Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 1 – L’ historien

La grande entreprise des notables

L’historien des élites, des notables au xixe siècle

Marc Agostino

Texte intégral

1Les grands notables d’André-Jean Tudesq constituent une pierre miliaire de l’histoire des élites au XIXe siècle, une somme de réflexions, d’informations irremplaçables. L’ampleur de l’ouvrage, sa densité, peuvent créer un certain effroi pour le lecteur l’abordant de manière cursive ; et ce fut le cas à sa parution. Rien n’est laissé dans l’ombre, tous les aspects sont traités, décortiqués. Cette grande thèse, publiée en 1964, pourrait être l’un des ultimes hommages à l’école historique française antérieure à la grande crise de 1968. Ce travail fondateur d’une œuvre importante, précisant la notion de « notables » au travers des conseillers généraux, l’insérant dans une analyse plus générale de la France du XIXe siècle, est lui-même le témoignage d’une étape historiographique universitaire. La haute figure d’Ernest Labrousse domine alors une bonne partie de l’école historique et il l’oriente vers l’histoire sociale et l’histoire quantitative, demandant à ses disciples de traiter des départements sous l’angle économique et social, mental si possible. Dans une constellation d’œuvres de haut niveau Tudesq se distingue par le choix d’un sujet national. Son mémoire de D.E.S. (maîtrise) traite de l’histoire religieuse à Montpellier et il a fait partie du petit groupe « catholique social » de l’université. Dans le sillage de Labrousse, plutôt marqué par le matérialisme, il obtient un sujet national portant sur un groupe à définir, les « grands notables », renvoyant nécessairement aux élites, à la bourgeoisie mais ne se confondant pas avec elles. L’œuvre de Tudesq présente déjà une originalité. Un cadre national, une tentative de définition du groupe, une insertion dans les cas locaux, une attention aux hommes caractérisent une étude pleine de potentialités sur la grande période oligarchique de la monarchie de Juillet. Cette thèse charnière entre diverses générations d’historiens donne une réalité historique et concrète à un mot ancien, évocateur et parfumé, en lui appliquant une analyse historique, utilisant d’autres méthodes, mais en conservant son caractère propre.

La couleur historique

  • 1 Agulhon M., Étude historique d’une psychologie sociale, Annales E.S.C., 1966, no 5, p. 1103-1109.

2L’apport des « grands notables » est de donner une définition claire à cette notion sous la monarchie de Juillet et de définir ainsi un groupe informel. Il récusait le portrait d’une « classe dirigeante », craignant une confusion avec les « classes dirigeantes », c’est-à-dire les classes moyennes de la monarchie de Juillet. Il contribue néanmoins à la définition de cette classe, au tableau de ces élites qu’il veut circonscrire et portraiturer. En utilisant le mot de notables, Tudesq échappe à une définition a posteriori, utilise un vocabulaire contemporain du groupe et discerne bien les élites gouvernantes. La définition est financière car cela permet de bien définir le groupe informel. La définition du grand notable est celle de l’éligible qui a un cens supérieur à 1 000 francs. Le nombre de personnes est réduit, mais la masse de documents laissés est considérable. Pour bien restituer la composition des notables, la France qui s’en va, le légitimisme, est largement traité. Le portrait du milieu légitimiste contribue à bien éclairer cette époque, comme l’a écrit Maurice Agulhon1, une époque transitoire. Transitoire dans les fortunes (entre fortune foncière et fortune industrielle), dans les milieux et les opinions (aristocratie et bourgeoisie), dans l’espace (Paris et province). La solidarité n’est pas toujours de mise dans ces élites qui, pourtant, détiennent le pouvoir local et national. Donnant chair et forme à ces élites, la voie est ouverte à des recherches sur la fonction gouvernante, les enjeux de pouvoir, l’action politique et sociale du groupe dirigeant, bien disparate, en période transitoire entre Ancien régime et société industrielle. La méthode Tudesq est de partir d’une définition, d’un tableau solide et circonstancié avant d’examiner les faits qui demeurent des éléments incontournables en histoire.

3Le concept, même sociologique, est toujours illustré. Le tableau des pouvoirs des notables fait le point sur des sujets largement explorés depuis, dont il est souvent l’initiateur. L’analyse des grands corps de l’État, Conseil d’État, Cours de cassation, hauts fonctionnaires départementaux ouvre une réflexion sur la nature du pouvoir de ces élites, à la « domination si absolue », indiquant par là-même l’essence du régime de Juillet et, peut-être, de quelques autres. La couleur historique vient toujours de l’exemple pris, fouillé, argumenté, pièce érudite chaque fois d’une démonstration récapitulée.

Une histoire incarnée

4Les grands notables se terminent par la belle phrase de Marc Bloch : « Ce sont les hommes que l’histoire veut saisir. » Le sous-titre est essentiel : étude historique d’une psychologie sociale. L’analyse psychosociologique et l’analyse historique se conjuguent pour atteindre, ou tenter d’approcher, les fameuses mentalités, un peu délaissées aujourd’hui, mais où on revient toujours. L’étude du milieu social n’est pas désincarnée et les notables sont des hommes toujours présents dans des réalités concrètes. Parmi les sources utilisées par Tudesq, on discerne une tendance précoce chez lui à l’étude des opinions.

5L’utilisation de la presse est constante. Les notables s’expriment beaucoup dans la presse de Paris comme dans celle de province. La couleur de la notabilité s’en ressent. D’autant que la réflexion s’appuie sur de multiples portraits débouchant sur des réalités politiques, économiques, sociales et mentales. La pluridisciplinarité est ici pratiquée avec en toile de fond le groupe et les hommes qui l’animent. L’aspect religieux n’est pas négligé et de belles pages sont dédiées aux opinions les plus profondes : franc-maçonnerie, protestantisme et catholicisme. Une intéressante photographie de l’épiscopat est, par exemple, largement esquissée. Des questions comme le libre-échange permettent de dégager des réactions. On n’insistera pas sur les beaux portraits qui sont livrés au chercheur. La finesse de l’analyse des pages sur Guizot doit être cependant signalée. La méthode ici, c’est de ne pas négliger les personnages connus, tout en ressuscitant les personnages obscurs. Trouver les mentalités passe par la sociologie, l’économie, la quantification dans le cadre du groupe défini mais débouchant toujours sur l’homme.

6La psychologie du groupe le conduit à adopter des attitudes sur les grands problèmes du temps. Le prisme du milieu amène Tudesq à analyser les grandes questions de cette époque charnière. Les élites, qui se détachent de la masse, ont vocation à prendre parti sur tous les sujets : libéralisme, colonisation, enseignement, progrès technique. L’histoire des notables autorise une approche globale d’une société en transformation et en attente. L’utilisation de ce prisme ouvre une des grandes voies aux futures études et chantiers de l’histoire sociale, constituant un jalon intéressant et fondé sur une diversité de sources très probante.

Une histoire globale et particulière

7Globale parce que tous les sujets sont abordés, particulière pour que les enracinements du raisonnement se forment dans les éléments précis. Tudesq ne néglige pas l’événement et accepte de confronter le groupe des notables aux opinions politiques de faible amplitude, à l’événement. L’histoire événementielle n’est pas négligée. Elle illustre les choix des notables et elle en est elle-même illustrée. Le sens de l’événement est saisi dans sa réalité concrète au regard notabilaire, et on évite tout récit inutile ou stéréotypé. L’exercice du pouvoir après une longue partie diachronique rend à la chronologie toute son importance. La monarchie de Juillet et les débuts de la Deuxième République sont restitués dans leur déroulement factuel, bien délimité : le temps de Guizot, la crise de 1846-1847, l’épreuve du feu, le suffrage universel.

8L’éclairage apporté à tous les faits jugés à l’aune des notables montre que la maîtrise de l’événement connu fait partie du métier d’historien voulant rendre vraiment compte d’un milieu. Cette réintroduction de l’événement était périlleuse, un peu lourde par moments, mais livre des pages précieuses sur une atmosphère génératrice de réactions ici élucidées : le cas de Lamartine et de l’union de 1848-1849 pourrait être cité comme laboratoire de l’influence des notables. La réflexion sur le pouvoir passe par l’exemple, l’événement et le terrain de son exercice. Le pouvoir national de la « classe dirigeante » s’exprime au niveau régional, lieu idéal pour ces élites à la condition d’un exutoire national. L’histoire régionale est donc bien présente dans l’histoire des notables, histoire de ces élites dirigeantes. Le prisme social, mental, psychologique s’applique bien aux régions, l’analyse précise venant conforter la synthèse. Les implantations de la notabilité légitimiste, celle des notabilités dynastiques permettent de belles études locales.

9La méthodologie est ferme, mais ne néglige aucun aspect. Du reste, Tudesq prolonge son œuvre dans des ouvrages concrétisant cette méthode. Son travail postérieur sur les conseillers généraux au temps de Guizot reprend et approfondit ses conclusions.

  • 2 Tudesq A.-J., Jardin A., La France des Notables, 1815-1848, Tome 2, La vie de la nation, Seuil, Poi (...)

10Le notable ici encore se juge à ses biens restant fonciers mais son pouvoir se prolonge jusqu’à la fonction de conseiller général. Le notable est nécessaire à l’État administratif car celui-ci s’arrête au canton. L’étude des conseillers généraux met en scène le pouvoir et la notabilité, à la base. Les « principaux habitants » donnent un tableau de la France rurale déjà entrée en modernité. Les prolongements de la réflexion se retrouvent aussi dans les grandes synthèses d’André-Jean Tudesq. Le deuxième tome de sa contribution à la Nouvelle histoire de la France contemporaine2 fait une grande place aux régions nécessaires au tableau éclaté d’une époque, globalement présentée dans le volume antérieur. Le prisme de la notabilité permet une synthèse personnelle, tenant compte de toutes les réalités qui la composent.

  • 3 Bois P., Des notables : les conseillers généraux, Annales E. S. C., mars-avril 1969, p. 483-488.
  • 4 Revue française de science politique, 1966, no 4, p. 799-401.
  • 5 Revue d’histoire de l’Église de France, 1966, no 149, p. 196-200.
  • 6 Revue historique, 1966, t. 266, p. 503-506.
  • 7 Bibliographie de l’École des Chartes, 1966, no 124, p. 331-334.

11André-Jean Tudesq, historien d’une période charnière, auteur de travaux pionniers (G. Noiriel), livre le portrait de groupe d’élites bien définies, jaugeant leurs réactions à tous les niveaux. Son énorme travail de thèse, heureusement transcrit dans des synthèses, a reçu un accueil favorable de l’école historique française. Les grands spécialistes d’histoire sociale, religieuse, politique donnent de remarquables recensions de cette étude sur les notables auquel Paul Bois ajoute dans les Annales une analyse pertinente du travail sur les conseillers généraux3. Le portrait historiographique d’André-Jean Tudesq permet de dégager la saveur particulière et les apports de cette œuvre foisonnante, rigoureuse, reposant sur une information systématique et de première main le plus souvent. Georges Dupeux dans la Revue française de science politique4, Guillaume de Bertier de Sauvigny dans la Revue d’histoire de l’Église de France5, Pierre Guiral dans la Revue historique6, René Marquant dans la Bibliographie de l’École des Chartes7 saluèrent l’ampleur des sources, le travail systématique de documents, l’explication toujours complète des faits, chaque recenseur partant d’un point de vue différent. La plume et le style sont modestes et clairs, écrit de Bertier de Sauvigny, ne recherchent pas les effets mais la démonstration. Tudesq a su définir les notables, mettre en valeur un milieu durant une période transitoire, fournir des informations et des clefs. À la fois synthèse nationale et histoire régionale, étude de l’opinion, définition des milieux, essai de psychologie, les travaux de Tudesq ouvrent de larges voies à l’histoire sociale et à l’histoire politique. La RHEF le félicite de fournir des données objectives en histoire religieuse mais regrette son silence sur le sentiment religieux. Pudeur de l’homme ou hésitations, choix de l’historien ? En fait cette attitude concorde bien avec le projet d’ensemble. Tudesq s’est beaucoup occupé d’opinion dans sa thèse, avec une utilisation prometteuse de la presse. Là aussi il ouvre une voie, avec d’autres, à de belles perspectives de recherche, qu’il a lui-même illustrées à partir de 1969. Il a alors 42 ans. Par lassitude, celle d’une grosse thèse d’État, par une grande mobilité d’esprit, il se lance dans les études de presse, puis dans l’étude des médias. Les notables constituent une étape historiographique, mais aussi la première étape, si importante, d’une œuvre de chercheur qui emprunte, sans rien oublier, de nouvelles voies.

Notes

1 Agulhon M., Étude historique d’une psychologie sociale, Annales E.S.C., 1966, no 5, p. 1103-1109.

2 Tudesq A.-J., Jardin A., La France des Notables, 1815-1848, Tome 2, La vie de la nation, Seuil, Points Histoire, coll. Nouvelle histoire de la France contemporaine, 1973.

3 Bois P., Des notables : les conseillers généraux, Annales E. S. C., mars-avril 1969, p. 483-488.

4 Revue française de science politique, 1966, no 4, p. 799-401.

5 Revue d’histoire de l’Église de France, 1966, no 149, p. 196-200.

6 Revue historique, 1966, t. 266, p. 503-506.

7 Bibliographie de l’École des Chartes, 1966, no 124, p. 331-334.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search