Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Troisième partie. Les temporalités organisationnelles

Nuit et métamorphoses des liens organisationnels : le cas des équipes de terrain et du centre d’appel d’une caserne de pompiers du Sud-Ouest

Valérie Carayol, Aurélie Laborde, Nadège Soubiale, Hélène Crombet, Anne Fedou, A. Messadi et Yann Rouvery

Texte intégral

1Fonctionnaires ou volontaires, les pompiers assurent un éventail de missions – secours aux victimes dans la majorité des cas en plus de la lutte contre les incendies – qui les situent comme des professionnels engagés au service du public. Disponibilité, contrôle de soi, réactivité et capacités d’empathie, sont des dispositions qui, dans l’exercice de leurs missions, importent tout autant qu’une bonne condition physique et qu’une solide connaissance des terrains variés sur lesquels les pompiers sont appelés à intervenir.

2La structure organisationnelle des casernes de pompiers en fait un terrain d’étude privilégié pour la communication des organisations. En effet, la structure hiérarchique qui caractérise cette organisation de type militaire obéit à un mode de management autoritaire qui ne doit pas pour autant faire obstacle à la gestion de situations incertaines et instables qu’il s’agit de maîtriser individuellement et collectivement. Cette double contrainte permanente – recevoir et obéir à des ordres clairs tout en s’adaptant aux imprévisibilités inhérentes à toute situation d’urgence – impose dans le même temps une seconde logique managériale, d’essence plus démocratique, qui repose sur la confiance mutuelle entre protagonistes, quel que soit le statut qu’ils occupent dans cette organisation par essence pyramidale. Au sein des organisations qualifiées dans la littérature anglo-saxonne de « High reliability organizations (HRO) » (Rochlin, 1993), littéralement « organisations de grande fiabilité », la socialisation est essentielle de même que les pratiques de communication qui permettent de construire des liens organisationnels très forts (Myers, 2005). Le sentiment de confiance au sein des équipes de terrain et des centrales d’appels apparaît comme indispensable, tout comme la faculté individuelle à intégrer des directives tout en gardant une part d’autonomie pour décider de manière à la fois réactive et adaptée face à l’urgence (voir par exemple, sur la gestion du risque incendie, Auger et Reynaud, 2007).

3L’organisation temporelle du travail des pompiers nous offre donc un lieu privilégié d’observation et de découverte des métamorphoses des liens organisationnels susceptibles de se dévoiler lors du passage du travail de jour au travail de nuit. Des études entreprises sur le fonctionnement des organisations en régime d’urgence (Carayol, 2005) nous ont en effet montré, sans que cette question fasse de notre part l’objet d’analyses approfondies, que les liens organisationnels la nuit semblaient prendre des formes particulières et originales, suscitant chez certains salariés un engouement important au point où le travail de nuit était privilégié, dans la mesure du possible, plutôt que le travail de jour. En dépit de certains constats montrant la dureté du travail de nuit et de ses rythmes biologiquement difficiles à intégrer, on a pu noter, à l’hôpital par exemple, plus de respect envers les salariés et plus de civilité de la part de la majorité des patients, plus de reconnaissance de la part des cadres envers les agents, une atmosphère plus détendue, des distances hiérarchiques resserrées, et un sentiment de l’importance du rôle et de l’action valorisante pour beaucoup. Nous nous sommes donc interrogés sur la transposabilité et l’extension possible de ces observations à un autre secteur professionnel ? Pouvait-on observer des métamorphoses des pratiques de communication et des liens organisationnels la nuit dans d’autres organisations ? C’est ainsi que nous avons choisi notre terrain : un centre d’appels et une caserne de pompiers.

4Le centre d’incendie et de secours où s’est déroulée l’étude comprend 199 sapeurs-pompiers professionnels et 31 sapeurs-pompiers volontaires. L’étude a été menée auprès des sapeurs-pompiers professionnels dont l’activité est la plus intense et régulière, pour moitié travaillant au centre d’appels et de secours et pour moitié en caserne pour les secours opérationnels.

Le cadre d’analyse

5La nuit reste « un objet dont les sciences sociales ne se sont jamais véritablement emparé », selon Luc Gwiazdzinski (Gwiazdzinski, 2005). Il est vrai que relativement peu de travaux peuvent être recensés. Un numéro de la Revue des Sciences sociales (Strasbourg, no 32, 2004) consacré à la nuit, constate que les sciences sociales sont « trop souvent diurnes dans leurs objets ».

6La nuit est souvent envisagée de manière négative, comme source de stress, d’angoisse ou de mal-être. Elle produit « un effet de loupe » sur la misère du monde, par le spectacle en extérieur, des sans-abris et des déshérités, dit Catherine Espinasse dans la présentation d’une recherche réalisée avec Peggy Buhagiar sur les mobilités nocturnes des jeunes (Espinasse et Buhagiar, 2004). La nuit est associée à un certain nombre de fantasmes, notamment la vulnérabilité et l’insécurité, la transgression. La société cherche à étendre son contrôle sur la nuit, mais celle-ci crée des zones de non-droit qui prospèrent et qui génèrent une inquiétude, celle d’une vie parallèle, interlope où la transgression et l’anonymat autorisent tous les débordements. Dans le travail social, la nuit, se côtoient, selon Frédéric Trautmann, « la souffrance des accueillis et l’épuisement des accueillants », la nuit transforme le statut et de l’identité des êtres (Trautmann, 2004). Agnès Simon s’interroge sur la sécurité pendant le travail de nuit dans un service hospitalier. Elle met l’accent sur la contradiction du travail de nuit avec la chronobiologie de l’homme et les effets de ce paradoxe sur la santé et le travail : « La fatigue du travailleur de nuit à l’hôpital peut entraîner des troubles de la mémoire, des difficultés de concentration, des difficultés de repérage temporel, des lapsus. Ces constatations impliquent que l’on ne transmet pas des informations la nuit comme le jour. » (Simon, 2004). Plusieurs expériences ont été menées, qui ont mis en exergue le danger que représente le travail de nuit pour les travailleurs nocturnes : risques d’endormissement, baisse de concentration… problèmes qui peuvent être nuisibles pour la santé, voire mortels dans l’accomplissement de certains métiers (Samuel, 1991). La question du vieillissement est aussi parfois étudiée en rapport avec ces difficultés. Plus le salarié vieillit, plus le travail de nuit devient pénible. Les infirmières peuvent aussi se sentir sous-estimées en travaillant de nuit ; elles ont parfois le sentiment d’être considérées comme de simples « veilleuses » (Toupin, 2007). La vie sociale au sens large et la vie familiale sont aussi affectées par le travail de nuit qui peut avoir des conséquences importantes dans ces domaines (Robertson, 2000).

7La nuit peut aussi être synonyme de stress et d’angoisse. Dans un article sur les policiers la nuit, Florent Gathérias (Gathérias, 2000) étudie l’angoisse et le stress induits par la nuit, la peur de la mort par exemple, la dimension biologique du corps humain stimulé par le travail de nuit : « D’un point de vue physiologique, les mécanismes de la vision diffèrent le jour et la nuit. Les détails qui nous servent de décor et d’éléments de repérage se modifient jusqu’à disparaître la nuit, générant ainsi une tension anxieuse. » L’auteur s’intéresse aux relations entre policiers travaillant de nuit (hiérarchie et collègues) mais aussi aux relations avec des personnes vivant la nuit (qu’il nomme « nuiteux ») : « La nuit est bel et bien une autre dimension dans laquelle évolue le policier. Ses réactions doivent s’adapter à ces conditions de travail, ainsi qu’à la population à laquelle il est confronté. » L’identité collective des équipes de police de nuit est qualifiée de « plus forte » que celle des équipes de jour.

8La nuit peut aussi être envisagée de manière plus positive comme un moment de pause dans l’urgence de la vie diurne, un moment privilégié pour des relations de proximité.

9Elle peut être « synonyme d’une liberté associée tant au repos, au sommeil, qu’à un temps où sont rendues possible, tant l’expression de confidences que la transgression de normes ou encore la contestation des autorités » (Gwiazdzinski, 2005). Dans une étude sur les conditions de travail de nuit du personnel infirmier aux urgences à Rabat, Mouna Malik (Malik, 2006) étudie les motivations du choix du travail de nuit par le personnel : la nuit est plus tranquille, plus calme, les équipes sont plus soudées et les relations avec les malades sont de meilleure qualité. Dans une autre étude sur le personnel infirmier, l’auteur (Toupin, 2007) montre que les infirmières ont une fonction de soutien, qui leur est uniquement permise durant la nuit, car elles en ont le temps. Elles peuvent échanger avec le patient, qui révèle des choses parfois très personnelles la nuit. L’accent est aussi mis sur le rôle de l’expérience que représente le travail nocturne pour ces infirmières : elle s’acquiert rapidement, car ces dernières sont souvent confrontées à des situations problématiques, qu’elles doivent gérer seules, la nuit. L’apprentissage est accéléré par la prise de responsabilité « obligatoire » générée par l’absence d’encadrement hiérarchique.

10Si quelques publications existent, on note cependant une très grande rareté des études où la nuit est envisagée, notamment comme cadre de travail, sous un jour positif, ou potentiellement producteur de nouvelles formes de socialité et de liens. Ce constat, en décalage avec les quelques observations que nous avons pu faire à l’occasion de nos recherches sur l’urgence est à l’origine de notre souhait d’approfondir ces questions.

11Le champ de la communication organisationnelle, mobilisé dans le cadre de cette étude, permet de rationaliser et d’organiser les différentes observations que nous souhaitons faire sur d’éventuelles mutations des liens organisationnels la nuit. En effet, nous pouvons considérer les liens organisationnels comme le résultat des processus dynamiques de communication s’établissant au sein d’une entité organisationnelle. Ces processus génèrent, modulent et affectent plusieurs dimensions et phénomènes constitutifs de la vie organisationnelle (Carayol, 2004) :

  • les dynamiques identitaires (construction des identités singulières et des identités collectives, professionnelles ou organisationnelles, individuation et désindividuation) ;
  • les dynamiques de construction de temporalités (construction de modes de mémorisation, d’archivage, de cadençage de l’activité, d’anticipation, de programmation, etc.) ;
  • les dynamiques de construction des systèmes de co-orientation et de corrélation (systèmes symboliques de codage et d’encodage, systèmes sensoriels, tactiles ou visuels etc.) ;
  • les dynamiques de configuration et d’ordonnancement des interactions (génération de rapports hiérarchiques, de dépendance, de collégialité, d’émancipation, etc.).

12Nous faisons l’hypothèse que la métamorphose des liens organisationnels susceptibles d’être observée la nuit, dans les organisations choisies comme terrain de recherche, pourra être étudiée à partir, notamment, des transformations liées à certaines des dynamiques précédemment citées.

13Il est possible que la nuit puissent être observées :

  1. des métamorphoses des identités collectives ou individuelles, des sentiments communautaires (héroïsation, sentiment communautaire, fusion) ;
  2. des métamorphoses des temporalités organisationnelles (flexibilité, rythme, programmation, ponctualité) ;
  3. des métamorphoses de la sensorialité et des registres matériels affectant les modes de communication et de coordination (adaptation des modes de coordination, utilisation de l’ouïe, exacerbation des sens) ;
  4. des métamorphoses des distances relationnelles, des distances hiérarchiques ou des modifications des rôles et de l’autonomie (recomposition hiérarchique, autonomie, familiarité, indépendance…).

14Respect de la hiérarchie, statuts et rôles, autonomie, confiance mutuelle – tous ces éléments constitutifs de l’identité statutaire et professionnelle des pompiers – prennent-ils des formes spécifiques lors des interventions nocturnes ? Les distances hiérarchiques s’estompent-elles ou s’affirment-elles ? Si elles s’atténuent, laissent-elles place à une intensification des relations de proximité, moins formalisées ? Si tel est le cas, comment ces relations de proximité infléchissent-elles, et dans quelles directions, l’organisation des interventions ? La perception de la temporalité, et pour cette population plus particulièrement la gestion de l’urgence, se modifie-t-elle la nuit ? De quelle manière et avec quelle intensité l’atmosphère nocturne peut-elle altérer les sens visuel, auditif, tactile, olfactif, et comment ces perturbations sensorielles accompagnent dans ce cas les autres registres de transformation du lien organisationnel ? Enfin, y a-t-il lieu d’envisager que les différences de statuts et de rôles professionnels au sein de la caserne aient une quelconque influence sur les changements perçus et vécus lors du travail de nuit ?

Éléments de méthodologie

15Pour éclairer ces questions, nous avons adopté une démarche inductive, fondée sur des entretiens individuels menés auprès de pompiers d’un centre d’appels (9 personnes) et d’équipes d’intervention sur le terrain d’une caserne (9 personnes également). Les questions portaient sur les quatre dimensions étudiées : transformation du rapport à la hiérarchie et modification des relations interpersonnelles, changement des identités professionnelles, changement dans les temporalités et variations des modes de coordination liés à un nouveau registre de sensorialité. Si les thématiques des entretiens ont ainsi été préalablement définies, en revanche les entretiens ont été menés sur un mode non directif, afin de respecter la diversité des représentations et modalités d’expression propres à chaque individu.

16Afin de préparer au mieux le déroulement des entretiens individuels, nous avons pris soin de nous rendre quelques heures auparavant à la caserne, où nous avons été guidés pour visiter le centre technique d’appels et le centre des équipes d’intervention sur le terrain. Cette visite préalable a également été l’occasion de nous présenter aux pompiers et de leur expliquer les objectifs de notre étude. Ils ont été invités à participer aux entretiens sur la base du volontariat.

  • 1 L’analyse a été réalisée avec le logiciel Alceste. Tous les entretiens retranscrits ont été rassem (...)

17Les entretiens (enregistrés) duraient de 30 à 50 minutes en fonction de la disponibilité de chaque participant, et se sont déroulés la nuit, entre 20 h et minuit, pendant trois jours, dans des salles mises à notre disposition à la caserne. Les entretiens ont pu ainsi être intégralement retranscrits et ont pu faire l’objet d’une analyse de contenu thématique et d’une analyse de discours assistée par ordinateur1.

18Cette enquête et les résultats que nous avançons sont donc issus des discours et des représentations des interviewés, de leurs propres perceptions des disparités et similitudes entre vie organisationnelle diurne et nocturne, dans une perspective compréhensive.

Quelques jalons pour une réflexion : les perceptions et représentations des pompiers révèlent-elles des « métamorphoses des liens organisationnels la nuit » ?

19L’analyse de contenu thématique et l’analyse statistique de discours convergent vers les mêmes conclusions : les pompiers nous livrent tout autant des narrations relatives à leur vécu que des réflexions sur leurs missions et leurs interventions, parfois accompagnées des sentiments et émotions qui les traversent. Comme nous l’avions pressenti dans nos questionnements préalables, d’une part, ces perceptions et représentations sont « travaillées » par l’alternance jour/nuit, et, d’autre part, se déclinent différemment en fonction de la place qu’ils occupent dans l’organisation (centre d’appel ou équipe d’intervention sur le terrain). Si pour tous, le travail de nuit prend d’autres formes, et pour certains, a même une autre « saveur » que le travail diurne, les métamorphoses occasionnées par l’activité nocturne affectent plus fortement une dimension plutôt qu’une autre, selon qu’ils interviennent au centre d’appel ou sur le terrain.

20Des métamorphoses des identités individuelles et collectives, du sentiment communautaire.

21La nuit, pour l’ensemble des personnes interrogées, membres du centre d’appel ou des équipes d’intervention, « le partage » et « l’échange » sont estimés plus importants que le jour. Les changements sont toutefois plus importants du côté des équipes d’interventions où les interviewés disent développer des relations plus étroites la nuit et où le sentiment communautaire, « l’esprit d’équipe », paraissent encore plus marqués : « copinage, soudé, solidarité ». Des amitiés se sont ainsi nouées au sein des équipes et les interviewés préfèrent travailler avec les amis la nuit là où les relations de type professionnel peuvent suffire dans la journée. La nuit est décrite par les équipes d’intervention de façon récurrente comme un « moment privilégié » pour le groupe et différente des gardes de jours de ce point de vue.

22L’analyse statistique de discours du corpus des entretiens montre ainsi que les champs sémantiques du groupe (« équipe, groupe, famille, cocon ») et du lien (« lien, cohésion, affinités, ensemble, partage ») sont le plus souvent associés, dans le discours des interviewés aux termes « fort, renforcer, privilégié, important, unique, meilleur ». Les notions d’esprit d’équipe et de proximités relationnelles la nuit forment à elles seules une dimension entière du discours recueilli, elles sont donc très largement évoquées, le plus souvent simultanément, et seules, ce qui marque leur importance.

23Concernant les identités individuelles, on notera pour plusieurs interviewés, en centre d’appel et dans les équipes d’intervention, un sentiment d’importance et d’utilité accru la nuit. Le sentiment d’importance se traduit pour certains membres du centre d’appel par l’impression d’être « seuls à veiller sur la ville ». En effet la nuit le centre, même s’il reçoit globalement moins d’appels que le jour, est le seul lieu où joindre une personne pour une urgence, quelle qu’elle soit, le seul recours pour toute sorte de besoins.

24L’impression d’importance est encore plus forte du côté des équipes d’intervention qui parlent de « l’intensité » des interventions nocturnes : « ce sont de vraies interventions, la nuit, nous sommes les seuls à pouvoir faire quelque chose ». Ce sentiment est également accentué par l’immersion dans la nuit urbaine, souvent désertée. C’est un sentiment fort chez les conducteurs de véhicules qui peuvent avoir un sentiment de toute puissance en conduisant leurs camions à vive allure dans des rues vides.

Des métamorphoses des distances relationnelles, des distances hiérarchiques, ou des modifications des rôles et de l’autonomie

25Cette enquête nous confirme la perception, déjà observée dans d’autres travaux réalisés dans d’autres organisations, de distances relationnelles plus étroites la nuit, de distances hiérarchiques moins rigides et de modifications sensibles des activités prescrites.

26Entre membres d’un même échelon hiérarchique, les changements dans la proximité des relations sont perçus comme importants entre le jour et la nuit. Dans le cas du centre d’appel, le nombre moins important d’appels et d’officiers pendant la nuit laisse plus de place aux discussions, aux échanges, à la détente et à plus de proximité. Dans les équipes d’intervention, on parle plus facilement de « solidarité, copinage, relâche et détente ». La proximité semble plus forte dans ce cas, les termes de « famille, cocon » étant évoqués par certains d’entre eux. Ces termes ne sont presque jamais utilisés lorsque les interviewés parlent des interventions ; ils sont associés à la description de la vie dans la caserne (qui se prolonge dans la sphère privée).

27Les modifications des relations avec la hiérarchie sont perçues plus fortement du côté des centres d’appel : les officiers sont « moins nombreux, moins exigeants, plus détendus, plus humains ». Dans ce cas les agents disent bénéficier de plus d’autonomie et avoir plus d’initiatives personnelles.

28Du côté des équipes de terrain, si les chefs de garde sont considérés comme plus détendus, notamment à propos de l’application stricte des plannings, la relation avec les officiers, notamment pendant les interventions sont perçues comme inchangées.

29Pour ces deux types de populations on constate une même tension, déjà constatée par Auger et Reynaud dans le même secteur entre autonomie, réactivité et respects des règles et procédures très prégnantes dans les domaines de l’urgence. Les particularités du contexte nocturne viennent accentuer ce phénomène. Ceci ne semble pas concerner, selon les interviewés, les interventions à proprement dites où les activités sont très codées et le respect des règles essentiel.

30À propos des relations avec les usagers, les personnes des centres d’appel et des équipes d’intervention sont unanimes pour noter un changement de population la nuit qui induit une modification des relations. Les interviewés des centres d’appels parlent davantage des personnes en détresse qui ont besoin d’une écoute, les équipes d’intervention évoquent également des populations nocturnes plus agressives, des situations difficiles, susceptibles de générer du stress. Les problèmes d’incompréhension sont alors souvent plus importants, notamment avec les usagers en état d’ébriété ou en grande détresse. Il semble que les problèmes d’incompréhension ne soient alors pas le fait du moment (la nuit) mais plutôt des profils d’usagers différents à ce moment.

Des métamorphoses des temporalités organisationnelles

31Le rythme, la nuit, dans les centres d’appels, est perçu comme « plus lent, plus calme, endormi ». Chez les pompiers, le rythme est également perçu comme plus souple, comprend plus de temps de pause, en raisons notamment du nombre moins important d’officiers. En ce qui concerne les équipes terrain il dépend du nombre d’interventions de la nuit, mais entre les deux, nous l’avons vu, le planning est de même considéré comme plus souple et les activités des pauses (télévision, sommeil, baby-foot, discussion) plus calmes.

32En ce qui concerne la notion d’urgence, elle semble, pour la plupart des interviewés, aussi importante le jour et la nuit. Néanmoins, ce qui diffère c’est le sentiment d’être les seuls à pouvoir répondre. Ceci est particulièrement le cas des équipes de terrain, qui considèrent que la nuit change la nature de l’urgence : l’urgence est « avérée », en particulier parce que la détresse des usagers est plus intense et les interventions sont de ce fait rendues plus dangereuses.

33L’emploi du temps en caserne est appréhendé comme plus souple également chez les pompiers de terrain, en partie parce que les administratifs sont moins nombreux la nuit.

Des métamorphoses de la sensorialité, des modes de communication et de coordination

34Les aspects sensoriels sont surtout évoqués par les équipes d’intervention. La population nocturne implique pour eux un changement des modes de communication.

35Leurs réponses concernant la coordination des activités sont contrastées : pour certains la coordination des activités est plus compliquée la nuit (en raison des effectifs réduits, des problèmes de vision, et du réveil brutal plus ou moins bien vécu selon les métabolismes), pour d’autres plus simple (en raison des effectifs réduits, de la diminution des « agressions sensorielles », et du peu d’activités urbaines nocturnes), pour d’autres encore, il n’y aurait pas de changement, les automatismes étant suffisamment bien intégrés pour s’appliquer de jour comme de nuit.

36Pour les équipes de terrain, la nuit est également considérée comme « un monde à part », elle « libère les personnalités », et cet aspect interagit avec les modifications des modalités sensorielles selon certains d’entre eux.

En guise de conclusions…

37À l’issue de cette étude de terrain, la nuit semble un moment privilégié – même si elle n’en est pas pour autant le déterminant – pour révéler la force des liens organisationnels comme forme de socialisation spécifique aux organisations de grande fiabilité, dont les casernes de pompiers, comme les urgences de nuit dans les hôpitaux, semblent faire partie. Ces organisations présentent de surcroît un caractère spécifique – bien mis en évidence tant chez les pompiers du centre d’appel que chez les pompiers du groupe d’intervention – puisque autonomie individuelle, esprit d’équipe et obéissance aux règles en vigueur ne sont en rien contradictoires mais participent au contraire de concert aux régulations de l’activité de travail. Là encore, l’activité nocturne vient souligner cette particularité organisationnelle des casernes de pompiers plus qu’elle ne la déclenche. Dans ce cas, et comme cela a été souligné en introduction de cette communication, la nuit est consubstantielle à la définition et au sens mêmes de l’exercice de certaines professions.

Bibliographie

Bibliographie/Webographie

Auger Pascale & Reynaud Emmanuelle (2007/6), « Le rôle de la confiance dans la gestion du risque incendie », Revue française de gestion, no 175, p. 155-169.

Ballard Dawna I. & Seibold David R. (avril 2004), « Organizational member’s communication and temporal experience. Scale development and validation » Communication research, vol. 31, no 2, p. 135-172.

Ballard Dawna I. & Seibold David R. (février 2003), « Communication and organizing in time », Management Communication Quaterly, vol. 16, p. 380-415.

Bayart Denis (mars 1995), « L’urgence dans les organisations : où, quoi, comment ? Appel à des observations empiriques », Temporalistes, no 29, p. 3-4.

Bayart Denis (juillet-septembre 1998), « Temps et organisation : vers une ingénierie temporelle », Revue française des affaires sociales, no 3, p. 19-35.

Barthe B., Queinnec Yvon & Verdier F. (2004), « L’analyse de l’activité de travail en postes de nuit : bilan de 25 ans de recherches et perspectives », Le Travail humain, vol. 67, no 1, Temps et activités de travail : hommage à Yvon Queinnec (1), p. 41-61. En ligne sur Cairn. info. Consulté le (préciser date). Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-le-travail-humain-2004-1-page-41.htm

Bohle Philip & Tilley Andrew J. (1989), « The impact of night work on psychological wellbeing », Ergonomics, vol. 32, no 9, p. 1089-1099.

Carayol Valérie (dir.) (2005), Vivre l’urgence dans les organisations, Paris, L’Harmattan.

Carayol Valérie (2004), Communication organisationnelle : une perspective allagmatique, Paris, L’Harmattan.

Carayol Valérie (septembre 2005), « Principe de contrôle, communication et temporalités organisationnelles », Études de communication, no 28, Organisation, dispositif, sujet, p. 77-89. En ligne sur Revues.org. Mis en ligne le 19 janvier 2009. Consulté le (préciser date). Disponible sur : http://edc.revues.org/index276.html

Espinasse Catherine & Buhagiar Peggy (2004), Les Passagers de la nuit. Vie nocturne des jeunes, Paris, L’Harmattan, collection Logiques sociales.

Espinasse Catherine, Gwiazdzinski Luc & Heurgon Édith (dir.) (2005), La Nuit en question(s), actes du sixième colloque de Cerisy « Prospective d’un siècle à l’autre » (du 20 au 30 juillet 2004), La Tour d’Aigues, Édition de l’Aube.

Gathérias Florent (septembre 2000), « Le policier la nuit », in Les Annales de la recherche urbaine, no 87, Nuits et lumières, p. 59-62.

Gwiazdzinski Luc, La Nuit, dernière frontière de la ville, Paris, Éditions de l’Aube, 2005.

Houard Mireille (1996), « La nuit qui marche…, la nuit en institution et grand âge », Gérontologie et société, no 77, p. 111-121.

Myers Karen K. (février 2005), « Burning Desire : Assimilation into a Fire Department », Management Communication Quarterly, vol. 18, no 3, p. 344-384.

Klein Rochelle Lee, Bigley Gregory A. & Roberts Karlen H. (1995), « Organizational culture in high reliability organizations : An extension ». Human Relations, vol. 48, no 7, p. 771-793.

Malik Mouna (2006), Étude des conditions de travail de nuit du personnel infirmier. Cas : Service des urgences porte chirurgicales de l’hôpital IBN SINA de Rabat, Mémoire de fin d’étude. En ligne. Consulté le (préciser date). Disponible sur : http://www.sante.gov.ma/Departements/ifcs/telechargements/Memoires/malik.pdf

Mouchtouris Antigone (2003), Les Jeunes de la Nuit. Représentations sociales des conduites nocturnes, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales.

Robertson Constance (2000), Les Liens nocturnes, le lien social chez les travailleurs de nuit, M.A. dissertation, Université Laval (Canada), Canada, 106.

Rochlin Gene I. (1993), « Defining high reliability organizations in practice : A taxomonic prologue », in Karlen H. Roberts (Ed.), New Challenges to Organization Research : High Reliability Organizations, New York, Macmillan, p. 11-32.

Samuel Nicole (janvier 1991), « Les expériences américaines sur le travail en équipe de nuit », in Temporalistes, no 16, p. 11-15.

Simon Agnès, « Travail de nuit et sécurité, mission impossible ? »

Toupin Cathy (février 2005), « L’élaboration des stratégies de travail nocturnes : le cas d’infirmières de nuit d’un service de pneumologie français », Pistes, vol. 7, no 1.

Trautmann Frédéric (2004), « Penser à partir de la nuit ». L’accueil d’urgence des précaires la nuit, comme analyseur de la rupture des liens et du temps, Revue des Sciences Sociales, no 32, p. 40-53.

Vassy Carine (1999), « Travailler à l’hôpital en Europe : apport des comparaisons internationales à la sociologie des organisations », Revue française de sociologie, vol. 40, no 2, p. 325-356. En ligne sur Jstor, disponible sur : http://www.jstor.org/pss/3322768, consulté le (préciser date).

Wilkins Alan L. (1983), « The cultural audit : A tool for understanding organizations », Organizational Dynamics, vol. 12, no 2, p. 24-38.

Notes

1 L’analyse a été réalisée avec le logiciel Alceste. Tous les entretiens retranscrits ont été rassemblés en un même corpus global. L’analyse livre quatre dimensions du discours recueilli : l’une s’attache aux interventions nocturnes, une autre aux différences ou similitudes jours-nuit, une autre à l’emploi du temps de la caserne, une dernière enfin à l’esprit d’équipe et à la proximité nocturne.

Auteurs

Étudiants, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Étudiants, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Étudiants, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Étudiants, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540