Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 3 – Regards et éclairages africains

La recherche du rayonnement scientifique en Afrique

Jean Dumas

Texte intégral

1Grâce aux recherches menées principalement par Annie Bart et Véronique Ham, l’étendue et la diversité de l’action scientifique d’André-Jean Tudesq a pu être établie (tableau 1). Elle était, certes, déjà connue, mais il restait à l’apprécier dans la totalité de ses traces académiques, c’est-à-dire par la direction des mémoires variés et surtout des thèses. On peut désormais y parvenir grâce à l’obstination très professionnelle des deux enquêtrices qui ont su manœuvrer, et découvrir dans le même temps, dans l’univers des diverses banques de données et fonds de dépôt séparés souvent par les frontières étanches des principautés administratives attachées à l’exclusivité de leurs logiciels de gestion. Au terme de cette reconstitution une nouvelle vision de l’œuvre apparaît, beaucoup moins impressionniste, en terme de bilan plus quantitatif.

2Dans la vaste reconstitution réalisée, tendant à l’exhaustivité, on identifie 198 mémoires saisis (Université et IEP, parmi lesquels 45 sur l’Afrique) et 93 thèses dont 58 sur l’Afrique englobant, pour beaucoup, le mémoire de DEA préliminaire mais pas nécessairement bien identifié.

3Le nombre imposant explique, sans aucun doute, la proximité des deux rapports : sans exclusive, les intérêts plus historiques et français sont loin d’être négligeables, surtout parmi les documents les plus anciens, le domaine majeur de l’action d’André-Jean Tudesq en tant que directeur (et souvent initiateur) de recherche apparaît ensuite fortement ; dans plus des deux tiers des titres, l’orientation est indéniable.

4Essentielles dans une activité de direction sont bien évidemment les thèses, qu’elles soient d’État pour les plus anciennes (6), le plus souvent d’Université, surtout en Sciences de l’information et de la communication (SIC).

5Vingt pays se trouvent concernés particulièrement, sept ouvrages touchant à l’ensemble de l’Afrique francophone se détachant. Quelques concentrations remarquables se dégagent avec dix opus pour le Congo Brazzaville, sept pour le Burkina Faso, quatre respectivement pour le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Togo, la Tunisie ; ces concentrations mériteraient d’être éclaircies par la connaissance des relations académiques et administratives d’André-Jean Tudesq.

6Viennent ensuite, et toujours sans lien de proximité géographique, le Cameroun, le Maroc, le Niger et la République Démocratique du Congo. Enfin, représentés à l’unité, on trouve l’Algérie, le Bénin, le Mali, la Mauritanie, le Rwanda, le Soudan et trois États anglophones l’Afrique du Sud, le Ghana et le Nigeria. Diffusion, mais aussi balayage impressionnants pour ce qui est, essentiellement, du domaine francophone et qui établit fortement les traits majeurs du rayonnement de la pensée d’A.-J. Tudesq.

7La liste des mémoires confirme, avec quelques nuances cependant, le même état des choses. Se détachent au pluriel avec cinq documents, l’Afrique subsaharienne, le Burkina Faso et le Gabon décidément privilégiés. La RDC et la Tunisie viennent ensuite avec trois mémoires, le Bénin avec deux. Puis, avec un mémoire, la Mauritanie, le Cameroun, le Burundi, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Rwanda, le Sénégal, le Soudan et le Togo. Les États anglophones sont quasiment absents tandis qu’apparaissent les Comores et Madagascar. Au total une assez large homothétie entre les deux listes ; elles traduisent le même phénomène de diffusion / dilution de l’appel aux compétences.

8On ne saurait être complet sans mentionner les dix mémoires traitant de l’image de l’Afrique dans les médias occidentaux : l’Afrique noire en concerne six, Madagascar un, les trois derniers se référant à chacun des trois États du Maghreb. Cette répartition est intéressante car elle est assez différente de celle des thèses et mémoires « sur site » et peut suggérer des relations académiques.

9Les études de presse initiales puis celles portant sur les médias, spécifiques au demeurant, ont bien établi l’activité d’initiateur et de créateur du directeur dans le cadre majeur d’un univers de la francophonie hérité du passé. Resterait, alors, à mieux connaître les conditions pratiques de la constitution de ce lâche, mais bien réel, réseau d’influence.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search