Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 4 – Traces et témoignages

Un héritage collectif, une influence personnelle

Brice Rambaud

Texte intégral

1J’ai connu le « troisième » Tudesq. Pas l’historien spécialiste du XIXe siècle ni le pionnier des sciences de l’information et de la communication, mais le passionné de médias africains.

  • 1 Cf. la bibliographie.

2Son influence a d’abord été celle d’un livre – L’Espoir et L’Illusion – dont la lecture m’a poussé à aller en Afrique subsaharienne et à travailler comme journaliste dans des quotidiens et hebdomadaires locaux. Là-bas, j’ai vu des manières différentes de faire de l’information, originales, uniques pour certaines. Une fois revenu en France, il m’a paru normal de rencontrer le maître et d’essayer de coucher sur papier cette expérience. J’ai donc fait un Master, puis un Doctorat à Bordeaux 3 avec son disciple, Mme Annie Lenoble-Bart, et j’ai pu travailler avec lui sur quelques projets de recherche, notamment le programme de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) « Modèles et transferts dans la mondialisation des Afriques » et l’écriture d’articles comme « Les médias après Moi » ou « Médias chrétiens en Afrique de l’Est »1.

3Je garde le souvenir d’un sage, toujours de bon conseil, d’une densité et d’une curiosité intellectuelles rares. Je garde aussi le souvenir d’une exigence méthodologique et d’une volonté de, toujours et encore, documenter le travail de recherche. De façon plus anecdotique, j’ai souvent été étonné de constater que tous ses mémos écrits sur de petits bouts de papier puissent donner lieu à des articles ou à livres de plusieurs centaines de pages.

Apports

4Comment faire vivre l’apport d’un précurseur quand on est doctorant ? D’abord en poursuivant ses recherches sur l’histoire des médias d’Afrique et en les inscrivant dans l’actualité. Au Kenya, par exemple, les groupes de presse historiques tels que le Nation Media Group profitent de l’embellie économique liée au départ du président Daniel Arap Moi et lancent une offensive économique dans toute la sous-région. Ces groupes multimédias proposent maintenant de l’information sur tout support (presse, radio, télévision, internet, nouveaux médias) grâce à des rédactions ayant pris le virage numérique avec enthousiasme.

5Une grande partie de L’Espoir et L’Illusion traite de la façon dont les médias dits occidentaux – c’est-à-dire importés d’Europe lors de la colonisation – et l’information contenue par ces mêmes médias ont constitué une rupture en Afrique subsaharienne au XXe siècle : rupture sociale, culturelle, presque épistémologique. C’est bien plus modestement que mes recherches de thèse ont porté sur l’analyse du transfert du modèle de production de l’information écrite en Afrique anglophone et francophone et sur son appropriation.

6Si les pratiques journalistiques africaines restent très influencées par les canons de journalisme des anciennes métropoles, les modèles médiatiques occidentaux connaissent des processus de réinterprétation, voire de réinvention en Afrique. Les modes et pratiques de communication précoloniaux n’ont pas été effacés par l’introduction de nouveaux modèles médiatiques. D’une part, espaces publics médiatiques et espaces publics africains dits de proximité coexistent. D’autre part, l’analyse de contenu révèle de véritables hybridations dans le style journalistique, en particulier en Afrique de l’Ouest où l’écrit se trouve mixé à des pratiques et représentations issues de l’oralité.

7On devine ici deux apports majeurs de la démarche d’André-Jean Tudesq, que ses étudiants tentent de faire vivre :

  • d’abord le fait que seule l’analyse comparative puisse donner des enseignements riches, nuancés, complexes, qui vont bien au-delà de la recherche centrée sur un objet ou sur un terrain donné ;
  • ensuite que les recherches contemporaines sont résolument interdisciplinaires. Un des principaux apports de Tudesq a bien été de relier l’histoire, notamment un travail d’archive conséquent, à des analyses socio-anthropologiques.

Prolongements

8Il existe de très nombreux prolongements à l’œuvre de Tudesq. De façon tout à fait subjective, mais liés à l’actualité, j’en choisis deux.

9Tudesq a été l’un des premiers à comprendre le rôle des radios et télévisions dites transnationales dans les changements géopolitiques de la fin des années 1980 et du début des années 1990, aussi bien en Europe qu’en Afrique. Il a été l’un des premiers à écrire sur le sujet, à diriger certaines recherches, à voir que la notion de frontière et le contrôle étatique de l’information devenaient obsolètes à l’heure de la mondialisation. Ses conclusions sont toujours d’actualité comme l’a montré l’usage des nouveaux médias lors du « Printemps arabe » de 2011. Les contestations populaires en Tunisie, en Égypte, en Libye et ailleurs ont été esquissées, organisées et amplifiées par les réseaux sociaux, notamment Facebook. Les SMS et les télévisions satellitaires ont également joué un rôle important dans le déroulement des événements.

10Fort de ces analyses sur les radios et télévisions transnationales, Tudesq a analysé la bataille que se livrent les grands médias internationaux tels que CNN et Al Jazeera ou encore BBC et RFI, notamment dans les pays en voie de développement. Ces médias sont plus que des médias. Ils constituent des instruments d’influence des puissances mondiales pour préserver et/ou étendre leur rayonnement culturel, politique et économique et, pour certains, imposer une vision du monde. Cette bataille a, dans les années 2010, de nouveaux acteurs, de nouvelles zones, de nouveaux enjeux. Les sujets et problématiques ne manquent pas et les jeunes chercheurs en sciences de l’information et de la communication pourront se poser de nombreuses questions : par exemple pourquoi RFI a-t-elle ouvert une grille de programme en swahili pour l’Afrique de l’Est ? Pourquoi Al Jazeera va-t-elle établir une chaîne de télévision en swahili pour cette même région ? Pourquoi la chaîne chinoise CCTV a-t-elle ouvert un bureau à Nairobi et propose-t-elle des programmes d’information africaine pour l’Afrique subsaharienne ? S’ils se posent ces questions, et trouvent certaines réponses dans l’analyse interdisciplinaire, alors ils auront fait vivre l’héritage d’André-Jean Tudesq.

Notes

1 Cf. la bibliographie.

Auteur

Consultant, Nairobi

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search