Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 4 – Traces et témoignages

L’art d’être père et grand-père

Nicolas Tudesq

Texte intégral

1Le témoignage suivant décrivant mon père, celui qui reste pour ses pairs et ses élèves le professeur Tudesq, présente le visage extraprofessionnel du personnage que je n’ai pratiquement jamais vu réellement professer, rarement intervenir comme orateur à un congrès ou à un débat. Bien sûr ma famille restait attentive à ses invitations radiophoniques et plus encore aux articles de presse évoquant ses travaux.

2Mais aujourd’hui je mesure le plaisir de parler avec les membres de son monde universitaire. Je suis sensible à toute description du caractère de cet homme à la fois unique pour les admirateurs provenant de son univers, et unique bien entendu pour chacun de ses enfants.

3Si son propre père était très manuel comme chirurgien-dentiste, André-Jean Tudesq éprouvait de grandes difficultés pour utiliser ses mains et cacher sa passion pour les travaux non manuels, purement cérébraux.

4Quelle passion avait-il pour s’évader de son travail ? Certainement pas le bricolage, peut-être un peu le jardinage sous les ordres de ma mère, sûrement les romans, la bourse, les voyages, l’utilisation des médias dans un but de loisirs, le cinéma, l’amitié et par-dessus tout sa famille.

5J’insiste sur une relation qui me semble sortir de l’ordinaire entre son beau-père, mon grand-père maternel, et lui. Mon père et l’ingénieur général André Blanchard – entré à l’X en 1914 pour en sortir après s’être battu pendant quatre ans, directeur des poudres au ministère de la Guerre puis PDG de la SNPA, future ELF – entretenaient des rapports passionnants et passionnés, l’un scientifique et l’autre littéraire, différents mais tellement curieux l’un de l’autre, fascinés.

6Je ne crois pas avoir rencontré ailleurs deux individus trouver autant de plaisir à discuter aussi souvent et aussi longtemps de sujets aussi variés, touchant toutes les disciplines de la connaissance humaine. À eux deux tout était abordé : l’histoire, la politique, la géographie, la chimie, l’origine du droit, la sociologie, la médecine, la psychanalyse et la psychologie en général, la naissance des langues… tout sauf peut-être le sport, car mon père n’était pas un modèle en la matière !

7Sa personnalité telle que je l’ai connue « à la maison » me paraissait adaptée pour occuper les fonctions d’ambassadeur et cependant quand je lui demandais pourquoi il fuyait les fonctions de doyen ou de recteur d’académie, il me répondait ce que me disait déjà son beau-père, que sa passion ne reposait pas sur le pouvoir, mais sur la recherche. À ce sujet nous aimions tous les deux débattre de la question de savoir si l’histoire est une science ou non, lui un littéraire et moi comme ses autres enfants, scientifiques.

8Et le journalisme ? lui demande un jour un journaliste. Sans hésiter il expliquait préférer étudier le journalisme que l’actualité, ce qui ne l’empêchait pas de l’analyser et de la commenter tout le long des moments partagés en famille ou entre amis…

9Vivre avec mon père correspondait à vivre avec une véritable bibliothèque informant sur le monde du passé, du présent et, en corollaire, de l’avenir. En 2012 peut-être pourrions-nous le comparer à un moteur de recherche internet. Au lycée, je le comparais à un professeur de philo, de latin, de français, de sociologie, de psychologie, d’économie… mais pas de sport, ni de bricolage ou de mécanique automobile.

10Dois-je aborder la foi de cet homme torturé par la maladie de sa fille Florence ? Jusqu’à la mort de ma sœur et depuis mon plus jeune âge, j’ai le souvenir d’un homme très fidèle à la messe du Dimanche, aussi fidèle que taciturne sur sa foi. Puis, après le 31 décembre 1993, il s’est mis à douter. Ses collègues ont sans doute entendu des confidences de ce père toujours angoissé au sujet de ses enfants, voire de ses petits-enfants.

11Enfin le surnom donné par mes quatre enfants et les deux fils de Florence en dit long sur ce grand-père. Vous qui l’avez connu vous vous souvenez de cette aisance à sourire ? Quand les uns et les autres l’appelaient « AJT », l’agité passait du sourire au rire, bien conscient de la subtilité du choix de ce surnom !

Auteur

Chirurgien

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search