Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 4 – Traces et témoignages

Grand-Père

Caroline Tudesq

Texte intégral

1Je souhaite rendre ce dernier hommage à mon grand-père au travers de quelques mots et formuler l’attachement qui le liait à chacun des membres de sa famille : son épouse, Geneviève, ses trois enfants Nicolas, Florence et Christian ainsi que ses sept petits-enfants Julien, Caroline, Sébastien, Guillaume, Olivier, Raphaël et Éliette.

2Il avait une manière bien à lui d’être présent. Parlant relativement peu, il ne manquait pas de nous dispenser des conseils avisés et empreints de sagesse pour le choix de nos études, nos devoirs d’histoire, d’économie ou même de français… Lorsqu’on l’interrogeait sur tel ou tel sujet d’actualité, ses réponses pouvaient quelquefois nous apparaître quelque peu subtiles car tout en nuances. Cependant, il n’en restait pas moins toujours à même de nous donner un avis qui démontrait un intérêt et une curiosité intellectuelle qui le menaient sur des terrains divers, politiques, économiques ou sociologiques.

3Je garde en tête cette image de grand-père posté sur le canapé, les sourcils froncés et lunettes au bout du nez, plus que concentré devant l’émission C dans l’air qu’il appréciait particulièrement. Après quoi s’ensuivaient, parfois, une ou deux remarques sur le sujet adressées aux membres de la famille qui passaient dans la pièce.

4Parmi ses qualités, grand-père avait indiscutablement celle de pacificateur. Fuyant les conflits, il leur préférait la discussion. D’aucuns disaient de lui qu’il aurait fait un bon diplomate. Il était à mon avis trop tolérant et mesuré pour rentrer en politique. Empruntant les mots de Mendès France, je me souviens du passage d’une de ses lettres : « “Gouverner, c’est choisir”, et il en est de même pour sa gouverne personnelle, Caroline. » Jeune, peut-être trop à l’époque, j’en saisis à présent tout le sens et la garde en mémoire, comme un héritage immatériel.

5Derrière sa discrétion, se profilait un homme bouleversé par la perte de sa fille Florence et soucieux de prendre soin des deux jeunes enfants qu’elle avait laissés. Il a eu à cœur d’entretenir des liens d’affection entre ses petits-enfants, ne ratant pas une occasion de nous accueillir à Bordeaux ou Royan, et de nous faire voyager à Paris et Londres, et ce, jusqu’à un âge avancé.

6J’ai beaucoup appris en parcourant avec intérêt les témoignages de Madame Bart et Monsieur Cheval sur sa carrière d’universitaire. Une telle diversité m’a toujours surprise et a forcé mon admiration. Grand-père travaillait beaucoup, et toute sa vie était organisée autour de ses écrits, ses travaux, ses articles…

7La maison de la rue de Brach et, tout particulièrement la salle à manger, témoignaient de cet intérêt continuel : excepté Noël, Pâques ou les Premiers de l’an à l’occasion desquels ma grand-mère reprenait possession des lieux pour y dresser une table de fête, d’innombrables notes gisaient en permanence sur son lieu de travail préféré. De fines pattes de mouches qui auraient pu concurrencer les hiéroglyphes les plus mystérieux de l’Égypte ancienne fascinaient toute la famille. Et nous en venions à nous demander comment il parvenait à s’y retrouver et à faire aboutir un ouvrage ! Une thèse d’étudiant en correction venait bien souvent parachever ce tableau dantesque. Il aimait cet environnement, se sentait bien dans ses papiers et dans ses murs.

8Ce tableau ne serait pas juste si j’omettais de remarquer que grand-père était quelqu’un d’assez anxieux, cela même s’il parvenait à le masquer par un dynamisme remarquable pour son âge… Ce trait de caractère lui avait valu d’ailleurs un surnom tout à fait à propos grâce à ses initiales « AJT »… Il m’apparaît, cependant, que cette manière d’être le poussait toujours à travailler davantage, à se documenter et à faire aboutir un projet.

9Dormant assez peu, je me souviens l’avoir souvent retrouvé dans la salle de bain, plongé dans un de ces polars dont il était friand, et que la lumière quelque peu agressive de la pièce ne décourageait pas…

10Je garderai le souvenir de mon grand-père comme celui d’une personne profondément humaine, pacifiste, réfléchi et bon.

11Je crois profondément que ceux que l’on aime vivent toujours.

Auteur

Juriste

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search