Version classiqueVersion mobile

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Deuxième partie. Les temporalités médiatiques

Temporalité médiatique et vies quotidiennes : vers la fin des programmes ?

Karine Turcin

Texte intégral

  • 1 Médiamétrie, 1re semaine, février 2009.

1L’usage des médias occupe de plus en plus de temps dans la vie quotidienne des familles françaises : des études de Médiamétrie1 montrent que près d’un quart de la journée leur est en moyenne consacré : 3 heures 45 devant la télévision, 2 heures 50 à l’écoute de la radio, 30 minutes pour lire la presse et plus d’1 heure passée sur internet. L’évolution croissante de ces temps est sans précédent.

2Ils s’insèrent dans la vie quotidienne et, en conséquence, prennent position par rapport aux autres temps (temps de travail, temps familial, temps de loisir,…). Cette position peut être qualitativement définie selon les configurations considérées : juxtaposition, confrontation, substitution, complémentarité… Dans la plupart des cas, l’organisation journalière des familles est bien définie (« métro – boulot – dodo »), et supporte peu l’incertitude. De fait, les temps médiatiques prennent également une place régulière, routinière, pour devenir des habitudes (la radio est écoutée le matin, la télévision le soir…).

3Parallèlement, on assiste à une évolution radicale dans la dimension spatio-temporelle de l’offre médiatique de par les innovations dans les dispositifs. L’air de temps est en effet à la disparition du terminal à usage unique (téléphone pour téléphoner, téléviseur pour regarder des programmes télé,…). La convergence est évidente, malgré une certaine lenteur due pour une très grande part à des difficultés d’accords entre les différents partenaires du monde de l’industrie audiovisuelle. L’une des conséquences de cette transition dans les dispositifs est une modification dans les usages qui sont proposés aux téléspectateurs. Les innovations techniques donnent en effet la possibilité de se soustraire à trois caractéristiques fondamentales et traditionnelles de la consommation de contenu audiovisuel : le temps, l’espace, et la durée.

4Une première partie de cet article s’attachera à présenter les résultats d’une recherche réalisée au MICA visant à comprendre les relations entre les temporalités médiatiques et les autres temps de la vie quotidienne : quand utilise-t-on un média, pourquoi, et au détriment, ou en relation avec quel autre temps ? L’exemple de la télévision sera choisi en particulier. La notion de programmation prend tout son sens : les horaires des programmes peuvent souvent être, en effet, des repères dans la vie quotidienne sur lesquels, ou avec lesquels se construit l’organisation globale de la journée. Les récentes offres en matière d’accès aux contenus audiovisuels seront clarifiées et confrontées à cette organisation journalière, dans une vision prospectiviste pour comprendre comment elles peuvent, ou non, prendre une place dans la quotidienneté.

5Face aux données statistiques qui montrent une augmentation de l’usage de la vidéo en ligne « dé-programmée », trois arguments apparaissent en faveur du maintien de l’usage – même partiel – d’une offre dite « programmée » : le choix du « non-choix », la valorisation d’un « temps partagé » au sein du foyer, et l’importance du direct et du collectif dans l’acte de regarder la télévision, notamment grâce au développement de la télévision interactive.

Du côté de la technique : que proposent les industriels de l’audiovisuel ?

Vers la fin des « programmes » ?

  • 2 Electronic Program Guide.

61 $… C’est le prix qu’a payé le nouveau propriétaire du guide de programmes télévisés américain le plus célèbre du monde, le TVGuide. Pourquoi une telle braderie ? Macrovision, la société propriétaire de ce journal jusqu’à la fin de l’année 2008 ne s’est pas séparée de l’ensemble de ses grilles de programmes : elle a en effet conservé l’EPG2 associé, en pariant sur le fait que seule une version électronique pourrait permettre de proposer des listes de plus de 500 chaînes aux téléspectateurs. Est-ce la fin des Télérama, TéléLoisirs, et autres Télé7jours ? Toutes les grandes sociétés de presse ont déjà mis en ligne leurs grilles de programmes, sans pour autant pouvoir se protéger de l’inévitable : s’ils veulent survivre, ces magazines devront revoir leur modèle économique et leur offre, et ce, en profondeur. En effet, les récents développements en matière de contenus audiovisuels montrent une tendance radicale vers la fin d’une offre temporellement programmée.

7Jusqu’à présent, la télévision donnait le tempo. La dernière réforme de l’audiovisuel public ne peut pas montrer plus clairement l’écrasante nécessité de « sauver les meubles » de cette télévision « ancien modèle ». Pour les usagers, la suppression de la publicité sur les chaînes publiques a une première conséquence – et peut-être la seule : le bouleversement de l’heure des programmes.

  • 3 Le terme streaming désigne le procédé permettant la lecture en continu de contenu audiovisuel sans (...)

8Depuis une vingtaine d’années, l’heure du programme de première partie de soirée a petit à petit reculé, progressivement repoussée par le tunnel d’annonces publicitaires qui s’enchaînaient entre la fin du journal télévisé à 20 h 30, la météo, et les nouveaux types d’émissions de court format (prévisions du trafic routier, émissions très courtes sur l’art, la décoration, et autre tirage du Loto). Face à cela, le spectateur ne pouvait rien, et se contentait d’attendre que le film commence, vers 21 h. La seule alternative – hormis le fait d’éteindre son téléviseur – était l’usage d’un produit individualisé, soit l’enregistrement (VHS, puis DVD), pour contrôler totalement l’heure de ce temps médiatique. L’usage des DVD est aujourd’hui devenu courant. Ils s’achètent, se louent, se prêtent, et depuis peu, peuvent servir de supports d’enregistrement personnels. Mais ils sont eux-mêmes à leur tour lourdement concurrencés par le téléchargement de films et de séries sur Internet, légal ou illégal, et par l’arrivée d’une offre de programmes en streaming3.

9De fait, le modèle traditionnel de l’offre audiovisuelle est apparemment en passe d’être définitivement enterré, même si quelques résistances perdurent encore. L’analyse de l’évolution du monde industriel permet de faire un point rapide sur les prochaines possibilités qui seront proposées aux consommateurs.

  • 4 Salon international de l’électronique grand public.

10Lors de l’Electronic Consumer Show de Las Vegas4 en janvier 2009, le géant américain Yahoo ! a dévoilé sa stratégie. En effet, à l’instar des partenariats établis entre Microsoft et les fabricants d’ordinateurs au début des années 1980 ont permis l’écrasant monopole de Windows, Yahoo ! a signé des partenariats identiques avec les plus grands fabricants de téléviseurs (Samsung, LG, Toshiba…). En quoi cela concerne-t-il la question de la programmation audiovisuelle ?

11Tous les nouveaux téléviseurs disponibles sur le marché mondial d’ici 2012 seront connectables à Internet. Les usagers pourront donc surfer sur leur écran de télévision pour utiliser des services qui ne sont, pour le moment, accessibles que via un ordinateur, pour leur majorité. L’interface de navigation, ou l’équivalent de Windows sur PC, sera celle proposée par Yahoo !, qui entrera ainsi dans la vie quotidienne de millions de spectateurs. Que proposera Yahoo ! ? : une sélection de services déjà disponibles via Internet classique (discussions, courrier électronique, achats en ligne…), mais surtout l’accès à des offres de plus en plus structurées de vidéos en ligne, « à la demande », gratuites, payantes, en téléchargements ou en streaming.

  • 5 Video on Demand, en français « vidéo à la demande ».

12Le nombre de téléchargements gratuits de fichiers audiovisuels ne cesse de grimper, mettant apparemment en péril les grandes industries et les auteurs. Si les gouvernements peuvent tenter d’enrayer le phénomène par des mesures législatives (voir le projet de loi « Création et Internet », mars 2009), il n’en reste pas moins que le combat semble vain, et qu’au lieu de miser sur la répression, les industriels investissent dans de nouvelles formes d’offres vidéo proposées à leurs clients, largement financées par la publicité. Le téléchargement légal devient de plus en plus courant et les récents partenariats entre les producteurs et les diffuseurs confortent la vision prospective d’une offre de « VoD5 » accessible à tous, totalement démocratisée et popularisée.

  • 6 Audience du premier distributeur mondial de vidéo en ligne, l’américain Youtube : 344 millions de (...)

13Internet propose donc aujourd’hui une alternative aux chaînes de télévision traditionnelles en matière d’accès aux programmes, qui, dans un avenir très proche, sera proposée sur le téléviseur du salon. Si cette offre ne concerne pas encore tout le monde (elle reste opaque pour toute une génération qui n’est pas encore familiarisée avec ce type d’usage), elle devient néanmoins courante pour une très grande partie de la population française, et s’impose petit à petit dans la vie quotidienne d’un très grand nombre6.

14Ainsi le téléviseur va proposer une alternative très efficace aux programmes temporellement cadrés des chaînes traditionnelles. L’accès à des vidéos en ligne de très bonne qualité (la Haute Définition est déjà disponible) permet au téléspectateur de choisir précisément le type de programme qu’il souhaite visionner, quand il le désire. Il peut interrompre le flux de diffusion et le reprendre à sa guise sans avoir à programmer un enregistrement. La qualité des interfaces de navigation, extrêmement simplifiées, permettra à tous les usagers de s’y retrouver, quel que soit leur niveau de compétence informatique.

Vers la fin du couach potatoe ?

15Si le téléviseur donne accès à une offre audiovisuelle totalement déprogrammée, la portabilité des dispositifs permet de rompre avec une autre dimension importante dans l’action de regarder la télévision, à savoir le paramètre du lieu.

16En effet, jusqu’alors, la recherche industrielle n’avait pas permis le transfert de vidéos d’un dispositif technique à l’autre. Chaque support possédait ses propres formats, et ainsi proposait ses propres contenus. Les dernières innovations technologiques fracassent la porte de la convergence : tous les fichiers sont désormais affichables sur tous les écrans qui meublent notre quotidien. Ce qui était, jusqu’à il y a peu, une simple hypothèse, devient réalité. Ainsi, un programme commencé sur un écran d’ordinateur peut être poursuivi sur un écran de télévision, mais aussi sur un support mobile, comme un téléphone portable, un GPS, un Smartphone, et ce dans une excellente qualité d’image.

17La question du réel développement de ces nouvelles pratiques est encore en suspens : la TMP, ou Télévision Mobile Personnelle, n’est pas encore un dispositif couramment utilisé. Est-ce une question du choix des usagers, ou de la pauvreté de l’offre ? Tout porte à croire qu’une fois cette offre structurée et lancée, les usages suivront. Le développement de la TMP vacille pour le moment en France sous les difficultés de décisions relatives au financement du réseau de distribution (accords entre les producteurs – éditeurs de contenus, chaînes de télévision – et les diffuseurs, soit Orange, SFR et Bouygues). Cependant le marché s’est déjà fortement développé dans d’autres pays du monde, qui sont souvent avant-gardistes en matière d’usage des TIC, comme les États-Unis, le Japon ou la Corée du Sud. Au-delà des différences culturelles, l’histoire du développement des techniques d’information et de communication (Internet, MP3, téléphonie mobile…) a déjà montré la relative uniformité des usages chez les jeunes générations dans le monde contemporain. Aucun obstacle majeur ne s’oppose au transfert du modèle asiatique ou américain en Europe, et encore moins en France, un des pays précurseurs en matière de développement numérique, malgré certains retards.

18Le monde de l’industrie des contenus audiovisuels s’organise en conséquence : de nouveaux types de programmes sont dans les cartons des producteurs, plus courts, de préférence construits selon le format « série » de quelques minutes. Ces mini-séries, qui peuvent être fictions, documentaires ou informations, sont également diffusées sur Internet, et donc bientôt sur les écrans de télévision et de téléphones. Pour ne citer qu’un seul exemple, Twenty Show est une série web lancée par Arte sur myspace.com, composée de 40 « webi-sodes » de trois minutes sur la génération des jeunes de 20 ans. Au terme de la diffusion en ligne, fin novembre 2008, l’ensemble sera monté et intégré dans une version télévisée de 90 mn prévue pour Arte.

19En d’autres termes, l’analyse des actuels développements technologiques et des partenariats entre éditeurs de contenu et diffuseurs, l’apparition de nouveaux acteurs de l’offre de programmes audiovisuels (Youtube, Dailymotion, Hulu…) venant concurrencer la télévision traditionnelle, tout ceci ouvre la voie à une nouvelle forme de relation à la télévision, échappant aux anciennes structures relatives au temps (les programmes) et au lieu (le salon) d’usage.

20Mais est-ce aussi simple ? L’histoire de la recherche en Sciences de l’Information et de la Communication a également montré que, même si la technique n’est pas étrangère aux formes d’usages développées, elle n’est pas le seul paramètre à prendre en considération pour comprendre comment l’individu acteur s’approprie le dispositif médiatique qui lui est proposé (Mattelart, 1995). Il suffit de se remémorer les échecs cuisants de certaines techniques (le vidéo-disque…), ou le détournement d’autres (le téléphone, le magnétoscope…).

21L’analyse des résultats de la recherche menée au MICA sur les temporalités médiatiques, et poursuivie lors d’un travail de thèse auprès d’une quarantaine d’autres personnes, permet de mettre en valeur des résistances, des arguments en défaveur de cette totale liberté de choix.

Du côté des usages : temporalités médiatiques et temporalités quotidiennes s’organisent

22L’action de regarder la télévision s’inscrit dans un ensemble de paramètres qu’il est utile de conceptualiser pour mieux comprendre l’importance et les enjeux sociaux de ces nouvelles formes spatio-temporelles d’usages.

  • 7 Par famille il a été entendu des foyers composés d’un ou des deux parents et d’au moins un enfant (...)

23La première étude a été menée au Centre d’Étude des Médias, de l’Information et de la Communication par le Groupe de Recherche et d’Étude sur les Médias (CEMIC aujourd’hui MICA), dirigé par André Vitalis (Vitalis, Domenget, Turcin, 2004) : des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec quinze familles7, accompagnés d’un cahier présentant leur « emploi du temps médiatique » rempli par les participants. La recherche a été ensuite approfondie lors d’un travail de terrain avec quarante personnes supplémentaires. Ces deux phases questionnent les temporalités médiatiques des Français et se sont intéressées à la place que prennent les médias dans la structure temporelle d’une journée : les programmes télévisés ont-ils un rôle structurant par rapport aux autres temporalités, comme le temps de travail, le temps familial, ou encore le temps de loisir ? Le cas échant, l’individualisation des lieux, des temps, et de la durée de l’usage de la vidéo pourrait remettre en compte fondamentalement l’organisation de la quotidienneté et des relations interpersonnelles, au sein du foyer, mais aussi dans les autres dimensions de la quotidienneté.

24Les résultats obtenus ont montré que le temps médiatique ne pouvait pas être considéré indépendamment des autres temps de la vie quotidienne. La télévision donne parfois le tempo, mais est aussi, et surtout, tributaire du rythme d’ensemble.

Temps médiatique & autres temps du quotidien

25Un premier élément apparaît : le temps médiatique s’insère généralement dans les plages de temps laissées vacantes par le travail. Même s’il est beaucoup question de la fin des horaires imposés par la vie professionnelle, de flexibilité ou encore de travail à temps partiel, le temps travaillé reste le socle de l’organisation de toute la journée. De celui-ci dépendent les temps qui vont être consacrés aux loisirs, à la famille, aux engagements associatifs, et aux médias. Ainsi, la qualité du temps de travail (horaires dits classiques, horaires décalés, « trois huit ») est le premier item à prendre en considération lorsque l’on prétend éclairer les budgets-temps médiatiques des Français.

26Si ce paramètre est clairement déterminant pour les hommes, voire largement prédominant, il n’est nettement pas le seul à prendre en compte pour les femmes. En effet, le temps médiatique de ces dernières est non seulement fortement dépendant du temps de travail, mais également de ce que nous appellerons le « temps des autres » (horaires des enfants, du conjoint, des commerces…) et de ce second travail que sont les tâches ménagères. Globalement, le temps consacré à la télévision sera le « dernier », celui qui clôture la journée d’activité, lorsque tout est terminé, lorsque les enfants sont couchés. Ici, les entretiens montrent que, souvent, peu importe la qualité du programme regardé car l’action en elle-même n’a pas pour finalité propre de regarder un programme, mais de « se détendre », se « poser », voire de s’endormir sur le canapé. D’ailleurs, le choix est vite fait. Avec ou sans grille de programmes pour se repérer, les spectateurs avouent regarder « le moins pire », ou ce qui paraît le plus attrayant via un rapide processus de zapping.

27Dans le cas d’absence de temps de travail, si du temps est accordé à la télévision, il est souvent perçu comme du temps « volé » à une activité plus « sérieuse » qui aurait dû être réalisée (recherche d’un emploi, ménage, tri des papiers, comptes, activité sportive…). Il existe bien sûr des moments de télévision choisis pour leur intérêt propre. Mais ils doivent s’insérer dans des temps spécialement désignés pour cela. Ainsi nombre de personnes rencontrées ne conçoivent pas de regarder la télévision le matin, même en période de vacances. Elle est réellement réservée à des plages temporelles préétablies.

28La télévision cependant est aussi un marqueur de temps important : les horaires des émissions donnent un rythme à la réalisation d’une série d’activités, en particulier le soir. Le journal de 20 heures, surnommé « grand-messe », est souvent perçu comme un marqueur fort pour le dîner, pour cuisiner avec la télévision en coin, pour le coucher des enfants… De fait, la réforme de l’audiovisuel public a pour conséquence d’avancer le début du programme de première partie de soirée de près d’une demi-heure : les activités qui précèdent s’en trouveront-elles précipitées ? Lors des premiers entretiens réalisés, la plupart des mères de famille disaient manquer le début des films de manière systématique. S’il était impossible d’être disponible à 21 h, face à ces nouveaux horaires il semble qu’elles ne puissent pas – et qu’elles ne veuillent pas – organiser leur emploi du temps global pour parvenir à être dégagées de toute activité à 20 h 35.

29Les propositions de vidéo à la demande (VoD), ou de télévision de rattrapage (catch-up TV), qui sont en train de s’installer dans les projets des diffuseurs de contenu peuvent-elle ainsi être adoptées par ce type de consommateurs, qui représentent une large majorité de la population française ? Il est désormais possible de regarder ce que l’on souhaite, au moment où l’on est prêt pour cela, qu’il soit 20 h 35 ou non, via son téléviseur ou son ordinateur connecté à Internet. Une réaction inattendue de la part des personnes interrogées, en particulier des femmes, est la suivante : non, cette offre n’est pas une « révolution » qui va enfin leur permettre de mieux contrôler ce temps de détente qu’est le temps télévisuel du soir, et ce pour une raison principale qui est qu’elles n’ont pas envie de faire cet effort, pas envie de développer une attitude de recherche et de choix actif du programme qui sera regardé.

30Aujourd’hui, il leur est très agréable de se laisser porter par la présélection et l’offre réalisées par les chaînes de télévision. L’argument principal est le suivant : toute la journée se passe à décider, à choisir, à discuter. Le soir, le plaisir est justement de « se laisser aller » dans un non-choix, qui de toute manière n’est pas primordial puisque « ce n’est pas important » : la télévision est un prétexte pour se détendre sans rien faire d’autre, pour une fois. Il est fort probable que l’offre de vidéo en ligne grand public devra mettre en place une forme de grille de programmes, de présélection qui permettra aux spectateurs de réduire la dimension du choix individuel et qui leur offrira un modèle de consommation de contenu a priori relativement identique à celui d’aujourd’hui. D’ailleurs ceci est déjà remarquable avec les abonnements à des « bouquets » de chaînes : ce n’est pas parce que l’on a accès à plus de 300 chaînes que le choix se porte sur cet ensemble. Une première sélection se met en place par habitude sur une petite quantité d’offre et le reste est purement ignoré, une fois passée l’excitation du début.

31Il y a là une contradiction évidente entre les chiffres fournis par les analyses statistiques de fréquentation des sites de vidéo à la demande, et les discours recueillis lors des entretiens. Si les familles françaises ne regardent pas de programmes « à la demande » le soir, moment de pic d’audience de la télévision, et donc moment supposé idéal pour l’usage alternatif de VoD, qui sont les millions de visiteurs de ces sites spécialisés ? Qui regarde ces nouveaux contenus audiovisuels et quand ?

  • 8 Études de ComScore World Metrix, janvier 2009.

32Les données chiffrées sur ces nouveaux usages permettent d’esquisser une hypothèse : tout d’abord il est clair que ces nouveaux utilisateurs sont des jeunes (la population concernée est composée à 43 % d’utilisateurs de 25 ans), qui ne sont pas encore, ou tout juste entrés dans la vie professionnelle, et qui n’ont pas d’enfant8. Il est possible de supposer que s’ils ont les moyens aujourd’hui, en termes de disponibilité et d’envie, de choisir un programme en VoD légalement ou illégalement, ce genre de pratique pourra être fortement bousculée par l’arrivée d’un enfant et l’installation dans un rythme familial. De plus les programmes regardés ne correspondent pas aux attentes des spectateurs de la télévision traditionnelle : ils affichent une durée moyenne de 4 minutes et 20 secondes, ce ne sont donc pas majoritairement des films ou des émissions telles que celles proposées par les chaînes de télévision. En d’autres termes, le succès actuel de la VoD ne vient apparemment pas concurrencer la télévision traditionnellement utilisée comme présentée ci-dessus. Ce sont de nouveaux usages qui se développent, dans d’autres temporalités et qu’il sera intéressant de suivre dans l’avenir.

33La vie de famille a, de son côté, un impact considérable sur le temps consacré à la télévision, principalement pour le public féminin. Les entretiens réalisés ont montré une forte différence entre les hommes et les femmes.

34Le temps des femmes est un temps que l’on peut qualifier d’hétérogène en ce sens qu’il dépend beaucoup du temps des autres : celui de leur conjoint, de leurs enfants, des institutions et des organisations extérieures (écoles, commerces…). Il ressort dans les entretiens que, même lorsque ces médias sont utilisés dans un but informationnel, pédagogique, même lorsque les contenus ne sont pas à proprement parler de divertissement, le temps de télévision est perçu comme du temps de repos. Ainsi, le temps médiatique des femmes est-il particulièrement vécu comme un temps pour soi, qui doit, la plupart du temps, échapper aux pressions causées par les personnes ou les éléments qui les entourent dans leur vie quotidienne. Ce n’est que rarement qu’elles mettent en avant l’usage de la télévision avec leurs enfants, ce qui est en revanche plus fréquemment raconté par les pères, qui profitent de ces moments pour établir des relations de complicité souvent pédagogiques avec leurs enfants. Les femmes regardent la télévision le soir, seules ou avec leur conjoint, selon le cas. Alors que les hommes peuvent s’installer dans un fauteuil devant le poste au milieu de l’agitation familiale, les femmes ne se l’autorisent pas. Car il est bien question ici de s’autoriser du temps considéré comme pris, « volé » à une autre activité plus importante, et souvent relative à la vie collective (soin des enfants et tâches ménagères en particulier). Il est intéressant de constater que ce principe est valable même pour les mères célibataires.

35Le temps qu’elles consacrent à ce média est particulièrement dépendant de l’évolution globale de leur rythme de vie, et en l’occurrence de la place que le temps des autres prend dans leur propre emploi du temps. Le temps passé devant la télévision va évoluer avec l’arrivée des enfants au foyer. Il est clair, en particulier, qu’elles n’ont plus le temps de regarder la télévision le soir comme elles en avaient l’habitude avant de devenir mère. Ceci se remarque beaucoup plus pour les femmes que pour les hommes : elles ratent systématiquement les informations, qu’elles soient à 19 h ou à 20 h, étant occupées soit à la préparation du dîner, soit au soin des enfants. Elles manquent également très fréquemment le début du film. De la même manière, qualitativement parlant, elles ne peuvent que rarement choisir le programme : leur conjoint, lorsqu’il est présent, a déjà entamé une émission ou un film qu’elles se contentent la plupart du temps de prendre en route.

36Ce temps passé devant la télévision, le soir, est donc, en grande partie, du temps de lâcher prise, de détente totale, qui se solde souvent par un endormissement devant le petit écran, et notamment quand les enfants sont petits. S’il est dédié à la télévision, c’est plus par habitude, pour passer un moment en couple si c’est le cas, voire pour ne pas avoir l’impression de ne rien faire d’autre que travailler, s’occuper de sa maison et dormir. Il s’agit de retarder l’heure du coucher pour avoir l’impression de s’accorder du temps à soi, pour souffler, se détendre en dehors de l’activité purement réparatrice qu’est le sommeil.

37L’utilisation de programmes préenregistrés est relativement rare dans le cas des femmes ayant de petits enfants à la maison : le décalage qu’elles connaissent dans le moment de détente, lorsque toutes les activités du jour sont achevées, est tel qu’il les conduirait à retarder d’autant l’heure de coucher et donc à accumuler une fatigue préjudiciable pour le lendemain. La télévision n’est donc pas choisie pour la qualité de ses programmes, mais pour la qualité même du dispositif qui permet de ne rien faire d’autre, d’être confortablement installée, de ne pas être sollicitée et de pouvoir lâcher prise.

38Le temps passé devant la télévision en dehors de cet usage particulier du soir revêt de nombreux codes, beaucoup plus prégnants pour les femmes que pour les hommes rencontrés. En effet, si elles ne travaillent pas à l’extérieur, il n’est pas non plus question de ne rien faire à la maison. Les activités ménagères sont prédominantes en termes d’importance sur les activités de détente. Ainsi les programmes qui vont être visionnés dans la journée devront être justifiés. Regarder la télévision le matin par exemple n’est « acceptable » que s’il s’agit de se documenter, d’utiliser le média dans un but pédagogique. Le sentiment de culpabilité qui apparaît à l’évocation d’un moment purement télévisuel destiné à la détente est quasiment récurrent. Si un moment est passé devant un film ou une émission de divertissement, alors il sera systématiquement conjugué avec une autre activité. Les temps se superposent et le temps médiatique devient du temps d’accompagnement d’une autre activité, le plus souvent l’élaboration d’un repas ou le repassage.

39Les temps télévisuels peuvent également devenir des marqueurs temporels très forts dans la vie quotidienne des femmes dès lors que le temps professionnel s’estompe ou disparaît, le plus souvent en période de congés maternité, de congés maladie ou de chômage. Une structure temporelle peut se mettre en place à partir des horaires des émissions les plus appréciées. Les horaires des feuilletons, du journal télévisé de 13 h, des différents jeux de milieu de journée ou encore des séries l’après-midi deviennent connus et servent de points de repère. « Il faut avoir fini » les activités prévues à l’heure de début du programme, non pas à cause de l’impérieuse nécessité de voir ce programme, mais surtout pour créer un rythme qui permet de gérer son organisation personnelle.

40Cette notion de rythme vient s’opposer à celle de choix promu par les diffuseurs de vidéo à la demande. Sera-t-elle suffisamment forte pour résister à la pression marketing de ces nouveaux acteurs ? Un autre argument en faveur du maintien d’une large partie de la consommation de contenus audiovisuels programmés est celle du collectif.

La communauté du foyer lors des « directs » Vs l’individualisation de la VoD

41Les femmes rencontrées racontent souvent comment elles regardent des programmes télévisuels qu’elles n’ont pas forcément choisis. En l’occurrence, ceci arrive surtout le soir : occupées avec les enfants ou avec le rangement du dîner, elles ne sont pas présentes lors des rituels de choix de programmes. Lorsque vient le temps de leur disponibilité, le choix est déjà fait, et le programme est même déjà commencé. Pourquoi dans ce cas ne pas mettre en place un processus qui permettrait d’individualiser les temporalités médiatiques, par une seconde télévision ou bien par l’usage de programmes enregistrés ? Parce que, même si elles ne sont pas d’accord sur le choix du programme, même si ce qui est diffusé ne les intéresse pas, elles préfèrent regarder la télévision avec les autres, dans un esprit collectif. Ainsi, le temps télévisuel se conjugue avec le temps familial et perd de sa spécificité. Plus précisément, c’est une partie de l’engagement personnel dans l’usage qui disparaît au profit d’un autre engagement, plus important, à savoir le respect du collectif familial, de l’ensemble. Une raison est souvent mise en avant pour compléter cette attitude qui peut aussi paraître surprenante : celle du manque d’importance de l’activité en elle-même pour engendrer une stratégie d’individualisation. Ce n’est pas assez important pour acheter une seconde télé ou pour élaborer un processus volontaire d’enregistrement.

42Ceci est toutefois largement mis à mal et contredit par l’apparition des terminaux individuels comme les lecteurs MP3, les consoles de jeux, la multiplication des postes de télévisions et des ordinateurs, notamment dans les chambres des enfants et parfois des parents. Les premiers à prendre leur indépendance sont les enfants, qui ont désormais la possibilité – et souvent l’autorisation – de contrôler par eux-mêmes leur accès aux contenus audiovisuels. Ils rompent par là même radicalement avec toute possibilité de création d’un collectif familial autour de l’acte de regarder la télévision, même si cela peut encore arriver.

43Les occasions de visionner une émission ensemble prennent un caractère particulier : les programmes devront être « exceptionnels », et, le plus souvent, en direct (Coupe du monde de football, catastrophes naturelles, affaire Lady Di… ou finale de la Star Academy), ou bien organisés comme des rendez-vous (rendez-vous autour d’un film qui fédérera tout le monde, pendant les vacances, par exemple).

44Le troisième argument en défaveur du choix de la vidéo à la demande pour occuper les soirées à la place de la télévision traditionnelle est donc celui de l’importance que prennent ces deux dimensions : le direct et l’interactivité.

45La diffusion d’émissions en direct se développe, accompagnant cette nouvelle exigence d’instantanéité et d’urgence symptomatiques de la société contemporaine. Le direct est dramatique (les attentats du World Trade Center en 2001, les catastrophes naturelles…), sportif (les Coupes du monde de football, les Jeux olympiques), informationnel (allocution du président français, intronisation de Barack Obama à la Maison Blanche) ou de pur divertissement (la télé-réalité). Si certains évènements retransmis sont organisés en fonction des horaires traditionnels des médias, comme les interventions du président de la République ou bien les émissions de télé-réalité, d’autres ont leurs propres temporalités. Mais tous imposent aux spectateurs d’être là, présents, « à l’heure ». C’est alors toute une communauté ponctuelle qui se crée autour d’une même action collective (Katz, Dayan, 1996).

46De même le développement de la télévision interactive crée une communauté temporellement identifiée. Les spectateurs sont de plus en plus amenés à participer à des émissions, que ce soit par SMS, par téléphone ou par e-mail. Les interventions via des votes, des avis, des questions de téléspectateurs sont de plus en plus sollicitées par les réalisateurs de programmes, qui créent ainsi un phénomène de participation (illusoire ou non) permettant de fédérer une communauté et de maintenir l’audience. Au-delà de la question du modèle économique qui est ainsi développé (coût des télécommunications surtaxées notamment), ces nouvelles habitudes ne peuvent prendre place que dans une action temporellement programmée. Si la télévision interactive se développe, elle peut créer une alternative intéressante à la vogue de la télévision à la demande, et apparaître comme une solution de repli pour les chaînes traditionnelles, qui devront de plus en plus « donner des rendez-vous » à leurs spectateurs pour s’assurer de leur présence.

47Pour conclure sur ces premières idées, il semble que l’on puisse dégager trois arguments importants qu’il faudra prendre en compte dans toute tentative prospectiviste de compréhension des nouveaux usages de la vidéo rendus possibles par l’offre technologique : l’aspect secondaire, contingent du temps alloué au média par rapport aux deux temps pivots que sont le temps de travail et le temps familial ; l’usage de la télévision, le soir en particulier, pour se détendre et clôturer la journée autrement que par le coucher et l’aspect non fondamental du contenu en soi ; et enfin, la force de la télévision en direct et de la télévision interactive, qui créent des moments fédérateurs, même entre des générations qui ont de plus en plus tendance à s’ignorer.

Bibliographie

Bibliographie

Katz Elihu, Dayan Daniel, La Télévision cérémonielle : anthropologie et histoire du direct, Paris : PUF, 1996.

Mattelart Armand, Histoire des théories de la communication, Paris : La Découverte, coll. Repères, 1995.

Vitalis André (dir.), Domenget Jean-Claude, Turcin Karine, « Temporalités médiatiques et vies quotidiennes », Rapport Conseil Régional d’Aquitaine, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004.

Notes

1 Médiamétrie, 1re semaine, février 2009.

2 Electronic Program Guide.

3 Le terme streaming désigne le procédé permettant la lecture en continu de contenu audiovisuel sans avoir à attendre le téléchargement complet des fichiers.

4 Salon international de l’électronique grand public.

5 Video on Demand, en français « vidéo à la demande ».

6 Audience du premier distributeur mondial de vidéo en ligne, l’américain Youtube : 344 millions de visiteurs uniques en décembre 2008, dont 13 millions de visiteurs uniques issus de France chaque mois : c’est un Français sur 5. 8,9 millions d’individus ont consulté quotidiennement un contenu média (programme de télévision ou de radio, article de journal) via un ordinateur ou un téléphone portable, en automne 2008 en France (Ipsos MediaCT). Près de 28 millions d’individus ont consulté un contenu média sur un support numérique au cours des trois derniers mois de 2008, soit 86 % des internautes. La consultation de vidéos sur des sites de télévision, portails généralistes et sites de partage a séduit un internaute sur deux soit 15,7 millions d’internautes qui ont regardé ou téléchargé un programme vidéo sur un site de télévision et 17,4 millions d’internautes sur un site généraliste ou de partage de vidéo en ligne.

7 Par famille il a été entendu des foyers composés d’un ou des deux parents et d’au moins un enfant de moins de 15 ans.

8 Études de ComScore World Metrix, janvier 2009.

Auteur

Docteur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, Consultante TIC.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search