Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Deuxième partie. Les temporalités médiatiques

Médias d’Afrique subsaharienne : entre temps immanent et temps transcendant

L’exemple des radios locales

Étienne Damome

Texte intégral

1L’analyse de la temporalité, quel que soit l’objet sur lequel porte cette analyse, oblige à penser la pluralité. Pluralité de systèmes de conception du temps tout d’abord. Il faut distinguer, comme le propose Engelbert Mveng (1976), entre concept du temps et conception du temps. « Le concept du temps est une perception de l’esprit face au phénomène de la durée. Cette perception est abstraite, objective, universelle. La conception du temps est par contre une élaboration mentale qui constitue une vision de l’homme dans sa condition spatio-temporelle, et qui, souvent, règle ses comportements ». Elle est toujours liée à une civilisation, inséparable de l’image de l’Homme et de sa destinée que cette civilisation impose. Il y a donc autant de conceptions du temps qu’il y a de types de civilisations, et à l’intérieur de chaque type, autant de conceptions du temps que de types d’organisations sociales, économiques, culturelles, voire, de conditions humaines concrètement vécues. Donc, pluralité des systèmes, avec ce que cela entraîne comme diversité des marqueurs et des références du temps. Il faut considérer ensuite une pluralité des contemporanéités, c’est-à-dire de coexistences dans le temps. Dans le même régime d’historicité, la présence et la référence au temps sont différentes d’un individu à l’autre. Nous ne faisons pas référence à la distinction habituelle entre le temps objectif, quantifiable, c’est-à-dire : mesurable, invariable (celui de nos montres), et le temps subjectif, durée pure, celui auquel notre conscience est présente et s’en sent affectée. Nous faisons référence au fait que, dans un même lieu, sous l’apparence d’une gouvernance unifiée d’un système temporel, on peut trouver plusieurs références au temps. De sorte que, alors qu’on les croirait confrontés au même régime d’historicité, certains seraient plus dans le régime du « passéisme », d’autres dans celui du « présentisme » et d’autres encore dans celui du « futurisme », selon les catégories chères à François Hartog (2003). Pluralité des contemporanéités donc, mais également pluralisme des quotidiens. On n’est pas présent au présent de la même manière. On ne l’occupe pas de la même façon ; il ne revêt pas les mêmes contenus, loin s’en faut, surtout du point de vue social.

2L’analyse de la dimension temporelle doit intégrer aussi l’inévitable rapport à nos expériences quotidiennes, y compris psychosociologiques, et à notre présence au monde. Dans cette présence au monde, au monde de notre temps, et au temps de notre monde, notre expérience nous insère souvent dans des rapports à la fois du proche et du lointain, de l’ici et de l’ailleurs, du local et du global, de l’absolu et du relatif. Analyser la temporalité sous l’angle du rapport dialectique transcendance et immanence, nous semble donc tout à fait justifié.

3En parlant de transcendance, nous ne nous référons pas directement au divin ou à l’absolu qui incarnent notamment les notions de providence et d’éternité. Le terme vise à désigner ici ce qui nous dépasse et nous contient, mais en même temps, paradoxalement, que nous pouvons ignorer, dont nous pouvons être indifférent, précisément, parce qu’il ne nous appartient pas, ne nous touche pas de près, ne se commet dans la banalité de notre quotidien et de nos dimensions existentielles. L’immanent c’est ce dont nous sommes proches, que nous comprenons – et pas uniquement dans le sens mental –, qui fait corps avec nous et avec lequel nous sommes engagés. Cela ne veut pas dire qu’il ne nous dépasse pas, puisque, souvent, nous ne sommes pas ses concepteurs, ses programmateurs ; il nous précède et a contribué à nous façonner – en ce sens, l’immanence n’est donc pas l’exact opposé de la transcendance. Dans la mesure où il participe de notre vie, qu’il le régit concrètement et commande nos activités, ce qui est immanent nous concerne davantage, nous ne pouvons lui être indifférents.

4Nous proposons d’analyser les temporalités médiatiques en Afrique au regard de ces présupposés. À propos d’Afrique, c’est une manière de parler, car nous ne connaissons que l’Afrique occidentale – le terrain privilégié de nos observations – ainsi que l’Afrique de l’Est et l’Afrique centrale que nous apprenons à découvrir depuis peu sous l’angle de l’étude des médias. À partir des cas observés, nous voudrions esquisser une caractérisation des différents temps auxquels la communication médiatique africaine est confrontée.

5Nous prenons l’exemple de la radio, essentiellement pour deux raisons. C’est le média le plus populaire en Afrique, et, sur le plan qui nous intéresse, c’est lui qui révèle le plus le rapport au temps. La presse écrite ne touche qu’un petit nombre de lecteurs qui, de plus, ont déjà pris contact avec une nouvelle pratique du temps à travers l’école et le milieu urbain. La télévision rencontre certes un public un peu plus large, mais les conditions de sa réception limitent énormément son influence. Seule la radio imprime une nouvelle manière de percevoir et de vivre le temps. Elle modifie, par son existence même, le rapport au temps dans sa mesure, dans son rythme et dans sa teneur. Nous verrons donc comment la radio, média le plus africain qui soit, n’en demeure pas moins un moyen moderne de communication aux prises avec l’air du temps, celui de la mondialisation et des nouvelles technologies ; qu’elle essaie de l’imposer comme tel à ses publics en remplacement ou en coexistence du temps socio-anthropologique bien marqué, resté en marge de toutes les influences exercées sur l’Afrique depuis la colonisation et même à présent, alors que la mondialisation semblerait tout plier sur son passage. Nous verrons aussi que dans la contemporanéité médiatique, c’est-à-dire dans la simultanéité des rapports en situation entre les médias et leurs publics, plusieurs régimes temporels sont en concurrence, entraînant des négociations concrètes du rapport au temps entre les médias et leurs publics, et que cela induit des mutations dans la chaîne socio-temporelle mais en même temps des permanences. Mais au préalable, il faut déjà bien admettre le principe qu’il y a plusieurs temporalités en Afrique.

Les temporalités en Afrique subsaharienne

6Il n’est pas aisé de parler de la conception du temps en Afrique. Cinq difficultés majeures empêchent de l’aborder en toute sérénité. La première vient du fait qu’il n’y a pas une mais des conceptions du temps, une manière de le percevoir mais plusieurs systèmes de mesure. La seconde difficulté vient de la distinction nécessaire à opérer entre l’Afrique moderne et l’Afrique traditionnelle, l’Afrique précoloniale et l’Afrique postcoloniale. La troisième difficulté réside dans le fait qu’en réalité tous les Africains ne sont pas contemporains, en d’autres termes, ils n’ont pas la même relation au temps dans lequel se déroule, pourtant simultanément, leur vie. Ils vivent dans des régimes d’historicité et même de systèmes temporels différents alors qu’ils sont dans une situation de coexistence réelle. Il y en a, et ils sont nombreux, qui continuent à être régis par le temps traditionnel alors que d’autres obéissent depuis longtemps au temps occidental. La quatrième trouve son origine dans la cohabitation des deux temps chez le même individu. Il n’y a pas d’individu qui se targuerait à l’heure actuelle d’être au-delà de cette contradiction constitutive de son identité. Quand on ne le vit pas soi-même, on en est victime à cause de ceux qui nous environnent et du fonctionnement des choses. La dernière difficulté, la plus importante de notre point de vue, est la passion qui anime le débat autour de cette question. On ne peut pas en parler sans prendre position. Aussi, voudrions-nous commencer par rappeler, de notre point de vue, ce que le rapport au temps africain traditionnel n’est pas afin de pouvoir ensuite présenter, sans a priori, ce qu’il nous semble être, à travers l’observation de son usage quotidien dans des milieux qui sont restés largement traditionnels. On comprendra mieux alors les enjeux d’une temporalité médiatique aux prises avec la temporalité locale.

La conscience du temps est-elle absente en Afrique noire ?

7« […] Cela n’avait pas d’importance et n’intéressait personne de connaître sa date et son jour de naissance vu que nous sommes tous nés un jour ou un autre et dans un lieu ou un autre et que nous allons tous mourir un jour ou un autre et dans un lieu ou un autre pour être tous enfouis sous le même sable, rejoindre les aïeux et connaître le même jugement d’Allah ».

8C’est de cette façon que Birahima, le personnage principal du dernier roman d’Amadou Kourouma (2000), décrit le rapport au temps de l’Africain noir. C’est un texte de fiction, mais cette opinion révèle bien une tendance existante dans des théories plus savantes. Le philosophe allemand, Hegel, affirme que l’Africain est un « être a-historique », selon une expression de La Raison dans l’histoire. Il n’aurait pas la notion du temps ni celle de l’espace qui est l’apanage des êtres conscients à qui appartient la marche de l’histoire universelle. Il incarnerait ce moment d’enfance obscure où la conscience est encore privée de l’idée de Dieu, baignant dans une maladie caractéristique : l’absolue obéissance aux rythmes des saisons qui empêche de découvrir la technique et le dépassement de l’immédiateté.

9Certains penseurs africains ont exprimé des opinions semblables. C’est le cas du théologien protestant kényan John-Samuel Mbiti qui théorisait, dans son ouvrage African Religions and Philosophy (1970), l’absence de la conscience du temps chez les Africains. Comme le rappelle fort bien Alena Rettová (2006), « selon Mbiti, les Africains n’ont pas de notion abstraite du temps. Le temps est une série d’événements, qui constituent des “temps réels” : ceux qui sont présents et ceux qui sont passés, ou “temps potentiels” : ceux qui sont imminents, juste sur le point de prendre place, ou ceux qui font partie des processus naturels répétitifs ». C’est, en effet, très clairement ce que l’auteur kényan affirmait dans l’ouvrage cité ci-dessus :

For [Africans], time is simply a composition of events which have occurred, those which are taking place now and those which are immediately to occur. What has not taken place or what has no likelihood of an immediate occurrence falls in the category of « No-time ». What is certain to occur, or what falls within the rhythm of natural phenomena, is in the category of inevitable or potential time (Mbiti, 1970, p. 21).

10Passons les allégations récentes d’un responsable français qui a cru bon légitimer le préjugé d’une Afrique noire intemporelle, essentialiste, qui « n’est pas rentrée dans l’Histoire », tournant résolument le dos au développement, symbole de la marche en avant des peuples, de leur inscription dans le monde de leur temps ou plutôt dans le temps mondial qui les englobe et devrait les contenir.

11Contre cette appréciation, on peut faire remarquer, comme l’a fait Y. Person, que l’absence d’une conscience historique du temps n’implique pas l’absence de la réalité objective d’une évolution dans le temps (1993, p. 18). Nous ne reviendrons pas sur le rapport absolument intrinsèque entre espace et temps que révèle O. Nkombe (1997) dans son étude de la conception du temps chez les Atetela en République démocratique du Congo, et d’après laquelle, en Afrique noire, la spatialisation du temps et la temporalisation de l’espace sont déjà en germe. Nous voudrions plutôt rappeler que le découpage du temps (en secondes, minutes, heures, jours, semaines, mois, trimestres, semestres, années, décades, siècles…) n’a pas un caractère absolu ; on peut en imaginer d’autres. C’est à ce niveau qu’il convient de présenter les mesures du temps en Afrique noire traditionnelle comme étant l’une de ces variantes.

Des repères temporels différents

12En dépit du regard condescendant vis-à-vis de ces systèmes, il nous plaît de rappeler brièvement quelques principes des temporalités en Afrique traditionnelle et rurale. Elles subsistent encore en marge de l’usage du temps introduit par les Occidentaux pendant la colonisation, notamment à travers l’école, et sont actives chez les individus vivant dans des structures sociales traditionnelles. Il faut noter que ce temps est « phénoménal », c’est-à-dire qu’il tire son être de la référence aux éléments de la nature (l’apparition ou la position du soleil et de la lune, le chant du coq), et qu’il connaît un découpage clair, explicite, en fonction de ces repères.

13Bien que le coq comme marqueur du temps ne soit pas le propre de l’Afrique, dans ses milieux ruraux, il reste le régulateur des activités paysannes car son chant sert de repère chronologique. Sensible à la luminosité et à la position du soleil dans le ciel, le coq chante en fonction de ces deux indicateurs et permet aux paysans d’exercer leurs activités en suivant son rythme. À chaque chant du coq correspond un moment relativement précis du jour et même de la nuit : l’aube, le lever, le crépuscule et le coucher. Mais d’autres marqueurs existent. Les aboiements du chien et le chant de la perdrix servent également de repères chronologiques. Même les lianes amères ont un fondement sociologique en tant que marqueurs de temps. Elles annoncent la saison de culture et le début de la saison des moissons. Les ruraux savent également que les fourmis sexuées et volantes s’envolent généralement juste avant qu’un orage n’éclate, ce qui est la marque du début de l’hivernage. Le profil de l’ombre permettant d’apprécier l’heure de manière quasi instantanée et donc plus rigoureuse en tant que dérivant de la position réelle du soleil ; on peut fixer un rendez-vous à un quidam en se servant de la position du soleil comme indicateur de référence ou en désignant un moment relativement précis du jour ou de la nuit. Le coucher, le lever, la position culminante du soleil (midi), minuit, le premier chant du coq ainsi que certaines autres positions intermédiaires (correspondant à plus ou moins vingt-trois heures ou deux heures du matin) ont leurs équivalents lexicaux dans les langues négro-africaines. Plusieurs systèmes coexistent.

  • 1 Cela est très remarquable dans le cas du Togo, coupé de ce point de vue en deux, entre le Nord évol (...)
  • 2 À l’instar des Ambuun qui divisent l’année en quatre saisons : luetse « petite saison sèche allant (...)

14On date par rapport à un événement comme par exemple la mort ou la naissance d’un homme illustre, ou par rapport à un phénomène naturel (calamité, bonne récolte, différentes phases de la lune…). Notre connaissance de plusieurs peuples de l’Afrique de l’Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso, Ghana, Côte d’Ivoire, Mali) permet de constater que, chez beaucoup d’entre eux (Ewé, Fon, Dagaari, Mossi, Moba, etc.) la semaine compte sept jours organisés autour du jour du marché censé être le jour du repos hebdomadaire. Il n’en est pas de même de certains peuples de l’Afrique centrale où, selon le témoignage du sociologue J.-M. Munzele Munzimi, la semaine comprend quatre jours chez les Ambuun (nationalité ethnique de la R.D. du Congo) : ngwon « jour de travaux des champs », dzats « deuxième jour consacré aux champs », odzu « jour de la chasse et de la pêche » et otsil « jour de repos » (2006 : p. 50). Chez des peuples qui ont la particularité de vivre à la fois de l’agriculture et de la pêche comme par exemple les Mamprusi vivant tout au long de la rivière Yenyaog qui longe la frontière Togo-Ghana au Nord, on trouve parfois une organisation de la semaine en cinq jours en fonction des différentes activités : le jour du poisson, le jour des tubercules, celui des légumes, puis le jour du repos, et enfin celui des prières (Chevrier, 2006, p. 233). Les notions de « mois », « année », « saison », existent également en suivant partout le cycle lunaire et s’ordonnent aussi en fonction des activités socioprofessionnelles et de l’environnement physique. Le moment dans une année est identifié par le régime des pluies, des repères astronomiques et écologiques, les activités saisonnières (chasse, pêche, cueillette, agriculture). Les variations qu’on y observe sont justifiées par la différence du milieu géo-climatique dans lequel on vit. Ainsi, les peuples plus proches du Sahara ne connaissent que deux saisons alors que les côtiers1 et ceux qui sont plus près de l’équateur (l’Afrique centrale2, notamment) divisent l’année en quatre saisons.

15Cela indique que le temps dans la conception traditionnelle n’est nullement statique. Cela montre surtout que l’Africain noir n’est pas indifférent au temps, qu’il l’évalue et le maîtrise. Peu importe donc le rythme avec lequel ce temps s’écoule, et la précision avec laquelle on l’appréhende, le principal est de ne jamais le subir. Cette conception traditionnelle et rurale évoluera et évolue déjà en fonction de la mutation du contexte culturel, social et économique. Mais il semble que cette évolution ne conduit pas forcément à l’appropriation de l’expression « Time is money ».

Une conception non capitaliste du temps

16Le rapport au temps et à l’espace est conforme à la structure économique et culturelle des milieux concernés. Il est donc exact de dire que la conception du temps a une incidence certaine sur le développement. En rapport avec cette affirmation, il faudrait dire qu’au regard de leur héritage socioculturel et de leurs activités ancestrales, certains Africains n’ont pas une conception capitaliste du temps.

17Ils n’ont pas la notion d’un temps segmenté en fines lamelles et perçu comme un maillon de la rentabilité. Il n’a pas appris à « profiter » du temps, à le gagner, le devancer pour en avoir plus. Pour lui le temps n’a pas une valeur monétaire ! Ils ont une autre perception du temps, une autre manière de l’habiter. Ils essaient de donner à chaque chose, à chaque geste le temps nécessaire, entier. Le temps n’est pas conçu comme la durée dynamique dans la transformation du monde, invention de ceux qui se proclament maîtres et possesseurs de la nature. Pour eux, le temps est juste l’ordre dans la saisie des faits sociaux et de succession des évènements de la vie. Aussi devient-il stupide de croire qu’à force de l’accélérer on parvient à changer l’ordre des choses ou à les anticiper.

18Composante essentielle de la vie sociale, le temps est un capital social et non individuel dans ce système. Sur cette base il fonde une autre forme d’économie, l’économie sociale ou collective. On peut se permettre de le dire en analysant le concept de l’harmonie du développement et du temps dans le contexte de la participation sociale. À la suite de G. Muheme (1998) il faut dire qu’il y a un rapport dialectique entre le temps que passe, par exemple, une vendeuse au marché, la marchandise et la vente. Si la vendeuse vendait à un client toute sa marchandise dès 9 heures du matin, elle ferait une perte sociale non mesurée, non identifiée et donc non capitaliste car elle ne saurait plus que faire du reste de sa journée. Pour elle et ses semblables, le temps passé devant l’échoppe n’est pas perdu : il a un sens s’il est envisagé comme le temps invisible de la vente non observée et donc d’une autre forme d’économie, l’économie sociale. Il en est de même à propos de la réticence de certains à utiliser des machines agricoles qui leur permettraient pourtant d’élargir les terrains cultivables et surtout du « gagner » du temps. Certains ne voient pas pourquoi ils recourraient à des machines alors qu’ils disposent de plusieurs mois pour cultiver leur champ et surtout s’ils peuvent bénéficier de l’entraide de leurs amis et de leurs voisins. Boubou Hama et Joseph Ki-Zerbo faisaient déjà observer eux aussi que ce temps social n’est pas un élément neutre et indifférent (1980, p. 72). Il subsiste très largement encore dans les milieux ruraux et traditionnels. Sous cette forme, il est même identifiable dans les milieux urbains et intellectuels et influence considérablement ceux qui voudraient se soumettre au temps « capitaliste ». La question du temps en Afrique au Sud du Sahara est donc plus complexe et plus subtile qu’on ne la présente d’ordinaire. C’est avec cet usage du temps que sont en prise les médias, porteurs du temps de l’économie mondiale de type capitaliste et marqué par les notions d’organisation et de planification.

Les radios locales : vecteurs d’une nouvelle pratique du temps

19Les médias imposent une temporalité particulière à leur utilisateur. Cette affirmation banale prend une dimension particulière en Afrique où, outre la confrontation traditionnelle entre le temps des médias et les autres temporalités de la vie quotidienne, il existe un décalage entre le rythme dont le premier est porteur et celui qui met en mouvement les autres. Symboles de modernité en Afrique, les médias véhiculent aussi une conception nouvelle du temps que le système scolaire a certes suggéré depuis l’époque coloniale mais qu’ils poussent à l’extrême, surtout à l’heure d’Internet et de l’instantané. Tous induisent un rapport particulier au temps, même s’ils nous y confrontent diversement, chaque média ayant une temporalité qui participe de sa nature propre. Mais entre tous, la radio influence le plus l’usage du temps des Africains, surtout en milieu rural. C’est pour cela que nous prenons l’exemple des radios locales. Présentes dans les villes comme dans les campagnes, elles peuvent être soit privées (commerciales, religieuses, communautaires, associatives ou de quartiers), soit publiques (régionales ou rurales). Mais toutes sont soumises à ce jeu d’équilibriste consistant à vouloir concilier le temps mondial qui les dépasse et les contraint, avec le temps immanent de leur système de référence auquel elles sont concrètement soumises dans leur fonctionnement quotidien et dans le rapport à leurs publics. On peut l’observer aussi bien au stade de la programmation et des contenus programmatiques que de la réception. À ces différents niveaux, la radio met ses utilisateurs aux prises avec un rapport nouveau au temps et engage avec eux un processus qui vise à les arracher de la temporalité de laquelle participe leur vie quotidienne pour les inscrire dans une temporalité universelle.

De nouveaux marqueurs du temps

20La radio impose à ses auditeurs d’autres repères temporels. Elle se présente elle-même comme marqueur du temps. En effet, dans les zones rurales où le mouvement du soleil ou le chant du coq marquaient la succession des activités de la vie quotidienne (lever, ménage, recherche de l’eau, travaux champêtres, soins des animaux…), où le régime des pluies, des repères astronomiques et écologiques rythmaient la succession des saisons et celle des activités sociales et communautaires (commémorations, cérémonies diverses…), la radio marque désormais le temps. Faisant coïncider l’ouverture de l’antenne avec le moment du réveil du village, le poste récepteur, resté allumé après la fermeture de l’antenne, indique l’heure du lever et du début des activités (à moins d’un manque de piles de rechange). C’est encore la radio qui accompagnera les différentes activités individuelles et communautaires tout au long de la journée en indiquant le passage d’une heure à l’autre. On peut en mesurer l’effet lorsqu’on s’entend dire l’heure exacte d’une émission alors que l’auditeur en question n’a pas été scolarisé. Certains vous récitent le programme journalier de la radio du village avec les moments de la journée et les programmes correspondants. Selon le milieu considéré, c’est le lien établi entre les programmes diffusés et le temps phénoménal (en référence notamment à la position du soleil), le temps sociologique (en référence aux temps des activités quotidiennes) et le temps théologique (en référence aux heures de la prière) qui conduit à ce résultat.

De la fluence monotone au rythme

21Mais plus qu’un simple marqueur qui se cale sur la mesure locale, la radio impose du rythme au temps. Elle introduit une pratique plus structurée du temps. Son organisation en heures apporte une mesure plus complexe que celles plus larges du matin, midi, ou soir. Le temps de la radio a donc un rythme plus rapide. On entend parfois dire « c’est comme la radio. C’est trop tard », sous-entendu : « on passe à autre chose » ; ou encore « je suis comme la radio, je ne me répète pas », à celui qui a raté un morceau de l’histoire. Il faut être vif si l’on veut suivre et respecter le temps de la radio. Surtout, le caractère morcelé de ce temps et la différence de sa teneur frappent le plus. Dans les repères traditionnels, le passage d’un laps à un autre est si élastique que le temps de la radio paraît très morcelé, notamment quand on est confronté à la succession des émissions au cours d’un même bloc de temps. Pour avoir programmé des émissions par tranches horaires fixes plus ou moins égales, la radio fait prendre conscience non seulement de la succession du temps mais également de la différence de ses contenus. Barbara Fenati (1992) l’a remarqué au sujet des radios italiennes, surtout à propos de celles qu’on nomme « stations de rendez-vous », qui développent des grilles sous la forme d’émissions autonomes, identifiées, différenciées entre elles et se succédant selon un ordre clairement établi, aisément perceptible, quotidiennement, de façon hebdomadaire ou de manière plus espacée. Le temps de la radio ne paraît donc pas répétitif puisqu’il oblige à donner à chaque heure un contenu différent. Cela tranche avec l’écoulement lent et monotone du temps rural.

22Par ailleurs, en favorisant la pratique des rendez-vous fixes (heures d’ouverture et de fermeture, du journal, des salutations ou des avis et communiqués, émissions quotidiennes ou hebdomadaires, matinales ou diurnes), la radio accoutume ses auditeurs à se tourner vers l’avenir, car ils apprennent à attendre ces moments-là. Certaines émissions mobilisent tant l’attention qu’ils avancent des activités pour se libérer : la revue de presse en langues nationales à Cotonou au Bénin (zone urbaine) sur CAPP FM, ou à Ouhigouya au Burkina Faso sur La Voix du Paysan ; à Cotonou les taxis-motos s’activent dans la matinée pour suivre entre 10 h et 10 h 30 le rendez-vous quotidien d’Eustache Atinkpahoun alias Dah Houawé en fongbé. Par ailleurs les heures des Dédicaces et Salutations (moment festif où on salue en direct son voisin, ses parents, souhaite un anniversaire à un ami, dédicaçant une chanson), et des Avis et Communiqués (rendez-vous dédié aux évènements familiaux, décès et cérémonies funéraires, réunions, nominations) sont des moments très attendus.

La conscience de la dimension historique du temps

23La conscience de l’historicité du temps tient aussi au contenu des programmes. La prise de conscience du passé est particulièrement intégrée aux programmes lorsque les radios décident de mettre l’accent sur les dimensions historiques et socioculturelles des sociétés. Même les radios confessionnelles ne se contentent pas de programmes retraçant l’histoire de leur religion. Radio Maria de Dapaong au Togo a un ambitieux programme hebdomadaire d’histoire de l’Afrique placé le samedi matin pour toucher le plus de monde possible. Les émissions qui font référence à la culture locale invitent à renouer avec un passé que les jeunes générations ignorent et qui risque de tomber dans l’oubli. C’est assez explicitement ce que dit le directeur des programmes de Garden City FM de Kumasi pour justifier l’existence de deux programmes différents traitant de l’histoire des Ashanti et de leur langue, le twi. Chez la plupart des radios ces émissions culturelles sont diverses : Us et coutumes, Contes, Proverbes, Culture de nos ancêtres, Musique traditionnelle ou Sonorités de chez nous.

24L’habitude des rappels historiques ou des commémorations reste bien ancrée pour des populations qui n’attachent pas d’importance aux anniversaires. En présentant le Saint du jour, les radios catholiques ont habitué leurs auditeurs à être plus attentifs à leur date de naissance. Au-delà de ce rendez-vous annuel, certaines radios permettent même de fêter de façon hebdomadaire son jour de naissance, dans la mesure où elles obligent à se référer au jour de naissance en plus de la date de naissance. Ainsi celui qui est né un lundi sera fêté tous les lundis au cours de la seconde partie de l’émission consacrée aux anniversaires.

25Le temps présent n’est pas oublié. C’est en particulier à travers cette dimension que s’articule mieux le rapport transcendance et immanence dans la temporalité vécue. Le temps rural s’étend dans la durée du présent mais d’un présent myope. On n’a guère conscience de ce qui se passe dans le village voisin, encore moins dans le reste du pays. Or la radio, même locale, ouvre à la dimension universelle, notamment à travers le contenu des nouvelles. Le rythme accéléré de leur transmission, grâce au développement des nouvelles technologies, permet aux auditeurs de vivre au rythme du temps mondial, celui de l’actualité. Les radios font partager des problématiques mondiales traitées dans la presse occidentale. Le partenariat avec des radios nationales et internationales favorise cette synchronicité. Les programmes DW, VOA, Transworld Radio, Adventist World Radio, Radio Vatican, Radio Notre Dame de la Fourvière, Radio Nederland, RFI et d’autres chaînes internationales ont des accords permettant aux radios africaines de reprendre, ou de diffuser en direct par décrochage, une partie de leurs programmes, surtout le journal. Les journalistes des radios qui ne bénéficient pas de ces mesures passent leur temps dans le cyber café de la région pour s’informer et traduire localement les préoccupations mondiales de l’heure. On trouve ainsi des émissions sur des problèmes dont la conscience n’est pas encore brûlante dans le quotidien des peuples africains mais qui l’est sur le plan international. C’est l’exemple, comme le relève justement A.-J. Tudesq (2008, p. 5), des émissions consacrées à l’environnement, la pollution et la pédophilie. Le temps de la mondialisation technique et économique affectant tous les peuples dans l’urgence du présent est plus que jamais en marche en Afrique au travers des médias.

26Les radios contribuent enfin à introduire la dimension du futur et de l’anticipation. Il faut bien le reconnaître, dans les systèmes temporels traditionnels, l’avenir n’est souvent pas pensé. John Mbiti le stigmatisait déjà. Il estimait que dans ces systèmes, le futur ne peut constituer un maillon du temps dans la mesure où il est pratiquement absent. Les gens vivent dans l’immédiateté, la proximité, et le présentisme. Ils vivent dans le court terme et surtout dans le passé et ne se projettent pas dans l’avenir. Le philosophe congolais A. Elungu pene Elungu affirmait lui aussi qu’il faut considérer ce temps pratiqué dans les milieux traditionnels comme « durée où l’avenir se lit comme un éternel présent qui se conjugue au passé et non comme un indéterminé subordonné principalement à l’action actuelle et personnelle » (1917, p. 17). Certains programmes comme Années 2000 élaborés à la fin des années 1990 et diffusés dans tout le réseau Radio Maria du Togo visaient justement à amener les gens à penser par anticipation ce que l’Afrique doit être au XXIe siècle. Défis de l’Afrique, un programme similaire, a été conçu par Transworld Radio et diffusé en langue française et dans les langues africaines dans toutes les Radios Évangile de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale. En insistant sur l’urgence du développement, de la démocratie, de l’éveil des potentialités africaines, de la bonne intégration dans la mondialisation, ces programmes contribuent à repousser l’horizon des préoccupations, à penser l’ailleurs, conditions indispensables pour la marche vers le progrès. Mais cela ne passe pas forcément « comme une lettre à la poste ». Dans la mesure où ces discours et ces actes contrastent avec les habitudes locales, il se produit de l’écart, des incompréhensions, des heurts, des concurrences et des processus dialectiques d’adoption-rejet qui conduisent forcément les protagonistes (médias et leurs publics) à des négociations.

Résistances et négociations

27Porteurs du temps mesuré, planifié qui les structure, les médias essaient de l’imposer à leurs utilisateurs, quel que soit leur rapport au temps. Force est de constater que, cependant, de fortes résistances existent, obligeant les radiodiffuseurs à négocier avec le temps local. La radio a cherché à mieux concilier le temps mondial et les temporalités de ses auditeurs, sans les opposer ni substituer les unes par l’autre.

28S’adapter à la variation horaire du public pour trouver preneur et cumuler des auditeurs est en effet indispensable. Pour suivre les conseils de J.-M. Vernier pour qui le maître-mot de la programmation est « disponibilité » (1993, p. 1032) les radios se doivent en particulier de connaître celle du public. Or l’emploi du temps de ce dernier varie tout au long de la journée en fonction de ses différentes activités et détermine le potentiel d’auditeurs disponibles à une heure donnée. Pour le programmateur, la sociologie des habitudes de vie est une donnée fondamentale : horaires de travail, temps de transport, habitudes alimentaires, loisirs, etc. Ainsi la programmation devrait-elle s’appuyer en amont sur des études d’audiences. Les radios adaptent donc leur fonctionnement local selon trois modalités complémentaires.

Selon la mesure du temps dans les temporalités locales

29On peut observer chez toutes les radios l’évolution du programme en fonction de l’évolution du temps local. Certaines émissions ont une heure fixe. C’est le cas par exemple des radios confessionnelles qui calquent leurs heures de prières sur celles du calendrier journalier du croyant. Mais il est surtout intéressant de souligner le principe d’horizontalité selon lequel les radios alignent leur temps privilégié d’émissions tout au long de la journée en périodes repérables. Trois grandes périodes peuvent ainsi être considérées : la matinée, l’après-midi et la soirée. Ainsi tout en morcelant le temps, les producteurs sont obligés de respecter cette division en trois périodes pour s’accorder aux activités de leurs auditeurs. Radio Taanba de Fada N’Gourma au Burkina Faso et d’autres encore fixent les heures de programme entre 5 h 50-10 h, 12 h-16 h, et 17 h-22 h, selon l’heure des travaux champêtres, du repos, ou de la vie familiale. Des temps privilégiés plus courts peuvent s’intercaler dans ces périodes. L’exemple qui illustre le plus cet aspect est celui de Radio Progess de Wa au Ghana. Le temps est coupé en quatre : le début de la matinée (5 h 30-6 h 40), la matinée (7 h-12 h 30), le début de l’après-midi (13 h-16 h), l’après-midi (16 h-18 h 30) et la soirée (19 h-24 h).

30Toute programmation suit ce découpage. À chaque période correspondent des émissions spécifiques sur les radios communautaires : le matin avec plus d’émissions divertissantes, l’après-midi plus de sensibilisation sur le développement, l’environnement, la santé… et le soir des émissions sur l’éducation, la vie du couple, les traditions. On retrouve la même logique chez les radios confessionnelles. Le début de la matinée semble convenir pour faciliter la prière, le recueillement et la méditation. Le milieu de la journée dispose à la détente et le soir aux émissions intimistes, celles de conscientisation, de témoignages, mais également à la prière. Plusieurs radios (Radio Évangile « Jésus Vous Aime », Radio Maria, Radio Évangile Développement, Radio Sainte Thérèse) accordent une importance particulière aux émissions de la nuit. Présumant que ceux qui écoutent la nuit sont des personnes isolées, malades, des prisonniers ou des gens appelés à travailler dans un climat moins stressant, les radios programment des émissions pendant lesquelles se posent des questions d’ordre personnel et spirituel, qui facilitent la recherche d’une relation humaine et d’un dialogue. Les programmes spécifiques adressés à des catégories socio-humaines et professionnelles obéissent également à cette logique, quand les radios locales respectent les habitudes des populations rurales habituées à se coucher aux environs de 21 h-22 h et à se lever dès 5 h. Ces heures sont un peu partout celles de l’ouverture et de la fermeture de l’antenne. Ce principe de bon sens manque parfois, du moins à en croire Tudesq qui déplore que « l’émission Ménage en musique qui s’adresse aux femmes et donne des conseils de santé, est programmée entre 7 h et 7 h 30, or c’est le moment où les femmes vont chercher l’eau, parfois à 4 ou 5 kilomètres » (2008, p. 5).

31La programmation tient également compte d’une distinction entre les jours de la semaine et le week-end et de façon plus spécifique encore, en milieu rural, entre les jours ordinaires et le jour du marché. La programmation de la fin de la semaine ou du jour du marché présente des caractéristiques particulières et en cela les radios observent des attitudes différentes. Certaines allègent le programme tout en respectant les spécificités horaires de cette période. Chez les radios chrétiennes, une partie de la matinée du dimanche est souvent consacrée uniquement à la diffusion du culte et le reste au divertissement. Pour les radios musulmanes c’est le vendredi qui est concerné. Les autres radios locales (rurales, associatives et communautaires) réduisent également l’intensité de leur effort à ce moment-là en s’investissant dans la détente et le divertissement. Pour toutes, le week-end est également l’occasion de toucher des publics spécifiques. Ainsi, le samedi et le dimanche après-midi sont consacrés aux différents groupes communautaires, et à des émissions permettant l’interactivité. La plupart des émissions pour enfants et pour les jeunes se situent là.

Selon la disponibilité des publics

32C’est aussi pour prendre en compte la variable temps coordonnée avec l’impératif de la disponibilité que les radios ont adopté deux stratégies de programmation différentes : le flux et le rendez-vous.

33Pour respecter les temporalités sociales locales gages de disponibilité des publics, certaines radios préfèrent présenter des tranches horaires fortement analogues sur l’ensemble de la journée ou sur des périodes longues, lesquelles attirent un public séduit par la configuration générale mais sans a priori particulier quant au détail de ce qu’il veut entendre. Nous les appelons radios de flux. Elles tablent sur le fait que les différents programmes trouveront toujours un noyau d’auditeurs disponibles dans la mesure où les travaux domestiques occupent encore beaucoup de temps.

34L’avantage de cette forme de programmation réside en effet dans le fait qu’elle permet aux auditeurs d’écouter la radio tout en faisant autre chose. Cela est bien apprécié par les paysans depuis que les travaux champêtres se font de moins en moins solidairement. La radio tient compagnie au paysan, qui peut même se permettre de bénéficier pendant qu’il est à l’œuvre de conseils pour la mise en œuvre de nouvelles techniques culturales. Mais cela réjouit aussi les autres travailleurs parce que la radio permet également de meubler de façon continue l’ambiance des lieux de vie et de travail, faisant de la radio un objet de compagnie au bureau, au champ, dans l’atelier, sur le chantier, dans le bar et le restaurant. Certains barmen du Burkina Faso témoignent que la loi obligeant les radios à diffuser 40 % de musique du patrimoine culturel local leur évite l’achat des CD de musique locale, plus chers que ceux provenant de l’étranger. De plus, la variation dans la programmation permet de bénéficier d’une gamme bien fournie de musique en tout genre. Certains bars restent tout simplement silencieux pendant les moments de coupure de la radio.

35Les autres avantages ne sont pas à négliger : la radio fonctionne grâce à seul homme, un technicien en général non professionnel qui maîtrise bien la gestion du temps. Quand l’entreprise dispose d’un ordinateur pour la programmation, il peut même se permettre d’aller faire ses courses ou de dormir la nuit comme tout le monde. La radio ne coûte pas beaucoup et les recettes des annonces et communiqués suffisent à la faire fonctionner.

36Les radios de rendez-vous comportent deux catégories. L’une constituée de celles qui partagent leur temps d’antenne avec une station à laquelle elles sont associées, comme c’est le cas de celles qui sont en réseaux avec une station-mère. Cette première catégorie est un cas particulier de format de radio de rendez-vous mais elle est très représentée. On trouve au Togo, au Bénin et au Burkina plusieurs réseaux. Chacun est formé par une station-mère d’envergure nationale ou régionale et des stations locales. Ces dernières sont en général des relais de la radio-mère. Elles diffusent ses programmes dans une synchronisation maximale ou dans un partage équitable du temps selon l’accord du partenariat. Elles disposent donc souvent d’un temps propre à elles pour un décrochage local. Les programmes ainsi diffusés sont produits localement pour permettre la prise en compte des réalités du milieu. Les auditeurs des radios sous-traitantes connaissent les heures qui leur sont dédiées en propre et le contenu de ces programmes. Ceux-ci se basent sur la répartition planifiée entre parole et musique, qui se décline dans une grille fixe qui couvre la semaine. Les émissions sont programmées en fonction des intérêts, des temps de présence. La négociation du temps de décrochage et des émissions synchronisées prennent en compte l’intérêt pour le public local du contenu des programmes partagés et de la capacité d’écoute de ces auditeurs.

37La seconde catégorie est composée de radios qui s’inscrivent dans l’horizontalité de la grille. Le souci qui prévaut chez elles est la construction des programmes de façon à permettre aux auditeurs d’identifier des points de repères à différents moments de la journée et tout au long de la semaine. Cette horizontalité de la grille – telle que la nomme Michel Souchon (1990, p. 101) – se double cependant d’une verticalité, car la grille suit dans le continuum de la journée une dynamique et une cohérence qui permettent à la fois une compatibilité avec les publics visés et une écoute qui dure le plus possible selon les conseils de Vernier (1993).

38Le programmateur de ce format privilégie la répétition d’éléments qui manifestent l’identité de la chaîne et rappellent à l’auditeur son contact avec celle-ci. Ceci est nécessaire quand il s’agit de radios de proximité, attachées à un terroir, à une identité ethnique ou linguistique. Ces éléments peuvent être une courte séquence parlée et le plus souvent des motifs sonores (jingles) établissant la marque de la chaîne et mémorisés comme tels. Le programmateur fait l’effort d’assurer une bonne transition entre les éléments en termes d’annonce du déroulement du programme de façon à éviter le décrochage des auditeurs en leur permettant de repérer dans la suite du programme ce qui peut les intéresser. La verticalité se manifeste donc à travers le rythme et la dynamique qui résultent de la combinaison de ces différents éléments.

39On a donc, d’une part, des radios privilégiant la fluidité du déroulement qui tablent sur la longueur des émissions. Pour assurer un rythme tonique, elles programment des émissions d’une durée maximum d’une heure composées de deux tiers de parole et d’un tiers de musique. Les autres radios enchaînent plutôt les émissions en tenant compte de l’évolution du public : aux émissions matinales pour tous succèdent des émissions destinées aux femmes restées au foyer, par exemple. Cette formule est très proche de la logique du temps quotidien et respecte plus les priorités locales.

Selon les priorités locales

40On oublie souvent que c’est le contexte sociopolitique et culturel qui définit et impose des fonctions de communication, pas l’inverse. Quelles que soient ses potentialités d’innovation et de renversement de la hiérarchie des valeurs, un média ne peut pas produire des effets non souhaités par les usagers et les bénéficiaires. Ce principe est valable pour tous les médias, à plus forte raison pour les médias de proximité. C’est donc ici également que la dialectique temporalité transcendante et temporalité immanente se vérifie le mieux.

41Les radios locales africaines sont soumises à cette règle et ne peuvent pas la contourner. Leur ancrage dans une zone suppose la prise en compte de préoccupations diverses touchant la vie quotidienne et l’environnement immédiat. L’une de ces attentes est la communication sociale. Au service d’une communauté donnée, on s’attend à ce que la radio serve d’abord son lien social. L’oralité de la radio correspondant le mieux à la tradition de la communication en Afrique, il y a de la part des publics une aspiration légitime à s’en servir pour faciliter le lien social. Il n’y a qu’à voir l’engouement autour des programmes populaires qui permettent aux auditeurs d’interagir pour s’en convaincre. La programmation d’émissions comme Dédicaces et salutations, Avis et communiqués est donc consacrée.

42Dans ces milieux, la raison d’être de la radio passe aussi par l’usage des langues nationales et locales. On peut observer combien le privilège accordé à ces langues définit l’audience des médias et leur intégration dans les communautés bénéficiaires. Les radios sont donc obligées de tenir compte de la donne, même si cela leur coûte énormément en temps. En effet la concentration d’une multitude de langues dans un même lieu, comme c’est bien souvent le cas en Afrique, conduit à trouver du temps pour diffuser en chaque langue, ne serait-ce qu’à travers un seul programme. L’obligation faite à ces médias de donner la parole aux populations et à contribuer à les relier entre elles est donc une priorité reconnue.

43Les communautés locales attendent aussi de leurs médias qu’ils contribuent efficacement à promouvoir leur développement socioéconomique. Quoi que l’on pense de la politique de la « communication pour le développement » en vogue depuis les années 1970 en Afrique avec l’appui de l’UNESCO et d’autres organismes internationaux – FAO, Banque mondiale, UNICEF, le Fonds international de développement agricole (FIDA) –, et des organisations non gouvernementales comme le Réseau Communications pour le Développement Durable (RCDD), la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (FPH), force est de constater qu’elle semble correspondre à des besoins locaux d’éveil à l’innovation, de sensibilisation aux changements d’habitudes et d’introduction de nouvelles techniques. Pour satisfaire cette demande, les radios accordent des temps d’antenne à divers acteurs travaillant pour le développement social et économique. Elles sont les canaux de diffusion des idées des organisations non gouvernementales et des organismes internationaux qui s’impliquent dans le développement local.

44La promotion de la culture locale reste également une priorité. Les radios sont ainsi vues comme gardiennes de la mémoire collective et promotrices de la diversité culturelle. Toutes ces priorités imposent aux radios locales une logique de la communication plutôt que de l’information. La communication sociale impose donc une programmation spécifique du point de vue du contenu mais aussi du point de vue de l’usage du temps d’antenne.

45Le dernier aspect de cette résistance locale au temps surchargé et haletant s’observe donc à travers la préférence pour le temps pris pour parler entre soi, pour s’expliquer et pour convaincre au détriment de l’annonce et de l’information. Certaines radios locales donnent certes de l’information, et il y a des moments définis pour cela, mais cela n’a jamais été leur priorité. La plupart d’entre elles n’ont que des flashes-info plutôt qu’un journal en bonne et due forme. D’autres préfèrent opérer des décrochages momentanés au moment du journal officiel sur la chaîne nationale ou sur une chaîne internationale. C’est ce que font l’ensemble des radios locales burkinabè, ainsi que beaucoup de stations ghanéennes. Radio Progress réalise ainsi trois synchronisations quotidiennes à 6 h, 12 h et 18 h avec la Ghana Broadcasting Corporation. Les auditeurs savent eux-mêmes s’orienter vers ces stations quand ils ont besoin d’écouter l’actualité, non parce que cette dernière manque sur leur radio habituelle mais parce qu’ils lui assignent un autre rôle : celui de la communication. Leurs informations à eux doivent être locales et communautaires. Données une ou plusieurs fois dans la journée à des heures bien fixes, elles ne sont pas considérées comme de l’information au sens de l’actualité. C’est le moment le plus propice pour échanger les nouvelles de la communauté, informer et s’informer concernant une action collective, un évènement local impliquant la communauté entière. En ce sens, il s’agit plus de communication que d’information au sens strict du terme.

46Par ailleurs, dans la même logique communicationnelle, les émissions doivent être longues pour être attrapées massivement. Que ce soit les radios de flux ou les radios de rendez-vous le principe cardinal reste l’heure pour l’émission. La pédagogie qui est de mise dans le cadre d’une communication oblige également à programmer un thème sur plusieurs heures réparties sur plusieurs semaines. Il s’agit de prendre son temps. Le cadrage même est pour cela quasiment inutile, l’introduction à la thématique lors d’une émission pouvant prendre le temps complet d’une émission dans les radios occidentales.

Conclusion

47Les médias dépendent fortement de l’environnement social et des contextes dans lesquels ils s’insèrent. Ils ne peuvent être utilisés partout de la même manière. On voit en tout cas en ce qui concerne la pratique du temps, dans le cas de l’Afrique, qu’ils sont obligés de s’adapter aux usages locaux et aux habitudes socioprofessionnelles de leurs publics. Si l’on considère l’exemple de la radio, on constate que les plus grands consommateurs des médias ne sont pas forcément « ceux qui, par leur activité professionnelle ou scolaire, vivent le plus au rythme du temps occidental, cadres, fonctionnaires, employés, étudiants ou élèves principalement citadins » comme l’affirme A.-J. Tudesq (2008, p. 11). En milieu urbain comme en milieu rural ce sont les publics disponibles qui écoutent la radio. Or ce sont souvent ceux qui sont moins contraints professionnellement par le temps occidental qui constituent le public de base des radios locales. La survie de ces dernières dépend donc de leur capacité à articuler le temps que leur impose leur nature avec les habitudes locales en matière d’organisation et de planification. Ainsi les radios africaines sont écartelées entre l’instantané, la course aux dernières nouvelles que la connexion à Internet facilite, et le poids d’un temps dont la mesure est non affinée, non maîtrisée parce que non planifiée, qui installe tout dans la durée, fait peser le présent, et rend lancinante l’attente du futur. On voit donc que, tout en faisant adopter le temps mondial, les médias ne parviennent pas encore à le substituer aux temporalités locales, surtout en milieu rural. On peut d’ailleurs se demander si ces médias sont encore porteurs de cet ailleurs qu’ils veulent inspirer dans la mesure où on peut leur reprocher d’être eux-mêmes prisonniers du « présentisme » et de la technolâtrie.

Bibliographie

Bibliographie

Amondji Marcel (1993), L’Afrique au miroir de l’Occident, Paris, Éd. Nouvelles du Sud.

Boubou Hama et Ki-Zerbo Joseph (1980), « Place de l’histoire dans la société africaine » dans Ki-Zerbo Joseph (dir.), Histoire générale de l’Afrique, vol. I, Méthodologie et préhistoire africaine, Paris, Jeune Afrique-Stock-Unesco.

Chevrier Jacques (2006), « Une affinité esthétique : Alain Robbe-Grillet et Sony Labou-Tansi », dans Croire en l’homme. Mélanges offerts au professeur Georges Ngal à l’occasion de ses 70 ans, Paris, L’Harmattan.

Damome Étienne Lakétienkoia (2007), Radios et religion en Afrique : information, communication et/ou prosélytisme ? Analyse comparée des cas du Bénin, du Burkina-Faso, du Ghana et du Togo, thèse, Bordeaux 3.

Damome Étienne Lakétienkoia, « Les pratiques radiophoniques en Afrique : entre tradition et modernité », in La radiodiffusion aux tournants des siècles, sous la direction de Jean-Jacques Cheval et Bernard Wuillème, Éd. Jean Moulin Lyon 3, 2008, p. 206-222.

Elungu pene Elungu (1977), « La philosophie, condition du développement en Afrique aujourd’hui », dans Présence Africaine, no 103, Paris, p. 3-18.

Fenati Barbara (1992), « Radio de programme et radio de flux : l’expérience italienne », in Réseaux no 52, « Dossier : La Radio », CENT, p. 41-56.

Hartog François (2003), Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil.

Hegel Georg Wilhelm Friedrich (2007 [1822-1830]), La Raison dans l’histoire, Paris, Hatier.

Kagame Alexis (1975), « Perception empirique du temps et conception de l’Histoire dans la pensée bantu », in UNESCO, Les Cultures et le Temps, Paris, Payot.

Kourouma Ahmadou (2000), Allah n’est pas obligé, Paris, Le Seuil, p. 20-21.

Mbiti John S. (1970 [1969]), African Religions and Philosophy, New York, Garden City, Anchor Books, Doubleday & Company.

Muheme Gaspard B. (1988), « Perte sociale (ou facteur temps) et harmonie du développement », dans L’Africain, no 133 et 134, p. 23-24.

Munzele Munzimi Jean-Macaire (2006), Les Pratiques de sociabilité en Afrique. Les mutations culinaires chez les Ambuun, Publibook, Paris.

Mveng Engelbert (1976), « La conception du temps », in Éthiopiques no 6, cf. http://www.refer.sn/ethiopiques/rubrique.php3?id_rubrique=181.

Nkombe Oleko (1997), « La conception africaine du temps. Le cas des Tetela », dans Cahiers des Religions Africaines (Religions traditionnelles africaines et projet de société. Actes du cinquième Colloque International du C.E.R.A., du 24 au 30 novembre 1996), vol. 31, no 61-62, p. 399-405.

Person Yves (1993), « Pour une histoire des religions africaines », dans Chrétien Jean-Pierre et alii, L’Invention religieuse en Afrique. Histoire et religion en Afrique noire, Paris, ACCT-Karthala.

Rettová Alena (2006), « The search of the future. Linguistic arguments in African Philosophy », communication au colloque de recherche à Bayreuth, 10 janvier.

Seye Boucounta (2008), L’Afrique noire jugée par l’historien philosophe Hegel : carton jaune ou carton rouge dans l’histoire mondiale ?, Paris, Books on Demand (BoD).

Souchon Michel (1990), « Les programmateurs et leurs représentations du public », in Réseaux no 39, janvier, p. 93-108.

Tudesq André-Jean (2009), « Les médias vecteur des nouvelles représentations du temps en Afrique subsaharienne au XXème siècle », in Candau Joël, Temps en partage. Ressources, représentations, processus, édition électronique, actes du 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004, Paris, CTHS, p. 131-142.

Vernier Jean-Marc (1993), « Programmes télévisuels », in Sfez Lucien, Dictionnaire critique de la communication, Paris, PUF, p. 1032-1034.

Notes

1 Cela est très remarquable dans le cas du Togo, coupé de ce point de vue en deux, entre le Nord évoluant le climat soudano-sahélien avec deux saisons et le Sud régis pas le climat semi-équatorial avec quatre saisons.

2 À l’instar des Ambuun qui divisent l’année en quatre saisons : luetse « petite saison sèche allant du mois de janvier à février », mvul’atom « petite saison des pluies s’étendant de mars à mai », eshi « grande saison sèche qui va de mi-mai en août » et eshieng aleem « grande saison des pluies qui débute en septembre et se termine en décembre », exemple donné par Munzimi J.-M. Munzele, cf. supra.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540