Version classiqueVersion mobile

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Troisième partie. Les temporalités organisationnelles

Le lien organisationnel dans le travail posté

Ghyslaine Thorion

Texte intégral

1L’organisation de la vie est matérialisée par une structuration temporelle qui la divise en jours et en nuits. Ces temps sont marqués biologiquement ; ne parle-t-on pas d’horloge biologique pour chacun de nous ? À une certaine époque, il fallait se mettre au travail dès le lever du soleil, la nuit servant au sommeil réparateur. Les évolutions technologiques, économiques et sociales ont transformé notre rapport au temps. La nuit n’est plus seulement destinée au repos mais elle est aussi exploitée dans le cadre d’activités humaines qui nécessitent un espace temps « en continu » (Boulin, 2002).

  • 1 L’expression « horaires atypiques » s’applique à tous les aménagements du temps de travail, situés (...)

2À l’origine, seules les organisations appartenant au secteur industriel (industries dites « à feu continu ») avaient adopté un temps continu dans leur production, pour des raisons essentiellement techniques (pour éviter de causer des dommages à leur matériel ou à leur recherche). Cela touchait principalement la sidérurgie, la chimie, la pétrochimie. De même, le secteur tertiaire des services (hôpitaux, transports, services d’urgence, etc.) pour des raisons sociales, pratiquent depuis longtemps le travail en continu. Actuellement, de plus en plus d’organisations fonctionnent 24 h/24 ; elles répondent à une logique du marché, à une logique de mondialisation (être réactives à la demande, répondre aux attentes des consommateurs, pratiquer le flux tendu). Nous en voulons pour preuve les commerces de proximité américains ou japonais qui ouvrent jour et nuit, tous les jours. Il y a acceptation du temps continu du marché. « Les entreprises industrielles fonctionnent en continu pour rentabiliser leurs équipements et, dans la plupart des secteurs, le travail de nuit se banalise. Les sociétés de services se mettent au « 24 h/24, 7 j/7 » et chacun peut contracter une assurance ou commander un billet d’avion en pleine nuit » (Gwiazdzinski, 2004). Un autre fait est la durée hebdomadaire du travail. Le passage aux 35 heures de travail a conduit à des configurations temporelles atypiques1, à des aménagements temporels diversifiés dans l’organisation du travail.

  • 2 Travail posté : « tout mode d’organisation du travail en équipes selon lequel des travailleurs son (...)

3L’illustration de cet espace temps en continu nous est donnée par le travail en alternance. Il est dénommé également « travail en équipes alternantes » ou encore « travail posté2 ». C’est ce « travail posté » qui intéresse notre étude. Il représente 20 % de la population active masculine et 15 % de la population active féminine (Billiard, 2006). Cette population se répartit pour 60 % en travail en deux équipes (deux-huit), pour 20 % en trois équipes (trois-huit).

  • 3 Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des m (...)

4Le rythme circadien fondé sur l’alternance jour/nuit (période de veille le jour/période de sommeil la nuit) devient ici irrégulier, inversé, perturbé (CNAM, 1981). Le salarié qui effectue un travail posté est soumis à un décalage horaire chronique. De nombreuses études épidémiologiques ont interrogé les liens existant entre travail en alternance et santé, entre travail en alternance et sécurité au travail. Quelques-uns des thèmes abordés lors des congrès de l’INRS3 s’inscrivent dans ce cadre : rythme et sommeil, stress et chronobiologie, dette de sommeil et fonctions physiologiques, facteurs de risque et sécurité au travail. L’objectif de ces recherches est la prévention des risques au travail et l’aménagement des temps de travail.

  • 4 Le travail en trois-huit se définit par une amplitude de 8 heures de travail effectuées sur trois (...)
  • 5 Selon le code du travail et la loi du 9 mai 2001, le travail de nuit se situe entre 21 h et 6 h. P (...)

5Il s’est agi pour nous de confronter les perceptions qu’ont les acteurs eux-mêmes de leur travail diurne et nocturne, de les analyser sous le prisme de la temporalité – matinée, soirée et nuit. Autrement dit, nous avons choisi de nous intéresser au travail en 3/84 sous différents angles. Quel usage organisationnel de cette triple temporalité se manifeste au travers des rapports hiérarchiques, spatiaux, dans la relation au travail lui-même ? Quelles possibilités ou quelles restrictions apporte la nuit au travail face aux autres temporalités ? Y a-t-il une distinction autre que l’absence ou la présence de lumière, que la synchronisation chrono-biologique ou l’adaptation physiologique individuelle dans le travail posté et notamment de nuit5 ?

6L’hypothèse qui a guidé notre recherche peut être énoncée de la manière suivante : la nuit a-t-elle une influence sur les liens relationnels dans les organisations, sur l’organisation du travail, sur la productivité ? Peut-on parler de métamorphoses organisationnelles et si oui, comme se traduisent-elles ? La nuit change-t-elle le rapport au temps, le rapport à l’environnement, le rapport à l’autre ?

7L’approche que nous avons mise en œuvre privilégie l’expression du vécu des salariés travaillant en trois-huit. Nous avons procédé par entretiens individuels, non directifs centrés, d’une durée moyenne de trois quarts d’heure à une heure. Un guide d’entretien, conçu à partir de questions préalablement testées, a servi de base aux interviews.

8L’entretien se structure autour des thématiques suivantes : effets du travail posté sur l’organisation du travail, sur les interactions entre salariés (relations entre collègues, relations hiérarchiques), conséquences des horaires atypiques sur la vie sociale et personnelle des salariés. Nous avons questionné les spécificités liées au travail de nuit, cherché à savoir si la nuit pouvait se définir comme une temporalité spécifique dans l’univers du travail posté, cherché à comprendre quels rapports les salariés entretiennent avec cette nuit « gommée ».

Composition de la population interviewée

9Notre échantillon n’a pas l’ambition d’être représentatif de la population globale. Il est essentiellement qualitatif. Nous livrons ci-après les données issues de nos entretiens (moins de 10). Les interviewés appartiennent à divers secteurs d’activité : transport terrestre, transport aérien, industrie, imprimerie, santé (hôpital), maintenance, hôtellerie. Ils sont en activité ou à la retraite.

10Notre communication, au cours de ce séminaire international, portera sur les résultats et analyses des perceptions que les travailleurs en alternance portent sur leur activité. C’est pourquoi nous avons choisi de rapporter certains de leurs propos.

Résultats

11Tout d’abord, le vécu des postés est déterminé par leur rapport à l’investissement professionnel, à la nature de l’emploi, à l’âge et au genre de l’intéressé (masculin ou féminin). Ces critères ont des incidences sur leurs réponses. Ensuite, une dominante tient au fait que cette organisation temporelle les situe en marge de la société. Au regard du mode de vie atypique qu’ils connaissent, leur vie apparaît « en contre phase » ; ils évoquent cet aspect tant sous un angle professionnel que sous un angle extra-professionnel.

Rapport psychologique au travail posté

12Notre première remarque concerne le choix du travail posté.

  • Premier cas : le travail posté a été choisi pendant une période donnée, délimitée dans le temps. Il est motivé par des impératifs personnels (par exemple « pour élever mon fils »), ou des opportunités professionnelles (considéré comme un tremplin vers une autre carrière).
  • Deuxième cas : c’est la profession qui a été choisie, le travail posté faisant partie intégrante de la fonction. Le choix initial n’est pas remis en question.

13Dans les deux cas qui viennent d’être évoqués, le travail posté est assumé, revendiqué comme un choix professionnel.

14« C’est un monde à part, ceux qui font ces postes, ont du mal à les quitter. »

15« Ce n’est pas routinier. Cela me convient bien. »

16« Je me plais dans ce poste. »

17À l’inverse, si le travail posté a été imposé, il est subi et par conséquent mal vécu, tant sur le plan psychologique que physique :

18« Je n’ai pas eu le choix […] le travail de nuit est pénible. On est obligé de se forcer pour faire une tâche. »

  • 6 Association régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail du Nord-Pas-de-Calais.

19Dans leur globalité, les intéressés ne regrettent en rien cette option même si elle comporte des horaires atypiques. À l’exception peut-être des dernières années avant la retraite où un travail aménagé en journée aurait été souhaité. À ce propos, il semble qu’aucun âge maximum n’ait été prévu légalement pour le travail posté. Compte tenu de l’allongement du temps de travail, une réflexion menée à l’initiative de l’ARACT6 semble vouloir s’ouvrir sur le thème – âge et travail posté – mais elle reste cependant confidentielle.

20La seconde remarque concerne l’approche communicationnelle liée au travail en alternance. La notion de « travail d’équipe » ressort comme fondamentale. Il s’agit d’une continuité du travail dans le temps : « le passage de consignes », « la période de transmission », la « période de recouvrement d’un quart d’heure » quel que soit son nom, est un moment privilégié pour parler de « ce qui s’est passé », du travail effectué, de « ce qui reste à faire ».

21Le travail posté amplifie cet aspect communicationnel. Le croisement des horaires n’étant pas ou plus en vigueur, les débordements d’horaire sont fréquents. On viendra avant l’heure pour avoir les informations, on partira après l’heure pour transmettre les informations à l’autre équipe, on attendra la relève. Les salariés en alternance effectuent ce passage de relais par conscience professionnelle, alors qu’il n’est pas toujours comptabilisé dans leurs heures de travail. C’est un lien organisationnel à ne pas rompre ! Le travail posté est considéré comme un travail d’équipe avant tout, de solidarité. L’aspect humain y est primordial.

22On parle de « fraternité », de « solidarité », « d’entraide » entre les personnes qui font le même travail

23« On s’apprécie, on est content de se retrouver. »

24« Il y a des personnes extraordinaires, vraiment sympas, qui méritaient d’être rencontrées. Pour ça, je voudrais bien recommencer. » (À la question : si c’était à refaire.)

25Le contexte conjoncturel met parfois un bémol mais n’est pas lié seulement au travail posté, ce contexte agit sur le climat interne.

26« Les relations sont plus tendues, il y a plus de méfiance. » (Après le plan de restructuration.)

27« L’organisation pluri-technique plaît plus ou moins. »

28L’investissement dans le travail tient souvent de l’affectif, nous venons de le voir, mais est lié aussi à la singularité technique qui est évoquée sous de multiples aspects, très détaillée dans les interviews.

Caractéristiques des configurations temporelles

29La configuration temporelle est variable. Elle dépend de l’organisation du travail et est souvent évolutive dans le temps (en fonction de l’activité ou des facteurs changeants de la production). Elle tient moins à un aménagement temporel qui aurait pu être négocié avec les intéressés, ou leurs représentants, que de directives managériales. Ce qui semble bien accepté par les postés :

30« Les horaires sont choisis pour maintenir l’activité constante. »

31« Le roulement est fait pour avoir un minimum de personnes. »

32« Les horaires sont fonction des besoins de l’entreprise. »

33L’organisation temporelle du travail (jours travaillés/jours de repos) est variable, les rythmes rotatifs (succession de matins, soirs, nuits) également. Cependant le calcul de ces cycles est parfois contesté :

34« Je trouve qu’on pourrait mettre un peu plus d’humain dans le choix des horaires. Tenir compte de la fatigue. Ainsi considérer la descente de nuit comme un jour de repos, c’est mépriser les personnels. »

Contraintes et compensations

35Face à ces contraintes temporelles, à la pénibilité des horaires, les interviewés mettent en avant leurs compensations :

36 compensations financières : le travail de nuit, le travail les jours fériés est davantage rémunéré.

37« On gagne bien notre vie. »

38« Le salaire est honnête. »

39Les majorations « permettent une certaine qualité de vie » : « gagner davantage d’argent m’a incité à poursuivre ce travail. Après, on est pris dans le système ; on n’en sort plus ».

40Dans un seul cas, la faiblesse de la compensation financière est assimilée à un manque de reconnaissance du travail accompli.

41« Notre travail est indispensable mais méconnu. C’est très frustrant, le travail de nuit est mal payé. »

42– Compensations temporelles : elles prennent la forme de jours de repos en fin de périodes ou de jours cumulés après plusieurs périodes travaillées. Ce sont des repos qui s’ajoutent aux jours de vacances. Cela se traduit par :

43« plus de temps libre » pour s’occuper de ses enfants, de sa maison, de son jardin,

44« du travail complémentaire pour la ferme »,

45un engagement syndical,

46et parfois « par du travail au noir » pour un complément de salaire.

47– Compensations en évolution de carrière :

48« Je le referai, ça m’a donné une bonne évolution. »

49Afin d’analyser les distinctions opérées par les interviewés par rapport aux temps de travail, nous aborderons successivement les temporalité-nuit,-matinée et-soirée qu’ils connaissent dans les trois-huit.

La temporalité-nuit

50Si nous nous reportons à notre hypothèse initiale, nous avons rencontré effectivement des métamorphoses du lien organisationnel, la nuit. Celles-ci touchent au rendement, aux distances relationnelles, à la physiologie et à la psychologie individuelles. Nous les examinons ci-après. Elles sont à mettre en relation avec l’activité professionnelle proprement dite.

- Sur le plan temporel

51Le rapport au temps est différent. Le temps pour accomplir une tâche se trouve augmenté. La fatigue physique se fait sentir, d’où des efforts de concentration plus intenses chez les postés de nuit. Il a été mis en évidence que l’équipe de nuit a un rendement inférieur à celle de jour (Andlauer et al., 1977). Cette baisse de rentabilité résulte d’une « sur-fatigue occasionnée par le travail nocturne ».

52« Quand je suis bien fatiguée et que je prépare les commandes pour la semaine, je me suis vu mettre 3 h-3 h 30 au lieu de 2 h. » « J’ai plus de mal à me concentrer la nuit que le jour, je fais de moins bonnes analyses, je prends plus de temps. »

53Le temps d’attente pour une intervention d’urgence compte double.

54« La notion d’urgence n’est pas vécue de la même façon que le jour. C’est plus impressionnant ! L’arrivée du médecin, du Samu est longue. »

- Sur le plan physiologique

55Il a été prouvé que le travail de nuit, pour un même rendement, nécessite une plus grande dépense physiologique et nerveuse (CNAM, 1981).

56« Sur un travail identique, il faut plus d’attention de nuit que de jour. »

57La pénibilité des heures de nuit est soulignée à différentes reprises.

58« La première nuit est plus dure que les autres. C’est une habitude à prendre. »

59« 7 nuits à cheval sur 2 semaines, les 4 jours de repos qui suivent sont nécessaires pour pouvoir se recaler. »

60« Faire trois nuits de suite, on n’en voit pas le bout. »

61« La première nuit était plus dure que les autres ; ensuite ça allait. »

  • 7 Cela correspond à des rythmes biologiques observables sur 24 h. Ce rythme circadien détermine l’ac (...)

62L’effort en fin de nuit, vers 3-4 h du matin est d’autant plus coûteux qu’il coïncide avec un niveau de température du corps à son minimum7. D’où le ressenti de deux interviewés :

63« La fin de nuit est fatigante. »

64« J’ai besoin de manger quelque chose en fin de nuit, pour tenir. »

65C’est aussi la partie de la nuit qui compte statistiquement des accidents de travail, non pas plus nombreux mais plus graves (Andlauer et al., 1977).

66La fatigue physique, la lutte contre le sommeil rejaillissent sur un mal-être ressenti au niveau du corps. L’ergonomie du travail de nuit semble avoir été oubliée des préoccupations managériales, la productivité souhaitée étant identique à celle de la journée.

67« Il n’y a pas une seule chaise confortable. Pas de moyen de se détendre. Ils nous ont supprimé le relax. Ce manque de confiance dans le personnel est insupportable. »

- Sur le plan psychologique

68Pour certains interviewés, la nuit est un espace de solitude. Ce sentiment d’isolement crée une angoisse, une inquiétude.

69« Nous ne sommes que toutes les deux (avec l’aide soignante), face aux patients, une sorte de trinôme. J’ai des bouffées d’angoisse quand l’alarme sonne : j’ai peur de l’incendie, de la violence, que quelqu’un passe à l’acte. »

70« On a beaucoup de soucis quand on est seul. C’est angoissant, stressant d’être seul, de faire face, de prendre la bonne décision. »

71Pour d’autres, il est synonyme de pouvoir, d’autonomie.

72« Nous sommes managers de l’hôtel pendant la nuit. »

73« Il n’y a pas de hiérarchiques. C’est à moi de m’organiser la nuit, les décisions, je les prends seul, je n’ai jamais réveillé un hiérarchique. »

- Sur le plan des sensorialités

74Les facteurs d’ambiance ont une incidence sur le ressenti des travailleurs de nuit. Ainsi le silence construit un univers différent de celui de la journée.

75« Y’a personne, on est seul, il y moins de bruits, moins de machines en fonctionnement. »

76« Le rythme est plus cool, moins bruyant. »

77« On est entre nous, moins sollicités par d’autres services. »

78La hiérarchie des sens est modifiée. La nuit, l’ouïe est davantage sollicitée surtout si elle prévient d’un risque potentiel. La nuit peut dans certaines professions, représenter un danger à cause du manque de visibilité.

79« On voit un peu mieux dans le brouillard le jour que la nuit. Il y a plus de risque la nuit, le wagon arrive à grande vitesse, on l’entend, on ne le voit pas. »

80La sécurité se doit d’être renforcée la nuit par l’utilisation d’avertisseurs sonore ou lumineux.

81« La nuit on transportait une lanterne en plus du sac à dos et du téléphone portable qu’on avait en journée. Cette lampe acétylène nous servait à avertir en cas de danger. Deux yeux blancs, tout va bien, deux yeux rouges, il y a quelque chose de dangereux. »

82Le manque de luminosité se fait cruellement ressentir lors de la saison hivernale. C’est une variable qui joue sur le moral.

83« On se lève, il fait nuit, on travaille la nuit, on rentre il fait nuit. C’est déprimant ! »

- Sur le plan des relations

84C’est le moment où d’autres liens, d’autres rapports se créent. Ainsi dans le métier d’infirmière, la nuit laisse apparaître une autre facette des rapports entre personnel soignant et malades. De lien de soignant à soignés, on passe à un lien d’accompagnant/d’analyste à individu.

85« Les patients ont l’impression de déranger le jour. Ils ont l’impression qu’on est plus disponible la nuit. C’est la nuit qu’ils sont face à leur vie, leur souffrance, leur situation problématique. Il faut les mettre en confiance pour qu’ils parlent de leur angoisse, de leur mal-être. »

86La demande de médicaments, de nourriture, de cigarettes cache souvent d’autres préoccupations.

87« Ils ont besoin d’être rassurés, réconfortés. C’est la nuit que j’utilise la réflexologie. Les patients se sentent plus détendus. Nous avons un devoir d’éducation aussi, il faut savoir cadrer leurs envies, faire en sorte qu’ils se maintiennent en bonne santé (éviter la prise de poids, l’addiction). »

88C’est le temps de l’écoute, de l’expression des affects, de l’empathie. Le travail de nuit qui porte sur les relations humaines est défini par l’intéressé comme un travail en profondeur mais un travail non reconnu, un « travail de l’ombre ». S’il n’est pas reconnu par la hiérarchie, il est primordial pour les patients.

89« Je me sens très nécessaire, les patients le disent aussi. »

90Le contact qui s’établit devient, pour certains, une sorte de rituel ; la nuit ils ont besoin de cet entretien d’une demi-heure. Le départ en vacances de l’infirmière devient presque un drame.

91« Vous partez en vacances, jusqu’à quand ? »

92Nous avons constaté une différence sensible entre les rapports hiérarchiques diurnes et les rapports hiérarchiques nocturnes. Quand elles existent, les relations hiérarchiques apparaissent fondamentalement plus ouvertes, plus détendues moins contraignantes, la nuit. Une proximité qui semble appréciée.

93Pour d’autres salariés, les relations hiérarchiques sont inexistantes la nuit, mais ils savent qu’ils peuvent y recourir éventuellement ; l’autonomie, la responsabilité dont ils jouissent alors, sont assumées et revendiquées comme telles.

94« La nuit, il n’y a pas de contraintes, pas de hiérarchie. »

95« Le cadre de santé est beaucoup plus à l’écoute, plus disponible. Il est dérangeable la nuit en cas de besoin. »

96« Les relations sont meilleures la nuit. Les cadres de nuit et nous, nous sommes interdépendants. »

97« On est plus peinard, on n’a pas les autorités sur le dos, on est plus autonome. »

98« Parfois les chefs venaient mais c’était rare. Ils venaient discuter avec toi. »

99Les relations entre collègues sont synonymes d’entente, d’entraide. Elles passent par une coopération entre les membres d’une même équipe, ce qui a des répercussions favorables sur l’ambiance, le climat interne.

100« Il y une différence de mentalité. Les gens sont plus solidaires sur les interventions, sur le travail, la nuit. »

101« J’aimais bien la nuit, nous étions une sorte de caste, les gens qui travaillent la nuit sortent de l’ordinaire. »

102« C’est un travail de groupe, il existe une solidarité entre nous. »

103Les cadres, eux, sont plus isolés.

104« Il y a peu de cadres en horaires décalés, il y a peu de collègues qui travaillent en même temps que moi. »

105Il a été fait état dans un cas de relations intergénérationnelles difficiles entre collègues de même niveau hiérarchique. Mais on ne peut pas dire qu’elles soient liées spécifiquement au travail posté. Les interactions dénoncées se manifestent dans le langage tenu à l’égard des seniors. Ces dégradations relationnelles comportent le risque, à terme, d’incidences préjudiciables sur le moral des intéressés.

106« Avec les jeunes, les relations étaient difficiles, ils nous traitaient de vieux cons, nous à leur âge, on disait les anciens. »

107Lorsque deux formes d’organisation temporelle coexistent (travail posté et travail en journée), les personnels postés ressentent une incompréhension des personnels de jour, sans doute liée à un manque de communication entre ces deux catégories de personnels, une méconnaissance de leur activité professionnelle atypique.

108« Il y a un manque de reconnaissance du travail effectué la nuit. Mais qu’est-ce qu’ils ont fait la nuit ? C’est difficile à entendre. »

109« Ceux qui faisaient la journée, les gens des bureaux, du Bureau des méthodes, les blouses blanches, ressentaient du mépris pour nous, les blouses bleues. Quand je suis devenu blouse blanche mais dans une autre société, je n’étais pas très bien accueilli dans les ateliers, mal reçu par les anciens surtout. »

- Sur le plan de l’organisation du travail

110Les tâches demandées diffèrent parfois de celles de jour mais la productivité n’en est pas amoindrie pour autant. « Le travail est différent : moins d’appels téléphoniques, de réservations à effectuer, moins de check-in et de check-out mais beaucoup de documents à remplir (statistiques, contrôle des factures clients, currency rate, communication avec les départements housekeeping, banking), le petit-déjeuner à préparer ainsi que le bar et la salle d’attente à tenir propres. Tout cela en 6 heures ! » « Avant la charge de travail était moindre la nuit, maintenant avec moins de personnel, on en demande davantage ; l’accélération s’est produite dans les années 80. »

La temporalité-matinée

111L’appréciation de cet espace-temps est éminemment subjective. Elle s’apparente à une extension temporelle. Autrement dit, la plage horaire effective est ressentie comme beaucoup plus étendue que celle indiquée dans le planning organisationnel.

112Cette extension temporelle tient :

  • d’une part, à une interruption brutale du cycle de sommeil,
  • d’autre part à la conduite d’un véhicule personnel qui réclame une attention soutenue, immédiate.

113La plupart des interviewés ont mis en avant l’absence de transports en commun à l’heure où ils se rendent sur leur lieu de travail ; dans un seul cas, il a été question d’un ramassage en bus mis en place par l’entreprise mais qui s’avère également chronophage compte tenu de la tournée effectuée par le bus.

114« Je me levais à 3 h du matin, prenais le bus à 3 h 45 pour arriver au vestiaire à 4 h 40 ». La nuit est singulièrement raccourcie.

  • 8 Le sommeil paradoxal intervient en fin de nuit et est en relation avec le sentiment de bien-être.

115Cette prise de service très matinale se traduit par une réduction de la durée du sommeil et plus particulièrement de la quantité de sommeil paradoxal8 d’où une sensation de mal-être, de mal à l’aise (Dement, 1960 et Jouvet, 1962 cités par P. Andlouer et al.). Ce qui fait dire aux interviewés de notre échantillon :

116« Le poste le plus dur, c’est celui du matin. »

117« C’est hyper-fatigant. »

118« En dernier, les matinées je n’pouvais plus les encaisser. Le plus dur, c’était pour se lever à 3 h surtout. »

119« Quand je suis du matin ou de nuit, c’est là où l’organisme lutte contre la fatigue ; en plus l’activité est très intense le matin. »

120« L’hiver, c’est terrible se lever avec le froid, la neige. »

121Le seul avantage cité est le temps libre dont les salariés disposent après avoir été du matin. La sieste, à cause de la sensation « d’être vaseux », a découragé plusieurs d’entre eux. En général, il l’utilise à d’autres activités. L’individualisation des temps de vie est liée à des choix personnels (bricolage, jardinage, en un mot autoproduction) ou familiaux (s’occuper de ses enfants). La sphère du travail pèse bien sûr sur les choix d’utilisation de ce temps libre.

La temporalité-soirée

122Le soir est souvent identifié comme correspondant à la journée dans les propos et l’esprit des interviewés ; une attitude qui correspond, à notre avis, à une identification à une semaine normalisée telle que la connaissent d’autres salariés. À l’inverse de la temporalité-matin, la temporalité-soir ne rencontre aucune aversion. Généralement, le travail en poste du soir est comparé à celui en poste de nuit et ce, s’agissant de la charge de travail, de la pression professionnelle ou du contrôle.

123« Le travail de jour, c’est un travail d’équipe (médecins-infirmières-aide soignantes), il est très valorisant, dynamisant si on le compare au travail de solitude de la nuit. Mais le jour, la compétitivité est présente. C’est à qui fera la meilleure remarque en réunion de staff. »

124Ces propos nous donnent à penser que le jour, par principe, correspond à une augmentation quantitative des personnels (plus de bruit, plus de mouvement) et qu’au-delà de la tâche proprement dite, des enjeux de carrière, de pouvoir se posent.

125La perception d’une augmentation de la productivité en journée n’est pas toujours partagée de la même façon par les interviewés. Cela tient à l’activité professionnelle proprement dite.

126« La journée, la cadence est plus élevée, la maintenance est corrective, elle diffère des réparations de nuit plus superficielles, faites pour que le matériel tienne pendant la durée de la production. »

127« Le travail de jour est plus intense, plus stressant, on a la charge de travail à effectuer plus les sollicitations des autres services. Il y a énormément de départ d’avions, on est plus souvent sollicité pour résoudre des problèmes. Dans la journée, on a de l’aide, c’est bien. La nuit, on a la même charge de travail mais pas tous les aléas de l’exploitation. »

128« Le travail est tout aussi risqué le jour que la nuit. J’étais seul devant la machine mais je n’avais pas le droit, me trouvant devant les bureaux, de quitter mon poste en journée. »

129« C’était plus calme de soirée, le fret partait surtout la nuit ou le matin. »

Temporalité et pathologie

130Les horaires décalés ont des conséquences sur l’état physiologique des postés. Il est reconnu que le travail en horaires décalés nuit à la santé et favorise l’apparition de pathologies graves : cancers, risques cardiovasculaires, instabilités pondérales, pathologies gastriques et nutritionnelles (Chazalette, 1973). Les interviewés le confirment. Les perturbations qu’ils connaissent sont dues à la fatigue, au manque de sommeil, à la pénibilité des rotations horaires.

131– La prise de poids ressort comme une dominante dans les entretiens. Certains font preuve de discipline personnelle dans leur hygiène de vie. On remarque ainsi des pratiques alimentaires soucieuses d’équilibre surtout chez les salariés d’âge moyen (ils boiront de l’eau quand ils ressentiront la faim) ou chez les salariés du secteur santé, moins chez les seniors, habitués à avoir une pause-repas la nuit, pause dite « casse-croûte ». Les risques d’obésité, en raison des décalages horaires, sont connus et évoqués. Les attitudes raisonnables qui en découlent vont dans le sens de la prévention de ce risque.

132« Au début, j’avais pris du poids, j’essaie de manger des choses équilibrées, de manger à heures fixes. »

133On nous a souligné la perte d’appétit, mentionné des cas d’anorexie.

134– Le sommeil reste plus difficile à gérer. Les salariés postés parlent de perturbations dans leur sommeil (« On ne dort plus beaucoup »), d’insomnies soignées à l’aide de médicaments, de consommation de café pour tenir le coup. Le rythme de sommeil en poste du soir est apprécié sans doute parce qu’il se rapproche du rythme physiologique naturel.

135Selon Michel Billiard, professeur honoraire de neurologie, ancien chef de neurologie à l’Hôpital Gui de Chauliac de Montpellier, 40 à 80 % des travailleurs postés se plaignent de troubles du sommeil et de l’éveil.

136– Les décalages horaires, l’irrégularité des repas contribuent aux ennuis digestifs éprouvés par les interviewés.

137– La perte de repères dans la vie quotidienne, le vivre à contretemps a conduit à un cas de dépression.

Temporalité et incidences sur la vie personnelle

138L’organisation temporelle atypique du travail a des répercussions sur la vie personnelle du posté et de sa famille. En fait, c’est la dimension subjective de ses effets qui entre en ligne de compte. Le bilan ressort positif si les salariés en alternance mettent à profit leur disponibilité pour réaliser quelques-uns des objectifs qu’ils se sont fixés sur le plan personnel. Lorsque les contraintes sont trop fortes, le bilan est alors négatif.

139– La fatigue est soulignée à maintes reprises. La gestion du sommeil relève d’aménagements personnels. Les symptômes de cette fatigue tiennent à des difficultés de concentration, des assoupissements.

140« Je suis souvent fatigué, je suis obligé de faire des siestes. »

141« J’ai besoin de me poser, de me recaler. »

142« Des fois, je suis absent, j’ai du mal à fixer mon attention. »

143– La vie de famille, les réunions familiales sont perturbées en raison des week-end, des jours fériés et fêtes travaillées ; les vacances communes en couple sont difficiles à obtenir.

144« On se croise avec ma femme. »

145« Il y a pas mal de personnes divorcées dans ma société. »

146« C’est difficile de concilier mon travail avec le rythme des enfants. »

147« J’essayais d’obtenir soit Noël, soit le Jour de l’An pour être avec mes enfants. » « Le plus contraignant, ce sont les vacances, ne pas pouvoir les prendre quand on veut. »

148– L’adaptation au rythme décalé s’inscrit comme une dominante ; c’est une sorte de régulation personnelle face aux horaires atypiques.

149« Les jours de repos, nous sommes ensemble. Ça permet de se voir différemment dans un couple. »

150« Je ne me suis pas impliqué totalement dans l’éducation de mes enfants, je n’étais pas toujours là quand ils sortaient le soir. Mais chaque fois que j’étais là, j’étais avec eux. »

151– Un autre effet est celui de l’irritabilité.

152« Ça joue sur l’humeur des gens »,

153« J’ai un caractère explosif, ce n’est pas agréable pour mon entourage certainement ».

154– Les loisirs sont moindres, la vie sociale est amputée en raison des périodes de récupération de sommeil ou des horaires de travail. L’investissement dans une vie sociale ordinaire est difficile à réaliser. De là à parler d’isolement social, il n’y a qu’un pas.

155« Pour se lever de bonne heure, il faut se coucher tôt. Alors les sorties ! »

156Cette recherche nous a permis d’interroger la temporalité atypique du travail posté et notamment de la nuit travaillée, en privilégiant le vécu et le ressenti de ses acteurs. Il faut noter qu’à aucun moment les postés n’ont souligné le lien entre configuration temporelle atypique et risques professionnels de type accidents de travail.

157Sans vouloir privilégier un secteur professionnel plutôt qu’un autre, notre échantillon offre des dominantes et des variables significatives liées aux représentations individuelles. Il nous a permis de mettre à jour l’influence de la temporalité-matin, soir, nuit sur les relations professionnelles et de mettre en évidence les métamorphoses organisationnelles s’opérant à la faveur de la nuit (avec pour axes de réflexion : temporalité, sensorialité, interactions, aspects physiologiques, psychologiques, organisation du travail).

158L’objectif de notre contribution aura été de donner de la visibilité au travail en trois-huit qui reste somme toute assez méconnu et de participer à l’approche communicationnelle de ce fonctionnement en équipes dans lequel les aspects temporels ont une part prépondérante tant dans le lien organisationnel que dans la gestion de la vie personnelle du posté.

Bibliographie

Bibliographie

Ouvrages

Andlauer Pierre, Carpentier James, Cazamian Pierre (1977), Ergonomie du travail de nuit et des horaires alternants, Paris, Cujas.

Billard Michel, Dauvilliers Yves (2006), Les Troubles du sommeil, Paris, Masson.

Boulin Jean-Yves, Dommergues Pierre, Godard Francis (dir.) (2002), La Nouvelle Aire du temps, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Chazalette Andrée (1973), Étude sur les conséquences du travail en équipes alternantes et leurs facteurs explicatifs, Lyon, Groupe de sociologie urbaine.

Conservatoire National des Arts et Métiers (1981), Travail posté, travail de nuit et sommeil, Montrouge, ANACT.

Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie au travail, Quatrième enquête sur les conditions de travail, novembre 2006.

Perrault Soliveres Anne (2001), Infirmières, le savoir de la nuit, Paris, PUF.

Article

Gwiazdzinski Luc (2004), « La nuit : nouveau territoire des politiques urbaines ? », Passant, no 49, juin-septembre.

Sites

http://www.inrs.fr

http://www.cee-recherche.fr/fr/doctrav/Doc103-Delay-jeunes-entreprises-responsabilités-intergenerationnelle.pdf

Notes

1 L’expression « horaires atypiques » s’applique à tous les aménagements du temps de travail, situés en dehors du cadre de la « semaine standard ». Une semaine standard correspond à un temps de travail de 7 ou 8 h par jour sur 5 jours, situé entre 6 h et 21 h. Les formes d’horaires atypiques les plus connues sont le travail de nuit, le travail posté et le travail de fin de semaine.

2 Travail posté : « tout mode d’organisation du travail en équipes selon lequel des travailleurs sont occupés successivement sur les mêmes postes de travail, selon un certain rythme, y compris le rythme rotatif, et qui peut être de type continu ou discontinu, entraînant pour les travailleurs la nécessité d’accomplir un travail à des heures différentes sur une période donnée de jours ou de semaines » (directive 93/104/CE).

3 Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

4 Le travail en trois-huit se définit par une amplitude de 8 heures de travail effectuées sur trois cycles – matinée, soirée et nuit – dont le sens de rotation et la répartition (nombre de jours travaillés, nombre de jours de repos) est variable selon les organisations. Les trois-huit sont donc la succession à un même poste de travail, d’équipes alternantes qui permettent un travail en continu.

5 Selon le code du travail et la loi du 9 mai 2001, le travail de nuit se situe entre 21 h et 6 h. Par ailleurs, la loi définit « le travailleur de nuit » comme tout travailleur qui accomplit deux fois par semaine trois heures de son temps de travail entre 21 h et 6 h ou un nombre défini par convention ou accord étendu.

6 Association régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail du Nord-Pas-de-Calais.

7 Cela correspond à des rythmes biologiques observables sur 24 h. Ce rythme circadien détermine l’activité plus ou moins variable des fonctions biologiques (température corporelle, consommation d’oxygène, fréquence cardiaque, volume d’urine…).

8 Le sommeil paradoxal intervient en fin de nuit et est en relation avec le sentiment de bien-être.

Auteur

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, consultante, chercheur associé, Équipe d’accueil MICA (Médiation, Information, Communication, Arts), Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search