Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 4 – Traces et témoignages

La grandeur dans la simplicité, la discrétion et la modestie

Amadou Ba

Texte intégral

1Au point de départ de mon intervention, je voudrais signifier mon émotion de figurer parmi les intervenants à cette table ronde. La disparition du Professeur Tudesq laisse aujourd’hui orphelines les études et les recherches en Sciences de l’Information et de la Communication consacrées au continent africain. Toute sa vie, il a étudié les médias en Afrique et s’est posé en précurseur dans ce domaine. Comment ne pas exprimer notre admiration pour celui qui a exploré le très long et difficile chemin de la recherche en Afrique ?

2C’est un être très cher que perd non seulement sa famille, ses amis mais ses collègues et étudiants. Cher par l’affection qu’il avait pour les siens, par l’amour qu’il avait pour son métier, par le respect de ses engagements, par la puissance de ses convictions, par le courage d’exprimer ses idées. Il était l’un des rares chercheurs des pays du Nord à s’intéresser avec passion aux pays du Sud, plus particulièrement à l’Afrique subsaharienne. André‑Jean Tudesq, c’était la grandeur dans la simplicité, la discrétion et la modestie.

3Le Pr. Tudesq était humble mais il a hissé au plus haut niveau les recherches sur les médias en Afrique. Ce fut un homme d’action, de culture et de science, action qu’il a menée sur le terrain au cours de ses déplacements en Afrique, notamment à Brazzaville, Abidjan, Libreville, Ouagadougou, Dakar, Cotonou, Nairobi, Lusaka, Tunis, etc. Le mérite du Professeur Tudesq est qu’il ne s’est pas borné exclusivement à la zone francophone. À la différence d’autres chercheurs, il a franchi les barrières linguistiques pour mener ses investigations dans l’espace anglophone, lusophone et même arabophone.

4Ce fut aussi un homme de science ; il a joué un rôle de premier plan pour sortir l’Afrique subsaharienne de sa marginalisation dans le domaine de la recherche en Sciences de l’Information et de la Communication. C’est dans cette même dynamique qu’il a mis en place un réseau de correspondants africains, dans la plupart des pays de l’espace francophone : tous sont titulaires d’un doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication. Je salue la présence de certains d’entre eux ici.

5De même, il a donné des cours et animé des séminaires sur les médias en Afrique. Ces rencontres avaient permis à l’époque où j’étais encore étudiant, à la fin des années 1990, de réunir tous les doctorants africains ou européens ainsi que des professionnels des médias africains venus en stage à l’École Internationale de Bordeaux, devenue plus tard École Internationale de la Francophonie. Ces différents forums ont enrichi les débats, incité à la réflexion et initié aux théories de la communication et à la méthodologie de recherche. Le Pr. Tudesq a aussi participé à de nombreux jurys de thèses soutenues dans beaucoup d’universités françaises. Il restera vivant par l’héritage scientifique qu’il nous a légué.

6Résumer en quelques lignes la relativité et la liberté de cet illustre penseur relève de l’exploit tant la matière est dense. Les activités de recherche menées sous sa direction ont revêtu des formes et des modalités variées. Sa contribution à l’étude des moyens d’information est inestimable.

7Nous sommes tous des héritiers et des bénéficiaires de ce trésor. Nous devons poursuivre la voie tracée par le Professeur Tudesq. Cela passe par une synergie des efforts et une mutualisation des ressources existantes. Pour paraphraser le Professeur Tudesq, la recherche universitaire reste individuelle par bien des aspects, mais il n’en demeure pas moins que l’institution universitaire incite aux regroupements dans des centres de recherche et à la constitution de réseaux. Le Professeur Tudesq est un grand homme qui a marqué son époque et qui restera toujours présent dans nos pensées.

Auteur

Ancien doctorant d’André-Jean Tudesq
Directeur (p.i.) de Radio-Okapi, Nations Unies (ONU)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search