Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 3 – Regards et éclairages africains

André-Jean Tudesq, un intellectuel humaniste dans l’étude des médias africains en développement

Serge Théophile Balima

Texte intégral

1L’humanisme d’André-Jean Tudesq s’inscrit d’abord dans un courant culturel européen dont les origines remontent jusqu’aux racines de la civilisation gréco-latine. Amoureux de l’homme dans ses dimensions intellectuelles, il était un professeur en quête du savoir et de la maîtrise des diverses disciplines nécessaires à la compréhension des pratiques médiatiques. En ce sens, il a milité pour la vulgarisation de tous les savoirs en rendant les sciences de l’information et de la communication accessibles à un grand nombre d’étudiants africains. Pour cerner l’humanisme intellectuel de l’homme, il est nécessaire de définir la nature de son humanisme dans ses différents aspects. Ensuite, il s’agira de montrer la place que l’homme africain occupe dans les œuvres de l’auteur. Et enfin l’on constatera leur actualité dans le contexte africain.

Qu’est-ce que l’humanisme chez André-Jean Tudesq ?

2Chez l’homme dont il est question, l’humanisme est un comportement, une pratique sociale et une philosophie du militantisme. Le professeur, dans l’humilité intellectuelle qui le caractérisait, s’était imposé des devoirs et des obligations perceptibles à travers ses échanges avec les étudiants, ses conseils et ses réflexions. Cet humanisme pratique lui imposait de ne pas « torturer », de ne pas opprimer, de ne pas asservir et de ne pas humilier les Africains en formation dans les universités de Bordeaux. En fait, cela consistait tout simplement à fonder son rôle d’enseignant sur le respect et la justice ou tout simplement à respecter les droits fondamentaux des Africains en quête de savoir.

3En ce sens, l’humanisme d’André-Jean Tudesq est le résultat d’une prise de conscience dictée par ses convictions, d’un courant de pensée selon lequel l’accomplissement de l’homme doit être la finalité de nos actions. Sans sectarisme, sans discrimination et sans clanisme idéologique, il s’est évertué à accompagner les chercheurs européens, africains et d’ailleurs dans un élan de compréhension et de valorisation des savoirs endogènes des peuples. Cet humanisme du professeur a impliqué, de sa part, un engagement à la recherche de la vérité et des cultures par l’intermédiaire de l’histoire et des sciences de l’information et de la communication.

4Pour lui, les études et les travaux de recherche doivent conduire à la connaissance des cultures des peuples et de leurs interdits. En ce sens, André-Jean Tudesq était un défenseur des diversités culturelles. À mon sens, en mettant l’accent sur les études africaines, il insistait sur la capacité d’autodétermination des professionnels et des publics des différents médias. Sans verser dans une conception d’un humanisme religieux, André-Jean Tudesq est resté tout au long de ses travaux intellectuels à l’écoute d’une sacralisation des cultures en vertu du principe universel de l’égalité entre les hommes. Toute sa pensée a milité contre l’homogénéisation des cultures même s’il a reconnu dans ses œuvres l’influence des médias occidentaux sur la diffusion des contenus médiatiques. Dans ce domaine, il a résisté à la marée de préjugés dont certains intellectuels éminents sont friands dès lors qu’il s’agit des ressortissants africains. Sur ce point, il s’est toujours montré irréprochable et sa disponibilité à servir a incité nombre de chercheurs africains à solliciter sa tutelle et son encadrement.

L’homme africain dans les œuvres d’André-Jean Tudesq

5L’homme dans sa vie quotidienne ne peut éviter le contact avec ses semblables, car les relations interpersonnelles font partie des nécessités impérieuses qui entretiennent et agrémentent l’existence. Si l’on se réfère à la pensée d’André-Jean Tudesq, l’amitié transcende les clivages géographiques, ethniques, culturels, économiques et philosophiques. La place qu’il donne à l’auditeur et au lecteur africains est symptomatique de ses convictions anthropologiques. Une radiographie sommaire de ses œuvres révèle bien qu’il place l’homme africain au cœur de ses préoccupations.

  • 1 Tudesq A.-J., Feuilles d’Afrique, Étude de la presse de l’Afrique subsaharienne, Talence, MSHA, 199 (...)

6Aussi s’est-il intéressé aux évolutions des sociétés africaines en période de crise. À ce propos, pour lui, le concept de crise « suppose une évolution perturbée, un avant, un après une conception alternée de l’évolution des sociétés connaissant des évolutions rapides. Les médias occidentaux semblent faire de l’état de crise un cadre permanent des sociétés africaines, puisqu’ils n’en parlent que dans ce contexte1 ». Selon Tudesq, dans le contexte africain, il est difficile de trouver un terme équivalent à celui de crise.

  • 2 Ibid., p. 281.

Les langues africaines n’ont pas un mot équivalent direct mais utilisent pour traduire le terme « crise » divers procédés : des mots signifiant « danger » ou « problème », yel en gourmantché, yélé en mooré, ko en dioula, ou « difficulté », matala en lingala, frog en senoufo, géléya en bambara, bapassi en kikongo2.

  • 3 Ibid., p. 282.

7L’auteur dans l’exploration de l’anthropologie de la culture africaine pense que « la notion de crise présente une conception cyclique des temps qui ne correspond pas à la conception du temps des sociétés traditionnelles africaines3 ».

8Parlant de la radio, dans son livre La Radio en Afrique Noire, il écrit :

  • 4 Tudesq A.-J., La radio en Afrique Noire, Paris, Éditions Pedone, 1983, p. 203.

journaliste ou animateur, l’homme de radio africain s’adresse à un public qu’il ne voit pas, qui ne l’écoute peut-être pas, qui souvent ne le comprend pas complètement ; il n’est pas dans la position du journaliste de la presse écrite qui peut savoir si les exemplaires de son journal sont vendus ; il n’a pas comme un collègue occidental, le réflecteur des sondages d’écoute, une technique conçue pour les pays à consommation de masse, dont la pratique dans les pays en voie de développement est encore peu assurée4

9Ce souci de décrire l’auditeur africain dans son univers culturel et dans ses pratiques sociales quotidiennes est récurrent chez l’auteur. Et celui-ci d’ajouter ceci pour célébrer l’esprit critique du public :

  • 5 Ibid., p. 221.

il se produit une double différentiation de l’auditoire, d’abord, celui-ci évolue en devenant plus critique, la fascination a diminué, la lassitude accompagne la répétition trop fréquente des discours officiels et laisse parfois la place au mécontentement ou à la colère lorsqu’un grand décalage existe entre la réalité observée et l’information donnée5.

10Dans sa vision, le public radiophonique africain n’est pas passif ; il possède une grille de décodage qui lui permet d’adhérer ou de ne pas adhérer aux messages diffusés. Tudesq croit donc en la capacité des auditeurs africains à procéder par le discernement.

  • 6 Tudesq A.-J., L’Afrique parle, l’Afrique écoute la radio en Afrique subsaharienne, Paris, Karthala, (...)

11Dans une autre œuvre, il établit un lien plus ou moins explicite entre la tradition orale et l’engouement pour l’écoute radiophonique : « Instrument d’éducation populaire et de communication sociale, la radio est surtout un moyen d’information rapide et de distraction ; la tradition orale et l’importance de la musique ont favorisé l’attrait de la radio en Afrique6. »

12L’un des grands regrets d’André-Jean Tudesq est de voir une partie de l’identité africaine s’effriter à travers la disparition de certains parlers africains.

  • 7 Lenoble-Bart A. et Tudesq A.-J., Connaître les médias d’Afrique subsaharienne problématique, source (...)

Les langues nationales représentent donc le maillon faible de l’entreprise de communication en Afrique. En plus d’une population très jeune et urbanisée qu’attire le mode de vie occidental, les obstacles énumérés constituent le plus grand danger pour l’expansion et la diffusion, même en presse écrite, des langues africaines, véhicules extrêmes de la culture de ce continent. Leur disparition favorise le français ou l’anglais7.

13Chez André-Jean Tudesq, l’homme africain est une totalité ayant des capacités d’appropriation des savoirs et des techniques. Ainsi, dans un de ses écrits, il analyse les radios de proximité comme un modèle d’appropriation africaine.

  • 8 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique sub-saharienne : (...)

Si ce modèle présente de multiples formes, il représente l’appropriation d’un transfert de technique de communication à la fois par ceux qui émettent et par ceux qui écoutent, tant par l’emploi des langues africaines que par l’implication des auditeurs dans les contenus des émissions où l’on trouve la diversité des sociétés africaines8.

14Allant toujours à la recherche des publics africains, André-Jean Tudesq dit à propos de la télévision :

  • 9 Tudesq A.-J., Les médias en Afrique, Paris, Éditions Ellipses, 1999, p. 53.

La télévision en Afrique est un objet de contradiction. Elle reste sous l’influence des États mais par l’origine des équipements et d’une grande part de ses émissions, elle échappe à leurs décisions. Elle est un lien social parce qu’elle rassemble autour d’un même poste, voisins ou parents et qu’elle montre le même spectacle à des millions de téléspectateurs ; mais elle est aussi un instrument de discrimination, très inégalement implanté selon les pays et au sein des pays entre citadins et ruraux9.

15S’inscrivant dans un courant afro optimiste, il croit à l’évolution positive des médias en Afrique. Et par extension, il met au premier plan de ses préoccupations la capacité des Africains à exploiter les nouveaux atouts de la presse dans un nouveau contexte de mondialisation.

  • 10 Ibid., p. 35.

Après l’enthousiasme pour la nouveauté que représentaient les dénonciations de gaspillages, des détournements, des incompétences des dirigeants dans beaucoup de pays, les difficultés multiples de la presse… ont réduit le nombre de journaux, trop élevés en 1990-1992 par rapport au public potentiel. Actuellement encore beaucoup de journaux subsistent avec des financements occultes, car ni leur vente, ni la publicité ne suffisent à les faire vivre. Pourtant le pluralisme s’est à peu près maintenu partout ; les populations qui ont goûté à la liberté d’expression s’en laissent difficilement dessaisir10.

16Le poids des médias et leur diversification engendrent pluralisme et liberté qui feront émerger la citoyenneté militante au sein des États africains.

De l’actualité des œuvres d’André-Jean Tudesq

  • 11 Tudesq A.-J., Feuilles d’Afrique, op. cit., p. 8.

17Comme on le voit, André-Jean Tudesq est un contemporain de grande actualité. Dans Les médias en Afrique, sa vision selon laquelle ils sont « devenus des acteurs de la vie politique et des instruments, inégalement repartis de la modernisation et de l’acculturation11 », est bien une réalité tangible. Son analyse de leurs caractères généraux en Afrique subsaharienne, les rapports qu’il établit entre médias, États et sociétés sont bien le reflet d’un système dont les fondements sont à la fois historiques, politiques, culturels et technologiques.

18Enfin parlant de la presse de l’Afrique subsaharienne dans son œuvre publiée en 1995, le professeur fait un constat bien d’actualité :

  • 12 Ibid., p. 8.

Parmi les difficultés rencontrées, il en est une qui est commune à toutes les études sur l’Afrique, elle tient à la médiocre fiabilité des documents statistiques aussi bien nationaux qu’internationaux. Une autre tient à la vie même des journaux, souvent irréguliers dans leur publication, avec des suspensions imposées ou volontaires ; parmi les anciens, plusieurs ont disparu sans laisser de traces, parmi ceux des dernières années plusieurs sont morts ou sont voués à une prochaine disparition12.

  • 13 Ibid.

19André-Jean Tudesq, agrégé d’histoire et professeur des sciences de l’information et de la communication, a beaucoup apporté à la connaissance des médias africains. Et dans la droite ligne de sa pensée humaniste, on peut affirmer sans risque de se tromper, comme il est écrit à la quatrième de couverture de son livre Feuilles d’Afrique, que « l’étude de l’implantation de la presse et l’analyse du nouveau lectorat, selon les diverses situations géopolitiques, posent la question du rôle de la presse dans la construction des opinions publiques africaines que l’on voit émerger en cette fin de XXe siècle13 » et au début du XXIe siècle.

  • 14 Tudesq A.-J., L’espoir et l’illusion. Actions positives et effets pervers des médias en Afrique sub (...)

Mais à la différence des autres techniques modernes importées qui ont parfois transformé profondément la vie, l’habitat, la santé des Africains, les médias représentent un transfert de technologie qui affecte les mentalités et conditionne les autres transferts. Ils ont fait pénétrer des cultures étrangères dans la conscience individuelle et collective des Africains. L’introduction d’apports étrangers est un élément de modernisation, mais il faut que la culture locale trouve en elle-même les moyens d’assimiler les éléments nouveaux14.

20Enfin André-Jean Tudesq est bien un humaniste intellectuel, c’est-à-dire un indiscipliné disciplinaire qui a su concilier l’histoire, la géographie, l’information et les opinions citoyennes.

En guise de conclusion

  • 15 Chéneau-Loquay A., Mondialisation et technologies de la communication en Afrique, Karthala, MSHA, 2 (...)

21André-Jean Tudesq est un enseignant chercheur dont les œuvres resteront dans l’histoire de la connaissance des médias africains comme des références incontournables. « Dans un “système-monde” interconnecté, la présence ou l’absence et les déficiences des infrastructures expriment d’une part la manière dont l’État joue son rôle de régulateur, de gestion et de contrôle de son territoire et d’autre part son mode de relation avec l’extérieur15 ».

  • 16 Tudesq A.-J., L’espoir et l’illusion, op. cit., p. 235.

22Les États africains perçoivent-ils les enjeux industriels de ces technologies nouvelles et leurs incidences sur le développement de la presse, de la radio et de la télévision ? Si l’on se préoccupe seulement de l’usage que les Africains font de ces nouveaux outils, il faut davantage se préoccuper de leur appropriation. Parlant des médias témoins et acteurs de changement, André-Jean Tudesq affirme que les populations qui ont goûté à la liberté de la presse ne peuvent plus s’en priver. À tel point que « l’observation des médias africains est ainsi devenue le meilleur indicateur de l’évolution même des sociétés africaines ; dans leurs structures et aussi dans leurs contenus16 ».

Notes

1 Tudesq A.-J., Feuilles d’Afrique, Étude de la presse de l’Afrique subsaharienne, Talence, MSHA, 1995, p. 281.

2 Ibid., p. 281.

3 Ibid., p. 282.

4 Tudesq A.-J., La radio en Afrique Noire, Paris, Éditions Pedone, 1983, p. 203.

5 Ibid., p. 221.

6 Tudesq A.-J., L’Afrique parle, l’Afrique écoute la radio en Afrique subsaharienne, Paris, Karthala, 2002.

7 Lenoble-Bart A. et Tudesq A.-J., Connaître les médias d’Afrique subsaharienne problématique, sources et ressources, Paris, Pessac, IFAS – IFRA – MSHA – Karthala, 2008, p. 73.

8 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique sub-saharienne : un modèle autochtone ? », 2009, www.grer.fr, p. 4.

9 Tudesq A.-J., Les médias en Afrique, Paris, Éditions Ellipses, 1999, p. 53.

10 Ibid., p. 35.

11 Tudesq A.-J., Feuilles d’Afrique, op. cit., p. 8.

12 Ibid., p. 8.

13 Ibid.

14 Tudesq A.-J., L’espoir et l’illusion. Actions positives et effets pervers des médias en Afrique subsaharienne, MSHA, 1998, p. 7.

15 Chéneau-Loquay A., Mondialisation et technologies de la communication en Afrique, Karthala, MSHA, 2004, p. 13.

16 Tudesq A.-J., L’espoir et l’illusion, op. cit., p. 235.

Auteur

Professeur Titulaire, journalisme, sciences de l’information et de la communication
Directeur de l’Institut Panafricain d’Étude et de Recherche sur les Médias, l’Information et la Communication (IPERMIC), Université de Ouagadougou

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search