Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Première partie. La diversité du patrimoine éducatif

Chapitre 1. Archives religieuses et histoire de l’éducation

Véronique Castagnet-Lars et Bruno Poucet

Texte intégral

  • 1 Julia Dominique, « Les sources de l’histoire de l’éducation et leur exploitation », Revue français (...)

« Un document isolé n’est pas en lui-même significatif, à moins d’être replacé dans un corpus homogène […] la série doit être établie sur le long terme, en brisant l’étanchéité que les coupures politiques et administratives ont établies entre les périodes d’Ancien Régime, de la Révolution et du xixe siècle1. »

  • 2 Les Archives nationales, autrefois déployées sur 5 centres nationaux, en compte désormais 6 : on i (...)

1Lors de la parution de cet article, les historiens se tournent vers des questions économiques et sociétales. En outre, cette citation de Dominique Julia insiste sur l’importance d’un examen transversal des périodes modernes et contemporaines, afin d’interroger, et les ruptures, et les continuités, sur cette thématique. Précisément, il s’agit de relever le défi et d’interroger les archives religieuses pour l’histoire de l’éducation sur la longue durée braudélienne. De plus, le terme de série revêt une autre acception en archivistique : il désigne un fonds dont l’intégrité est préservée grâce au respect de son origine. Pour les Archives nationales2, un cadre de classement a été retenu dès leur création en 1790 et complété depuis. Les fonds religieux se répartissent dans plusieurs séries : la série L (dite des « monuments ecclésiastiques »), M (« ordres militaires et hospitaliers ; universités et collèges ; titres nobiliaires ; mélanges »), S (« biens des établissements religieux »), TT (« affaires et biens des protestants ») pour l’Ancien Régime ; pour la période dite moderne et contemporaine (à partir de 1790), on trouvera des documents notamment dans les sous-séries C (« Assemblées nationales »), D (« comités ecclésiastiques de l’Instruction publique »), F1 (« ministère de l’Intérieur »), F1 (« enseignement agricole »), F17 (« instruction publique ») ou F19 (« cultes »), AG (« chefs de l’État »), AJ 16 (« Rectorat de Paris ») mais également dans les archives privées ou d’érudits (AP, ABXIX).

2Pour les Archives départementales (AD), les séries dites anciennes (avant 1790) diffèrent des séries révolutionnaires, des séries modernes et des séries contemporaines… dans un ordre chronologique évident. Puis, au sein de chaque ensemble, chaque série correspond au versement des archives d’une institution, sauf pour la série des archives privées, la sous-série J et, la série continue W, qui accueille tous les documents des administrations depuis 1940, dans l’ordre chronologique des versements.

3Les études portant sur l’histoire et le fonctionnement des établissements scolaires tenus par des religieuses ou des religieux, de l’Ancien Régime à nos jours (sachant que leur histoire est faite de ruptures entre les périodes modernes, révolutionnaire et contemporaine), sont ainsi fondées sur le dépouillement des séries D (« Instruction publique, sciences et arts »), G (« clergé séculier ») ou H (« clergé régulier ») puis L (« série révolutionnaire »), F9, F17 et V (« cultes ») : elles s’attachent à montrer les survivances, ou le maintien, ou la disparition, des pratiques pédagogiques et les réformes de l’enseignement, au-delà de la Révolution française dans sa politique la plus anticléricale, au-delà aussi des lois qui visent à séparer les Églises de l’école, d’un État monarchique confessionnel à un État républicain laïque.

4Ces monographies sont enrichies par le dépouillement des Archives communales, voire des archives privées. Les premières conservent les documents traitant du fonctionnement des municipalités, dans une perspective historique et un classement thématico-chronologique : la série GG (« culte, instruction publique ou assistance publique ») des archives anciennes, ou les séries 4M (« Édifice à usage d’établissements d’enseignement, de sciences et d’art ») et P (« cultes ») et surtout la série R (« Instruction publique »). Les secondes, les archives privées, déploient des cadres de classement qui leur sont propres et qui résultent de l’histoire de l’institution dont elles gardent les traces du passé. La césure du siècle des Lumières et de la Révolution française est, en ce domaine, marquée par ce qui est, en particulier, des archives des congrégations religieuses d’Ancien Régime et des archives diocésaines.

  • 3 À supposer que les séries ne soient pas lacunaires. Or, dans certains dépôts d’Archives départemen (...)
  • 4 Dans le cadre de cette réflexion, seuls quelques travaux seront cités pour illustrer la valorisati (...)
  • 5 Poucet Bruno (dir.), L’État et l’enseignement privé, Rennes, PUR, 2011 ; Id ., L’Enseignement priv (...)

5Le respect de l’origine des fonds aboutit à la conservation d’une grande variété de sources possibles pour l’histoire de l’éducation au sein d’une même série. Intégrité du fonds ne rime donc pas avec homogénéité de la nature des documents et approche sérielle systématique3 : une grande palette de thématiques enrichit l’historiographie de l’histoire de l’éducation, poursuivant les premiers travaux de ses fondateurs4. Il ne faut pas oublier enfin un point essentiel : la période révolutionnaire introduit une rupture puisqu’elle contribue notamment à organiser nationalement l’enseignement, à inventer également, à son corps défendant, l’enseignement privé5. Pour autant, ce n’est pas la table rase : ainsi, le lycée, s’il n’est pas la simple continuité du collège d’Ancien Régime, lui emprunte beaucoup. Précisons enfin que la Révolution invente non pas les archives, qui existent depuis fort longtemps, mais les nationalisent et en fait une réalité désormais publique, accessible aux citoyens – demeureront des archives privées, notamment ecclésiastiques et familiales. C’est donc sur un double registre qu’il faudra jouer afin de faire avancer les recherches.

Des sources de nature très variée

  • 6 Des sources secondaires, très précieuses, proviennent certes de l’activité d’institutions privées (...)
  • 7 AD Pyrénées-Atlantiques, 1 Mi 161.
  • 8 L’instrument de recherche, fort précieux est le l’ouvrage publié : Vallery-Radot Jean et alii, Le (...)

6Archives nationales, Archives départementales et Archives communales accordent une large place aux traces du fonctionnement des institutions scolaires catholiques, placées sous l’égide du clergé séculier ou du clergé régulier (séries D, G, H)6, le catholicisme étant longtemps la religion d’État. De ce fait, les institutions protestantes ou juives se voient offrir une place beaucoup plus réduite, hormis la période liée à l’édit de Nantes. Ces fonds publics sont enrichis par les dépôts provenant d’institutions religieuses toujours en charge de la conservation de leurs archives, après les avoir parfois gardées depuis les événements révolutionnaires de la fin du xviiie siècle : par exemple, les ursulines de l’Union romaine de Pau ont souhaité qu’une copie de leurs archives privées soit déposée aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques7, sauvegardant ainsi leur patrimoine, facilitant aussi l’accès des chercheurs aux registres des vêtures et des décisions capitulaires de la communauté pour les années 1675-1789. En ce cas, la résidence générale à Rome ne conserve pas d’archives spécifiques pour la période des xvie-xviiie siècles, au contraire du généralat jésuite. À la différence des ursulines, qui ont comme supérieur leur ordinaire (l’évêque diocésain), les jésuites sont placés, dès la prononciation de leurs vœux, sous l’obéissance directe du pape. En application de la formula scribendi, les jésuites rédigent des Lettres mortuaires, des Éloges abrégés, des Lettres annuelles, des Nécrologes, et dressent les plans des collèges8.

  • 9 Par exemple, La Rochelle ou Montauban. Les archives de certaines communautés étrangères (vers lesq (...)
  • 10 La Société d’histoire du protestantisme français, fondée en 1852, a pour vocation la collecte, le (...)
  • 11 Plusieurs musées régionaux protestants collectent et présentent au public des sources intéressante (...)
  • 12 D’autres séries conservent de précieux documents pour l’histoire du protestantisme : séries E, O1, (...)
  • 13 Classés TT 230 à 276B, les documents concernent les temples supprimés, les synodes, les affronteme (...)
  • 14 Par exemple, les notes de Léonard de Sainte-Catherine, augustin déchaussé du couvent des Petits-Pè (...)
  • 15 AD de la Somme, I 1.
  • 16 AD de la Somme, I 2.

7Les archives touchant aux structures protestantes gardent pour l’essentiel un statut d’archives privées, car regroupées par les consistoires actuels9, par des associations10, par des musées11. Elles sont parfois versées dans les archives publiques sous réserve d’une autorisation d’accès pour les chercheurs (dépôt physique ou dématérialisé en copie numérique, même pour les archives anciennes désormais communiquées sous ce format). La série TT des Archives nationales constitue une exception notable12 non c’est la règle commune, comme pour l’Église catholique : elle rassemble des documents permettant l’étude des conséquences de la révocation de l’Édit de Nantes et du fonctionnement des consistoires avant 168513, ou des archives privées14. Pour les Archives départementales, un bel exemple est donné par la série I des Archives départementales de la Somme avec, en particulier, l’inventaire du registre de l’église d’Amiens, un des plus anciens de France (1564-1565)15 et la série de registres de 1601 à 168516. Ainsi, chercher à identifier les sources ecclésiastiques pour la connaissance de l’éducation sous l’Ancien Régime revient à présenter les différents acteurs impliqués dans l’instruction des sujets du roi de France, des petites écoles aux universités ou académies protestantes, et selon la législation royale en matière religieuse pour les xvie-xviiie siècles.

  • 17 Lelièvre Claude, Histoire des institutions scolaires, Paris, Nathan, 1990. La synthèse indépassée (...)

8Avec la fin de l’Ancien Régime, une période d’instabilité mais aussi de recherche s’installe. C’est en 1791 qu’apparaît pour la première fois l’expression « enseignement primaire » et « enseignement secondaire », signe que l’on commence à réfléchir en une organisation par degrés. Cette période est en effet celle des plans d’éducation dont le plus connu est celui de Condorcet, mais bien d’autres existent également qui ne seront que partiellement ou temporairement mis en œuvre. Cette période est importante pour une autre raison : pour la première fois en France une organisation d’État s’intéresse à l’instruction et à l’éducation : c’est le Comité d’Instruction publique. Celui-ci représente un début d’administration de la chose éducative : il est l’ancêtre de ce que deviendra le ministère de l’Instruction publique, structure centralisatrice qui n’avait jamais existé auparavant. Cette période voit enfin la naissance d’un enseignement particulier – privé – à côté des structures publiques que ce sont, par exemple les écoles centrales ou les écoles communales17.

  • 18 Poulat Émile, Scruter la loi de 1905, Paris, Fayard, 2010 ; Mayeur Jean-Marie, La Question laïque,(...)
  • 19 Condette Jean-François, Les Recteurs d’Académie en France, Lyon, INRP, t. III, 2008.
  • 20 Poucet Bruno (dir.), La Loi Debré, paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001.

9On trouvera donc des éléments d’information aussi bien dans les archives concernant l’enseignement public que dans les archives strictement religieuses. La frontière n’est pas étanche dans la mesure où l’imbrication publique/privé est importante, le rôle joué par l’Église catholique et, dans une moindre mesure par les églises protestantes (luthériens et calvinistes), les synagogues, est essentiel : à cet égard du concordat de 1801 (et des articles organiques qui suivront) jusqu’à la séparation de l’Église et de l’École à partir de 1880, une véritable osmose existe qu’il est nécessaire d’étudier de près et qui a été organisée par la fondation napoléonienne de l’Université impériale18. Rappelons à cet égard que le premier titulaire du poste du ministère de l’Instruction publique et des Affaires ecclésiastiques est, en 1825, un évêque, grand aumônier du roi, Mgr Frayssinoux. Des recteurs ou des inspecteurs, des proviseurs et, bien entendu, des directeurs d’école seront des ecclésiastiques19. Pendant toute cette période, des débats récurrents ont lieu sur le rôle joué par les institutions religieuses. Lorsque la République sera installée après 1870, l’État n’aura de cesse de reprendre un pouvoir qu’il avait perdu et de réduire le rôle des institutions religieuses en matière éducative. Si les Protestants épousent la République, si les écoles juives sont très peu nombreuses, en revanche les écoles catholiques résistent : se renforce ainsi un enseignement privé congréganiste qui s’est développé considérablement à partir des années 1820, notamment à destination des filles dont l’Église catholique estimera longtemps, suivi en cela par une majorité de la population, qu’elle est réellement la seule à pouvoir réellement instruire et éduquer. Une véritable guerre scolaire se déclenche ainsi, en plusieurs étapes : 1880 (interdiction aux jésuites principalement) et surtout 1904 (interdiction faite aux congrégations d’enseigner) : de nombreuses écoles privées laïques, mais d’inspiration religieuse naissent ainsi. Néanmoins, l’Église catholique et, dans une moindre mesure, les autres confessions ne renoncent pas à assurer une présence éducative dans l’école : depuis 1881, un jour est vaqué pour le catéchisme (le jeudi, puis à partir des années 1970, le mercredi), des aumôniers sont présents dans les établissements secondaires (les lycées dès 1802, puis après 1959 les collèges). Les relations entre les « deux puissances » se réorganiseront par étapes dans la période contemporaine : après l’aide octroyée par le Gouvernement de Vichy, des solutions seront cherchées tout au long de la Quatrième République qui aboutiront à la promulgation, à l’orée de la Cinquième République, à la loi Debré (195920) qui organise des relations contractuelles entre les établissements privés et l’État. C’est le régime qui, après quelques modifications, et quelques soubresauts de l’histoire, demeure encore aujourd’hui en vigueur. Archives publiques et privées offrent ainsi des ressources très riches pour les chercheurs, aussi bien au niveau national, que départemental et communal, sans négliger, pour les congrégations, le niveau romain. On ne pourra donner qu’un faible aperçu de l’information disponible.

  • 21 Guillaume James, Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique de l’Assemblée législative, de la (...)

10Les archives publiques, en la matière, sont très riches : les sous-séries AFI*16 et 17, AFII*17, 30-33 contiennent les registres des délibérations du Comité d’instruction publique tandis que les dossiers sont conservés dans la sous-série AFII 1-417c. La consultation de l’ouvrage de James Guillaume reste indispensable21. Les sous-séries ADVIII et ADXIXI offrent une série de documents imprimés concernant la répartition des écoles privées, les textes officiels, les plans d’études et les programmes. Bien entendu, les sous-séries F17 (« Instruction publique »), F10 (« agriculture »), F12 (« commerce et industrie »), F21 (« beaux-arts ») sont essentielles. Ainsi dans la sous-série F17, les archives des cabinets et des ministres (assez disparates tout au long du xixe siècle et souvent dispersés dans les Archives départementales ou même chez des particuliers), du Conseil supérieur de l’Instruction publique, des conseils académiques, les rapports sur l’enseignement libre, sur les congrégations enseignantes, les dossiers des institutions, les dossiers individuels du personnel livrent de nombreuses informations. Il en va de même de la sous-série F19 (« cultes ») où on trouvera des informations sur les congrégations, sur les établissements de toute confession, sur les plans d’école, les associations d’anciens élèves et l’emploi des dialectes dans l’enseignement religieux. Dans la série T des Archives départementales ou la série V, dans les séries R et P des Archives communales classées, on trouve, bien entendu des documents importants qui complètent ce qui est disponible aux Archives nationales. À partir de 1940, des séries continues existent dans les trois institutions. On n’aura garde d’oublier les séries AP ou J : archives privées dont certaines peuvent contenir des archives d’ecclésiastiques ou de membres de l’une ou l’autre des confessions religieuses ayant joué un rôle important en matière éducative.

  • 22 Outre l’ouvrage de Thérèse Charmasson, on dispose de quelques guides de recherche régionaux. Pouce (...)
  • 23 En revanche, les archives du Secrétariat général de l’enseignement catholique sont conservées dans (...)
  • 24 En 1973 a été fondée l’Association des archivistes de l’Église de France qui publie un bulletin où (...)

11Avec la séparation de 1905 qui a vu, selon les départements la confiscation des archives antérieures et leur intégration dans les séries publiques, les institutions religieuses disposent d’archives qui s’organisent de mieux en mieux et offrent ainsi des ressources aux chercheurs22. Pour l’Église catholique, on distinguera quatre sources principales en France : Le Centre national des archives de l’Église de France (CNAEF) - il s’agit des documents produits par la Conférence épiscopale et antérieurement par l’Assemblée des cardinaux et archevêque (ACA), mais aussi par les organismes centraux ou les mouvements nationaux de l’Église23 – de très nombreux documents concernent les questions éducatives : tant publics (aumôniers, mais aussi mouvements d’action catholique, scoutisme, etc.) ; les archives diocésaines - une classification nationale a été adoptée en 196124 (4E « catéchèse », H « séminaires », J « monde scolaire et enseignement », R « religieux », Z « papiers personnels », dont ceux des évêques), on trouve parfois des archives d’établissements scolaires, mais le plus souvent ceux-ci sont restés dans ces derniers – la conservation est dans ce cas très aléatoire, comme, d’ailleurs, dans les établissements publics ; Les archives des congrégations - les congrégations dites romaines ont un centre à Rome (jésuites, Frères des écoles chrétiennes, dames du Sacré-Cœur, etc.), mais disposent également d’archives en France (à Vanves pour les jésuites, à Lyon pour les Frères, à Poitiers pour les Dames du Sacré-Cœur, etc.) ; les congrégations dites diocésaines conservent des archives à la maison généralice située dans une ville de France, les situations sont très variées, mais on peut trouver des documents sur la profession des religieux ou religieuses enseignants, sur les orientations éducatives de la congrégation, sur les établissements, des brochures de toute nature (palmarès, règles des études, discours de distribution des prix, plus rarement travaux d’élèves, visites pastorales) permettent d’entrer plus concrètement dans le vif de la question éducative et pas seulement dans les décisions des autorités. On n’aura garde enfin d’oublier les bibliothèques depuis la Bibliothèque nationale jusqu’aux bibliothèques des établissements ou des services d’archives (les Frères des écoles chrétiennes conservent des collections de manuels des éditions Ligel), en n’omettant pas les riches fonds des grandes bibliothèques communales pour compléter une documentation pléthorique. Le Musée national de l’éducation (Rouen) conserve également des manuels et des travaux d’élèves issus de l’enseignement privé, il en va de même dans certains musées départementaux de l’éducation, tel celui de Trégarvan (Bretagne, notamment sur la question de l’enseignement en breton).

  • 25 352 Z 28 Instruction. École israélite de Nancy : appel du grand rabbin en faveur de l’école religi (...)
  • 26 Dans le fonds historique, France, série E, on trouve ainsi les archives de l’École normale israéli (...)
  • 27 Cohen Érik, L’Étude et l’éducation juive en France, Paris, Éditions du Cerf, 1991 ; Elmaleh Raphaë (...)

12Les archives protestantes sont conservées, dans les services publics d’archives habituels, aux Archives nationales, dans les départements et aux Archives communales mais également par la Société de l’histoire du protestantisme en France (SHPF) qui a recueilli notamment le fonds de la Société pour l’encouragement de l’Instruction primaire parmi les Protestants en France, fondée en 1829. Elle conserve des documents de 1829 à 1944. Les archives juives sont conservées non seulement aux Archives nationales, dans certaines Archives municipales, à Nancy, par exemple25, à Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle (AIU26), mais aussi au FSJU qui concerne, notamment des statistiques et les créations des écoles après la Seconde Guerre mondiale27.

L’instruction des enfants, de la petite école à l’école primaire

  • 28 Compère Marie-Madeleine, « École et alphabétisation en Languedoc aux xviie et xviiie siècles », da (...)
  • 29 Julia Dominique, « Les petites écoles rurales dans le diocèse de Reims dans la seconde moitié du x (...)
  • 30 Pittion Jean-Paul, « Instruire et édifier : les Protestants et l’éducation en France sous l’édit d (...)
  • 31 Les évêques se montrent très attentifs lors de leurs visites pastorales, et demandent, le cas éché (...)
  • 32 La correspondance entre l’Agence générale et les évêques est très précieuse car elle signale les d (...)
  • 33 Le roi diligente, en effet, de grandes enquêtes pour connaître le nombre d’écoliers (Bibliothèque (...)
  • 34 Fiévet Michel, L’Invention de l’école des filles : des Amazones de Dieu aux xviie et xviiie siècle (...)
  • 35 Lottin Alain, « La catéchèse en milieu populaire au xviie siècle : l’exemple de l’école dominicale (...)
  • 36 Les AD de la Creuse signalent l’importance des sœurs de l’instruction chrétienne de La Souterraine (...)
  • 37 AN, TT 232 dossier 19 : payements à faire aux maîtres d’école (liste nominative) établis en pays d (...)

13La première thématique développée sur l’histoire des petites écoles, est celle de l’alphabétisation des enfants au xviiie siècle28, grâce au développement du réseau des institutions catholiques29, et protestantes dans la clandestinité30. Comme pour l’étude de ce fait au xixe siècle, les registres paroissiaux constituèrent le premier corpus dépouillé. Par la suite, la question du maillage scolaire fut traitée dans des monographies régionales, fondée sur des sources, parfois sérielles, souvent précieuses, de natures différentes : les procédures de nomination des maîtres et maîtresses d’école, leur rémunération, le règlement des écoles, parfois même les enseignements dispensés. Les autorités religieuses, catholiques (les évêques31, l’agence générale du clergé32) et protestantes (consistoires, synodes provinciaux et nationaux) jouent un rôle important, sous le regard du roi33, car l’instruction de la jeunesse est un enjeu pour les deux Églises. Les synodes nationaux traitent des questions éducatives (le plus souvent des collèges) ; religieuses34, religieux et séculiers35 construisent des écoles gratuites ou des écoles latines dont l’importance demeure jusqu’à la Révolution française36 ; les jeunes enfants protestants sont la cible des actions éducatives après la révocation de l’Édit de Nantes37.

  • 38 Par exemple, Nique Christian, Comment l’École devint une affaire d’État, Paris, Nathan, 1990 ; Id. (...)

14La période révolutionnaire, puis le Premier Empire s’intéressent assez peu à l’école primaire. Ainsi, l’Université impériale laisse une assez grande latitude aux communes et ouvre la porte à l’enseignement des Frères des écoles chrétiennes, puis ce sera le développement de nombreuses congrégations souvent pour l’éducation des filles à partir de 1816. 1833 (loi Guizot) est à la fois l’affirmation d’une école primaire d’État et le partage des tâches entre les écoles publiques et privées, la présence des ecclésiastiques dans toutes les structures éducatives du village à l’organisation nationale. Ce n’est qu’en 1881-1886 que l’État laïcisera les écoles, ouvrant la voie au développement d’écoles privées confessionnelles. Il s’ensuivra une véritable guerre des manuels, chaque institution voulant marquer de son empreinte l’éducation des enfants et la formation des enseignants. Elle redoublera au début du siècle suivant. Cela a donné lieu à des travaux nombreux38.

  • 39 AN F17 9367-9376 : état de l’enseignement primaire (1811-1880).
  • 40 AN F17 9109-9134 : préparation et application des lois de 1833, 1850, 1867, 1875, 1881, 1882, 1889 (...)

15On peut ainsi s’intéresser à une histoire des politiques éducatives nationales ou locales : les Archive nationales, départementales ou communales offrant les ressources sur les grandes enquêtes (Guizot, 183339), les débats autour des différentes lois où apparaît la question de l’enseignement privé (1883, 1886, 1941, 195940) et de la place de l’éducation religieuse au sein de l’école publique (la question du catéchisme, des crucifix et des signes religieux, plus largement de la laïcité). Ces débats seront complétés par les archives religieuses, notamment celles des congrégations. Si on prend le cas des Frères des écoles chrétiennes, on trouve de nombreuses informations dans les archives lyonnaises : historique des établissements, convention, construction des bâtiments et legs, laïcisation et retrait des frères, transformation en école libre, retour des frères en 1940.

  • 41 Archives de l’Institut catholique, fonds Blanchet.

16L’histoire de l’éducation ce n’est pas seulement l’histoire des politiques éducatives, mais également celle des contenus et des pratiques d’enseignement. On sait que la « fabrication de la classe » avec le mode simultané s’est finalement imposée en France et en Europe contre la méthode individuelle et le mode mutuel : c’est une invention des Frères qui en ont défini la pratique dans La Conduite des écoles chrétiennes (1702) qui sera remaniée tout au long du xixe siècle. Des travaux d’élèves, des objets scolaires permettent de mieux comprendre les pratiques utilisées qui ne s’adressent pas seulement aux enfants mais aussi aux adolescents dans ce qui deviendra l’enseignement primaire supérieur, voire l’enseignement professionnel. Distribution des prix, palmarès, photographies de classes, bulletins d’école, associations d’anciens élèves définissent ainsi une culture qui aujourd’hui tente d’être maintenue dans un projet dit lassallien. On soulignera, avant la loi Debré, la volonté dont on trouve trace dans les archives congréganistes et diocésaines, mais aussi dans celles du secrétariat général de l’enseignement catholique ou de l’Église de France, de créer des diplômes propres à l’enseignement catholique : pour les élèves, le Certificat d’étude primaire libre, délivré par l’évêque, pour les enseignants, le Certificat d’aptitude libre pédagogique (CLAP41).

  • 42 Charat Sylvain, « Prier, enseigner, militer. La congrégation eudiste et l’institution Saint-Sauveu (...)
  • 43 AN F17 12505-12423 : écoles primaires protestantes et israélites, 1816-1877.

17Il resterait à rédiger une sociohistoire de certains établissements afin de mieux comprendre leur insertion sociale et le rôle économique qu’ils peuvent jouer dans un village et une ville42, de même des travaux pourraient être menés sur la composition du corps professoral, sur sa laïcisation progressive : une première fois en 1904, une seconde fois à partir des années 1960 avec le vieillissement de la congrégation et la quasi-disparition des Frères dans les établissements : les registres des Frères, les notices individuelles, l’étude des budgets et des relations avec les autorités municipales permettraient de clarifier les choses. Pour les filles, il ne manque pas de congrégations diocésaines qui ont conservé leurs archives et permettraient de comprendre le poids de leur présence dans une ville ou un département, les pratiques pédagogiques proposées, les diplômes préparés ainsi que les contenus d’enseignement dispensés. Il resterait enfin à étudier, ce qui n’a pas encore été fait, les directions diocésaines de l’enseignement catholique et, plus largement, l’organisation nationale de cet enseignement qui s’est mis en place, sous l’égide de l’épiscopat, depuis 1931, comme mouvement d’action catholique, dans un premier temps, puis, ensuite, comme service de l’épiscopat avec la création en 1951 d’un secrétariat général. Une étude de l’organisation et des orientations des écoles juives et protestantes est également possible grâce, notamment aux dossiers conservés aux Archives nationales et dans les centres d’archives privés43.

« Du collège au lycée44 »

  • 44 Compère Marie-Madeleine, Du collège au lycée (1500-1850), Paris, 1985.
  • 45 Liste des 26 collèges protestants en France aux xviie et xviiie siècles : Clermont-en-Beauvaisis, (...)
  • 46 Julia Dominique, Compère Marie-Madeleine, Les Collèges français du xvie au xviie siècle. Répertoir (...)
  • 47 Ratio Studiorum, Paris, Belin, 1997.
  • 48 Nombreuses sont les archives qui relatent le fonctionnement matériel des établissements avec notam (...)
  • 49 De Dainville François (S. J.), « Effectifs des collèges et scolarité aux xviie et xviiie siècles d (...)
  • 50 Garden Maurice, « Pédagogie et parents d’élèves au collège de la Trinité de Lyon 1763-1793 », Cahi (...)
  • 51 Romano Antonella, La Contre-Réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathémat (...)
  • 52 Les troubles durent en réalité plus d’une dizaine d’années au cours desquelles les biens des jésui (...)

18Aux xvie et xviie siècle, le collège connaît deux mutations majeures : la transformation en établissement d’enseignement et leur confessionnalisation (avec une nette disproportion numérique45). Catholiques (prêtres séculiers, oratoriens, bénédictins, doctrinaires, jésuites et ursulines)46 et Protestants réfléchissent à des plans de formation47, s’assurent de la pérennité des fondations48, recrutent des écoliers49, diversifient leur pédagogie50 et leurs enseignements51. Deux chocs modifient considérablement le paysage éducatif : l’Édit de Fontainebleau de 1685 (faisant des enfants protestants des écoliers convertis ou à convertir dans des institutions catholiques) et l’expulsion des jésuites suite à l’arrêt de 176352.

  • 53 De Viguerie Jean, Une Œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime : les pères de la Doctrine chrétienne (...)
  • 54 Julia Dominique, Frijhoff Wilhelm, « Le recrutement d’une congrégation enseignante et ses mutation (...)
  • 55 Condette Jean-François (dir.), Éducation, religion, laïcité ( xvie-xxe siècles). Continuités, tens (...)
  • 56 Condette Jean-François (dir.), « L’école, une bonne affaire ? », Revue du Nord, hors-série, collec (...)
  • 57 Condette Jean-François (dir.), Le Coût des études : modalités, acteurs et implications sociales xv (...)

19S’éloignant de la seule approche monographique53, le chercheur s’intéresse à de nouvelles sources, répond à de nouvelles problématiques afin d’approfondir les connaissances sur l’enseignement secondaire – anachronique, n’apparaît qu’en 1791 au cours de la période moderne. L’histoire des collèges se lit désormais à travers l’étude des personnels enseignants54 et de leur formation55, la question du coût des études et des avantages commerciaux inhérents à l’implantation d’un établissement dans une ville56, sans oublier le soutien à des boursiers57… autant de thèmes inspirés de préoccupations contemporaines envisagées dans une perspective historique et grâce au dépouillement de nouvelles sources, plus qualitatives que quantitatives ? Dans le même esprit, il conviendrait de reprendre la question des violences scolaires, celle des apprentissages, non plus à travers les ouvrages dont la lecture est recommandée dans les différents plans de formation, mais à partir des catalogues des bibliothèques des collèges, des cahiers d’exercices et des notes de cours. Resterait à lever le voile sur l’assiduité des écoliers, les relations entre les institutions scolaires et parents d’élèves, et les inspections des établissements et leur personnel, trois sujets pour lequel les sources sont très rares pour l’Ancien Régime.

  • 58 Curtis Sarah, L’Enseignement au temps des congrégations. Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon, Pre (...)
  • 59 Chervel André, La Culture scolaire, Paris, Belin, 1998.

20Si le lycée et les grandes écoles sont une invention napoléonienne, les institutions, les pensions et les collèges définissent les caractéristiques d’un enseignement privé qui, dans le secondaire, va progressivement s’imposer. C’est la loi Falloux qui, en 1850, mettra fin au monopole napoléonien et ouvrira la voie au développement d’établissements secondaires confessionnels. Ils prospéreront au point que, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, ils regroupent un peu moins de la moitié des effectifs scolarisés. Le collège est propre à la monographie. Celle-ci s’est renouvelée et a quitté le terrain de l’hagiographie si fréquente aux moments de la célébration d’un anniversaire, si possible un centenaire (et bien plus lorsque l’on s’efforce d’établir une continuité mythique avec l’établissement jésuite ou oratorien de l’Ancien Régime). On peut ici considérer qu’il s’agit de micro-histoire dans le sens où faire l’histoire d’un établissement peut être l’histoire même de l’éducation sur un territoire donné dans la longue durée, avec ses ruptures et ses continuités. Ainsi, le collège jésuite d’Amiens dont les sources sont bien documentées aussi bien dans les archives publiques que privées : du collège d’Ancien Régime au collège d’aujourd’hui, il y a solution de continuité, même s’il y a un fil conducteur : la pratique d’un enseignement qui s’inspire de près ou de loin de la Ratio studiorum de plus en plus remaniée, sachant qu’il s’agit du premier établissement rétabli par la Compagnie de Jésus au xixe siècle (en 1816 et interdit en 1828), établissement qui définit ses contenus d’enseignement, ses manuels, ses pratiques pédagogiques. On pourrait en dire d’autant des établissements de jeunes filles : des études ont pu montrer58 que, contrairement à une approche parfois un peu anticléricale, les religieuses, au moins dans les grandes congrégations, avaient reçu une réelle formation, ordonnées autour de règles et de pratiques pédagogiques (on retrouve ainsi des traces de ces pratiques aux archives des dames du Sacré-Cœur à Poitiers). C’est ainsi à l’étude de la culture scolaire que l’on peut parvenir, au sens où André Chervel59 l’entend.

Un enseignement supérieur divers

  • 60 Ferté Patrick, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une pr (...)
  • 61 Ferté Patrick et Barrera Caroline (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et unive (...)
  • 62 Julia Dominique, « Les Universités françaises entre le xvie et le xviiie siècle », dans Verger Jac (...)
  • 63 Castagnet Véronique, « Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux fin xvie -mi x (...)

21Dans le contexte de l’application des méthodes quantitatives en histoire (et en histoire de l’éducation), les étudiants ont fait l’objet d’études sérielles renouvelées par l’intérêt pour la biographie collective : listes nominatives60, effectifs, délivrances de grades, mobilité61, quatre thèmes clés, traités dès les premiers travaux sur les universités62. En outre, la confrontation confessionnelle en matière éducative prend ici tout son sens63. En effet, si les Catholiques bénéficient de la collation de grades par l’Université, les Protestants ne peuvent espérer autant à l’issue de leurs études supérieures effectuées dans des « académies » (en réalité « collèges académiques »), faussement qualifiés d’« Universités protestantes ». Ainsi, l’enseignement supérieur protestant se réduit à huit institutions, dans le Sud du royaume de France : Nîmes (1561-1664), Orthez (1566-1620), Orange (1573-1686), Sedan (1579-1681), Montpellier (1596, puis union avec l’Académie de Nîmes), Montauban (1579-1659, puis transférée à Puylaurens jusqu’en 1685), Saumur (1599-1685), Die (1604-1684). Aspects matériels, professeurs et élèves, programmes, sont partiellement connus, selon les Académies.

  • 64 neveu Bruno, Les Facultés de théologie catholique de l’Université de France, Paris, Klinsksieck, 1 (...)
  • 65 Bédouelle Guy, Landon Olivier, Les Universités et instituts catholiques, Paris, Parole et Silence, (...)
  • 66 Christophe Paul (éd.), Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillard, 1914-1942, Paris, Édition du ce (...)

22Le xixe siècle est sombre pour l’enseignement confessionnel : les facultés traditionnelles ont disparu et à l’exception des facultés d’État de théologie (au nombre de 5 mais dont réellement ne fonctionnera que celle de Paris), il n’existe pas d’enseignement supérieur privé, puisqu’il est strictement interdit. Pour les premières, une étude approfondie a été faite sur les facultés de théologie64. Pour les secondes, il faut commencer par une étude des débats nombreux qui ont abouti en 1875 au vote de la loi Laboulaye-Dupanloup et de sa mise en cause en 1880 à propos de la question de la collation des grades. Une nouvelle analyse serait nécessaire, afin de la mettre en perspective et de mieux comprendre le sens exact de la loi récente qui permet éventuellement aux universités de reconnaître l’équivalence des diplômes octroyés dans les Cinq instituts catholiques existant. En effet, depuis les lois de 1875-1889, des instituts se sont créés, des écoles supérieures également, notamment pour les ingénieurs, la presse, les futurs commerciaux ou financiers. Certes des monographies existent sur tel ou tel établissement65, des ouvrages ont paru sur tel recteur66, en revanche il n’existe pas de véritable synthèse qui permette de comprendre le rôle, la fonction et l’apport dans le domaine de la connaissance de ce type d’établissement, la France étant, à cet égard, assez atypique par rapport à de nombreux pays où les établissements privés ou confessionnels sont beaucoup plus nombreux. Il serait notamment intéressant, ce qui n’a jamais été fait, à la différence de l’enseignement public, d’étudier la composition du corps enseignant, le type d’élèves présents.

23Compte tenu des variations de l’espace français, au cours du temps, il est nécessaire de ne pas négliger certaines sources qui se trouvent dans les services d’archives des pays voisins. Chercher à localiser les sources concernant l’histoire de l’éducation en France sous l’Ancien Régime ne peut se faire sans connaître l’histoire politique et administrative de certaines provinces, progressivement intégrée au royaume de France ou à la République française.

  • 67 Les deux documents se trouvent dans la même liasse cotée GG 44 aux Archives municipales de Montbél (...)
  • 68 L’importance de la scolarisation des enfants est évoquée dans le cadre d’études religieuses consac (...)
  • 69 Arnold Matthieu (dir.), Jean Sturm (1507-1589). Rhéteur, pédagogue et diplomate, Tübingen, Morh Si (...)
  • 70 Borne Louis, L’Instruction populaire en Franche-Comté avant 1792, Besançon, imprimerie de l’Est, 1 (...)
  • 71 Françoise de Bourbon encourage l’ouverture d’un collège dès 1579. Il devient collège académique, o (...)

24Au Nord, les guerres louis-quatorziennes ont abouti à la conquête de régions flamandes correspondant aux départements actuels du Nord et du Pas-de-Calais. Certaines archives importantes en histoire de l’éducation se trouvent donc dans les Archives royales de Belgique ou dans la Bibliothèque royale, à Bruxelles. À l’Est, une singularité importante est à souligner : celle du pays de Montbéliard (une trentaine de communes), placé sous l’autorité du duc de Würtemberg jusqu’à son annexion en 1793. Ce dernier délègue, en temps ordinaires, l’administration des questions éducatives à un conseil de régence dominé par les bourgeois de Montbéliard, sachant que le « Surintendant ecclésiastique » valide le choix fait par les communes rurales de leurs maîtres d’école : en 1547, Christophe, duc de Würtemberg de 1550 à 1568, devenu luthérien, promet aux bourgeois de leur rembourser les frais qu’ils ont faits pour réparer la maison de l’abbaye de Belchamp, située à Montbéliard, dans le cas où elle servirait à un autre usage que celui d’école publique67. La question se pose en des termes identiques pour la Lorraine68 et l’Alsace69, la Franche-Comté70, et la principauté de Sedan71 en raison d’une histoire politique complexe.

  • 72 Les documents sont aujourd’hui conservés dans les Archives de l’État de Turin. L’action des évêque (...)
  • 73 Prédominent les travaux en histoire religieuse portant donc sur la question de la formation des cl (...)
  • 74 Le principal adversaire de Louis XV, le général Paoli, est à l’origine de la création de quatre ch (...)
  • 75 Castagnet Véronique, « Ordonnances ecclésiastiques et confessionnalisation : le Béarn de Jeanne d’ (...)
  • 76 AD Pyrénées-Atlantiques, B 2193 (26 novembre 1572).

25Au Sud, en raison du rattachement tardif de la Corse (1768) et du comté de Nice (1860), l’historien de l’éducation doit se tourner vers des sources italiennes de la Maison de Savoie, du royaume de Sardaigne, et de la République de Gênes72. Éducation rime ici avec Réforme catholique73 et affaires politiques74. La logique archivistique n’est pas la même pour le Béarn et la Navarre, intégrés cette fois au domaine royal, après les affrontements religieux. En effet, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse de Béarn, devenu calviniste, a soutenu le développement de sa nouvelle Église (en saisissant et vendant des biens catholiques)75 et promu la fondation d’un collège académique à Orthez en 1566. Elle répond favorablement aux demandes de ses sujets en vue d’obtenir une bourse d’études dans cette nouvelle institution béarnaise76.

  • 77 Il s’agit d’une fondation anglaise de 1432. Roy Lise, L’Université de Caen aux xve et xvie siècles (...)
  • 78 AD de la Gironde, G 989.
  • 79 Inventaire de la bibliothèque dressée le 12 pluviôse an IV, Bibliothèque municipale de Douai, MIC (...)

26À l’inverse, des fondations étrangères dans le royaume de France ont laissé de nombreuses traces de leur activité dans les archives publiques françaises. Ces implantations ont permis aux contemporains de vivre leur vocation, ou tout simplement de suivre une formation, en dehors des fluctuations politico-religieuses de leur pays d’origine. L’histoire de l’Université anglaise de Caen repose sur des documents de la série D des Archives départementales du Calvados77. Les Archives départementales de la Gironde conservent la preuve du fonctionnement du « séminaire des Irlandais78 » : le 16 septembre 1623, Louis XIII autorise les prêtres et écoliers Irlandais établis à Paris de recevoir les donations et aumônes qui leur seront faites ; son fils, Louis XIV, accorde, trente ans plus tard, aux prêtres du collège des Irlandais, réfugiés à Bordeaux depuis 1595, le droit de résider en France avec tous les privilèges de la naturalisation et d’y posséder des offices et bénéfices jusqu’à la valeur de deux mille livres et leur confère une rente annuelle de douze cents livres. Le même fait est observable à Douai : dans cette ville se côtoient deux collèges de plein exercice, huit fondations sans exercice, et quatre établissements britanniques dont le « séminaire des Écossais79 ».

27Le territoire français a été plus stable pendant cette dernière période, même si la Savoie a été ajoutée au territoire français et si une portion de ce même territoire a été soustraite à la république de 1870 à 1918). On ne s’étonnera donc pas de trouver aux Archives départementales, des dossiers en allemand ainsi qu’aux archives de l’archevêché de Strasbourg dont le statut, ainsi que celui de Metz est particulier puisqu’il n’est pas soumis à la loi de 1905. Cela concerne également les établissements scolaires qui sont sous le régime de la loi Guizot et Falloux : ainsi, il peut être intéressant d’explorer les archives des Sœurs de Ribeauvillé qui, jusqu’à une date récente, ont exercé leurs fonctions dans l’enseignement public. De même que peut être examinée la question de l’enseignement religieux dans les écoles publiques et croiser ainsi les points de vue. Il s’agit en ce sens d’une véritable histoire culturelle qui permet de poser en d’autres termes la question de la laïcité.

28On n’oubliera pas non plus qu’il faut tenir compte de l’expansion missionnaire, encouragée dans les colonies, alors même que les congrégations ne pouvaient progressivement plus enseigner en France. La loi de 1904 a été bénéfique pour nombre de congrégations qui se sont répandues dans le vaste monde, au canada, par exemple. À l’inverse, cette extension se rétracte au xxe siècle dans le grand mouvement des indépendances des années 1960 : les trois départements français algériens quittent le territoire tandis que les colonies d’Afrique de l’Ouest deviennent indépendantes, sans parler de Madagascar et de bien d’autres, tel le Liban ou l’ex-Indochine, par exemple. Il faudrait s’intéresser à l’extension des établissements religieux au moment des conquêtes de l’Empire, en Europe, mais aussi au Mexique pendant le bref épisode de Maximilien. Les archives des congrégations missionnaires sont riches en la matière : Pères blancs, jésuites, mission étrangère de Paris et fort bien conservées. À titre d’exemple, il est possible de dessiner l’histoire du séminaire des Missions étrangères depuis 1663 jusqu’à 1951 (0004 à 0050), de pénétrer dans les salles de cours entre 1864 et 1866 (0160 à 0163) ou encore de suivre le fonctionnement des établissements missionnaires, à Macao (0294-0313 jusqu’en 1847), par exemple ou à Hongkong (0314-0325 au xixe siècle), on y trouve également des traces de l’œuvre linguistique (réalisation de dictionnaires, de grammaires, de manuels, de catéchismes en langue vernaculaire), mais aussi des souvenirs du directeur du collège de Bengalore (Annales des missions étrangères).

29On l’aura compris, les archives religieuses sont d’un grand secours pour l’histoire de l’éducation. Pas seulement parce qu’il existe depuis les années 1800 des établissements privés d’enseignement, autorisés ou non par la loi, mais parce qu’il y a une interpénétration constante entre une conception publique et une conception privée de l’éducation. C’est d’abord la seconde conception qui s’est imposée devant les carences de la puissance publique, peu intéressée par la chose éducative sauf lorsqu’il est question de pouvoir. On le vit particulièrement en 1762-1764 lors de l’expulsion des jésuites des collèges. Et lorsque l’État prend en charge institutionnellement la question, éducative, c’est une prise en charge partagée, plus ou moins harmonieusement, avec l’ancienne puissance – chacun essaye de s’imposer à l’autre. Finalement, ce sera l’État qui s’imposera. Pour autant, la question éducative reste très présente dans les différentes confessions. On comprend ainsi l’importance de prendre en compte ces archives religieuses afin d’écrire une histoire de l’éducation équilibrée, qui intègre la totalité des réalités éducatives. On trouve ainsi ces archives dans les services publics, à tous les niveaux de la structure et pas seulement dans les séries explicitement dédiées à l’histoire religieuse. Le questionnement du chercheur reste toujours premier et il fait ainsi preuve de ses talents d’enquêteur en interrogeant les traces les plus anciennes du passé mais également les plus récentes : seul, et ce n’est pas négligeable, diffère la quantité de documents à explorer, mais les méthodes restent les mêmes. Néanmoins, plus qu’ailleurs, il faudra s’intéresser aux structures privées détentrices depuis fort longtemps d’archives et aux individus qui en conservent par-devers eux. Et, il ne faudra pas oublier que les religions sont de plus en plus diverses, même si les trois grandes traditions restent largement dominantes. Les fonds religieux nous invitent à ne pas considérer l’histoire de l’éducation, comme l’histoire des structures ou des idées, voire des idéologies. Certes les institutions sont à analyser, à nouveaux frais, dans la longue durée, mais cette histoire est écrite au cœur d’une véritable histoire sociale qui s’intéresse aux acteurs, aux contenues de savoir et à leur originalité, aux pratiques d’enseignement, aux techniques disciplinaires et à leur refus qui peut s’exprimer dans la violence des élèves, mais parfois aussi du maître. L’éducation, c’est aussi un coût et des réalités économiques et sociales qui structurent une ville, des quartiers ou le sont par elles. C’est enfin une ou des cultures qui se façonnent au sein même de ces institutions scolaires. La dimension religieuse, même dans un État laïque et une société sécularisée, n’en n’est pas absente. C’est le propre des archives religieuses de nous le rappeler.

Notes

1 Julia Dominique, « Les sources de l’histoire de l’éducation et leur exploitation », Revue française de pédagogie, volume 27, 1974, p. 29-30.

2 Les Archives nationales, autrefois déployées sur 5 centres nationaux, en compte désormais 6 : on insistera sur l’importance du centre historique dans le Marais (avec les séries anciennes), celui d’Aix-en-Provence (le Centre des Archives de l’Outre-mer, essentiel pour la connaissance de l’histoire des colonies de l’Ancien Régime à nos jours), celui de Fontainebleau (avec les archives depuis 1945, sauf les Archives des chefs d’État et les Archives privées) et le récent site de Pierrefitte-sur-Seine (vers lequel sont acheminés les archives contemporaines, autrefois conservées au centre de Paris).

3 À supposer que les séries ne soient pas lacunaires. Or, dans certains dépôts d’Archives départementales (AD), la série D est inexistante (AD Landes), la série L peut-être très lacunaire (AD Hautes-Pyrénées).

4 Dans le cadre de cette réflexion, seuls quelques travaux seront cités pour illustrer la valorisation historienne des fonds ecclésiastiques et la richesse des apports historiographiques. Noguès Boris, Savoie Philippe, « Marie-Madeleine Compère (1946-2007). Historienne érudite et pionnière de l’éducation », Institutions et pratiques scolaires dans la longue durée ( xvie- xixe siècles), Histoire de l’éducation, no 124, 2009, pp. 7-26 ; Luc Jean-Noël, « Françoise Mayeur (1933-2006). Les territoires d’une historienne », L’Éducation des filles xviiie-xxie siècles, Histoire de l’éducation, no 115-116, 2007, p. 7-28. ; Savoie Philippe, Compère Marie-Madeleine, « L’Histoire de l’école et ce que l’on y apprend », Revue française de pédagogie, 2005, no 152, pp. 107-146.

5 Poucet Bruno (dir.), L’État et l’enseignement privé, Rennes, PUR, 2011 ; Id ., L’Enseignement privé en France, Paris, PUF, 2012.

6 Des sources secondaires, très précieuses, proviennent certes de l’activité d’institutions privées sous l’Ancien Régime, mais ne sont pas conservées depuis la période révolutionnaire, dans des fonds publics, et dans les séries classiques (en particulier D, G, H). Selon le respect du principe de l’origine des fonds, elles se trouvent dans des séries relatant le fonctionnement d’autres institutions anciennes, en charge, pour partie, des questions éducatives, sous l’égide du roi. Les archives de l’intendance de Bourgogne contiennent document issu de l’ancien collège de Troyes tenu par les oratoriens (AD de l’Aube, C 49 [ xviie-xviiie siècles] ; les fonds de l’intendance de Provence conservent des documents très importants pour l’étude des dossiers de candidatures pour l’entrée au collège royal de La Flèche entre 1771 et 1775 et l’étude des pensions (AD Bouches-du-Rhône, site d’Aix-en-Provence, C 2847).

7 AD Pyrénées-Atlantiques, 1 Mi 161.

8 L’instrument de recherche, fort précieux est le l’ouvrage publié : Vallery-Radot Jean et alii, Le Recueil de plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque nationale de Paris, Paris, Bibliothèque nationale/Cabinet des estampes, 1960.

9 Par exemple, La Rochelle ou Montauban. Les archives de certaines communautés étrangères (vers lesquelles les Protestants français ont fui à la fin du xviie siècle telles que Stettin et Londres) ont été numérisées et une copie déposée aux Archives nationales : pour la première entre 1709 et 1943 (179 Mi 1 à 10), pour la seconde de 1681 à 1768 (296 Mi 1 et 2).

10 La Société d’histoire du protestantisme français, fondée en 1852, a pour vocation la collecte, le classement et la sauvegarde de documents manuscrits et imprimés sur l’histoire du protestantisme. Elle gère des fonds propres conservés dans la bibliothèque de la rue des Saint-Pères (Paris), notamment pour l’histoire de l’enseignement protestant depuis le xvie siècle. En revanche, le Centre d’étude du protestantisme français, fondé en 1987, ne dispose pas de locaux spécifiques et verse les documents (confiés ou donnés) dans la sous-série 60 J aux AD des Pyrénées-Atlantiques.

11 Plusieurs musées régionaux protestants collectent et présentent au public des sources intéressantes (certains étant mises en valeur sur les sites Internet) : Musée du Désert, Musée du Poitou protestant, Musée Jeanne d’Albret d’Orthez, etc.

12 D’autres séries conservent de précieux documents pour l’histoire du protestantisme : séries E, O1, T, V7 (principalement les articles V7 77 à 87) et d’autres pièces dispersées dans G7, J, K, M, U, V5 et X.

13 Classés TT 230 à 276B, les documents concernent les temples supprimés, les synodes, les affrontements entre catholiques et Protestants, et une partie des archives de l’Académie de Saumur (l’autre partie se trouve conservée aux Archives municipales de Saumur). La question de l’enlèvement des enfants protestants et leur mise au couvent pour y bénéficier d’une instruction catholique peut être envisagée à partir des mélanges cotes 447 à 458.

14 Par exemple, les notes de Léonard de Sainte-Catherine, augustin déchaussé du couvent des Petits-Pères de Paris.

15 AD de la Somme, I 1.

16 AD de la Somme, I 2.

17 Lelièvre Claude, Histoire des institutions scolaires, Paris, Nathan, 1990. La synthèse indépassée reste celle de Mayeur Françoise et de Prost Antoine, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Tempus, t. 3 et 4, 2004 (1981).

18 Poulat Émile, Scruter la loi de 1905, Paris, Fayard, 2010 ; Mayeur Jean-Marie, La Question laïque, Paris, Fayard, 1997.

19 Condette Jean-François, Les Recteurs d’Académie en France, Lyon, INRP, t. III, 2008.

20 Poucet Bruno (dir.), La Loi Debré, paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001.

21 Guillaume James, Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique de l’Assemblée législative, de la Convention nationale, Paris, L’Harmattan, 1997, 17 vol. (1ère éd. 1889-1891).

22 Outre l’ouvrage de Thérèse Charmasson, on dispose de quelques guides de recherche régionaux. Poucet Bruno (dir.), Mille ans d’éducation en Picardie, Amiens, éditions Encrage, 2008. avec une partie consacrées aux archives ecclésiastiques ; Celton Yvan, Provost Georges (dir.), Archives de l’Église catholique en Bretagne, Rennes, PUR, 2010. qui présente notamment les archives de l’enseignement catholique et de certains établissements ; le guide d’Émile Poulat sur les semaines religieuses reste très utile. On peut aussi utiliser avec profit, Moulinet Daniel, Guide bibliographique des sciences religieuses, Paris, Savaltor, 2000.

23 En revanche, les archives du Secrétariat général de l’enseignement catholique sont conservées dans ses locaux.

24 En 1973 a été fondée l’Association des archivistes de l’Église de France qui publie un bulletin où des fonds sont présentés. En 1980, un Manuel des archives de l’Église de France a été publié : l’on y trouve notamment le cadre de classement adopté.

25 352 Z 28 Instruction. École israélite de Nancy : appel du grand rabbin en faveur de l’école religieuse (1854) ; listes d’élèves (1844) ; programme du concours de récitation (1858) ; fournitures ; correspondance (1833) ; émoluments du maître & quittance (1866) ; comité de l’école ; démission d’un membre (1887).

26 Dans le fonds historique, France, série E, on trouve ainsi les archives de l’École normale israélite orientale ou ou de l’institution Isaac, par exemple.

27 Cohen Érik, L’Étude et l’éducation juive en France, Paris, Éditions du Cerf, 1991 ; Elmaleh Raphaël, Une Histoire de l’éducation juive moderne en France, Paris, Biblieurope, 2006 ; Cohen Martine, « De l’école juive aux écoles juives », dans Poucet Bruno (dir.), L’État et l’enseignement privé, Rennes, PUR, 2011, pp. 237-261.

28 Compère Marie-Madeleine, « École et alphabétisation en Languedoc aux xviie et xviiie siècles », dans Furet François, Ozouf Jacques (dir.), Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977, t. 2, pp. 43-99.

29 Julia Dominique, « Les petites écoles rurales dans le diocèse de Reims dans la seconde moitié du xviie siècle », dans L’Enseignement élémentaire en Champagne. Contribution au centenaire des lois scolaires de la IIIe République, Reims, Travaux de l’Académie nationale de Reims, volume 161, 1982, pp. 23-48.

30 Pittion Jean-Paul, « Instruire et édifier : les Protestants et l’éducation en France sous l’édit de Nantes », dans SHERIDAN Geraldine, PREST Viviane (dir.), Les Huguenots éducateurs dans l’espace européen à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion, 2011, pp. 19-45.

31 Les évêques se montrent très attentifs lors de leurs visites pastorales, et demandent, le cas échéant, aux municipalités de bien vouloir remédier aux problèmes rencontrés. Les délibérations communales constituent une source complémentaire bienvenue. Julia Dominique, Venard Marc (coll.), Répertoire des visites pastorales de la France. Première série. Anciens diocèses jusqu’en 1790, t. I, Agde-Bourges, Paris, Éditions du CNRS, 1977 ; t. II, Cahors-Lyon, Paris, Éditions du CNRS, 1980 ; t. III, Mâcon-Riez, Paris, Éditions du CNRS, 1983 ; t. IV, La Rochelle-Ypres-Bâle, Paris, Éditions du CNRS, 1985.

32 La correspondance entre l’Agence générale et les évêques est très précieuse car elle signale les difficultés rencontrées par ces derniers pour faire appliquer leurs ordonnances épiscopales (Archives nationales, série G8*).

33 Le roi diligente, en effet, de grandes enquêtes pour connaître le nombre d’écoliers (Bibliothèque nationale de France, Ms Joly de Fleury, 1961 pour 1783).

34 Fiévet Michel, L’Invention de l’école des filles : des Amazones de Dieu aux xviie et xviiie siècles, Paris, Éditions Imago, 2006.

35 Lottin Alain, « La catéchèse en milieu populaire au xviie siècle : l’exemple de l’école dominicale de Valenciennes et du P. Marc (1584-1638) » (1978), réédité dans Être et croire à Lille et en Flandre xvie-xviiie siècles. Recueil d’études, Arras, Artois Presses Université, 2000, pp. 403-418.

36 Les AD de la Creuse signalent l’importance des sœurs de l’instruction chrétienne de La Souterraine dont l’activité est maintenue durant la monarchie constitutionnelle (cote D 10).

37 AN, TT 232 dossier 19 : payements à faire aux maîtres d’école (liste nominative) établis en pays d’Aunis, élection de Marennes, îles et côtes adjacentes pour l’instruction de la jeunesse nouvelle convertie (1690-1691).

38 Par exemple, Nique Christian, Comment l’École devint une affaire d’État, Paris, Nathan, 1990 ; Id., François Guizot, Paris, Hachette Éducation, 1999 ; Moulinet Daniel, Les Classiques païens dans les collèges catholiques ?, Paris, Éditons du Cerf, 1995.

39 AN F17 9367-9376 : état de l’enseignement primaire (1811-1880).

40 AN F17 9109-9134 : préparation et application des lois de 1833, 1850, 1867, 1875, 1881, 1882, 1889 ; 5AG (1) : fonds de Gaulle.

41 Archives de l’Institut catholique, fonds Blanchet.

42 Charat Sylvain, « Prier, enseigner, militer. La congrégation eudiste et l’institution Saint-Sauveur de Redon au xixe siècle », thèse de doctorat sous la direction de Luc Jean-Noël Université de Paris IV, 2007 ; Poucet Bruno, « Le financement du secteur privé d’éducation au xxe siècle », dans Condette Jean-François (dir.), Le Coût des études, Rennes, PUR, 2012, pp. 141-154

43 AN F17 12505-12423 : écoles primaires protestantes et israélites, 1816-1877.

44 Compère Marie-Madeleine, Du collège au lycée (1500-1850), Paris, 1985.

45 Liste des 26 collèges protestants en France aux xviie et xviiie siècles : Clermont-en-Beauvaisis, Quevilly (Rouen), Saint-Lô, Vitré, Châtillon-sur-Loing, Montargis, Jargeau, Tours, Vendôme, Loudun, Niort, La Rochelle, La Rochefoucauld, Bergerac, Nérac, Privas, Annonay, Béziers, Castres, Pont-de-Veyle, Paray-le-Monial, Gex, Embrun, Montélimar, Lescar, Anduze. Bourchenin Pierre Daniel, Étude sur les Académies protestantes en France aux xvie et xviie siècles, Paris, Grassart, 1882, p. 66.

46 Julia Dominique, Compère Marie-Madeleine, Les Collèges français du xvie au xviie siècle. Répertoire des établissements, t. 1, France du Midi, Paris, CNRS Éditions/INRP, Paris, 1984 ; t. 2, France du Nord et de l’Ouest, 1988 ; t. 3, Paris, 2002.

47 Ratio Studiorum, Paris, Belin, 1997.

48 Nombreuses sont les archives qui relatent le fonctionnement matériel des établissements avec notamment la perception des baux et des rentes, plus rares sont les journaux de dépenses et de recettes, témoins privilégiés du quotidien des professeurs et des écoliers. Julia Dominique, Frijhoff Wilhelm, « École et société dans la France d’Ancien Régime. Quatre exemples : Auch, Avallon, Condom et Gisors », Cahier des Annales, no 35, Paris, Armand Colin, 1975.

49 De Dainville François (S. J.), « Effectifs des collèges et scolarité aux xviie et xviiie siècles dans le Nord-Est de la France », Population, tome 10, 1955, pp. 455-488.

50 Garden Maurice, « Pédagogie et parents d’élèves au collège de la Trinité de Lyon 1763-1793 », Cahiers d’histoire, tome XIV, no 4, 1969, pp. 371-392.

51 Romano Antonella, La Contre-Réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance (1540-1640), Rome, École française de Rome, 1999.

52 Les troubles durent en réalité plus d’une dizaine d’années au cours desquelles les biens des jésuites sont saisis, inventoriés, vendus, alors que la direction des collèges est reprise par d’autres religieux ou des prêtres séculiers. Julia Dominique, « Les professeurs, l’Église et l’État après l’expulsion des jésuites (1762-1789) », The Making of Frenchmen : Current Directions in the History of Education in France 1679-1979, Historical Reflections, volume 7, no 2 et 3, Waterloo, Canada, 1980, pp. 459-481.

53 De Viguerie Jean, Une Œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime : les pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie 1592-1792, Paris, Éditions de la Nouvelle Aurore/Publications de la Sorbonne, 1976 ; Ehrard Jean (dir.), Le Collège de Riom et l’enseignement oratorien en France au xviiie siècle, Oxford/Paris, Voltaire Foundation/CNRS Éditions, 1993.

54 Julia Dominique, Frijhoff Wilhelm, « Le recrutement d’une congrégation enseignante et ses mutations à l’époque moderne ; l’Oratoire de France », art. cit., pp. 443-458 ; Julia Dominique, « À qui confier l’instruction ? Les professeurs de l’enseignement secondaire de 1750 à 1830 : d’une identité religieuse à une identité professionnelle », dans Sorrel Christian (dir.), Éducation et religion xviiie-xxe siècles, Université de Savoie, Laboratoire Langages, Littératures, Sociétés, Chambéry, 2006, pp. 7-43 ; Noguès Boris, Une Archéologie du corps enseignant. Les professeurs des collèges parisiens aux xviie et xviiie siècles (1598-1793), Paris, Belin, 2006.

55 Condette Jean-François (dir.), Éducation, religion, laïcité ( xvie-xxe siècles). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants, Lille, CEGES, 2010.

56 Condette Jean-François (dir.), « L’école, une bonne affaire ? », Revue du Nord, hors-série, collection « Histoire », no 29, 2013.

57 Condette Jean-François (dir.), Le Coût des études : modalités, acteurs et implications sociales xvie-xxe siècles, Rennes, PUR, 2012.

58 Curtis Sarah, L’Enseignement au temps des congrégations. Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003 ; Fouilloux Étienne, Hours Bernard (dir.), Les Jésuites à Lyon ( xvie-xxe siècles), Lyon, Presses de l’ENS, 1995.

59 Chervel André, La Culture scolaire, Paris, Belin, 1998.

60 Ferté Patrick, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites : t. 1, Diocèses d’Albi, Castres, Montauban, Lavaur, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, 2002 ; t. 2 : Diocèse de Cahors, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, 2004 ; t. 3 : Rouergue (diocèses de Rodez et Vabres), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2006 ; t. 4 : Diocèses pyrénéens (Bayonne, Comminges, Couserans, Lescar, Mirepoix, Oloron, Pamiers, Rieux, Tarbes), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2008.

61 Ferté Patrick et Barrera Caroline (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges ( xvie-xxe siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

62 Julia Dominique, « Les Universités françaises entre le xvie et le xviiie siècle », dans Verger Jacques (dir.), Histoire des universités françaises, Toulouse, Éditions Privat, 1986, pp. 141-197.

63 Castagnet Véronique, « Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux fin xvie -mi xviie siècles : académies protestantes versus collèges catholiques », dans Condette Jean-François (dir.), Éducation, religion, laïcité ( xvie -xxe siècles), op. cit., pp. 37-55.

64 neveu Bruno, Les Facultés de théologie catholique de l’Université de France, Paris, Klinsksieck, 1998. Voir AN F19 4091 : enseignement catholique supérieur ; AJ16 /18-20 : faculté de théologie ; F17 4406-4409 : facultés de théologie catholique et protestante. Voir aussi, Bressolette Claude, L’Abbé Maret, le combat d’un théologien pour une démocratie chrétienne, Paris, Beauchesne, 1997.

65 Bédouelle Guy, Landon Olivier, Les Universités et instituts catholiques, Paris, Parole et Silence, 2012 ; Masson Catherine, La Catho, Un siècle d’histoire de l’Université catholique de Lille, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011 ; Institut catholique de Paris, Le Livre du Centenaire, 1975-1975, Paris, Beauchesne, 1975.

66 Christophe Paul (éd.), Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillard, 1914-1942, Paris, Édition du cerf, 9 vol. 1994-2000.

67 Les deux documents se trouvent dans la même liasse cotée GG 44 aux Archives municipales de Montbéliard. Sur ce sujet, voir la thèse de doctorat préparée sous la direction de Françoise Mayeur, Université Paris IV-Sorbonne, et soutenue en 2004 : Berlioz Élisabeth, Écoles et protestantisme. Le pays de Montbéliard, 1769-1833, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009.

68 L’importance de la scolarisation des enfants est évoquée dans le cadre d’études religieuses consacrées à la naissance et au développement des protestantismes. Denis Philippe, Les Églises d’étrangers en pays rhénans 1538-1564, Genève, Droz, 1984.

69 Arnold Matthieu (dir.), Jean Sturm (1507-1589). Rhéteur, pédagogue et diplomate, Tübingen, Morh Siebeck, 2009.

70 Borne Louis, L’Instruction populaire en Franche-Comté avant 1792, Besançon, imprimerie de l’Est, 1949-1953, 2 volumes.

71 Françoise de Bourbon encourage l’ouverture d’un collège dès 1579. Il devient collège académique, ou académie protestante, en 1601.

72 Les documents sont aujourd’hui conservés dans les Archives de l’État de Turin. L’action des évêques (celui de Glandèves) pour développer le réseau des petites écoles, non sans obstacles, se mesure dans les différentes ordonnances épiscopales sous le regard du Sénat de Nice. Le 6 septembre 1723, le prélat intervient dans la nomination des maîtres et des maîtresses d’école, mais le 15 janvier 1724, le Sénat, refusant de reconnaître l’autorité des supérieurs ecclésiastiques en la matière, déclare l’ordonnance abusive (Archivio di Stato, Torino, Archivio di Corte, materie ecclesiastiche, vescovadi e arcivescovadi stranieri, vescovado di Glandeves, mazzo 1 fascicules 16 et 17).

73 Prédominent les travaux en histoire religieuse portant donc sur la question de la formation des clergés et leur œuvre pastorale (comprenant l’instruction des peuples, par le biais de la catéchèse). Casta François J., Évêques et curés corses dans la tradition pastorale du concile de Trente (1570-1620), Montrouge, Dalex, 1964, (thèse de doctorat de la faculté de théologie de Lyon) ; Liccia Jean-Christophe (dir.), Les Servites de Marie en Corse. Histoire, patrimoine, vie conventuelle, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 2000. Pour une perspective plus générale : Julia Dominique, « L’éducation des ecclésiastiques en France aux xviie et xviiie siècles », Problèmes d’histoire de l’éducation, École française de Rome, Rome, 1988, pp. 141-205. L’historiographie est désormais enrichie par des travaux récents, envisageant l’éducation de la petite école à l’université, sans occulter la question de la mobilité des étudiants corses en Italie : Fusina Jacques (dir.), Histoire de l’école en Corse, Ajaccio, Albiana, 2008.

74 Le principal adversaire de Louis XV, le général Paoli, est à l’origine de la création de quatre chaires d’enseignement supérieur à Corte dont une dite de « théologie naturelle ou évidence naturelle du christianisme », une de « Morale et droit des gens », une intitulée « Principes de physique » et, la dernière, « Éléments de mathématiques ». Le bicentenaire de la mort de Paoli a été commémoré par la préparation d’une exposition itinérante (« L’Université de Corse et la formation des élites au xviiie siècle ») et d’un colloque, tous deux publiés sous le titre : Gherardi Eugène F.-X., Cini Marco, Arrighi Jean-Marie, Avon-Soletti Marie-Thérèse, Pasquale Paoli. Aspects de son œuvre et de la Corse de son temps, Ajaccio, Albiana, 2008.

75 Castagnet Véronique, « Ordonnances ecclésiastiques et confessionnalisation : le Béarn de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre », dans Castagnet Véronique, Christin Olivier, Ghermani Naïma (dir.), Les Affrontements religieux en Europe xvie-xviie siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, pp. 231-243.

76 AD Pyrénées-Atlantiques, B 2193 (26 novembre 1572).

77 Il s’agit d’une fondation anglaise de 1432. Roy Lise, L’Université de Caen aux xve et xvie siècles. Identité et représentation, Leyde/Boston, Brill, 2006.

78 AD de la Gironde, G 989.

79 Inventaire de la bibliothèque dressée le 12 pluviôse an IV, Bibliothèque municipale de Douai, MIC 259 I et MIC 82 D.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540