Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 3 – Regards et éclairages africains

Introduction

Texte intégral

  • 1 Maire R., « Un cas d’école : l’évolution de la géographie bordelaise depuis 1876. Contexte historiq (...)
  • 2 Cf. Histoire et Médias, op. cit., repris dans le CD.

1À un moment où la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux avait peu de tropisme vers l’Afrique – à part la géographie1 – l’enseignant-chercheur en SIC a investi le continent et très vite a fait passer ses thèmes favoris dans ses cours ; non sans continuer, en parallèle, ses domaines habituels d’écriture et de se conformer aux programmes des examens et concours. Il a retiré de ses missions d’enseignements (dont témoigne ici le Professeur Ludovic Miyouna) ou de colloques dans des capitales africaines des impressions qui ont conforté ses convictions en faveur d’une collaboration fructueuse avec les collègues africains, faisant tout pour les amener à soutenir des doctorats dans les meilleures conditions possibles et entraînant ses collègues français dans la même démarche. La liste impressionnante des DEA, thèses (de 3e cycle ou d’État), HDR… que nous avons pu rassembler prouve cet engagement, non seulement en faveur de l’installation en Afrique des SIC, mais aussi de son souci de mieux connaître les spécificités de ce domaine sur un continent entier, justifiant son orientation vers la radio dont a parlé Jean-Jacques Cheval dans la partie précédente. Mais il acceptait également que certains utilisent leur formation pour œuvrer dans d’autres secteurs de la société, convaincu du bien-fondé d’une formation en SHS. Au-delà des questions que nous avions posées au moment de l’hommage qui lui avait été rendu lors de son départ en retraite (« quand et pourquoi l’Afrique2 ? ») nous avons acquis la conviction qu’il y prolongeait ses engagements militants d’homme de « gauche », de chrétien (cf. le témoignage de son fils infra), puis d’humaniste qu’il n’a cessé d’être. Loin de l’« afro-pessimisme » de bien de ses collègues historiens, il s’est intéressé à tout ce qui pouvait faire entrer l’Afrique de plain-pied dans la modernité.

Notes

1 Maire R., « Un cas d’école : l’évolution de la géographie bordelaise depuis 1876. Contexte historique, divorce nature-société, impact de l’hypermodernité », Dynamiques environnementales. Laboratoire de géographie physique appliquée, no 27, 2011, p. 11-37.
Sur le campus de Bordeaux, Sciences Po abordait plus volontiers les questions de colonisation/décolonisation ; André-Jean Tudesq y avait un cours sur les moyens d’information. Quant à la Faculté de Droit, ses professeurs ont beaucoup œuvré à la rédaction des constitutions des États nouvellement indépendants.

2 Cf. Histoire et Médias, op. cit., repris dans le CD.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540