Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 4 – Traces et témoignages

Ne pas s’enfermer dans sa discipline

Philippe Pommier

Texte intégral

1Mon témoignage est celui d’un ancien étudiant parmi tant d’autres, simple représentant de ces cohortes de professeurs du secondaire qui ont pu bénéficier de l’enseignement d’André-Jean Tudesq.

2Mon premier contact avec lui a eu lieu en 1966, lors d’un rendez-vous demandé avec deux camarades de classe préparatoire qui, comme moi, ne pouvaient pas assister à ses cours : il m’y est déjà apparu accessible, prodigue de conseils et rassurant dans ses propos.

3Ensuite, en mai-juin 1968, dans les commissions qui ont émergé du mouvement, il s’est montré ouvert au dialogue avec les étudiants, sans se départir de sa modération et de ses responsabilités universitaires ; je l’ai entendu exprimer son attachement à la démocratisation de l’enseignement supérieur, n’hésitant pas à proposer de nouveaux modes d’organisation et d’évaluation dans le cursus des étudiants, se préoccupant de leurs débouchés professionnels. Une démarche attentive et constructive qui n’était pas partagée par tous ses pairs.

4C’est à partir de l’année de licence jusqu’à la préparation des concours que j’ai pu pleinement bénéficier de son enseignement : des cours dont la densité reflétait une recherche sans cesse renouvelée, dont les sources étaient scrupuleusement présentées, où les faits politiques étaient mis en perspective, reliés à leurs contextes social et culturel et soumis à une analyse nuancée, en se détournant des effets de style, des idées reçues et des vérités définitives. Autant d’exigences transmises à qui aspirait à enseigner l’histoire.

5Je lui dois mon initiation aux structures politiques du XIXe siècle (qu’il faisait alors étudier avec le concours de Jean-Claude Drouin) et aux études de presse. C’est lui qui m’a dirigé dans l’élaboration de mon T.E.R. sur l’œuvre du journaliste bordelais Henri Fonfrède, me guidant avec patience et indulgence, me procurant le sésame de la Bibliothèque nationale et des Archives nationales. Puis, m’ayant confié un monitorat, il m’a permis de m’exercer à la pédagogie : il s’agissait d’accompagner des étudiants moins avancés dans des séances d’études de presse ; j’ai pu aussi contribuer, sous sa direction, comme « petite main » dans les archives, à la mise à jour de la bibliographie de la presse d’Eugène Hatin pour les périodiques girondins.

6Dans les séminaires de maîtrise en histoire contemporaine et dans ceux qu’il organisait à l’IEP, il invitait à s’inspirer d’autres disciplines, comme la linguistique ou la sociologie, et à explorer l’histoire immédiate. Cet intérêt pour l’expérimentation, l’actualité, la prise en compte d’autres démarches enrichissait la formation de l’étudiant en histoire. Elles appelaient le futur enseignant à ne pas s’enfermer dans sa discipline.

7De ce legs d’André-Jean Tudesq, à défaut d’avoir prolongé un travail de recherche, auquel il m’avait pourtant invité, j’ai essayé de tirer parti, à mon niveau, dans les divers registres de mon expérience professionnelle, en tant que professeur de lycée, co-auteur de manuels scolaires pour le collège et organisateur de stages de formation continue dans l’académie de Limoges.

8J’y ai entretenu une prédilection pour les médias, à la fois sources et objets d’études : intégration au cours d’histoire et de géographie, aux travaux personnels encadrés (TPE) et aux pratiques tournées vers l’autonomie des élèves ; animation d’un club de presse et de journaux de lycéens ; initiation à la communication audiovisuelle (en liaison avec le CRDP de Bordeaux) ; intérêt particulier pour l’éducation civique aussi bien au collège qu’au lycée (E.C.J.S.), où je me suis efforcé d’exploiter les ressources des médias et des études d’opinion, d’en propager une analyse critique et d’en dégager les enjeux pour la démocratie… Dans ces domaines, j’ai conscience de n’avoir fait fructifier qu’une part limitée des apports d’André-Jean Tudesq.

9Mais, en définitive, j’espère m’être inspiré au mieux de ce que j’ai acquis sous son autorité bienveillante : souci de renouvellement du savoir historique ; relation d’empathie avec les élèves ; ouverture à l’innovation.

Auteur

Agrégé d’histoire et de géographie

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search