Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 2 – Les études médiatiques

Les archives de l’Ina et leur usage par l’historien

Denis Maréchal

Texte intégral

1Après un diplôme de l’Ehess sur l’information radiophonique en France (1932-1939) sous la direction de Jacques Ozouf, du fait du congé longue maladie de ce dernier et sur le conseil de Marc Ferro, « le cinéma c’est chez moi, mais la radio c’est lui », je devais rencontrer pour la première fois André-Jean Tudesq à Bordeaux à l’été 1978.

2Il m’orienta sur la télévision avec un sujet de DEA sur les émissions d’histoire. L’éloignement géographique entre Caen et Bordeaux devait ensuite me conduire vers le cycle supérieur d’histoire du XXe siècle de l’IEP de Paris avant de poursuivre en thèse sous la direction de Jean-Noël Jeanneney. J’ai toujours gardé le souvenir d’un historien attentif et d’une curiosité intellectuelle très forte pour les médias, ce qui à l’époque était encore rare.

L’Ina et la sollicitation de l’archive

31 – Chez l’historien des médias lorsqu’elle est consubstantielle à son objet d’études. À l’épicentre de son sujet avec, par exemple, des thématiques relevant de l’histoire des genres, le JT, le documentaire, la fiction, la publicité… ou encore lorsqu’il s’agit de comprendre un événement à partir de ses représentations télévisuelles : la Seconde Guerre mondiale, les élections présidentielles, la littérature, les faits divers.

4Autre cas de figure, l’histoire institutionnelle et l’histoire des chaînes. N’oublions pas non plus de citer le cas des biographies de journalistes, de réalisateurs, de producteurs et d’animateurs. Il y a enfin le cas des sujets liés aux grandes émissions comme Apostrophes. Pour ce premier ensemble de recherche, les archives de l’Ina sont au cœur de la problématique et sans être tout à fait hégémoniques elles constituent l’essentiel des sources du chercheur.

  • 1 Dossier Médiamorphoses, Médias, no 31, hiver 2011.

52 – Second grand cas de figure : la source auxiliaire de l’histoire. Il s’agit là des sujets liés à l’histoire contemporaine et qui vont trouver, grâce à la consultation des fonds, de quoi enrichir le versant médiatique de leur sujet. Les apparitions et les interventions d’un homme politique, d’un chef d’entreprise, d’un écrivain vont trouver écho dans les bases de données et permettre une autre approche du sujet. Comment comprendre la place de l’historien dans la société quand il s’agit de Jacques Marseille1 sans se rapprocher des archives radiophoniques et télévisuelles ?

6Autre exemple, celui de l’événement. Depuis 1949 aucun fait d’actualité en France n’échappe d’une manière ou d’une autre à la télévision ; se rapprocher de cette source est donc indispensable. Qu’il s’agisse de l’histoire internationale, de l’histoire politique, économique et sociale, les JT et les émissions d’actualité vont offrir à l’historien un matériau utile à l’étude des faits et plus encore à l’histoire des représentations.

73 – La citation, entendons par là au-delà de la petite phrase, tout élément de contexte offrant d’enrichir le sujet traité. Ce peut être le témoignage exceptionnel d’un écrivain, d’un témoin… Généralisée dans les usages avec la presse écrite, il y a – il faut le reconnaître – pour ce qui relève des archives audiovisuelles, une habitude d’étude et de recherche qui n’est pas encore prise. Citer l’article d’un titre de la presse écrite est beaucoup plus courant qu’indiquer la référence d’une citation issue d’un journal parlé ou télévisé.

Comment interroger l’archive audiovisuelle ?

8De par la constitution des fonds et leur immensité, l’archive audiovisuelle relève d’une approche spécifique. On ne peut qu’être attentif à un mode de traitement différent d’autres archives contemporaines comme c’est le cas de la photographie et du cinéma. Ces corpus relèvent dans leur traitement d’une approche au cas par cas : on parle d’œuvre, d’auteurs et de singularité, ces approches relevant davantage du champ de l’histoire de l’art.

9Rien de tel avec les archives audiovisuelles issues de la radio et de la télévision. Leur prolifération – on parle en millions d’heures – a généré un autre mode de conservation avec ce que l’on pourrait dénommer une interprétation informatisée des sources. Une base de données développée à l’Inathèque comme Hyperbase est révélatrice de cette profusion qu’il a fallu maîtriser.

10Rappelons à cet égard que, contrairement à l’écrit, la réponse apportée par la conservation documentaire est sans équivalent. Aucune sélection, le mode du tout conserver l’ayant emporté de par l’application du dépôt légal de la radio-télévision à partir de la loi de 1992. Contrairement au dépôt légal de la photographie en application de la loi de 1925, où les conservateurs successifs ont construit des collections en acquérant des fonds photographiques limités, couvrant et représentatifs de la photographie, allant de la presse à la photographie artistique avec des catalogues signalétiques élaborés sous une forme assez proche de celle existant pour l’imprimé, les sources audiovisuelles de l’Ina sont imprégnées par une culture informatique documentaire spécifique.

11Dès lors, l’approche statistique ne pouvait qu’être privilégiée comme c’est le cas avec Médias corpus. L’historien élabore son corpus en rapatriant des données accessibles dans les notices documentaires et va pouvoir les trier au gré de ses interrogations. Par date bien sûr, mais aussi par chaîne, par genre d’émissions, par auteur, etc. C’est donc par le biais et donc par le filtre du catalogage des émissions que va se faire le premier contact avec l’archive. Si la consultation d’un document unique reste bien entendu accessible, c’est cependant par une approche quantitative qu’il faut comprendre l’accessibilité à l’archive.

12Dans cet eldorado, les embûches ne manquent pas. Il va falloir tenir compte qu’une interprétation sur la durée exige de savoir faire preuve de discernement. Un même sujet de journal télévisé par exemple ne relève pas du même traitement documentaire en 1949 et aujourd’hui. À l’évolution journalistique et technique correspondent autant d’adaptations et de mutations. À cet égard l’apparent nivellement de la présentation des bases de données peut s’avérer particulièrement trompeur. Autre écueil à contourner : le « bruit » ; c’est la dénomination employée pour identifier tout ce qui vient parasiter le corpus, homonymie etc. et qui brouille quelque peu les résultats.

13La configuration des bases de données de l’Ina est la résultante de ses usages. Strictement professionnelle d’abord, elle devait ensuite privilégier les chercheurs via le dépôt légal.

14Avec l’Imago 1-Index des masses audiovisuelles gérées par ordinateur à la fin des années 1970, l’Institut répondait à la demande des professionnels de la télévision soucieux de pouvoir pratiquement en temps réel répondre à la demande des journaux télévisés, par exemple de montrer une archive d’un grand disparu du jour. L’offre était alors structurée dans cette perspective ; la description des plans, la mention de certains propos primaient sur un choix non systématique d’extraits. Avec l’arrivée du dépôt légal et la mise à disposition à des fins de recherche des collections audiovisuelles, la description 94 des plans disparaît mais les mentions systématiques de chaque apparition télévisuelle sont désormais repérables par l’interrogation d’Hyperbase par mots clés.

15La traçabilité des contenus est devenue depuis 1995 le phénomène le plus remarquable dans l’avancée de la mise à disposition des corpus. On peut désormais suivre les hauts et les bas médiatiques d’une carrière politique. Les temps forts d’une thématique : la crise, l’environnement, la place de la politique internationale, et tous types de sujets sont ainsi traçables et immédiatement repérables. Ina-Stat produit chaque semestre un état statistique sur une question d’actualité à partir d’un sujet donné. Ses résultats sont ensuite repris dans la presse.

16La base de données archives, Hyperbase, la base de données radio constituent un socle également complété par une autre source communément dénommée à l’Institut sous le vocable « les archives écrites ». Ce sont d’abord les journaux de programmes mais aussi les conducteurs d’émissions et, bien entendu, tout ce qui constitue les éléments de contexte de production : dossiers de presse, etc. Cette matière irremplaçable est disponible au centre de consultation et sa manipulation en est grandement facilitée par la numérisation.

17À cet égard une fois encore nous pouvons nous ainsi mesurer à quel point les sources et les outils à disposition de la recherche historique ont évolué. Aujourd’hui, les historiens sont entrés de plain-pied dans l’univers numérique. Un nouvel univers dont André-Jean Tudesq, en inlassable défricheur qu’il aura été tout au long de sa carrière scientifique, aura pu en être le spectateur attentif au début du XXIe siècle.

Notes

1 Dossier Médiamorphoses, Médias, no 31, hiver 2011.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search