Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Conclusions

Entendre la différence

Anne-Marie Laulan

Texte intégral

1Les intervenants présents à ces journées d’hommage au Professeur André-Jean Tudesq ont évoqué les travaux de l’historien, rendu hommage aux études consacrées à la presse en Afrique. Ils ont effleuré, sans la résoudre, la part de mystère de cet homme à la voix douce, teintée d’un accent dont il ne put se départir, à l’écriture si menue, à l’agenda minuscule indéchiffrable à quiconque, même à sa [ses] dévouée[s] secrétaire[s]. Énigmatique aussi le changement d’appartenance disciplinaire, alors qu’il a toujours travaillé en historien, mais fermement défendu le « noyau dur » des sciences de la communication contre les incursions « indésirables » de collègues relevant d’autres sections du CNU (j’en ai pâti à titre personnel !). N’en déplaise à son extrême courtoisie, à la parfaite maîtrise de ses propos, ne faut-il pas, aussi, rappeler son goût de la vitesse au volant, son amour des bains de mer hors saison, ses prises de position courageuses au CNU, quand il pressentait un abus ? Autant d’indices révélant la force intérieure, voire une violence contenue ; les changements d’orientation des champs de recherche, la reconsidération des valeurs religieuses après le drame familial s’expliquent sans doute par la rupture de certaines digues intérieures. Personne, je crois, n’a évoqué le thème qu’il avait choisi pour le deuxième Congrès de la SFSIC tenu à Bordeaux en 1978 : « les obstacles à la communication » au cours duquel furent déclinés les dissonances, dissidences, discordances, dysfonctionnements. Or l’époque entonne déjà l’hymne aux prouesses et promesses des technologies. Tout comme son compatriote Jacques Ellul, André-Jean Tudesq adopte une posture de moraliste, analogue à ses premiers travaux d’historien, dénonçant à mots couverts l’iniquité du pouvoir des élites, en d’autres siècles.

2Au nom de l’ISCC et de Dominique Wolton que je représente ici, je voudrais insister sur le trait de précurseur de la pluridisciplinarité : souvent à contre-courant des modes académiques du moment et, en un sens il a été prophète incompris. À titre d’exemple, conscient de l’importance et de la radiodiffusion, quand les chercheurs étaient fascinés par la télévision puis la vidéo ou encore soucieux de la « presse à l’école » (thèse de Jacques Gonnet, fondateur du CLEMI, toujours actif). Attentif, ô combien, au besoin d’information, source du développement endogène dans des contrées trop souvent reléguées au troisième rang, pressentant ainsi le phénomène contemporain de l’émergence économique et informationnelle d’un certain nombre de pays, alors que la théorie dominante était celle du « centre-périphérie ». Sensible aussi, déjà, à la diversité culturelle à l’époque de l’uniformisation marchande. Ce livre mérite bien d’être intitulé « Actualité de... », un must pour un spécialiste de l’histoire contemporaine.

3Dès la création universitaire des Sciences de l’information et de la communication, André-Jean Tudesq a côtoyé des collègues venus de la physique (Abraham Moles, Jean Devèze), de la géographie (Jacques Bertin), de l’hellénisme (Jean Meyriat) et de la sociologie, particulièrement Edgar Morin et moi-même : tous partisans et praticiens d’une pensée complexe, dans une approche méthodologique pluridisciplinaire. Si Dominique Wolton évoque souvent l’incommunication, le message d’André-Jean Tudesq se veut plus optimiste, créateur de « passages ». Indiscutablement actuel, courageux, que son apport soit recueilli : il nous incombe de le faire fructifier !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search