Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 2 – Les études médiatiques

Les études radiophoniques, légitimité, regain et ouvertures

Jean-Jacques Cheval

Texte intégral

  • 1 Tudesq A.-J., « La radio, instrument et témoin de la révolte », in Gambrelle F. et Trebitsch M. (di (...)

1André-Jean Tudesq était tout d’abord un historien et c’est en historien en premier lieu qu’il s’est intéressé à la radio. Cet objet historique et social qu’est la radio a attiré l’historien : il a consacré une part importante de sa carrière de chercheur et d’enseignant à établir l’histoire du média lui-même et, par là même, la place d’un média dans l’histoire. Il ne pouvait lui échapper que cette place dans l’histoire du temps présent n’a pas été négligeable, que ce fût en général ou ponctuellement, en temps de guerre par exemple, ou à l’occasion de bifurcations majeures de l’histoire, lors de révolutions ou de contre-révolutions1.

  • 2 Analogie empruntée à l’historien, homme politique et de radio (il a dirigé Radio France), Jean-Noë (...)

2À l’orée du XXe siècle, à Dublin pendant l’insurrection républicaine irlandaise de Pâques 1916, puis à Saint-Pétersbourg en octobre 1917, la radio, à peine née, servit de signal pour ces soulèvements révolutionnaires anciens. Entre-temps, la Seconde Guerre mondiale a fourmillé de faits majeurs et d’anecdotes où la radio tenait une place. De l’époque, les Français retiennent l’Appel du 18 juin, bien sûr, dont le souvenir nourrit une certaine mythologie nationale. Il inaugurait pour eux des phénomènes tout à fait nouveaux : par le biais d’une nouvelle technologie, ils assistaient à la délocalisation de la légitimité politique. Le général de Gaulle, à la manière du Sertorius de Corneille, proclamant « Rome n’est plus dans Rome, Rome est partout où je suis », pouvait dire à son tour : la France n’est plus en France mais partout où lui-même était et où portait sa voix2.

3Il est aussi sans doute curieux de noter que le second conflit mondial fut exactement encadré par deux anecdotes radiophoniques. L’assaut contre la Pologne a été précédé par l’attaque du poste allemand de Radio Gleiwitz, un acte dont on accusait les troupes polonaises. Il a été formellement établi depuis qu’il s’est agi d’une manœuvre délibérée et perverse des services secrets nazis ; ça n’en fut pas moins le prétexte, choisi par Hitler, pour envahir la Pologne. Le 15 août 1945, au Japon, c’est en s’adressant à son peuple, et pour la première fois sur les ondes, que l’empereur Hiro-Hito annonce la défaite de ses armées et leur demande de déposer les armes. Ici la radio a, par contre, servi à clore le conflit.

  • 3 Fanon F., Sociologie d’une révolution, l’an V de la révolution algérienne, Paris, Maspéro, 1959.
  • 4 Martinez Victores R., 7RR, la historia de Radio Rebelde, La Havane, Editorial de Ciencias Social, 1 (...)

4Bien sûr, ces deux faits ne constituent pas l’alpha et l’oméga de la Seconde Guerre mondiale, mais ils sont les symptômes d’une situation déjà acquise par ce média dès le milieu du siècle et qui est alors consacré pour le pire et le meilleur. Radio de résistance, radio de libération, cette figure fut illustrée encore par la suite à travers son usage dans les mouvements de décolonisation et révolutionnaires des années 1950 et 1960, que ce soit le fait des combattants de l’indépendance algérienne évoqué par Frantz Fanon3 ou celui Radio Rebelde à Cuba, fondée, entre autres, par Che Guevara, dans les maquis guérilleros de la Sierra Maestra4.

5Mais l’histoire de la radio a été aussi très tôt marquée par son utilisation pour diffuser des propagandes haineuses et renforcer la soumission des peuples. Ces usages avaient précédé la Seconde Guerre mondiale, de Mussolini aux Nazis, ces derniers instrumentalisant avec un talent indéniable le média pour leurs fins, en passant par les sinistres harangues du général franquiste Queipo de Llano à Radio Séville en 1936, dès le début de la Guerre civile espagnole. Plus récemment, les conflits ethniques et politiques au Rwanda ont illustré de façon paroxystique les fonctions négatives que peut revêtir la radio en temps de crises majeures.

  • 5 http://www.ciudadseva.com/textos/otros/sa-11sep.mp3 ; pour le texte écrit de cette dernière allocu (...)

6Sur d’autres continents un rôle historique de la radio fut celui des radios privées dans la déstabilisation puis la chute du gouvernement d’Allende au Chili lors d’un (autre) 11 septembre, en 1973. Et, en même temps, elle fut le vecteur des derniers mots du Président chilien à son peuple sur les ondes de Radio Magallanes, pour ce que certains considèrent comme l’un des plus beaux discours et testaments politiques du XXe siècle5.

  • 6 Cheval J.-J., « Mai 68, un entre deux dans l’histoire des médias et de la radio en France », http:/ (...)

7De manière moins dramatique, la radio joue un rôle en France lors des événements de Mai 1968 : de Europe 1 et RTL qualifiées de « radios barricades » à l’allocution uniquement radiodiffusée du général de Gaulle du 30 mai 1968, à partir de laquelle il reprend la situation en main6. Plus tard, André-Jean Tudesq écrivit :

  • 7 Tudesq A.-J., « La radio, les manifestations, le pouvoir », p. 137-160, in Mai 68 à l’ORTF, Comité (...)

La place de la radio dans les événements de 1968 (...) démontra que la radio n’était pas éliminée par la télévision. Désormais, l’information devint ou redevint l’une de ses spécificités [...]. C’est à ce titre surtout que 1968 marque dans l’histoire de la radio en France un tournant, sinon un renouveau. Malgré la télévision, peut-être même à cause de la télévision qui a été pour elle un défil’obligeant à se renouveler, la radio a trouvé une spécificité. La rapidité de l’information ne peut plus lui être contestée, ni une plus grande communicabilité7.

8En 1974, au Portugal, la pacifique Révolution des œillets a débuté par la diffusion de chansons sur les radios lisboètes, dont « Grândola, Vila Morena » sur Rádio Renascença. L’année précédente, en Grèce, le 17 novembre 1973, la sanglante attaque de l’école polytechnique d’Athènes avait notamment pour but d’y faire taire la radio libre créée par les étudiants. Malgré tout, elle avait annoncé la fin prochaine du régime des colonels.

9Il ne peut s’agir ici que de quelques exemples parmi mille autres, mais la place symbolique tout autant que réelle de la radio dans l’histoire contemporaine est attestée. Si ses rôles réels, sociaux, politiques ou militaires le furent dans les faits, en tant que sujet d’étude académique elle a tardé à s’affirmer, en France du moins, car à l’étranger l’importance de ce nouveau média n’avait pas échappé à quelques figures avant-gardistes telles celles d’Adorno, Lazarfeld, Walter Benjamin… Mais aux États-Unis, comme ailleurs, la télévision l’a vite éclipsée, pas du tout de manière radicale dans les oreilles des auditeurs mais bien réellement, aux yeux des chercheurs en sciences humaines et sociales. En France, André-Jean Tudesq, alors qu’il s’engageait dans la fondation institutionnelle des Sciences de l’information et de la communication, parmi quelques autres, fut l’un des rares universitaires à accorder une attention précoce au média radio et à lui donner le statut d’objet de recherche légitime.

  • 8 Albert P., Tudesq A.-J., Histoire de la radio télévision, Paris, PUF (Que sais-je ?, no 1904), 1981 (...)

10À l’origine, il s’est penché sur le sujet pour nourrir son enseignement – un cours d’agrégation traitant des moyens d’information en France entre 1934 et 1958. Il entame la publication d’articles sur l’histoire de la radio en France à partir de 1973, puis d’ouvrages, individuels ou collectifs, dont le très célèbre « Que sais-je ? », Histoire de la radio télévision, écrit en collaboration avec son complice Pierre Albert et publié initialement en 19818. Il sera réédité cinq fois en français et connaîtra plusieurs traductions (en espagnol, portugais, italien et arabe). Il a constitué le manuel de générations d’étudiants – dont j’ai fait partie – pour approcher l’histoire de l’audiovisuel. Dans le même temps, André-Jean Tudesq pousse ses étudiants à suivre son chemin et, tôt, il dirige de nombreux travaux, mémoires et thèses de doctorat portant spécifiquement ou partiellement sur la radio.

  • 9 « L’information locale et les nouvelles technologies » in Space Communications and the Impact of N (...)
  • 10 Tudesq A.-J., La radio en Afrique Noire, éditions Pédone 1983, 256 p. (Coll. du Centre d’Études d’A (...)
  • 11 Tudesq A.-J., L’Afrique parle, l’Afrique écoute, La radio en Afrique subsaharienne, Paris, éd. Kart (...)

11Dans les années 1980, sans renoncer aux travaux sur l’histoire de la radio en France, il a élargi ses préoccupations aux turbulences très contemporaines qui affectent alors l’audiovisuel français sous la poussée des « radios libres ». Il y associe des recherches et une réflexion sur l’information locale, abordant dès 1982, les nouvelles technologies de l’information9 – et d’un point de vue géographique en portant ses regards vers l’Afrique, la radiodiffusion en Afrique précisément. Liés à de premières nombreuses recherches, sur le terrain ou à partir des archives de la BBC notamment, divers articles et travaux aboutissent à un premier ouvrage général publié en 1983, La radio en Afrique Noire10. Suivront de nombreuses autres publications et une synthèse, en 2002 : L’Afrique parle, l’Afrique écoute11.

12En 1999, résumant des années d’observations André-Jean Tudesq écrivait :

  • 12 Tudesq A.-J., Les médias en Afrique, Paris, éd. Ellipses, 1999, p. 15.

Tous les atouts renforcent la prépondérance de la radio : l’oralité et l’audience possible par les analphabètes, les postes transistors ne nécessitant pas l’électrification, leur coût modeste (...), le faible coût des installations d’émission, la FM permettant de multiplier les émetteurs et d’émettre pour une communauté de quelques milliers de personnes et dans les langues qui ont un nombre réduit de locuteurs (...). La radio ignorant les frontières, l’écoute des radios étrangères a toujours permis de contourner la propagande officielle quand la radio était le monopole de l’État, même si ce n’était le fait que d’une minorité12.

13En 2002 encore, à travers les conclusions de L’Afrique parle, l’Afrique écoute, il réaffirmait :

La radio s’est intégrée dans la société et dans la vie africaine. Elle n’est pas seulement le média le plus utilisé, c’est aussi le mieux africanisé (...) les sociétés africaines ont intériorisé la radio, l’ont assimilée à la culture traditionnelle dans de nombreux cas, alors que la télévision, dans une moindre mesure la presse écrite et internet encore d’accès trop limité pour avoir la même influence culturelle, sont des agents d’acculturation et de mondialisation, deux aspects qui dévalorisent les cultures africaines.

  • 13 Tudesq A.-J., L’Afrique parle, l’Afrique écoute, op. cit., p. 285-288.

14Il jugeait que la radio africaine n’était pas un média de la tradition de l’immobilisme ou de l’isolationnisme. Elle offre « une complémentarité entre l’international et le local ; par sa diversité elle contribuait à ouvrir l’Afrique à la discussion et à la démocratisation ». Il constatait que la radio « accompagnait les évolutions des sociétés africaines, tant politiques que sociales, économiques ou culturelles. Par les radios, les Africains écoutent le monde, mais c’est par elles, aussi que parle l’Afrique13 ».

  • 14 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique subsaharienne : (...)

15Ceci se réalise non sans désaccords, ni risques. Jaugeant espoirs et illusions, André-Jean Tudesq a su percevoir les enjeux, alternatives contradictoires, potentiellement contraires, de l’évolution des radios africaines. En 2009, à propos des radios de proximité qui « offrent un équilibre entre tradition et modernité », il percevait l’ambivalence de leur avenir, en raison de la fragilité intrinsèque de leur nature même fondée sur l’équilibre. « Leur principale difficulté sera de maintenir un équilibre entre l’ouverture sur l’extérieur et la modernité et le maintien du lien social qu’elles établissent avec et entre leurs auditeurs », écrivait-il. « Elles peuvent connaître des dérives, liées à la tradition, si la radio renforce les situations locales, les préjugés, le repli sur les solidarités ethniques en redoutant les changements, liés à la modernité ; mais aussi, si, trop dépendante de leur assistance financière, la radio adopte pour les attirer une modernisation de façade de “démocrates de convenance”14. »

  • 15 Cf. Cheval J.-J., « Les études historiques de la radio », p. 23-34, in Histoire et médias, Journée (...)
  • 16 Cheval J.-J., Lenoble-Bart A., Paré C., Tudesq A.-J., Internet en Afrique. Acteurs et usages. Les m (...)

16Que ce soit en Afrique, en France ou ailleurs, son attention pour le média radiophonique ne s’est jamais démentie. Après la première recension des travaux de cette nature, qui furent les siens ou qu’il a pu diriger, que nous avions effectuée des années 70 à 199715, par la suite, portant directement sur la radiodiffusion, on dénombre encore 11 articles ou contributions à des publications collectives, signés ou cosignés par le professeur André-Jean Tudesq, ainsi qu’un ouvrage propre. Et ceci est sans compter les publications ou études où, aux côtés d’autres médias ou technologies de l’information, tel l’internet, la radio trouve également une place. Ainsi, entre 1998 et 2001, dans une période d’émergence de ces phénomènes en Afrique, André-Jean Tudesq a piloté le volet Les médias africains et internet dans le cadre du programme de recherches de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine Internet en Afrique. Acteurs et usages. Les rôles nouveaux qu’assignait le « vieux » média radiophonique à internet et, à l’inverse, les nouvelles potentialités, nouveaux défis et concurrence que présentait déjà le réseau des réseaux à la radiodiffusion y occupaient une part importante des observations et constats16.

  • 17 Tudesq A.-J., « Le Conseil d’Administration de l’ORTF et la crise de 1968 », http://www.grer.fr, 20 (...)
  • 18 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique subsaharienne : (...)

17En septembre 2008 et avril 2009, quelques mois tout juste avant sa disparition, en adepte résolu des nouvelles technologies de la diffusion du savoir, c’est en ligne, sur le site du Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio, qu’il choisit de publier deux nouveaux articles concernant la radiodiffusion. L’un porte sur l’ORTF en 1968 (et donc aussi bien la radio que la télévision), sa gouvernance en temps de crise sociale à travers l’étude des actions et positionnement de son conseil d’administration lors et autour de la crise de Mai17 ; l’autre évoque les radios de proximité en Afrique subsaharienne, qu’il jugeait comme étant le principal modèle d’une appropriation africaine du média en question18. À travers ces deux publications, se retrouvent et s’affirment encore ses préoccupations et centres d’intérêt de toujours.

  • 19 Cheval J.-J., « Les études historiques de la radio », 1997, op. cit., p. 27-28.

18En 1997, nous avions déjà pu noter que « l’attention que porte André-Jean Tudesq à la radio ne se réduit jamais à son seul objet, mais s’inscrit toujours dans des perspectives d’ensemble et s’insère dans des préoccupations multilatérales. Qu’il aborde la radio des années 20 ou celle des années 80, André-Jean Tudesq le fait en historien, pour qui il est possible d’étudier historiquement les phénomènes contemporains sous la double condition de situer le présent par rapport à l’évolution passée et de mettre l’accent sur les corrélations entre les différents aspects de la réalité qui font éclater les barrières des disciplines ou des méthodes trop spécialisées. Ici, comme dans d’autres aspects de son travail, il s’affirme adepte de la pluridisciplinarité sans toutefois oublier sa formation originelle ». Ainsi, pour lui, la radiodiffusion en général, les stations de radio particulières ne peuvent qu’appartenir à des systèmes de communication qui se définissent par des « techniques de diffusion en présence et les jeux, concurrentiels ou complémentaires, de supports de la communication différents19 ». On est bien loin là d’une fétichisation d’un média par rapport aux autres et de recherches à tendance monographique qu’ont cru intelligent de pointer, sinon de railler, certains collègues étroits ou malintentionnés à l’endroit des études radiophoniques.

  • 20 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique subsaharienne : (...)

19En fait, comme tout autre média, la radio est un domaine où l’ensemble des problématiques des études médiatiques, communicationnelles, peuvent se poser et se rencontrer de manière tout autant pertinente que productive. André-Jean Tudesq savait et nous enseignait qu’« on ne peut séparer les médias des sociétés dans lesquelles ils se diffusent. Ils ne forment pas un système autonome, mais participent à la fois aux systèmes politique, économique et culturel qui sont aussi influencés par des modèles extérieurs20 ».

  • 21 Tudesq A.-J., « Introduction », p. 11-15, in La radiodiffusion aux tournants des siècles, textes ra (...)

20Les approches historiques et sociopolitiques dominent dans l’œuvre d’André-Jean Tudesq. L’histoire des techniques est souvent présente aussi. En 2006 il posait que la technique était une « réalité première de la radio qui a toujours influé sur son statut, sur ses émissions, sur ses publics, au gré des mutations des techniques ». Il citait un « exemple parmi d’autres : en Europe occidentale et en France en particulier, l’absence de libéralisation et le maintien du monopole étaient maintenus en prétextant l’absence de fréquences disponibles, la vulgarisation, tardive, de la modulation de fréquence, rendait l’argument caduque21 ». Clairvoyant, il avançait qu’au début du XXIe siècle encore, les problèmes techniques restaient un ressort majeur du devenir de la radio. Les incertitudes et débats persistants quant à sa numérisation ne font que confirmer ce point de vue.

21Attentif aux structures et aux tendances lourdes, il a abordé l’étude des médias et de la radio par d’autres aspects, qu’il s’agisse d’éléments supplémentaires et complémentaires des conditions concrètes de la production du discours radiophonique (avec, par exemple, la sociologie des acteurs et leurs jeux sociaux et professionnels, ceux des journalistes en particulier), mais aussi l’audience des messages produits. Dans la mesure où ils étaient disponibles, accessibles, l’étude des sondages d’écoutes, qu’il collectait minutieusement, a toujours constitué une part importante de ses publications. Pour lui, il était entendu que le triptyque classique des études médiatiques – structures (modes de production), message (discours) et audiences (effets) – ne pouvait jamais être totalement disjoint, du moment que l’on recherchait à comprendre la place, l’importance, d’une technique de communication dans une société.

  • 22 Cheval J.-J., « Les études historiques de la radio », 1997, op. cit., p. 23-34.
  • 23 Faus-Belau A., La Radio : Introducción a un medio desconocido, Madrid, Ed. La Latina. 1981.
  • 24 Lewis P. & Booth J., The Invisible Medium, Public, Commercial and Community Radio, Londres, MacMill (...)
  • 25 Pease E., Dennis E. (Ed.), Radio, the Forgotten Medium, New Brunswick & London, Transaction Publish (...)

22Pour autant, le poids social, culturel et politique d’un média tout en étant réel, efficient, pouvait ne pas rencontrer l’intérêt immédiat des cercles académiques. Tel fut le cas de la radiodiffusion ainsi que cela fut souvent rappelé. En 1997, participant à l’hommage au professeur André-Jean Tudesq, à l’occasion de son départ à la retraite, j’avais consacré mon intervention aux travaux dédiés à l’histoire de la radio et à la place éminente que lui-même occupait parmi tous ceux qui avaient contribué à faire surgir, développer et finalement légitimer ce domaine d’études, à la croisée de l’Histoire et des Sciences de l’information et de la communication22. Cette évocation s’ouvrait par un bilan peu satisfaisant. Citant le livre de l’Espagnol Angel Faus-Belau, La Radio, introduction à un média méconnu (1981)23, celui des Anglais Peter M. Lewis et Jerry Booth, Le médium invisible, la radio publique, commerciale et communautaire (1989)24 et encore Radio, le média oublié, publié sous la direction d’Edward C. Pease et Everette E. Dennis, aux États-Unis en 199525, je faisais le constat d’une recherche radiophonique passant au second plan des préoccupations éditoriales et scientifiques au profit d’autres médias, d’autres sujets. Le déficit de recherches et de chercheurs en matière de radio était patent. Sous d’autres cieux, la situation n’était guère meilleure.

  • 26 Keith M., « The Long Road to Radio Studies », Journal of Broadcasting & Electronic Media, Vol. 51, (...)

23Aux États-Unis, en 2007, Michael C. Keith, dans son étude « La longue route des études radiophoniques26 », citait sa collègue Barbara D. Savage :

  • 27 Savage B., Broadcasting Freedom : Radio, War, and the Politics of Radio, 1938-1948, Chapel Hill, NC (...)

En dépit de son omniprésence dans la vie américaine depuis plus d’un demi-siècle, la radio est un média dont la puissance et l’influence politique et culturelle ne sont pas encore reflétées dans l’historiographie américaine, les études américaines, les travaux sur les relations raciales en Amérique, ou les études sur les médias et la culture populaire27.

  • 28 Ibid.

24Comme élément d’explication, Keith notait la brièveté de l’apogée de la radio coincée entre sa naissance et celle de son immédiate concurrente, la télévision ; c’était « comme si l’histoire du média prétélévisuel avait été purgée de la mémoire institutionnelle et que les réalisations de la radio depuis l’avènement de la boîte vidéo avaient été jugées dénuées de tout mérite social ou culturel ou même de substance et donc non dignes d’étude28 ».

  • 29 http://www.tandfonline.com/toc/hjrs20/current#.U1TSi8fZ_u8, consulté le 11 novembre 2014.
  • 30 http://www.narsn.commarts.wisc.edu, consulté le 11 novembre 2014.
  • 31 Keith M., 2007, op. cit.

25Pourtant, 70 ans après les débuts de la radio pour le public aux États-Unis, dans les années 1990, la situation a commencé à se modifier. La création, en 1992, du premier (et du seul) journal académique des États-Unis consacré à l’étude de la radio en fut l’indicateur. Le Journal of Radio Studies, sous son nouveau nom – Journal of Radio & Audio Media – dans son volume 20, publié en septembre 2013, a fêté ses deux décennies d’existence29. En 2004, le lancement d’un réseau formel de recherche sur la radio en Amérique du Nord, le North American Radio Studies Network, est venu confirmer cette légitimation30. Et de fait, selon Michael C. Keith, si les études portant sur la radio ont été lentes à se faire accepter, elles semblent finalement être en développement. C’est en convoquant le dramaturge radiophonique, Norman Corwin, qu’il conclut son article : « Parfois, l’évidence est la chose la plus difficile à reconnaître31 ».

  • 32 http://www.meccsa.org.uk/radio-studies-network/
  • 33 http://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-Journal,id=123/
  • 34 http://www.meccsa.org.uk/
  • 35 La première s’est tenue à l’Université du Sussex au Royaume Uni en 2001 ; la deuxième à l’Universi (...)

26En Europe, également, les évidences ont eu du mal à se faire un chemin, mais la situation n’est plus, non plus, ce qu’elle fut. Un jalon témoin en a été la fondation au Royaume-Uni du Radio Studies Network en 199832. Elle a été suivie de la création, en mai 2003, du deuxième périodique scientifique anglo-saxon consacré aux études académiques de la radio, The Radio Journal : International Studies in Broadcast and Audio Media33. En 2014, il a publié son vingt-cinquième numéro. En 2010, le Radio Studies Network est devenu l’une des branches d’un réseau académique plus étendu, la MeCCSA (Media, Communication and Cultural Studies Association), une large association britannique en Sciences humaines et sociales34. Depuis 2001, le Radio Studies Network organise une biennale anglo-saxonne des études radiophoniques, rassemblant des chercheurs anglophones du monde entier, en liaison notamment avec le North American Radio Studies Network, « The Radio Conference : A Transnational Forum » ; en 2013 elle en était à sa septième édition35.

  • 36 http://www.bienalderadio.info/oficial/

27Dans le domaine hispanique, de la péninsule ibérique à l’Amérique latine, les publications sur la radio sont extrêmement nombreuses, les chercheurs également ; mais, jusqu’à présent, ils n’ont pas trouvé de coordinations institutionnelles internationales sur des bases linguistiques communes, qu’elles soient hispanophones ou lusophones. Toutefois, depuis 1996, et donc depuis près de 20 ans, la Bienal internacional de radio, organisée à Mexico, sous l’égide de Radio Educación, une radio publique éducative couvrant le Mexique, s’est instituée comme l’un des rendez-vous majeurs de la sphère hispanique de recherche sur la radio. Les universitaires nord-américains hispanophones ne rechignent pas à y venir. Sa dixième édition a eu lieu en octobre 201436.

28Dans un registre plurilingue et plurinational, l’Europe s’est aussi illustrée singulièrement. En 2003, la constitution d’un groupe de travail européen sur la radiodiffusion en Europe a pu aboutir à un projet de réseau de « Coordination d’action », déposé l’année suivante devant la commission européenne dans le cadre du « 6e PCRD, Intégrer et renforcer l’Espace européen de la recherche », priorité 7 : « Citoyens et gouvernance dans une société de la connaissance : Nouvelles formes de citoyenneté et d’identités culturelles ». Son nom était IREN, un acronyme pour International Radio Research Network. La validation immédiate de ce dossier fut retenue comme la reconnaissance d’une légitimité des études radiophoniques dans le cadre académique européen et, peut-être même, comme la réparation d’une certaine injustice.

29Le réseau IREN a associé 13 institutions (dont pour la France, le CNRS et l’UMR 5116 CERVL - Pouvoir, Action publique, Territoire à l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux) provenant de 10 pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, Pologne, Royaume-Uni, Suède). À travers des collaborations et invitations diverses, les contacts du réseau ont été élargis à d’autres pays européens et se sont ouverts vers le monde, notamment en direction de l’Afrique, de l’Amérique du Nord et latine. La coordination générale de ce programme, sous la responsabilité du CNRS (Délégation régionale Aquitaine et Poitou-Charentes), a été assurée par moi-même, secondé par Peter Lewis en tant que coordinateur scientifique.

  • 37 Les sept conférences internationales du réseau IREN ont été les suivantes :

30Les membres d’IREN, en s’associant à un niveau européen, ont pu atteindre une taille critique suffisante et nécessaire afin de développer des études approfondies, comparatistes, nourries par des échanges internationaux. À partir des premiers résultats, ils ont pu également dresser des constats sur les situations en cours, proposer des préconisations en matière de politiques publiques sur la radio et préparer de nouveaux travaux. Au cours de ses 34 mois d’existence (entre mars 2004 et décembre 2006), le consortium IREN a organisé sept conférences internationales37 (alors que trois seulement étaient initialement prévues) et ses membres ont pu participer à de nombreuses autres réunions à travers l’Europe, mais aussi en Australie, au Canada, en Amérique du Sud et en Afrique.

  • 38 Sans que la liste suivante ne soit exhaustive les sujets suivants ont été couverts au cours des se (...)

31Lors des sept rencontres organisées directement par le réseau IREN, environ 220 communications ont été présentées, démontrant le pluralisme des sujets traités et un large éventail d’approches disciplinaires au sein des Sciences humaines et sociales autour de l’objet radiophonique38. Un dialogue avec des professionnels et acteurs de la radiodiffusion a été noué, aboutissant par exemple à la contribution de membres du réseau IREN à des réunions de l’Union Européenne de Radiodiffusion (UER) et la présence de représentants de l’industrie radiophonique aux réunions d’IREN. Une des conclusions générales apparue à travers les résultats de l’action de coordination IREN a été de pointer l’implication trop limitée de la Commission Européenne sur les questions radiophoniques et la communication sonore en général. Plus préoccupée de la régulation télévisuelle (Cf. les directives « Télévision sans Frontières ») et des problèmes de l’industrie cinématographique, la commission considérait que la radio relevait principalement des politiques nationales des États membres et qu’elle ne suscitait pas de souci particulier à un niveau européen. Il ne semble pas que cette position ait beaucoup évolué depuis 2006. Les conclusions du Consortium IREN n’allaient pas dans le même sens et relevaient que plusieurs questions radiophoniques, ou bien impliquant la radiodiffusion européenne, se posaient dans le cadre communautaire : numérisation de la radio, rôle de la radio dans la défense et la promotion de la diversité culturelle, concentration des médias et économie politique de la radio, question de la participation et inclusion/exclusion des citoyens européens dans la Société de la connaissance, préservation et défense des services publics de radiodiffusion, ainsi que reconnaissance, développement et financement des tiers secteurs radiophoniques (radios associatives ou communautaires) dans l’ensemble des pays européens.

  • 39 http://www.igweb.gr/radiosection3/index.html.
  • 40 Soit dans le cadre des rencontres biannuelles générales d’ECREA, comme ce fut le cas à Barcelone e (...)

32À l’issue de son contrat, l’expérience du réseau IREN a été prolongée par la création d’une section d’étude et de recherche radiophonique spécifique au sein de l’association européenne de recherche sur la communication et l’éducation, ECREA (European Communication Research and Education Association), sous le nom de Radio Research Section39. C’est annuellement qu’elle organise des rencontres internationales40.

33En France enfin et plus largement dans le domaine francophone, le GRER (Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio) est venu s’adjoindre à ces réseaux. Ses débuts furent modestes. En 1998, de manière informelle, je pris l’initiative de créer à Bordeaux ce groupe d’échanges et de rencontres qui réunissait une poignée de chercheurs et d’étudiants. L’idée était qu’André-Jean Tudesq avait créé une tradition d’études radiophonique en Aquitaine mais dont l’amplitude dépassait les frontières régionales ou nationales. Au moment où il prenait sa retraite, il y avait un risque pour que ce capital intellectuel et documentaire soit dilapidé. Sans se mêler ouvertement de la création de ce groupe, j’aime à penser qu’il a vu sans déplaisir de nouvelles générations se saisir de son héritage. Sous sa présence tutélaire, nullement intrusive, le GRER s’est développé localement puis nationalement. En octobre 2005, il est devenu une association sans but lucratif (loi 1901) ; j’en ai assuré la présidence jusqu’en avril 2009. Officiellement domicilié à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, là où il est né, le GRER regroupe des universitaires, des étudiants et des professionnels de la radio et de nombreux jeunes chercheurs. En 2013, il comptait plus de 80 membres, proches ou plus lointains. D’emblée, plus largement francophone, que strictement française, l’association ouverte à l’adhésion de tous ceux qui partagent ses objets et projets comporte une forte composante extra hexagonale, venant d’Afrique ou d’Espagne, du Québec notamment. Depuis, 2009, le GRER est présidé par Frédéric Antoine, Belge et Professeur à Louvain-la-Neuve. L’association dispose d’un comité scientifique international et a participé activement au réseau européen IREN. Elle reste engagée dans diverses activités internationales.

  • 41 Le GRER a organisé sept colloques internationaux, les deux premiers à Bordeaux, en novembre 2001 : (...)
  • 42 Nous pouvons citer, entre autres : « Approches de la radio : théories et expérimentations, approch (...)

34Le GRER a pour but le développement et la valorisation des études scientifiques et diverses, les mises en œuvre de pratiques novatrices autour de la radiodiffusion. Il a pour vocation de rassembler les personnes physiques ou morales engagées dans la recherche sur la radio, qu’il s’agisse de recherches fondamentales ou appliquées. En alliant aspects théoriques et pratiques, en s’intéressant tant aux structures, à l’environnement, aux contenus, à la pratique et à la création radiophoniques, qu’aux publics et à la réception, le GRER souhaite être un lieu de réflexions, dans des dimensions prospectives, sur la réalité actuelle et l’avenir de la radio, sur les problématiques et enjeux de ce média. Les activités développées par l’association sont l’encouragement et le soutien aux études et recherches en liaison avec la radio dans toutes les disciplines ; la valorisation de ces travaux en organisant leur connaissance et leur diffusion par tous les moyens nécessaires, mais notamment à travers son site internet ; la mise en relation des chercheurs, en France, au sein de la Francophonie et à travers le monde ; l’organisation, la représentation et la participation de la recherche francophone sur la radiodiffusion au sein des organismes, institutions ou associations nationaux et internationaux ; une contribution au dialogue avec les professionnels de la radio ; et de façon générale, le GRER souhaite participer à la légitimité et à la valorisation du média radio41. En outre, le GRER organise des ateliers, séminaires et journées d’études en propre ou en relation avec d’autres événements scientifiques, culturels ou professionnels42.

  • 43 http://radiography.hypotheses.org/
  • 44 http://www.grer.fr.
  • 45 https://www.facebook.com/greradio.

35Le GRER dispose de plusieurs canaux de communication : le carnet de recherche scientifique, Radio Graphy43, hébergé par la plateforme Hypothèses.org aux côtés d’autres blogs en Sciences humaines et sociales, un site internet44, une page Facebook45. Et l’association travaille enfin sur le projet de création d’une revue scientifique électronique, accessible librement en ligne, occasion de parachever des efforts de longue haleine pour asseoir pleinement les études radiophoniques au sein de la communauté de recherche universitaire.

  • 46Gazi A., Starkey G., Jedrzejewski S., eds., Radio Content in the Digital Age : The Evolution of (...)

36En France, dans le monde francophone comme ailleurs à travers le monde, les études radiophoniques ne sont donc plus l’apanage de petits cercles d’érudits ou de professionnels. Les publications sont nombreuses, les occasions académiques de rencontres et d’échanges se sont multipliées comme nous avons pu en dresser des inventaires bien incomplets et comme peuvent en témoigner quelques publications collectives récentes, choisies parmi d’autres : Radio Content in the Digital Age : The Evolution of a Sound Medium ; Histoire de la radio : Ouvrez grand vos oreilles ! ; Radio Evolution : Conference Proceedings ; The Palgrave Handbook of Global Radio ; Radio – Community, Challenges and Aesthetics46

  • 47 Antoine Fr., éd., « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement », Louvain-la-Neuve, R (...)

37La vitalité de l’édition et de la recherche en la matière est patente tout autant que cosmopolite, même s’il faut peut-être déplorer des tropismes d’investigation accentués trop souvent sur les rapports de la radio avec la numérisation et les nouvelles technologies, au risque de noyer l’objet sonore dans des approches et spéculations technologistes. Mais, d’un autre point de vue, la création radiophonique, facilitée par les nouveaux outils numériques connaît un regain de faveur notable, en particulier auprès des jeunes. Ce qui nourrit en retour des réflexions universitaires renouvelées sur les messages radiophoniques47.

38Nous aimons à penser que cette situation dynamique est redevable des actions et travaux antérieurs et précurseurs d’André-Jean Tudesq. Sans qu’il faille ne penser les études communicationnelles et médiatiques qu’en termes de rivalités et tensions entre les domaines d’études, il est certain que le secteur radiophonique a dû lutter pour s’imposer et se faire reconnaître. Rien n’est définitivement acquis mais André-Jean Tudesq lui-même nous donnait des raisons d’être optimistes quand, à Lyon, en 2006, lors d’un colloque du GRER, il déclarait :

  • 48 Tudesq A.-J., « Introduction », La radiodiffusion aux tournants des siècles, 2008, op. cit.

Dans ses rapports avec les autres médias, la radio est en relation ou en opposition tantôt avec la presse écrite pour l’information tantôt avec la télévision, surtout pour le divertissement, elle est maintenant aussi en concurrence avec internet pour l’écoute de la musique dans les pays développés. Le cinéma et la télévision ont imposé la domination de l’image depuis la deuxième moitié du XXe siècle accentuant les impressions, mobilisant les émotions. Mais c’est par l’oreille et par la parole que les hommes communiquent ; à l’époque du téléphone mobile partout présent, la radio a toujours sa place à jouer48.

Notes

1 Tudesq A.-J., « La radio, instrument et témoin de la révolte », in Gambrelle F. et Trebitsch M. (dir.), Révolte et société, Actes du 4e colloque d’Histoire au présent, Paris, 1989-1990, p. 182-191.

2 Analogie empruntée à l’historien, homme politique et de radio (il a dirigé Radio France), Jean-Noël Jeanneney, qui affectionne ce rapprochement.

3 Fanon F., Sociologie d’une révolution, l’an V de la révolution algérienne, Paris, Maspéro, 1959.

4 Martinez Victores R., 7RR, la historia de Radio Rebelde, La Havane, Editorial de Ciencias Social, 1978.

5 http://www.ciudadseva.com/textos/otros/sa-11sep.mp3 ; pour le texte écrit de cette dernière allocution on pourra se référer à l’édition bilingue réalisée par les éditions Le Point Seuil en septembre 2010, dans la petite collection de discours historiques « Contre la tyrannie » ; Salvador Allende : Le peuple doit se défendre.

6 Cheval J.-J., « Mai 68, un entre deux dans l’histoire des médias et de la radio en France », http://www.grer.fr/, janvier 2009, 19 p.

7 Tudesq A.-J., « La radio, les manifestations, le pouvoir », p. 137-160, in Mai 68 à l’ORTF, Comité d’Histoire de la Télévision / Radio France / INA, Paris : La Documentation française, 1987.

8 Albert P., Tudesq A.-J., Histoire de la radio télévision, Paris, PUF (Que sais-je ?, no 1904), 1981. Outre cette référence, on trouvera un relevé assez complet des travaux d’André-Jean Tudesq, à la fois, dans notre article cité précédemment et dans la bibliographie adjointe au présent ouvrage. On y retrouvera aussi la liste des thèses et, de manière non exhaustive, de mémoires qu’il a dirigés.

9 « L’information locale et les nouvelles technologies » in Space Communications and the Impact of New Technologies and Systems, Eurospace, Paris, 1982, p. 194-203 [colloque Eurospace-LASIC à Biarritz].

10 Tudesq A.-J., La radio en Afrique Noire, éditions Pédone 1983, 256 p. (Coll. du Centre d’Études d’Afrique Noire de Bordeaux, série Afrique, 12).

11 Tudesq A.-J., L’Afrique parle, l’Afrique écoute, La radio en Afrique subsaharienne, Paris, éd. Karthala, 2002, 315 p.

12 Tudesq A.-J., Les médias en Afrique, Paris, éd. Ellipses, 1999, p. 15.

13 Tudesq A.-J., L’Afrique parle, l’Afrique écoute, op. cit., p. 285-288.

14 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique subsaharienne : un modèle autochtone ? », http://www.grer.fr, 2009, 12 p.

15 Cf. Cheval J.-J., « Les études historiques de la radio », p. 23-34, in Histoire et médias, Journée d’étude autour du Professeur André-Jean Tudesq, op. cit. (cf. CD joint).

16 Cheval J.-J., Lenoble-Bart A., Paré C., Tudesq A.-J., Internet en Afrique. Acteurs et usages. Les médias africains et internet. Programme de recherches Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine 1998-2001. Rapport en ligne (juin 2001), www.msha.fr.
http://www.msha.fr/msha/publi/en_ligne/netafriq/media/homemedia.htm

17 Tudesq A.-J., « Le Conseil d’Administration de l’ORTF et la crise de 1968 », http://www.grer.fr, 2009, 10 p.

18 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique subsaharienne : un modèle autochtone ? », http://www.grer.fr/, 2009, 12 p.

19 Cheval J.-J., « Les études historiques de la radio », 1997, op. cit., p. 27-28.

20 Tudesq A.-J., « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique subsaharienne : un modèle autochtone ? », 2009, op. cit.

21 Tudesq A.-J., « Introduction », p. 11-15, in La radiodiffusion aux tournants des siècles, textes rassemblés par Wuillème B. et Cheval J.-J., Lyon, Éditions de l’Université Jean Moulin Lyon 3, 2008.

22 Cheval J.-J., « Les études historiques de la radio », 1997, op. cit., p. 23-34.

23 Faus-Belau A., La Radio : Introducción a un medio desconocido, Madrid, Ed. La Latina. 1981.

24 Lewis P. & Booth J., The Invisible Medium, Public, Commercial and Community Radio, Londres, MacMillan, 1989.

25 Pease E., Dennis E. (Ed.), Radio, the Forgotten Medium, New Brunswick & London, Transaction Publishers, 1995.

26 Keith M., « The Long Road to Radio Studies », Journal of Broadcasting & Electronic Media, Vol. 51, No. 3, 2007, p. 530-536.
http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/08838150701457644#.U1TTOMfZ_u8

27 Savage B., Broadcasting Freedom : Radio, War, and the Politics of Radio, 1938-1948, Chapel Hill, NC : The University of North Carolina Press, 1999, p. 5-6.

28 Ibid.

29 http://www.tandfonline.com/toc/hjrs20/current#.U1TSi8fZ_u8, consulté le 11 novembre 2014.

30 http://www.narsn.commarts.wisc.edu, consulté le 11 novembre 2014.

31 Keith M., 2007, op. cit.

32 http://www.meccsa.org.uk/radio-studies-network/

33 http://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-Journal,id=123/

34 http://www.meccsa.org.uk/

35 La première s’est tenue à l’Université du Sussex au Royaume Uni en 2001 ; la deuxième à l’Université de Madison dans le Wisconsin (États-Unis) en 2003 ; puis à l’Université RMIT de Melbourne (Australie) en 2005 ; à l’Université de Lincoln (Royaume Uni), en 2007 ; à l’Université York de Toronto en 2009, à l’Université de Technologie d’Auckland en Nouvelle Zélande en janvier 2011. La septième édition, en juillet 2013, est revenue au Royaume-Uni, à l’Université de Bedfordshire.

36 http://www.bienalderadio.info/oficial/

37 Les sept conférences internationales du réseau IREN ont été les suivantes :

  • La France et Bordeaux en avril 2004 ont accueilli le lancement du programme IREN lors d’un colloque international sur le thème « Radios, Services, Publics... La radio à quoi ça sert ? ».
  • En juillet 2004, le consortium a organisé une université internationale d’été de la radio à Sienne (Italie), qui a constitué sa 2e rencontre internationale.
  • En février 2005 à Séville (Espagne) : 3e rencontre internationale du réseau IREN et 20e anniversaire de l’association andalouse EMA-RTV, Ve Congrès international des radios et télévisions locales publiques et alternatives, « Un solo mundo, voces múltiples ? » célébrant le 25e anniversaire du rapport MacBride, « Un Seul Monde, Voix Multiples ».
  • En novembre 2005, Limerick (Irlande), 4e rencontre internationale du réseau IREN, pour une conférence internationale consacrée aux radios communautaire lors du séminaire « Community Radio : People, Places and Processes » et du festival des radios communautaires irlandaises « CRAOL Community Radio Training Féile ».
  • En janvier 2006 à Bilbao en Espagne, 5e rencontre internationale du réseau IREN, autour du colloque international : « Transformaciones de la Radio y la TV en el nuevo panorama digital en la Unión Europea », organisé par l’Université publique du Pays Basque, sous la direction de Carmen Peñafiel.
  • En juin 2006 à Lublin en Pologne, 6e rencontre internationale du réseau IREN, à l’Université catholique de Lublin avec un séminaire international réunissant des chercheurs d’Europe de l’Est sur la radiodiffusion, sous la direction de Stanislaw Jedrzejewski.
  • En novembre 2006, 7e et dernière rencontre internationale du réseau IREN à l’Université libre de Louvain-la-Neuve et à Bruxelles, sur le thème : « Radios et recherches : les voies/voix futures de la radio ».

38 Sans que la liste suivante ne soit exhaustive les sujets suivants ont été couverts au cours des sept conférences principales d’IREN : Analyses des programmes et sémiologie de la radio ; Archives radiophoniques et sonores ; Audiences et publics de la radio ; Économie politique et sociopolitique de la radio ; La communication scientifique par la radio ; La musique et la radio ; La production et la création radiophonique ; La radio et la diversité culturelle ; La radio et les enfants ; La radiodiffusion de service public ; La radiodiffusion internationale ; La radiodiffusion locale ; La résolution des conflits et la radio ; La technologie de la radio (automatisation, numérisation, internet, podcasting) ; Les fonctions sociales de la radio ; Les politiques d’assistance et de coopération radiophoniques en Europe et au-delà (en Afrique, Chine, Moyen-Orient, Amérique latine, Amérique du nord) ; Les professionnels de la radio ; Les radios associatives, communautaires et participatives ; Les radios scolaires et universitaires ; Les théories de la radio ; Radio et développement durable ; Radio et genres ; Radio et participation dans la sphère publique ; Radio pour et par des minorités ethniques ou linguistiques ; Radios, politique et démocratie...

39 http://www.igweb.gr/radiosection3/index.html.

40 Soit dans le cadre des rencontres biannuelles générales d’ECREA, comme ce fut le cas à Barcelone en 2008, à Hambourg en 2010, à Istanbul en 2012 et en 2014 à Lisbonne, ou bien en propre durant les années intermédiaires (à Limassol à Chypre en 2009, à Braga au Portugal en 2011, à Londres en 2013...).

41 Le GRER a organisé sept colloques internationaux, les deux premiers à Bordeaux, en novembre 2001 : « Audience, Publics et Pratiques radiophoniques » et en avril 2004 : « Radios, Services, Publics… La radio, à quoi ça sert ? » ; puis « De la Triode au Numérique, la radio au tournant des siècles », à l’Université Lyon 3 – Jean Moulin, en mai 2006 ; « Vers la Postradio, Enjeux des mutations des objets et formes radiophoniques » à Paris, en novembre 2009 ; « Radio et narration, le ré-enchantement » à Bruxelles en novembre 2010 ; « Radio libres, 30 ans de FM : la parole libérée ? », à Paris, en mai 2011. Enfin son septième colloque a eu lieu à Strasbourg les 20 et 21 mars 2014 autour des thèmes : « Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique ».

42 Nous pouvons citer, entre autres : « Approches de la radio : théories et expérimentations, approches internationales », le 9 décembre 2005 à Amiens ; « Musique, radio et nouveaux médias », le 29 septembre 2007 à Paris ; « Dynamiques contemporaines du documentaire radiophonique », le 31 mai 2008 à Paris ; « La radio, objet d’études pour les sciences de l’information et de la communication : héritages, compositions et repositionnements », le 13 juin 2008 à Compiègne ; « La radio en milieu scolaire : études de cas et perspectives pour la recherche », le 27 mars 2010 à Paris-Saint Denis ; « Les Webradios associatives et communautaires : Des médias alternatifs participatifs, état des lieux, enjeux et perspectives », le 14 janvier 2012 à Tours ; “Les frontières de la radio/ “The borders of Radio”, les 4 et 5 juin 2015 à Perpignan…

43 http://radiography.hypotheses.org/

44 http://www.grer.fr.

45 https://www.facebook.com/greradio.

46Gazi A., Starkey G., Jedrzejewski S., eds., Radio Content in the Digital Age : The Evolution of a Sound Medium, Bristol (UK) / Chicago (USA), Intellect, 2011 ;
Glevarec H., éd. Histoire de la radio : Ouvrez grand vos oreilles !, Paris, Musée des arts et métiers/Silvana Editoriale, 2012, il s’agit du catalogue d’une exposition retraçant l’histoire de la radio qui s’est tenue au CNAM, à Paris, durant un semestre en 2012 ;
Oliveira M., Portela P., António Santos L.A., eds, Radio Evolution : Conference Proceedings, Université de Braga (Portugal), Ebook : http://www.lasics.uminho.pt/ojs/index.php/ radioevolution, 2012 ;
Hendricks J. A., ed., The Palgrave Handbook of Global Radio, New-York/Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012, une somme qui souhaite établir un panorama actualisé de la radio au niveau mondial ;
Stachyra G., ed., Radio – Community, Challenges and Aesthetics, Lublin, Pologne, Maria Curie‑Skłodowska University Press, 2013.

47 Antoine Fr., éd., « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement », Louvain-la-Neuve, Recherches en Communication, no 37, 2013.

48 Tudesq A.-J., « Introduction », La radiodiffusion aux tournants des siècles, 2008, op. cit.

Auteur

Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication Laboratoire
Mica, Université Bordeaux Montaigne
Fondateur du GRER (Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search