Version classiqueVersion mobile

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Troisième partie. Les temporalités organisationnelles

Temps organisationnel et temps humain

Christian Mesnil

Texte intégral

Je veux me perdre encore. Loin des chemins perdus de lumière et de vent…, me voici de retour dans les rues classées, étiquetées de la ville, dans ces rues qui semblent savoir où elles vont, faisant croire à leurs usagers que la vie est un itinéraire balisé où tout est prévisible. Les rues quadrillent l’espace, comme les colonnes et les cases de mon agenda quadrillent le temps pour l’empêcher de fuir, de s’égarer ailleurs. Moi qui aime me perdre, seul ou avec d’autres, dans des petits chemins de montagne oubliés par les cartes, me voilà enfermé dans un réseau de voies sans surprises.
Voilà mon temps et mon espace découpés en petites parcelles autonomes, empêchant tout élan vers l’inconnu. Me voilà emporté dans cette circulation sans fin d’individus qui semblent n’exister que pour eux-mêmes, enfermés dans les circuits fermés d’un temps artificiel préfabriqué.
Et si le vrai temps était le temps des songes ? Si ce temps fabriqué, morcelé, était bien moins réel que le temps éclaté, sans frontières, du rêve ? Mais comment retrouver ce temps-là, loin de la liberté des vacances ou de l’inconscience du sommeil ? Existe-t-il d’autres moments où on peut vivre la profondeur du présent sans s’emmêler dans les fils du passé et la trame invisible – ou pré-visible – de l’avenir ?
Laissons de côté la drogue ou l’alcool qui dilatent ou disloquent le temps et défigurent l’espace. Parfois la contemplation d’une peinture, la fusion dans une musique, l’instant d’un regard ou d’une écoute, peuvent effacer le temps, libérer de l’illusion rassurante et asservissante d’une existence qui se mesure.
Il me faut retrouver le temps de rassembler les morceaux épars de ma vie, ou plutôt de pulvériser les cloisons qui la morcèlent, et pouvoir ainsi revenir à ce qui me fonde, à l’élan qui me projette plus loin que les murs qui m’enferment, vers l’inconnu, l’inconnaissable, l’infini, l’éternel.
Jacques Juillard

1C’est une rencontre de hasard avec ce texte qui a déclenché le contenu qui va suivre. À défaut de « pulvériser les cloisons », son auteur s’est contenté d’y rassembler pour le plaisir « quelques morceaux épars » de ses lectures et de ses observations. Chacune des quatre étapes de la présente réflexion prend pour fil conducteur un passage qui ne l’a pas laissé indifférent du texte ci-dessus et déroule une pelote de fil plus ou moins embrouillée ou paradoxale pour tenter d’y voir plus clair.

2La première étape consiste à remettre en cause le concept de temps et d’en rappeler la subjectivité. La deuxième évoque l’utopie qui, dans les années postmodernes, consistait à croire en l’avènement d’un temps libéré. La troisième s’intéresse à la déstructuration de temporalités éclatées. La dernière enfin observe combien les manipulations temporelles ne parviennent qu’imparfaitement à circonscrire l’inconnu.

3Si par hasard Jacques Juillard était amené à parcourir ce texte, j’espère qu’il ne se formalisera pas trop de cette récupération inattendue et ne sera pas trop dérouté par les interprétations peut-être abusives que son écrit a suscitées…

Temps et subjectivité

Parfois la contemplation d’une peinture, la fusion dans la musique, l’instant d’un regard ou d’une écoute, peuvent effacer le temps, libérer de l’illusion rassurante d’une existence qui se mesure.

4Le temps n’existe pas si ce n’est sous forme de représentations.

  • 1 Roger Sue (1994), Temps et ordre social, Paris, PUF, p. 19.

5Le premier paradoxe qui semble essentiel de rappeler est la non-existence du temps en soi. Certes, depuis les origines, l’homme a cherché à préciser la mesure du temps grâce au soleil puis aux mécanismes d’horlogerie. Mais « la preuve du temps », pourrait-on dire, c’est qu’on le mesure. En objectivant cette mesure, en la rendant (presque) universelle, nous avons ainsi doté le temps d’une réalité objective. Cette objectivité n’est qu’une fiction comme le prouve sa mesure qui n’est qu’une simple convention1.

  • 2 Citée par Edward T. Hall (1984), La Danse de la vie : temps culturel, temps vécu, Paris, Le Seuil.

6Ce que nous appelons temps ne renvoie pas à une réalité objective mais à des représentations, des constructions particulières. Einstein a démontré dans sa célèbre théorie la relativité et de l’espace et du temps qui l’un comme l’autre ne peuvent en rien être considérés comme des données objectives. « Le temps n’est finalement rien d’autre que ce que dit l’horloge ». Cette répartie célèbre du savant2 résume bien une conviction en rupture avec les conceptions traditionnelles d’un temps incontestable et légitime qu’avaient défini des physiciens comme Newton dès la fin du XVIIIe siècle.

  • 3 Kant (1994 [1781]), Critique de la raison pure, Paris, PUF.

7Le temps constitue de ce fait une particularité de la conscience humaine. Il n’aurait nulle consistance en dehors du sujet « connaissant ». Dans sa théorie transcendantale des éléments, Kant affirme que « tous les objets des sens sont dans le temps et nécessairement soumis au rapport du temps ». Le temps apparaît comme une sorte d’intuition intérieure et immédiate qui détermine notre rapport au monde. Il s’agit d’« une condition formelle a priori de tous les phénomènes en général3 ». En permanence nos sens perçoivent sélectivement les temporalités (et espaces) multiples auxquels nous sommes confrontés.

  • 4 Catalogue de l’exposition réalisée en collaboration avec le lycée de Kerneuz et article Art Actual (...)

8Au printemps 1999 un peintre contemporain, Jean Renault, exposa à Quimperlé un ensemble d’œuvres consacrées au thème du temps4. La tentative d’associer peinture et temporalité n’est pas en soi une démarche banale et illustre bien le fait que le temps constitue une forme a priori aussi intéressante à exploiter ou à interpréter que l’espace. Dans cette exposition étaient mis en peinture des temps hétérogènes (et par conséquent relatifs) suivant cinq thèmes majeurs.

9Les premières toiles intitulées Petra évoquaient le temps mythique des origines, le temps géologique des paysages et le rythme particulier de leur évolution. La matière et l’énergie sont éparpillées dans l’univers interstellaire à la temporalité illimitée ou dont les limites sont au-delà de notre entendement. Les toiles consacrées aux saisons exprimaient une temporalité cyclique et un éternel recommencement. Elles nous rappellent que les végétaux ont leur propre perception du temps conditionnée par le cycle jour/nuit et les saisons. Les œuvres représentant l’atelier, le peintre et son modèle, reliaient l’éphémère de la pose, les stratégies pour capturer le réel et les lectures relatives proposées par la toile. Le temps dilaté de la souffrance était exprimé à travers les peintures consacrées à l’hôpital. La maladie et la souffrance impriment en effet au temps un rythme irrégulier et une perception singulière. Enfin le dernier thème évoqué, celui de la guerre, disloquait le temps dans un désordre provoqué par des logiques collectives. Le chaos de la bataille pouvait se lire comme une métaphore des turbulences temporelles qui nous perturbent dans toute période de crise intense.

10Au-delà de cet exemple particulier, l’évocation rapide de ces cinq temporalités n’est ni exhaustive, ni exclusivement liée à une approche esthétique ou artistique. Elle est simplement évoquée ici pour nous rappeler combien la perception du temps varie en fonction du sujet pensant et de la situation vécue.

  • 5 Roger Sue (1994), Temps et ordre social, op. cit., p. 20.

11Pourtant l’objectivité d’un temps rationnel incontestable n’a cessé de s’étendre en lien avec l’accroissement des échanges internationaux. Peu à peu une conception unitaire du temps s’est imposée presque naturellement pour des raisons d’organisation, d’efficacité ou de rentabilité. La mondialisation et l’avènement des NTIC ont pratiquement verrouillé et rendu incontournables les normes occidentales de mesure du temps. Or cette mesure du temps a son origine dans un territoire et une histoire donnés. Le fait d’imposer à autrui sa propre conception du temps n’est pas anodin. « Soumettre les autres à son propre temps est une forme privilégiée de la prise de pouvoir »5. Jouer sur les durées promotionnelles pour inciter à l’achat, accélérer les cadences pour tester, voire harceler ou disqualifier, constituent des exemples familiers de pratiques courantes. Mais les enjeux et les conséquences sont à une autre échelle dans les relations interculturelles. La façon de considérer le temps et de le gérer constitue une des composantes fondamentales de toute identité. Clair Michalon le souligne dans son ouvrage Différences culturelles, mode d’emploi :

Sous le régime de la précarité, les hommes connaissent un rapport au temps aussi précis que logique. La proximité du monde rural, le cycle des saisons, le rythme de la logique conservatoire inscrivent ces groupes dans une perception cyclique du temps. Les évènements passés sont appelés à se reproduire demain ; demain pour subsister, les mêmes efforts seront à produire […] Ce temps cyclique est au sens propre inéluctable. Il n’est pas une grandeur maîtrisable que les hommes peuvent s’approprier. (p. 40)

12Fonctionner dans un temps uniformisé, homogène, illimité, voire universel n’est pas sans conséquence. Une mentalité, un mode d’organisation, des procédures, un ordre social en découlent. Ils ne correspondent pas toujours, loin s’en faut, aux schémas mentaux et aux modes de vie de ceux qui doivent s’y plier.

Le présent libéré ou l’utopie des années postmodernes

Existe-t-il d’autres moments où l’on peut vivre la profondeur du présent sans s’emmêler dans les fils du passé et la trame invisible – ou pré-visible – de l’avenir ?

13Dans les années 1990, à propos de la société dite postmoderne, a beaucoup été mise en avant une nouvelle conception du temps ou plutôt « le retour d’un nouveau temps sacré ». La conclusion de l’ouvrage Temps et ordre social est à cet égard particulièrement représentative de cette thèse.

  • 6 Ibid., p. 298.

Le paradoxe du temps moderne, et tout particulièrement du temps industriel, est d’avoir transformé le qualitatif en quantitatif ou plus exactement d’avoir réduit les qualités du temps à sa seule valeur quantitative, à un simple système de mesure mathématique, abstrait et universel […]. À la différence du temps des sociétés traditionnelles tourné vers le passé et du temps moderne orienté vers l’avenir, c’est aujourd’hui le temps présent qui est de plus en plus privilégié […]. Un des caractères essentiels du temps donné pour le travail est sa perpétuelle projection dans l’avenir comme une éternelle promesse de lendemains meilleurs, exaltation d’un futur idéalisé […]. Avec la domination du temps libéré c’est au contraire le temps présent qui est valorisé et qui apparaît comme l’espace de la réalisation du désir hic et nunc. Le temps libéré libère des illusions de l’avenir. Il est à lui-même sa propre fin, il est à utiliser dans son immédiateté, dans sa quotidienneté6.

14Roger Sue, s’appuyant entre autres sur l’ouvrage de Michel Maffesoli paru en 1979 et intitulé La Conquête du présent, pour une sociologie de la vie quotidienne, en arrivait à la conclusion suivante :

  • 7 Ibid., p. 292.

Avec la libération du temps, l’individu est désormais responsable de lui même et de sa propre réalisation, le temps présent lui appartient, il n’est plus contraint à sacrifier le présent à l’avenir mythique. À défaut de pouvoir conquérir l’avenir, l’individu peut aujourd’hui conquérir le présent7.

  • 8 Alvin Toffler (1982), La Troisième Vague, Paris, Denoël-Gonthier.

15Quinze ans après leur rédaction, la portée de ces lignes est singulièrement relativisée par l’évolution d’une société qui est passée du post à l’hypermoderne. Pour combien de temps ? Quelle appellation lui succédera-t-elle ? Quelles observations formulées aujourd’hui, y compris dans ces lignes, seront démenties pour l’évolution dans quinze ans ? Certes certaines tendances concernant par exemple la recherche d’une qualité de vie ou le repli sur la sphère privée continuent d’être observées. Certains arguments comme l’avènement des nouvelles technologies qui vont libérer du temps, rendre salariés et usagers plus disponibles continuent d’être mis en avant dans de nombreux argumentaires organisationnels ou publicitaires. Mais la plupart des affirmations citées plus haut ne correspondent pas vraiment à l’évolution à laquelle nous avons assisté. La libération du temps, l’avènement du temps libre, la conquête d’un présent disponible par des individus responsables ne se sont pas concrétisés pour tous loin s’en faut. Ce présent n’a pas été reconquis car les bouleversements se sont quantitativement et qualitativement accélérés. Dans La troisième vague8 l’essayiste américain Alvin Toffer prédisait voici 25 ans l’avènement du travail à domicile grâce aux NTIC et la réduction des trajets quotidiens domicile – lieu de travail. Les années qui ont suivi ont complètement invalidé cette hypothèse. On se déplaçait en moyenne 5 km par jour il y a seulement quinze ans et 30 km aujourd’hui : cela donne un aperçu de l’ampleur des modifications temporelles non anticipées auxquelles notre société doit faire face. En réalité nous avons plutôt assisté à une destruction de l’espace et du temps qu’à une (re)conquête de celui-ci.

Hyperstructuration ou destruction du temps

Me voilà emporté dans cette circulation sans fin d’individus qui semblent n’exister que pour eux-mêmes, enfermés dans les circuits fermés d’un temps artificiel préfabriqué.

16Le précédent colloque du GRECO, « Urgence et communication », avait déjà souligné l’ampleur des mutations en cours. Le temps de la ville abandonne progressivement les kilométrages pour repère. Les jeunes et les personnes âgées ont des rythmes propres sans commune mesure avec celui des adultes disposant d’un emploi et d’un véhicule. Le travail se vit à des rythmes singulièrement éclatés (mission à la carte, sous-traitance, emploi à distance, horaires variables, temps partiel, travail de nuit, intérim, délocalisation et fuseaux horaires etc.). La vie quotidienne étale aussi ses multiples impératifs hors travail avec parfois des contraintes plus lourdes pour la mère de famille salariée, le couple recomposé ou la famille monoparentale : déplacements, formation, consommation, détente, formalités administratives sur des journées où les heures ouvrables oscillent entre le 24 heures/24, 7 jours/7 et les créneaux restreints de certains « services » publics.

17Dans sa chronique du 1er octobre 2007 intitulée Un nouvel emploi des temps, Jean-Michel Dumay résume de façon significative la poursuite de cette évolution.

L’usage du temps n’est plus ce qu’il était. Et pour cause : l’individualisation des modes de vie, la métamorphose d’une société industrielle en économie de services, la plongée des mondes professionnels dans l’immatériel, les modifications intervenues dans les rapports homme femme, l’augmentation des périodes de loisirs, tout cela a déstructuré une organisation jadis modelée autour du seul monument travail, creuset des identités et des valeurs sociales. Toute chose aujourd’hui bouleversée. Le temps hors travail n’est plus relégué à la marge des temps sociaux.

18Mais ce temps hors travail n’est que très partiellement superposable avec « le retour d’un nouveau temps sacré », « temps libéré » ou « espace de la réalisation du désir ». Il s’agit plutôt d’un enchevêtrement de temps multiples entre lesquels l’entropie menace s’il n’y a pas coordination et donc anticipation. Assurer un temps présent de plus en plus « à géométrie variable » nécessite plus que jamais de se projeter dans l’avenir. Il ne s’agit pas d’une perpétuelle projection dans un futur qui serait une fuite en avant ou la recherche de lendemains qui chantent. Il importe simplement de ne pas rater sa journée, celle de sa famille ou de son équipe, d’élaborer une chronologie réaliste qui permette à toutes les actions prévues de trouver leur place avec le moins de stress et de « bug » possible dans des plages horaires limitées. Il ne s’agit pas d’être dans les illusions d’un avenir mythique mais bien dans le concret d’un futur immédiat qui, pour être viable, impose une gestion anticipatrice des plus rigoureuses.

19Reprenons l’exemple simple de ce transport quotidien dont la distance moyenne a été multipliée par six depuis quinze ans. Celui-ci doit intégrer un nombre croissant de paramètres : le lieu, l’itinéraire, le moment de l’année, de la semaine, de la journée, le mode de transport utilisé, les nouveaux outils (GPS, radars, logiciels prévisionnels etc.), les impératifs horaires des autres membres du réseau… Les organisations connaissent depuis plusieurs décennies le contexte du temps réel et des flux tendus pour que les connections, les approvisionnements, les changements de poste ou de fabrication respectent un maillage de temporalités extrêmement dense. Mais ce prévisionnel est de moins en moins réservé au management de projets industriels. L’interpénétration entre les temps de travail et les temps hors travail entraîne des modes de gestion du temps qui se complexifient et rendent la prévision obligatoire, y compris dans la sphère des individus et des familles.

20Alors que l’urbanisation s’accélère à travers la planète, pour éviter que la pression du temps ne soit trop forte, une coordination temporelle paraît de plus en plus nécessaire. Après la création d’un bureau des temps dans plusieurs villes italiennes (Milan, Rome, Gênes, Venise), un cadre législatif a été institué dans le pays. Il impose un plan de coordination des horaires publics dans les villes. L’Allemagne et la France (Brême, Hanovre, Rennes, Dijon, Lille, Poitiers) essaient à leur tour d’offrir un meilleur bien être temporel à leurs administrés. Peu à peu cette régulation temporelle se voit gérée, coordonnée de façon rigoureuse et collective à l’échelon d’une ville ou d’une région. Un (nouveau ?) concept : le bien être temporel semble identifié comme une des clés du bien-être tout court. Pour y parvenir ou du moins y contribuer, la tendance actuelle est d’organiser, de gérer toujours avec plus de rigueur le temps proche qui nous est imparti.

Les manipulations temporelles et leurs limites

Il me faut retrouver le temps de rassembler les morceaux épars de ma vie, ou plutôt de pulvériser les cloisons qui la morcèlent, et pouvoir ainsi revenir à ce qui me fonde, à l’élan qui me projette plus loin que les murs qui m’enferment, vers l’inconnu, l’inconnaissable, l’infini, l’éternel.

  • 9 Jean-Pierre Boutinet (1993), Anthropologie du projet, Paris, PUF, p. 68.

21À l’époque que l’on qualifiait de postmoderne, de nombreuses recherches se poursuivaient sur la gestion du temps. Jean-Pierre Boutinet9, dans les années 1990, distinguait quatre modes caractéristiques de l’anticipation : adaptatif, cognitif, imaginaire et opératoire en s’inspirant des travaux de Decouflé. La déclinaison de l’anticipation en de multiples figures (prévoyance, prévention, prévisions, discrimination, prophétie, prospective, futurologie, utopie, science-fiction, but, objectif, plan, projet) constituait déjà une impressionnante palette d’outils dont l’usage n’a cessé de se préciser.

  • 10 Étienne Klein (2004), Les Tactiques de Chronos, Paris, Flammarion.

22Agir de plus en plus vite avec toujours plus de qualité, de précision, de sécurité, des coûts moindres en franchissant des espaces presque illimités deviennent des impératifs absolus pour l’individu hypermoderne s’il veut survivre au milieu d’une concurrence mondialisée et exacerbée. Pour renforcer sans cesse le niveau de performance, la perception du temps se voit constamment affinée pour la science, à travers un double mouvement de compression et d’extension, et les nouvelles technologies. Les spécialistes de la vision n’ignoraient pas dès la seconde moitié du XXe siècle que l’œil de la mouche par exemple, en percevant 300 images par seconde était cinq fois plus performant que l’œil humain (60 images par seconde). Mais ce dernier voit désormais son efficacité plus que décuplée par des caméras qui peuvent saisir 10 000 images à la seconde (et qui vont probablement évoluer vers des performances encore plus impressionnantes). Cette précision permet actuellement de ralentir le temps 400 fois. Ce ralentissement (ou l’inverse) nous donne (comme la vision de l’infiniment petit ou de l’infiniment grand) accès à des éléments ou mouvements invisibles à l’œil nu10. La manipulation scientifique du temps a ainsi des retombées sur le séquençage temporel d’opérations non seulement scientifiques (physiques, chimiques, médicales) mais aussi banales et quotidiennes.

  • 11 Luc Gwiazdzinski et Gilles Rabin (2005), La Nuit, dernière frontière de la ville, La Tour d’Aigues (...)

23Accélérer, ralentir, stopper, fractionner le temps pour exploiter le maximum d’interstices est un processus en constante amélioration. La démarche opposée qui consiste à étirer au maximum le temps disponible vient logiquement la compléter. Progressivement le temps actif (de veille, de consommation, de communication, de loisirs etc.) s’accroît. Dans leur récent ouvrage La Nuit, dernière frontière de la ville11, Luc Gwiazdzinski et Gilles Rabin évoquent la crise temporelle qui amène à recomposer le temps et à grignoter ses marges. Les nouvelles technologies imposent de plus en plus des plages horaires élargies qui se transfèrent à l’économie et colonisent la nuit. Cette diffusion exponentielle de l’outil informatique dans le tissu productif et familial, la porosité entre les espaces et les temps du travail et du hors travail, l’internationalisation de nombreuses organisations, la densification d’activités concomitantes : tous ces phénomènes entraînent en réalité de plus en plus un temps continu.

24Pourtant cette élasticité temporelle (compression et extension) même accompagnée d’une coordination quasi nanométrique n’est pas sans fin. Il y a d’abord non la vanité, mais la relativité de toute démarche anticipatrice, l’imprévisibilité par essence d’un futur qui n’est pas encore advenu. Dans La Raison d’être, Jacques Ellul ne se faisait pas faute de rappeler cette caractéristique sur laquelle nous butons immanquablement.

  • 12 Jacques Ellul (2007), La Raison d’être, Paris, Le Seuil, p. 185.

La rigueur est absolue : ce que je fais aujourd’hui a des conséquences pour demain. Mais comment ces conséquences vont s’insérer dans le contexte global de demain ? Non pas seulement : comment préparer aujourd’hui pour que ce soit encore bien demain… Non. Demain, un nombre immense de données auront changé, dont je ne suis en rien le maître. Et les conséquences de mon acte aujourd’hui vont s’insérer dans cet ensemble, et je ne sais pas comment il va se situer par rapport à cet ensemble et quels vont en être les effets12.

25Tout se passe comme si, au fur et à mesure que les outils de veille, de statistique ou de modélisation constituaient une panoplie de plus en plus coordonnée et efficace, les frontières de la complexité reculaient. D’une part des grains de sable sans cesse plus ténus continuent de passer entre les mailles du filet de la connaissance et de l’anticipation. D’autre part le « ce que je fais aujourd’hui » de l’humanité voit ses conséquences amplifiées grâce à (ou à cause de…) des moyens technologiques décuplés. Le futur contemporain demeure aléatoire et contrarié par l’imprévu : dérèglement climatique, nouveaux virus, crise financière.

26Comme à l’époque des tragédies antiques, l’angoisse perdure face à un horizon qui continue de se dérober devant nous. Depuis la fin du XIXe les processus d’anticipation scientifiques et techniques en progressant régulièrement nous donnaient l’impression (l’illusion ?) d’appréhender toujours plus rationnellement un avenir que l’on souhaitait de plus en plus probable, sinon quasi certain. Pour Jean-Pierre Boutinet il semblerait que progressivement, depuis deux décennies au moins, l’ambition s’infléchisse : « la prévision revient sous une forme revisitée pour anticiper désormais un avenir considéré comme incertain ». L’anticipation reste certes un réflexe obligé vers lequel se polarisent au préalable de nombreuses étapes de tout projet. Mais la gouvernance et le principe de précaution gardent désormais plus en mémoire « l’imprévisibilité possible du probable ».

Pour conclure provisoirement…

27La présente réflexion a tenté de rappeler combien au départ les représentations du temps sont multiples et relatives. La représentation qui domine actuellement, c’est-à-dire la pression de la performance, l’accélération vertigineuse et la destruction d’un temps éclaté en une multitude de rythmes nécessite une gestion – et une anticipation – de plus en plus rigoureuse. Celle-ci s’appuie sur un séquençage de l’infiniment bref et de l’infiniment long de moins en moins accessible à la perception humaine naturelle. Mais cette manipulation ne permet toujours pas d’atteindre ce vieux rêve de l’humain que constitue la maîtrise du temps. Arrêter le présent, retourner en arrière ou passer dans le futur restent pour le moment des vues de l’esprit. Le processus civilisationnel implique toujours de sacrifier en fonction du passé une part du présent à un avenir qui demeure angoissant. De ce fait la vie sous pression de la société hypermoderne a pour corollaire l’émergence d’un nouveau concept, le bien être temporel, considéré comme de plus en plus précieux et fragile afin de « retrouver le temps de rassembler les morceaux épars » de sa vie professionnelle et privée.

Notes

1 Roger Sue (1994), Temps et ordre social, Paris, PUF, p. 19.

2 Citée par Edward T. Hall (1984), La Danse de la vie : temps culturel, temps vécu, Paris, Le Seuil.

3 Kant (1994 [1781]), Critique de la raison pure, Paris, PUF.

4 Catalogue de l’exposition réalisée en collaboration avec le lycée de Kerneuz et article Art Actualité magazine no 93, mars 1999, d’Alain Condert.

5 Roger Sue (1994), Temps et ordre social, op. cit., p. 20.

6 Ibid., p. 298.

7 Ibid., p. 292.

8 Alvin Toffler (1982), La Troisième Vague, Paris, Denoël-Gonthier.

9 Jean-Pierre Boutinet (1993), Anthropologie du projet, Paris, PUF, p. 68.

10 Étienne Klein (2004), Les Tactiques de Chronos, Paris, Flammarion.

11 Luc Gwiazdzinski et Gilles Rabin (2005), La Nuit, dernière frontière de la ville, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

12 Jacques Ellul (2007), La Raison d’être, Paris, Le Seuil, p. 185.

Auteur

Maître de conférences, IUT de Calais, Université Côte d’Opale.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search