Version classiqueVersion mobile

Langue et espace

 | 
Alain Viaut
, 
Joël Pailhé

Préface

Langue et espace : approche d’une implication réciproque

Joël Pailhé et Alain Viaut

Texte intégral

Le vieux mythe de la tour de Babel, la diversité linguistique doivent être incorporés, il me semble, à toute théorie des discontinuités (Jean Gottmann, Le Cloisonnement du monde: théorie et faits, postface de La discontinuité critique de Jean-Paul Hubert, Paris, 1993, p. 202)

  • 1 Sandrine Benjelloun, doctorante, membre de ce laboratoire, a participé activement à l’organisation (...)

1Les textes qui suivent ce propos introductif se placent dans l’ensemble des travaux réalisés dans le cadre du contrat quadriennal de recherche ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche-Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (2007-2010), Marges mémoire et représentations des territoires en Europe, succédant au thème « Contacts de langues et frontières », qui faisait partie d’un programme précédent (2003-2006) axé sur la même problématique. Il s’est agi d’un travail de longue haleine, jalonné par des rencontres internationales ayant fait l’objet de publications. Ainsi, une journée d’étude, tenue le 9 mars 2007 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, réalisée conjointement avec le concours de l’UMR 5222, Europe-Européanité-Européanisation (CNRS-Université de Bordeaux 3) et de l’UMR 8155 Espace, Nature et Culture (CNRS-Université de Paris 4)1 a été constitutive de l’une des étapes de ces travaux. La majorité des textes du présent ouvrage a eu pour point de départ les communications de cette journée dont l’objectif avait été d’approfondir la réflexion sur la relation entre langue et espace en combinant approches notionnelles et études de cas en Europe. Ces deux dimensions n’étant pas séparées par des cloisons étanches, on peut les retrouver dans une même contribution.

2Le rapport langue/espace semble aller de soi, à l’image du dialogue direct entre le présentateur du journal télévisé et l’envoyé spécial en Afrique du Sud (avec le « blanc » de la liaison par satellite), et n’a pas besoin de regard scientifique. On veut bien admettre que les personnes qui parlent ou qui écrivent vivent bien « quelque part », et que l’étude de la répartition des locuteurs peut apporter une contribution à l’analyse de l’espace des sociétés, mais la confrontation directe entre les pratiques scientifiques de ces deux objets a longtemps été une suite de rendez-vous manqués. D’une part, la sociolinguistique longtemps a considéré l’espace comme secondaire, réduit le plus souvent à une aire d’origine des langues et des locuteurs. D’autre part, la géographie n’estimait pas la langue comme élément pouvant produire des structures spatiales, en restant à un stade purement descriptif de situations localisées, aussi bien dans le cadre de la géographie culturelle que dans celui de la géographie de la population. C’est ce qui apparaît à la lecture de l’entrée « langue » des Mots de la géographie, considérée sous l’angle de la géographie des langues, réduite à l’étude de « la distribution spatiale des langues, dialectes, idiotismes et déformations locales des mots et de leur prononciation » (Brunet, Ferras, Théry 1992, p. 271), soit un objectif de recherche peu ambitieux. Reconnaissons que la sociolinguistique, et la dialectologie auparavant déjà, a pris une certaine avance dans la pratique, avec l’élaboration d’atlas linguistiques et de cartes sociolinguistiques; les géographes ayant laissé le champ libre dans le domaine de la cartographie, considérée pourtant comme leur marque de fabrique. Partant de là, le présent accueil apparaît comme une réflexion collective qu’il conviendra de confronter, au moins pour partie, aux volumes de référence en cours de parution sous l’intitulé Language and Space (Auer et Schmidt, 2010), spécialisés sur la variation linguistique.

Cet objet géographique

3Aujourd’hui, les langues sont bien analysées en tant qu’objet géographique. L’affichage du rapport privilégié avec la linguistique (Mondada, 2003, p. 567-568) situe des points de rencontre: géolinguistique, expression de la spatialité dans le langage, sociolinguistique urbaine, outils d’analyse mis en commun. Les contours et les angles d’attaque se sont diversifiés avec, entre autres, les dimensions politique et géopolitique, la territorialité linguistique, les enjeux territoriaux de l’enseignement, etc. Le présent ouvrage contribuera à mesurer le chemin parcouru et la pluridisciplinarité n’est pas ici l’affichage d’une posture de bienséance. Elle découle de la pratique en commun, à travers la diversité disciplinaire, chaque domaine apportant sa part avec une écoute mutuelle. Ainsi, dans la division du travail entre domaines scientifiques, se rencontrent ici la sociolinguistique, la géographie et le droit.

4Comme il est fréquent dans les sciences de l’homme et de la société, les termes aux notations spatiales sont souvent utilisés de manière métaphorique, du « territoire de l’historien » d’Emmanuel Le Roy-Ladurie au « champ » de Pierre Bourdieu. Prenons le cas de la langue basque: la distance linguistique–comme on dit la distance sociale–indique l’intensité de la différence entre le basque, le castillan, le français, l’occitan gascon, dont les locuteurs sont les plus proches voisins; frontière linguistique, alors que, dans le même village, les toponymies basques et béarnaises s’enchevêtrent; isolat linguistique, terme désignant l’absence de langues appartenant à une même famille (comme, par exemple, le japonais, le ket ou le burushaski), cela ne signifiant pas que les locuteurs de la langue basque soient confinés. Le basque est parlé bien au-delà de son aire d’origine, en Argentine ou au Chili notamment. L’espace concret du déploiement des langues finno-ougriennes rencontre l’espace métaphorique géolinguistique du hongrois, entouré par l’ukrainien, le slovaque, le croate, le serbe, le slovène, le roumain, l’allemand, tout en ayant des locuteurs qui peuvent constituer de fortes minorités dans des pays mitoyens. Par contre, on peut noter la proximité, à la fois géographique et linguistique de l’Estonie et de la Finlande, de l’estonien et du finnois, qui a joué dans le processus identitaire des Estoniens en Union soviétique, recevant la télévision finlandaise et rencontrant facilement des Finlandais venus en touristes. De nombreux autres exemples seraient à citer. Les textes qui suivent ne se situent pas sur le plan d’une utilisation métaphorique de l’espace, mais du rapport entre les pratiques linguistiques, terme recouvrant divers secteurs de recherche, en ne se limitant pas aux échanges interpersonnels, et à l’espace concret des sociétés.

5L’analyse du rapport entre langue et espace ne peut faire l’économie de la réflexion sur la dimension spatiale de la société, et d’un bref arrêt sur ce que l’on entend par le terme espace. Selon Jacques Lévy, « il y a eu dans l’histoire de la pensée trois grandes espèces de catégories d’espace : “kantienne” – l’espace est une “forme a priori”, “cartésienne” – “l’étendue” est un attribut de toute chose –, “Leibnizienne” – l’espace est une relation entre “coexistants” » (Lévy, 1993, p. 103-104). Selon la première définition, développée par Jean-Paul Hubert dans la problématique des discontinuités (Hubert, 1993), toute langue se déploie dans l’espace qui est un cadre, préalable à toute considération sur les langues; les frontières linguistiques étant des formes de discontinuités majeures. Selon la deuxième définition, l’espace est un support neutre (« ici, on parle hongrois à 80 % », dans le village à côté, le roumain domine). L’application concrète de cet espace cartésien se trouve dans les nombreux atlas linguistiques qui indiquent des aires de localisation des langues, laissant au lecteur le soin d’analyser les formes d’extension et les limites des langues pratiquées ou héritées. Mais arrêtons-nous un instant sur la conception de l’espace par Gottfried Wilhem Leibniz, telle qu’elle nous est proposée en appendice de la Monadologie dans une « Lettre à Rémond » de juillet 1714, non envoyée, dans laquelle il indique que « l’espace, bien loin d’être une substance n’est même pas un être. C’est un ordre, comme le temps, un ordre des coexistences comme le temps est un ordre des existences qui ne sont pas ensemble ». Au fil de sa correspondance, notamment avec Samuel Clarke, disciple de Newton, en 1715-1716, Leibniz revient à plusieurs reprises sur sa proposition (Robinet, 1957). Cette conception, d’un haut degré d’abstraction, en dehors de toute considération empirique sur « l’étendue », permet de mettre au premier plan le primat de la relation: « L’espace n’est que la vérité d’un rapport (l’exactitude d’une distance), et non une réalité absolue » (Pradeau, 1996, p. 56). Elle trouve une application particulièrement féconde dans le travail sur l’espace–réseau, et prend une résonance particulière dans le rapport langue/espace, dans le lien constant entre réseau et territoire. Une langue est le réseau territorialisé des locuteurs. Sans tomber dans l’éclectisme, on conviendra que l’analyse du rapport langue/espace rencontre ces trois conceptions.

6Actuellement, le développement de la géographie fait apparaître des convergences saisissantes entre linguistique et géographie, à l’exemple de la théorie des structures élémentaires de l’espace (Brunet, 1980). Le terme de « chorème », proposé par R. Brunet est forgé en référence directe à la linguistique (phonème, morphème…), permettant de « fonder une sémiologie de l’organisation de l’espace » (Brunet, 1980, p. 262). Dans la pratique, les 28 figures de base rassemblées dans la table des chorèmes semblent se retrouver dans un grand nombre d’applications concrètes dans le rapport langue-espace: aire d’attraction, de contact, d’extension, rupture, interface, axe de propagation, tissu du changement, etc. (Brunet, 1986, p. 191). Ainsi, le terme de « chorolinguistique » a-t-il pu être proposé (Viaut, 2007, p. 61), sans aucune considération de type doctrinaire. On proposera que les conceptions de l’espace proposées ne constituent pas des prises de positions radicales et exclusives, mais des angles d’attaque reliés aux domaines d’études. Ainsi, la thématique des politiques linguistiques, par exemple, rend compte de manière transversale de la territorialité de l’application législative et de l’espace de la sociabilité des réseaux de locuteurs.

La langue et les paramètres de l’espace

7De fait, les questions abordées plus avant participent d’une réflexion plus large que celle qui correspond aux limites de cet ouvrage et nous continuerons à en évoquer quelques éléments supplémentaires ici. Le rapport entre langue et espace est au cœur de l’activité langagière, la fonction de communication déterminant des territoires à l’intérieur desquels elle est effective. La langue précède rarement une des configurations abouties du territoire qui est celle, politique, de l’État. En revanche, ce dernier peut contribuer, parfois fortement, à lui donner une assise et des limites, comme on le verra, avec des variétés standard de langue.

8Plus généralement, Les formes et combinaisons de formes qui rendent l’espace tangible influencent les langues et les rapports qu’elles entretiennent entre elles. Ainsi, les distances linguistiques sont favorisées par les obstacles naturels mais pas toujours. La nécessité d’échanger et de communiquer peut contribuer, dans la mesure du possible, à les relativiser et à entretenir l’homogénéité linguistique (voir, par exemple, les vallées gasconnes entre elles). Plus près de nous, l’appréhension de l’espace étant modifiée par le développement des communications, les langues ont suivi leurs locuteurs dans leurs déplacements réels et de plus en plus virtuels pour être concurrencées par d’autres, devenues plus utiles, voire pour leur céder le pas. En ce sens, situer le territoire d’une langue dans le cerveau de celui qui la parle rappelle une vérité première (Cerquiglini, 1999: sous « territoire »). Or cette vérité est aussi conditionnée par la fonction d’abord communicative du langage et par le fait que le territoire de la langue est également sis dans les cerveaux d’autres locuteurs terrestres menant leur vie en groupe, selon des modalités déterminées par leur bipédie et leur capacité à maîtriser l’espace dont ils tirent leur subsistance. La communication langagière, signe tangible de l’existence de la langue, se manifeste et se gère en tenant compte des paramètres de distance et limologiques divers de l’espace, que ceux-ci soient nets ou de plus en plus flous.

  • 2 Notion utilisée dans les enquêtes sociolinguistiques en Catalogne (Institut de statistiques de Cata (...)

9Le fait qu’une langue soit associée à d’autres fonctions que celles qui sont proprement communicatives, telles qu’identitaires à travers, par exemple, un lien avec une religion, peut être à l’origine d’une complexification de son inscription spatiale. Un enchâssement des liens langue-espace en procède alors. Ici, la notion large et englobante d’espace sera de nature à regrouper plusieurs types de territoires, celui où le groupe de locuteurs impliqués réside et conserve sa « langue d’identification »2 à travers des usages réels ou symboliques, celui ou ceux de langues véhiculaires éventuellement officielles, et aussi celui de la langue associée à une référence culturelle majeure. Ce dernier type de référence spatiale relèverait, à notre sens, d’une catégorie spatiale plus proche de l’aire que du territoire du fait de contours peu définis. L’aire donc–plutôt que le territoire–de langues auxquelles on attribue des fonctionnalités partielles, culturelles ou économiques. L’anglais, comme langue première sur trois continents, et à travers sa variante globish, tient une place particulière en étant directement actif ou potentiellement, et de façon extensive, sur l’ensemble de l’espace habité par l’homme. Antithèse de petites langues isolées et menacées de disparition, il est devenu la langue globale aux contenus sociolinguistiques protéiformes d’un univers humain global. Il résume des possibilités d’emploi spatialisées sur un mode tant intensif qu’extensif, tant général que partiel, tant exclusif que subsidiaire.

10La contextualisation spatiale des langues leur est consubstantielle et leur faculté de s’en abstraire paraît relative. Si celle-ci repose sur la liberté du locuteur, ce dernier échange toujours avec d’autres locuteurs. La question de la spatialisation de la communication qui en résulte et des limites qui la contiennent se pose en termes d’intercompréhension et de possibilités d’usage, d’où la force croissante des grandes langues qui franchissent ces limites plus aisément que les petites. Il n’est, en ce sens, de langue qu’en relation avec un espace délinéé par des limites au-delà desquelles elle ne sert plus aux locuteurs à communiquer efficacement entre eux. Pour ce faire, ils doivent changer de code. Or ce déclassement de la langue dans sa fonction communicationnelle, au-delà d’une limite géographiquement identifiable, est la traduction d’une réalité linguistique aussi bien interne qu’externe. Dans le premier cas, la limite s’impose car on ne se comprend plus, on devient inintelligible, attestant la réalité de la non-communication. Dans le deuxième cas, la limite peut être imposée par un acte volontariste. Celui-ci traduit en fait un refus de ressembler à l’autre en lui déniant la possibilité d’une intercommunication sur la base de conventions linguistiques objectivement communes. Quelles que soient les raisons à l’origine de ces représentations, avec leurs effets sur l’image sociale des langues, cette situation est représentative d’une posture extrême parmi les tendances centrifuges ou centripètes qui participent la dynamique des continuums linguistiques. Il en ressort que le lien entre langue et espace est indissociable de celui qui existe entre communication et espace. La communication est régie comme la langue par des codes appropriés qui sont opératoires à l’intérieur de certaines limites au-delà desquelles ils ne sont plus reconnus. Or ce territoire communicationnel, causal ou imposé, est déterminant pour celui de la langue qui s’adapte à la volonté de communiquer.

11Ainsi, la langue s’inscrit dans l’espace par elle-même comme du fait de la volonté expresse de ses locuteurs. Elle est en même temps une marque culturelle très significative pour un groupe ou une communauté quelle que soit sa taille. Il se peut que cette marque concerne plus la communauté des locuteurs que son territoire d’appartenance. Elle pourra agir comme un paramètre déterritorialisé mais, y compris dans ce cas, le territoire ne sera pas forcément absent, ne serait-ce qu’à travers son rôle de référence comme pour les langues de diaspora.

12Le lien entre la langue et les déclinaisons de l’espace n’est pas toujours direct. Il peut aussi se concevoir sans associer l’idée de limite, plus en liaison avec la notion d’aire qu’avec celle de territoire, autant dans le cas de modes de vie nomades que dans celui du développement moderne des communications et des déplacements physiques ou virtuels qui en découlent. La langue qui entre dans cette configuration pour des locuteurs, autochtones ou migrants, ne sera opératoire que dans la mesure où elle sera utilisée un minimum et ne sera pas uniquement cantonnée dans des fonctions symboliques. Quoi qu’il en soit, même dans cette configuration-là, la langue en passera par l’espace et des délimitations de fait, non forcément strictes; et elle sera éventuellement concurrencée par d’autres langues plus efficaces et/ou mieux reconnues et soutenues.

13La langue s’adapte ou est adaptée à l’espace, l’occupe de façon intensive ou extensive selon les besoins ou les attentes. Ses aires d’usage sont denses et uniques ou lâches et enchâssées, superposées, entièrement ou partiellement, avec celles d’autres langues. Elle doit s’adapter aux divers paramètres de la communication, dont elle est un des vecteurs essentiels, et de ses formes spontanées ou commandées par les pesanteurs économiques et par les volontarismes politiques. Pour être, enfin, à sa place dans le cerveau de ses locuteurs, la langue se construit et vit en gérant, au mieux des nécessités des liens sociaux qu’elle facilite, l’espace, ses distances et ses structures. En retour, sa gestion est rarement envisageable sans un recours, d’une façon ou d’une autre, à l’espace et au territoire.

***

14Les contributions qui suivent se répartissent selon trois axes: de la géographie et des langues; langue, espace et pouvoir; langue et milieu.

15Le premier axe constitue un état des lieux interdisciplinaire, entre sociolinguistique et géographie, chacune de ces disciplines empruntant auprès de sa voisine (territoire linguistique pour la première, dynamique des langues pour la seconde). Il est censé ouvrir les débats et annoncer les perspectives de collaborations interdisciplinaires, non pas selon une pratique de juxtaposition des disciplines à l’étanchéité soigneusement préservée, ni une quelconque fusion des disciplines aux contours hasardeux, censée résoudre les questions posées par l’objet de recherche, mais selon un rapport de confrontation des points de vue et d’interaction des méthodes.

16Le deuxième axe, en introduisant les aspects juridiques et en orientant les débats sur les territoires et la territorialité linguistique, met en présence le politique. Mais il ne s’agit pas ici de géopolitique (rapports de domination entre États, contrôle du territoire par le biais d’une langue dominante), mais d’une géographie du politique, avec les problèmes concernant la gestion des minorités, la territorialisation des droits linguistiques (aires d’application du bilinguisme), la mise en évidence de la catégorie des « langues de France », longtemps demeurée introuvable, aujourd’hui admise, avec l’introduction de la dimension européenne dans ce qui était considéré comme un débat exclusivement national. L’observation de situations concrètes montre l’étendue des questions, entre le cas du Haut-Adige, région italienne, et celui des territoires linguistiques des Kurdes, répartis sur plusieurs pays, dont les droits linguistiques ne sont pas reconnus, notamment en Turquie.

17Dans le troisième axe, les pratiques linguistiques sont placées en relation directe avec leur environnement social, et naturellement la dimension spatiale: la ville, le quartier l’« urbanité langagière » et le plurilinguisme urbain, la région, et son « portefeuille linguistique », le territoire non loin de l’enclavement (Val d’Aran), le « bassin » aux limites floues (Lac Tchad). La mobilité de la population intervient dans la transmission intergénérationnelle des langues et les relations professionnelles quotidiennes ainsi que dans la pratique religieuse, à l’exemple de l’arabe. Les politiques de protection d’une langue minoritaire apparaissent vite, face précisément à un environnement plurilingue, alors que leur mise en application en milieu scolaire permet l’ouverture aux non locuteurs d’origine. Enfin, par le biais du vocabulaire utilisé par les populations autochtones concernant l’habitat et les saisons, une ouverture sur l’espace vécu permet d’ébaucher une « géographie vernaculaire », qui assure la rencontre avec le langage vernaculaire « local, parlé spontanément, moins fait pour communiquer que pour communier » (Raffestin, 1980, p. 88).

18Souhaitons que ces apports contribuent à alimenter le débat sur le lien entre langue et espace, sur les confinements, les débordements et les dilutions que connaît la langue du fait des formes et des dynamiques de l’espace, sur les marquages, les identifications, les restrictions ou les extensions que connaît l’espace du fait de la langue. L’application des représentations spatiales aux réalités sociolinguistiques suppose d’autres approfondissements et voies à explorer, celle de la dimension longitudinale des pratiques linguistiques dans l’histoire familiale en constitue un exemple.

Bibliographie

Références bibliographiques

Auer Peter et Schmidt Jürgen Erich (eds) (2010), Laguage and Space an International Handbook of Linguistic Variation. Volume 1, Theories and Methods, New York/Berlin, De Gruyter Mouton.

Brunet Roger (1980), « La composition des modèles dans l’analyse spatiale », L’Espace géographique, tome IX, no 4, p. 253-265. Brunet Roger (1987), La Carte, mode d’emploi, Paris, Fayard-Reclus.

Brunet Roger, Ferras Robert, Théry Hervé (1992), Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique, Paris, Reclus-La Documentation française.

Cerquiglini Bernard (1999), Les langues de la France, rapport aux ministres de l’Éducation nationale et de la Culture, avril 1999, http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/lang-reg/rapport_cerquiglini/langues-france.html

Generalitat de Catalunya (2009), Enquesta d’usos lingüístics de la població 2008 (EULP 2008), Barcelona, Generalitat de Catalunya, http://www20.gencat.cat/docs/Llengcat/Documents/Dades_territori_poblacio/Altres/Arxius/EULP08_PresentResultats.pdf

Hubert Jean-Paul (1993), La Discontinuité critique. Essai sur les principes a priori de la géographie humaine, Paris, Publications de la Sorbonne.

Lévy Jacques (1993), « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire? », EspacesTemps, no 51-52, p. 102-142.

Mondada Lorenza (2003), « Linguistique (Géographie et) », in Lévy Jacques et Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Pradeau Jean-François (1996), « Des conceptions de l’espace », EspacesTemps, no 62-63, p. 50-58.

Raffestin Claude (1980), Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC.

Robinet André (éd.) (1957), Correspondance Leibniz-Clarke, présentée d’après les manuscrits originaux des bibliothèques de Hanovre et de Londres, Paris, PUF.

Viaut Alain (2007), « Le territoire linguistique et ses limites », in Viaut Alain (dir.), Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 48-63.

Notes

1 Sandrine Benjelloun, doctorante, membre de ce laboratoire, a participé activement à l’organisation de la journée d’étude du 9 mars 2007.

2 Notion utilisée dans les enquêtes sociolinguistiques en Catalogne (Institut de statistiques de Catalogne, Idescat): la « langue d’identification » (llengua de d’identificació) est celle dont le locuteur se sent le plus proche. Par rapport à celle-ci, il y a la langue « initiale » (llengua inicial) ou première, qui a été la première langue de socialisation de l’individu, transmise par les parents; il y a aussi la « langue habituelle » (llengua habitual) de fait la plus utilisée mais qui ne correspond pas forcément à la langue d’ » identification » ou à la langue « initiale » (Generalitat, 2009, p. 14).

Auteurs

Géographe, professeur émérite, UMR 5222 Europe Européanité Européanisation (EEE), CNRS-Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Spécialisé en géographie de la population, il intègre dans sa recherche les questions de minorités et de pratiques territorialisées des langues en Europe.

Linguiste, chargé de recherche CNRS, UMR 5222 Europe Européanité Européanisation (EEE), CNRS-Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Ses recherches portent sur les politiques linguistiques et les langues minoritaires en Europe, et aussi sur l’occitan. Il a déjà publié sur le thème du présent livre dont l’ouvrage qu’il a dirigé Variable territoriale et promotion des langues minoritaires (MSHA, 2007).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search