie de la langue basque et par l’Institut d’études catalanes servent de références des deux côtés de la frontière franco-espagnole. Dans les exemples donnés en illustration ci-dessous (no 27 et 28), le standard existe comme référence même si on peut débattre du degré d’adhésion à celui-ci en Alsace, pour des raisons instrumentales ou identitaires.

36La marge linguistique peut également être mise en évidence ou émerger à partir de la frontière linguistique A ou B. Au vu de ces premières considérations, nous retiendrons que la marge linguistique peut donc être stable ou dynamique, comme frange, zone d’influence et d’attraction, ou laisse :

27 – Frange, elle apparaît ainsi quand elle est déterminée par un fait politico-administatif. Nous la nommerons ainsi en référence à l’exemple de la Franja catalane d’Aragon. La frange est un type de marge qui continue le territoire contigu dont elle est séparée par une frontière ou une limite administrative intra-étatique. Le signifiant « frange » comporte le sème de forme longitudinale et les « franges » catalane en Aragon (Franja) et galicienne dans les Asturies, ou occitane en Italie en fournissent des illustrations. Sans pour autant retenir que cette signification de forme soit absolue, on retiendra au moins que la « frange » désigne un territoire d’importance réduite.

28 – Comme zone d’influence et d’attraction, la marge linguistique s’étend en halo au-delà du territoire d’origine. Ainsi en vat-il de la pratique et de l’apprentissage comme langue seconde, pour des raisons instrumentales, notamment économiques et d’emploi, d’une langue d’un pays voisin (allemand, voire luxembourgeois en Alsace et Lorraine). L’occitan jouait autrefois un rôle similaire sur les bordures nord du Pays basque français et, de nos jours, on réapprend le catalan en Roussillon en bonne partie du fait de l’attraction exercée par la Communauté autonome de Catalogne en Espagne et par son pôle barcelonais. Il peut aussi y avoir des marges linguistiques plus vastes avec des langues de grande diffusion telles que l’anglais en Europe nord-occidentale et le russe en Asie centrale. Au-delà, cela est susceptible de rejoindre la figure no 26 de l’aire de langue globale (cf. supra).

29 – Laisse, la marge linguistique apparaîtra comme étant déterminée par un mouvement de flux et de reflux par rapport à une frontière linguistique. Des langues minoritaires mais normalisées telles que le basque ou le gallois ont connu ces va-et-vient avec, de nos jours, des mouvements de flux relatif grâce, notamment, à des aménagements linguistiques favorables qui ont tendance à faire apparaître que ces marges participent de nouveaux territoires linguistiques B. Cette laisse peut également être déterminée par un mouvement de prise et de déprise par nature discontinue par rapport à une frontière linguistique. On formulera ici l’hypothèse que des langues minoritaires, comme l’occitan si l’on se réfère à la réalité des usages contemporains, correspondent à cette représentation dans la mesure où leur connaissance et leur pratique paraissent de plus en plus cantonnées à des portions de territoires qui communiquent peu entre eux dans cette langue, surtout dans la mesure où les conditions d’une normalisation de leur usage n’ont été que très insuffisamment remplies.

L’implantation linguistique

37La notion d’implantation linguistique est censée désigner la résultante, à partir d’un pays d’origine, d’une expansion territoriale ou d’un mouvement de population, volontaire ou provoqué. De fait, elle est aussi une des origines possibles de la marge linguistique ou une de ses conséquences. Au départ, en effet, l’implantation linguistique a pu être représentative d’une des figures de la marge linguistique. Celle-ci, prenant de l’importance, peut alors être perçue à travers son autonomisation comme une notion à part dans notre approche. Partant de là, deux figures de base, propres à l’implantation linguistique, pourront au moins être envisagées :

30 – l’implantation linguistique en continuité spatiale en se fondant, par exemple, sur les illustrations fournies par le galaïco-portugais ; le castillan et le catalan ayant progressé historiquement vers le sud de la Péninsule ibérique au cours de la Reconquista,

31 – et l’implantation linguistique en discontinuité spatiale en se fondant, par exemple, sur celles, classiques, de l’anglais, de l’espagnol, du français ou du portugais hors d’Europe vers d’autres continents, mais aussi du croate en Autriche, sans continuité spatiale avec le territoire linguistique A ou B du croate.

38La configuration de la langue implantée, ne serait-ce qu’au vu des exemples évoqués ci-dessus, a pu, dans son état initial, être plus ou moins composite par rapport à la structuration diatopique et au degré de standardisation atteint à l’intérieur du territoire linguistique originel. L’implantation en elle-même et la nature du lien avec le territoire et les formes linguistiques d’origine (dialectales et standard) sont à l’origine de phénomènes de dialectalisation secondaire (exemple de l’andalou) (Coseriu, 1988, p. 51), voire tertiaire. Le français d’Afrique, comme langue 1 ou langue 2 sur la base du français standard implanté sur ce continent, connaît des phénomènes de dialectalisation tertiaire. Bien que, parfois, la discontinuité spatiale puisse même être exprimée par de grandes distances, l’implantation linguistique ne se signale pas forcément par une tendance centrifuge. Les grandes langues implantées en fournissent des exemples significatifs. Cette évolution reste néanmoins possible comme pour certaines marges linguistiques. Deux langues implantées, de moindre diffusion il est vrai, effet frontière aidant là aussi, le kven (cf. supra), variété finnoise implantée au nord des terres norvégiennes à la faveur d’un mouvement migratoire extensif du XVIe au XXe siècles, ou le croate du Burgenland (Burgenlankroatisch), implanté à partir de la même époque dans cette région devenue autrichienne au XXe siècle, ont ainsi suivi jusqu’au bout cette dynamique. Nous ajouterons que dans ces deux cas, il n’y pas de continuité spatiale formelle avec le territoire linguistique d’origine, même si ce dernier est proche au demeurant.

Conclusion

39La déclinaison de l’espace linguistique qui vient d’être présentée se compose donc de cinq notions de base, dont trois (frontière linguistique, territoire linguistique et aire glossique) se subdivisent en six sous-notions (exo et endofrontières linguistiques, territoires linguistiques d’appartenance et de référence, aires linguistiques et de langue). Trente et une figures sont, en outre, censées préciser cet ensemble notionnel. Nous avons abordé cet espace linguistique essentiellement en synchronie, sauf en ce qui concerne la notion de territoire linguistique pour laquelle des évolutions en diachronie d’une figure vers d’autres ont été envisagées. Des langues peuvent ainsi être reliées à plusieurs figures, et aussi à plusieurs notions, comme le kurde – exemple parmi d’autres – concerné, ainsi que nous l’avons vu, par les deux figures no 6 du territoire linguistique d’appartenance no 17 et du territoire linguistique de référence et, en outre, de la figure no 24 de l’aire de langue.

40Une approche diachronique plus générale permettrait d’appliquer, en fonction des périodes, telle ou telle notion, concomitamment ou successivement, à une langue en suivant son évolution sociolinguistique. Telle langue aura également pu émerger à partir d’une situation qui correspond à un territoire linguistique à peu près établi, telle autre aura été élaborée sur la base de représentations moins précises d’aires linguistiques et/ou de langue, telle autre, aussi, à partir d’un état de marge ou d’implantation linguistique. Dans tous les cas, l’espace et linguistique et ses déclinaisons ont aussi affaire avec la réalité des usages et les contraintes pesant sur les locuteurs comme leurs propres options et leur mobilité.

Tableau récapitulatif des déclinaisons de l’espace des langues

Tableau récapitulatif des déclinaisons de l’espace des langues

Bibliographie

Références bibliographiques

Breton Roland (1994), « L’approche géographique des langues d’Europe », in Truchot Claude (dir.), Le plurilinguisme européen, théories et pratiques en politique linguistique = European mulitilingualism, theory and practice in language policies = Europäische mehrsprachigheit, Theorie und Praxis in der Sprach(en) Politik, Paris, Champion, p. 41-68.

Brun-trigaud Guylaine, Le Berre Yves et Le Dû Jean (2005), Lectures de l’Atlas linguistique de Gilliéron et Edmont. Du temps dans l’espace, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Brunet Roger (2001), Le déchiffrement du monde : théorie et pratique de la géographie, Paris, Belin.

Calvet Louis-Jean (1999), Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon.

Calvet Louis-Jean (2002), Le marché aux langues, les effets linguistiques de la mondialisation, Paris, Plon.

Coseriu Eugenio (1988), « “Historische Sprache” und “Dialekt” », in Albrecht Jörn, Lüdtke Jens & Thun Harald (ed.), Energia und Ergon. Sprachliche Variation-Sprachgeschichte-Sprachtypologie. Studia in honorem Eugenio Coseriu. Tome 1 : Schriften von Eugenio Coseriu (1965-1987), Tübingen, Gunter Narr, p. 45-61.

Dalbera Jean-Philippe (2006), Des dialectes au langage : une archéologie du sens, Paris, Champion.

Dellais-Rousarie Élisabeth et Durand Jacques (2003), Corpus et variation en phonologie du français. Méthodes et analyses, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Djordjević Xsenija (2008), « Les six paradoxes de la construction d’une langue monténégrine », Lengas revue de sociolinguistique, no 64, p. 7-22.

Gilliéron Jules et Edmont Edmond (1901-1910), Atlas linguistique de la France, Paris, Champion.

Haudricourt André et Juilland Alphonse (1970), Essai pour une histoire structurale du phonétisme français, La Hague/Paris, Mouton.

Kloss Heinz (1987), « Abstandsprache und Ausbausprache », in Amm o n Ulrich, Dittmar Norbert et Mattheier Klaus (ed.), Sociolinguistics. An international handbook of the science of language and society = Soziolinguistik. Ein internationales Handbuch zur Wissenschaft von Sprache und Gesellschaft, Berlin/New York, Walter de Gruyter, p. 302-308.

Knörr Henrike (1998), Lo que hay que saber sobre la lengua vasca en Álava = Arabako euskarari buruz jakin behar dena, S.l., Fundación Caja Vital Kutxa.

Koter Marek (1994), « Classification géographique des minorités ethniques », Espace populations sociétés, no 3, p. 288-298.

Laponce Jean-Antoine (1984), Langue et territoire, Laval, Presses de l’Université de Laval.

Mackey William F. (1988), « Geolinguistics : its Scope and Principles », in Williams Colin H. (ed.), Language in Geographic Context, Cledon, Philadelphia, Multilingal Matters LTD, p. 20-46.

Muljačić Žarko (1988), « Le “paradoxe élaborationnel” et les deux espèces de dialectes dans l’étude de la constitution des langues romanes », Lletres asturianes, no 31, p. 43-56.

Pailhé Joël (2007), « Géographie des langues : problématique et application », in Viaut Alain (dir.), Variable territoriale et promotion des langues, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 47-64.

Rohlfs Gerhard (1977), Le gascon, études de philologie pyrénéenne, Tübingen, Max Niemeyer.

Viaut Alain (2004), « La frontière linguistique de la ligne à l’espace : éléments pour une schématisation », Glottopol revue de sociolinguistique en ligne, no 4, p. 6-22. http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/telecharger/numero_4/gpl-402viaut.pdf

Viaut Alain (2005), « La représentation du standard dans les langues minorées à travers ses fonctions intégrative et séparatrice », in Entgrenzungen für eine Soziologie der Kommunikation. Festschrift für Georg Kremnitz zum 60. Geburtstag, Wien, Praesens, p. 88-103.

Viaut Alain (2007), « Le territoire linguistique et ses limites », in Viaut Alain (dir.). Variable territoriale et promotion des langues, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 47-64.

Walter Henriette (1982), Enquête phonologique et variétés régionales du français, Paris, PUF.

Woolhiser Kurt (2005), « Political borders and dialect divergence/convergence in Europe », in Auer Peter, Hinskens Frans, & Kerswill Paul (eds.), Dialect Change : Convergence and Divergence in European Languages, Cambridge, Cambridge University Press, p. 236-262.

Notes

1 Tout l’espace romand de la Suisse, hormis le canton du Jura et le district de Moutier dans le canton de Berne, qui font partie du domaine d’oïl.

2 On a vu, cependant, que le Monténégro, devenu indépendant en 2006, a déclaré, en 2008, le monténégrin langue officielle de ce nouvel État, alors qu’il s’était jusque-là situé dans le continuum du standard serbo-croate et serbe.

3 L’emploi du basque officiel concerne l’ensemble de la Communauté autonome d’Euskadi, incluant en particulier la partie sud de l’Alava de tradition linguistique romane (Knörr, 1998).

4 Ce « pays » administratif fut reconnu en application de la loi no 95-115 (notamment les articles 22, 23 et 24) du 4 février 1995 d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire : « Considérant que la candidature d’un Pays “Pays Basque” présente une cohérence géographique, culturelle, économique et sociale ». Art. 1 : « Les communes des cantons de Bayonne-Est, Bayonne-Nord, Bayonne-Ouest, Biarritz-Est, Biarritz-Ouest, Anglet-Nord, Anglet-Sud, Bidache, Espelette, Hasparren, Iholdy, Labastide-Clairence, Saint-Étienne-de-Baigorry, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Palais, Ustaritz, Hendaye, Saint-Pierre-d’Irube, Mauléon-Licharre et Tardets forment un pays dénommé “Pays Basque” » (Arrêté préfectoral fixant le périmètre du Pays “Pays Basque”, Pau, 29 janvier 1997). Cette entité sert également de base territoriale à un aménagement linguistique de protection et de promotion de la langue basque. Ce choix tient compte des nouvelles réalités sociolinguistiques du basque, effectivement présent dans tout cet ensemble qui intègre pourtant la zone urbaine de Bayonne-Anglet-Biarritz et Labastide-Clairence de tradition linguistique occitane.

5 Cf. décret no 2001-950 du 16 octobre 2001 « modifiant le décret no 89-403 du 2 juin 1989 instituant un Conseil supérieur de la langue française et une délégation générale à la langue française ».

6 « Aire isolée au milieu d’une aire compacte, qui n’a pu se former que par un chemin inhabituel (par exemple par l’influence des villes d’eau, recevant des populations d’autres régions et donc une autre façon de parler que le milieu autochtone) » (Brun-Trigaud et al., 2005, p. 343).

7 Abelha < latin apicula.

8 http://www.linguistic-declaration.org/index.htm

9 Dans les pays d’Europe où le français est langue officielle, il s’est superposé et a remplacé de fait, en très grande partie, d’autres langues. En Afrique, il peut être très présent comme langue officielle, se superposant à des langues nationales ; il peut l’être aussi comme langue non officielle se superposant à la langue officielle, (comme l’arable en Algerie). Sa présence au sein de pays européens de la francophonie où il n’est pas langue officielle, est en revanche beaucoup plus symbolique et sensiblement moins importante que celle de l’anglais. C’est finalement son ancienne position politique qui continue à lui assurer quelques dividendes alors que celle de l’anglais découle à la fois de cette ancienne position également hégémonique.

10 Le kven/finnois, variété autonome du finnois, est devenu le kven, langue distincte du finnois, par décision du gouvernement norvégien en avril 2005 peu avant la remise par la Norvège de son troisième rapport d’État au Secrétariat du Conseil de l’Europe dans le cadre du suivi de la mise en application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (http://www.coe.int/t/dg4/education/minlang/Report/PeriodicalReports/NorwayPR3_fr.pdf).

Table des illustrations

Titre Tableau récapitulatif des déclinaisons de l’espace des langues
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

Auteur

Linguiste, chargé de recherche CNRS, UMR 5222 Europe Européanité Européanisation (EEE), CNRS-Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Ses recherches portent sur les politiques linguistiques et les langues minoritaires en Europe, et aussi sur l’occitan. Il a déjà publié sur le thème du présent livre dont l’ouvrage qu’il a dirigé Variable territoriale et promotion des langues minoritaires (MSHA, 2007).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540