Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Conclusions

Tout le chemin à pied : un universitaire américain, en remerciement au Professeur André-Jean Tudesq

Derek W. Vaillant

Texte intégral

1En 2005-2006, j’ai passé une année sabbatique à la MSHA grâce au programme Fulbright et à la commission franco-américaine. Jean-Jacques Cheval a été mon parrain pendant cette année merveilleuse, comme une espèce de guide pour un jeune historien américain plein d’intérêt pour l’histoire de la radiodiffusion française. Je venais juste de déballer mes affaires quand il m’a dit : « Avant de faire quoi que ce soit, tu devrais faire la connaissance de mon maître, André-Jean Tudesq. » J’ai ainsi eu l’occasion d’entrer en rapport avec M. Tudesq, qui a fait montre d’une collégialité généreuse et tout à fait inattendue. Il a pris le temps de m’expliquer beaucoup de choses sur le développement des radios en France, et pendant mon année en France, nous sommes devenus amis.

2Au cours d’une conversation dans son bureau de la MSHA, il m’a demandé d’où je venais, et j’ai répondu que j’avais grandi près de Boston dans le Massachusetts. Il a souri et m’a raconté cette histoire ancienne. Des années auparavant il avait été invité pour une conférence à l’Université de Boston. Cette université privée possède un grand département d’études de communication. M. Tudesq s’est installé dans un hôtel près du Boston Common, le jardin public au centre de la ville. Le matin de la conférence est arrivé et le temps était beau. M. Tudesq a décidé de profiter d’un matin ensoleillé pour aller à l’Université à pied. Il avait de bonnes raisons de se promener. Le centre de Boston n’est pas grand. Il a été construit au XVIIe siècle, sur le modèle d’une Walking city où toutes les entreprises et institutions importantes de la ville sont accessibles à pied. M. Tudesq avait sans doute cette idée en tête en quittant son hôtel. Il est parti avec l’adresse de l’Université de Boston sur Commonwealth Avenue. Pour les vieilles familles de Boston, Commonwealth Avenue est connue, car elle est très proche du jardin public et, par une coïncidence, proche de l’hôtel de M. Tudesq.

3S’étant ménagé suffisamment de temps pour une promenade, M. Tudesq a quitté son hôtel. Il a marché, marché, sans arriver. Il est important d’ajouter un élément d’information essentiel : bien qu’érudit prodigieux et reconnu de l’histoire française, de la politique, et de la communication, M. Tudesq ne parlait pratiquement pas anglais. Et, il faut ajouter que malgré une admiration générale à Boston pour la France et les Français, les Bostoniens ne parlent pas du tout français (sauf peut-être dans la ville de Cambridge, près de l’université de Harvard). Cependant, ce qui préoccupait le plus M. Tudesq dans l’immédiat, c’était qu’il avait l’impression de sortir de la ville de Boston. Les charmantes maisons de grès avaient été remplacées par ce qui semblait être des bâtiments industriels. Il a découvert que Commonwealth Avenue est un boulevard long, très long, qui se poursuit sur de nombreux kilomètres. Il était obligé de marcher encore. Il était presque dans la banlieue de Brookline quand il est arrivé au campus, un peu fatigué et un peu échevelé. À l’accueil, un collègue américain avec un visage horrifié a abordé le visiteur de marque : « Monsieur, auriez-vous fait tout le chemin à pied ? ».

4Quand je pense à ma brève relation avec M. Tudesq mes pensées reviennent à cette question : « Monsieur, auriez-vous fait tout le chemin à pied ? ». C’est une image métaphorique, je crois, pour nos investigations dans l’actualité et la question de la prolongation de la trajectoire d’un savant distingué.

5Qu’est-ce que ça veut dire de faire tout le chemin à pied ? À une époque de compression de l’espace et du temps, l’idée de quelqu’un qui se promène vers sa destination semble un peu archaïque. Pour moi, l’image n’est pas du tout péjorative. Elle souligne une méthode et une position envers son sujet, ses collègues et ses étudiants. C’est une métaphore pour concrétiser la vie d’un érudit libre.

6Pour l’historien, il est clair qu’il faut aller à pied et bien avoir les pieds sur terre. Il doit créer une piste pour les autres, pour servir la prochaine génération de chercheurs. C’est l’évidence des archives qui fournit le chemin pour les autres. À la longue, la mesure de l’excellence d’un historien comme M. Tudesq reste dans sa fidélité à l’évidence documentaire. À travers ses notes de bas de page, on peut re-parcourir sa route de la découverte et de la compréhension. On peut le rejoindre dans la recherche des moments décisifs, des moments de choix et des moments pour la possibilité d’un changement.

7Qu’est-ce que ça veut dire pour un collègue de faire tout le chemin à pied ? Comme je l’ai déjà dit, M. Tudesq m’a accueilli sans hésitation ni préjugé. Jusqu’à la fin de sa vie, il est resté fidèle à l’image d’un vrai érudit, d’un enseignant autant qu’un chercheur. Il m’a montré de la générosité, de la patience et de la sagesse d’un maître plein d’énergie, passionné par le travail en Sciences de la communication et en Histoire. Il a partagé les fruits de son travail et ses convictions, confiant dans l’idée de la puissance de l’Histoire comme une activité de valeur et d’importance pour mieux comprendre le monde, les médias du passé et contemporains.

8Pour M. Tudesq, faire tout le chemin à pied, c’était rester fidèle à l’idée de la liberté précieuse de l’érudit. La liberté pour l’historien veut dire poser la question gênante, avoir conscience de faire des erreurs de temps en temps et insister sur la liberté de choisir ses thèmes, choisir ses sujets dans un cadre indépendant des demandes néolibérales du « marché » des idées.

9« Rechercher, » a écrit M. Tudesq, « c’est d’abord s’interroger, c’est le doute qui amène le progrès en suscitant des interrogations nouvelles. » Dans son essai « Relativité et Liberté » écrit à l’occasion d’une journée d’étude autour de sa carrière en 1997, il remerciait le système universitaire français qui, disait-il, « [lui] a surtout donné la liberté ». Ce sont des paroles modestes. À la longue, cependant, c’est lui qui a fait le choix d’utiliser la liberté et les données de l’Université moderne, de créer un modèle pour la pratique de l’histoire de la communication moderne. C’est lui qui a fait le choix de faire tout le chemin à pied et d’éviter les raccourcis, et de créer des pistes pour les autres. C’est lui qui a continué de guider ses étudiants et ses collègues comme un navigateur et, finalement, qui a décidé de mettre en valeur les ressources de l’Université pour tracer des voies d’avenir.

Auteur

Professeur d’Histoire Contemporaine
Université du Michigan à Ann Arbor (États-Unis)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search