Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discordance du temps

 | 
Alain Bouldoires
, 
Valérie Carayol

Introduction

Valérie Carayol et Alain Bouldoires

Texte intégral

  • 1 Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. XLVII-XLVIII et XIX-XX.

1Dans son « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss1 », Lévi-Strauss affirme que l’Univers est devenu significatif (sans être mieux connu pour autant), grâce à l’apparition du langage. La parole, en opposition au néant, va prendre place, en appui, comme pour rencontrer le tempo, le rythme qui articule le monde objectif. La parole avance, se répète, marque une réalité finie. Contrairement au silence éternel, elle trace des sillons, opère des retours, des conjonctions, des dissonances… La création d’un temps serait le propre de la condition humaine qui, par la force du langage, dessinerait une image qui commencerait un récit. La catégorie du temps serait la matière première du développement de la connaissance.

2Lévi-Strauss nous invite, avec ces remarques, à accorder au temps une place de choix dans les études en sciences humaines et sociales. Bien que des conceptions diverses du temps et des temporalités sociales aient été élaborées de longue date en sciences humaines, notamment par Kant, Husserl, Simmel, Bergson ou encore Weber, l’introduction d’une réflexion sur les temporalités en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) est assez récente tout en étant encore limitée. L’ouvrage que nous proposons a pour ambition de réunir des textes de chercheurs ayant montré un intérêt pour les notions de temporalité, d’historicité et de rythmes sociaux et de se faire l’écho des recherches qui se développent rapidement dans ce domaine. Il associe des chercheurs en sciences humaines et sociales et en sciences de l’information et de la communication qui se sont particulièrement attachés à développer une réflexion autour de ces notions.

  • 2 Paul Virilio, La Bombe informatique, Paris, Galilée, 1998, p. 19-23, 129-131 et 143-144.

3Les travaux sur la mondialisation ont mis en exergue de nouvelles conceptions ou perceptions de l’espace et du temps. La globalisation des technologies de communication et d’information, l’extension des réseaux, la mise en place d’un système global auraient pour effet de réduire notre perception de l’espace et de modifier les temporalités sociales. Paul Virilio, dans La Bombe informatique2, analyse la dimension politique de ce phénomène. Selon lui, la géostratégie américaine « retourne le globe comme un gant ! […] l’écorce est retournée » : le global, c’est l’intérieur et le local devient l’extérieur. Les lieux de vie, la ville réelle, cèdent le pas à des entités virtuelles. L’espace se dilate sous les effets d’une métapolitique planétaire et le temps nouveau est celui de la simultanéité. Les écrans mondiaux, tout en provoquant un « déni de compréhension », auraient pour effet d’accélérer le temps : « ici n’est plus, tout est maintenant ». Les formules de Paul Virilio décrivent une des formes de la mutation des distances à laquelle nous assistons, qui se développerait en parallèle avec des formes de mutation des temporalités.

4Au temps de l’Histoire, profond, lié à la matière et aux millions d’années nécessaires à la Terre pour se constituer, succéderait un temps superficiel, un temps-lumière, un temps déconstruit, virtuel. Les technologies de l’image contribueraient à mettre en scène un nouvel espace planétaire et une cyber-culture : à la « société du spectacle » s’ajouterait une société de « l’événement médiatique », du buzz, et de nouveaux rythmes sociaux accélérés. La communication générale et instantanée provoquerait une recomposition du temps et de l’espace qui, dans un certain sens, prolongerait l’épisode historique de l’exode rural et le développement des grandes métropoles mondiales. La ville-monde préfigure en quelque sorte le « village planétaire » : rupture avec l’histoire locale et projection dans une post-modernité aux couleurs plurielles.

5Nos instruments dits de communication ont la particularité d’entremêler, de juxtaposer des temporalités parfois au service de la confusion, parfois au service d’un enrichissement du sens. Entre rapprochement et éloignement, présence et absence, notre conception du temps reste un dernier point d’ancrage dans le phénomène contemporain de « virtualisation » des échanges. Les affaires humaines sont justement de plus en plus contraintes par une tyrannie de l’instant, du mouvement en avant, une emprise de l’urgence qui saisit chacun de nous au point de nous faire oublier le rapport à l’espace. Le temps court dans lequel nous vivons réduit notre espace vital tout en nous apportant une extension infinie de notre espace potentiel. Le cours du temps n’est plus le temps du randonneur mais celui des réseaux numériques, non celui de la vie quotidienne mais des actions à « marche forcée » qui foule aux pieds la moindre quête de répit. Courir ne suffit plus, nos prothèses de communication sont des forces de frappe irrésistibles. Notre époque est au jaillissement, au dépassement ; un monde du futur dans le présent, à la mémoire éclatée ; un monde où le temps pour l’accomplissement se raréfie, soucieux que nous sommes du mouvement perpétuel.

6Le laboratoire MICA (Médiation, Information, Communication, Arts), équipe d’accueil de la formation doctorale en Sciences de l’Information de la Communication et en Arts de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, a choisi, comme l’un de ses axes de travail collectif d’interroger les interactions entre dimensions temporelles et communicationnelles. Cet ouvrage est le fruit de cet intérêt et notamment du séminaire « Temporalités et communication » qu’il a organisé.

7Pour démarrer, nous allons suivre deux éclairages qui nous invitent à être attentifs, d’une part, aux rythmes historiques et politiques, d’autre part, aux rythmes médiatiques et communicationnels.

8Rythmes historiques et politiques : François Hartog, historien à l’EHESS, décrit trois grands régimes des sociétés qu’il appelle « régime d’historicité ». Il interroge, en particulier, la notion de patrimoine qui renvoie directement à notre rapport au temps. L’historien et philosophe Pascal Michon place la notion de rythme au cœur des sciences sociales et, se faisant, renouvelle l’analyse des sociétés contemporaines. Il analyse les mutations contemporaines que nous traversons comme le passage d’un monde systémique à un monde rythmique.

  • 3 André Vitalis a dirigé deux rapports de recherche pour le Conseil Régional d’Aquitaine sur la ques (...)

9Rythmes médiatiques et communicationnels : Luiz Martino, professeur à l’Université de Brasilia, interroge l’actualité médiatique comme matrice sociale. En effet, la mondialisation en tant que force motrice devient événement par un phénomène de conversion de l’actualité à la tekhnê, le temps médiatique donnant de nouvelles qualités correspondant à une transformation de sens. Le médium-machine opère une mutation du facteur temps qui marque la contemporanéité de l’histoire humaine. Pour sa part, Jean-François Tétu, professeur émérite à l’IEP de Lyon, s’interroge ici sur les effets des temporalités médiatiques sur le temps vécu. Les transformations techniques renouvellent la question du temps et entraînent des phénomènes qui touchent la culture et la société dans son ensemble. André Vitalis3, professeur émérite à l’Université Bordeaux 3, prolonge cette analyse en mettant en lien vitesse de l’information, hypertrophie du présent et crise de la transmission, la jeunesse étant d’autant plus vulnérable que les modèles traditionnels sont en reculs et ont cédé la place au flux médiatique. Jean-Pierre Boutinet, quant à lui, pointe les défis posés aux adultes par les mutations de temporalités ; transformations qui remettent en jeux l’organisation du monde dans lequel nous vivons.

10Puis nous nous intéresserons aux temporalités médiatiques qui seront abordées plus spécifiquement. Nous nous interrogerons, d’une part, sur les nouvelles pratiques émergentes et d’autre part sur les effets de la dimension interculturelle de ces pratiques.

11La « grand-messe » du soir qu’est le journal télévisé rassemble des millions de personnes à heure fixe. Cet exemple montre que nous sommes amenés à penser les pratiques médiatiques à travers ses liens avec le temps. Ainsi, les consommations et pratiques médiatiques contemporaines nous révèlent de nouveaux rapports au temps. Le « tout communicationnel » semble en effet promouvoir le court terme dans une époque fascinée par l’immédiat. La télévision, la radio, la presse et les technologies de réseaux adoptent et renforcent cette dérive de l’éphémère qui rompt avec une certaine continuité de la transmission. On peut comprendre alors que l’individu soit amené à chercher l’intensité de l’instant par médias interposés, le réel étant devenu relativement ennuyeux. Hors du temps long, la présence s’accompagne de la possibilité de disparaître ; le quotidien peut être répétitif et rythmé par l’audience ; l’insouciance, le divertissement peuvent contrebalancer les lourdeurs de l’actualité, l’expression de soi compenser l’absence de perspectives. Autrement dit, le temps court prend énormément de temps si l’on considère l’omniprésence des médias dans la vie de chacun. De nouvelles offres, plus mobiles et plus ciblées, se mettent en place et devraient se développer dans les années à venir. Elles mettent en scène des temporalités adaptées à des populations bien identifiées.

  • 4 Médiamétrie, 1re semaine, février 2009.

12Selon des études de Médiamétrie4, près d’un quart de la journée en moyenne est consacré aux médias : 3 heures 45 devant la télévision, 2 heures 50 à l’écoute de la radio, 30 minutes pour lire la presse et plus d’1 heure passée sur Internet. Ces usages et pratiques prennent position dans la vie quotidienne et s’insèrent dans les temps dédiés au travail, à la famille, aux loisirs, aux relations, au repos, etc. De plus, la variété de l’offre médiatique recompose de manière radicale la dimension spatio-temporelle. Karine Turcin (Docteur en SIC et Consultante TIC) étudie ce lien entre temporalité médiatique et vie quotidienne : quand utilise-t-on un média, pourquoi, et au détriment, ou en relation avec quel autre temps ? Ses résultats de recherche nuancent les effets d’une individualisation des pratiques :

Face aux données statistiques qui montrent une augmentation de l’usage de la vidéo en ligne « dé-programmée » trois arguments apparaissent en faveur du maintien de l’usage – même partiel – d’une offre dite « programmée » : le choix du « non-choix », la valorisation d’un « temps partagé » au sein du foyer, et l’importance du direct et du collectif dans l’acte de regarder la télévision, notamment grâce au développement de la télévision interactive.

13Laetitia Biscarrat et Mélanie Bourdaa (Doctorante et MCF en SIC à l’Université Bordeaux 3) soulignent les changements dans les pratiques télévisuelles des téléspectateurs provoqués par l’émergence d’innovations technologiques qui introduisent de nouvelles temporalités et, par conséquent, un nouveau rapport au média télévisuel. Grâce aux divers moyens de diffusion en ligne, la réception doit désormais s’envisager comme une boucle sans fin sur des supports de diffusion différents (télévision, Internet, téléphone mobile) et en relation avec d’autres usagers (forums et sites Internet). Les séries télévisées se sont tout particulièrement adaptées à ce nouvel environnement où le temps télévisuel est de plus en plus choisi et où les pratiques sont marquées par l’urgence. Il s’agit de mieux comprendre ce nouvel ordre du temps que les médias mettent en scène et qui nous projette dans un régime d’immédiateté permanente.

14Seok-Kyeong Hong-Mercier (MCF, Université Bordeaux 3) poursuit la réflexion sur cette notion de temporalité télévisuelle qui est bouleversée par l’arrivée de chaînes thématiques et les chaînes d’information continue (temps répétitif et monochronique) ou l’émergence de la télévision mobile (rapidité des modes de consommation). Cette dernière transforme le système de production qui doit s’adapter à la réception sur le téléphone portable. La globalisation de la culture d’une part et les technologies nomades de communication d’autre part, font évoluer dans son ensemble l’organisation temporelle des pratiques populaires.

  • 5 Alain Bouldoires, Nayra Vacaflor, « Repères identitaires et médiations technologiques : de nouveau (...)

15Dans le Web 2.0, certains jeunes, en particulier, trouvent l’opportunité d’une nouvelle expressivité, et développent ce que l’on pourrait qualifier de « pratiques numériques du soi » (en référence à Foucault)5. Ces espaces relationnels, paradoxalement, apparaissent comme des communautés d’un individualisme en réseau qui correspond parfaitement à la culture d’un temps court, fluide et continu. Nayra Vacaflor (Docteur en SIC, Université Bordeaux 3) interprète cette « mutilation » du temps, ces nouveaux usages de la mémoire comme une opportunité. Se mettre en scène, se projeter dans le présent continu, dans l’éphémère, engendre une expression médiatique dynamique et créative. La construction identitaire est moins marquée par la continuité que par la relation, le lien, l’échange qui permet à une culture populaire de trouver de nouvelles formes d’expression.

16Le phénomène diasporique a rapidement profité des progrès technologiques en matière d’information et de communication. Les « minorités ethniques » en Europe vont se saisir des nouveaux médias même si, comme le rappelle Isabelle Rigoni (Sociologue, laboratoire MIGRINTER, MSH Poitiers), les mouvements migratoires, qu’ils soient externe ou interne, ont toujours su s’organiser et trouver des moyens de communication. Son analyse relativise également la montée en puissance du temps court rappelant la continuité et la profondeur historique des « médias ethniques » plus traditionnels qui s’inscrivent dans la permanence du temps long (presse écrite et radio). En effet, ces médias « mobilisent la mémoire collective comme élément de (re)production de l’identité collective et de solidification de la “communauté imaginée” ». Il s’agit bien ici de la transmission d’un héritage historique, cette continuité permettant la cohésion de la population diasporique. À travers certains signes du passé (paysages, monuments, villages, villes…) et la (re)construction d’un discours historique fondateur, une temporalité de type diasporique, marqué par la préservation de la mémoire, est partagée par la « communauté ».

17On ne peut ignorer les effets de la dimension interculturelle. Le temps résulte d’une construction sociale et est organisé différemment selon les pays et leur culture. Le temps consacré aux médias ne cesse de prendre de l’importance mais, selon les contextes, les habitudes temporelles et le type de média consommé présentent des caractéristiques propres. L’analyse de la temporalité oblige donc à penser la pluralité en distinguant perception et élaboration mentale. Dans l’expérience quotidienne, immanence et transcendance se côtoient. Étienne Lakétienkoia Damome (Université Galatasaray, Istanbul) propose d’analyser les radios locales d’Afrique subsaharienne à partir de ces catégories.

18Nous terminerons ce chapitre par une démarche prospective. Suite à la crise économique mondiale de 2008, les médias interviennent dans le sens de la reconstruction symbolique de l’ordre social. Won Lee (Docteur en SIC, MBC, chaîne hertzienne publique, Corée du Sud) interprète cette intervention comme un combat contre les incertitudes de l’avenir, celle-ci conditionnant notre rapport au présent et, au-delà, notre rapport au monde.

  • 6 Valérie Carayol (dir.) (2005), Vivre l’urgence dans les organisations, Paris, L’Harmattan ; id. (2 (...)

19Nous nous intéresserons enfin aux temporalités organisationnelles et à la relation qu’elles entretiennent avec les pratiques de communication. La notion d’urgence, qui peut sembler prééminente et qui est souvent mise en relation avec l’usage de plus en plus important des TIC dans les organisations, ne sera pas au cœur de cet ouvrage : c’est qu’elle a déjà fait, de la part des chercheurs bordelais, l’objet de plusieurs publications6. Ce sont d’autres aspects des temporalités organisationnelles qui seront mises en avant.

20C’est à un phénomène très particulier que s’intéresse Benoit Cordelier (Professeur à l’UQAM, Montréal), la valeur performative des énoncés « non dits » ou encore des « silences » dans l’organisation. La valeur de l’évitement, de la remise à demain d’explications ou de commentaires, la vertu de l’inertie sont ainsi mises au centre de l’attention pour montrer in fine leur valeur performative, l’auteur nous dit bien que « ne pas dire, c’est défaire, voire ne pas refaire. Le silence a en effet, dans certaines conditions, une force performative ». Le cas étudié est celui de la mise en place d’un logiciel de vente dans une entreprise de spiritueux.

21Le travail de prévention en communication est au centre de la réflexion de plusieurs auteurs. L’anticipation et la prévention d’évènements non souhaités sont au cœur de pratiques de plus en plus développées dans le secteur industriel comme celui des services. Le sujet de la prévention des risques est aussi le thème du texte de Taoufik Zinaoui (Professeur assistant à l’École supérieure publique de commerce et de gestion de Casablanca) qui consacre son analyse à la gestion des risques dans le bâtiment en France, un environnement multiculturel au sein duquel les pratiques de communication préventives sont encore très insuffisantes et mal adaptées. La non-prise en compte de l’illettrisme, très important dans la population des ouvriers concernés, des représentations du risque et de la performance, du fatalisme devant l’accident, engendre une inefficacité de la communication des risques. L’auteur plaide pour une meilleure prise en compte des caractéristiques socioculturelles des populations salariées et pour un développement de la variété des supports de communication pour une plus grande efficience des pratiques. Enfin sur cette thématique de la prévention Elgiz Yilmaz (Professeur assistante, Université Galatasaray, Istanbul) évoque pour nous un programme de santé publique turc, de prévention des risques périnataux qui met en œuvre des médias de masse, et toute sorte de moyens de communication publique. Elle défend dans son article la nécessaire coopération entre chercheurs en SIC et acteurs sociaux pour une recherche socialement utile.

22Revenant à des propos plus généraux, Christian Mesnil (MCF, IUT de Calais, Université Côte d’Opale) s’interroge sur l’évolution de notre conception du temps et met en avant la notion de « bien-être temporel », considéré comme de plus en plus précieux et fragile afin de « retrouver le temps de rassembler les morceaux épars » de sa vie professionnelle et privée. Loin de l’idée d’une fluidité totale des temporalités et des modes de vie nomades, il met en avant la nécessité d’une coordination temporelle toujours plus complexe des temps sociaux. « L’interpénétration entre les temps de travail et les temps hors travail entraîne des modes de gestion du temps qui se complexifient et rendent la prévision obligatoire y compris dans la sphère des individus et des familles ». La mode des « bureaux des temps » et de l’organisation de la coordination des horaires publics dans les grandes villes européennes serait le signe de l’avènement d’une nouvelle valeur sociale en cours de développement, le « bien être temporel ».

23Les dernières contributions s’intéressent à ce moment particulier qu’est la nuit dans la vie des organisations et des espaces urbains. Qu’il s’agisse de travail ou de pratique artistique, la nuit dessine de nouvelles frontières sensibles, de nouveaux types de relations et de sensations, des formes de communication plurielles.

24Valérie Carayol, Aurélie Laborde et Nadège Soubiale (Professeur et MCF, Université Bordeaux 3) ont étudié l’activité nocturne d’une caserne de pompiers du Sud-Ouest. Elles font l’hypothèse que des transformations des liens organisationnels se manifestent la nuit, qui peuvent s’appréhender à travers des métamorphoses des identités collectives ou individuelles, des temporalités, des modes de coordination dus aux transformations de la sensorialité et enfin des distances relationnelles et hiérarchiques. De fait, loin d’être une parenthèse systématiquement pénible, la nuit dans la caserne autorise des modalités communicationnelles spécifiques et privilégiées, un lien organisationnel renforcé qui peut contribuer à la mise en sécurité des interventions de jour.

25Ghyslaine Thorion (Docteur en SIC, consultante) fait également des observations sur le lien organisationnel dans le travail « posté » ou en équipe alternantes, qui concernerait 20 % de la population active masculine et 15 % de la population active féminine. Son échantillon regroupe des travailleurs de plusieurs secteurs professionnels. Elle élargit aussi son propos aux incidences en termes de vie familiale et de santé. Le travail de nuit est là encore associé à des modifications des liens relationnels qu’elle examine : il paraît d’autant mieux vécu qu’il est un choix et non une contrainte subie.

26Dominique Blin et Isabelle Cousserand (MCF, Université Bordeaux 3) analysent les pratiques des nouveaux « Explorateurs urbains », ces aventuriers qui s’introduisent la nuit dans des lieux réputés fermés, souvent des organisations, des friches, et qui s’infiltrent dans ces espaces avec « discrétion, rapidité, mimétisme, ruse et réactivité » pour les immortaliser souvent par des photographies. La nuit est leur domaine, qu’ils vivent sous le signe de l’intrépidité, de l’art, de la dissimulation et du risque. Les auteurs distinguent quatre types d’explorateurs : les « explorateurs par procuration » (sur les sites Internet dédiés, où ils laissent des commentaires) ; les « explorateurs occasionnels », visiteurs d’une nuit ; « les touristes », adeptes d’une forme de tourisme industriel exotique organisé par quelques agences ; et enfin les « vrais pratiquants » qui ont des sites Internet propres et diffusent des exposés de leur motivation, leur tableau de chasse et des conseils et astuces pour aficionados. La nuit serait en ville, pour les auteurs, « l’un des derniers espaces de conquête ».

27Nicole Denoit (MCF, Université de Tours) nous emmène aussi dans la ville la nuit pour suivre des artistes qui travaillent dans l’urgence, dans la clandestinité aussi. Elle met les « graffeurs » au centre de la scène, eux qui aiment « le goût de l’interdit, la prise de risque, l’affirmation d’une identité nouvelle qu’il s’agit d’imposer à tous, au grand jour mais sous un pseudonyme ». Comme le dit l’auteur : « Le graffeur est un révolté qui rêve d’un autre monde, attendant la nuit pour le dire secrètement mais en sachant qu’au lever du jour tous les regards le reconnaîtront et admireront celui qui a bravé avec audace et talent les interdits ». Cet art rebelle qui utilise les murs de la ville comme support et la nuit comme scène d’action, offre une intéressante matière à une réflexion sur le besoin concomitant d’anonymat et de reconnaissance de ces artistes en révolte.

Notes

1 Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. XLVII-XLVIII et XIX-XX.

2 Paul Virilio, La Bombe informatique, Paris, Galilée, 1998, p. 19-23, 129-131 et 143-144.

3 André Vitalis a dirigé deux rapports de recherche pour le Conseil Régional d’Aquitaine sur la question des rythmes médiatiques : Temporalités médiatiques et vie quotidienne (2004) et Médias, territoires et temporalités (2007).

4 Médiamétrie, 1re semaine, février 2009.

5 Alain Bouldoires, Nayra Vacaflor, « Repères identitaires et médiations technologiques : de nouveaux espaces relationnels dans les ghettos », in Fred Dervin et Yasmine Abbas (dir.), Nouvelles technologies du soi et (co-)construction identitaires, Paris, L’Harmattan, Questions contemporaines, 2009.

6 Valérie Carayol (dir.) (2005), Vivre l’urgence dans les organisations, Paris, L’Harmattan ; id. (2006), Figures de l’urgence et communication, Communication & Organisation, no 29, juin (numéro issu d’un colloque).

Auteurs

Maître de conférences, Équipe d’accueil MICA (Médiation, Information, Communication, Arts) – Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540