Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 3 – Regards et éclairages africains

À la recherche de l’Afrique1

Étienne Damome et Annie Lenoble-Bart

Texte intégral

  • 1 Nous avons déjà parlé de l’intérêt général d’A.-J. Tudesq pour l’Afrique dans plusieurs autres art (...)
  • 2 Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette supérieur (Carré Histoire), 1998, p. 131

1Comme le rappelle à juste titre le Professeur Jean Dumas, il a été difficile de rassembler tous les travaux qu’André-Jean Tudesq a fait soutenir sur l’Afrique. Déjà, dans une publication de 1998, Gérard Noiriel répertoriait 66 thèses d’Histoire contemporaine dans lesquelles, manifestement, il avait inclus celles qui concernaient l’Information-Communication2. André-Jean Tudesq arrivait, à ce moment-là, en 6e position dans le palmarès dressé, juste derrière (67) Pierre Albert, son comparse du Que sais-je ? célèbre sur l’Histoire de la radio-télévision. Le tableau (cf. p. 163) que nous avons tenté de dresser n’est certainement pas exhaustif : le professeur n’était pas de ceux qui tiennent un compte minutieux de tout ce qu’il produit ou dirige et bien des mémoires, en particulier, n’ont pas laissé de trace…

2Nous allons tenter de montrer comment André-Jean Tudesq a fait mener des recherches sur l’Afrique depuis le milieu des années 1970 et comment, désormais, l’avenir peut s’appuyer sur cet héritage pour continuer – voire renouveler – une spécificité au sein des études doctorales.

Des thématiques variées

  • 3 Pour la période antérieure à 1996 on relira avec intérêt la synthèse de Théophile E. Vittin réalis (...)

3Une analyse des travaux dirigés montre qu’ils sont multiformes3. D’abord, sans doute, au hasard des nationalités. Bordeaux a une tradition de contacts avec l’Afrique et des pays en lien avec la ville sont naturellement sur représentés : le Congo puis le Burkina arrivent largement en tête. Bien qu’André-Jean Tudesq ait eu de nombreuses relations avec des collègues anglophones, une seule thèse porte sur un média de cette zone : celle qui concerne l’Afrique du Sud, mais faite par un Français. Deux autres ne font qu’englober dans un corpus plus large Ghana et Nigeria.

  • 4 Le Seuil, 1979.

4La zone géographique touchée n’en demeure pas moins très vaste : nous avons relevé 25 États concernés (la moitié des 50 Afriques décrites par Hervé Bourges4) avec six travaux à cheval sur deux – ou davantage de pays – amenant des comparaisons très fructueuses (nous y reviendrons). Notons que l’Afrique du Nord, tout en restant un peu en marge, est quand même présente.

  • 5 Un exemple parmi d’autres : A.-J. Tudesq nous avait chargée d’enregistrer des journées entières d’ (...)

5Tous les médias ont été scrutés, alors qu’on a tendance à penser qu’André-Jean Tudesq privilégiait la radio car durant sa carrière ses écrits ont beaucoup porté sur ce mode d’information et de communication. Parmi les thèmes identifiés clairement, 25 travaux concernent peu ou prou les trois médias sur des questions générales, au premier rang desquelles la liberté de la presse, une bonne vingtaine n’aborde que la presse écrite contre 22 la radio, 4 l’audiovisuel, 12 la télévision. Quelques autres relèvent de la documentation ou de l’information scientifique. Il est certain que la facilité d’accès à la matière première fait que les doctorants ont toujours eu tendance à privilégier la presse écrite5, et tout particulièrement celle de leur pays. Le directeur a cependant réussi à intéresser des étudiants à la radio dont il a très vite senti l’intérêt. Dès qu’internet a pris la place qu’on lui connaît, il a ouvert un autre champ d’étude que la retraite, même tardive, ne lui a pas permis de faire labourer, mais que sa recherche personnelle ou collective a abordé. On peut cependant remarquer que dès 1980 il avait lancé un D.E.A. sur « L’implantation de l’informatique en Afrique centrale » qui a débouché sur une thèse en 1984.

6André-Jean Tudesq a fait investir tous les aspects de la communication médiatique : structures, politiques, fonctionnement, production et diffusion, contenu, audience et publics, etc. On pourrait multiplier les thèmes à l’envi tant ils sont variés : beaucoup de professionnels sont venus parfaire leur formation et leurs compétences ne manquaient pas d’être sollicitées pour être approfondies ou valorisées.

7Un troisième angle possible de présentation pourrait être choisi selon différents axes et théories des médias :

  • histoire des médias, axe logiquement premier puisqu’André-Jean Tudesq était historien à la base, mais aussi parce qu’il fallait connaître un domaine nouveau à partir de ses origines, de son contexte ;
  • sociologie des médias car le continent africain s’est approprié de manière très personnelle des technologies, des savoir-faire, des matériaux communicationnels importés ;
  • médias et développement puisque, justement, très vite, les gouvernements puis les ONG qui foisonnent en Afrique, ont senti tout l’intérêt qu’ils pouvaient trouver à utiliser les médias : affiches, journaux mais surtout radio (rurale, locale, communautaire…) ;
  • médias et genre, déjà, dans un milieu réputé misogyne et où, à l’époque, le journalisme était un métier masculin.

Perspectives

8André-Jean Tudesq a incontestablement ouvert un champ d’études original : un certain nombre de collègues se sont bâtis une réputation de recherches historiques sur l’Afrique : Charles-Robert Ageron ou Benjamin Stora pour l’Afrique du Nord, Jean-Louis Miège, Catherine Coquery-Vidrovitch, Marc Michel… pour l’Afrique subsaharienne (pour ne citer que quelques-uns de ceux qui ont fait soutenir le plus de thèses d’après le relevé de Gérard Noiriel déjà cité) ; André-Jean Tudesq, lui, était connu pour diriger des sujets portant sur les médias africains.

9Il nous a appris et continue à nous apprendre qu’il ne faut pas s’enfermer dans une vision exclusive et étroite. Nos études doivent s’ancrer dans un cadre local pour mieux appréhender l’universel : ainsi en va-t-il des travaux sur des radios communautaires. Son souhait a été formulé dans L’Afrique parle, l’Afrique écoute pour que les recherches futures prennent en compte la place des langues locales et précisément veillent à mieux cerner les contenus des émissions des radios de proximité qui, par l’apprentissage de la citoyenneté, permettent de rejoindre le niveau continental et au-delà mondial. À ce titre les études comparatives qu’il a fait mener sont plus que jamais d’actualité. Des ponts à jeter avec les autres Afriques, aussi bien du point de vue linguistique que régional, sont une source d’enrichissement incontestable. Il nous semble paradoxal qu’à une époque où on circule plus facilement et qu’internet offre des ouvertures inexplorées, de plus en plus de doctorants choisissent de ne travailler que sur leur pays et même sur un thème très pointu à l’intérieur de ce cadre national, sans tenir vraiment compte de leur environnement.

10Des champs restent encore à explorer plus profondément, en particulier celui des TIC (qui évoluent très rapidement) dans leurs innombrables appropriations par des communautés particulièrement inventives. Avec comme conséquence la question des cadres de référence et des méthodologies : les concepts qui semblent universels sont-ils vraiment de mise en Afrique ? Peuvent-ils rendre compte, au-delà de la technique, du sens et des usages multiformes induits ?

11À ce titre, il nous semble que l’organisation des études doctorales pourrait être améliorée : les cotutelles – en dehors des questions financières qui fâchent – devraient être généralisées. La coopération scientifique entre enseignants-chercheurs pourrait être renforcée dans un souci d’échange d’expériences, de lectures et d’approches spécifiques. Ne serait-il pas possible d’utiliser justement davantage les technologies (visio-conférences, plateformes d’enseignement à distance, télévisions numériques, etc.) pour mettre sur pied deux ou trois fois par an des séminaires transcontinentaux dès le niveau master ? Pour rester dans le cadre de la francophonie, on pourrait souhaiter que les institutions soient davantage sensibles à ce type de collaboration… D’autant que des pays voisins (Allemagne, Grande-Bretagne ou Suède) ont mis en place de très grands centres de recherche sur l’Afrique.

12L’Université Bordeaux Montaigne saura-t-elle faire continuer les études africaines qui, comme on le voit, constituent un secteur inépuisable ? Même si des recherches de qualité se développent de plus en plus en Afrique même, il est toujours bon d’avoir un pôle de rencontre, d’échange et de collaboration des étudiants, enseignants et chercheurs de tous les horizons africains. Bordeaux Montaigne pourra-t-elle jouer ce rôle ?… Une collaboration plus étroite avec la nouvelle UMR LAM (Les Afriques dans le Monde) où l’Information n’est guère représentée en tant que telle pourrait re-créer cette synergie qu’André-Jean Tudesq, par sa participation aux enseignements de l’Institut d’Études Politiques, avait entamée.

Répartition des 94 directions d’A.-J. Tudesq de travaux répertoriés sur l’Afrique

thèse sur un ou plusieurs pays

mémoire sur un ou plusieurs pays

thèse représentations dans médias occidentaux

mémoire représentations dans médias occidentaux

Maghreb

2

1

Algérie

1

Maroc

4

1

Tunisie

4

2

1

Afrique noire francophone

2

5

3

6

Afrique de l’Ouest

1

1

Afrique centrale

1

1

Sur plusieurs pays :

Bénin-Ghana Togo-Nigeria-Côte d’Ivoire

1

Cameroun-Congo

1

Cameroun-Gabon

1

Congo-Côte d’Ivoire

Congos-Gabon

2

Par pays :

Afrique du Sud

1

Bénin

1

2

Burkina Faso (ex Haute Volta)

7

5

Burundi

1

Cameroun

3

1

Centrafrique

Comores

2

Congo

10

1

Côte d’Ivoire

2

1

Gabon

2

5

1

Madagascar

1

Mali

1

Mauritanie

1

1

Niger

1

RDC/Zaïre

2

2

Rwanda

1

1

Sénégal

4

1

Soudan

1

1

Togo

3

1

Sous-totaux

48

35

10

10

Total général

93

Notes

1 Nous avons déjà parlé de l’intérêt général d’A.-J. Tudesq pour l’Afrique dans plusieurs autres articles. Par exemple : « André-Jean Tudesq, de l’Histoire aux SIC », Les Cahiers de la SFSIC, no 6, printemps 2011, p. 5-7.

2 Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette supérieur (Carré Histoire), 1998, p. 131.

3 Pour la période antérieure à 1996 on relira avec intérêt la synthèse de Théophile E. Vittin réalisée sur tout ce qu’a fait ou fait faire A.-J. Tudesq concernant l’Afrique « Études africaines en Sciences de l’Information à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux III et au Centre d’étude des médias dans Robine N. (éd.), Histoire et médias, op. cit., réédité dans le CD joint à cet ouvrage. Dans ce même volume, nous avions aussi tenté un balayage général : Lenoble-Bart A., « Les médias africains », op. cit.

4 Le Seuil, 1979.

5 Un exemple parmi d’autres : A.-J. Tudesq nous avait chargée d’enregistrer des journées entières d’émissions de Radio Rwanda. Faisant confiance à la technique nous avons livré les bandes magnétiques qui se sont révélées inaudibles malgré la qualité de notre matériel…

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search