Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Introduction

Marguerite Figeac-Monthus

Texte intégral

  • 1 Seignobos Charles, La Méthode historique appliquée aux sciences sociales, Paris, Félix Alcan, 2001 (...)

« Si les actes qu’il s’agit de connaître n’avaient laissé aucune trace aucune connaissance n’en serait possible. Mais souvent les faits disparus ont laissé des traces, quelques fois directement sous formes d’objets matériels, le plus souvent indirectement sous la forme d’écrits rédigés par des gens qui ont eux-mêmes vu ces faits. Ces traces, ce sont des documents, et la méthode historique consiste à examiner les documents pour arriver à déterminer les faits anciens dont ces documents sont des traces. »1

1Comme le souligne Charles Seignobos au début du xxe siècle, l’historien a pour habitude de travailler sur des sources et celles-ci constituent autant d’indices ou de preuves qui lui permettent d’asseoir son raisonnement. Depuis les années 1970, la forme de ces sources qui étaient principalement des archives, c’est-à-dire de traces écrites produites par un individu, une communauté, une entreprise, un État se sont élargies. Aujourd’hui, de la lettre manuscrite au témoignage, en passant par le livre ancien et le débat télévisé conservé par l’INA, l’historien utilise toutes les formes de supports documentaires et le patrimoine revêt du même coup, de multiples facettes. Ces sources, toujours soumises au regard critique, ne sont pas faciles à identifier d’autant plus que la révolution technologique, la révolution audiovisuelle, et plus près de nous la révolution numérique, dans une société où tout va beaucoup plus vite, ont modifié la donne ainsi que le rapport que l’homme entretient avec son passé.

  • 2 Charmasson Thérèse (textes présentés par), Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, (...)
  • 3 Charmasson Thérèse et Le Goff Armelle (dir.), Mémoires de lycées, archives et patrimoine, Paris, D (...)

2En ce qui concerne les sources dans le domaine de l’éducation, les travaux dirigés par Thérèse Charmasson2 ont largement contribué dès le début des années 1980, à montrer la grande variété des archives et à construire un lien entre archivistes et historiens. Dans une publication des Archives de France réalisée avec Armelle Le Goff au moment du bicentenaire sur la création des lycées, Thérèse Charmasson a mis en relation trois notions : mémoires, archives et patrimoine, montrant ainsi que du document à l’objet, en passant par le souvenir du passé, nous avions là des ressources aux formes variées. Elle s’est donc ainsi intéressée à ce qui constitue la première étape de toute recherche, la collecte de sources, que l’historien doit dans un second temps, contextualiser, interroger, mettre en perspective, comparer et critiquer afin d’en extraire le substrat de sa démonstration3. Ainsi, entre ceux qui repèrent, inventorient et conservent les sources, les archivistes, et ceux qui les utilisent en les croisant afin de mieux comprendre les faits et les idées éducatives, les historiens, il existe une relation étroite qui ne peut que bénéficier aux recherches en histoire de l’éducation.

  • 4 Taillefait Antony, Gestion du patrimoine scolaire, Paris, Berger-Levrault, 1998.
  • 5 Renonciat Annie, Voir/Savoir. La Pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, Paris, CNDP-CRDP, 2 (...)

3Cette question du patrimoine de l’éducation est aujourd’hui bien ancrée et étudiée par des champs disciplinaires variés. Si les sociologues, les philosophes, les anthropologues, les didacticiens et les historiens de l’éducation s’en sont bien emparés, les juristes se sont plutôt intéressés à la question de la gestion du patrimoine scolaire à travers la problématique des bâtiments et du mobilier4. Dans un autre domaine, celui de l’image, les travaux d’Annie Renonciat ont montré combien cette ressource patrimoniale, donnant divers regards sur la place de l’idéologie dans l’enseignement des disciplines, pouvait constituer un moyen pédagogique intéressant5. Toutes ces ressources appartiennent donc à la culture scolaire telle qu’André Chervel a pu la concevoir :

  • 6 Chervel André, La Culture scolaire. Une approche historique, Paris, Belin, 1998.

« La culture scolaire, à proprement parler, c’est toute cette partie de la culture acquise à l’école, qui trouve dans l’école non seulement son mode de diffusion mais aussi son origine. La connaissance de l’orthographe ne relève pas de la culture scolaire, puisqu’elle peut être acquise en dehors du cadre scolaire, et que l’orthographe est en tout état de cause une institution sociale au même titre que la langue. Mais la grammaire scolaire française, et la vénération dans laquelle la société française d’aujourd’hui tient son système orthographique sont l’une et l’autre des parties constitutives de la culture scolaire des Français6. »

  • 7 Voir à ce titre tous les travaux d’Alain Choppin et en particulier la base de données Emmanuelle. (...)
  • 8 Bishop Marie-France, « Racontez vos vacances… ». Histoire des écritures de soi à l’école primaire (...)

4Ainsi, l’orthographe, comme le calcul, la lecture ou la dissertation sont, au-delà du simple aspect culturel, une sorte de patrimoine symbolique réconfortant, permettant de façonner le passé comme un âge d’or derrière lequel chacun souhaite se reconnaître, mais qui n’existe dans sa dimension historique que par le croisement de données différentes. Ainsi, les études sur des objets patrimoniaux comme celles portant sur le manuel scolaire7 ou sur l’écriture de soi à l’école8, montrent à la fois combien une culture scolaire peut être le fruit d’une époque et résultat d’une volonté de façonner l’élève et le citoyen.

  • 9 CIVIIC, Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?, Rouen, Publications de l’Université de Rou (...)

5Parallèlement, Le Centre Interdisciplinaire sur les Valeurs, les Idées, les Identités et les Compétences en Éducation et en Formation, dans un colloque organisé à Rouen en 1998, s’est demandé si les idées pédagogiques ne pouvaient pas faire partie d’un patrimoine éducatif9. Dans l’argumentaire du colloque, un certain nombre de questions ont été posées par Jean Houssaye et Brigitte Dancel, qui n’ont trouvé que des réponses partielles tant le classement des idées pédagogiques reste compliqué et ne relève pas forcément entièrement d’une appartenance patrimoniale. Ainsi, considérer les idées pédagogiques comme un patrimoine éducatif, implique qu’elles constituent un héritage que nous devons transmettre. Certaines conceptions éducatives rassemblées à travers les livres conservés dans des bibliothèques patrimoniales comme celles des Écoles normales d’instituteurs peuvent donc être considérées comme faisant partie d’un bien commun qu’il est nécessaire de transmettre. N’est-ce pas le cas de l’Émile de Rousseau, des écrits de Madame de Genlis ou de Pauline de Meulan ou, plus près de nous, des idées d’un Célestin Freinet ?

6Comme l’approche historique, la notion de patrimoine s’inscrit donc dans une perspective qui connaît des évolutions nombreuses. Elle est devenue aujourd’hui, une sorte d’entrepôt gigantesque dans lequel l’historien peut puiser. Par ailleurs, le patrimoine en tant que ressource de l’histoire s’accorde avec un faisceau d’autres notions dont l’identité, la protection, la conservation, la mémoire, la transmission et la valorisation. Quand le patrimoine investit le champ de l’éducation, il lui confère une dimension culturelle et touche du manuel à l’objet didactique en passant par l’architecture scolaire, à une multitude de domaines.

  • 10 Nora Pierre, « Lavisse, instituteur national. Le “Petit Lavisse”, évangile de la République », dan (...)
  • 11 Nora Pierre, « Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson. Cathédrale de l’école primaire » (...)

7Cette notion de patrimoine de l’éducation a vu le jour lentement dans les années 1980 lorsque Pierre Nora dans Les Lieux de mémoire confère à Ernest Lavisse, le grade « d’instituteur national10 » et caractérise le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson de « cathédrale de l’école primaire11 ». Il a bien conscience alors que ces auteurs ont contribué à édifier une culture scolaire permettant la construction d’une identité nationale et constituant en cela une sorte de patrimoine où la dimension culturelle est toujours présente. Dix ans plus tard, en 1999, Pierre Caspard, directeur du Service d’histoire de l’éducation, fut le conseiller scientifique d’un ouvrage dans lequel il mit en évidence la richesse et la diversité du patrimoine de l’éducation nationale :

  • 12 Caspard Pierre, « Préface », dans Alexandre-Bidon Danièle, Compère Marie-Madeleine, Gaulupeau Yves (...)

« Les objets, les bâtiments, les archives et les représentations iconographiques constituent autant de traces matérielles qui composent ce patrimoine. Ancien ou plus récent, méconnu ou familier, cet héritage révèle l’évolution de cette vaste entreprise des savoirs et de la formation des hommes, tant sur le plan intellectuel que techniques12. »

8Pierre Caspard donnait là les bases des principaux éléments qui devaient figurer dans la structuration de ce livre : objets ou conceptions pédagogiques fruits d’un héritage qui allaient devenir autant de traces matérielles qui font sens pour notre société en conférant une identité qu’il est important de transmettre. Cette problématique du patrimoine permet ainsi de mieux cerner les identités plurielles d’un monde de l’éducation qu’elle contribue désormais à définir et à préserver, elle confère un nouveau regard sur les objets et les idées et révèle tout le poids des héritages.

  • 13 http://www.patrimoine-aquitain-education.fr/

9Ce livre invite donc à examiner les traces du passé de l’éducation par le biais de l’ensemble des supports patrimoniaux qui sont aujourd’hui à la disposition des historiens. Il permet également de montrer le rôle de l’historien dans la valorisation du patrimoine de l’éducation. Cet ouvrage, qui est l’une des nombreuses réalisations du programme de recherche Patria : Entre histoire et mémoire, le patrimoine aquitain de l’éducation13, montre par l’association de chercheurs spécialistes d’histoire de l’éducation venus de l’ensemble du territoire et s’intéressant au patrimoine, le rayonnement de cette question au niveau national. Il s’agit donc de valoriser ici leurs recherches à travers trois grands axes : la diversité du patrimoine éducatif pour l’historien, le patrimoine éducatif exploré par les historiens, les nouveaux territoires de la recherche en histoire de l’éducation.

  • 14 Elle est spécialiste des questions sur le patrimoine et a publié récemment : Castagnet-Lars Véroni (...)
  • 15 Il est spécialiste d’histoire religieuse et a publié : Rocher Philippe, Le Goût de l’excellence, Q (...)
  • 16 Elle est spécialiste de l’architecture scolaire, elle a publié notamment : Châtelet Anne-Marie, La (...)
  • 17 Il a fait sa thèse de doctorat sur : L’Histoire de l’enseignement catholique et l’Éducation nouvel (...)
  • 18 Il a publié notamment : Poucet Bruno, Entre l’Église et la République, Paris, L’Atelier, 1998 ; Id (...)
  • 19 Sa thèse porte sur : Verneuil Yves, Les Agrégés. Histoire d’une exception française, Paris, Belin, (...)
  • 20 Ils sont notamment les auteurs de : Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise, Mignaval Pierre,(...)
  • 21 Il a fait sa thèse sur René Rémond, elle n’a pas été encore publiée, mais on peut lire quelques ar (...)
  • 22 Nicolas Palluau est un spécialiste d’histoire des mouvements de jeunes, il a travaillé sur le scou (...)

10Dans la première partie, l’accent est mis sur la grande diversité des ressources patrimoniales se trouvant à la disposition des historiens. Tout d’abord Bruno Poucet et Véronique Castagnet-Lars soulignent toute la richesse des fonds ecclésiastiques qui permettent de mieux cerner le fonctionnement scolaire. À travers cet aspect, on peut saisir aussi toute l’importance de l’image. Ainsi, Véronique Castagnet-Lars14, montre combien les sources iconographiques peuvent permettre, à des époques différentes, de saisir l’école, le maître et les élèves. Toujours dans cette thématique, Philippe Rocher15, s’intéresse au patrimoine cinématographique de l’école, alors qu’Anne-Marie Châtelet16 se concentre sur la grande diversité de l’architecture scolaire et la nécessaire préservation de certains bâtiments. Elle montre en effet comment des établissements, désaffectés ou non, grâce à une prise en charge réalisée par des associations, se patrimonialisent. Laurent Gutierrez17 souligne comment la presse pédagogique constitue un outil intéressant permettant mieux connaître les pratiques et méthodes pédagogiques. Il s’appuie d’ailleurs pour démontrer cela sur la question de l’éducation nouvelle en soulignant que cette source permet de mesurer la part de l’innovation pédagogique face à la tradition. Les archives syndicales étudiées par Bruno Poucet18 et Yves Verneuil19 donnent un regard sur le monde enseignant et l’engagement. Aujourd’hui, on ne peut pas imaginer un travail sur l’histoire de l’école contemporaine sans un recours à l’enquête orale. Françoise Lepagnot-Leca et Pierre Mignaval20 ont été, au sein de l’ancien Service d’histoire de l’éducation, des pionniers dans ce domaine. Une collecte menée depuis plus de 20 ans a permis de recueillir et d’archiver « la mémoire » du ministère de l’Éducation nationale à travers ses politiques et ses responsables, cela afin de mieux analyser et comprendre le processus décisionnel. Charles Mercier21 met en avant l’importance de la prise de conscience depuis les années 2000 de la nécessaire préservation d’un patrimoine universitaire jusque-là délaissé voire oublié. En ce qui concerne les archives des mouvements éducatifs de la jeunesse, Nicolas Palluau22 montre que la volonté de les préserver remonte à peu près à la même époque, les années 1990. Ainsi, des archives aux témoignages en passant par la presse et l’iconographie, les ressources offertes à l’historien sont multiples et il existe aujourd’hui de la part des pouvoirs publics une prise de conscience sur la nécessité de protéger et de conserver, c’est-à-dire d’en faire des objets de patrimoine à la disposition de tous mais destinés également aux générations futures.

  • 23 Renaud d’Enfert est un spécialiste de l’histoire des disciplines en particulier des mathématiques. (...)
  • 24 Elle a fait sa thèse sur Octave Gréard, réformateur de l’enseignement primaire de Second Empire à (...)
  • 25 Marcel Grandière est un spécialiste de l’histoire de la formation des maîtres, il a publié en part (...)
  • 26 Jean-François Condette s’est intéressé aux élites administratives aussi bien au niveau scolaire qu (...)
  • 27 Christiane Connan-Pintado est une spécialiste de la littérature pour la jeunesse. Elle a participé (...)
  • 28 Pierre Caspard ancien directeur du Service d’histoire de l’éducation est à l’origine de la créatio (...)

11La seconde partie concerne le patrimoine éducatif exploré par l’historien. Il s’agit là de montrer comment l’historien a pu interroger certaines sources, qu’elles ont été les méthodes utilisées et comment il a pu procéder. Renaud d’Enfert23 s’intéresse aux objets de l’école des xixe-xxe siècles. Il cherche à savoir dans quelle mesure ces objets peuvent aider à identifier une culture scolaire et à comprendre des mécanismes de fonctionnement pédagogiques. Stéphanie Dauphin24 montre les étapes de construction, depuis les débuts de la Troisième République, de l’école du peuple. Marcel Grandière25 s’intéresse à la formation des maîtres et souligne grâce à des rapports ministériels, des arrêtés et des circulaires administratifs comment, de 1968 à 1989, le rapprochement de la formation des instituteurs avec l’enseignement supérieur a été complexe et source de tensions. Beaucoup de craintes s’étaient en effet focalisées autour de la perte d’identité que pouvait représenter « l’universitarisation » de la formation des maîtres. Dans cette continuité, Jean-François Condette26 montre comment les historiens ont été conduits à étudier et à renouveler l’histoire de l’enseignement supérieur. Brunot Poucet se penche sur la structuration de l’enseignement catholique depuis le xixe siècle et son évolution récente grâce à des sources qu’il croise et des statuts pris à des époques différentes. Christiane Connan-Pintado27 s’interroge sur le patrimoine que représente la littérature pour la jeunesse. Elle montre que cette dernière intéresse de plus en plus les chercheurs qui n’ont pas toujours les mêmes approches. Pierre Caspard28, ancien directeur du Service d’histoire de l’éducation, a organisé et dirigé depuis 1977 jusqu’en 2010, date de son départ, ce service afin, de promouvoir la recherche en histoire de l’éducation, le tout lié, bien entendu, au patrimoine éducatif. C’est lui qui fonda en 1978 un périodique scientifique destiné à mettre en valeur et à diffuser la recherche inédite en histoire de l’éducation. Depuis cette date, la revue Histoire de l’Éducation vise faire connaître l’avancée de la recherche historique sur l’enseignement et l’éducation en France et à l’étranger.

  • 29 Marguerite Figeac Monthus a soutenu en 2013 une HDR dont le livre original portait sur les traités (...)
  • 30 Il s’agit d’un sujet assez neuf. Il a été l’auteur de quelques articles autour de cette thématique (...)
  • 31 Clémence Cardon-Quint est une spécialiste de l’histoire des disciplines scolaires et en particulie (...)
  • 32 . Il s’intéresse à l’enseignement technique et professionnel et a publié sa thèse sous le titre : L (...)
  • 33 Mathias Gardet est un spécialiste des questions sur l’enfance en difficulté. Il a publié : Gardet (...)
  • 34 Nathalie Duval est spécialiste des écoles nouvelles, de l’éducation nouvelle, de l’éducation popul (...)
  • 35 Rebecca Rogers est une spécialiste de la question du genre et de l’éducation, elle a publié récemm (...)

12La troisième partie présente les nouveaux territoires de la recherche en éducation. Cela se manifeste d’abord par l’étude des traités et plans d’éducation29. Il ne s’agit pas de visiter cette thématique autour de l’histoire des idées telle qu’elle a pu être envisagée au début du xxe siècle par Gabriel Compayré mais de voir comment la recherche peut réinterroger une source, pour en tirer des analyses différentes. Cet article souligne combien les plans et traités d’éducation permettent l’approche de nombreuses questions éducatives et sociétales qui appartiennent incontestablement à notre patrimoine. Jean-François Condette30 s’intéresse à un sujet jusque-là peu étudié, la figure du surveillant général. Clémence Cardon-Quint31 s’interroge sur l’histoire des disciplines scolaires en prenant l’exemple du français. Stéphane Lembré32 explore également un champ neuf, celui des enseignements techniques et professionnels, trop souvent négligés par la recherche. Son étude montre comment du vide historiographique des années 1980, ce champ est devenu, depuis ces vingt dernières années et davantage étudié. Les travaux de Mathias Gardet33 sur l’éducation spécialisée, constituent une approche très originale, elle aussi, jusqu’à présent, délaissé. Nathalie Duval34 souligne comment l’École des Roches a été, à la fin du xixe siècle, un laboratoire d’où un certain nombre d’expériences ont fait leur chemin, se trouvant ainsi, dans le courant du xxe siècle, à l’origine de toute une série d’innovations. Rebecca Rogers35, visite l’histoire de l’éducation par le biais du genre, s’interrogeant sur l’articulation féminin/masculin et sur la manière dont les enseignantes, les programmes et les outils pédagogiques contribuent à leur façon, à définir l’élève ou l’enseignant comme un individu sexué. Elle s’appuie pour cela sur les arguments des défenseurs de la laïcité et de ceux qui la récusent.

13Au total, cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif, qui a rassemblé vingt-deux auteurs différents s’exprimant sur des questions d’éducation pour lesquelles la plupart des aspects patrimoniaux ont été passés au crible du regard historique. Les auteurs ont prouvé qu’ils avaient su utiliser une grande variété de sources dont les formes s’étaient transformées en fonction des périodes. Toutes les études montrent combien cette question du patrimoine est essentielle dans les champs actuels de l’histoire de l’éducation. Par ailleurs, la notion de trace qui compose le titre de cet ouvrage, emprunté ici à la fois au domaine de l’archéologie et du tourisme, est un terme inhérent à la notion de patrimoine. Les traces sont des marques, des empreintes laissées par un être humain, ce sont également ce que les mémoires collectives, communautaires ou individuelles ont pu retenir d’actes, d’attitudes, d’habitudes ou d’événements passés. Ainsi, la trace ne donne souvent qu’une vision très partielle des choses, et c’est celui qui la découvre, l’étudie et la compare avec d’autres, en l’occurrence ici l’historien, qui construit le passé, un passé de l’éducation pour lequel il reste encore bien des pistes à ouvrir et des domaines à explorer.

Notes

1 Seignobos Charles, La Méthode historique appliquée aux sciences sociales, Paris, Félix Alcan, 2001, p. 5. Première édition en 1901.

2 Charmasson Thérèse (textes présentés par), Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005.

3 Charmasson Thérèse et Le Goff Armelle (dir.), Mémoires de lycées, archives et patrimoine, Paris, Direction des Archives de France/INRP, 2003.

4 Taillefait Antony, Gestion du patrimoine scolaire, Paris, Berger-Levrault, 1998.

5 Renonciat Annie, Voir/Savoir. La Pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, Paris, CNDP-CRDP, 2011.

6 Chervel André, La Culture scolaire. Une approche historique, Paris, Belin, 1998.

7 Voir à ce titre tous les travaux d’Alain Choppin et en particulier la base de données Emmanuelle. Il a publié entre autres : Choppin Alain, Les Manuels scolaires en France de 1789 à nos jours. 7. Bilan des études et recherches, Paris, INRP, 1995.

8 Bishop Marie-France, « Racontez vos vacances… ». Histoire des écritures de soi à l’école primaire (1882-2002), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010.

9 CIVIIC, Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2002.

10 Nora Pierre, « Lavisse, instituteur national. Le “Petit Lavisse”, évangile de la République », dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, pp. 247-289.

11 Nora Pierre, « Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson. Cathédrale de l’école primaire », dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, pp. 353-378.

12 Caspard Pierre, « Préface », dans Alexandre-Bidon Danièle, Compère Marie-Madeleine, Gaulupeau Yves, Verger Jacques, Bodé Gérard, Ferté Patrick et Marchand Philippe, Le Patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, FLOHIC-Éditions, 1999, p. 9.

13 http://www.patrimoine-aquitain-education.fr/

14 Elle est spécialiste des questions sur le patrimoine et a publié récemment : Castagnet-Lars Véronique (dir.), De la recherche scientifique aux pratiques pédagogiques. L’éducation au patrimoine, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013.

15 Il est spécialiste d’histoire religieuse et a publié : Rocher Philippe, Le Goût de l’excellence, Quatre siècles d’éducation jésuite en France, Paris, éditions Beauchesne, 2011 ; Id ., « Le patrimoine cinématographique dans l’enseignement ? Jean-Henri Fabre et La Cigale », dans Castagnet-Lars Véronique (dir.), De la recherche scientifique aux pratiques pédagogiques. L’éducation au patrimoine, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, pp. 177-193.

16 Elle est spécialiste de l’architecture scolaire, elle a publié notamment : Châtelet Anne-Marie, La Naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914, Paris, Honoré Champion, 1999 ; Id ., « L’Architecture scolaire. Essai d’historiographie internationale », Histoire de l’éducation, Paris, INRP, no 102, 2004, (éd. avec Marc Le Cœur).

17 Il a fait sa thèse de doctorat sur : L’Histoire de l’enseignement catholique et l’Éducation nouvelle en France (1899-1939, 2008, et il a publié : Gutierrez Laurent, Besse Laurent, Prost Antoine, Réformer l’école, l’apport de l’éducation nouvelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2012.

18 Il a publié notamment : Poucet Bruno, Entre l’Église et la République, Paris, L’Atelier, 1998 ; Id ., Enseigner la philosophie, Paris, CNRS Éditions, 1999.

19 Sa thèse porte sur : Verneuil Yves, Les Agrégés. Histoire d’une exception française, Paris, Belin, 2005. Il s’est beaucoup intéressé aussi au tissu associatif et à l’engagement. Il a rédigé en particulier : Verneuil Yves, « Le Conseil supérieur de l’Éducation nationale : un enjeu dans la définition du système du syndicalisme. L’exemple de l’enseignement secondaire (1928-1960 »), dans Frajerman Laurent (dir.), Histoire de la Fédération de l’Éducation nationale : nouvelles sources, nouveaux débats, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

20 Ils sont notamment les auteurs de : Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise, Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’éducation depuis la Libération, tome 5, Inventaire de cinquante entretiens. La fonction rectorale, Paris, INRP, 2008.

21 Il a fait sa thèse sur René Rémond, elle n’a pas été encore publiée, mais on peut lire quelques articles dont : Mercier Charles, « René Rémond à Nanterre en 1968 », Revue Vingtième Siècle, no 104, octobre-décembre 2009, pp. 141-152.

22 Nicolas Palluau est un spécialiste d’histoire des mouvements de jeunes, il a travaillé sur le scoutisme et a publié : Palluau Nicolas, La Fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939, Rennes, PUR, 2013.

23 Renaud d’Enfert est un spécialiste de l’histoire des disciplines en particulier des mathématiques. Il s’intéresse aussi à l’enseignement du dessin et a publié notamment : dEnfert Renaud, « L’enseignement du dessin au xixe siècle : une affaire d’État ? », dans Poulot Dominique, Pire Jean-Miguel et Bonnet Alain, L’Éducation artistique en France. Du modèle académique et scolaire aux pratiques actuelles, xixe-xxie siècles, Rennes, PUR, 2010, pp. 285-295. Il a également participé à la rédaction de : dEnfert Renaud et Kahn Pierre (dir.), En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Quatrième République, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010.

24 Elle a fait sa thèse sur Octave Gréard, réformateur de l’enseignement primaire de Second Empire à la Belle Époque, elle a été soutenue à Paris-IV-Sorbonne en 2012. Elle s’intéresse de plus en plus aujourd’hui à l’enseignement primaire en particulier dans les milieux populaires.

25 Marcel Grandière est un spécialiste de l’histoire de la formation des maîtres, il a publié en particulier : Grandière Marcel, La Formation des maîtres en France, 1792-1914, Lyon, INRP, 2006.

26 Jean-François Condette s’est intéressé aux élites administratives aussi bien au niveau scolaire qu’à l’université, il a publié sa thèse sous le titre : Condette Jean-François, Une Faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999. Il a beaucoup travaillé sur les recteurs d’Académie : Id ., Albert Châtelet : la République par l’École, Arras, Artois Presses Université, 2009 ; Id ., Les Lettrés de la République. Dictionnaire biographique des enseignants de la Faculté des Lettres de Douai puis de Lille sous la Troisième République, Lille, CEGES-Université Charles de Gaulle-Lille 3/IRHIS, 2006.

27 Christiane Connan-Pintado est une spécialiste de la littérature pour la jeunesse. Elle a participé à la réalisation de plusieurs ouvrages collectifs dont : Connan-Pintado Christiane, « Instruire et plaire : le projet éducatif et culturel d’Yvan Pommaux », dans Rouvière Nicolas (dir.), Bande dessinée et enseignement des humanités, Grenoble, ELLUG, 2012 pp. 140-156.

28 Pierre Caspard ancien directeur du Service d’histoire de l’éducation est à l’origine de la création e 1978 de la revue Histoire de l’éducation, il a publié de nombreux articles sur des thèmes très divers et a travaillé avec son épouse sur la presse d’éducation et d’enseignement. Actuellement, il travaille sur le lien entre école et démocratie aux xviie-xixe siècles. Il a dirigé en particulier : Caspard Pierre, Le Patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, FLOHIC-Éditions, 1999.

29 Marguerite Figeac Monthus a soutenu en 2013 une HDR dont le livre original portait sur les traités d’éducation sous le titre Les Enfants de l’Émile ? L’effervescence éducative de la France au tournant des xviiie-xixe siècles, Paris-IV-Sorbonne, septembre 2013 à paraître chez Peter Lang en 2014.

30 Il s’agit d’un sujet assez neuf. Il a été l’auteur de quelques articles autour de cette thématique : Condette Jean-François, « Un inspecteur général prend la défense de l’internat à la fin du xixe siècle », Conseiller d’éducation, Revue de la vie scolaire, ANCPE, Caen, n ° 141, novembre 2001, pp. 15-19 ; Id ., « Les maîtres d’études en 1854 : “la règle vivante de la maison” : les recommandations d’un Recteur “pédagogue” aux maîtres d’études et surveillants généraux en 1854 », Conseiller d’éducation, Revue de la vie scolaire, ANCPE, Caen, no 148, juin 2003, pp. 17-22 ; Id ., « Les enjeux politiques et éducatifs d’une réforme de l’internat des lycées en France à la fin du xixe siècle », Les Cahiers Aubois d’Histoire de l’Éducation, no 24, octobre 2003, pp. 10-21.

31 Clémence Cardon-Quint est une spécialiste de l’histoire des disciplines scolaires et en particulier de l’enseignement des Lettres. Elle a fait sa thèse sure : Lettres pures et lettres impures ? Les professeurs de français dans le tumulte des réformes. Histoire d’un corps illégitime (1946-1981). Elle a publié en particulier : Id ., « Professeur de lettres ou professeurs de français ? Les enjeux pédagogiques de la mise en place du cursus de lettres modernes (1946-1959) », dans Kahn Pierre, dEnfert Renaud (dir.), En attendant la réforme. Politiques éducatives et disciplines scolaires sous la Quatrième République, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010, pp. 149-161.

32 . Il s’intéresse à l’enseignement technique et professionnel et a publié sa thèse sous le titre : Lembre Stéphane, L’École des producteurs, Rennes, PUR, 2013. Il a participé à plusieurs ouvrages collectifs sur cette thématique : Id., « De l’efficacité du lobbying à la mise en ordre du technique : l’Association française pour le développement de l’enseignement technique », dans LE BOT Florent, Albe Virginie, Bode Gérard, Brucy Guy et Chatel Élisabeth (dir.), L’ENS Cachan. Le siècle d’une grande école pour les sciences, les techniques, la société, Rennes, PUR, 2013, pp. 247-261.

33 Mathias Gardet est un spécialiste des questions sur l’enfance en difficulté. Il a publié : Gardet Mathias, Boussion Samuel, Les Châteaux du social, Paris, Beauchesne, 2010 ; Id., Histoire des PEP : Pupilles de l’école publique. La solidarité, une charité laïque ? 1915-1939, tome 1, Paris, Beauchesne, 2010.

34 Nathalie Duval est spécialiste des écoles nouvelles, de l’éducation nouvelle, de l’éducation populaire, de la formation des élites, du scoutisme, des mouvements de jeunesse, des sports, des jeux et activités de plein air. Elle a publié : Duval Nathalie, L’École des Roches, Paris, Belin, 2009, réédition 2010.

35 Rebecca Rogers est une spécialiste de la question du genre et de l’éducation, elle a publié récemment : Rogers Rebecca, A Frenchwoman’s Imperial Story : Madame Luce in Nineteenth-Century Algeria, Stanford, Stanford University Press, 2013, 288 ; Id., « Language Learning Versus Vocational Training : French, Arab and British Voices Speak About Indigenous Girls’Education in 19th-Century Colonial Algeria », Paedagogica Historica, 2012, pp. 1-11 ; Id., Thébaud Françoise, La Fabrique des filles. L’éducation des filles, de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540