Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Deuxième partie. Les temporalités médiatiques

Temporalités médiatiques et expression de soi : fans de séries télé

Laetitia Biscarrat et Mélanie Bourdaa

Texte intégral

1Dans la société hypermoderne, les différentes mises en réseau – technologies de communication physiques ou numériques –, concentrent et densifient l’espace-temps. Les distances sont raccourcies, les temporalités se brouillent. Le présent semble s’étendre toujours plus, omniprésent, alors que le futur effraie et le passé se muséifie. Le régime d’historicité actuel, pour reprendre la terminologie de François Hartog, est celui du présentisme, un présent à la fois sans cesse consumé dans l’immédiateté et quasiment statique et interminable, sinon éternel. Ce « présent monstre » (Hartog, 2003, p. 217) est protéiforme. Semblable à une pâte à modeler, il se compacte ou se répand, s’affine ou se densifie. Mou, il se moule, s’infiltre partout ; plus rigide, il devient hérissé et cassant.

  • 1 Terme employé par Ignacio Ramonet.

2À l’image de son époque, la consommation médiatique s’inscrit dans un présent modulable et protéiforme. La relation entre la télévision et ses téléspectateurs n’est plus soumise au diktat temporel de la paléo-télévision, avec sa grille structurée et rigide de programmes. En effet, depuis les années 1980, l’apparition de technologies telles que la télécommande ou le magnétoscope enregistreur a bouleversé le rapport du téléspectateur à son média et au temps médiatique. Les téléspectateurs se sont émancipés des contraintes temporelles et culturelles rigides de la néo-télévision. Face au flot ininterrompu d’images, les téléspectateurs se sont construits leur propre télévision. Les temporalités médiatiques se sont naturellement imbriquées et adaptées aux différentes temporalités de la vie quotidienne, familiale et professionnelle des téléspectateurs-usagers. Les années 2000, marquées par l’explosion des télé-réalités et les avancées technologiques – magnétoscope numérique, VOD, interactivité –, ont marqué l’avènement du spectateur à la fois usager et participant de la post-télévision1.

  • 2 Mélanie Bourdaa (2009), L’Interactivité, ses modalités et ses enjeux. Comparaison de programmes Ét (...)

3Aujourd’hui nous entrons dans l’ère de la « techno-télévision »2. Cette nouvelle ère télévisuelle est symbolisée par la convergence des technologies, la rencontre entre la télévision et Internet, par la participation et l’engagement accrus des téléspectateurs dans les programmes télévisés, par leur prise de liberté croissante face aux grilles de programmation et à l’offre des chaînes de télévision. Les téléspectateurs disposent de plus de choix pour se créer une télévision qui leur plaît, qui leur ressemble, avec de plus en plus de niches culturelles et identificatoires, fragmentant tout autant les publics que les modes de réception. En plaçant le téléspectateur au centre du processus médiatique, les chercheurs des Cultural Studies ont bien perçu ce nouveau rapport de pouvoir dans la culture, entre production et réception. Les fans, par leurs nouvelles pratiques médiatiques et télévisuelles, représentent un groupe culturel qui rétablit avec force l’équilibre dans cette balance des pouvoirs. En effet, les fans créent des adaptations culturelles, ils savent se défaire de la contrainte de la temporalité médiatique et développer leur créativité, favorisant ainsi expression de soi et construction identitaire.

Temps médiatiques des fans de séries

4L’usage massif et développé de l’outil interactif Internet par les fans leur permet de se plonger à tout instant dans l’univers de leur série, pour être toujours connectés à leur objet de culte, mais également à la communauté virtuelle des fans. Henry Jenkins nomme « convergence culturelle » ce phénomène de rapprochement des fans avec leur série. Pour ce chercheur américain,

la convergence culturelle décrit les nouvelles façons par lesquelles les récepteurs sont liés au contenu médiatique, leurs compétences grandissantes pour décoder les médias, et leur désir de culture participative. Si la convergence technologique ne sera jamais plus qu’un produit marketing, c’est parce que nous sommes plus investis dans les transformations des médias. Si nous sommes culturellement investis dans la télévision interactive, c’est parce que notre culture nous a amené à considérer nos interactions avec la télévision et à percevoir les contenus télévisuels comme une ressource dans nos interactions sociales. (Jenkins, 2004)

5Les fans ont longtemps été perçus comme des « lecteurs/décodeurs hors de contrôle, indisciplinés et mal polis » (Jenkins, 2004 b), ayant « une relation avec un objet qui, d’une certaine manière, est caractérisée par l’obsession et l’intolérance vis-à-vis d’autres points de vues ou préférences » (Gripsrud, 2002). Les chercheurs américains des Cultural Studies ont changé ce point de vue en les considérant « comme l’ultime exemple d’un public actif et producteur, qui met en place des formes de résistance aux industries culturelles » (Gripsrud, 2002b). Les communautés de fans, malgré leurs dérives fanatiques et leurs critères de sélections drastiques – connaissance parfaite de la série et de ses personnages –, expriment la volonté participative des usagers à leurs séries favorites.

6Cette convergence culturelle est rendue possible par la pratique de l’interactivité et d’Internet par les téléspectateurs-usagers. Ils ont acquis une série de compétences techniques leur permettant de consommer la série sur divers supports, sur divers écrans, à divers moments de la journée, seuls ou à plusieurs. L’introduction du téléchargement illégal en réseau P2P (peer-to-peer), de la vidéo à la demande (VOD), de la diffusion en streaming des épisodes déjà diffusés sur les sites officiels des séries ont modifié la consommation médiatique, et bouleversé les temporalités des usagers. Désormais, le téléspectateur-fan peut accéder à des épisodes de la série à tout moment. Parmi ces nouveaux modes de diffusion, le streaming est défini par Olivier Blondeau et Laurence Allard, comme « un principe utilisé principalement pour l’envoi de contenus en direct (ou en léger différé) qui permet de commencer la lecture d’un flux audio ou vidéo à mesure qu’il est diffusé » (Blondeau, Allard, 2007, p. 142). Le streaming a permis d’améliorer les conditions de diffusion et d’accès aux épisodes de séries. D’un côté, les producteurs ont négocié des diffusions en accès gratuit sur les sites officiels grâce à des contrats publicitaires, permettant ainsi une diminution du piratage illégal des épisodes. De l’autre, le visionnage est facilité pour les téléspectateurs puisqu’ils peuvent désormais regarder les épisodes où et quand ils le veulent. En revanche, le téléchargement illégal des épisodes donne la possibilité aux téléspectateurs-usagers de conserver le matériau nécessaire au déploiement de leur créativité. « Le téléchargement repose sur l’idée qu’il est non seulement nécessaire de pouvoir voir des films, mais qu’il faut aussi disposer d’archives, stables et pérennes, véritables banques d’images et données cognitives » (Blondeau, Allard, 2007, p. 148). Des épisodes téléchargés et stockés sur ordinateurs vont permettre aux fans actifs de mettre en avant leur expressivité, en créant des récits écrits, des fanfictions.

  • 3 Entretiens réalisés par Mélanie Bourdaa, op. cit.

7Une recherche récente3 sur les pratiques médiatiques des fans de Battlestar Galactica a montré qu’ils profitaient d’une diffusion multi-supports de cette série américaine de Science Fiction. Ils regardent les épisodes en streaming, achètent les saisons en DVD, enregistrent les épisodes sur leur magnétoscope numérique ou téléchargent les épisodes sur des réseaux illégaux de peer-to-peer. Ils échappent ainsi aux contraintes temporelles de la vie quotidienne et de la grille de programmation. Ils souhaitent pouvoir regarder les épisodes autant de fois qu’ils le veulent, afin d’expérimenter à chaque visionnage une nouvelle expérience télévisuelle. Les nouvelles technologies, ainsi que les interfaces mis en place sur le site officiel de la série permettent de nouvelles pratiques télévisuelles, individuelles et temporelles. Ces visionnages font appel à différentes lectures et interprétations de la part des fans, ce que Jenkins appelle des relectures. En effet, à chaque visionnage, le fan va se concentrer sur différents aspects de la série, « des aspects de la construction du texte, des aspects de motivation des personnages » (Jenkins, 1992, p. 73). Le contrôle des fans sur le texte augmente grâce à ces relectures, à ces revisionnages. Les nouvelles technologies ont popularisé cette nouvelle pratique. Les scénarios polysémiques des séries télévisées permettent à chaque fan de fournir une interprétation personnelle de la série et de son évolution.

  • 4 Entretiens réalisés par Bourdaa Mélanie, op. cit.

8L’expérience de la réception a également évolué, puisque les fans ne se limitent pas au moment de la diffusion seule de l’épisode sur la chaîne de télévision. Les nouvelles technologies, leur convergence et leurs usages ont contribué à changer la façon dont les téléspectateurs appréhendent et consomment un programme télévisuel avant, pendant et après la diffusion sur la chaîne de télévision. Utilisées à la fois par les producteurs sur leurs sites officiels et par les fans des séries, ces technologies interactives servent des buts commerciaux – au travers de la fidélisation des publics autour d’un programme –, tout autant que la satisfaction personnelle des fans. Elles leur permettent de se défaire de toute contrainte temporelle ou d’espace pour regarder un épisode, puis pour interagir avec les autres membres de la communauté sur les forums. Un fan de Battlestar Galactica emploie même l’imagerie religieuse pour décrire ce fort sentiment communautaire : « Vous vous sentez en communion avec les autres, connectés, comme lorsque vous allez à l’Église ou dans un bar où les gens aiment la même chose que vous sauf que vous n’avez pas à les voir physiquement et c’est encore mieux4. » Beaucoup de fans retirent du plaisir de cette appartenance à une audience sociale spéciale et spécialisée, qui collabore pour défendre sa série ou pour l’enrichir. Pour les fans, l’intérêt premier d’Internet est donc de proposer un espace pour ce que Radway appelle les communautés interprétatives, c’est-à-dire des groupes de téléspectateurs-usagers qui discutent de la signification, de l’esthétique ou encore de la philosophie, et de la mythologie de la série. La série est donc une « médiaculture » (Macé, Maigret, 2006) qui se consomme en solitaire, sur un ordinateur la plupart du temps, et au moyen des nouvelles technologies (DVR, streaming, réseaux peer-to-peer, DVD). Les temporalités de consommation de la série ont changé, puisque désormais les téléspectateurs peuvent voir la série avant, pendant et après sa diffusion. Elle se regarde, puis se discute sur le forum du site officiel où les fans se retrouvent en communauté et peuvent partager leurs sentiments sur les épisodes diffusés.

  • 5 http://talkingxena.yuku.com/topic/12485/t/Last-week-of-Xena-on-Bravo-2.html, consulté le 13 févrie (...)
  • 6 Ibid.

9La réception peut être envisagée comme une boucle sans fin, recréant ainsi une circulation du message télévisuel. Sur le forum de Battlestar Glacatica, un fan explique qu’il lit les dernières informations sur la série, qu’il regarde ensuite les épisodes les commentant par téléphone avec ses amis, et enfin qu’il se rend sur le forum pour lire les résumés de l’épisode et pour faire part à la communauté de ses impressions et élaborer des théories. L’expérience de la série est désormais une expérience continue. Les fans peuvent s’engager pleinement dans sa réception et la consommer de manière illimitée dans le temps. Par exemple, sur le forum de la série américaine Xena : Warrior Princess dont la diffusion a été arrêtée après la sixième saison aux États-Unis en 2001, une fan explique posséder tous les DVD pour « avoir sa dose5 ». Elle ne se contente pas seulement des rediffusions sur les chaînes de télévision. Un autre fan déclare apprécier le visionnage des épisodes sur support DVD parce qu’il peut « mettre l’image sur pause, faire des ralentis, ou 100 autres choses intelligentes6 » qu’il ne pourrait pas faire en regardant l’épisode en direct. Ces fans utilisent les nouveaux moyens de diffusion pour se créer un nouvel espace de visionnage, à la fois temporel et culturel. Les forums actifs de séries terminées sont nombreux – Buffy the vampire slayer, Friends, The Sopranos –, et les fans se rassemblent pour discuter de nouveaux points de vue acquis grâce à des visionnages à répétition. Ils forment parfois des groupes de pression pour la réalisation d’un film – Xena : Warrior Princess ou The L Word –, ou réclament le sauvetage d’une série (Jericho). Ces groupes d’influence et de partage formés par le rassemblement des fans existent grâce aux possibilités d’interaction en temps réel et à l’échelle mondiale du Web 2.0.

10Tout en assouplissant les contraintes temporelles pour les téléspectateurs, ces visionnages sur nouveaux supports déstructurent complètement la notion première de sérialité. En effet, ces séries sont écrites pour une diffusion hebdomadaire, selon deux modèles. Certaines sont conçues comme des anthologies (The X-Files, The Twilight Zone, CIS : Crime Scene Investigation, Xena : Warrior Princess) dans lesquelles chaque épisode est autonome, tout en conservant des continuités d’histoire. D’autres séries répondent aux codes de la sérialité en incluant des « climax » à chaque fin d’épisode pour entretenir le suspense, y compris dans les épisodes de fin de saison (Lost, Battlestar Galactica). Toutefois, les fans préfèrent acquérir les épisodes ou avoir la possibilité de les regarder plusieurs fois, dans l’optique d’une expérience de visionnage différente, de création de fan fictions et de discussions sur les forums des communautés virtuelles. Parfois, ces visionnages chamboulent également la continuité textuelle voulue par les producteurs, puisque les fans peuvent regarder n’importe quel épisode à n’importe quel moment sans suivre l’ordre de la série.

11Les fans de séries télévisées américaines, ce public actif, créatif et engagé, sont les téléspectateurs-usagers qui tirent le mieux profit des nouvelles technologies et des potentialités interactives mais aussi temporelles qu’elles proposent. Non seulement le fan est libre de regarder ce qu’il veut quand il le veut, mais il est également libre de recréer un texte personnel sur sa série, appelé fanfiction, pour ensuite le diffuser à l’attention de ses camarades membres de la communauté virtuelle.

Temps de création et d’expression de soi

12Les pratiques médiatiques participent du phénomène de nouvelles temporalités médiatiques. Pour une part, les audiences peuvent suivre « en temps réel » sur leurs postes de télévision ou leurs ordinateurs les ultimes rebonds de l’actualité mondiale. Par ailleurs, les nouvelles technologies telles que le téléchargement, le streaming, ou la vidéo à la demande permettent aux usagers des médias d’accorder leurs pratiques médiatiques aux temporalités de leur vie quotidienne. La réception n’est alors plus sujette à un alignement sur les grilles de programmation. Elle n’est pas limitée dans le temps, ni d’ailleurs dans l’espace. La consommation médiatique est décidée par le récepteur. Faut-il voir dans cette nouvelle gestion du temps médiatique une libération des usagers ? Ces nouvelles pratiques impliquent tout de même un apprentissage, une maîtrise et une gestion des technologies. Si le visionnage des séries télévisées est délivré de la contrainte temporelle de la programmation, les étapes de téléchargement, de sous-titrage des épisodes ouvrent de nouveaux espaces temporels autour de l’épisode regardé. De manière similaire, la réception ne se limite plus au présent de la diffusion. Non seulement, le visionnage peut être différé, mais la réception ne cesse jamais. Les fans commentent leurs séries favorites, créent des récits, des séquences filmiques, des sites Internet autour de leurs séries. La réception est un palimpseste. Le temps médiatique devient alors un temps de l’interprétation, de la création, mais également de l’expression de soi.

  • 7 Laurence Allard (2005), « Express Yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups… : de quelqu (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.

13Le développement du Web 2.0 a offert un fabuleux support technique aux productions individuelles. Basé sur « la singularisation de la consommation culturelle et [la] solidarité technique7 », il permet à chacun de produire des contenus, d’exprimer ses goûts, ses opinions, de se raconter. L’individualisme contemporain, qu’il soit considéré comme affirmation de soi ou « hyper-absorption individualiste » (Lipovesky, 1983, p. 285) s’exprime au travers de blogs, pages personnelles, participation à des communautés. « Grâce au courrier électronique, aux pages perso et aux blogs, Internet s’offre comme un média de l’intimité où l’on peut confier ses opinions et ses émotions. » (Maigret, 2007, p. 264). Le média agit alors comme un révélateur de « l’intensité des rapports à soi, c’est-à-dire des formes dans lesquelles on est appelé à se prendre soi-même pour objet de connaissance et domaine d’action » (Foucault, 1984, p. 59). Véritable fourmilière de l’individualité hypermoderne, il permet l’expression de soi, le récit biographique et le retour réflexif propres à la formation du sujet. S’appuyant sur les thèses de Foucault sur les technologies du soi, de Giddens sur l’identification réflexive et de Charles Taylor sur l’expressivité, Laurence Allard identifie une véritable « herméneutique expressiviste du sujet ». (Macé, Maigret, 2006, p. 148). Les technocultures corrèlent « individuation et expression dans le sens où la reconnaissance d’un individu doté d’une intériorité suppose une capacité d’autoformulation par un sujet, i.e. un pouvoir d’expression. […] L’accès au soi par une expression de soi. C’est le soi exprimé qui constitue la réalité sociale du sujet8 ». Les blogs et pages personnelles, parce qu’ils sont tournés vers un public, diffèrent donc du journal intime. Serge Tisseron « propose d’appeler « extimité » le désir qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant physique que psychique » (Tisseron, 2001, p. 52). Cette mise en scène de soi-même favorise le processus réflexif de construction identitaire. L’internaute crée un récit, une narration de soi dirait Giddens, qui assure une continuité biographique, un lien entre les multiples identifications. Difficile donc d’ignorer l’« arrière-plan social identitaire des technocultures9 ».

14Les sites dédiés aux séries télévisées n’échappent pas à ce paradigme expressiviste. Ainsi, sur un blog interrogeant les séries détestées des audiences, une internaute déclare détester :

  • 10 http://seriestv.blog.lemonde.fr/2009/01/27/quelles-sont-les-series-que-vous-detestez-vraiment/, co (...)

The L Word. Parce que je ne me reconnais pas du tout dans aucune de ces lesbiennes riches et désœuvrées qui passent leur vie à une terrasse de café. Parce que pour une fois que je pouvais voir des filles s’embrasser, comme dans ma vraie vie et pas comme dans la rue, je n’ai justement rien retrouvé de connu. Parce que cette série m’a montré que les lesbiennes américaines sont plus éloignées de moi que les hétérosexuels de France et d’ailleurs. Je ne le lui pardonnerai jamais10 !

  • 11 Laurence Allard, op. cit.

15Au temps du visionnage succède le temps du commentaire, de l’appréciation. Le débat sur les mauvaises séries télévisées devient ici le support de l’expression de soi, du dévoilement de l’intime. Les sites des fans de séries télévisées brossent le portrait de leur personnage, commentent les épisodes, deviennent même scénaristes, au travers de fanfictions. Les fans sont réunis par un objet commun. « Les communautés en ligne formées d’anonymes sont rarement dépourvues de filtres chargés de rendre possible une interaction harmonieuse et de sélectionner des personnes au profil social acceptable : le “cadre” de l’échange et la “présentation de soi”, au sens de Goffman, influent sur le choix d’échanger » (Maigret, 2007 : p. 264). La série autorise de multiples « bricolages esthético-identitaires11 » qui expriment la subjectivité des fans. Dans leur essai de typologie des blogs, Dominique Cardon et Hélène Delaunay-Teterel montrent que « l’identité du blogueur apparaît d’abord comme une revendication exprimée à travers les contenus publiés que vient valider ou invalider la reconnaissance du public. Identité et contenu se coproduisent mutuellement dans un processus dynamique placé sous le regard des pairs » (Cardon, Delauney-Teterel, 2006, p. 49). Le récit de soi s’allie ainsi à un exercice de création.

16Bien que de prime abord plus discret que dans le blog personnel, à forte visée introspective, l’individualisme expressif contemporain se lit également dans les sites de fans. D’abord, le fan affirme une facette de son identité, en créant un site dédié à la série qu’il aime ou en se ralliant à une communauté. Ensuite, il exprime ses opinions personnelles sur les personnages, les épisodes. La subjectivité de l’interprétation est fortement soulignée, comme par exemple dans cette réponse apportée à une fan de Grey’s Anatomy qui ne savait comment interpréter une scène de la série :

  • 12 http://www.madlygreysanatomy.com/mcshippers-f42/mark-lexie-qui-a-compris-la-reaction-de-lexie-t102 (...)

Je pense pas que Lexie se serve de Mark ou quoi que ce soit dans son genre ! ! Quand Sadie lui dit que Mark s’intéresse à elle je trouve que le sourire de Lexie en dit long. Comme si elle pensait jamais l’intéresser ou quelque chose comme ça et que là elle se dise aah en fin de compte. Après le « teach me » la première fois que j’ai vu la scène j’étais un peu déboussolée mais je pense que Mark lui plait vraiment (du moins j’espère). Le « teach me » vient peut-être du fait que Mark ait beaucoup d’expérience dans ce domaine et du fait que Lexie a besoin de reprendre confiance en elle12

17La lecture de la scène est ici revendiquée comme tout à fait personnelle et subjective.

18Les sites de fans servent également de support au récit de soi. Les fans utilisent leurs héros comme des modèles identificatoires, et soulignent l’influence qu’ils ont eue sur leur développement personnel. Sur un site non officiel dédié à Xena : Warrior Princess, un fan raconte que les personnages de Xena et Gabrielle ont agi comme catalyseur de son épanouissement personnel, et lui ont permis d’assumer son homosexualité. Ses propos sont édifiants :

  • 13 http://whoosh.org/issue76/oneill3.html, consulté 12 février 2009, notre traduction.

Mais, tous mes problèmes, ma solitude et ma tristesse changèrent lorsque je vis pour la première fois Xena Warrior Princess. La plupart des gens pensent qu’il s’agit juste d’un programme télévisé, mais ce fut pour moi une solution à ma tristesse et ma douleur. […] Tout changea. Je réalisais que je n’étais pas seul. D’autres personnes sur cette terre pouvaient me comprendre. Au moins, je pouvais m’identifier à Xena et Gabrielle. […] Xena m’a permis d’ignorer les remarques des gens, et j’ai commencé à accepter et transcender ma sexualité. J’étais qui j’étais, et non pas ces autres images de moi inappropriées qui me collaient à la peau. […] Ma vie avait changé. Je n’avais plus le temps de me sentir seul. Maintenant j’ai toujours quelque chose à faire, quelque chose qui me donne envie de vivre, et quelque chose qui m’amuse. Si je n’avais pas connu Xena, ces changements dans ma vie n’auraient jamais eu lieu13.

19La série télévisée a permis à ce fan d’assumer son identité sexuelle auprès de son entourage et de sa famille. La série et ses intertextes numériques fonctionnent comme un opérateur de réflexivité pour les fans. En effet, comme toute médiaculture, la série et ses sites de fans suggèrent des problématisations, des interprétations conflictuelles qui expriment des tensions de la réalité sociale mais également de la subjectivité des individus. Ils offrent une « arène publique » (Macé, 2006, p. 32) de débat – dans Xena sur l’homosexualité et le lien familial –, et une ressource réflexive pour le fan. Les séries télévisées servent ainsi de support au récit de soi, au témoignage.

  • 14 http://www.battlestargalactica-online.com/fanfics/2/celia/page-1.html, consulté le 19 février 2009

20Les sites de fans révèlent aussi une modalité spécifique d’expression de soi. Dans les fanfictions, le désir de se dévoiler passe par un processus de création. Le récit de soi s’accompagne d’une forte dimension créative : ouverture d’un blog ou d’un site personnel, autoportraits photographiques imitant les personnages de la série, écriture de fanfictions… À travers ces écrits, les fans ne se contentent pas d’être des spectateurs de la série, mais ils participent au processus de création en devenant scénaristes eux-mêmes. Cette pratique amateuriste n’est pas qu’une « pratique dégradée du champ littéraire établi » (Sebastian, 2007), mais un mode spécifique d’expression et de création qui profite de la spécificité d’Internet pour agréger présentation de soi, processus créatif et appartenance communautaire. Sur un site dédié à Battlestar Galactica, Mara explique que sa fanfiction « met en scène un personnage que j’ai inventé, Celia Aldwin, que je considère un peu comme ma projection dans l’univers BSG. Elle vient des questions que je me pose sur les Cylons, et leur identité, et le fait que tous les personnages de la série les considèrent comme des machines… »14. Avec les fanfictions, l’expression du soi n’a plus rien à voir avec le huis clos du journal intime. La singularisation passe par l’affirmation de ses pratiques culturelles, de ses goûts et choix personnels au travers d’un processus de création original. La fiction télévisuelle, la fiction du fan et le récit de soi sont inter-reliés. « Le blog apparaît alors comme une technologie à la fois de la singularisation de la réception des productions de la culture de masse, et de solidarisation entre spectateurs et auditeurs grâce à la nature polyphonique des subjectivités esthétiques ainsi exposées et ouvertes à la promiscuité du réseau » (Allard, 2005). Les sites dédiés aux séries télévisées forment donc un « vaste intertexte global » (Blondeau, Allard, 2007, p. 354), une polyphonie des subjectivités à la fois autobiographique et esthétique. Ils s’inscrivent dans le paradigme expressiviste de l’ère contemporaine.

Conclusion

21Les pratiques médiatiques des fans de séries télévisées américaines passent par une maîtrise des nouveaux outils et supports techniques mis à leur disposition. En se réappropriant le temps de la réception du programme, en échappant aux contraintes de la grille de programmation, les usagers aménagent un temps de loisir : le visionnage de leur série favorite. Les temporalités médiatiques s’intercalent donc dans la vie quotidienne. Les nouvelles technologies permettent aux fans de regarder les épisodes de la série en différé, souvent à plusieurs reprises.

22Avec l’arrivée du Web 2.0, les pratiques de réception se sont étendues bien au-delà du seul visionnage de la série. Les fans s’y réunissent dans des communautés virtuelles. Sur ces sites, ils regardent des scènes diffusées par les producteurs, commentent les épisodes, créent des scénarios, les fanfictions. Critiques et interprétations subjectives des épisodes, témoignages et récits de soi, créations collectives ou personnelles soulignent le rapport dialectique qui existe entre les fans et l’objet de leur passion.

23Ainsi, le temps médiatique n’est plus seulement celui du visionnage, mais celui de la création autour de l’épisode. Les fans se font critiques, ils commentent la série mais aussi questionnent leurs pairs ; ils créent des récits, directement autobiographiques ou encastrés dans la structure narrative du programme. Ces activités de réception-production demandent un temps long, un temps de la réflexion et du retour critique. C’est un temps de l’imaginaire, du récit, de la création. Alors que l’hypermodernité nous précipite dans un présent taraudé par l’urgence, les pratiques médiatiques des fans sont celles de l’introspection et de la création artistique. Elles créent un interstice, une béance dans ce présent accéléré. Bien que destiné à toujours davantage de rapidité et d’interagir, il semblerait que les usagers du Web 2.0 aient su braconner cette technologie de concentration spatio-temporelle. Et leur réappropriation passe par un temps du subjectif, de l’expressivité créatrice.

Bibliographie

Bibliographie

Allard Laurence (2005), « Express Yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups… : de quelques agrégats technoculturels à l’âge de l’expressivisme généralisé », article disponible en ligne www.freescape.eu.org/biblio/article.php3?id_article=233, consulté le 12 février 2009.

Allard Laurence (été 2005), « Termitières numériques. Les blogs comme technologies agrégatives du soi », dans Multitudes, no 21, Exils, Paris.

Beaudouin Valérie et Licoppe Christian, « La construction électronique du social : les sites personnels. L’exemple de la musique », dans Réseaux, no 116, Paris, Hermès, 2002, p. 53-96.

Blondeau Olivier (avec la collaboration de Allard Laurence) (2007), Devenir Média. L’activisme sur Internet, entre défection et expérimentation, Paris, Éd. Amsterdam, 390 p.

Bourdaa Mélanie (2009), L’Interactivité, ses modalités et ses enjeux. Comparaison de programmes États-Unis – France, Thèse en SIC, dirigée par le Professeur André Vitalis, Université de Bordeaux 3.

Cardon Dominique et Delaunay-Teterel Hélène (2006), « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », dans Réseaux, no 138, Lavoisier, p. 15-72.

Eco Umberto (1985), La Guerre du faux, Paris, Bernard Grasset, 381 p.

Fiske John (1998), « The cultural economy of fandom », in Lewis Lisa A., The Adoring Audience : Fan Culture and Popular Media, Londres et New York, Routledge, p. 30-49.

Francois Sébastien (2007), « Les fanfictions, nouveau lieu d’expression de soi pour la jeunesse », dans Agora. Débats et Jeunesses, no 46, Harmattan, p. 58-68.

Foucault Michel (1984), Histoire de la Sexualité III. Le souci de soi, Paris, Gallimard, 332 p.

Hall Stuart (1994), « Codage/Décodage », dans Réseaux, no 68, p. 29-39.

Hartog François (2003), Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Le Seuil, 258 p.

Hills Matthew, entretien réalisé avec Jenkins Henry (7 juillet 2001), « Intensities interviews Henry Jenkins », colloque « Console-ing passions », University of Bristol.

Gripsrud Joistein (2002), « Fans, viewers and television theory », dans Le Guern Philippe, Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 113-131.

Jenkins Henry (1992), Textual Poachers : Television Fans and Participatory Culture, New York/Londres, Routledge, 352 p.

Jenkins Henry (2004), « The cultural logic of media convergence », dans International Journal of Cultural Studies, vol. 7, Sage Publications, p. 33-43.

Le Guern Philippe (dir.) (2002), Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 320 p.

Lipovesky Gilles (1983), L’Ère du vide. Essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, Folio essais.

Macé Éric (2006), Les Imaginaires médiatiques. Une sociologie postcritique des médias, Paris, Éditions Amsterdam, 168 p.

Macé Éric et Maigret Éric (dir.) (2005), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin, 186 p.

Maigret Éric (2003), Sociologie de la communication et des médias, Paris, Armand Colin, 287 p.

Missika Jean-Louis (2006), La Fin de la télévision, Paris, Le Seuil, La République des idées, 109 p.

Ramonet Ignacio (2001), Les Tyrannies de la communication, Paris, Gallimard, 290 p.

Ross Sharon Marie (2008), Beyond the Bow. Television and the Internet, Blackwell Publishing, 270 p.

Tisseron Serge (2001), L’Intimité surexposée, Paris, Ramsay, 179 p.

Notes

1 Terme employé par Ignacio Ramonet.

2 Mélanie Bourdaa (2009), L’Interactivité, ses modalités et ses enjeux. Comparaison de programmes États-Unis – France, Thèse en SIC, dirigée par le Professeur André Vitalis, Université de Bordeaux 3.

3 Entretiens réalisés par Mélanie Bourdaa, op. cit.

4 Entretiens réalisés par Bourdaa Mélanie, op. cit.

5 http://talkingxena.yuku.com/topic/12485/t/Last-week-of-Xena-on-Bravo-2.html, consulté le 13 février 2009.

6 Ibid.

7 Laurence Allard (2005), « Express Yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups… : de quelques agrégats technoculturels à l’âge de l’expressivisme généralisé ».

8 Ibid.

9 Ibid.

10 http://seriestv.blog.lemonde.fr/2009/01/27/quelles-sont-les-series-que-vous-detestez-vraiment/, consulté le 12 février 2009.

11 Laurence Allard, op. cit.

12 http://www.madlygreysanatomy.com/mcshippers-f42/mark-lexie-qui-a-compris-la-reaction-de-lexie-t1023.htm, consulté le 12 février 2009, texte en italique souligné par nous.

13 http://whoosh.org/issue76/oneill3.html, consulté 12 février 2009, notre traduction.

14 http://www.battlestargalactica-online.com/fanfics/2/celia/page-1.html, consulté le 19 février 2009.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540