Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 2 – Les études médiatiques

Les sciences de l’information et de la communication, de la fondation à la légitimité et à leur devenir

Alain Kiyindou

Texte intégral

1La recherche constitue l’ensemble des travaux et activités tendant à la découverte de connaissances, de procédés ou d’objets nouveaux. La recherche en SIC (sciences de l’information et de la communication) est donc à appréhender comme une démarche rationnelle, organisée et rigoureuse, pour étudier et comprendre les phénomènes liés à l’information et la communication c’est-à-dire à la construction, au traitement des données, à leur circulation, leur compréhension, leurs usages et les conséquences qui peuvent en découler. L’œuvre d’André-Jean Tudesq relève de cette catégorie, en ce qu’elle nous permet d’appréhender la communication dans divers espaces et à travers l’Histoire.

La fondation des SIC

  • 1 Meyriat J., « Regards distanciés sur nos commencements », Communication au Congrès de la Sfsic, Com (...)

2La naissance officielle des sciences de l’information et de la communication a lieu lors de la réunion du 27 février 1972 de la Maison des sciences de l’homme de Paris à laquelle participèrent environ 44 personnes. Bordeaux y fut bien représentée puisque Robert Escarpit y a joué un rôle de premier plan. La démarche de trois pères fondateurs – Roland Barthes, Jean Meyriat et Robert Escarpit – visait la création d’une nouvelle section au sein du Conseil consultatif des universités. Après avoir hésité entre plusieurs nominations, parmi lesquelles « sciences de la représentation » ou « sciences de la signification », ce Comité qu’ils avaient mis en place s’arrête sur le nom de « sciences de l’information et de la communication ». Le terme de SIC, explique Jean Meyriat, « fait accepter le mariage (de raison ?) de deux “sciences” qui sont dès lors enseignées ensemble dans des cursus universitaires, pratiquées par des chercheurs réunis dans la même savante Société, alors qu’elles sont bien distinctes dans le reste du monde1 ». Toutefois, ajoute-t-il, une théorie de ce qui leur est commun reste à faire.

3Les sciences de l’information et de la communication vont se structurer autour d’un certain nombre de revues. La plus ancienne, le Bulletin des bibliothèques de France date de 1956, suivi en 1964 de Documentaliste-Science de l’information. Elle se construit également autour d’un certain nombre d’institutions, dont le CNU 71e section, le CNRS avec la création de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), une société savante – certains diront société scientifique –, la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC).

La conquête de légitimité

4La science est la connaissance relative à des phénomènes obéissant à des lois et vérifiés par des méthodes expérimentales. Ces méthodes s’appuient sur ses trois composantes principales qui sont l’observation, l’expérimentation et les lois. Toutefois, la distinction entre science et non-science est difficile à faire (on peut se référer à Feyerabend, Thuillier, Koyré). Fort heureusement, la question de la légitimité des SIC ne se pose plus en termes de science ou de non-science. Les sciences de l’information et de la communication sont bien une science, c’est-à-dire un ensemble de connaissances caractérisé par un objet et une méthode déterminée et fondée sur des relations vérifiables. Les SIC ont en effet des objets bien identifiables (la médiatisation de la communication, « l’informationnalisation », etc.), des méthodes et des concepts qui leur permettent d’aborder les phénomènes sociaux, technologiques, politiques ou économiques. Le socle commun existe bel et bien. Le défiest celui de la mise en visibilité de ce fondement historique, méthodologique, épistémologique, institutionnel. La question du socle commun ne se pose donc plus en termes de construction ou d’identification mais dans sa publicisation et sa légitimation. Il s’agit de modifier notre regard sur les SIC et d’orienter différemment les stratégies de valorisation de la discipline. Aujourd’hui encore, les chercheurs en SIC se posent la question de leur identité. Beaucoup d’entre eux signent leurs articles ou leurs interventions publiques tantôt comme chercheur en SIC tantôt comme anthropologue, sociologue, politiste etc. Cela traduit, à n’en point douter, une indétermination conceptuelle. Jean Mouchon s’interroge d’ailleurs à ce sujet : ce va-et-vient ne résulte-t-il pas d’une définition trop floue de notre discipline propice au départ de certains qui ne s’y reconnaissent plus ? Cette posture est bien entendu à l’opposé de celle d’André‑Jean Tudesq. Historien d’origine, il est de ceux qui ont donné une tonalité particulière aux sciences de l’information et de la communication. En effet, ses travaux s’inscrivent bien dans les SIC. Ils concernent les phénomènes liés à l’information et à la communication, c’est-à-dire la construction, le traitement des données, leur circulation, leur compréhension, leurs usages et les conséquences qui peuvent en découler.

5Une discipline n’est jamais une construction innocente ; son développement, ses frontières, ses contenus, ses institutions sont largement dépendants de présupposés théoriques, idéologiques, voire politiques. Les acteurs majeurs de la discipline sont donc patiemment sélectionnés, soit par les systèmes d’évaluation mis en place par les universités, les laboratoires de recherche, les revues scientifiques, ou simplement par leurs pairs. Mais, dans la communauté qu’ils auront formée, certains laisseront une empreinte plus profonde que d’autres. André-Jean Tudesq est de ceux-là. Son rayonnement dépassera d’ailleurs le champ des sciences de l’information et de la communication puisqu’il est historien, membre de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, ancien responsable de la section contemporaine de l’UFR « Humanités ». Dans le domaine des SIC, il fonde le Centre d’études de Presse qui deviendra Centre d’études des médias, dirige le troisième cycle de communication de l’Université Michel de Montaigne et siège au Conseil national des universités.

6La légitimité des SIC est donc un combat qu’il s’appropriera. Le chercheur qu’il a été a aidé à ouvrir le champ et à le faire connaître. La question principale qu’il se pose est celle de l’émergence des médias, anciens et nouveaux dans l’espace africain principalement, les conditions de leur développement et les conséquences aussi bien sur la vie sociale, économique que politique. En matière de formation, André-Jean Tudesq est un de ceux qui ont encadré le plus de chercheurs africains en SIC. Il a donc, par ce fait et par ses publications, su insuffler un certain dynamisme à la recherche dans ce continent.

Apport d’A.-J. Tudesq

7André-Jean Tudesq a apporté une contribution originale qui repose à la fois sur une approche historique, peu exploitée dans la discipline, et un terrain nouveau, l’espace africain. Il s’agit donc d’une vision complexe qui intègre les pratiques professionnelles, individuelles ou collectives, les modalités de réception, d’usage ou de non-usage.

L’approche historique

  • 2 Boure R., « Quelle histoire pour les sciences de l’information et de la communication ? », in Rober (...)
  • 3 Chartier R., « Entretiens : Roger Chartier, Armand Mattelart, Philippe Breton, Patrice Flichy », La (...)
  • 4 Boure, Breton, Dufrêne, Gellereau, Lits, Mattelart, Miège, Ollivier, Proulx, Wolton, etc.
  • 5 Tudesq A.-J., « Évolution des techniques, périodisation des usages », Actes du 4e congrès de la SFS (...)

8L’approche historique est insérée ici dans une démarche épistémologique puisqu’il est question avant tout de comprendre la construction d’une discipline dans un espace donné ou l’évolution d’un champ disciplinaire, les sciences de l’information et de la communication. La démarche utilisée par André-Jean Tudesq permet de mieux comprendre les processus d’institutionnalisation et leur lien avec la dimension intellectuelle qui, malheureusement, sont rarement pris en compte dans les travaux en SIC. Les chercheurs de cette discipline limitent trop souvent leurs recherches à l’histoire intellectuelle qui visiblement paraît plus noble2. André-Jean Tudesq vient donc en quelque sorte « briser ce carcan et pratiquer systématiquement le dépaysement méthodologique et thématique3 ». Depuis, cette approche a fait du chemin en SIC4 ; elle a notamment permis de construire ses bases méthodologiques, en mettant en lumière les filiations disciplinaires, en caractérisant les emprunts et les croisements conceptuels, en explicitant les enjeux sociaux, professionnels, institutionnels pédagogiques... Ce qui, pour André-Jean Tudesq, paraît le plus caractéristique de l’approche historique est la périodisation, la corrélation entre les différents aspects de la réalité, la relativité non seulement de la connaissance mais des nouveaux usages5.

Sur l’Afrique

9André-Jean Tudesq nous rappelle que l’Afrique subsaharienne est un ensemble hétérogène, tant du point de vue culturel, historique que géographique. La place prise par les médias y est récente, inégale et toujours liée à des influences extra-continentales. Les médias, déjà témoins et reflets de l’évolution des sociétés africaines, deviennent de plus en plus de véritables acteurs de la vie politique. Ils sont à la fois source d’information et miroir, souvent déformant, des aspirations et des mentalités des populations. Leur utilisation et leur étude nécessitent une approche pluridisciplinaire dans laquelle l’histoire tient une place stratégique car elle rend compte à la fois des caractères spécifiques des supports en Afrique (histoire de la radio en Afrique comme média primordial et dominant, histoire des influences étrangères sur la télévision, histoire de la presse en Afrique, dont la diffusion reste élitaire et citadine). Toutefois, André-Jean Tudesq prévient que tout transfert de technologie provoque toujours un choc culturel, mais aussi économique, social, voire politique et exprime, à un certain degré, l’idéologie du pays d’origine.

10La presse écrite, longtemps freinée par la faiblesse de l’alphabétisation, écrit-il, s’est développée plus rapidement en Afrique anglophone où elle a joué un rôle dans la décolonisation. La radio est le média le plus utilisé en Afrique. C’est aussi celui que les Africains se sont le mieux approprié. Elle peut être agent de développement, moyen de diffusion de la culture et expression d’identité culturelle. Mais si la radio est le média le plus répandu, la télévision s’affirme comme un puissant agent de mondialisation. Toutefois, les télévisions africaines se trouvent confrontées à un dilemme : étendre leur couverture sur une plus grande surface du pays ou accroître le temps des émissions. Elles sont en effet exposées à la concurrence internationale et de façon plus insidieuse aux importations de programmes gratuits ou à bas prix. L’intégration de l’Afrique dans le système mondial de la communication, s’interroge André-Jean Tudesq, amène-telle à perdre la maîtrise complète de l’information qui la concerne ?

  • 6 Cf. la bibliographie générale.

11En tout cas, dans sa différence, sa spécificité, son ouverture, André-Jean Tudesq apporte une contribution abondante aux SIC. Ses nombreuses publications en témoignent : L’Afrique parle, L’Afrique écoute, Les médias en Afrique, L’espoir et l’illusion, actions positives et effets pervers des médias en Afrique subsaharienne, L’Afrique Noire et ses télévisions, La radio en Afrique, Feuilles d’Afrique6… Il y a dans ce travail trois ingrédients importants : une part d’humanisme, une approche historique et une bonne connaissance de l’Afrique.

Inscription dans le débat scientifique

  • 7 Tudesq A.-J., La radio en Afrique noire, Pedone, Paris, 1993.

12Les travaux d’André-Jean Tudesq nous amènent à nous interroger sur ce qu’est la science ou en tout cas sur l’importance de l’ouverture méthodologique, théorique et sur la dimension internationale de la recherche. Cet intérêt d’André-Jean Tudesq sur de nouveaux espaces pose la question de l’éthique en sciences de l’information et de la communication. Elle est aussi liée à l’acceptation ou non des perspectives excluantes voire des idéologies. Le fait d’ouvrir la discipline à la diversité du monde dans lequel nous vivons est un choix éthique. La question sous-jacente est, bien entendu, celle de savoir ce qui est souhaitable pour notre discipline en particulier et pour la société entière en général. Avec les bouleversements qu’occasionnent les technologies de l’information et de la communication, les SIC ne peuvent donc nullement échapper à un questionnement éthique. Cette internationalisation de la science nous ramène à la coopération scientifique, au transfert des technologies mais aussi à l’inégalité des flux d’information qu’André-Jean Tudesq a d’ailleurs soulignée en ces termes : « les inégalités de développement économique se traduisent aussi par des inégalités d’information7 ». Même si ce débat paraît dépassé, la construction de la société de l’information réactualise un certain nombre de préoccupations, dont celle concernant la place à accorder aux savoirs des pays en développement et, en particulier, ce qu’il est convenu d’appeler les savoirs locaux. Cette réflexion, qui est au cœur des principes de l’Unesco, pourrait être inscrite dans un cadre plus global : celui de la protection et de la promotion de la diversité culturelle.

  • 8 Unesco, L’état actuel de la science dans le monde, rapport de l’Unesco sur la science 2010, Unesco, (...)
  • 9 Ibid.

13Au-delà de la démarche éthique, l’ouverture est devenue une approche stratégique au vu des évolutions actuelles des périmètres de la science. Le classement par pays de SCImago Institutions Rankings montre le « séisme » en cours dans la science mondiale. La Chine y était presque invisible en 19808. Elle pointe au quatrième rang, pour la période 1996-2008, suivie de l’Allemagne et de la France, précédée par le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis. Les pays africains, à commencer par l’Afrique du Sud, gagnent du terrain, explique le rapport de l’Unesco9. Ce rapport, bien que ne portant pas sur les SIC, nous incite à penser la discipline dans un cadre ouvert au gré des évolutions. Il nous permet de pointer du doigt qu’en s’enfermant dans le « modèle américano-européen », les SIC françaises se privent d’apports multiples et toujours enrichissants des chercheurs du reste du monde.

Prolongement de l’œuvre d’André-Jean Tudesq

14La question de l’existence même de la recherche africaine pour laquelle André-Jean Tudesq a beaucoup œuvré se pose aussi en termes de dépendance et d’autonomie, c’est-à-dire d’existence de véritables assises régionales autonomes et distantes vis-à-vis des influences idéologiques autres. En tout cas, même s’il est aujourd’hui difficile de parler de réelle autonomie de la recherche en Afrique, on peut cependant signaler cette prise de conscience, conscience aiguisée par un certain nombre d’idéologies et des chercheurs d’autres disciplines.

  • 10 Tudesq A.-J., « Évolution des techniques, périodisation des usages », op. cit., p. 12.
  • 11 Tudesq A.-J., « Les obstacles à la lecture de la presse », op. cit.

15Au sujet des innovations technologiques, André-Jean Tudesq nous rappelle qu’il « est important de s’arrêter sur la durée entre l’innovation et son adoption. Il a fallu plus de deux siècles et demi pour que la presse se vulgarise, trente ans, de 1925 à 1955 pour qu’on atteigne 10 millions de postes radio, 14 ans pour qu’on passe de 260 000 postes de télévision en 1955 à 10 millions en 1969. Plus l’implantation est rapide et plus les mutations sont profondes10 ». La question de la temporalité sous ses diverses variantes devient ainsi essentielle en sciences de l’information et de la communication où les chercheurs ont souvent eu tendance à analyser les interactions en dehors de toute considération temporelle. La question du temps peut d’ailleurs être associée à celle du coût. On ne peut, en effet, envisager l’intégration sociale des technologies sans se référer au coût de leur appropriation pour les populations concernées11. Plusieurs échecs, notamment en Afrique, s’expliquent par le prix des innovations proposées mais aussi par les divers coûts : temporel, psychologique, matériel. Toutefois, un système d’information n’est jamais autonome : par les différentes dimensions de l’information, à la fois élément de pouvoir, valeur économique, expression, il se rattache au système politique, au système économique et au système culturel d’une société.

Quelques orientations pour l’avenir

  • 12 Tudesq A.-J., « Évolution des techniques, périodisation des usages », op. cit., p. 13.
  • 13 Perriault J., « Réflexions à propos d’un colloque », Communication au Congrès de la SFSIC, Compiègn (...)

16Les principales leçons à apprendre d’André-Jean Tudesq sont l’ouverture et la flexibilité, c’est-à-dire l’absence de rigidité dans les objets étudiés. La recherche doit s’adapter à la société, à son environnement. C’est ainsi qu’André-Jean Tudesq n’a pas hésité de passer d’un média à l’autre, de la presse écrite à internet, de la radio à la télévision. Cependant, il y a peu de recherches en France sur l’effet de nouvelles technologies sur les plus anciennes. Une des principales difficultés de ces analyses, comme le souligne André-Jean Tudesq, « tient précisément au fait que ces effets s’isolent difficilement de ceux qui tiennent à l’évolution des différentes composantes du système d’information12 ». La question de la prise en compte des interrelations nous fait penser qu’on ne peut envisager la discipline sans se référer aux relations avec le milieu professionnel organisé autour des associations comme l’ADBS (Association des professionnels de l’information et de la documentation), Communication publique, l’AFCI (Association française de communication interne), AACC (Association des agences conseils en communication), l’ANAE (Association des agences de communication événementielle), l’UDA (Union des annonceurs). Ce lien avec le monde professionnel a été souligné par Jacques Perriault13. Il s’étonne du fait que les SIC qui revendiquent la prise en compte du social dans l’information et la communication n’aient pas suffisamment associé des professionnels à leurs réflexions. Des Pierre Schaeffer, Pierre Dumayet, Claude Guizard, Jean-Claude Bringuier, Raoul Sangla, Charles Belmont, Marielle Issartel, Henri Alekan, s’interroge-t-il, n’étaient-ils pas ou ne sont-ils pas susceptibles de contribuer à l’avancée de la connaissance en information et en communication ? La mémoire ouvrière, dont ils sont porteurs et qui a longtemps été négligée, aurait pu susciter des débats.

Conclusion

  • 14 Tudesq A.-J., La radio en Afrique noire, Paris, Pedone, 1983, p. 255.

17Il se pose à l’évidence, en France comme ailleurs, un problème de valorisation de la discipline. André-Jean Tudesq l’a bien compris, cela passe par le développement des coopérations internationales et nécessite une réflexion sur nous-mêmes, sur nos apports à la société, sur l’état de nos formations et de notre recherche. La détermination d’un socle commun et de la « marque de fabrique » est un préalable. Sur le plan de la recherche, la réflexion sur les spécificités de la discipline est à poursuivre et à affiner. Les SIC doivent aussi développer leur capacité à penser les grandes questions de prospective scientifique et technologique dans une perspective transdisciplinaire qui leur soit favorable. La recherche en matière de communication « doit se garder de l’individualisme excessif du chercheur, isolé dans ses recherches, et s’orienter vers des connaissances et des analyses utiles à la société14 ». Les jeunes chercheurs auraient donc pour rôle de faire fructifier l’héritage laissé par ces chercheurs qui ont marqué l’histoire de la discipline, Robert Escarpit, Jean Meyriat, Jean Devèze, André-Jean Tudesq pour ne citer que ceux-là.

  • 15 Fourez G., La construction des sciences, Bruxelles, De Boek Université, 2002.

18L’avenir de nos sciences, de nos métiers et de nos formations, est aussi directement conditionné par notre capacité à nous adapter aux évolutions de notre environnement scientifique, technologique et politique, à prendre part au débat public international et à apporter un éclairage aux questions qui constituent aujourd’hui un enjeu majeur. Mais pour répondre à ces questions, ils ne peuvent se contenter de rester sur un terrain réduit et de s’appuyer sur des approches théoriques peu diversifiées. En effet, comme toute science, les SIC sont une création culturelle et de ce fait véhiculent toutes les grandeurs et les myopies des créateurs15. Elles sont un produit de l’histoire des humains et restent liées à cette histoire. L’élargissement de la palette des références passe par une recherche et une mise en valeur des spécialistes jusque-là méconnus qui pourtant ont une approche originale et un angle de vue pertinent. C’est à ce travail de veille que s’est livré André-Jean Tudesq, tout au long de sa vie.

Notes

1 Meyriat J., « Regards distanciés sur nos commencements », Communication au Congrès de la Sfsic, Compiègne, 2008.

2 Boure R., « Quelle histoire pour les sciences de l’information et de la communication ? », in Robert Boure (dir.), Les sciences de l’information et de la communication, regards croisés, Septentrion, p. 17-44.

3 Chartier R., « Entretiens : Roger Chartier, Armand Mattelart, Philippe Breton, Patrice Flichy », Lardellier P. (dir.), MEI 10, Histoire et communication, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 28.

4 Boure, Breton, Dufrêne, Gellereau, Lits, Mattelart, Miège, Ollivier, Proulx, Wolton, etc.

5 Tudesq A.-J., « Évolution des techniques, périodisation des usages », Actes du 4e congrès de la SFSIC, Paris, 1984.

6 Cf. la bibliographie générale.

7 Tudesq A.-J., La radio en Afrique noire, Pedone, Paris, 1993.

8 Unesco, L’état actuel de la science dans le monde, rapport de l’Unesco sur la science 2010, Unesco, Paris, 2010.

9 Ibid.

10 Tudesq A.-J., « Évolution des techniques, périodisation des usages », op. cit., p. 12.

11 Tudesq A.-J., « Les obstacles à la lecture de la presse », op. cit.

12 Tudesq A.-J., « Évolution des techniques, périodisation des usages », op. cit., p. 13.

13 Perriault J., « Réflexions à propos d’un colloque », Communication au Congrès de la SFSIC, Compiègne, 2008.

14 Tudesq A.-J., La radio en Afrique noire, Paris, Pedone, 1983, p. 255.

15 Fourez G., La construction des sciences, Bruxelles, De Boek Université, 2002.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search