Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 1 – L’ historien

André-Jean Tudesq à l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux

Séverine Pacteau de Luze

Texte intégral

  • 1 La Conférence Nationale des Académies regroupe les plus anciennes Académies de province. André-Jea (...)

1André-Jean Tudesq présentait toutes les caractéristiques pour être élu membre de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux ; il était à la fois un brillant chercheur, souvent pionnier dans ses méthodes et ses résultats, un enseignant reconnu et comptait à son actif une multitude de publications dans des domaines différents, et bien que non-Bordelais de naissance, il était devenu un grand connaisseur du passé de notre ville. Il fut reçu comme membre résidant le 3 mars 1994 et siégea durant près de seize ans, sans interruption, jusqu’à son décès ; il fut un académicien particulièrement assidu et actif. Il prononçait chaque année une communication (à peine celle-ci était-elle terminée qu’il annonçait le titre de la suivante au grand plaisir du Secrétaire perpétuel qui n’avait jamais à le solliciter) ; il a participé également à plusieurs publications collectives, celles de l’Académie (Regards croisés sur Bordeaux de 1945 à 2005) ou celles de la Conférence Nationale des Académies1.

2Au total, l’Académie de Bordeaux lui est redevable de plus de 210 pages de textes sur dix-neuf sujets dont neuf à dominante historique ; c’est l’équivalent d’un nouvel ouvrage à ajouter à son importante production. André-Jean Tudesq a également siégé à partir de 2003 au conseil d’administration de la compagnie dont il fut secrétaire adjoint.

3En aucun cas, il ne souhaitait figurer au-devant de la scène comme président ou vice-président, mais il était influent en coulisses et préférait les tâches intellectuelles comme la coordination des ouvrages ou des textes à celles plus administratives.

4C’était un confrère discret, qui préférait présenter ses communications lors de séances privées, mais qui souhaitait contribuer à perpétuer la mission de l’Académie comme foyer de culture et lieu de débats, sans pour autant renoncer à être actif dans les cercles et réseaux qu’il avait fréquentés professionnellement. L’Académie s’ajoutait à ces derniers mais ne l’en retranchait pas.

  • 2 On pourrait revenir sur l’amitié qui liait ces deux historiens au caractère si dissemblable.

5L’élection d’André-Jean Tudesq à l’Académie, grâce aux efforts de son collègue et ami2 le professeur Robert Étienne, est en soi en un évènement, car elle marque l’entrée dans la vénérable institution d’un type d’historien qui jusque-là n’y avait pas trouvé sa place. André-Jean Tudesq est, en effet, le premier contemporanéiste élu à l’Académie qui, jusque-là, réservait ses fauteuils aux antiquisants (Camille Jullian, Robert Étienne), aux médiévistes (Yves Renouard, Charles Higounet et Arlette Higounet-Nadal), aux modernistes (Marcel Marion ou Paul Courteault) ou aux historiens de l’art tels François-Georges Pariset ou Paul Roudié. Cela ne signifie pas que l’histoire des XIXe et XXe siècles n’y était pas abordée, mais elle ne l’était pas par des enseignants de la discipline. Il pouvait être question d’histoire militaire – on pense aux communications de Robert Dufourg – ; d’histoire des institutions, le nom de Jean Brethe de la Gressaye vient à l’esprit, comme ceux de Pierre Flottes ou Louis Desgraves, pour l’histoire littéraire ou d’histoire ecclésiastique avec Mgr Laroza.

  • 3 Les universitaires (toutes disciplines confondues) sont dix-huit, soit une large majorité ; parmi (...)
  • 4 En 1994, l’Académie présente une pyramide des âges assez peu équilibrée : un seul de ses membres a (...)

6L’élection d’André-Jean Tudesq comporte aussi une signification au regard des caractéristiques de l’ensemble de la Compagnie ; elle conforte la place des universitaires qui sont désormais dix-huit sur les trente-trois fauteuils occupés3 ; le choix d’André-Jean Tudesq intervient ainsi après celui de deux hommes d’affaires, le négociant Marcel Quancard et l’industriel Jack Nègre. L’élection d’André-Jean Tudesq accroît en outre la place des littéraires qui constituent désormais le tiers de l’effectif ; elle marque enfin un sensible rajeunissement de la compagnie puisque ce sexagénaire est encore loin de l’âge moyen de ses confrères (74,7 ans en 1994) ; si le benjamin, Pierre Botineau, a moins de cinquante ans, treize académiciens ont pour leur part dépassé le seuil des quatre-vingts ans4.

7Mais surtout – André-Jean Tudesq y insiste lui-même dans son discours de réception – c’est un spécialiste des sciences de l’information et de la communication qui a été choisi, signe de la volonté des uns d’officialiser, si besoin était, cette discipline nouvelle et de celle pour l’autre de la leur faire découvrir. Jusque-là, le monde des médias était représenté à l’Académie par des journalistes5 donc des praticiens alors que notre confrère était un théoricien des médias.

8Ainsi, à plusieurs points de vue, l’Académie, réputée traditionnelle, innove avec l’arrivée de ce nouveau membre qui lui a beaucoup apporté en matière de sciences de l’information, d’études historiques, de réflexions sur la société ambiante.

Introduire à l’Académie les sciences de la communication

  • 5 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1994, p. 133-151.

9De façon significative dans son remerciement, discours5 consacré, selon l’usage, à l’éloge de son prédécesseur Jean Geffré (1905-1993) directeur de la Fédération Maritime de Bordeaux et de la Confédération Patronale Girondine, André-Jean Tudesq fait une large place à l’étude du périodique La Défense dont ce notable bordelais fut le gérant à partir de 1947. Après avoir analysé les apports de cette publication pour la connaissance des tendances de l’activité économique de la ville, celle des dirigeants de son commerce et de son industrie, André-Jean Tudesq terminait son propos par une réflexion sur le mythe de la communication, parée alors de toutes les vertus, notamment celle de résoudre les crises, ce dont il doutait.

  • 6 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1995, p. 39-56.

10Le thème de la communication est naturellement retenu à nouveau par notre confrère lors de ses deux premières interventions en 1995 et 1996. Il entend en quelque sorte marquer ainsi son « territoire » et initier ses pairs. L’intervention de 1995 intitulée « L’introduction des médias en Afrique sub-saharienne6 » présente dans un vaste panorama périodisé (l’histoire n’est pas oubliée) le développement sur le continent de la presse écrite, celui de la radio à partir des années 1960 comme moyen de dépasser les frontières avant et après la décolonisation, et celui de la télévision. Cette dernière, généralement instrument de l’État, renforce aussi la dépendance envers le Nord. Mais dépassant l’approche analytique, André-Jean Tudesq s’interroge sur la contribution des médias à la formation des opinions publiques ; ils sont susceptibles, contrairement à une vision optimiste univoque, d’augmenter les antagonismes internes, de souligner les inégalités entre pays et de creuser à nouveau la dépendance du fait de l’innovation technologique constante. Restait, disait André-Jean Tudesq en 1995, à prendre en compte l’appropriation de celle-ci par les jeunes générations. On sait ce qu’il en est.

  • 7 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1996, p. 37-55.
  • 8 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2002, p. 27-37.

11En 1996, dans « Les enjeux de la communication dans le monde à la fin du XXe siècle7 », il insiste sur les facteurs et les potentialités, y compris négatives, liés au développement des nouvelles techniques, puis il en analyse les enjeux économiques, en particulier la concentration et la constitution de groupes multimédias et il déplore la forme prise par l’internationalisation de la communication, porteuse à ses yeux d’une sujétion culturelle et idéologique des pays du Sud. Cette thématique de la communication de masse, reprise en 2002 dans une présentation intitulée « Internet en Afrique8 », permet à notre confrère de revenir sur ce champ géographique qu’il connaissait parfaitement. L’accent est mis, alors, à la fois sur la pénétration très rapide, en cinq ans, d’internet sur le continent africain, plus rapide que celle de toute autre innovation technique, en même temps que sur la différence qui se creuse entre les États précocement équipés telle l’Afrique du Sud et les autres et à l’intérieur des États entre les personnes réceptives et les masses. Dressant une sorte de bilan, André-Jean Tudesq se réjouit qu’un nombre croissant d’Africains ait accès à des connaissances et des savoirs, en même temps qu’il regrette que l’accès à internet n’ait pas nourri les aspirations démocratiques des peuples africains. On peut penser, de ce point de vue, que le printemps 2011 l’aurait sinon rassuré, en tout cas passionné.

  • 9 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2009, p. 71-80.

12En 2008, André-Jean Tudesq fait découvrir à ses confrères le développement universitaire des sciences de l’information avec « Innovation et université : l’introduction d’une nouvelle discipline9 ». Toutes les étapes de sa propre activité depuis la création en 1967 de l’I.U.T. de journalisme dans notre ville, jusqu’en 1995, fin de son mandat de membre du Conseil National des Universités, sont évoquées, ainsi que les résistances et obstacles rencontrés, difficultés à recruter des enseignants : historiens, journalistes, sociologues, difficultés à faire vivre une discipline à la fois théorique et pratique et à parvenir à allier (dilemme des universités actuelles) la diffusion d’un solide savoir à la formation à une activité professionnelle.

  • 10 Regards croisés sur Bordeaux, de 1945 à 2005, La mémoire de Bordeaux, 2005, p. 353-370 (voir le CD (...)

13André-Jean Tudesq a, également, rédigé pour l’ouvrage publié par notre compagnie Regards croisés sur Bordeaux de 1945 à 200510 – dont il a assuré la coordination – une contribution intitulée : « La radio à Bordeaux. Des voix d’ici, des voix d’ailleurs » dans laquelle il démontre que, malgré l’emprise croissante des émetteurs nationaux, les radios locales ont conservé leur originalité, voire connu une certaine effervescence après 1981. Sous la plume de notre confrère, Radio-Bordeaux, ses émissions musicales, ses dramatiques, revit, tout comme Radio-Bordeaux-Aquitaine. L’uniformité radiophonique actuelle et la fausse distinction radios publiques / radios privées n’en paraissent que plus attristantes.

Approfondir l’histoire du XIXe et du XXe siècle

  • 11 Monsieur Thiers, Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1 (...)
  • 12 « Pensée publique et action politique : Guizot, héritier de Montesquieu ? », Actes de l’Académie N (...)

14Outre les cinq contributions consacrées aux médias, André-Jean Tudesq a présenté à l’Académie huit textes historiques. Le thème des notables est évidemment abordé à travers les figures d’Adolphe Thiers11 et de François Guizot12. Il m’apparaît que c’est d’abord une réflexion sur la quête acharnée, voire frénétique, du pouvoir, les revirements de la popularité et les dommages qui s’ensuivent chez les gouvernés comme chez les dirigeants, plus qu’une présentation de la totalité de la carrière de ces deux hommes, que l’historien, spécialiste du XIXe siècle, avait eu l’occasion de développer par ailleurs.

  • 13 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1998, p. 55-66.

15Une autre communication intitulée « Les membres de l’Académie (1815-1848)13 » est en quelque sorte une commande suggérée par Robert Étienne lors de la réception de notre confrère afin de mieux connaître le profil des Académiciens dans la première moitié du XIXe siècle. L’appartenance majoritaire de ceux-ci aux disciplines scientifiques, sciences exactes, naturelles, médecine, n’étonne pas si l’on se rappelle qu’ils jouaient le rôle « d’experts pour un appareil d’État alors peu développé ». Cette communication prolonge parfaitement les indications déjà apportées par Pierre Barrière, Paul Courteault et Jean de Feytaud ; elle inscrit André-Jean Tudesq dans la lignée des historiens de la compagnie.

  • 14 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2001, p. 59-70.
  • 15 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2007, p. 47-56.

16Les cinq autres contributions à caractère historique sont toutes suggérées par l’actualité, ainsi « La référence anglaise contre la République chez les libéraux français de la première moitié du XIXe siècle14 ». Après avoir rappelé par quels moyens les libéraux connaissaient la Grande-Bretagne, André-Jean Tudesq montre comment la référence anglaise, prisée avant 1840 comme modèle d’évolution pragmatique et paisible, s’estompe ensuite dans la classe politique. L’incompréhension entre les deux peuples ne disparaît guère, conclut-il, avant de souligner la fascination de nos concitoyens pour les modèles étrangers comme leur incapacité à s’en inspirer. De même, la communication « Des banquiers dans la tourmente. Le regard du Conseil général de la Banque de France sur la Révolution de 184815 », fouillée et technique, qui relate presque au jour le jour les inquiétudes du Conseil des régents de la Banque de France en 1848, est une réflexion sur les élites financières coupées du peuple, situation récurrente s’il en est.

  • 16 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2000, p. 75-84.
  • 17 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2004, p. 51-67.

17L’histoire culturelle et des idées n’échappait pas non plus à la perspicacité d’André-Jean Tudesq ; on le voit lorsqu’il traite de « L’antisémitisme en France avant l’affaire Dreyfus16 » ou « De la pauvreté au paupérisme. Prise de conscience de la misère ouvrière par les moralistes et les Églises au début de la révolution industrielle17 ». Déjà au XIXe siècle, l’antisémitisme germait à droite et à gauche, rappelle-t-il, et trouvait chez Vacher de Lapouge ou Édouard Drumont un habillage pseudo-théorique. De la même manière, la difficile et approximative perception de la pauvreté au XIXe siècle, qui donne lieu à une belle approche d’histoire comparée des idées en France, Grande-Bretagne et en Allemagne, atteste la difficulté de notre pays à admettre les inégalités et sa frilosité constante à les traiter. On le voit, à l’Académie, en s’appuyant sur son œuvre scientifique, André-Jean Tudesq a cherché, sans cesse, à revenir aux sources historiques des débats du présent.

  • 18 Une conception pacificatrice de la Séparation : la Séparation en province, Akademos, Tours 2005, p (...)

18En 2005, il eut l’occasion de traiter de la Séparation des Églises et de l’État18 et choisit, de façon originale, de présenter le petit groupe de députés qui œuvrèrent en vue d’une conception pacificatrice : Aristide Briand l’éloquent rapporteur du projet de loi, Jean Jaurès qui souhaitait une séparation digne, comme Louis Barthou et Paul Deschanel qui ferrailla afin que la jouissance des lieux de culte fût laissée « à l’usage pour lequel ils ont été construits ». Cette conception pacificatrice ne l’emporta pas dans l’immédiat mais elle révélait que les clivages politiques étaient alors moins figés qu’on ne le dit. Cette communication fut présentée à Paris, lors de la réunion de la Conférence Nationale des Académies, faisant alors de notre confrère « la voix » de l’Académie de Bordeaux.

Historien et citoyen : mémoire, histoire, identité

  • 19 Actes de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2005, p. 63-72.
  • 20 Actes de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2006, p. 51-62.

19Outre ces mises au point historiques, accompagnées de notes et de bibliographies conformément aux conventions universitaires, André-Jean Tudesq présenta à l’Académie un dernier type de communications consacrées aux rapports de la mémoire et de l’histoire : 2004 « Histoire et mémoire, une relation ambiguë et contradictoire19 », 2005 « Identité nationale et devoir d’histoire20 ». La première lui avait été suggérée par la publication, à laquelle il avait participé, de documents sur l’île de Gorée, foyer et symbole de l’esclavage. Il voyait dans la mémoire douloureuse de l’esclavage un exemple des contradictions entre l’histoire qui cherche à comprendre le passé pour nous en libérer et la mémoire qui tend à perpétuer le poids du passé sur le présent. Les groupes s’approprient des mémoires qui s’entrechoquent alors que les États prônent des mémoires unificatrices.

20Revenant en 2005 sur « Identité nationale et devoir d’histoire », question qui déjà émouvait l’opinion, notre confrère déclare : « Je voudrais parler en Français moyen qui cherche à comprendre le procès qui est fait actuellement à l’histoire de la France et la crise de l’identité nationale qu’il révèle. » Au-delà des risques évidents d’un devoir d’histoire manipulé parfois par les enseignants, mais bien davantage par les médias, les politiques ou les évolutions chaotiques des programmes des classes secondaires, André-Jean Tudesq plaide pour une présentation intelligente du passé qui devrait prendre en compte la globalité (l’histoire du monde), la continuité, la relativité, c’est-à-dire la capacité de critique. C’est la raison pour laquelle, dit-il, le devoir d’histoire ne peut que s’accompagner de la « compréhension des contradictions internes des mémoires au sein de la société ». On aimerait qu’il soit entendu.

  • 21 In La nation française, Akademos, 2008, p. 281-292 avec la collaboration de Séverine Pacteau - de (...)

21En 2007, la direction d’un article « Bordeaux cité girondine creuset de liberté et d’innovation21 » permit à notre confrère de se pencher sur les identités régionales et leurs différentes composantes, vues par ses confrères historiens, juristes, médecins ou ingénieurs, autant d’approches différentes et parfois divergentes.

  • 22 Actes de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2009, p. 25-38.
  • 23 J. Ellul meurt en mai 1994.

22En 2009, pour sa dernière communication, André-Jean Tudesq a entretenu l’Académie de « Jacques Ellul, penseur engagé22 ». Trois aspects de la pensée sociopolitique d’Ellul, académicien lui aussi depuis 1990, sont évoqués : l’analyse de la société technicienne, la propagande, et l’attachement à la liberté, thème sur lequel André-Jean Tudesq s’attarde. Aux yeux du théologien, la liberté menacée en permanence par l’État, se ressource en permanence par l’appel à un christianisme exigeant. Cette approche donne à André-Jean Tudesq l’occasion de se familiariser avec les écrits théologiques d’Ellul, même s’il reconnaît ne pas en partager les thèses. Les deux hommes ne se sont pas rencontrés à l’Académie, que Jacques Ellul, déjà malade, fréquentait peu ; André-Jean Tudesq disait regretter ce rendez-vous manqué23.

23L’activité d’André-Jean Tudesq à l’Académie fut donc foisonnante et continue, contrariée seulement par des soucis de santé. Comme nous l’ont montré les notes rassemblées dans ses dossiers, à l’automne 2009 encore, notre confrère avait entamé, la rédaction d’une contribution destinée à l’ouvrage que l’Académie publiera en 2012 à l’occasion de son Tricentenaire. Cette contribution aurait eu pour thème « La participation des membres de l’Académie à l’aménagement de Bordeaux » ; elle nous manquera.

24L’Académie, institution ancienne, a renforcé l’ancrage bordelais de notre confrère, elle lui aura donné l’occasion de continuer ou de publier certaines de ses recherches universitaires, comme le démontre la majorité de ses contributions, mais aussi de partager avec des confrères qui lui avaient accordé leur confiance et l’estimaient d’autres questionnements intellectuels.

25Esprit libre, André-Jean Tudesq a servi l’Académie et réciproquement ; lui qui était adepte de la pluridisciplinarité a bénéficié de la pluridisciplinarité constitutive de cette institution, et de la possibilité de se familiariser avec les préoccupations des scientifiques, des artistes, des juristes ou des médecins. Parfois mal à l’aise, comme bien de ses confrères, face à une société aux évolutions accélérées, cet humaniste tempérait leurs doutes et les siens par un questionnement simultané du passé et du présent. Autant de sillons qu’il serait dommage de laisser se couvrir de broussailles.

Notes

1 La Conférence Nationale des Académies regroupe les plus anciennes Académies de province. André-Jean Tudesq a participé en 2005 à l’ouvrage La séparation en province (Akademos, 2005) et en 2008 à La nation française (Akademos, 2008).

2 On pourrait revenir sur l’amitié qui liait ces deux historiens au caractère si dissemblable.

3 Les universitaires (toutes disciplines confondues) sont dix-huit, soit une large majorité ; parmi eux les littéraires sont au nombre de cinq seulement (R. Étienne, M. Dupuy, J. Mesnard, J. Monférier, G. Lasserre).

4 En 1994, l’Académie présente une pyramide des âges assez peu équilibrée : un seul de ses membres a moins de 50 ans, six de ses membres ont entre 60 et 64 ans, un entre 65 et 69 ans, treize sont septuagénaires et treize octogénaires.

5 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1994, p. 133-151.

6 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1995, p. 39-56.

7 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1996, p. 37-55.

8 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2002, p. 27-37.

9 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2009, p. 71-80.

10 Regards croisés sur Bordeaux, de 1945 à 2005, La mémoire de Bordeaux, 2005, p. 353-370 (voir le CD).

11 Monsieur Thiers, Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1997, p. 59-72.

12 « Pensée publique et action politique : Guizot, héritier de Montesquieu ? », Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2003, p. 55-66. Sur les notables, voir la contribution de M. Agostino dans le présent volume.

13 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 1998, p. 55-66.

14 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2001, p. 59-70.

15 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2007, p. 47-56.

16 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2000, p. 75-84.

17 Actes de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2004, p. 51-67.

18 Une conception pacificatrice de la Séparation : la Séparation en province, Akademos, Tours 2005, p. 207-218.

19 Actes de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2005, p. 63-72.

20 Actes de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2006, p. 51-62.

21 In La nation française, Akademos, 2008, p. 281-292 avec la collaboration de Séverine Pacteau - de Luze, Bernard Hoerni, Dmitri-Georges Lavroff, Michel Portmann, Pascal Ribéreau-Gayon, Jean Tavernier.

22 Actes de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2009, p. 25-38.

23 J. Ellul meurt en mai 1994.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search