Version classiqueVersion mobile

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Première partie. Les rythmes du monde contemporain

Logiques communicationnelles et mutations de temporalités : enjeux et défis pour l’adulte contemporain

Jean-Pierre Boutinet

Texte intégral

1Comprendre le monde dans lequel nous évoluons c’est pour une part chercher à reconnaître les temporalités qui l’organisent. Ce faisant, on ne saura jamais si ces temporalités sont initiatrices de certains phénomènes ou la conséquence d’autres. Elles constituent pour le moins des situations auxquelles sont étroitement associées certaines formes de comportements : à l’urgence par exemple peut être lié le stress comme la réactivité le sera à l’immédiateté. Parler par ailleurs de capitalisme financier, de mobilité professionnelle obligée tous les trois ou cinq ans, de gestion des flux tendus, d’échéances à prendre en compte ou de management par projet, c’est toujours à chaque fois convoquer une forme de temporalité sous-jacente, nous invitant à identifier les comportements qui lui sont liés. Ainsi derrière ces exemples banaux mais aujourd’hui très familiers, se profilent les mêmes temporalités d’un présentisme exacerbé, celui du temps accéléré, de l’immédiateté, de l’instantanéité, de l’urgence ou d’un présentisme plus tempéré comme celui de la transition. De ces temporalités, nous avons pris l’habitude de dire que nous en sommes devenus malades ou qu’elles nous ont rendu malades. Ces nouvelles temporalités dominantes, nous avons l’impression qu’elles nous assujettissent et s’imposent à nous dans leur tyrannie, supplantant désormais d’anciennes temporalités jugées désuètes et contre productives, car plus distendues et moins agressives, telles entre autres les temporalités de la continuité, de la rythmicité ou de l’anticipation. C’est donc dans le contexte de ces nouvelles temporalités ressenties comme coercitives que voudrait se placer la présente contribution pour en comprendre l’émergence et pointer dans le contexte actuel les enjeux et défis qu’elles posent aux adultes qui les affrontent.

Un double anniversaire éditorial à célébrer

2La thèse qui traverse le présent propos prend appui sur l’informatisation récente mais venue rapidement des pratiques sociales, une informatisation hier encore rampante, aujourd’hui triomphante qui, pour une large part, serait à l’origine des nouvelles temporalités présentistes. Celles-ci se déploient autour de nous et conditionnent l’adulte contemporain dans ses modes de vie quotidiens en le campant dans de nouvelles formes de vulnérabilité.

  • 1 Ouvrage paru sous ce titre en 1978 à la Documentation française.
  • 2 Ce rapport La Condition postmoderne est édité en 1979 par les Éditions de Minuit.

3Qui s’intéresse en 2009 aux processus à l’œuvre dans l’informatisation de la société ne peut faire l’économie d’évoquer l’anniversaire d’un double évènement éditorial vieux seulement d’une trentaine d’années, un évènement marqueur de cette informatisation grandissante, qui s’est manifesté dans ses deux dimensions, l’une technologique, l’autre réflexive : la première renvoie à ce que l’on appelait à l’époque la télématique qui permettait déjà à nos contemporains, par les ordinateurs qu’ils fabriquaient, de gérer avec une grande facilité et une efficacité élevée des réseaux de transmissions d’information ; le minitel de l’époque en est un exemple caractéristique ; la seconde concerne la capacité des utilisateurs des réseaux informationnels à élucider ce qu’ils vivent à travers ce choc technologique sur les espaces existentiels de tout un chacun, que l’on va désormais dénommer la condition postmoderne, en faisant entrer le concept de postmodernité dans le langage courant. C’est donc cet anniversaire à célébrer de l’avènement d’une civilisation postmoderne à dominante informationnelle qui va d’abord retenir notre attention à travers ce double évènement éditorial survenu en 1978 et 1979 avec la publication de deux Rapports d’études qui prirent date et sans doute encore plus le second que le premier. En 1978, S. Nora et A. Minc, dans leur Rapport au Président de la République publié par la Documentation française, dressent les contours sociologiques de ce qu’ils nomment alors l’informatisation de la société1. Quelques mois plus tard un autre Rapport voit le jour sous la plume du philosophe J.-F. Lyotard, rapport sur l’état du savoir dans les sociétés les plus développées, proposé au Conseil des Universités auprès du Gouvernement du Québec, rapport que l’auteur intitule La Condition postmoderne2.

4Essayant de décrire les nouvelles technologies de l’information pour apprécier leur impact sur la société, Nora et Minc s’interrogent déjà sur les risques de l’informatique à même de bouleverser notre vie, posant des doutes sur notre capacité à en maîtriser le développement. Les auteurs comparent l’époque de la télématique à celle de la fin du Néolithique. Ils évoquent ce temps historique des Sumériens qui, par l’invention des hiéroglyphes sur leurs tablettes, opérèrent une mutation de l’humanité en favorisant l’avènement de l’écriture. Ils rapprochent une telle mutation du passage historique actuel qui nous conduit d’un régime élitiste du traitement de l’information à un phénomène de masse, ce dernier en venant à modifier les grands équilibres, aussi bien, disent-ils, celui du Commerce extérieur que celui de l’emploi. De nouveaux rapports de pouvoir semblent organiser une nouvelle société à travers le développement de la télématique, conçu comme ce mariage entre les ordinateurs et les réseaux de transmission d’information.

5Fêter présentement l’anniversaire de l’avènement de la télématique, un modeste anniversaire de trente ans, c’est pourtant nous situer au regard d’un temps qui nous apparaît, vu d’aujourd’hui, comme très reculé, bien qu’il ne remonte qu’à un peu plus d’une génération ; en ce temps-là, il n’était alors question que d’information, sans que jamais n’apparaisse encore le concept de communication qui ne figure même pas dans le glossaire terminal de l’ouvrage. Mais cette approche d’une sociologie de l’information sera marquante. Elle sera relayée et amplifiée l’année suivante par un manifeste philosophique beaucoup plus ambitieux autour de l’avènement d’une société postmoderne caractérisée par l’association entre la marchandise informationnelle et la transparence communicationnelle.

6Ce manifeste est le second évènement éditorial qui survient peu après le premier mais lui est historiquement associé, à travers la publication du travail de Jean-François Lyotard, qui, lui, va vite faire date. La Condition postmoderne est un petit essai, encore moins volumineux que le premier puisqu’il ne comprend qu’une centaine de pages, quand le précédent en comportait 150 en dehors des nombreuses annexes. Ce qui est spectaculaire dans le passage en quelques mois du premier travail au second c’est le fait que nous changeons de période culturelle, nous passons d’une société de modernité tardive, pour reprendre l’expression d’A. Giddens (1988), centrée sur la prolifération des transmissions d’information à une société dite postmoderne qui met au centre de ses préoccupations le paradigme de la communication. L’homme postmoderne y est décrit aux prises avec la multiplication des machines informationnelles qui affectent la circulation des connaissances. Celles-ci en viennent à perdre leur légitimité et leur valeur d’usage pour être réduites à des échanges incessants dans une idéologie de la transparence communicationnelle. Le soi que nous associerons ici à un adulte, est pris dans une texture de relations plus complexes et plus mobiles, placé continuellement à des nœuds de circuits communicationnels.

7Nos deux ouvrages sont intéressants autant par ce qui les différencie, l’information technologique d’un côté, la communication culturelle de l’autre que par ce qui les unit, l’avènement de cette nouvelle société de l’information et de la communication qui s’impose au plus grand nombre et que nous prenons l’habitude de désigner à la suite de Lyotard par société postmoderne porteuse d’une mutation culturelle, articulée autour de tous autres paradigmes que ceux de la société dite moderne qui mettait au centre de ses préoccupations les concepts de rationalité, de production, de déterminisme, de progrès, d’avenir. Nous devenons sensibles à ces nouveaux paradigmes qui se superposent aux précédents, les effacent sans toutefois les faire disparaître et c’est ainsi que nous devenons sensibles au flou, à l’incertitude, à la complexité, au réseau communicationnel.

Postmodernité communicationnelle et changement de temporalités

8De ce qui précède, nous pouvons retenir en guise de signification à attribuer à ce double anniversaire quelques éléments saillants. D’abord l’avènement de la nouvelle culture postmoderne se déploie sur une dominante communicationnelle ; de plus, elle se développe sur fond de mutations technologiques, amenant à une maîtrise spectaculaire dans la circulation des informations et de leurs échanges : de ce point de vue, le recours au minitel, si enthousiasmant qu’il fût à l’époque, n’était finalement que le discret signe annonciateur de l’avènement quelques années plus tard d’une technologie qui va bouleverser nos cadres sociaux et existentiels avec l’irruption d’Internet et de ses nombreuses possibilités. C’est en ce sens qu’avec Ph. Breton (1995) on a pu parler d’utopie de la communication. Il faut par ailleurs noter que cette maîtrise spectaculaire des techniques communicationnelles va de pair avec des changements existentiels et sociaux au niveau de leurs utilisateurs individuels ou organisationnels dans leurs modes de vie.

9La postmodernité de l’information et de la communication amène avec elle un changement des temporalités, si, par temporalités nous entendons ces façons individuelles et collectives que nous avons d’organiser notre temps, nos mouvements. De nouvelles temporalités dominantes émergent, qui affectent directement nos cadres de vie actuels. En modernité, ces temporalités dominantes étaient centrées sur une linéarité orientée vers un avenir à anticiper, lesquelles temporalités s’étaient imposées par rapport aux temporalités cycliques des cultures rurales traditionnelles. Le temps cyclique était celui du calendrier astronomique dans son souci de s’adapter à la circularité des rythmes saisonniers liés aux mouvements des astres et de donner toute son importance à la transmission de l’héritage. En contraste le temps linéaire de la modernité urbaine et industrielle va devenir celui de l’horloge, un temps mesuré et planifié, marqué d’irréversibilité et avide de progrès, qui nous oriente vers ce qu’il y a à entreprendre pour poursuivre la marche en avant de l’histoire vers plus de maîtrise (Castells, 1996). Au regard de ce temps projeté, planifié, encadré dans un souci de contrôle, les temporalités de nos cultures postmodernes apparaissent bien brouillées avec soudainement une prééminence accordée au moment présent, face à une dévalorisation de l’avenir (Sue, 1994) et à une relation ambivalente au passé, tantôt relativisé dans ses dynamiques historiques, tantôt sollicité lorsqu’il s’agit d’en faire mémoire pour le commémorer (de Conninck, 1995). Nous délaissons alors aussi bien le calendrier que l’horloge ; d’ailleurs cette dernière en abandonnant récemment son fonctionnement mécanique pour prendre celui de l’électronique a changé nos représentations du temps, nous amenant d’une représentation linéaire et irréversible de ce temps, indiquée par le cadran, tout circulaire qu’il fut, vers une représentation en simultanéité des nouvelles temporalités, celles du moment présent délivrées par le spot de l’horodateur : le temps n’évolue plus à la cadence du déplacement de l’aiguille, il est donné là, dans sa momentanéité des chiffres affichés ; il cesse d’être continu pour devenir discontinu. Mais l’horloge électronique n’a pas la fréquence d’utilisation de ce nouvel instrument qu’est devenu l’agenda. Celui-ci devient désormais le plus utilisé des organisateurs de temporalités mais sa caractéristique dominante est de nous orienter dans les nouvelles temporalités d’un présent de plus en plus complexe (Boutinet, 2004). Cet agenda est destiné à planifier les engagements pris à un moment donné mais à réaliser dans un horizon temporel plus ou moins reculé qui n’est finalement qu’une extension de ce moment présent avec le risque dans une société de la mobilité que ce présent se transforme en palimpseste lorsque dans l’urgence une activité se substitue à une autre, appelant à modifier plus ou moins brusquement l’agenda, en sur-imprimant sur un premier engagement devenu caduc un nouvel engagement. L’agenda, comme aménageur des temporalités brouillées du moment présent est un grand contempteur de l’idée d’avenir, n’ayant de cesse de repousser ce dernier aux limites de l’engagement le plus reculé que son propriétaire consigne en son sein.

10Nous ne nous attarderons pas ici sur ces autres temporalités post-modernes devenues aujourd’hui plus secondes, tournées vers le passé, celles notamment de la mémoire comme celles orientées vers un avenir déprécié et souvent redouté, saturé d’anticipations défensives, notamment de précaution et de prévention. Restons-en aux nouvelles temporalités dominantes du présentisme, bien mises en évidence à travers ce néologisme suggestif, par l’historien F. Hartog (2003). Ces temporalités sont pour certaines d’entre elles évanescentes et largement tributaires des espaces informationnels et communicationnels qui se trouvent être en même temps, par la force des choses, des espaces de mobilité. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous mentionnerons ici trois nouvelles temporalités dominantes à caractère évanescent typiques de ces espaces.

11Parmi ces temporalités liées à un présent court, évanescent, fuyant, évoquons celles de l’urgence qui prend actuellement de plus en plus d’importance (Aubert, 2003), avec son caractère inattendu et contraignant parce que dramatique (Agamben, 2003), impliquant de déployer dans les délais les plus courts une action appropriée au regard d’une situation jugée périlleuse. Cette urgence de fait, les espaces communicationnels la transforme souvent en urgence instrumentalisée pour obtenir des usagers communicants les comportements appropriés, notamment avec le fameux et suggestif deadline. À côté de l’urgence, mais souvent en lien avec elle, il faut donner toute sa place à l’immédiateté, nouveau paradigme de la révolution numérique (Josephe, 2008) qui trouve l’une de ses formes d’expression privilégiées dans la messagerie électronique produite par l’information qui surgit dans son imprévisibilité (Lechner, 1999). Cette information possède – ou on va lui attribuer – un caractère injonctif susceptible de la rapprocher des situations d’urgence, dans la mesure où elle demande à être traitée dans les meilleurs délais. Enfin, comme troisième figure de ces temporalités présentistes de l’évanescence, mentionnons l’instantanéité à travers l’interaction qu’elle génère grâce à la mise en place des différents dispositifs communicationnels qui favorisent le chat conversationnel. En contraste avec les deux premières figures évanescentes, très souvent productrices de stress, cette nouvelle figure est souvent porteuse de réenchantement, celui de l’instant éternel, dans son intensité, comme les vidéoclips et autres jeux informatiques (Maffessoli, 2000).

12Ces trois figures aujourd’hui dominantes du présent évanescent peuvent être considérées comme confrontant l’adulte communicant et agissant à des situations-limites, celles du temps réel qui n’admet aucune attente, aucun délai ou pour le moins le minimum entre l’émission-réception de l’information et le comportement réactif attendu du destinataire. Ces trois formes de temporalités ont comme trait commun une certaine imprévisibilité sans autre possibilité de recul que d’adopter une posture réactive, imposée par une interactivité incessante entre un système informationnel en flux continu et le récepteur toujours plus ou moins pris au dépourvu, en impossibilité d’anticiper.

Un paysage brouillé plus qu’il n’y paraît

13Ce changement de temporalités sur fond de paysage informationnel et communicationnel voit certes des figures saillantes s’imposer, tel nous venons de l’évoquer, le présentisme de l’évanescence dans ses différentes déclinaisons mais ce paysage apparaît beaucoup plus brouillé et flou qu’il ne pourrait le laisser supposer au premier regard. Nous avons en effet actuellement quitté les temporalités de la modernité, ces temporalités à dominante linéaire faites d’une rupture avec le passé et orientées vers l’anticipation d’un avenir pronostiqué comme meilleur. Ces temporalités ont pu hier par un véritable rapport de force imposer leur suprématie sur leurs consœurs plus craintives issues des sociétés traditionnelles et délibérément tournées vers un passé à préserver. Aujourd’hui, on peut assimiler le présentisme régnant à une variante de postmodernité que nous appellerons un au-delà de la modernité cherchant à s’imposer de deux façons privilégiées, soit par le présent de l’évanescence sur lequel nous nous sommes déjà arrêté, soit par le présent de la durée au travers de ces deux figures caractéristiques que sont la transition et l’alternance. On voit alors cette instance présentiste à double face devoir cohabiter de façon plus ou moins confortable avec trois autres instances temporelles qui recourent elles aussi aux espaces communicationnels pour s’affirmer et conquérir leur légitimité. Ces instances d’hyper-modernité, d’anti-modernité et de contre-modernité se laissent dénommer à travers leurs attitudes contrastées vis-à-vis de la modernité, soit une attitude attestataire qui cherche à porter la modernité à son paroxysme progressiste à travers l’hyper-modernité, soit une attitude oppositionnelle à cette même modernité qui se concrétise dans différentes formes aversives d’anti-modernité illustrées par le souci du retour à l’ancien, soit enfin une attitude de contrepoint plus ou moins marqué, cherchant dans la contre-modernité à redonner valeur à ce que la modernité avait disqualifié, la mémoire (Boutinet, 2004).

14L’hyper-modernité progressiste, celle par exemple de l’innovation et de la croissance, est dans le toujours plus. Elle se soucie d’installer des ruptures continuelles avec le présent jugé déficitaire, archaïque (Agamben, 2008) pour introduire momentanément du nouveau, notamment technologique, mais aussi organisationnel, considéré comme meilleur que ce qui est, un nouveau destiné demain à être supplanté, selon la logique de l’obsolescence, propre à cette hyper-modernité (Aubert, 2004) par un changement qui sera jugé alors plus approprié. Les mises à jour continuelles des logiciels informatiques pour les maintenir d’actualité illustrent ce souci constant d’innovation permanente ; elles consacrent la dépréciation du moment présent tributaire du passé considéré comme obsolète au profit d’un présent porteur d’avenir quasi immédiat jugé meilleur.

15Face à cette frénésie de changements, les temporalités antimodernes, telles qu’elles s’expriment actuellement dans différentes formes de fondamentalisme religieux en viennent à regretter ces temps anciens vers lesquels il faudrait revenir, les temps d’une tradition organisés à partir d’une interprétation convenue que l’on peut tirer de tel texte considéré comme fondateur ou de tel évènement historique entrevu comme emblématique. Cette attitude antimoderniste qui avance en regardant dans le rétroviseur (Compagnon, 2005) se complaît dans le pessimisme et la vitupération autour de la décadence, du dévoiement et du désœuvrement ; elle aspire à convoquer la mémoire lointaine de temps anciens considérés par elle comme plus heureux et salvateurs et elle est en recherche de temps régénérateurs, susceptibles de faire entrevoir enfin l’une ou l’autre forme de sublime.

16Quant à la contre-modernité, sans remettre en cause systématiquement la modernité, elle cherche au contraire à lui apporter ce qui lui a manqué, ce souci d’un passé plus ou moins immédiat qui donne des racines au présent. Ne se reconnaissant pas dans les ruptures, pas plus que dans les changements incessants, elle cherche à tirer sens du passé plus ou moins proche, en reconstituant telle ou telle histoire, en faisant œuvre de mémoire, notamment évènementielle. La célébration de l’évènement à travers telle ou telle forme de commémoration devient l’expression privilégiée d’une perspective contre-moderne, tout comme le culte des histories de vie (Delory-Momberger, 2000) et autobiographies (Lejeune, 2004).

17L’espace communicationnel postmoderne est donc à situer dans cette tension entre quatre logiques temporelles enchevêtrées avec dominance de deux d’entre elles, d’abord le présentisme mais aussi l’hyper-modernité. Cet enchevêtrement offre un paysage brouillé au sein duquel chacune veut imposer sa suprématie sur les trois autres, une hyper-modernité qui, dans les ruptures et changements qu’elle produit, n’entend pas faire le deuil de l’idée de progrès, une anti-modernité qui s’installe dans le refus des temps actuels au profit d’un passé jugé salvateur et du culte d’une tradition refondatrice, une contre-modernité prompte à cultiver une certaine forme de nostalgie purificatrice dans un travail de mémoire de proximité, enfin un au-delà de la modernité qui dans son présentisme interactif consomme à haute dose de l’immédiateté, de l’urgence, du stress et de la transition, sans savoir vers quel horizon elle se sent entraînée.

Entre immédiateté temporelle et médias communicationnels, un espace paradoxal à prendre en compte

18Pour ne pas nous disperser restons-en à ces temporalités évanescentes de l’au-delà de la modernité, dans ce présentisme à plus d’un titre actuellement dominateur et tout à fait en phase avec les espaces informationnels et communicationnels qui prolifèrent. Il y a là une relation curieuse et instructive entre l’immédiateté générée par de tels espaces informationnels et les médias qui véhiculent ces messages. En effet, c’est par l’artifice d’une médiation technique, voire technologique, que se trouve engendré un sentiment d’immédiateté, qu’il s’agisse d’Internet, du téléphone portable ou du récepteur de télévision qui produit l’image télévisuelle, cette image pour laquelle M.-J. Mondzain (2002, 59) nous dit justement que sa caractéristique fondamentale est son immédiateté et sa résistance primitive à la médiation. Or les communications postmodernes, tout en véhiculant de l’oral et de l’écrit, sont saturées d’images, donc d’immédiateté. Aussi tout se passe comme si de façon paradoxale les médias engendraient de l’immédiat, les médias techniques produisant des variantes d’immédiat subjectif.

19Nous sommes donc ici dans une situation paradoxale entre la sensation d’immédiateté intersubjective propre à la temporalité communicationnelle et l’utilisation d’écrans média qui s’interposent entre deux subjectivités pour rendre possible la communication. Une telle situation paradoxale peut s’exprimer aussi à travers l’impression de transparence informationnelle entre communicants, amenant à une limpidité de compréhension dans les messages échangés et une opacité des dispositifs technologiques présents, une opacité qui peut se manifester subitement en obstruction lorsque lesdits dispositifs sans raison se plantent.

20La question de l’existence de cet espace paradoxal immédiat/média, fondateur de la logique communicationnelle est à camper au regard de la logique relationnelle, celle du face-à-face en présentiel de deux subjectivités ; dans cette dernière situation, se trouvent en vis-à-vis ces deux subjectivités prises dans leur spontanéité, dans l’expression de leurs faciès ; elles peuvent elles aussi être assimilées à une situation d’immédiateté alors que dans le même temps l’un et l’autre protagonistes de la relation découvrent dans leur conversation langagière l’opacité de leurs échanges qui laissent toujours entendre que derrière le face-à-face mimique, se profilent des écarts de compréhension, des sur-entendus et sous-entendus problématiques pour la limpidité de la relation : on se trouve ici dans cette situation relationnelle à l’intérieur d’un espace paradoxal inverse au précédent : ce n’est plus le message échangé qui devient transparent dans la relation ; il est au contraire entouré de sa gaine d’opacité ; ce qui évoque une transparence porteuse d’immédiateté, c’est la relation expressive, les expressions corporelles par lesquelles se transmettent le message.

21Finalement pour éviter de se laisser abuser, on doit se poser la question de savoir dans l’un et l’autre cas de la communication médiatique et de la relation interpersonnelle de quelle immédiateté, de quelle spontanéité il s’agit. Où se situe la transparence et quelle transparence ? Le manque de recul que cette dernière implique tend à induire une compréhension porteuse d’illusions et de facticité, nous introduisant dans le registre de l’équivoque ; en fait les communicants, tout comme les interlocuteurs, ont à gagner à ne pas oublier de rester dans le paradoxe en se souvenant que toute impression de transparence à l’un ou l’autre niveau du message ou du canal de communication est obtenue au prix d’une opacité à un autre niveau ou mieux derrière la transparence se profile l’opacité.

22C’est en conséquence ce présentisme que l’on ne saurait prendre pour argent comptant, que ce soit un présent à distance comme dans la communication ou un présent en situation comme dans la relation car il comporte sa part d’illusion et d’aliénation ; il est à traiter de façon paradoxale, autant par ce qu’il cache que parce qu’il révèle des obstacles à entrer en relation ou en communication comme des facilités à pouvoir communiquer ou être en relation. Reconnaissons qu’au regard des facilités que communication et relation apportent à l’adulte qui de nécessité vit dans leur mouvance, cet adulte le paie cher en risques d’assujettissements par le fait d’occulter les opacités qui se dissimulent derrière les facilités.

Les conduites à projet dans leur vulnérabilité

23Dans un tel contexte intéressons-nous aux conduites à projet caractéristiques des temps modernes, ces conduites qui à l’opposé de toute forme d’immédiateté ont pour caractéristiques de recourir à maintes médiations pour acheminer n’importe quel projet au terme de sa réalisation. Ces conduites se déploient avec leurs horizons d’anticipation plus ou moins reculés, leurs ancrages dans une situation momentanée face à un avenir à aménager, à travers le volontarisme de leur détermination et la modélisation de leur devenir. Or leur mise en œuvre dans les espaces communicationnels en régime postmoderne, va s’en trouver métamorphosée et fragilisée, car tributaire de temporalités dominantes de plus en plus court-termistes.

24Ce qui est à remarquer à ce sujet sur un peu plus d’une génération (Boutinet, 2010), c’est effectivement le glissement du concept de projet vers de nouvelles significations, alors que son usage n’a cessé d’être grandissant. En modernité tardive, celle des années de société post-industrielle qui couvrent les dernières décennies du XXe siècle alors que prenaient progressivement de l’ampleur les processus d’informatisation de nos modes de vie, le projet était encore entrevu comme cet outil d’anticipation opératoire d’un avenir plus ou moins reculé, tel le projet d’orientation des jeunes au niveau individuel (Dubet, 1991) ou le projet de développement socio-technique à un niveau sociétal (Le Boterf, Lessard, 1986). La remise en cause de la société bureaucratique d’alors l’amenait, de par son caractère flou, à se substituer à l’une ou l’autre forme de planification rationnelle. Désormais immergé dans un espace communicationnel, il change de nature au niveau de ses usages et donc de ses significations. Hier il se définissait par sa singularité et son unicité : le jeune, l’adulte n’étaient invités à penser leur devenir qu’à travers un seul projet d’orientation, de carrière ou de vie. Or de singulier le projet est devenu pluriel ; le jeune et l’adulte ne sont plus présentement attelés à l’élaboration ou à la réalisation d’un projet unique défini qui polariserait l’ensemble de leurs activités : projet d’études, projet professionnel, projet de vie, projet de formation, projet de carrière. Ils se trouvent confrontés dans une société communicationnelle de réseaux à mener simultanément une diversité de projets et de micro-projets : un projet de stage, un projet de mémoire, un projet de chantier sur le plan professionnel, un projet associatif dans l’espace social, un projet de changement de résidence sur le plan familial. Cet éclatement voire même cette fragmentation de la sphère des projets au niveau individuel a son correspondant dans le domaine organisationnel avec le passage du projet d’entreprise intégrant dans une même dynamique les orientations qu’entendait se donner une organisation vers le management de projets impliquant pour l’organisation concernée de lancer une diversité de projets autonomes menés concurremment et latéralement, selon des modes appropriés de gestion par projet. La configuration d’une telle diversité de projets menés simultanément au niveau individuel ou au niveau organisationnel, L. Boltansky et E. Chiapello (1999) la dénomment cité par projets. Une telle cité devient l’espace architectural au sein duquel gravitent désormais les organisations postmodernes, celles d’un monde en réseau.

25La figure du projet devient donc plurielle : dans un environnement de complexité, mieux vaut pour un individu, pour une organisation, mener plusieurs projets à la fois que d’être tributaire d’un seul projet qui pourrait se trouver vulnérabilisé ; elle ne vise plus le flou du futur mais s’inscrit dans le transitoire du moment présent avec des délais imposés de début de projet et de deadline que se fixe le responsable de projet ou qui lui sont imposés. Il s’agit donc dans la cité par projets de conduire simultanément plusieurs projets destinés à cohabiter en réseaux mais il est plus difficile de rendre compatibles dans le temps d’une vie une succession de projets ; d’où l’émergence de plus en plus fréquente chez les adultes contemporains de parcours atypiques, ces parcours qui tentent d’intégrer une succession de projets contrastés..

De l’adulte transmetteur à l’adulte communiquant

26Avec la métamorphose des conduites à projet, c’est le statut même des acteurs impliqués dans les projets qui va s’en trouver transformé. De tels acteurs sont incarnés par ces adultes transitoires qui incessamment dans l’espace et dans le temps passent d’un projet à l’autre. De tels adultes dans leur positionnement délaissent la permanence d’une identité bien campée et la transmission d’un héritage de savoirs et de savoir-faire stables pour devenir de plus en plus des communicants de l’immédiateté, cherchant à accrocher leur affiliation provisoire à une diversité de réseaux d’appartenance. Ces adultes pluriels (Lahire, 1998), continuellement en quête de reconnaissance, ont dû renoncer à la stabilité d’antan, celle constitutive d’une maturité, qui était l’une des valeurs sociales de référence ; la stabilité imposée hier, aujourd’hui disparue, s’est transformée dans son inverse, la mobilité forcée ; l’impératif dans ce nouveau monde communicationnel, appelé à se régénérer sans cesse par l’exigence d’innovation, c’est cette mobilité qui peut être source de dynamisation mais en même temps fragilise. L’adulte postmoderne est rendu vulnérable par cette mobilité forcée à laquelle il est astreint et qu’il lui faut aménager par lui-même. C’est sans doute la montée d’une telle vulnérabilité (Ehrenberg, 1998) qui a amené à penser différentes formes d’accompagnement pour aider cet adulte fragilisé à gérer la diversité des temporalités chaotiques de son parcours de vie. De ce point de vue la place prise par les pratiques d’accompagnement depuis une quinzaine d’années est l’un des symptômes de cette vulnérabilité, une vulnérabilité qui nécessite le besoin d’être encadrée (Boutinet et alii, 2007).

27Le seul adjuvant possible pour atténuer cette vulnérabilité de la condition adulte, voire la corriger, consiste à donner toute leur importance aux nouvelles temporalités présentistes de la durée, destinées à contrecarrer la trop grande place prise par les temporalités concurrentes de l’évanescence. Ces temporalités de la durée associées à un présent aménagé, soit intentionnellement par l’adulte, soit imposé à lui par le jeu des circonstances, concernent plus spécialement, nous l’avons vu, la transition et l’alternance qui prennent dans les temps actuels de plus en plus d’importance dans l’organisation des parcours personnels et professionnels adultes, alors qu’hier en modernité elles étaient disqualifiées. Si la transition aménage sur une durée variable des discontinuités dans un espace de mobilité et de flexibilité, elle permet de ponctuer des changements, d’amortir des crises (Bridges, 2004). L’alternance quant à elle, souvent associée dans ses manifestations à la transition, rend possible d’habiter un espace pluriel en faisant cohabiter selon un rythme qui lui est propre (Pineau, 2000), plusieurs activités, plusieurs espaces existentiels, qu’il s’agisse de la vie domestique avec la vie professionnelle ou de cette dernière avec la formation, laquelle peut se vivre en alternance avec un stage. La transition favorise les passages d’une étape de vie à une autre quand l’alternance permet la cohabitation de champs d’activité contrastés.

28Sans schématiser ni caricaturer ces deux familles de temporalités que nous avons mises en scène, l’une incarnée par le présentisme de l’évanescence, la seconde par le présentisme de la durée, reconnaissons à travers leurs effets respectifs que la première tend à générer plus facilement des temporalités assujettissantes quand la seconde met plus spontanément en place des temporalités d’émancipation. Ces deux familles, en partie engendrées par les espaces communicationnels actuels, constituent des modes de réponse contrastés à la mobilité forcée : dans le meilleur des cas, le présentisme de la durée dans ses dispositions structurantes est destiné à humaniser cette mobilité et à corriger les effets déstabilisateurs du présentisme de l’évanescence.

Un défi, redonner consistance à l’avenir

29Ce travail de recadrage au niveau des temporalités présentistes, si nécessaire soit-il, ne semble pas suffisant pour tirer les adultes contemporains de leur grande fragilité. Il est nécessaire de repenser la place à donner aux temporalités de l’anticipation. Or ces temporalités sont en crise profonde, nous leur avons d’ailleurs accordé dans ce qui précède très peu d’importance, fait sans doute significatif. Non seulement les anticipations dans le contexte culturel de morosité actuelle et d’horizon bouché sont redoutées – nous avons peur de l’avenir –, mais lorsqu’elles se manifestent, c’est très souvent sur le mode défensif de la précaution et de la prévention, c’est-à-dire sous celui d’un avenir que l’on ne saurait envisagé, que l’on repousse. Dans un ancrage existentiel, qu’il soit individuel ou collectif, l’avenir est pourtant tout aussi essentiel que le passé. Il est en effet ce vide de possibles à inventer d’autant plus nécessaire pour respirer dans la société actuelle du trop plein, spécialement d’informations et de communications. De plus, la pensée phénoménologique y a insisté à de nombreuses reprises (Husserl, 1950), le propre de l’avenir est de modaliser le passé, pour mieux le comprendre et rendre possible l’histoire, quand le retour sur le passé peut être entrevu comme une façon de préparer l’avenir. De ce point de vue crise de l’avenir et crise de l’historie ont parties liées.

30Reconstruire l’avenir constitue sans doute la tâche primordiale dans une reconfiguration des temporalités susceptibles d’organiser nos espaces de vie. Mais cette tâche ne peut être envisagée à partir d’une fragmentation du moment présent. C’est d’abord à cette instance du présent qu’il s’agit de redonner consistance en conférant aux temporalités de la durée toute leur place structurante. Mais l’espace communicationnel aujourd’hui dominant est plus avide des temporalités éclatées de l’évanescence qu’il ne saurait se nourrir des temporalités structurantes de la durée. C’est là un dilemme que sans doute les temps à venir se chargeront de trancher à leur façon, si présentement nous ne prenons pas des initiatives opportunes pour le faire.

Bibliographie

Bibliographie

Agamben Giorgio (2003), État d’exception, Paris, Le Seuil, 2003.

Agamben Giorgio (2008), Qu’est-ce que le contemporain ?, Paris, Payot et Rivages, trad.

Aubert Nicole (2003), Le Culte de l’urgence, Paris, Le Seuil.

Aubert Nicole (2004), L’Individu hypermoderne, Toulouse, Erès.

Boltansky Luc, Chiapello Ève (1998), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boutinet Jean-Pierre (2004), Vers une société des agendas, Paris, Puf.

Boutinet Jean-Pierre, Denoyel Noël, Pineau Gaston, Robin Jean-Yves (2007), Penser l’accompagnement adulte, Ruptures, transitions, rebonds, Paris, Puf.

Boutinet Jean-Pierre (2010), Grammaires des conduites à projet, Paris, Puf.

Breton Philippe (1995), L’Utopie de la communication, Paris, La Découverte.

Bridges William, Transitions de vie, comment s’adapter aux tournants de nos existences, Paris, Interéiditions 2006, trad.

Castells Manuel (1996), La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998, trad.

Compagnon Antoine (2005), Les Antimodernes, Paris, Gallimard.

Coninck Frédéric de, Société éclatée, travail intégré, Paris, Puf.

Delory-Momberger Christine, (2000), Les Histoires de vie, Paris, Anthropos.

Dubet François (1991), Les Lycéens, Paris, Le Seuil.

Ehrenberg Alain (1998), La Fatigue d’être soi, Paris, Odile Jacob.

Giddens Anthony (1988), Les Conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.

Hartog François (2003), Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil.

Husserl Edmund (1950), Idées directrices pour une phénoménologie, Paris, Gallimard, trad.

Lahire Bernard (1998), L’Homme pluriel, Paris, Nathan.

Le Boterf Guy, Lessard Pierre, L’Ingénierie des projets de développement, Montréal, Agence d’Arc.

Lechner Götz (1999), Le succès de la « société de la satisfaction immédiate » et les erreurs les plus connues de sa réception, Concilium, 282, 137-147.

Lejeune Philippe (2004), L’Autobiographie en France, Paris, A. Colin.

Lyotard Jean-François, (1979), La Condition postmoderne, Paris, Les Éditions de Minuit.

Maffessoli Michel (2000), L’Instant éternel, Paris, Denoël.

Mondzain Marie-José (2002), L’Image peut-elle tuer ?, Paris, Bayard.

Nora Simon, Minc Alain (2009), L’Informatisation de la société, Paris, La Documentation française.

Pineau Gaston (2000), Temporalités en formation, Paris, Anthropos.

Sue Roger (1994), Temps et ordre social, Paris, Puf.

Notes

1 Ouvrage paru sous ce titre en 1978 à la Documentation française.

2 Ce rapport La Condition postmoderne est édité en 1979 par les Éditions de Minuit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search