Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Troisième partie. Les temporalités organisationnelles

Communiquer sur le risque péri-natal : un exemple turc, « la maternité sereine »1

Elgiz Yilmaz

Texte intégral

  • 1 Ce travail est financé par la Commission des projets de recherche scientifiques de l’Université Ga (...)

1Dans le domaine de la prévention en santé publique (lutte contre le tabagisme ou le VIH), de nombreuses organisations (État, associations) mettent en place des dispositifs de communication médiatique persuasive incitant les citoyens à adopter des comportements bénéfiques pour la santé. Les professionnels de la communication de santé publique (concepteurs de campagnes de prévention), toujours soucieux de rendre leurs pratiques plus efficaces, sollicitent de plus en plus les chercheurs afin d’identifier comment concevoir des campagnes amenant les citoyens à adopter des attitudes et des comportements salutaires. Comment problématiser cela dans la perspective de l’émergence d’une approche préventive propre à la communication du risque ?

2Dans ce travail, je vais analyser le projet intitulé « La maternité sereine » du Programme de Santé de la Reproduction turc mené par le ministère de la Santé de Turquie et financée par l’Union européenne entre les années 2002 et 2007. Il a pour but de « rendre meilleure » la situation sanitaire de la population, surtout des femmes et des jeunes, en facilitant l’accès aux services médicaux dans différentes régions de Turquie. Le programme comprend essentiellement « la maternité sereine », les infections sexuellement transmissibles, le planning familial et la santé des adolescents.

3Dans un premier temps, je présenterai le contexte dans lequel j’interviens et par rapport auquel je communique. Ceci afin de mieux appréhender les contraintes et éclairer les choix méthodologiques. Je questionnerai et détaillerai quelques conditions du projet de « la maternité sereine » qui a pour objectif de réduire la mortalité des mères et des enfants. Deuxièmement, je détaillerai les méthodes employées qui m’auront permis d’acquérir une vue approfondie des micro-univers médicaux-sociaux en Turquie, surtout en milieu rural. Enfin, je discuterai le contenu des savoirs ainsi produits et obtenus. Je me pencherai en particulier sur la manière dont la communication du risque dans la politique de la médecine préventive se positionne en tant que type de communication qui a une signification tout à la fois singulière et fondamentale et qui s’inscrit également au cœur de la temporalité du risque.

La perception et la communication du risque

4La communication du risque est l’expression qu’on utilise pour désigner la diffusion ou l’échange d’informations concernant les risques ou les dangers, les effets possibles et les pratiques pouvant réduire les risques. Elle part de l’hypothèse que le public a le droit de savoir quels sont les risques réels et possibles afin de faire des choix éclairés sur les moyens à prendre pour y faire face. Le but de la communication du risque dans le domaine de la santé est de mieux sensibiliser les gens, de faire en sorte qu’ils comprennent le risque de façon rationnelle et de les amener à se comporter de manière à enrayer la menace et à aider à réduire les effets publics négatifs. Un de ses objectifs est de faire appel à la résilience du public et de l’encourager à prendre les moyens appropriés pour réduire les risques. Les méthodes de communication comprennent le recours aux médias et la mobilisation du public grâce aux médias de masse, aux réunions publiques, aux séances d’information, aux réseaux intra et inter-organisationnels et aux moyens de communication.

5Une communication efficace doit tenir compte des aspects psychologiques, sociaux, culturels et physiques du risque et de leurs effets.

  • 2 Adapté de Peterson & Higley (1993), American Entomologist 39, p. 206-211.

6En 1989, l’US-National Research Council a défini la communication du risque comme : « un processus interactif d’informations et d’opinions sur le risque entre les individus, les groupes et les institutions ». Un processus interactif nécessite de connaître les opinions des différents acteurs et donc de bien comprendre la perception que ceux-ci ont de ce risque. Ainsi, les facteurs principaux de la perception du risque sont distingués en neuf catégories2 : les valeurs, l’aspect volontaire de l’exposition, la familiarité, le contrôle, la menace pour les futures générations, le niveau de connaissances, l’équité, les bénéfices et le potentiel de catastrophe.

7L’US-National Research Council affirme que la communication du risque est efficace si « elle élève la compréhension du sujet par les personnes impliquées et les satisfactions de manière qu’ils soient correctement informés dans la limite de leur savoir ». Ceci dit, les points à considérer dans cette communication sont :

  • la prise en compte réelle et sincère des inquiétudes du public,
  • l’interaction avec le public et son information,
  • la formulation de réponses rapides et ouvertes,
  • la formulation de réponses simples et claires.
  • 3 Étude FAO Alimentation et Nutrition 70, Consultation mixte FAO/OMS sur l’application de la communi (...)
  • 4 G. Cvetkovich & R. E. Lofstedt (Eds.) (1999), Social Trust and the Management of Risk, Londres, Ea (...)

8La définition de la communication du risque de l’Organisation de nourriture et d’agriculture est : « La communication du risque est l’échange d’informations et d’avis concernant les risques et les facteurs liés aux risques entre les responsables de l’évaluation des risques, les responsables de la gestion des risques, les consommateurs et les autres parties intéressées3. » C’est-à-dire que les responsables de l’évaluation et de la gestion des risques doivent être sensibilisés et s’intéresser à des questions et à des problèmes importants autres que scientifiques. La communication entre les responsables de l’évaluation des risques, les responsables de la gestion des risques et d’autres parties intéressées devrait faire appel à un langage et à des concepts qui soient véritablement compris par le public cible. Cvetovich et Lofstedt ont, pareillement, remarqué que les recherches sur l’évaluation et la gestion des risques indiquent que les jugements de risque ne sont pas seulement limités aux processus physiques ; mais également aux connaissances des systèmes sociaux et des acteurs qui y ont un rôle4.

  • 5 P.M. Sandman et J. Lanard (2005), « Bird flu : Communicating the risk », Perspectives in Health, v (...)

9Les buts de la communication pendant une urgence de santé publique, comme durant une pandémie de grippe5, sont de mieux faire connaître les risques pour la santé, de permettre aux gens de prendre des décisions responsables pour protéger leur santé, d’encourager le public à participer et à agir de façon appropriée pour aider à enrayer l’épidémie et y mettre fin.

10Il existe pourtant des tentatives réussies en vue de favoriser au mieux l’intégration du public dans le milieu socioprofessionnel. Ce sont précisément ces projets préventifs qui retiennent notre attention dans le cadre de ce travail. En effet, à l’interface entre ces deux principaux domaines (communication du risque et médecine préventive), le public et les professionnels interagissent dans deux autres domaines d’accompagnement : l’insertion socioprofessionnelle et médico-sociale. De même, l’approche préventive du projet de « la maternité sereine » a pour objectif de réduire la mortalité des mères et des enfants. Grâce à ce projet, le ministère de la Santé turc a eu l’opportunité de faire une analyse et d’avoir une base de données propre à la situation actuelle. Le ministère a, également, pu déterminer les causes essentielles de la mortalité périnatale et du niveau élevé de cette mortalité et a pu développer une approche préventive grâce aux recherches menées au cours de ce projet.

11La façon la plus efficace d’informer les publics des risques possibles pour la santé consiste à intégrer la communication dans la planification des mesures d’urgence. Il faut établir des plans en prévision d’urgences possibles, lorsque les partenariats, les structures organisationnelles et les lignes de communication peuvent être établis et testés d’avance.

Rôles et responsabilités du ministère de la Santé turc en matière de communication des risques

12Avant de procéder à une évaluation officielle des risques, il convient d’obtenir des informations auprès des parties concernées, de manière à élaborer un « profil de risque ». Ce dernier fournit une description du problème qui se pose en matière de prévention de la mortalité périnatale et de son contexte, tout en identifiant les éléments du danger ou du risque à prendre en compte pour d’éventuelles décisions en matière de gestion des risques. Bien souvent, cela implique un éventail d’activités préliminaires d’évaluation des risques, lesquelles s’appuient sur une communication efficace (par exemple, hiérarchiser l’adoption de normes nationales et/ou internationales, ou placer un problème de sécurité sanitaire de la mortalité périnatale et postnatale des mères et des nouveau-nés dans son contexte national ou international).

  • 6 Introduction à la maternité sereine, ministère de la Santé de Turquie, Ankara, 2005, p. 8.

13Le programme « maternité sereine » a été lancé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1985. L’OMS a déterminé que chaque année 500 000 mères meurent en couches et 99 % de ces décès se produisent dans des pays en voie de développement. C’est dire qu’une mère meurt toutes les minutes, et que 250 femmes enceintes ou récemment accouchées meurent toutes les quatre heures. Ainsi, l’objectif du programme « maternité sereine » mené par l’OMS est de réduire la mortalité maternelle de 50 %6.

  • 7 Introduction à la maternité rassurée, op. cit., p. 9-10.

14L’OMS distingue huit catégories de mortalité maternelle : 25 % par hémorragie, 15 % par infections, 13 % des complications des fausses couches, 12 % de l’éclampsie et d’hypertension, 8 % d’accouchement empêché, 8 % de causes obstétricales directes et 20 % des causes obstétricales indirectes (malaria, anémie, hépatite, maladies cardiovasculaires, sida)7.

15Les autres causes de mortalité maternelles sont classées par l’OMS en quatre catégories :

  • les causes non médicales comme des obstacles logistiques, sociaux, administratifs et environnementaux ;
  • l’accès aux soins : la proportion et la rapidité de mortalité maternelle sont plus élevées en milieu rural qu’en milieu urbain. Par exemple l’accès difficile à un hôpital pour un cas urgent ou pour un accouchement à risque peut très bien provoquer la mort de la mère. Donc, les gouvernements doivent revoir la localisation des hôpitaux dans les villes ;
  • l’insuffisance des soins comme l’insuffisance des matériaux médicaux adéquats, le manque du personnel médical compétent, les déficiences dans les transfusions sanguines, l’incompréhension des symptômes des complications par les professionnels de santé ;
  • les conditions socio-économiques et culturelles comme la pauvreté, le statut social des filles dans la société. Les femmes pas ou peu éduquées et qui ont un statut social bas n’ont pas, en général, le droit de décider de leur fécondité ou même n’ont pas le droit d’aller seules à un hôpital.
  • 8 A. Akin, A. Köseli (1997), « Improvements in mother-child health indicators in Turkey », Journal o (...)

16En Turquie, des programmes de santé maternelle sont généralement focalisés sur la surveillance des femmes enceintes qui ont des complications pour diminuer les décès. Beaucoup de recherches8 nous ont prouvé que les grossesses qui ont des complications n’ont aucun facteur de risque connu et la plupart des complications obstétricales ne sont ni prévues ni empêchées par les professionnels de santé. Pour cette raison, une intervention efficace du système obstétrique de soin de secours (EmOC) est nécessaire pour toutes les femmes enceintes. Dans beaucoup de pays en voie de développement, les équipements qui sont censés fournir des services obstétriques de secours existent déjà. En conclusion, l’accès rapide aux hôpitaux devrait être favorisé pour réduire la mortalité des mères.

17De même, prenant en considération les résultats de la « Recherche Démographie et Santé en Turquie » menée en 2003, le ministère a voulu mettre l’accent sur la santé reproductive en Turquie. La recherche met en évidence la situation de la mortalité périnatale qui favorise l’émergence d’une médecine préventive. D’après les résultats, 1 958 501 femmes sont enceintes chaque année, en Turquie ; mais si 1 481 000 (plus des trois quarts) de ces femmes enceintes font un accouchement normal 48 280 (3 %) de ces nouveau-nés meurent dans la première année et plus de 700 mères décèdent chaque année.

18De plus, la recherche nous montre que 454 373 des femmes enceintes font une fausse couche dont 284 000 sont volontaires. 29 378 des nouveau-nés sont mort-nés. 465 000 femmes ne sont jamais suivies par un gynécologue avant leur grossesse, 436 526 femmes ont des risques pour une seule grossesse et 156 324, pour plusieurs grossesses. Ceci dit, la proportion de la mortalité périnatale maternelle est de 49,2 pour 100 000 accouchements vivants. La proportion de la mortalité périnatale maternelle représente 4,8 % de la mortalité féminine. En outre, on calcule « le risque au long de la vie » : c’est la somme de la probabilité d’être enceinte d’une femme dans sa période de reproduction avec la somme de la probabilité de mortalité relative aux causes liées à la grossesse. Ainsi, ce risque de mortalité périnatale au long de la vie est de 1/2 000 en Europe alors qu’il est de 1/570 en Turquie.

19Lutter contre le manque d’éducation, la pauvreté et la discrimination sexuelle joue un grand rôle pour empêcher la mortalité maternelle. Les autorités connaissent des difficultés pour faire évoluer la situation. Pourtant, ce programme de « maternité sereine » souligne qu’assurer des conditions sanitaires de bonne qualité dans les services de maternité des hôpitaux, suivre attentivement les grossesses à risque, bien manager les situations urgentes et faire intervenir le planning familial sont indispensables pour réduire la mortalité des femmes enceintes.

20Les résultats des recherches nous montrent encore que grâce à cette initiative de « maternité sereine », la mortalité péri et postnatale maternelle causée par hémorragie, septicémie, pré-éclampsie, éclampsie, accouchement empêché et fausse couche peut être réduite de 55 % à 80 %.

  • 9 Arrêt plus ou moins long de la circulation d’oxygène dans un corps.

21De même, la mortalité des nouveau-nés causée par asphyxie9, diarrhée, tétanos, pneumonie, septicémie et trauma natal peut être réduite grâce à cette intervention de « maternité sereine » de 40 % à 80 %.

  • 10 WHO (1977), « Definitions and Recommendations in Manual of the International », Statistical classi (...)

Tableau 1 : Impact du projet « maternité sereine » sur la mortalité des mères et des nouveau-nés10

Tableau 1 : Impact du projet « maternité sereine » sur la mortalité des mères et des nouveau-nés10

22Prenant pour base ces données, le projet de prévention appelé « maternité sereine » du ministère de la Santé turc et financé par l’Union européenne, a pour but de former les femmes enceintes ou non et les jeunes mères sur le soin périnatal, natal et postnatal, sur les complications possibles pendant la grossesse.

Communiquer les messages de risque en santé publique : le projet de « maternité sereine »

23L’objectif fondamental de la communication des risques consiste à fournir des informations utiles, pertinentes et exactes, formulées de façon claire et compréhensible, à un public spécifique. Sans pour autant résoudre nécessairement toutes les divergences entre les parties, elle peut contribuer à une meilleure compréhension de ces divergences. Elle peut également déboucher sur une compréhension plus large et mieux acceptée des décisions en matière de gestion des risques. Une communication des risques efficace doit avoir des objectifs qui suscitent et entretiennent la confiance. Elle doit permettre d’obtenir un degré plus élevé de consensus et de soutien de la part de toutes les parties intéressées aux options proposées pour la gestion des risques.

  • 11 K. Witte (1994), « Fear control and danger control : A test of the extended parallel process model (...)
  • 12 P. Allen (1998), « Public participation in resolving environmental disputes and the problem of rep (...)
  • 13 P. C. Stern & H. V. Fineberg (Eds.) (1996), Understanding Risk: Informing Decisions in a Democrati (...)
  • 14 K. A. McComas (2003), « Public meetings and risk amplification : A longitudinal study », Risk Anal (...)
  • 15 Introduction à la maternité sereine, op. cit., p. 31.

24Les recherches faites ont également étudié l’influence de l’efficacité de l’information sur la façon de favoriser les comportements sains. Dans la plupart de ces recherches, on se réfère au modèle de processus parallèle de Witte11 qui affirme que quand les gens perçoivent une menace et qu’ils en sont effrayés, ils sont plus motivés pour réduire cette crainte. Selon Witte, si les individus s’engagent dans le contrôle du danger ou le contrôle de la peur, leur efficacité perçue dépend de leur niveau de motivation lié au contrôle du danger. Les questions concernant la représentation de la cible étaient une partie de la recherche d’Allen12. La représentation est considérée comme importante pour la communication du risque de santé par différents auteurs : pour Stern et Fineberg13, la définition bien comprise du risque dépend d’un échantillon représentatif des participants du programme. D’autres chercheurs affirment qu’il faut des informations concernant le risque pour prendre les précautions nécessaires. On peut suggérer qu’ils sont sceptiques sur le risque potentiel et les informations officielles14. Face à ce constat, le ministère de la Santé a adopté les objectifs suivants15 :

  • promouvoir la prise de conscience et la compréhension, par tous les participants, des questions spécifiques à l’étude au cours du processus d’analyse des risques (par exemple : faire connaître la notion et l’approche de « maternité sereine », faire connaître le diagnostic de « fausse couche » et d’« anémie », pouvoir expliquer le processus médical d’une grossesse, faire connaître le pré et post-partum par tous les participants du projet, etc.) ;
  • fournir une base solide pour la compréhension des décisions proposées ou mises en œuvre en matière de gestion des risques (préparer les démarches du projet selon les résultats de la « Recherche Démographie et Santé en Turquie » menée en 2003 et par la « Recherche sur la Santé Reproductive » menée par l’OMS en 1999) ;
  • améliorer l’efficacité et l’efficience générale du processus d’analyse des risques (par exemple faire connaître l’importance d’apprendre l’anamnèse de la patiente, de faire un examen physique obstétrique, de garder le dossier médical de patiente, etc.) ;
  • contribuer à l’élaboration et à la diffusion de campagnes efficaces d’information et de sensibilisation, une fois celles-ci sélectionnées comme options de gestion des risques ;
  • promouvoir la confiance du public envers la sécurité sanitaire des femmes enceintes et des nouveau-nés (au début, faire commencer le projet dans des villes-pilotes, puis l’appliquer dans tous le pays) ;
  • procéder à des échanges d’informations sur les connaissances, les attitudes, les valeurs, les pratiques et les perceptions des parties intéressées pour ce qui a trait aux risques liés aux morts péri et postnatales et à des thèmes connexes, par exemple préparer des fiches de renseignements et de remarques sur les indices des grossesses en danger et les distribuer à tout le monde ou sur l’usage de la contraception dans le péri et post-partum ; distribuer et faire des contrôles sur le guide périnatal de soins, connaître les dates importantes pour la grossesse, faire attention à la nutrition et aux exercices physiques, à l’interdiction de fumer et de prendre de l’alcool, à la vie sexuelle pendant la grossesse, aux symptômes normaux et anormaux de la grossesse, se préparer à la période post-partum, apprendre l’allaitement, etc.
  • 16 T. C. Earle & G. Cvetkovich (1995), Social Trust : Toward a Cosmopolitan Society, Westport CT, Pra (...)
  • 17 M. Siegrist, G. Cvetkovich, & C. Roth (2000), « Salient value similarity, social trust, and risk b (...)
  • 18 K. A. McComas (2003a), « Citizen satisfaction with public meetings used for risk communication », (...)
  • 19 O. Renn (1998a), « The role of risk communication and public dialogue for improving risk managemen (...)

25L’évaluation des risques est le processus utilisé en vue d’apprécier les risques tant sur le plan quantitatif que qualitatif et de les caractériser. La gestion des risques est la pondération et la sélection des options ainsi que l’application de mesures de contrôle appropriées afin de garantir un niveau adéquat de protection. Les recherches menées dans la dernière décennie suggèrent que la confiance sociale dans la gestion des risques est basée sur des valeurs partagées qui sont apprises par l’intermédiaire des histoires ou des récits de la société16. La perception de ces valeurs partagées peut également influencer les risques et les bénéfices perçus17. En outre, McComas affirme que les activités et les projets sur les risques de santé soutenus par le gouvernement peuvent influencer un plus le niveau de satisfaction et d’acceptation des décisions prises par les gens18. La promotion du dialogue et de la considération des solutions parmi les professionnels et les participants favorise la réalisation du projet19. Face à ce constat, le ministère de la Santé a pris acte du fait que la communication des risques, en tant que partie intégrante du processus d’analyse, constitue un instrument nécessaire et d’importance dans la prise de conscience des problèmes et dans l’élaboration, en connaissance de cause, des meilleures décisions en matière de gestion des risques.

Conclusion

26Le ministère de la Santé turc a esquissé les éléments et les principes d’une communication efficace du risque dans son projet de « maternité sereine », tout en décrivant les obstacles ou les entraves au processus de communication. Ces éléments et ces principes sont suivis de suggestions concernant des stratégies pouvant être appliquées à la communication des risques, en situation de crise ou hors crise. Partant des propositions de stratégies ou de mesures énoncées plus haut, nous mettrons l’accent sur les propositions d’ordre général concernant la communication des risques et son application.

27La communication des risques revêt une importance essentielle tout au long du processus d’analyse des risques. Il est apparu clairement au ministère de la Santé, qu’une communication efficace des risques doit être accompagnée de la prise en compte de plusieurs aspects essentiels touchant au processus lui-même, à savoir :

  • la participation et l’interaction de toutes les parties intéressées ;
  • le recours à des personnes formées à la communication des risques ;
  • l’assurance que la communication des risques a atteint le destinataire et a été comprise ;
  • la transparence préservée pendant tout le processus.

28Envisager la relation communication de santé publique, réception et action, avec le concept de communication du risque, permet de considérer une possible utilité sociale des recherches et des projets en communication de santé publique. Cela peut conduire les professionnels et les chercheurs à développer des recherches appliquées avec un organisme de prévention – comme dans l’exemple de cet article – pour obtenir des implications sur les pratiques de prévention. Des recherches dans ce sens commencent à se développer en SIC, notamment dans le domaine de la communication de santé d’intérêt général (prévention de la mortalité maternelle, prévention de la santé mentale, etc.). Les recherches sur la communication du risque, citées dans ce travail, sont de bons exemples ; elles se positionnent ouvertement comme des recherches actions visant à favoriser l’adoption de comportements socialement utiles.

29Les activités de communication des risques devront être évaluées de façon régulière et systématique, afin d’en déterminer l’efficacité et de permettre les ajustements nécessaires. Pour que les évaluations soient efficaces, il faut que les objectifs soient clairement énoncés, c’est-à-dire que l’on définisse la proportion de la population à risque à atteindre, les progrès dans l’adoption des pratiques appropriées de réduction des risques et le degré de résolution de la crise. Il importe de tirer des enseignements des expériences en matière de communication des risques, qu’elles soient positives ou négatives, de manière à adapter et à améliorer les programmes de communication en cours de déroulement. La seule manière de renforcer ce processus consiste à procéder à des évaluations systématiques, exécutées tout au long du processus de communication.

Bibliographie

Bibliographie

Akin Ayse, Köseli Arzu (1997), « Improvements in mother-child health indicators in Turkey », Journal of Pediatry, avril-juin, vol. 39, no 2, p. 227-238.

Allen, Peter T. (1998), « Public participation in resolving environmental disputes and the problem of representativeness », Risk : Health, Safety & Environment, vol. 9, no 4, p. 297-308.

Covello, Vincent T. (2003), « Best practices in public health risk and crisis communication », Journal of Health Communication, vol. 8, p. 5-8.

Cvetkovich, George & Löfstedt, Ragnar E. (eds.) (1999), Social Trust and the Management of Risk, Londres, Earthscan Publications.

Earle, Timothy C. & Cvetkovich, George (1995), Social Trust: Toward a Cosmopolitan Society, Westport, CT, Praeger.

Earle, Timothy C. & Cvetkovich, George (1999), « Social trust and culture in risk management », in Cvetkovich George & Löfstedt Ragnar E. (eds.), Social Trust and the Management of Risk, Londres, Earthscan, p. 9-21.

Étude FAO Alimentation et Nutrition 70, Consultation mixte FAO/OMS sur l’application de la communication des risques aux normes alimentaires et aux questions d’innocuité (Rome, 2-6 février 1998), ISBN 92-5-204260-1.

La maternité rassurée : ouvrage pour le participant, Introduction à la maternité sereine, Ministère de Santé de la Turquie, Ankara, 2005.

McComas, Katherine A. (2003), « Public meetings and risk amplification : A longitudinal study », Risk Analysis, vol. 23, no 6, p. 1257-1270.

McComas, Katherine A. (2003a), « Citizen satisfaction with public meetings used for risk communication », Journal of Applied Communication Research, vol. 31, no 2, p. 164-184.

Mother - Baby Package Costing Spreadsheet. Reproductive Health Research World Health Organization, WHO/FCH/RHR/99.17, 1999.

Osborne, Helen (2005), Health Literacy from A to Z. Practical Ways to Communicate your Health Message, Sudbury, Jones and Bartlett Learning.

Renn, Ortwin (1998a), « The role of risk communication and public dialogue for improving risk management », Risk Decision and Policy, vol. 3, no 1, p. 5-30.

Reynolds, Barbara & Seeger, Matthew W. (2005), « Crisis and emergency risk communication as an integrative model », Journal of Health Communication, vol. 10, no 1, p. 43-55.

Sandman, Peter M. et Lanard, Jody (2005), « Bird flu : Communicating the risk », Perspectives in Health, vol. 10, no 2, p. 1-6. Organisation panaméricaine de la santé. En ligne : http://www.paho.org/English/DD/PIN/Number22_article1.htm. Consulté le 5 novembre 2008.

Siegrist, Michael, Cvetkovich, George, & Roth, Claudia (2000), « Salient value similarity, social trust, and risk benefit perception », Risk Analysis, vol. 20, no 3, p. 353-362.

Siegrist, Michael, Cvetkovich, George T., & Gutscher, Heinz (2001), « Shared values, social trust, and the perception of geographic cancer clusters », Risk Analysis, vol. 21, no 6, p. 1047-1054.

Stern, Paul C. & Fineberg, Harvey V. (eds.) (1996), Understanding Risk : Informing Decisions in a Democratic Society, Washington, DC, National Academy Press.

Who (1977), Definitions and Recommendations in Manual of the International Statistical classification of Diseases, Injuries and Causes of Death, vol. 1, Geneva.

Witte, Kim (1994), « Fear control and danger control : A test of the extended parallel process model (EPPM) », Communication Monographs, vol. 61, no 2, juin, p. 113-134.

Notes

1 Ce travail est financé par la Commission des projets de recherche scientifiques de l’Université Galatasaray.

2 Adapté de Peterson & Higley (1993), American Entomologist 39, p. 206-211.

3 Étude FAO Alimentation et Nutrition 70, Consultation mixte FAO/OMS sur l’application de la communication des risques aux normes alimentaires et aux questions d’innocuité (Rome, 2-6 février 1998).

4 G. Cvetkovich & R. E. Lofstedt (Eds.) (1999), Social Trust and the Management of Risk, Londres, Earthscan Publications.

5 P.M. Sandman et J. Lanard (2005), « Bird flu : Communicating the risk », Perspectives in Health, vol. 10, no 2, p. 1-6. Organisation panaméricaine de la santé. En ligne : http://www.paho.org/English/DD/PIN/Number22_article1.htm. Consulté le 5 novembre 2008.

6 Introduction à la maternité sereine, ministère de la Santé de Turquie, Ankara, 2005, p. 8.

7 Introduction à la maternité rassurée, op. cit., p. 9-10.

8 A. Akin, A. Köseli (1997), « Improvements in mother-child health indicators in Turkey », Journal of Pediatry, vol. 39, no 2, p. 227-238.

9 Arrêt plus ou moins long de la circulation d’oxygène dans un corps.

10 WHO (1977), « Definitions and Recommendations in Manual of the International », Statistical classification of Diseases, Injuries and Causes of Death, vol. 1, Geneva, p. 763-764. Id. (1999), Mother-Baby Package Costing Spreadsheet. Reproductive Health Research World Health Organization, WHO/FCH/RHR/99.17.

11 K. Witte (1994), « Fear control and danger control : A test of the extended parallel process model (EPPM) », Communication Monographs, vol. 61, no 2, p. 113-134.

12 P. Allen (1998), « Public participation in resolving environmental disputes and the problem of representativeness », Risk : Health, Safety & Environment, vol. 9, p. 297-308.

13 P. C. Stern & H. V. Fineberg (Eds.) (1996), Understanding Risk: Informing Decisions in a Democratic Society, Washington DC, National Academy Press.

14 K. A. McComas (2003), « Public meetings and risk amplification : A longitudinal study », Risk Analysis, vol. 23, no 6, p. 1257-1270.

15 Introduction à la maternité sereine, op. cit., p. 31.

16 T. C. Earle & G. Cvetkovich (1995), Social Trust : Toward a Cosmopolitan Society, Westport CT, Praeger.
T. C. Earle & G. Cvetkovich (1999), in G. Cvetkovich & R. E. Lofstedt (Eds.), Social Trust and the Management of Risk, Londres, Earthscan, p. 9-21.

17 M. Siegrist, G. Cvetkovich, & C. Roth (2000), « Salient value similarity, social trust, and risk benefit perception », Risk Analysis, vol. 20, no 3, p. 353-362. M. Siegrist, G. Cvetkovich, & H. Gutscher (2001), « Shared values, social trust, and the perception of geographic cancer clusters », Risk Analysis, vol. 21, no 6, p. 1047-1053.

18 K. A. McComas (2003a), « Citizen satisfaction with public meetings used for risk communication », Journal of Applied Communication Research, vol. 31, no 2, p. 164-184.

19 O. Renn (1998a), « The role of risk communication and public dialogue for improving risk management », Risk Decision and Policy, vol. 3, no 1, p. 5-30.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Impact du projet « maternité sereine » sur la mortalité des mères et des nouveau-nés10
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteur

Professeur assistante, Université Galatasaray, Istanbul.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540