Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 2 – Les études médiatiques

L’histoire de la presse, les acquis et les nouvelles problématiques

Pierre Albert

Texte intégral

1Mes premiers mots seront pour dire mon plaisir de participer à l’hommage que nous rendons à M. Tudesq. Nous étions de la même génération. Notre collaboration est née dans les années 1960 autour de la préparation de l’édition de l’Histoire générale de la Presse française et elle s’est heureusement poursuivie dans les décennies suivantes dans le domaine de l’histoire de la Radio-télévision et dans la publication en 1981 du Que Sais-je ? sur le même sujet. Il fut pour moi un excellent collègue même si une part importante de ses recherches débordait largement le cadre des miennes et si les distances rendaient nos rencontres épisodiques.

2Comme on me l’a demandé, je présenterai quelques remarques rapides sur le bilan que je tire de mon expérience de chercheur et d’enseignant en histoire de la presse. Vous saurez excuser leur caractère schématique et trop souvent allusif.

Les progrès de l’histoire de la presse…

3Les premières remarques toucheront aux progrès de l’histoire de la presse depuis les années trente. Le branle en fut donné en 1934 par la parution de la belle synthèse de Georges Weil sur Le Journal. S’ensuivit à Paris la création en 1937 du premier centre interdisciplinaire (droit-économie-histoire) et, après les années noires, la naissance de l’Institut français de Presse auprès de la Sorbonne : il assura dans notre domaine la parution dans les années 1970 des cinq tomes de l’Histoire générale de la Presse française et celle des Tables du Journal Le Temps (1861-1900) en dix volumes. Se multiplièrent ensuite auprès des universités de province des centres divers d’études des médias (Grenoble, Bordeaux, Nancy, Tours, Lille, Marseille, Rennes…), à Paris du CELSA et d’une section au CNRS. L’histoire n’y tint pas toujours la première place mais le nombre de mémoires et de thèses sur le passé des journaux et du journalisme ne cessa de croître jusqu’à la fin de la décennie 80 où l’intérêt des chercheurs commença à se porter sur les nouveaux médias audiovisuels puis informatiques.

  • 1 Le 1er Centenaire de 1789 avait conduit à de multiples études sur la place et le rôle des journaux (...)

4Le bilan de ce renouveau de l’histoire de la presse est saisissant. Toute la connaissance de la presse de l’Ancien Régime a été en trois décennies entièrement renouvelée comme celle du Premier Empire1. On connaît bien aujourd’hui les variations du système de presse du Second Empire et celui de la IIIe République. Les formes du « bourrage de crânes » en 1914-1918, le rôle de la presse officielle et clandestine des années noires, les péripéties de son épuration sous la IVe République naissante avec ses échecs et ses réussites ont été l’objet de polémiques mais l’essentiel n’est plus remis en cause.

5Progressivement des secteurs négligés ont fait et font l’objet de l’investigation historique : la presse quotidienne régionale et locale, les magazines illustrés, les publications populaires avant et après la naissance des quotidiens à 5 centimes, les magazines féminins, enfantins, économiques, sportifs, artistiques, cinématographiques. Sans parler de l’attention que « les littéraires » ont toujours portée au monde des revues, ni des analyses sur les formes du contenu (images, caricatures, mise en page…), les genres de l’écriture journalistique (reportages, interviews, critiques, chroniques…) et les textes de fiction (nouvelles, romans feuilletons…).

6Les techniques d’impression, les modes de distribution (de l’abonnement à la vente au numéro après l’abandon du monopole postal en 1856-1870) et les agences de presse sont désormais assez bien connus pour que leur rôle soit pris en compte dans l’évolution générale du monde des journaux.

  • 2 Si l’on a souvent négligé l’apport de la première école créée à Paris vers 1900, l’ESJ de Lille dè (...)

7Importante aussi fut la création des écoles de journalisme2. Outre la professionnalisation du métier (et indirectement la syndicalisation des salariés), elles élargirent les perspectives sur ses fonctions et ses pratiques. Certes, depuis au moins le XIXe siècle, les journalistes par leurs polémiques, leurs essais et leurs mémoires avaient bien souvent contribué aux multiples débats suscités sur le statut de la presse au parlement, aux tribunaux et plus généralement dans l’opinion : ils avaient ouvert la voie aux historiens. Mais désormais, ils ont pris en main l’écriture même de l’histoire immédiate du journalisme et ils combinent bien souvent l’enquête journalistique qui mêle l’observation directe et la déduction prospective avec les visions rétrospectives de l’histoire. Ils ont sur les historiens l’énorme avantage de pouvoir interviewer leurs témoins.

8La multiplication des sources disponibles a aussi été un facteur déterminant des pages écrites et de la diversification des études d’histoire. L’ouverture des archives publiques au-delà de 1914 a permis d’aborder l’étude du journalisme de l’entre-deux-guerres, des années noires et même, en comptant sur la réelle indulgence des archivistes à des documents de la IIIe voire IVe République (en particulier les séries F 21 et F 41 des archives nationales). Le versement d’archives d’entreprises aux Archives privées des A.N. (Agence Havas Information, Le Journal…) et la création de l’IMEC, gigantesque amas de documents nouveaux (Hachette, Petit Parisien et autres éditeurs…), le souci de certains patrons de presse de raconter ou de faire raconter l’histoire de leur journal (Dépêche de Toulouse, Petit Parisien, Télégramme de Brest, La Croix, Paris Normandie…) ont ouvert aux chercheurs, journalistes et/ou universitaires, la voie à bien des monographies et des biographies. La thèse de Jean-Marie Mayeur sur l’abbé Lemire a heureusement dans les années 1960 réhabilité le genre biographique malgré les critiques des historiens marxistes.

9Les nécessités des marchés médiatiques ont aussi favorisé la diffusion dans des revues spécialisées et dans des rubriques des journaux généralistes de données indispensables à la recherche contemporaine. Les données statistiques du SJTI et de la Commission de la carte des journalistes professionnels sont des nouveautés récentes et aussi celles de l’OJD et du CESP ou des organismes d’étude de l’opinion (IFOP…). À la pénurie caractéristique de la recherche sur les XIXe et XXe siècles, lorsque le secret des affaires masquait les détails de la vie des entreprises, a succédé la surabondance, même s’il reste encore bien des zones opaques : « l’argent caché » et la vénalité toujours présente opposent encore leurs mystères à l’investigation des chercheurs, journalistes ou historiens, et la publicité cache, derrière la masse de statistiques publiées, une réelle confusion.

  • 3 Reste pourtant encore l’énorme et en un sens scandaleux oubli des bons mémoires de nos étudiants d (...)

10L’historien se félicite aussi que la publication de ces travaux soit aussi plus facile grâce aux différentes presses universitaires et à la plus grande disponibilité des éditeurs pour les études sur les médias écrits3.

… et l’élargissement de leur territoire

11Dans l’histoire de l’imprimé, un autre domaine, celui du livre et de l’édition, a fait en deux ou trois décennies d’énormes progrès. Jusqu’alors les livres étaient surtout étudiés pour leur contenu et leur valeur littéraire : l’attention est désormais portée aussi sur leur marché et sur les entreprises éditrices. Les quatre volumes de l’Histoire de l’Édition depuis 1982, celui de l’Histoire de la Librairie en 2008 et bien d’autres publications permettent désormais de confronter l’évolution parallèle des deux grands marchés de l’impression, les périodiques et les livres.

12Leur commun support de papier et la similitude de leur mode de consommation, la lecture mais aussi le partage de leurs lieux de conservation, les bibliothèques et souvent de leurs lieux de vente fondent une évidente solidarité, et ce d’autant plus qu’ils sont aujourd’hui menacés par le même adversaire, le numérique. Pourtant le recrutement des chercheurs de ces deux secteurs diffère encore et reste un obstacle à la mise en commun de leurs perspectives. Dans tous les cas, les historiens trouvent désormais dans les études sur l’édition et dans les archives de l’IMEC une masse d’informations originales, en particulier sur les magazines et les revues, ainsi que sur les écrivains-journalistes, sans parler des liens étroits entre la littérature et les pages littéraires des quotidiens et des périodiques.

13Restera à assurer la liaison de nos recherches avec celles, plus difficilement saisissables, des multiples brochures et feuilles volantes dont la diffusion parallèle à celle des journaux fut longtemps le complément naturel de toutes les campagnes politiques ou commerciales.

  • 4 On oublie trop souvent qu’avant 1939 mais aussi sous la IVe et la Ve République naissante les audi (...)

14Il a longtemps semblé que l’histoire de la presse devait tout naturellement se prolonger par celle de la radio et de la télévision, un peu comme ses chercheurs auparavant avaient intégré la poste et le télégraphe dans leurs champs de recherche. Tout semblait pousser dans ce sens et d’abord l’identité apparente de leurs fonctions sociales : informer, éduquer, distraire. Ensuite à l’origine, et malgré la résistance des instances politiques qui cherchaient à doter la radio du régime du télégraphe et donc à en faire un monopole d’État, l’intérêt que portaient des entrepreneurs de presse à associer des stations commerciales à leurs journaux paraît aller de soi et conduire à une sorte de confusion du journalisme parlé et du journalisme écrit, de la publicité presse et de la publicité radiophonique. De 1940 à 1981, le retour au monopole étatique rendit, sauf pour les stations périphériques4, tout rapprochement inutile : il n’y eut qu’exceptionnellement collaboration entre les professionnels des deux médias.

  • 5 Tant dès 1982 où aucune des radios libres associées aux journaux parisiens ou provinciaux n’a réus (...)

15Les entrepreneurs de presse à Paris comme en province crurent avec l’abandon du monopole en 1982-87 pouvoir reprendre pied dans le monde si tentant des radios libres et des télévisions commerciales : on connaît leurs échecs successifs5. Le monde de l’audiovisuel resta détaché de celui de la presse. Quant aux historiens, ils seront, de fait sinon de droit, écartés de la recherche sur l’audiovisuel pour des raisons à la fois techniques et corporatistes.

  • 6 Comment peut-on analyser la musique ? Comment comparer un reportage à la télévision qui mêle le co (...)
  • 7 Brochand Ch., Histoire générale de la radio et de la télévision en France (tome 1 : 1921-1944, tome (...)

16Les collections de journaux sont facilement conservées et consultées gratuitement en bibliothèque et même déjà, pour certains d’entre eux, sur ordinateurs : à l’inverse les contenus des émissions étalées dans le temps et non fixées dans l’espace comme sur le papier des journaux exigent pour être utilisés par les chercheurs des appareillages coûteux et d’accès limité. Certes l’INA, et aussi en principe les entreprises privées, conservent l’essentiel des contenus audiovisuels mais l’accès à ces archives est sélectif et coûteux : quant aux méthodes d’analyse et de traitement de ces contenus audiovisuels, elles sont aléatoires, infiniment plus compliquées que la simple lecture des rubriques de presse6. Ces handicaps sont souvent rédhibitoires pour les simples chercheurs universitaires ; ils favorisent au contraire les spécialistes de l’INA et les employés des stations audiovisuelles. Ce n’est pas par hasard que la plus complète des histoires de la radiodiffusion en France fut rédigée par un salarié de l’ORTF7 et que les personnels de l’INA ont étendu leur mission de conservation à l’ensemble des recherches sur l’audiovisuel.

L’ambiguïté de la pluridisciplinarité

17Sans évoquer les bouleversements continus du marché par l’informatique et ses réseaux, et pour s’en tenir aux médias classiques, au-delà des analyses épistémologiques, il est clair que seul le recours à la pluridisciplinarité peut rendre compte dans la diversité de ses perspectives de la réalité.

18Le droit a toujours fait sa place à l’histoire et aussi la littérature qui accorde une importance primordiale à l’étude des œuvres du passé. L’économie née du droit s’ouvre aussi naturellement à l’analyse du passé, mais ses chercheurs ne se sont que récemment intéressés au marché de la presse dont on ne sait jamais si les organes sont des produits ou des services et dont les doubles recettes, vente et publicité (sans oublier les subventions de la vénalité), ont longtemps déconcerté les économistes classiques. Sociologues et psychosociologues, adeptes de sciences jeunes, ont abordé les médias moins pour analyser leurs fonctions et leurs pratiques que pour mesurer leurs effets sur l’opinion publique, voire aujourd’hui amorcer la sociologie des journalistes. Quant aux politologues, on sait que depuis quelques lustres, ils se sont éloignés de l’histoire et du droit pour créer leurs propres méthodes d’analyse : de surcroît, dans leurs publications, ils privilégient de plus en plus la télévision à la presse.

19Il reste que la coordination entre ces disciplines n’est pas chose facile et qu’au-delà des rivalités naturelles on devine bien des dérives. La coopération entre juristes et historiens a bien surmonté les oppositions entre un droit « cornélien » et une histoire « racinienne » : la sèche rigueur des premiers cache en réalité une réelle imagination et leurs contributions à l’étude des institutions des médias dispensent les seconds d’inutiles recherches en la matière. La convergence entre les travaux des économistes et ceux des historiens est aujourd’hui réelle, en particulier dans l’étude de la gestion si complexe des entreprises médiatiques, même si les seconds ont bien des difficultés, faute de données disponibles à appliquer au passé les règles mises au point pour les analyses contemporaines.

20Restent plus délicates les relations avec les « littéraires ». Depuis l’étude d’Henri Mitterrand sur Zola journaliste en 1962, l’importance des collaborations de tous les littérateurs dès le XIXe siècle dans les journaux et la part considérable des revenus qu’ils en tiraient ont révélé combien la presse avait pesé sur l’orientation de la vie des auteurs français, d’où la multiplication des études sur le journalisme. Il semble que beaucoup d’entre elles ont trop tendance à négliger les fonctions d’information des journaux jusqu’à donner la priorité aux contenus de fiction et à redécouvrir « l’an 1 de l’ère médiatique » de 1836 sans prendre en compte tout ce que les historiens de la presse avaient déjà écrit sur la révolution de Girardin. Il y a certes une histoire littéraire de la presse mais elle ne saurait à elle seule rendre un compte exact de tous les aspects de la vie des journaux.

21Autre dérive, la tendance de certaines études de linguistes-sémiologues qui, au-delà des écrits ou des déclarations publiques, recherchent leurs significations implicites. Le contenu des médias leur offre évidemment une matière inépuisable et passionnante. Souvent improvisés sous la pression urgente de l’actualité et soumis, bruts en quelque sorte, à l’appréciation des lecteurs-auditeurs, les discours « explicites » des journalistes se prêtent à toutes les interprétations. En privilégiant les contenus sur les contenants, l’expression sur l’événement, la forme sur le fond, les sémiologues dans la subtilité de leurs interprétations tordent la réalité et sèment la confusion.

En guise de conclusion

22Si j’ai plusieurs fois évoqué la révolution médiatique dont nous vivons les surprenantes péripéties, je n’ai pas parlé de ses éventuels effets sur l’histoire immédiate de la presse et ses prolongements prévisibles prochains. Depuis maintenant quelque quatorze ans, j’ai cessé d’enseigner et je ne pourrais rien dire à ce sujet que quelques banalités tirées de mes réflexions ou déduites de la lecture des commentaires contemporains. Je conclus donc sur cet aveu d’incompétence.

Notes

1 Le 1er Centenaire de 1789 avait conduit à de multiples études sur la place et le rôle des journaux. Le second n’a pu que stimuler quelques mises au point ; la recension des journaux de province actuellement en cours ouvre bien des perspectives nouvelles. Le centenaire de 1848 a au contraire permis d’ordonner le foisonnement et les crises du journalisme avant le 2 décembre 1851.

2 Si l’on a souvent négligé l’apport de la première école créée à Paris vers 1900, l’ESJ de Lille dès l’Entre-deux-guerres, le CFJ dès la Libération et les nombreux centres universitaires plus récents ont contribué à atténuer leur naturelle réticence corporatiste à faire appel à des expertises étrangères à leur métier.

3 Reste pourtant encore l’énorme et en un sens scandaleux oubli des bons mémoires de nos étudiants de maîtrise et de certaines thèses « trop » volumineuses qui trouvent peu d’occasions de se diffuser.

4 On oublie trop souvent qu’avant 1939 mais aussi sous la IVe et la Ve République naissante les auditeurs français jouissaient, malgré le monopole, d’un système radiophonique mixte.

5 Tant dès 1982 où aucune des radios libres associées aux journaux parisiens ou provinciaux n’a réussi à s’imposer, qu’en 1985/1987 où les échecs successifs de Hersant et d’Hachette pour La 5 en télévision ont été révélateurs en France du moins.

6 Comment peut-on analyser la musique ? Comment comparer un reportage à la télévision qui mêle le commentaire parlé à l’image montrée et l’article écrit d’un journal ou d’un magazine illustré ?

7 Brochand Ch., Histoire générale de la radio et de la télévision en France (tome 1 : 1921-1944, tome 2 : 1944-1974, tome 3 : 1974-2000), Paris, La Documentation Française, 1994/2006, 692, 690 et 720 p.

Auteur

Professeur Honoraire des Universités
Institut Français de Presse (IFP)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search