Version classiqueVersion mobile

Actualité d’André-Jean Tudesq

 | 
Jean-Jacques Cheval
, 
Annie Lenoble-Bart

Chapitre 1 – L’ historien

André-Jean Tudesq, un dix-neuvièmiste à la croisée des chemins

Jean-Claude Caron

Texte intégral

  • 1 La nomination par son seul nom d’André-Jean Tudesq relève d’un usage en vigueur concernant les col (...)

1Que sais-je d’André-Jean Tudesq ? La réponse à cette question simple est complexe. Tout d’abord un fait essentiel me distingue de nombre des participants à cette rencontre : je n’ai pas connu personnellement cet historien, ne l’ayant rencontré qu’en une seule occasion. À cela, il y a trois raisons : la première est la différence de génération, explication insuffisante puisque j’ai rencontré et même fréquenté régulièrement, professionnellement parlant, des historiens appartenant à la même génération que Tudesq1, comme Maurice Agulhon, mon directeur de thèse, Michelle Perrot ou Philippe Vigier. Et même des historiens de générations antérieures : ainsi Henri Dubief, Jacques Droz, Louis Girard (mon directeur de maîtrise) et même Ernest Labrousse, ce dernier croisé lors des réunions de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, et qui fut le « patron de thèse » de Tudesq. La deuxième raison complète et approfondit la première : l’enracinement bordelais de Tudesq, alors que l’essentiel de mes activités professionnelles et de mes objets de recherche étaient centrés sur Paris, à commencer par ma thèse sur les étudiants du Quartier latin. C’est la troisième raison qui, en définitive, s’avère à mes yeux la plus pertinente : ma sensibilité dix-neuvièmiste s’affirma dans les années 1980 alors que Tudesq réorientait ses recherches aux plans thématique, chronologique et géographique vers l’histoire des médias au XXe siècle, avec une prédilection pour l’Afrique subsaharienne.

Entre continuités et ruptures : un parcours original

  • 2 Faugères A. et Ferre R. - CNRS-IHMC, Répertoire des historiens français pour la période moderne et (...)
  • 3 Roche D. (dir.) – CNRS-IHMC, Répertoire des historiens français de la période moderne et contempora (...)
  • 4 Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, Annua (...)

2Que sais-je, donc, d’André-Jean Tudesq ? D’abord, ce que les répertoires professionnels m’en disent : une année de naissance, une adresse personnelle, un statut, une adresse professionnelle, un laboratoire de rattachement et des fonctions liées à ses activités. Mais aussi et surtout ce grand et étonnant saut chronologique et thématique entre le sujet de sa thèse d’État consacrée aux grands notables français pendant les années 1840 et des recherches en cours libellées ainsi en 1983 dans le répertoire publié par l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine : « La radiodiffusion en Afrique noire ; L’émergence des nouvelles technologies de l’information et leurs effets sur les moyens d’information2 » ; ou, plus sobrement, en 2000 : « Médias en Afrique – Esclavage en Afrique3 » – ce dernier point me laissant quelque peu perplexe, n’ayant donné lieu à aucune production scientifique recensée. Quant à l’annuaire édité en 2004 par l’Association des historiens contemporanéistes, il témoigne à la fois de l’écoulement du temps en accordant le qualificatif d’émérite au professeur et d’une ouverture sur la modernité en renseignant sur son adresse internet4. Mais il confirme et précise le saut précédemment signalé en indiquant à la rubrique « Période » : « 1945-TP <Temps présent> et 1815-1850 » et à la rubrique « Zones » : « France – Afrique subsaharienne », les recherches en cours étant résumées ainsi : « Démocratie, presse, radio. Médias en Afrique ». Cette reconversion, sans être un cas unique, demeure pourtant assez rare au sein de l’Université française qui reste très clivée à ce sujet : cependant, on peut à la fois la rapprocher de celle d’un Jean-François Soulet passé des Pyrénées au XIXe siècle au monde russo-soviétique contemporain et la distinguer de celle d’un Nicolas Offenstadt qui mène en parallèle des recherches sur deux périodes distinctes, le Moyen-Âge et la Première Guerre mondiale, mais autour d’un thème central, les formes de la guerre et la construction de la paix.

3L’historien dont je vais parler ici est donc le dix-neuvièmiste – celui qui poussa même le zèle jusqu’à décéder un 2 décembre, triste date s’il en est pour la République… Paradoxalement, je n’évoquerai que marginalement l’œuvre majeure qu’il publia en 1964, issue de sa thèse d’État sur les grands notables en France : ce point est au cœur de la contribution du professeur Marc Agostino. Mais auparavant, il convient de resituer l’historien dans son temps : celui d’une histoire en pleine mutation, dont Tudesq a été le témoin et, à sa manière, l’acteur au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier est en effet né à l’histoire dans une période où la discipline – et le mot convient ici idéalement – reste sous-tendue par une approche méthodique et critique du document dont le respect absolu signe l’appartenance à la communauté des historiens universitaires. Cette position acquise et triomphante dans l’Alma mater est remise en cause par la désacralisation de l’événement et du temps court, ainsi que par l’élargissement des centres d’intérêt propres à l’historien que postule « l’école des Annales », dans une vision empruntant tant à une lecture marxienne des rapports entre les classes qu’à une sensibilité plus libérale à l’analyse psychologique des comportements humains. Puis survient la révolution foucaldienne, qui désacralise brutalement toute lecture téléologique du temps historique, au profit d’une philosophie de l’histoire promue comme le cœur même du logos historique. De plus, n’omettons pas le fait que l’histoire reste une discipline fortement politisée et que les clivages, notamment entre gauche marxiste et droite libérale, y demeurent vigoureux jusqu’à l’aube des années 1990.

  • 5 Certeau M. de, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987.
  • 6 Besançon A., L’Histoire psychanalytique : une anthologie, recueil de textes présentés et commentés, (...)
  • 7 Boutry P., Nassif J., Martin l’Archange, Paris, Gallimard, 1985.
  • 8 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1974 (1re éd. 1949), (...)

4En outre, il convient de prendre en considération que Tudesq fut tout à la fois le contemporain des Trente Glorieuses et de la guerre froide, comme il fut celui de l’éveil du Tiers monde et de la décolonisation. Ajoutons : et le contemporain d’une sensibilité nouvelle à des disciplines jusqu’alors peu fréquentées par les historiens. En sous-titrant son ouvrage sur les Grands notables : étude historique d’une psychologie sociale, Tudesq témoigne d’une approche restée assez rare au sein de la communauté des historiens. Certes, il ne s’inscrit pas dans la logique d’un Michel de Certeau, qui étudie le lien entre histoire et psychanalyse5, pas plus que dans celle d’Alain Besançon postulant l’existence d’une histoire psychanalytique6 ni même dans celle de Philippe Boutry et Jacques Nassif dont l’étude de Martin l’Archange est publiée dans la bien nommée collection « Connaissance de l’inconscient » des éditions Gallimard7. Mais l’appropriation de cette formule inédite de « psychologie sociale » postule que l’identité d’un groupe ne relève pas que du partage de formes de matérialité. À bien des égards, Tudesq semble mettre ses pas dans ceux de Marc Bloch qui, dans Apologie pour l’histoire, affirme : « Les faits historiques sont, par essence, des faits psychologiques », une proposition qui vise avant tout à combattre la fausse idée d’une causalité unique en histoire, qu’elle soit politique, sociale ou économique8.

Logique d’une œuvre : le XIXe siècle d’André-Jean Tudesq

  • 9 Pour les références précises, nous renvoyons à la bibliographie générale d’André-Jean Tudesq prése (...)

5Cette analyse repose sur un corpus d’environ 70 références, réparties entre 1955 et 20039. Mais pour l’essentiel, la partie dix-neuvièmiste de l’œuvre de Tudesq s’inscrit dans le quart de siècle qui s’étend du milieu des années 1950 au début des années 1980. Par la suite, sans qu’il abandonne le XIXe siècle, ses contributions sont plus espacées et davantage liées à des commémorations (Stendhal, Guizot, le bicentenaire de la Révolution française) ou à des publications (préface à Tocqueville).

6Typologie : ce qui frappe dans un premier temps, c’est la diversité des types de production. L’historien n’a pas de prévention : aux publications d’articles dans des revues savantes (Revue historique, Revue d’histoire moderne et contemporaine, Annales ESC, Annales du Midi, Revue du Nord, Annales de Bretagne, Revue française d’histoire du livre), s’ajoutent les participations à des ouvrages collectifs, issus de colloques, de congrès ou de journées d’étude. Fidèle des congrès nationaux des sociétés savantes, il a aussi été étroitement associé à l’équipe de l’EPHE [École Pratique des Hautes Études] travaillant autour de l’histoire des élites administratives. Proche des politistes du fait de ses centres d’intérêt, Tudesq a publié des articles dans la revue Politique, a travaillé avec Daniel Gaxie et est l’auteur d’un cahier de la FNSP consacré aux conseillers généraux au temps de Guizot.

7Mais il est aussi un adepte du manuel (dans le secondaire comme dans le supérieur) et plus généralement de la vulgarisation savante. À cet égard, on peut souligner qu’un nombre considérable d’étudiants en histoire eurent leur premier contact avec la monarchie constitutionnelle via le « Jardin-Tudesq », La France des notables : paru le 1er mars 1973, l’ouvrage est toujours au catalogue des éditions du Seuil. À la différence du volume dédié à la Seconde République rédigé par Maurice Agulhon, il n’a pas eu de seconde édition, mais reste néanmoins d’actualité. Songeons aussi au volume de la collection Kiosque consacré à L’Élection présidentielle de Louis Napoléon Bonaparte ou à La Démocratie en France depuis 1815. Mais Tudesq est également l’auteur de 16 articles de l’Encyclopédia Universalis et a participé à plusieurs autres publications du même genre. Ainsi a-t-il rédigé la partie consacrée aux années 1815-1848 (« La France romantique et bourgeoise ») dans l’Histoire de la France dirigée par Georges Duby ou a-t-il pris en charge un chapitre de l’Histoire générale de la presse française dirigée par Claude Bellanger et consorts. On ne fera ici que rappeler l’intérêt précoce et soutenu de Tudesq pour la source journalistique : si l’homme sait admirablement croiser les sources lui permettant de cerner son objet (voir sa contribution au volume dirigé par Labrousse, Aspects de la crise, en 1956), il est à l’évidence un grand lecteur et un grand utilisateur de la presse française du XIXe siècle, comme en témoigne exemplairement sa contribution sur « La presse et le retour des cendres en 1840 ».

8Spatialisation : tant celle des objets de recherche que celle des lieux de colloque renvoient à un fort tropisme français. La quasi-totalité des publications dix-neuvièmistes de Tudesq portent sur la France et la quasi-totalité de ses diverses contributions se déroulent en France. Les exceptions sont rares : on note deux publications (en français) dans des revues italiennes, l’une consacrée à l’histoire administrative (1967), l’autre dédiée à la science politique (1983) ; une communication au congrès de Bratislava consacrée au centenaire du compromis austro-hongrois (1967) et une autre au congrès de Rome sur les noblesses européennes (1985). Le nom de Tudesq a pourtant eu une résonance internationale grâce à la traduction en anglais de son manuel sur La France des notables co-rédigé avec André Jardin et à la traduction en japonais de La Démocratie en France depuis 1815.

  • 10 Les Cahiers de l’IAES, Bordeaux, Archives départementales de la Gironde, 1986.

9Quant à l’aspect aquitain, girondin et bordelais de sa production, il existe, mais est moins marqué qu’on aurait pu le penser. Certes Tudesq a participé à plusieurs initiatives collectives relatives à sa ville et à sa région : ainsi du volume consacré à Bordeaux au XIXe siècle au sein de la collection consacrée à l’Histoire de Bordeaux, dirigée par Charles Higounet ; du volume consacré à la Gironde au sein de la Bibliographie de la presse française des origines à nos jours ; ou encore d’une communication présentée au colloque consacré aux Révolutions en Aquitaine de Montesquieu à Frédéric Bastiat, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française. Mais Tudesq n’a pas cherché à étudier plus précisément les notables bordelais, tâche prise en main par Jean Cavignac, avec son ouvrage portant sur Les Vingt-cinq familles. Les négociants bordelais sous Louis-Philippe10. Plus globalement, Tudesq accorde une grande importance à « la province » : sa France, loin de se résumer à Paris, coïncide véritablement avec l’Hexagone, même si un tropisme méridional (Sud-Est, Sud-Ouest) est aisément repérable. Pas seulement aquitain (Gironde, Landes), mais aussi languedocien (Hérault) : faut-il voir dans cette localisation une influence de ses origines, Tudesq étant né à Montpellier ?

10Chronologie : incontestablement, Tudesq est un historien de la monarchie constitutionnelle, de cette France des notables qu’il saisit au lendemain de la période de la Révolution française et du Premier Empire et qu’il accompagne jusqu’à la révolution de février 1848, au-delà de laquelle il ne s’aventure guère. Il est vrai que l’espace historique français des années 1950-1980 est assez fortement distribué entre des spécialistes qui, périodisant à l’extrême le XIXe siècle, en constituent autant de baronnies, non sans rivalités et désaccords parfois. De manière presque caricaturale, l’Histoire de la France de Duby est ainsi partagée, pour le XIXe siècle, entre Jean Vidalenc pour la Restauration, André-Jean Tudesq pour la monarchie de Juillet, Maurice Agulhon pour la Seconde République, Pierre Guiral pour le Second Empire et Pierre Barral pour la Troisième République. Le règne de Louis-Philippe est au cœur de la chronologie prise en considération par Tudesq : sur 41 titres d’ouvrages ou d’articles, 16 comportent les mots « monarchie de Juillet » et 7 une date y renvoyant ; mais on trouve aussi 5 fois « première moitié du XIXe siècle », 4 fois monarchie, régime ou système censitaire, 3 fois « au temps de Guizot », 1 fois « au milieu du XIXe siècle ». La date de 1848 ou la formule « Seconde République » ne sont présentes que 4 fois, et le mot Restauration une seule fois. La formulation « XIXe siècle », introduisant le long terme, n’est repérable que pour des participations à des ouvrages de vulgarisation.

Thématiques et catégories

  • 11 Témoignage recueilli par courriel le 14 août 2011.

11À regarder les centres d’intérêt de Tudesq, une évidence s’impose : l’homme est avant tout un spécialiste d’histoire sociale qui n’a pas hésiter à se frotter, comme il était alors de bon ton de le faire dans la lignée d’un Labrousse, à l’histoire économique et à recourir au quantitatif. Comme le remarque Michelle Perrot, Tudesq partageait « l’ambition labroussienne d’ancrer le politique dans le social », ce dernier étant fondé sur la quantification et « la quête des séries exhaustives11 ». Au-delà de cette forte domination thématique, on remarque qu’un certain nombre de contributions portent sur l’histoire électorale, dont Tudesq fut l’un des meilleurs spécialistes, et sur l’histoire de la presse. En revanche, on ne trouve guère d’études relevant de l’histoire politique proprement dite et, malgré quelques exceptions, l’histoire des idéologies, centrale pour ce premier dix-neuvième siècle de la naissance du libéralisme comme du socialisme ou du communisme, n’est guère abordée. Toutefois, on remarque que Tudesq s’est intéressé au légitimisme et à la légende dorée napoléonienne.

  • 12 Id.
  • 13 Id.
  • 14 Témoignage oral recueilli le 18 septembre 2011.

12Quant aux catégories du social construites et usitées, un mot les résume : les notables, entité globale parfois ramenée à une élite encore plus resserrée, qualifiée de grands notables. S’il convient de ne pas sombrer dans un déterminisme improbable, on peut toutefois rappeler que Tudesq était le fils d’un chirurgien-dentiste de Montpellier. Par ailleurs, n’étant pas normalien, il a pu obtenir une bourse de la fondation Thiers, ce qui « a constitué une sorte de sas entre son origine provinciale et son insertion à Paris12 ». Mais on peut aussi indiquer que, en compagnie de Michelle Perrot, il fréquentait « à Paris un club de lecture très select, comme il en existait encore à cette époque (…). Il s’agissait de présenter des ouvrages d’histoire à un public restreint et composite, où se côtoyaient de hauts fonctionnaires (le directeur de EDF, le conservateur du musée Galliera) et des représentants d’une aristocratie assez désargentée, mais qui rêvait de conversation13 ». Comme le précise M. Perrot, « les cercles de lecture auxquels il participait relevaient d’une atmosphère d’après-guerre, encore marquée par une pénurie de livres ou par leur prix élevé. Appartenant à des milieux aisés, les organisateurs de ces cercles opéraient à tour de rôle et recevaient chez eux de jeunes intellectuels, en particulier de jeunes historiens, pour débattre autour d’ouvrages récemment publiés et soumis à une analyse assez pointue14 » : en somme, les notables du XXe siècle recevaient le futur historien des notables du XIXe siècle. Les pairs de France, les anoblis, les milieux d’affaires, le grand patronat, la bourgeoisie en général, les dirigeants de la Banque de France, les directeurs de ministère et les chefs de cabinet, la haute police, les conseillers généraux et les maires : telles sont les catégories étudiées par Tudesq qui, par exception, s’est aussi intéressé à la paysannerie, mais pas au monde ouvrier ni même au peuple urbain dans toute sa diversité. Ce faisant, Tudesq s’inscrit plutôt dans le courant prosopographique qui a étudié, de manière à la fois empirique et méthodique, des groupes constitués par leur statut ou leur fonction. On songe aux travaux de Jean Lhomme, de Louis Bergeron, de Guy Chaussinand-Nogaret, d’Alain Plessis ou encore d’Adeline Daumard, mais aussi de Christophe Charle, sur les élites sociales de tout type.

Approches méthodologiques

  • 15 Tudesq A.-J., « La crise de 1847, vue par les milieux d’affaires parisiens », in Labrousse E. (dir. (...)
  • 16 « La légende napoléonienne en France en 1848 », Revue historique, juillet-septembre 1957, p. 64-86
  • 17 Tudesq A.-J., « Relativité et liberté », Pessac, 24 janvier 1997, publié dans Histoire et médias, j (...)

13Dans un grand article de 1956 inclus dans le recueil dédié aux aspects de la crise de 1847, placé sous la houlette d’Ernest Labrousse, on est frappé par l’interprétation que donne Tudesq des comportements du groupe étudié, avec l’évocation, alors assez neuve, de « la psychologie économique des milieux d’affaires15 », présentés comme divisés entre deux générations aux mentalités différentes. Ce mot de mentalité n’est pas sans résonance avec l’œuvre de Robert Mandrou, lui-même élève de Lucien Febvre, et dont la thèse consacrée aux Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle (publiée en 1968) avait comme sous-titre : Une analyse de psychologie historique. Dans une autre contribution, consacrée à la légende napoléonienne, Tudesq évoque, entre autres raisons de l’adhésion à cette dernière, le rôle d’un « état affectif grossièrement commun, qui dans chaque conscience éveille des réactions individuelles différentes16 ». On trouve là une filiation revendiquée avec les travaux d’Alphonse Dupront17. Pourtant, à l’origine, Tudesq a incontestablement une forte sensibilité à l’histoire labroussienne, marquée par le primat de l’économique et du traitement sériel de sources permettant de saisir, par exemple, le mouvement des prix sur la durée. Mais il semble que Tudesq se soit assez rapidement détaché de l’influence de son directeur de thèse, ce qui fut le cas d’autres élèves de Labrousse comme Maurice Agulhon ou Michelle Perrot, en recourant à l’analyse des sensibilités, autre forme de l’histoire des mentalités ou d’une approche psychologique des comportements de catégories pas seulement constituées par des critères matériels.

14Limites et lacunes : curieusement, ce très bon connaisseur de l’histoire culturelle du XIXe siècle et cet apôtre de l’interdisciplinarité ne semble pas avoir entretenu de relations avec les littéraires spécialistes du romantisme – à la différence de ses liens avec les politistes et les spécialistes de l’information et de la communication. Il a en définitive produit peu d’ouvrages de recherche, hormis sa thèse : ses autres ouvrages individuels relèvent plutôt de la synthèse. On peut s’étonner que l’aventure biographique ne l’ait pas tenté : on pense en particulier à la biographie de Guizot que Tudesq aurait pu réaliser, alors qu’il a produit plusieurs articles sur l’homme – ainsi que sur nombre de ses contemporains comme Chateaubriand, Stendhal, Royer-Collard ou Thiers. De même on peut remarquer qu’il a peu dirigé de volumes collectifs, qu’il s’agisse d’actes de colloques ou d’ouvrages thématiques regroupant une équipe de spécialistes.

  • 18 Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.
  • 19 Paris, Publications de la Sorbonne, 1986.

15Si l’historien de la monarchie de Juillet ne participa pas à la commémoration de la révolution de 1830, par ailleurs fort discrète, il ne fut pas non plus associé à des enquêtes collectives qui recoupaient largement ses préoccupations. Ainsi celle sur La Chambre des députés en 1837-1839, pilotée par Louis Girard, William Serman, Édouard Cadet et Rémi Gossez18 : si cette enquête statistique lourde, empruntant à la méthode quantitative et à l’outil informatique encore embryonnaire, entend étudier l’activité et le vocabulaire des députés, sa première partie traite de la composition sociale de la Chambre, domaine privilégié par Tudesq. Ce dernier n’apparaît pas non plus dans la grande enquête sur Les Maires en France du Consulat à nos jours19 pilotée par Maurice Agulhon, Louis Girard, Jean-Louis Robert, William Serman et une douzaine de collaborateurs. Mais il est vrai qu’à cette date (1986), Tudesq a déjà opéré sa mutation vers l’histoire des médias en Afrique subsaharienne.

Un historien en son temps : André-Jean Tudesq et ses pairs

  • 20 Backouche I., La Monarchie parlementaire. 1815-1848. De Louis XVIII à Louis-Philippe, Paris, Pygmal (...)
  • 21 Rennes, PUR, 2008, collection Carnot.

16Il n’est guère d’ouvrage d’histoire politique ou sociale traitant du premier dix-neuvième siècle, en particulier de la monarchie constitutionnelle, qui ne se réfère à Tudesq. Des « Que sais-je ? » consacrés à La monarchie de Juillet ou des Droites en France aux thèses régionalisées de Maurice Agulhon ou d’Alain Corbin, on cite et parfois on discute les positions de Tudesq. De Frédéric Bluche à Yves-Marie Hilaire, de Dominique Barjot à Pierre Rosanvallon en passant par Christophe Charle, toutes les sensibilités de la discipline historique mentionnent son nom : il est vrai que ses recherches intéressent l’histoire politique comme l’histoire sociale, l’histoire économique comme l’histoire des idées. Ses travaux sont également cités par des auteurs plus jeunes, comme Isabelle Backouche dans sa synthèse sur La monarchie parlementaire20 : pas moins de neuf contributions de Tudesq sont référencées dans la bibliographie, ce qui en fait l’historien le plus cité. Il en est de même de Pierre Karila-Cohen dont la thèse sur L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848)21 renvoie également aux travaux de Tudesq.

  • 22 Annales. Économies, sociétés, civilisations, 21e année, no 5, 1966, p. 1103-1109.
  • 23 Revue d’histoire de l’Église de France, année 1966, vol. 52, no  149, p. 196-200.
  • 24 Revue française de science politique, année 1966, vol. 16, no 4, p. 799-801.
  • 25 Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 13, no 3 (juill.- sept. 1966), p. 238-240.
  • 26 Bibliothèque de l’École des Chartes, année 1966, vol. 124, no 1, p. 331-334.

17Mais l’homme est dans la quasi-totalité des cas réduit au producteur d’un seul ouvrage : son étude sur les Grands notables. La publication en 1964 des 1 277 pages de cette thèse innovante demeure un tournant de l’historiographie française. Elle a donné lieu à de nombreuses recensions, parmi lesquelles celles de Maurice Agulhon dans les Annales22, de Guillaume de Bertier de Sauvigny dans la Revue d’histoire de l’Église de France23, de Georges Dupeux dans la Revue française de science politique24, de Claude Folhen dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine25 ou encore de Robert Marquant dans la Bibliothèque de l’École des Chartes26. Si l’ampleur et le caractère innovateur de la thèse sont unanimement salués, Bertier de Sauvigny parlant de « l’une des contributions majeures de l’historiographie contemporaine à la connaissance de la société française du XIXe siècle », des divergences de lecture et d’appréciation se font sentir. Ainsi sur la pluralité des disciplines mises en œuvre : Marquant y décèle un goût de Tudesq pour la philosophie ainsi que pour la psychologie, davantage que pour la sociologie, alors que Folhen pense qu’on se trouve « aux limites de la sociologie et de la psychologie, l’histoire fournissant les éléments de l’enquête ».

18Concernant les sources, tous les recenseurs en soulignent la diversité et l’ampleur, Marquant pointant la place centrale de la presse. Agulhon s’étonne toutefois de l’absence de Marx, celui des Luttes de classes en France (1850), qui aurait pu nourrir la partie méthodologique de la thèse, et pointe que Tudesq entend renverser le dogme marxiste en insistant sur l’aspect psychologique qui unit son groupe au détriment des seuls critères matériels. Pour Dupeux, la chose est justifiée par l’absence de conscience de classe, chez les dominants comme chez les dominés. Sur la méthodologie, on conteste parfois la manière dont la catégorie des « grands notables » a été constituée et la manière quelque peu élastique dont elle est utilisée dans la démonstration. Marquant parle de chapitres « un peu papillonnants » sur les structures, mais Agulhon défend le point de vue de Tudesq au nom de l’articulation nécessaire entre le quantitatif et le qualitatif. La partition entre l’étude des structures et celle des comportements (en particulier la psychologie des classes dirigeantes) est globalement acceptée, tout comme l’est la partition entre l’étude des cens, celle du résultat des élections et celle des relations familiales. De manière également partagée, on souligne l’intérêt de la diversité régionale de l’étude et le souci de son auteur de ne pas se focaliser sur le cas parisien, bien qu’Agulhon mette l’accent sur le renouvellement historiographique portant sur le Paris de la monarchie de Juillet, en associant le travail de Tudesq à ceux de Louis Chevalier et d’Adeline Daumard.

19Au plan formel, s’appuyant sur des propos de Mousnier, Marquant critique « l’ampleur démesurée » de la thèse et se livre à une comparaison picturale qui témoigne d’une certaine souffrance ressentie à la lecture : « Si l’on nous permet cette comparaison, l’ouvrage de M. Tudesq ressemble à un tableau de l’école pointilliste. Avec le recul nécessaire, l’œuvre est attrayante et de qualité, mais, pour bien l’apprécier, il faut en examiner de près chaque point particulier. Et que de points ! » C’est précisément cette « foule de connaissances, de documents, d’analyses de détails » que salue Agulhon. Sur le contenu, enfin, louanges et critiques alternent selon la personnalité des recenseurs. Ainsi Bertier de Sauvigny, s’il se félicite qu’une étude très neuve sur le légitimisme ait été menée, exprime le vif regret que la « psychologie religieuse » n’ait pas été prise en compte, ajoutant : « ce qui fait le fond même de la vie chrétienne, et même la pratique extérieure, est resté entièrement – et délibérément – hors des perspectives de l’auteur ». Agulhon de son côté se félicite que Tudesq ait évité le piège de la réhabilitation comme celui de la condamnation de son groupe : « Un grand portrait de famille, donc, honnête, précis, minutieux, brossé sans haine, mais sans sympathie non plus ». Et de souligner ce qui lui semble de plus majeur dans la thèse : « une théorie générale des rapports entre les formes des dominations de classes et les environnements économique ou institutionnel ». Quant à Dupeux, il pointe une « surestimation du caractère rural de la société française », notamment des notables, qui selon lui, dériverait de la place centrale accordée aux listes électorales dans les sources primaires. Cela induit une sous-estimation de la notabilité de fonction, d’intelligence ou de talents, affirme-t-il.

  • 27 Sur l’historique de la Société, voir Gossez R., « Éléments pour un historique de la Société d’hist (...)

20Suivant les conseils de Labrousse, qui préconisait de coloniser les sociétés savantes pour y porter la bonne parole, Tudesq eut un rôle non négligeable au sein de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle27. Fondée en 1904, au cœur du combat radical contre le cléricalisme, alors que l’affaire Dreyfus était à peine apaisée et que s’annonçait la séparation des Églises et de l’État, cette dernière fut placée sous les auspices d’un comité directeur réunissant au sein d’une même foi républicaine des personnalités aussi différentes que Henri Brisson, alors président de la Chambre des députés, Lucien Descaves, Armand Fallières, président en titre du Sénat, Anatole France, Jean Jaurès, Alexandre Millerand, et, du côté des historiens et archivistes, Alphonse Aulard, Camille Bloch, Pierre Caron, Sébastien Charléty, Charles Gide, Louis Liard, vice-recteur à Paris, Henry Michel, Philippe Sagnac ou encore Charles Seignobos. Quant à la liste de ses membres, on y trouve nombre de patronymes renvoyant à l’histoire des révolutions du XIXe siècle : Arago, Barbès, Baudin, Carnot (premier président de la Société), Charras, D’Eichtal, Flocon, Floquet, Goudchaux, Lisbonne, Lucipia, Parfait, etc. Les politiques, outre les membres du comité directeur, y sont nombreux : Jacques Bardoux, Léon Blum, Léon Bourgeois, Hubert Bourgin, Paul Faure, Raymond Poincaré, Joseph Reinach, Albert et Maurice Sarraut, Camille Sée, Albert Thomas. Si la liste des universitaires et archivistes n’est pas moins impressionnante (Albert Bayet, Henri Berr, Georges Bourgin, Ernest Denis, Octave Festy, Octave Gréard, Lucien Lévy-Bruhl, Paul Mantoux, Albert Mathiez, Amédée Thalamas), on trouve également de nombreux écrivains ou intellectuels venus d’horizons politiques et disciplinaires très différents, comme Jules Claretie, Gustave Geffroy, Elie Halévy, Lucien Herr, Albert Malet, co-auteur des manuels Malet-Isaac, Paul et Victor Margueritte, ou encore Romain Rolland.

21Dans l’entre-deux-guerres, la Société reconnue d’utilité publique devient une sorte de réunion républicaine regroupant nombre de personnalités politiques et scientifiques radicales, en particulier sous la présidence de Justin Godart. Brutalement interrompues en 1940, ses activités reprennent en 1945 sous la houlette de Labrousse et culminent avec la commémoration du centenaire de la révolution de 1948, marquée par l’intervention de Léon Blum, de retour des camps. Mais la suite s’avère plus délicate, car le climat politique tendu du contexte de rupture du tripartisme et de départ des communistes du gouvernement, alors que la guerre froide s’abat sur l’Europe, n’est pas sans effet sur la Société. Pourtant, au-delà de réelles divergences politiques, cette dernière sut fédérer les talents qui s’exprimaient dans et hors de l’Université.

  • 28 Bibliothèque de la Révolution de 1848. Tome XIX, La Roche-sur-Yon, Imprimerie centrale de l’Ouest, (...)

22Quels furent les relations et les apports de Tudesq à la Société de 1848 ? En termes de publication, ils sont minces. On note pourtant la publication d’une forte contribution au volume d’études dirigé en 1956 par Ernest Labrousse et consacré aux Aspects de la crise et de la dépression de l’économie française au milieu du XIXe siècle, 1846-185128. Parmi les autres contributeurs à ce volume d’inspiration et de méthodologie très labroussiennes, on trouve les noms de Gabriel Désert, Georges Dupeux, Pierre Deyon, Michelle Perrot, Pierre Guiral, Paul Gonnet, Paul Bois ou encore Maurice Agulhon. À l’exception de Pierre Bois, né en 1906, et de Pierre Guiral, né en 1909, tous sont des trentenaires, voire moins comme A.-J. Tudesq né en 1927 ou M. Perrot née en 1928 ; ils appartiennent aux cercles labroussiens plus ou moins proches du maître, né en 1895 et successeur de Marc Bloch à la Sorbonne sur une chaire d’histoire économique et sociale, et se situent politiquement à gauche, avec des sensibilités variées. L’article intitulé « La crise de 1847, vue par les milieux d’affaires parisiens » témoigne de la forte influence exercée à cette époque par Labrousse sur Tudesq. Pourtant ce dernier fait déjà entendre sa propre musique, par l’importance accordée à la presse dans sa documentation et, ce faisant, par le souci de cerner l’opinion publique. À cet égard, les notes de bas de page de l’article sont éclairantes. On y trouve certes une documentation primaire assez labroussienne, tant par les archives utilisées – dont celles de la Banque de France – que par la bibliographie usitée. Mais sur les 124 notes de l’article, plus de la moitié renvoie à des organes de presse, à la fois généraux et spécialisés. On sent déjà l’intérêt porté par Tudesq à ce média.

  • 29 Cahier des séances de la Société de 1848 de 1930 à 1979, archives personnelles.
  • 30 Gossez R., « La Société de “48” (1945-1980) », op. cit., p. 16.
  • 31 Compte rendu de l’AG de 1960, Cahier des séances de la Société de 1848 de 1930 à 1979, archives pe (...)

23Pour le reste, des traces de la présence et de l’activité de Tudesq au sein de la Société de 1848 sont repérables. On sait ainsi qu’il a participé aux assemblées générales de 1955, de 1957, 1958 ou encore 1960 – toutes n’étant pas renseignées sur la liste des participants29. En 1960, succédant à Bertrand Gille, Jacques Droz, Raoul Girardet ou Maurice Agulhon, intervenus les années précédentes, Tudesq fut chargé de présenter la communication accompagnant l’assemblée générale (initialement dévolue à Paul Viallaneix) et traita de « La peur des notables en 1848 en France »30. Parallèlement, lors de l’assemblée générale de 1960, il intégra le comité directeur, en remplacement de Georges Lefebvre, décédé l’année précédente31. Par la suite, il est mentionné au moins jusqu’en 1979 comme membre du comité directeur (peut-être pas en continu), sous les présidences successives de Jacques Droz, Jacques Godechot et Maurice Agulhon ; parmi les autres membres du comité directeur, figurent des personnalités aussi différentes que Jean Bouvier, Louis Chevalier, Louis Girard, Ernest Labrousse, Félix Ponteil, Charles-Henri Pouthas, Fernand Rude, Albert Soboul, Jean Vidalenc, Jacques Rougerie, Michelle Perrot, Philippe Vigier, Alain Corbin. Une liste qui rend justice au compagnonnage de personnalités très différentes, tant au point de vue historique qu’au point de vue politique, mais soucieuses de dialogue, d’échange et de débat.

Un homme de convictions et de médiation

  • 32 La Haye-Paris, Mouton, 1973.
  • 33 Voir Bulletin de la Société d’histoire moderne, 13e série, no 5, 65e année, supplément à la Revue (...)

24Peut-on tirer de ce constat des conclusions sur les sensibilités politiques et idéologiques de Tudesq ? Ce dernier a participé aux travaux de la IVe section de l’EPHE, dont les principaux acteurs étaient Michel Fleury, Bertrand Gille, Jean Tulard, Guy Thuillier, classés à droite. Mais Tudesq a également participé à nombre de rencontres largement ouvertes à toutes les sensibilités, où les historiens de sensibilité « de gauche » dominaient parfois, comme lors du colloque Ordres et classes de 1967, dont les communications ont été réunies par Daniel Roche et présentées par Ernest Labrousse32. Par ailleurs, lors d’un débat consécutif à la présentation en 1965 devant la Société d’histoire moderne, alors dirigée par Louis Girard, d’une communication consacrée à « Une catégorie dirigeante : les grands notables sous la monarchie de juillet », Tudesq dialogue aussi bien, non sans une vraie autorité, avec Philippe Vigier qu’avec Antoine Prost, avec Pierre Barral qu’avec Jean Vidalenc, avec Michelle Perrot qu’avec Adeline Daumard ou encore Jean Bouvier33. Conjugué avec la composition, très diverse du point de vue politique, des sociétés savantes des années de la guerre froide, ce point incite à relativiser la fracture qui aurait opposé droite et gauche universitaires, sauf lorsque de véritables enjeux de pouvoir étaient en cause (élection de collègues, direction de département, de centre de recherche ou d’UFR, etc.) ou lorsque des crises d’ampleur touchaient l’Université française.

  • 34 Témoignage recueilli par courriel le 25 août 2011.
  • 35 Témoignage recueilli par courriel le 15 août 2011.

25Peut-on risquer l’hypothèse que Mai 68 a constitué un tournant pour Tudesq ? Le libéral qu’il était a-t-il mal vécu ce moment de contestation particulièrement virulent au sein de l’institution et dont on sait les conséquences qu’il a pu avoir au plan personnel pour nombre d’universitaires ? Certaines phrases du texte prononcé lors de la journée organisée en son honneur en 1997 le laissent à penser. Les ouvrages de recherche ne nous renseignent guère sur ce point, mais sa rencontre avec André Jardin pour le manuel sur la France des notables témoigne-t-elle d’une osmose seulement intellectuelle ou également idéologique entre les deux hommes, foncièrement libéraux ? On sait toutefois que Tudesq a eu des engagements et même des responsabilités syndicales (CFDT) et politiques (Parti socialiste) qui le classent nettement à gauche, mais avec une sensibilité permanente de médiateur ou de conciliateur. À l’évidence, l’homme n’aimait pas le conflit violent et ne pratiquait pas l’exclusion. Le témoignage de Rémy Pech atteste de son absence « de toute crispation politique » à une époque (les années post-68) où les clivages et les inimitiés étaient parfois fortement marqués34. Ce point de vue est corroboré par celui de Michelle Perrot qui incite à ne pas surestimer l’importance de Mai 68 dans le positionnement politique de Tudesq35.

26Ce questionnement pose en fait la question du degré d’adéquation entre ce qui constitue l’objet de recherche d’un historien, la façon dont ce dernier est envisagé et le jeu des références théoriques qui permettent de le cerner. Sur ce point, une étude fine des références bibliographiques de Tudesq permettrait de se faire une opinion. Si l’on prend l’exemple de l’article de 1956 sur la crise de 1847, on voit bien que, au-delà de la référence incontournable au « patron » de l’histoire économique qu’était Labrousse, les références théoriques « avouées » sont rares : trois au total, dont une à Jean Stoetzel, le grand sociologue spécialiste de l’opinion publique et de la presse, fondateur de l’IFOP en 1938 ; une à un économiste bordelais, Jean Lescure, auteur d’une thèse (1906) devenue un classique sur les Crises générales et périodiques de surproduction ; et une à un psychanalyste, Rodolphe Loewenstein, l’un des fondateurs de la Société psychanalytique de Paris en 1926 et de la Revue française de psychanalyse, auteur d’une Psychanalyse de l’antisémitisme. On constate une même rareté dans Les Conseillers généraux au temps de Guizot : la quasi-totalité des notes renvoient à des sources primaires, les quelques rares autres références à des travaux historiques très spécialisés. Il est vrai qu’il convient de replacer cette pratique dans son contexte de production : encore dans les années 1950-1960, nombre de travaux, y compris des thèses, ne discutent guère des positions épistémologiques, encore moins idéologiques sur le sujet abordé et Tudesq représente davantage la règle que l’exception.

  • 36 Robert H., La monarchie de Juillet, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1994, p. 124.

27Ce dernier est parfois enrôlé au service d’une cause : la défense de la monarchie de Juillet. C’est ainsi qu’Hervé Robert se félicite qu’avec Philippe Vigier, l’historien bordelais, ait « pointé les mérites » du régime de Louis-Philippe36. Tudesq érigeant le régime de Louis-Philippe, voire le temps de la monarchie censitaire comme modèle ? La question mérite réflexion et c’est le manuel co-rédigé avec André Jardin qui nous donne des indices à ce sujet. Dans l’avant-propos, Tudesq attribue deux qualificatifs aux années 1815-1848 : stabilité et innovation. Les arguments fournis à l’appui de la démonstration convainquent tout en interrogeant sur les choix faits par les auteurs, en considérant les contraintes inhérentes à ce genre de production. Le choix revendiqué de « déparisianiser » le regard et de consacrer un volume aux régions (pas à « la » province) apparaît pertinent et même novateur, en phase avec les thèses d’histoire régionale dédiées tout ou partie à la période. Mais, si « la naissance du mouvement ouvrier » n’est pas ignorée, la bibliographie fait l’impasse sur un certain nombre de travaux de tonalité marxiste ou même socialiste – ainsi de l’Histoire socialiste de Jaurès, des publications de Jean Bouvier ou des travaux d’historiens soviétiques. Pour autant, la vision synthétique que donne Tudesq, auteur de la conclusion du manuel, de la période étudiée est balancée : il montre les avancées et les limites des deux régimes incarnant la monarchie constitutionnelle. Et si cette dernière est perçue comme une « période de transition », formule qui de nos jours serait plus difficilement acceptée, la déclinaison des trois caractéristiques de cette transition (institutionnelle, économique et idéologique) demeure actuelle.

  • 37 Tudesq A.-J., « Relativisme et liberté », in Robine N. (éd.), Histoire et médias, op. cit., p. 94.

28Laissons, en définitive, la parole à Tudesq. Lors d’une journée organisée en son honneur à Pessac en janvier 1997, il y développe, au sein d’une brève analyse de sa carrière, quelques idées fortes et y revendique des affiliations à la fois épistémologiques et idéologiques. Car, outre les noms d’Alphonse Dupront, d’Ernest Labrousse et de Raymond Aron, présentés comme ses maîtres, on y trouve ceux de François Furet et de Denis Richet, mais aussi de Michel de Certeau et d’Erving Goffman. L’éloge de la relativité historique y sonne comme une critique explicite de toute forme d’histoire militante, y compris sous la forme républicaine qu’elle avait prise, pour Tudesq, à l’occasion du centenaire de la révolution de 1848. On note en particulier son refus de toute lecture de l’histoire qui aurait comme objectif de « vouloir faire entrer les faits dans les schémas d’une interprétation, alors que c’est des faits que doivent ressortir à la fois la connaissance et l’interprétation des réalités37 ». Toutefois, si l’historien plaide pour que l’on donne « la priorité aux faits », il n’hésite pas à citer Michel de Certeau, à qui il emprunte le concept de temporalité qu’il relie étroitement à celui de relativité. Encore cette notion âprement défendue comme étant au fondement de toute recherche est-elle couplée avec un autre mot clef, celui de liberté, dont Tudesq montre qu’elle est constitutive même de l’Université.

***

29Le regard d’André-Jean Tudesq sur la France des notables a permis non une résurrection intégrale du passé, comme Michelet le postulait, mais une confrontation entre deux époques : celle d’une démocratie encore balbutiante, en devenir (la France des notables), dans laquelle les élites sociales jouent à la fois et parfois de manière concomitante le rôle de frein et d’accélérateur ; et celle d’une France ancrée dans une croissance économique (les Trente Glorieuses) supposée être l’agent du progrès social sans lequel la démocratie n’a pas de légitimité. Historien et sociologue de cette classe sociale consciente de sa fonction de leader et attachée au maintien d’inégalités considérées comme naturelles, André-Jean Tudesq en a fourni un portrait à la fois matériel (par le biais de l’enquête sérielle) et spirituel (par la place accordée à la notion de psychologie). Il ne s’est pas érigé en juge, mais a eu à cœur de saisir les différences et les similitudes entre les sujets de son étude et ses propres contemporains. Si sa thèse et ses travaux restent une référence de nos jours, c’est qu’ils ont marqué de leur empreinte une historiographie du social qui, depuis, s’est quelque peu détournée de chantiers d’une telle ampleur et nécessitant la mise en œuvre d’une méthodologie complexe. À bien des égards, l’œuvre de Tudesq représente donc un jalon important dans la production historique de la deuxième moitié du XXe siècle.

Notes

1 La nomination par son seul nom d’André-Jean Tudesq relève d’un usage en vigueur concernant les collègues décédés.

2 Faugères A. et Ferre R. - CNRS-IHMC, Répertoire des historiens français pour la période moderne et contemporaine, Paris, Éditions du CNRS, 1983, p. 280.

3 Roche D. (dir.) – CNRS-IHMC, Répertoire des historiens français de la période moderne et contemporaine. Annuaire 2000, Paris, CNRS éditions, p. 412-413.

4 Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, Annuaire des contemporanéistes, Paris, 2004, non paginé.

5 Certeau M. de, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987.

6 Besançon A., L’Histoire psychanalytique : une anthologie, recueil de textes présentés et commentés, École pratique des hautes études, Paris, La Haye, Mouton, 1974.

7 Boutry P., Nassif J., Martin l’Archange, Paris, Gallimard, 1985.

8 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1974 (1re éd. 1949), p. 157.

9 Pour les références précises, nous renvoyons à la bibliographie générale d’André-Jean Tudesq présentée dans ce volume.

10 Les Cahiers de l’IAES, Bordeaux, Archives départementales de la Gironde, 1986.

11 Témoignage recueilli par courriel le 14 août 2011.

12 Id.

13 Id.

14 Témoignage oral recueilli le 18 septembre 2011.

15 Tudesq A.-J., « La crise de 1847, vue par les milieux d’affaires parisiens », in Labrousse E. (dir.), Aspects de la crise et de la dépression de l’économie française au milieu du XIXe siècle, 1846-1851, Bibliothèque de la Révolution de 1848. Tome XIX, La Roche-sur-Yon, Imprimerie centrale de l’Ouest, 1956, p. 36.

16 « La légende napoléonienne en France en 1848 », Revue historique, juillet-septembre 1957, p. 64-86.

17 Tudesq A.-J., « Relativité et liberté », Pessac, 24 janvier 1997, publié dans Histoire et médias, journée d’étude autour du Professeur André-Jean Tudesq, 24 janvier 1997, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997.

18 Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.

19 Paris, Publications de la Sorbonne, 1986.

20 Backouche I., La Monarchie parlementaire. 1815-1848. De Louis XVIII à Louis-Philippe, Paris, Pygmalion-Gérard Watelet, 2000.

21 Rennes, PUR, 2008, collection Carnot.

22 Annales. Économies, sociétés, civilisations, 21e année, no 5, 1966, p. 1103-1109.

23 Revue d’histoire de l’Église de France, année 1966, vol. 52, no  149, p. 196-200.

24 Revue française de science politique, année 1966, vol. 16, no 4, p. 799-801.

25 Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 13, no 3 (juill.- sept. 1966), p. 238-240.

26 Bibliothèque de l’École des Chartes, année 1966, vol. 124, no 1, p. 331-334.

27 Sur l’historique de la Société, voir Gossez R., « Éléments pour un historique de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, 1904-1940 », 1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle, no 1 – 1985, p. 17-38 ; et « La Société de “48” (1945-1980) », in 1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle, no 2, 1986, p. 13-21.

28 Bibliothèque de la Révolution de 1848. Tome XIX, La Roche-sur-Yon, Imprimerie centrale de l’Ouest, 1956.

29 Cahier des séances de la Société de 1848 de 1930 à 1979, archives personnelles.

30 Gossez R., « La Société de “48” (1945-1980) », op. cit., p. 16.

31 Compte rendu de l’AG de 1960, Cahier des séances de la Société de 1848 de 1930 à 1979, archives personnelles.

32 La Haye-Paris, Mouton, 1973.

33 Voir Bulletin de la Société d’histoire moderne, 13e série, no 5, 65e année, supplément à la Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 1, 1966.

34 Témoignage recueilli par courriel le 25 août 2011.

35 Témoignage recueilli par courriel le 15 août 2011.

36 Robert H., La monarchie de Juillet, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1994, p. 124.

37 Tudesq A.-J., « Relativisme et liberté », in Robine N. (éd.), Histoire et médias, op. cit., p. 94.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search