Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Première partie. Les rythmes du monde contemporain

Régime d’historicité, Patrimoine et crise du temps

François Hartog

Texte intégral

1Pour introduire nos réflexions, je vous propose deux ordres de remarques. Revenir d’abord quelque peu sur la notion de régime d’historicité et nous interroger, ensuite, sur un des mots phare de notre monde contemporain : le patrimoine. Que nous dit-il de nos rapports au temps ? En quoi le recours à la notion de régime d’historicité peut-il en éclairer les usages ?

Le régime d’historicité

  • 1 François Hartog (2003), Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Le Seuil, Pari (...)

2D’où vient cette notion1 ? Elle découlait d’un diagnostic (déjà largement partagé en 2003) sur le monde contemporain : celui de la force et de la prégnance du présent dans l’expérience contemporaine du temps. Aussi le régime d’historicité se présentait-il comme un instrument pour interroger les diverses expériences du temps, mieux même, les crises du temps, c’est-à-dire ces moments, nommés « brèches » par Hannah Arendt, où l’évidence du cours du temps vient à se brouiller. Par régimes d’historicité, j’entends donc les modalités d’articulation des catégories du passé, du présent et du futur. En usant de cet instrument, on peut comparer des crises du temps dans le passé et dans le présent que nous vivons. Ce présent contemporain, le nôtre, diffère-t-il, et si oui, en quoi, d’autres présents du passé ? Cette crise du temps (repérée depuis plus de vingt ans) a-t-elle quelque chose de spécifique ? Les expériences contemporaines du temps gagnent-elles en intelligibilité si l’on risque l’hypothèse d’un nouveau régime d’historicité ? Telle a été ma démarche. J’ai proposé de parler de présentisme pour qualifier l’expérience contemporaine du temps, soit un présent omniprésent. Si 1789 avait installé le futur au poste de commandement, la fin du XXe siècle, en Europe au moins, a peu à peu intériorisé la perception d’un avenir se fermant. 1989 a bien marqué la chute du Mur de Berlin et de l’empire soviétique mais n’a pas « libéré » l’avenir. Entre ces deux dates symboliques, dans l’intervalle de ces deux siècles, on peut suivre la grandeur et la décadence du futur. Du futur « radieux » au futur menaçant.

3Pourquoi régimes plutôt que formes (d’historicité) ? Et pourquoi régimes d’historicité plutôt que régimes de temporalité ? Régime : le mot renvoie au régime alimentaire, au régime politique, au régime des vents ou encore au régime d’un moteur. Ce sont là autant de métaphores, évoquant des domaines passablement différents mais qui ont, au moins, en commun de s’organiser autour des notions de plus et de moins, de degré, de mélange, de composé et d’équilibre toujours provisoire ou instable. Un régime d’historicité n’est ainsi qu’une façon d’engrener passé, présent et futur ou de composer un mixte des trois catégories, justement comme on parlait, dans la théorie politique grecque, de constitution mixte (mêlant aristocratie, oligarchie et démocratie, un des trois composants étant de fait dominant). Il y a un régime ancien où le passé est la catégorie prépondérante : pour comprendre ce qui advient et pour agir, on commence par se tourner vers le passé, et l’histoire suit l’ancien et longtemps puissant modèle de l’historia magistra vitae. L’intelligibilité provient alors du passé. Le régime moderne marque un renversement : il est futuriste. Désormais, la lumière vient du futur, l’expérience du temps est portée par le progrès et l’histoire devient processus. Elle s’écrit en allant du futur vers le passé : la nation, le peuple, le prolétaire est son telos, son but et sa fin, mais aussi la raison de son mouvement. Mais quand, comme à l’heure actuelle, le futur perd de sa force d’entraînement, disparaît de l’horizon, le présent tend à devenir à lui-même son propre ou son seul horizon. S’instaurerait alors un régime (inédit) : celui du présentisme.

4Un régime d’historicité est donc un artefact idéaltypique que valide sa capacité heuristique. Sont à l’œuvre, en revanche, des formes de temporalités locales, spécifiques (qu’il s’agisse d’un groupe humain, d’une institution, d’une discipline, d’une évolution technique). À un moment, un type d’expérience du temps, une forme de temporalité deviennent prépondérantes, et il est possible de les subsumer sous l’appellation de régime d’historicité. Ni directement consigné dans les almanachs ou les annales des contemporains, ni directement observable, le régime d’historicité n’existe pas à l’état pur, mais il est construit par l’historien. Il ne convient pas de le rabattre, par exemple, sur les instances de naguère : un régime venant à succéder mécaniquement à un autre, qu’on le fasse descendre du ciel ou monter de la terre. Il ne coïncide pas avec les époques (au sens de Bossuet ou de Condorcet), ne se confond pas avec les problèmes de périodisation, et ne se calque nullement sur ces grandes entités incertaines et vagues que sont les civilisations. Rien ne le confine au seul monde européen ou occidental. Il a, au contraire, vocation à être un instrument comparatiste : il l’est par construction (universelles sont, en effet, les catégories de passé, présent et futur).

5Selon que vient à dominer la catégorie du passé, du futur ou du présent, il est bien clair que l’ordre du temps qui en découle n’est pas le même. De ce fait, certains comportements, certains modes de pensée et d’action, certaines formes d’art, d’architecture, d’écriture, certains modes de justification sont davantage possibles que d’autres, en phase ou décalés, en plein dans l’air du temps ou inactuels. Les façons d’écrire l’histoire, les questions posées, les sujets traités de préférence en sont directement marqués. Le régime d’historicité n’explique pas tout, loin s’en faut, mais il ouvre un questionnement, projette un éclairage, avec pour objectif de rendre mieux intelligible les expériences du temps, hier et aujourd’hui. On peut en faire un usage tantôt large, tantôt restreint : macro ou micro-historique. Il peut éclairer la biographie d’un personnage historique (tel Napoléon, pris entre le régime moderne, porté par la Révolution et le régime ancien, symbolisé par le choix de l’empire et le mariage avec Marie-Louise d’Autriche) ou celle d’un homme ordinaire ; avec lui on peut traverser une grande œuvre (littéraire ou autre), telle les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand (où il se présente comme ce nageur qui a plongé entre les deux rives du fleuve du temps, celle du passé et celle de l’avenir) ; on peut questionner l’architecture d’une ville, ancienne ou nouvelle, ou encore comparer les grandes scansions du rapport au temps de différentes sociétés, proches ou lointaines. Et, à chaque fois, par l’attention toute particulière portée aux moments de crises du temps et à leurs expressions, on vise à faire surgir de l’intelligibilité en plus.

Patrimoine et temps présent

6Le Patrimoine est là, familier désormais, habitué tant de la rhétorique officielle que de nos propos ordinaires. Chaque mois de septembre amène son retour en France sous la forme des « Journées du Patrimoine ». Qu’en dire encore qui n’ait déjà été dit ? Faire part de son agacement à l’endroit du « tout patrimoine » est aisé ; certains n’y résistent pas. L’historien Jean-Pierre Rioux parle de « béquille pour identité souffrante ». Mais reste le pourquoi de cet engouement, à quoi renvoie la lame de fond de la patrimonialisation ? Le Patrimoine a surgi, s’est rapidement imposé, avant de s’installer. Il s’est diffusé dans tous les recoins de la société et du territoire, a mobilisé, a été porté par et a porté des associations multiples, a innervé le tissu associatif, a été institutionnalisé, est devenu un topos du discours politique, a fait l’objet de rapports, d’enquêtes, d’entretiens et d’empoignades. En France et bien au-delà. Le valoriser est devenu une évidence et une exigence d’une bonne gestion (le patrimoine comme ressource). Il s’est démultiplié : l’Unesco s’en est emparé et l’a décliné de multiples façons, en l’inscrivant dans des conventions toujours plus larges et ambitieuses dont le sujet est l’Humanité, le tout à l’enseigne de la préservation et, depuis peu, du développement durable. Un peu partout, il a inspiré des politiques urbaines qui ont mis en avant la réhabilitation, la rénovation et la réappropriation des centres historiques ou de friches industrielles. Des professionnels en ont fait leur raison sociale. Des chercheurs d’horizons divers l’ont scruté, accompagnant et informant sa montée en puissance, faisant son histoire, explorant ses significations, s’interrogeant aussi du même pas sur leur propre discipline. C’est ce qu’on a appelé parfois le moment réflexif : ce temps d’arrêt, de regard en arrière sur le chemin parcouru, mais aussi l’expression d’une perte d’assurance, voire de désorientation. Que faire ?

7Aujourd’hui, la phase ascendante et conquérante du Patrimoine est, semble-t-il, achevée. Reflux, non pas, mais on est entré dans l’ordinaire du patrimoine : de l’invention à la digestion. Ce n’est plus le temps des avancées, des fronts pionniers et des manifestes, plutôt celui de la vitesse acquise et des ajustements autour de l’économie du patrimoine et des politiques de communication (des villes, des grands organismes, notamment). Le patrimoine est-il forcément passéiste ? Quand, en 1937, Jean Perrin lança l’idée du palais de la Découverte, il voulait un musée pour créer un lien direct avec le public, mais un musée « gardant un contact vivant avec la Science qui continue à se créer ». On touche là au point clé des rapports au temps : comment un musée peut-il faire place au futur, pas seulement comme horizon, mais activement ? Être une machine, non pas passéiste, mais futuriste ? L’interrogation s’est trouvée relancée, dans les années 1980, autour des écomusées conçus idéalement comme passeurs et producteurs d’avenir. En 1982, Max Querrien annonçait vouloir « faire passer dans notre patrimoine le souffle de la vie » ; tandis que d’autres, du côté de l’Unesco, voulaient le concevoir comme ce qui devrait « permettre à une population d’intérioriser la richesse culturelle dont elle est dépositaire », ainsi que l’exprimait un rapport québécois.

8Le patrimoine est un recours pour temps de crise, avais-je écrit en 2003. Quand les repères s’effritent ou disparaissent, quand le sentiment de l’accélération du temps rend plus sensible la désorientation, le geste de mettre à part, d’élire des lieux, des objets, des événements « oubliés », des façons de faire s’impose : il devient manière de s’y retrouver et de se retrouver. Et plus encore quand la menace déborde sur le futur lui-même (le patrimoine naturel) et que s’est enclenchée la machine infernale de l’irréversibilité. On s’emploie alors à protéger le présent pour, proclame-t-on, préserver l’avenir. C’est là l’extension récente la plus considérable de la notion qui devient opératoire à la fois pour le passé et pour le futur, sous la responsabilité d’un présent menacé, faisant doublement l’expérience de la perte, celle du passé et d’un présent qui se ronge lui-même.

9Inventorier les multiples usages actuels de la notion de patrimoine en fait apparaître aussitôt la plasticité et l’élasticité. N’est-ce pas d’ailleurs le propre de toute notion qui prend au point de devenir un mot d’époque ? Elle fait consensus, tout en emportant avec elle sa cargaison de quiproquos. Nommer quelque chose patrimoine est immédiatement performatif, fait sens quelles que puissent être les motivations pour lesquelles on le fait et les significations que l’on donne au mot. Pour le dire trop vite, le Patrimoine aujourd’hui a surgi entre l’Histoire et la Mémoire. Il relève de l’une et de l’autre, renvoie vers le régime de l’une et celui de l’autre, même s’il est entré de plus en plus dans la sphère d’attraction de la Mémoire. De l’Histoire nous est venu le monument historique : il a pris toute sa place dans une histoire conçue comme nationale et a induit une administration, des formes de savoir et d’intervention qui ont été celles, en France, des Monuments historiques. En parallèle, le musée a soustrait des objets au temps ordinaire pour les donner à voir (pour toujours) aux générations successives.

10Avec le Patrimoine, cette dimension n’a été en rien abandonnée, mais est venue s’en ajouter une autre. Mot d’époque, Patrimoine n’est en effet pas isolé, il s’inscrit dans une configuration plus large aux côtés de Mémoire, Commémoration et Identité. Ces notions, si différentes soient-elles par leurs histoires, leurs registres et leurs usages antérieurs, renvoient les unes aux autres et font en gros système. Elles ont pour trait commun de partir d’un mal-être du présent et de traduire, vaille que vaille, de nouveaux rapports au temps : ce que j’ai nommé présentisme, avec la fermeture du futur et un passé qui ne passe pas. Comme s’il n’y avait plus que du présent. Or le concept moderne d’Histoire, celui d’une histoire processus et développement, incorporait la dimension du futur et établissait, du même mouvement, que le passé était du passé. Il était dynamique. Le patrimoine était alors conçu comme un dépôt à transmettre : à préserver pour être à même de le transmettre. La remise en cause de l’Histoire, son éclipse (momentanée ?) au profit de la Mémoire, devenue le terme le plus englobant qui aspire à lui tous les autres, s’est accompagnée de la montée du Patrimoine, en particulier sous la forme de la patrimonialisation qui vise moins à préserver pour transmettre qu’à rendre plus habitable le présent et à le « préserver » pour lui-même, à son usage. Dans ce patrimoine nouvelle manière, on a l’impression que ce qui fait dès lors question est la transmission elle-même. Le futur n’est en effet plus au rendez-vous et la patrimonialisation tient lieu d’historisation, mais en faisant appel à toutes les techniques de la présentification.

11La construction du néologisme « présentisme » s’est d’abord faite par rapport à la catégorie de futurisme. Pour moi, risquer l’appellation présentisme était, je l’ai rappelé, une hypothèse. Notre façon d’articuler passé, présent, futur n’a-t-elle pas quelque chose de spécifique, maintenant, aujourd’hui ? Qui ferait que notre présent différerait d’autres présents du passé ? Et ma réponse a été affirmative. Oui, il me semble que se laisse saisir quelque chose de spécifique. Se pose alors encore une question ? S’agit-il d’un présentisme par défaut ou d’un présentisme plein ? Avons-nous seulement affaire à un moment d’arrêt, de stase, et puis on va repartir, avec un futur plus ou moins « glorieux », de type futuriste – les probabilités pour qu’on reparte vers un régime de type « passéiste », où le passé redeviendrait la principale boussole, étant quand même limitées – ? Ou bien, ce présent omniprésent (comme on dit omnivore) dans lequel nous sommes est-il un présentisme plein ? Autrement dit, est-ce un mode inédit d’expérience du temps, qui ferait qu’on entrerait – en raison de la tyrannie court-termiste du marché, de la révolution informatique, de l’économie médiatique, des formes diverses de la globalisation et de l’hyper-individualisation qui a modifié nos modèles sociaux – dans un nouveau régime d’historicité dans lequel, durablement, c’est bien la catégorie du présent qui tend à occuper le poste de commandement ? Nous ne le savons pas. À tout le moins, la crise actuelle que nous traversons, financière d’abord, économique et sociale désormais, politique aussi, peut nous fournir un indice. Certes, le présentisme ne suffit pas à lui seul à en rendre compte, mais peut-être est-elle un signe net qu’ont été atteintes les limites d’un présent omniprésent, omnipotent, se présentant comme seul horizon possible, valorisant la seule immédiateté ?

Notes

1 François Hartog (2003), Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Le Seuil, Paris.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540