Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 3 – Regards et éclairages africains

Perception africaine d’un universitaire européen en Afrique

Ludovic-Robert Miyouna

Texte intégral

1C’est sur le terrain scientifique que s’est opérée, à l’origine, ma découverte du professeur André-Jean Tudesq. Sollicité par un de mes compatriotes (ancien de l’université de Bordeaux 3), qui travaillait sur l’information agricole dans le cadre du Centre d’Études de Presse dont la vitalité était reconnue, je l’aidais à recueillir des éléments d’analyse de contenu de certains journaux africains. Le document soumis à son directeur de recherches, l’éminent professeur, nous revenait avec maintes observations qui invitaient l’étudiant à dresser des données mathématiques par colonnes, à les commenter, et à en dégager les tendances dominantes. Je trouvai cet exercice plutôt rébarbatif, presque ennuyeux. Il me conduisit cependant vers la lecture d’ouvrages de Laurence Bardin et d’Alex Mucchielli, à mon sens hermétiques.

  • 1 Mondes en développement, no 73, tome 19 : « Information et média en Afrique noire », sous la coord (...)

2Quelques années plus tard, j’eus moi-même cet homme d’apparence tranquille et inlassablement occupé comme professeur durant mes études de 3e cycle. Il dirigea principalement mes recherches pour le doctorat d’État en sciences de l’information et de la communication, sur la télévision congolaise. Il m’entraîna dans son sillage pour participer à des manifestations scientifiques, compléter des enquêtes, collecter des données de terrain appuyées par des enregistrements vidéo à Brazzaville. Dans la foulée, il facilita mon recrutement à l’École Internationale de Bordeaux, où je fus nommé consultant, juste avant de collaborer à la réalisation d’un numéro spécial de la revue Mondes en développement1, dans lequel il exposa des vues plutôt novatrices sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication en Afrique. Dans mes rapports de synthèse sur les séminaires effectués par les cadres africains et asiatiques de l’audiovisuel, stagiaires de l’École Internationale de Bordeaux, André-Jean Tudesq attirait mon attention sur mon obsession à analyser la dimension pédagogique des formations, sans m’intéresser à la substance scientifique que je pouvais faire ressortir. Je remarquais, dans son propos, la lucide et insistante distanciation qu’il faisait entre le discours scientifique et le déroulement du discours pédagogique, alors que ma préoccupation se limitait aux seules formes d’énonciation de la communication pédagogique. La vérité des nuances est une des choses que j’appris auprès de lui, dès lors que je pris conscience des conclusions spécifiques, donc différentes, qui pouvaient découler de l’observation de réalités semblables mais non identiques. Par la suite, nos rencontres en Afrique et en Europe se poursuivirent, traversées par un commun intérêt d’intelligibilité scientifique autour du continent qui amorçait l’étape de « l’effort endogène de recherche », selon la formulation même d’A.-J. Tudesq.

3Mon regard sur l’universitaire s’est structuré tout au long de ce parcours de fine observation réciproque et de curiosité scientifique qui dissimulaient mal, chez lui, une vive ambition de savoir.

Le sort dévolu aux chercheurs

4À l’occasion de nos rencontres, A.-J. Tudesq aimait se renseigner sur ce qu’étaient devenues les personnes (Congolais et autres Africains) dont il avait dirigé les travaux de recherches, en citant quelques noms qui lui revenaient le plus facilement.

5Il ne paraissait pas vexé de savoir qu’en définitive, juste une très petite minorité travaillait dans la recherche scientifique. Il s’accommodait très bien de l’idée que la majorité de ses anciens doctorants occupait des positions politico-administratives respectables, à la présidence de la République, au ministère des Affaires étrangères, au ministère de la Communication, et dans les institutions spécialisées comme le Conseil Supérieur de la Liberté de la Communication, autorité de régulation des médias qui ne tranchait d’ailleurs pas fondamentalement avec les acquis normatifs de la science.

6Dans les faits, au moment de la disparition du professeur émérite, cinq élèves d’André-Jean Tudesq opéraient de manière permanente dans les deux structures nationales qui gèrent la recherche scientifique congolaise :

  • l’université Marien Ngouabi de Brazzaville, unique entité nationale d’enseignement supérieur public ;
  • la Délégation Générale de la Recherche Scientifique et Technique (DGRST), qui relève du ministère de la Recherche scientifique, et où le Centre National de Documentation et d’Information Scientifique et Technique (CNDIST) joue le rôle de base logistique principale pour l’information du système national de recherches.

L’homme, la méthode, la transversalité

7D’une manière générale, la plupart d’entre nous au sein de la communauté scientifique africaine de Bordeaux, entretenions tout au long de nos recherches un rapport à la fois aisé et mitigé, plutôt facile et distant. Prendre préalablement rendez-vous auprès de la secrétaire du professeur Tudesq était la règle, jusqu’à ce que, au bout d’un certain temps, il prît à sa propre charge la gestion des rendez-vous suivants avec lui, lorsqu’il vous prenait en confiance. C’est une tendance très africaine que celle de vouloir rentrer vite dans le ton de la confidence une fois qu’on semble jouir de la confiance ! C’était en tout cas la tentation qu’offraient les apparences d’André-Jean Tudesq, davantage par affectivité que par volonté de copinage : en pareil cas, il manifestait un discret agacement, sans aucun désir de vous froisser. Il vous demandait alors des nouvelles de vos travaux, l’état d’avancement de votre revue littéraire, en prenant la stricte distance nécessaire pour recadrer l’entretien.

8Au plan des communications scientifiques, il ne déversait pas de grandes théories savantes sur les jeunes chercheurs, dans une langue… ésotérique. Plutôt, il poussait l’insolence de la modestie en utilisant des mots simples pour expliquer des réalités complexes. La langue d’André-Jean Tudesq est une langue fluide, qui relève d’un souci manifeste de « transmissibilité ». De plus, par de petites questions de type « maïeutique socratique », des allusions en apparence anodines, il vous faisait découvrir vos propres faiblesses méthodologiques, vos lacunes bibliographiques, et vous faisait soudain auto-évaluer l’étendue du fossé qui vous séparait de votre propre projet intellectuel et scientifique. Vous preniez conscience de vos mensurations réelles, quitte à baliser plus correctement le niveau des apprentissages complémentaires nécessaires.

9Porté davantage vers une démarche descriptive bien plus que prospective, analysant les phénomènes pour découvrir leurs réalités latentes, André-Jean Tudesq suscitait chez les jeunes chercheurs un grand souci d’illustration des travaux, un souci de synthèse : il voulait voir des tableaux, des graphiques, des chiffres, des approches comparatives qui permettraient de tirer des conclusions mieux informées. Il ne se contentait pas de vous voir affirmer que l’audience des radios locales, par exemple, était plus dense dans les zones rurales des régions africaines. Il voulait des noms de ces radios, parfois même ceux des directeurs des organes, leur rayonnement spatial, et des rapprochements avec les données des zones urbaines, ou celles de pays voisins. Il nous voulait persuasif, comme il s’efforçait toujours de l’être lui-même, sur la base d’indices vérifiables. Nous en avons retenu une leçon majeure : la puissance de l’argumentation / comparaison / démonstration, comme un des leviers essentiels de toute recherche scientifique.

10En 1990-1991, nous devions travailler ensemble, avec plusieurs autres chercheurs, sur un numéro spécial de Mondes en développement, autour du thème central Information et média en Afrique noire. Quelques séances de travail permirent d’affiner nos projets. Face à l’homme que nous connaissions, attaché aux analyses de contenu, puis au descriptif des activités des radios rurales et communautaires, ensuite aux usages des médias dans les modes conventionnels – un homme que nous jugions très proche de l’anthropologue – nous étions étonné par son si grand engagement en faveur des « nouvelles technologies de la communication », installées, dans sa vision, en tant que nouvelle chance pour les Africains, susceptibles d’accélérer leur développement et leur intégration dans le monde moderne, les soutenant même spécialement dans leur rôle, selon lui, de moyens de développement de la diffusion de l’information scientifique, au bénéfice des besoins de la recherche.

  • 2 La politique scientifique en Afrique centrale (Congo, Gabon, Zaïre), in Science politique et polit (...)

11Dans ce numéro de Mondes en développement, et dans ses conférences par la suite, son répertoire discursif est plus spontanément peuplé de notions comme « télématique », « satellites », « banques de données », « éditions électroniques », « internet »… C’est alors que nous avons réalisé qu’en vérité, André-Jean Tudesq n’avait pas changé, ni opéré de mue. Il était resté constant, ainsi d’ailleurs que cela transparaissait déjà dans son texte intitulé La politique scientifique en Afrique centrale (Congo, Gabon, Zaïre)2, dans lequel il plaide très largement pour une intégration significative des technologies informatiques dans les pays africains.

12André-Jean Tudesq n’avait jamais cessé de caresser un rêve de modernité pour l’Afrique, moyennant des adaptations nécessaires dans les modalités de transfert des technologies. Sans nul doute, l’évolution de l’environnement sociétal au plan international a influencé le cours de ses recherches, et il s’est adapté. C’est nous qui étions surpris par le temps qui changeait, y compris dans la définition de nos thèmes de recherche ! Alors, nombre d’entre nous compriment mieux le sens de l’initiative des débats alimentés par André-Jean Tudesq, sur les « transferts des technologies », les « technologies intermédiaires », les « technologies appropriées »…

13La leçon tirée de cette expérience : le chercheur doit s’adapter à l’évolution du temps, se mettre à niveau, et non s’accrocher viscéralement à son époque. La vivacité de l’esprit scientifique n’a de limites ni dans le temps, ni dans l’espace, sinon les limites ponctuelles du segment de sujet étudié, et des paramètres d’analyse somme toute provisoires.

14Ce n’est donc pas par de simples concours de circonstances que le parcours universitaire d’André-Jean Tudesq le retrouve dans des champs scientifiques qui ne sont pas nécessairement convergents, mais qui se croisent en des points d’intersection où se réalise préférentiellement toute la personnalité de ce chercheur un brin rebelle. Il est historien en faculté, sans s’enfermer dans des centres d’intérêt statiques. Il est Professeur à l’Institut d’Études Politiques. Il s’oriente résolument vers les recherches en sciences de l’information et de la communication et dirige pendant longtemps des centres d’études dans ce domaine, sans réaliser de manière manifeste une rupture dans son itinéraire, comme si la totalité du scientifique devait se nourrir de la diversité des champs. Il nous semble que la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine lui a donné une opportunité idéale dans laquelle la transversalité scientifique pouvait le mieux s’exprimer : une prétention légitime, mais aussi hasardeuse à une époque où le compartimentage pointu demeurait dominant. Nous percevions très clairement chez André-Jean Tudesq cette disposition plutôt militante qui consistait à construire l’unité scientifique sur une posture de pluridisciplinarité. L’attitude était courageuse à nos yeux !

Un besoin d’Afrique ?

15C’est donc très logiquement que le professeur Tudesq suscitait, involontairement, la sympathie des chercheurs africains qui le sentaient proches d’eux par ses prises de position autonomes et non paternalistes, d’autant mieux que ses recherches en communication s’intéressaient dans leur grande partie à l’Afrique subsaharienne francophone. Il y avait bien chez lui un besoin d’Afrique, non pas l’Afrique du tourisme, des amateurs de safaris, encore moins l’Afrique exotique des chasseurs d’images. L’Afrique qui l’intéressait était celle dont il pouvait sonder les profondeurs, pour en structurer, aux côtés des Africains, les voies d’une meilleure émergence du continent.

16Le département des sciences et techniques de la communication, à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, eut l’occasion de recevoir A.-J. Tudesq deux fois, dans le cadre de missions d’enseignement officiellement sollicitées. Les salles de classe de l’avenue Bayardelle, dans lesquelles il faisait cours, étaient plutôt délabrées, avec des bancs en nombre insuffisant qui servaient très approximativement la cause des étudiants. Persuadés qu’il nous interrogerait sur cet état de choses lors de nos dîners en collectif des enseignants du département, nous affûtions les termes de notre discours : nous lui étalerions tout le mal que nous pensions de nos dirigeants politiques, du Fonds monétaire international avec ses plans d’ajustement structurel qui nous maintenaient dans la pauvreté. Dans son souverain sens de la retenue, André-Jean Tudesq ne nous interrogea ni sur l’état des salles de classe, ni sur les orientations politiques du moment, encore moins sur les mesures draconiennes du FMI. Soucieux de ne pas nous offusquer, il se résolut à nous demander les nom et prénom de quelques ministres de la République, commentant au passage l’intérêt de la responsabilité d’État, puis apprécia la qualité du repas. Nous comprenions par la suite qu’il n’était pas indifférent au sort de notre structure d’enseignement et de recherche, ni à la destinée politique du pays, puisque dans sa chambre d’hôtel où il appelait un ou d’eux d’entre nous pour conférer sur le cours de nos activités universitaires, il prenait des notes en toute sérénité, sur l’actualité politique du Congo et de l’Afrique, en feignant toujours de ne pas en connaître assez. Il écoutait nos points de vue avec une attention soutenue, en se gardant bien de nous dire s’il les approuvait.

17Deux fois avant de regagner sa France natale, il nous remit la quasi-totalité de l’indemnité que les autorités de l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville lui avaient versée, en nous suggérant de faire l’acquisition du « petit » matériel de travail dont le département de la communication avait besoin, pour mieux fonctionner. Son regard et ses gestes n’étaient pas habités par une tentation de condescendance.

18Il est essentiel de souligner l’engagement d’André-Jean Tudesq en Afrique, parce qu’il circonscrit plus clairement le personnage dans sa plénitude. Son engagement était marqué par une vision optimiste quant au devenir du continent, en dépit d’un contexte conjoncturel difficile que l’historien comprenait, et au chevet duquel il contribuait activement par sa production scientifique. André-Jean Tudesq n’est jamais rentré dans des projections trop futuristes, contraires à son tempérament, dans lesquelles il vanterait des bouleversements soudains en faveur d’une société informationnelle africaine. Il s’attelait néanmoins à inscrire les progrès des sociétés africaines comme dans un processus dialectique dans lequel les technologies accompagneraient et accélèreraient les mécanismes de changement. Il croyait fermement dans la vertu démocratique des moyens de communication collective, en misant sur des contenus et des méthodologies adaptés à chaque cas.

19Cela justifie sans doute pourquoi l’homme a constamment révélé beaucoup de modestie dans ses rapports avec les chercheurs africains, qu’il n’abordait presque jamais en transmetteur-de-savoir-en-chef, mais davantage en partenaire de la connaissance. Cela ne l’empêchait pas cependant d’imposer sa stature par l’autorité de ses conférences, un exercice qu’il semblait toujours affectionner, exercice à la fois simple et magique qui demeurait teinté d’humilité. L’humilité était un aspect de sa personnalité, nous apparaissant ainsi comme les germes d’un enseignement en soi. L’humilité ne l’a également jamais empêché de fréquenter jusqu’au plus haut niveau ses amis africains qui l’ont appelé vers eux avec tout autant d’humilité, et un fort désir d’échanger sur leurs expériences.

20On retiendra d’André-Jean Tudesq la part importante qu’il a prise, entre autres, dans la défense de la radio et de la presse rurale comme moyens majeurs, pour les populations africaines, de maîtriser leur environnement. Un apport rassurant pour les intellectuels du continent, qui par ailleurs ont vécu douloureusement les échecs des radios et des télévisions éducatives en Côte d’Ivoire, au Congo, au Niger, etc.

21En des termes nuancés, il a mis en lumière les conditions de la dépendance des pays africains vis-à-vis des nouvelles technologies, et stigmatisé les conséquences culturelles qui en résultent : une manière à lui de se positionner sur la question de la fracture numérique dite « Nord-Sud ». Il a mis un accent sur les phénomènes de transnationalisation qui s’appliquent à la fois à la culture mais aussi à l’économie, en en concluant qu’ils « restructurent » les relations politiques.

22Autant de sujets sensibles, dont la pertinence continue d’attirer des étudiants de profils différents dans les universités africaines ; des sujets qui interrogent notre présent, notre avenir, notre espace de convivialité, dans un monde où l’ordinateur à fonctions multiples est devenu comme le prolongement naturel de notre propre corps, et où l’international n’a plus la distance physique qui le caractérisait.

23Les contributions du professeur Tudesq, par leur accessibilité scientifique et leur acceptabilité politique, ont cessé d’être des propriétés de laboratoires en se prêtant à l’exploitation des décideurs et des chercheurs africains qui s’y retrouvent d’autant plus aisément que l’humanité de l’auteur les a rapprochés. Dans les sociétés indiennes de l’époque du Far West américain, on rencontrait des tribus comme les Sioux, les Apaches, les Navajos, au sein desquelles on remarquait principalement deux hommes d’autorité :

  • le chef du village avec sa grande coiffure, qui était en général un chef-guerrier, parfois grand chasseur ;
  • le « sorcier », homme féticheur qui parlait souvent à l’oreille du chef, et qui avait en outre de bonnes connaissances de guérisseur. Il était écouté, parce qu’on lui prêtait même le pouvoir de communiquer avec Manitou, le très-haut.
  • 3 On pourra également se reporter à d’autres documents qui peuvent aider à mieux connaître André-Jea (...)

24S’il fallait caractériser le professeur André-Jean Tudesq, il ne rentrerait certainement pas dans la catégorie du chef-guerrier, mais pour sûr, il nous conviendrait bien comme sorcier-guérisseur3 !

Notes

1 Mondes en développement, no 73, tome 19 : « Information et média en Afrique noire », sous la coordination du Professeur Tudesq A.-J., ISMEA (Paris), CECOEDUC (Bruxelles), 1991.

2 La politique scientifique en Afrique centrale (Congo, Gabon, Zaïre), in Science politique et politique de la science, sous la direction de Crousse B., Quermonne J.-L., Rouban L., Paris, éditions Economica, 1986.

3 On pourra également se reporter à d’autres documents qui peuvent aider à mieux connaître André-Jean Tudesq :

  • Robine N., Histoire et médias, op. cit.
  • Congrès de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication : Crise, frustration et média en Afrique, mai 1992.

Auteur

Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication
Université M. Ngouabi - Brazzaville

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search