Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 4 – Traces et témoignages

Un discours audible et intelligible

Eugénie Rokhaya Aw-N’Diaye

Texte intégral

1Comment ai-je rencontré André-Jean Tudesq ? Dans un bureau à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et plus précisément au MICA. Mais il était présent dans ma pensée et ma pratique depuis longtemps. Déjà, journaliste et impliquée dans le mouvement de la radio communautaire en Afrique à la fin des années 1980, André-Jean Tudesq était un « tuteur virtuel » idéal. Pourquoi ? Parce qu’il a légitimé un domaine qui restait encore à la marge des études académiques et même des études de communication. Le travail avec les radios communautaires, domaine encore plus marginalisé, même si, paradoxalement, il concerne des centaines de radios en Afrique et des millions de personnes, demandait une ligne conductrice, une sorte de légitimation et ses travaux ont joué ce rôle.

2Le sens de ce qu’il faisait était de rendre visible, de consacrer comme objet d’étude, de mettre ensemble des secteurs, des domaines improbables dans un monde extrêmement cadré, surtout dans les années 1980-1990 et encore aujourd’hui dans certains milieux académiques. J’ai noté ci-après des domaines improbables et les liens qu’il m’a aidé à construire pour mon continent africain :

  • ne pas craindre le maillage théorie et pratique, ce qui m’a incitée comme professionnelle à embrasser une carrière universitaire ;
  • voir le journalisme comme un métier noble ;
  • aborder la politique comme une passion ;
  • dire l’environnement/le développement durable comme un impératif ;
  • oser le genre comme principe d’humanité ;
  • adopter la thématique « Conflits et sécurité » comme un engagement.

3Aujourd’hui les discours, tout d’un coup à la mode, font sourire ceux qui étaient à la marge, ceux et celles que l’Académie avait décriés comme des intellectuels, des universitaires ratés. Pluri, multi, transdisciplinarité, professionnels dans la formation universitaire, autant de visions qui émergent.

4Mais surtout, André-Jean Tudesq continue d’être une source d’inspiration sur des thématiques qu’il avait analysées en son temps. Elles concernent l’enseignement, les recherches interdisciplinaires et la vie universitaire du XXe au XXIe siècle, l’histoire de nos universités en dépit des réformes. Il disait « pour avancer il faut un axe » et cette idée traverse les universités africaines. Il parlait d’enseigner de manière à faire des étudiants des acteurs de leur propre formation.

  • 1 Tudesq A.-J., Feuilles d’Afrique, op. cit., p. 294.

5Ce qui me tient particulièrement à cœur est une réflexion fondamentale sur les médias et les crises en Afrique en 1995 dans Feuilles d’Afrique. Il y parle de presse « témoin de la crise » et il note : « l’acuité de la crise en Afrique est à l’origine de la nouvelle presse ; la crise suscite et entretient des journaux, même si elle en use et en fait disparaître. Car la crise des médias est un des facteurs du rôle des médias dans les crises. La relation entre crise et presse rejoint la relation entre presse et opinion publique1 ».

6Il m’a donc amenée à m’interroger. Être un homme / une femme de science, n’est-ce pas avoir raison avant tout le monde, envers et contre tous, parfois ? Il a légitimé ceux et celles qui dans le monde universitaire apportent de la différence et un discours audible et intelligible, ce que j’appelle le discours de simplicité sur les sciences. N’est-ce pas avoir l’amour de ses étudiants et être capable de les amener, en dépit des difficultés, au bout du chemin de la pensée ?

7Pour cela, André-Jean Tudesq reste dans nos mémoires et nos pratiques, car nous avons trop tendance à oublier ceux et celles qui sont différents parce qu’ils nous dérangent dans notre quête de notoriété plutôt que de grandeur d’âme.

Notes

1 Tudesq A.-J., Feuilles d’Afrique, op. cit., p. 294.

Auteur

Enseignant-Chercheur
Centre d’Études des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI)
Université Cheikh Anta Diop de Dakar

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search