Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Préface

Pierre Caspard

Texte intégral

1L’histoire de l’éducation éprouve périodiquement le besoin de faire le point sur le périmètre du champ qu’elle laboure et sur les outils dont elle dispose. C’est que le monde scolaire, de l’accueil de la petite enfance aux études supérieures, est à la fois circonscrit et immense. Intellectuellement, il forme incontestablement un tout, les rapports de continuité et de dépendance internes y étant innombrables. C’est vrai des contenus et méthodes de l’éducation et de l’instruction, qui s’inscrivent dans un continuum, de la maternelle au Collège de France ; c’est vrai des élèves, qui peuvent censément parcourir l’ensemble de ce même cursus ; c’est vrai des personnels d’enseignement et d’encadrement, qui relèvent d’une même famille de métiers. Pratiquement, en revanche, le passé de l’éducation n’offre que des sujets de recherche discontinus, par l’origine et la nature des sources qui en permettent l’étude, les approches qu’elles autorisent et les questionnements auxquels peuvent les soumettre les chercheurs. Cette tension entre continuité intellectuelle et discontinuités thématiques est sans doute une caractéristique forte de l’histoire de l’éducation ; elle justifie et appelle ces bilans permettant, à ceux qui s’activent dans le champ ou sur ses marges, de jeter un coup d’œil chez les voisins, voire chez les cousins, pour enrichir leur propre pratique de recherche.

2Cet ouvrage a donc le mérite d’avoir sollicité et réuni des contributions présentant quelques-uns des principaux chantiers où opère la recherche sur l’éducation contemporaine, dans la diversité des approches qui sont aujourd’hui les siennes : par les structures, les acteurs, les publics, les idéologies, les représentations, les politiques... Une attention particulière est accordée au temps présent, une autre à la réflexion sur la définition, la constitution, la conservation et l’exploitation de ce qui peut ou doit être considéré comme le « patrimoine scolaire ». À tous ces titres, il pourra être lu, non seulement comme un état de l’art rédigé par quelques-uns des meilleurs historiens français à destination d’autres spécialistes ou futurs chercheurs, mais comme une synthèse pertinente et commode de la production historique la plus récente, sur quelques questions majeures susceptibles d’intéresser plus largement le public concerné par l’éducation, et par son histoire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540