Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 4 – Traces et témoignages

Maître, collègue et ami

Jean-Claude Drouin

Texte intégral

1André-Jean Tudesq a été pendant plus de trente ans un maître, un collègue et un ami. Un maître, car il m’a transmis une petite part de la grande tradition de la Sorbonne que j’ai auparavant connue à Paris avec Louis Girard, directeur de mon D.E.S. consacré au légitimisme français au début de la monarchie de Juillet. Tudesq, par ses études érudites, m’a beaucoup aidé vers 1966 pour mes propres recherches sur les élections déterminantes du 13 mai 1849 dans l’Aquitaine occidentale, les premières consultations véritablement significatives pour le suffrage universel. En résumé, j’ai été alors doublement influencé par les méthodes positivistes de la sociologie électorale de Georges Dupeux et le rationalisme plus modéré d’André-Jean Tudesq. Par la suite, j’ai un peu regretté l’abandon progressif par Tudesq de l’histoire politique et intellectuelle du XIXe siècle dans le domaine de la recherche fondamentale, malgré de nombreuses études sur Guizot en 1848. Il n’a jamais oublié ce XIXe siècle qui n’a rien de « stupide ». Ses synthèses dans les manuels du secondaire et ses mises au point dans les grandes collections le prouvent.

2André-Jean Tudesq a été un collègue permanent pendant 33 ans. Je le revois au milieu de son bureau où, de jour en jour, s’accumulaient les livres, les thèses, les mémoires, les revues, les journaux, les manuscrits et les fameux petits papiers (blancs, jaunes, bleus…) couverts de signes hiéroglyphiques. On sait tous que de ce désordre apparent sont nés peu après des livres, des articles, des cours, des conférences denses, fortement charpentées. J’ai participé aussi à ses côtés à des centaines – et peut-être des milliers – de soutenances de mémoires d’étudiants et étudiantes, de jurys d’examens de licence. Dans cette longue collaboration intellectuelle, nous n’avons jamais eu de conflits personnels. Le seul sujet sur lequel nous avons divergé a été l’interprétation de Mai 68. Mais ceci est une autre histoire impossible à résumer en quelques mots.

3Progressivement André-Jean Tudesq est devenu, au-delà des divergences d’opinion sur certains sujets, un ami. J’ai toujours reconnu ses qualités humaines, sa largeur de vue, la variété de ses enseignements et de ses recherches, l’originalité dans sa marche progressive vers les Sciences de l’Information et de la Communication où il a été un pionnier. J’ai été, je le pense, un collaborateur convenable de Tudesq dans l’enseignement de l’histoire du XIXe siècle et de la presse française contemporaine. Mais j’ai été, il faut l’avouer, un médiocre disciple car je ne l’ai pas suivi lorsqu’il s’est engagé profondément dans les domaines de la radio et du monde africain.

4Au total, André-Jean Tudesq me paraît avoir été un parfait « honnête homme » de notre époque : il a su combiner en sa personne les qualités de recherche, de méthode, de communication et de culture. À partir d’un chaos primitif, il a su construire une œuvre complexe où apparaît finalement un certain ordre que le colloque de 2011 a permis d’approcher un peu mieux.

5Quant aux thèmes proposés pour la table ronde, j’avoue ne pas avoir bien saisi la notion de « relativité de l’universitaire » même si elle a été exprimée par André-Jean Tudesq lui-même il y a quelques années, en 1997. Il liait étroitement réalité et temporalité ; or l’historien s’occupe avant tout de temporalité sur le plan matériel ; la relativité est par contre un concept qui se situe sur le plan philosophique et quasi métaphysique. Les faits peuvent-ils être à l’origine de la connaissance ? Nous ne le pensons pas. En effet, l’établissement des faits eux-mêmes suppose préalablement un ensemble de connaissances capables d’analyser la réalité complexe. Il faudrait peut-être organiser un autre colloque sur ce thème, dans dix ou vingt ans, toujours autour de l’œuvre d’André-Jean Tudesq qui était très intéressé par l’historiographie qu’il avait introduite dans le programme de l’Institut d’Histoire. L’autre thème proposé pour la table ronde me paraît une évidence. Durant toute sa carrière universitaire, André-Jean Tudesq a été dans le sens du terme « un homme libre », libre dans ses recherches tentaculaires, dans ses engagements, dans ses opinions. Les membres du colloque et les organisateurs ont donc de multiples raisons de lui rendre un hommage mérité et de lui dire simplement « merci ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search