Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Première partie. Les rythmes du monde contemporain

Vitesse de l’information et crise de la transmission

André Vitalis

Texte intégral

1« Présentisme », « compression du présent », « temps atemporel », sous diverses formulations historiens, sociologues et philosophes diagnostiquent la même maladie de notre temps. Un présent hypertrophié a pris toute la place, mettant gravement en cause les liens nécessaires avec le passé et l’avenir.

2Paul Virilio (1977, 1998) nous alerte, depuis plus de trente ans, sur l’accroissement de la vitesse et les bouleversements qu’il provoque. La lutte pour la domination militaire et politique peut s’analyser, selon lui, comme une lutte permanente pour atteindre des vitesses toujours plus élevées. Il en résulte aujourd’hui une victoire du temps sur l’espace et une pollution des distances et des délais. Avec la compression des informations et des images du monde, ici n’est plus ; tout est maintenant. Finalement et paradoxalement, on aboutit à une pétrification totale vécue sur le mode d’une « immobilité fulgurante ». En proposant récemment une théorie de l’accélération qu’il entend inscrire dans la lignée des études critiques de l’école de Francfort, Hartmut Rosa (2010) conforte et prolonge cette analyse, en prenant en compte l’accélération des techniques mais également l’accélération du changement social et du rythme de vie. Pour cet auteur, le temps a été oublié dans l’analyse de la modernité, alors que les changements dans les structures temporelles de la société sont un élément essentiel pour comprendre cette modernité et sa dynamique. Depuis les années 1970, dans une modernité dite tardive, une nouvelle accélération menace même le projet moderne et le progrès social qui y étaient liés. Il est constaté en effet, dans un environnement en évolution rapide, où l’on ne peut plus rien prévoir, une dissolution des identités individuelles, une détemporalisation de l’histoire et de la vie et surtout, une désynchronisation des évolutions socio-économiques et de l’action politique.

3L’oubli du temps concerne, de manière évidente, le champ de la communication. Le grand intérêt de la distinction proposée par Régis Debray (1997) entre la diffusion et la transmission des informations, est de combler partiellement cet oubli. Debray donne un sens précis à la diffusion considérée comme un transport de l’information dans l’espace, et à la transmission, définie, elle, comme un transport de l’information dans le temps. Une différence fondamentale entre les deux notions vient de ce que la diffusion peut être effectuée par des machines alors que la transmission, même si elle peut être aidée par ces machines, exige toujours une médiation institutionnelle et humaine. D’autres différences les opposent. Alors que la diffusion ne connaît pas de frontière et met en circulation un flot ininterrompu de nouvelles et de données renouvelées constamment, la transmission au contraire sélectionne, particularise et hiérarchise des messages relativement stables et en nombre limité. La première bénéficie du progrès des techniques, la seconde est faite à partir d’une base humaine et institutionnelle peu concernée par ce progrès.

L’acte de transmission, estime Catherine Chalier (2008), ne porte pas seulement sur un contenu, il met en jeu une relation entre deux personnes au moins, dans un cadre privé ou institutionnel, et cette relation décide du sort des significations transmises, davantage que l’inverse. C’est d’ailleurs pourquoi, contrairement à une opinion répandue, la transmission ne peut se confondre avec l’acte de rendre accessible l’information à tous et à toutes, de façon indifférenciée et illimitée, grâce, en particulier, aux nouvelles technologies dites de la communication.

4Si la diffusion permet de mieux connaître notre monde et de nous y adapter, la transmission est essentielle pour notre humanité. C’est elle qui nous différencie des animaux et dote la pensée humaine de finesse et de communicabilité. L’humanité comporte plus de morts que de vivants, ces derniers bénéficiant du capital de toute nature, accumulé au cours du passé.

5Les notions de diffusion et de transmission permettent de mieux comprendre les intérêts qui peuvent séparer les générations et les liens qui les unissent. La diffusion facilite aux nouvelles générations l’adaptation au monde et à ses évolutions alors que la transmission les relie aux expériences et aux valeurs du passé. Face à une diffusion à vitesse accélérée dont l’importance est de plus en plus grande, on observe aujourd’hui une transmission de plus en plus défaillante. Les deux phénomènes sont naturellement liés et ne sont pas sans conséquences.

L’importance croissante des temps médiatiques

6Toutes les activités de la vie quotidienne peuvent être mesurées en fonction du temps qu’elles exigent. Aussi bien, on peut donner de ces activités une expression statistique précise en termes temporels. On a pu ainsi calculer, qu’aujourd’hui on passe plus de temps devant la télévision que sur un lieu de travail. De 50 % du temps disponible dans une vie, qu’il représentait en 1900, le temps de travail ne représente plus en France que 11 % alors que onze ans sont passés devant le petit écran (Vitalis, 2005).

7Cette augmentation des temps médiatiques concerne toute la population, même si on observe des différences. Ainsi, les jeunes passent moins de temps devant la télévision (2 h 11 par jour en 2005) et à l’écoute de la radio (2 h) mais se montrent plus sensibles aux offres multimédias comme, par exemple, les jeux vidéo. Internet avec son interactivité, apporte une radicale novation même si, finalement, il contribue à augmenter les temps médiatiques. Ces derniers entrent en concurrence avec les autres temps de la quotidienneté. Tout le problème vient de la place trop grande qu’ils ont prise dans la vie des enfants et des adolescents. Ils sont devenus un facteur de socialisation au détriment d’autres facteurs où le relationnel et la médiation humaine sont fondamentaux comme la famille et l’école.

8La gratification immédiate qu’ils apportent explique leur succès. En termes temporels, leur consommation traduit une préférence pour le court terme. Les industries du divertissement offrent toutes sortes de possibilités, sans demander de grands efforts. Elles séduisent davantage que des activités considérées comme plus valables mais qui exigent une préparation et un investissement à plus long terme. Par ailleurs, des enquêtes montrent que les téléspectateurs ou les adeptes de jeux vidéo gardent peu de trace de ce qu’ils ont vu ou pratiqué, compte tenu de la décontextualisation de leurs consommations et pratiques. Ce qui se passe sur l’écran n’a en effet aucune relation avec leur vie de tous les jours. Il s’agit d’histoires sans lien avec ce qu’ils sont et étrangères avec ce qu’ils font avant ou après.

9Cette préférence pour le court terme et l’absence de trace que laissent ces consommations relèvent d’un régime de temps caractérisé par l’immédiateté et l’urgence, avec qui elles sont en parfaite consonance. On peut considérer les médias comme des machines présentistes qui immergent leurs consommateurs dans le présent perpétuel de l’actualité et du divertissement, en mettant leur énorme potentiel de communication au service d’un système économique censé apporter un bonheur immédiat (Vitalis, 2007).

L’amoindrissement du rôle de la transmission compte tenu de la laïcisation de la société et des nouveaux modèles familiaux et éducatifs

10Le statut et le rôle actuels d’institutions comme la religion, la famille ou l’école sont à prendre en compte pour comprendre la présente crise de la transmission.

11La religion, comme l’analyse Marcel Gauchet (1985), ne structure plus, de nos jours, l’organisation sociale des pays démocratiques. Dès lors, son rôle transmetteur n’est plus ce qu’il a été jusqu’à maintenant. Il est fascinant de constater que pendant vingt siècles, l’église catholique a transmis le même message et continue de le faire, même s’il n’est plus écouté que par une minorité. La priorité de l’institution religieuse a toujours été le souci de transmettre et de mémoriser. Sur la façade, à l’intérieur de la cathédrale de Saintes, une liste recense tous les évêques qui se sont succédé depuis le Ve siècle jusqu’en 1789… La religion juive a toujours manifesté le même souci. À l’entrée de Bethléem, en territoire palestinien, un soldat juif garde aujourd’hui la tombe de… Rachel, dont la Bible dit qu’elle est morte à cet endroit. Dans son étude sur l’impact des civilisations antiques sur la culture contemporaine, l’égyptologue allemand Jan Assmann (2010), distingue la mémoire chaude des Juifs et des Grecs et la mémoire froide de l’Égypte. Si la culture juive et grecque sont parvenues jusqu’à nous et continuent d’irriguer la pensée contemporaine, c’est que ces deux cultures fondées sur des textes, les ont constamment mis au service d’une compréhension du passé mais aussi du présent, à la différence d’un texte égyptien pétrifié qui se borne à l’enregistrement des hauts faits du prince. À côté d’une culture égyptienne sacralisée et immuable qui ne peut dès lors qu’être difficilement transmise, on trouve deux cultures à grande mémoire communicationnelle : la juive qui va éclairer tous les événements passés et futurs à partir d’une histoire unique chargée d’un sens et la grecque, qui invite à la discussion et à la poursuite d’une vérité toujours fuyante, à partir de textes contradictoires.

12Le modèle familial dominant est aujourd’hui un modèle permissif fait de dissensions et de négociations permanentes entre tous les membres qui composent la cellule familiale. L’enfant y est autant considéré comme un sujet accompli et un acteur, que comme le récepteur d’une transmission de normes et de valeurs. Certes, ce nouveau modèle ne fait pas regretter les modèles patriarcaux et autoritaires d’antan. Cependant, en termes de transmission, il n’a pas la même efficacité. Jadis, les parents transmettaient l’héritage ; aujourd’hui, c’est l’héritier qui décide ce qu’il veut conserver et rejeter. Le sociologue François de Singly (1993) considère, malgré tout, « qu’il n’y a pas de fin de la transmission, mais transformation du processus de l’héritage ». Les parents doivent continuer à transmettre à condition qu’ils acceptent que les enfants fassent le bilan et l’inventaire. Délivré d’une tutelle excessive des adultes, l’enfant est appelé à se construire lui-même.

13Une autre institution de transmission, l’école, s’est aussi transformée. Aux transmissions autoritaires d’une génération à l’autre, un nouvel idéal pédagogique préfère une autoconstruction de l’enfant à travers l’élaboration de ses savoirs et l’expression de soi. On a assisté à une réforme continuelle de l’école qui, pour certains analystes, aboutit à une destruction des acquis. Un psycho-sociologue américain, Christopher Lasch (2008), a observé ce phénomène, dès les années 1980, aux États-Unis :

L’éducation de masse qui se promettait de démocratiser la culture jadis réservée aux privilégiés, a fini par abrutir les privilégiés eux-mêmes. La société moderne qui a réussi à créer un niveau sans précédent d’éducation formelle, a également produit de nouvelles formes d’ignorance. Il devient de plus en plus difficile aux gens de manier leur langue avec aisance et précision, de se rappeler les faits fondamentaux de l’histoire de leur pays, de faire des déductions logiques, de comprendre des textes écrits autres que rudimentaires.

14Être plus attentif à la personnalité de chaque enfant, vouloir lui apprendre à se former lui-même, adapter l’école au monde moderne, laissent moins de place qu’auparavant pour la transmission de la culture. Comme le remarque Hannah Arendt (1972), traiter un enfant comme un individu non autonome n’est pas un déni mais une reconnaissance d’humanité.

Quelques manifestations de la crise

15Dans son livre sur le fantasme de l’homme autoconstruit, Olivier Rey (2006) s’intéresse à l’évolution des poussettes de bébé, pris comme un exemple des changements intervenus dans les rapports que nous entretenons avec le passé, exemple certes trivial mais qui, selon lui, est très significatif. Il constate que tout au long du XIXe siècle, les enfants dans leurs poussettes faisaient face à l’adulte qui les promenait. Dans les années 1970, un basculement massif se produit. On s’est mis brusquement à orienter les enfants vers l’avant. Ce basculement témoigne pour Rey de la nouvelle conception d’un sujet libéré du poids du passé et regardant d’emblée vers l’avant. Comme s’il n’y avait plus besoin de transmission, comme si le nouveau venu pouvait s’affranchir des chaînes généalogiques et des obscurités de l’origine sexuelle, pour se construire tout seul.

16Deux enquêtes auprès de populations jeunes, permettent de prendre la mesure du fossé qui se creuse entre les générations. La première concerne la culture lycéenne étudiée par Dominique Pasquier (2005). Cette sociologue constate que les lycéens abandonnent les manières d’être des parents et préfèrent les modèles de comportement et les valeurs proposés par les médias et les jeunes du même âge. Cette culture jeune n’est pas un détour, un moment provisoire mais la marque distinctive de toute une génération. Le groupe des pairs et surtout les médias ont une influence prédominante. Les représentations médiatiques et la culture qu’elles véhiculent influencent les comportements et les codes moraux. L’ancienne culture humaniste à base de lecture des grands classiques, de musique classique ou d’opéras, partagée jadis par les parents et les enfants, est dévaluée. Dans les lycées étudiés, seuls 30 % des élèves d’un grand lycée du centre de Paris continuent la tradition en limitant leur consommation de médias et en refusant les consoles et les jeux vidéo. Dans ces classes moyennes et supérieures, la reproduction culturelle n’est plus assurée même si, dans les familles, ce décrochage est vécu plus sur le mode de la cohabitation que du conflit.

17Une seconde enquête menée par Monique Dagnaud (2008) a trait à la « teuf », manifestation festive qui intéresse 10 à 15 % des jeunes entre 18 et 24 ans, soit environ 1 million d’individus issus de la classe moyenne. Cette population donne une nouvelle dimension à la fête, qui, avec des alcools et des drogues, se prolonge tard dans la nuit, à l’exemple des rave party. Ce moment festif n’est plus un moment de respiration et de compensation. La fête est devenue un but en soi, un mode de vie qui permet les rencontres et l’exploration de tous les sens. Elle peut être aussi une façon d’oublier une insertion sociale et professionnelle difficile ou un échec de l’entrée dans l’âge adulte. La « teuf », qui ne concerne qu’une fraction d’une classe d’âge qui se situe entre les jeunes des banlieues et les jeunes méritants, est pour Dagnaud, symptomatique de notre époque et témoigne du relâchement des liens entre générations. Il convient de noter la forte consommation médiatique de ces jeunes avec une préférence pour le monde des images (jeux vidéo, cassettes) et pour la musique (radio, concerts de rock).

18La crise de la transmission réduit les capacités de résistance des jeunes face à la manipulation médiatique et à l’embrigadement publicitaire. L’adaptation au monde actuel de la technique et de l’économie marchande est plus facile pour un individu décrit par la sociologie de la post-modernité, comme « liquide », « narcissique » ou « incertain ». Les régimes de pouvoir antérieurs basés sur des institutions plus ou moins répressives, ont aujourd’hui cédé la place à un nouveau régime qui fonctionne à la désinstitutionalisation. Dans ce contexte, le slogan de Mai 68, « Faisons table rase du passé », peut faire l’objet d’une lecture que ses auteurs n’avaient certainement pas prévue.

Bibliographie

Bibliographie

Arendt Hannah (1972), La Crise de la culture, Paris, Gallimard.

Assmann Jan (2010), La Mémoire culturelle, Paris, Aubier.

Augé Marc (2008), Où est passé l’avenir ?, Paris, Panama.

Chalier Catherine (2008), Transmettre de génération en génération, Paris, Buchet Chastel.

Dagnaud Monique (2008), La Teuf. Essai sur le désordre des générations, Paris, Le Seuil.

Debray Régis (1997), Transmettre, Paris, Odile Jacob.

De Singly François (1993), La Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Armand Colin.

Gauchet Marcel (1985) Le Désenchantement du monde, Paris, Gallimard.

Lasch Christopher (2008), Le Moi assiégé, Paris, Climats.

Pasquier Dominique (2005), Cultures lycéennes, Paris, Autrement.

Rey Olivier (2006), Une folle solitude, Paris, Le Seuil.

Rosa Hartmut (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Virilio Paul (1977), Vitesse et politique, Paris, Galilée.

Virilio Paul (1998), La Bombe informatique, Paris, Galilée.

Vitalis André, Turcin Karine, Jean-Claude Domenget (2005), Temporalités médiatiques et vies quotidiennes, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Vitalis André (2007), « Les médias et le nouvel ordre du temps » in La Transmission des connaissances, des savoirs et des cultures, Actes du colloque tenu à la Bibliothèque Alexandrina, Alexandrie, Égypte, du 12 au 15 mars 2006, 2007, CIDEF-AFI, Bibliotheca Alexandrina.

Auteur

Professeur émérite en sciences de l’information et de la communication, Équipe d’accueil MICA (Médiation, Information, Communication, Arts), Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540