Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 5. Espaces numériques durables et responsabilité citoyenne

Les usages et les enjeux des TIC dans la politique de communication de l’Union européenne

Olivier Le Saec

Index terms

Full text

  • 1 D. Wolton, 1993, Naissance de l’Europe démocratique, Paris, Flammarion, p. 5.

1Bien que l’Union européenne soit devenue un acteur institutionnel international et que « l’ambition européenne constitue une des plus grandes utopies de l’humanité, surtout depuis qu’il a été décidé d’y associer les peuples1 », la faible participation aux élections européennes et le rejet populaire du Traité constitutionnel européen concrétisent l’existence de critiques du projet organisationnel européen.

  • 2 E. Morin, Penser l’Europe, Paris, Flammarion.
    « Quelle Europe ? La construction européenne vue par (...)

2Ces événements témoignent de l’existence d’un questionnement concernant « la légitimité des institutions européennes [qui n’apparaît] pas clairement aux yeux des citoyens2 ». Il est ainsi clair que, comme l’Union européenne se trouve dans un système de communications complexes avec les citoyens, la faiblesse de la participation fait émerger des problématiques liées à la légitimité populaire du projet européen, qui peuvent, à plus ou moins long terme, remettre en cause l’Union européenne dans ses fondements.

  • 3 Commission européenne, « Quelle Europe ? La construction européenne vue par les Français », Flash (...)
  • 4 J.-M. Cotteret, 1997, Gouverner, c’est paraître, Paris, PUF, Quadrige, p. 113.
  • 5 Ibid.

3Une des principales raisons présentées pour expliquer le manque de soutien populaire au projet organisationnel européen a été formulé comme étant le « déficit chronique d’information3 » des citoyens. Cette conception fait référence aux travaux sur « l’utopie de la communication » et tend à conférer une place centrale aux activités de communication dans les sociétés démocratiques, car, il est désormais communément admis que « le système politique qui assure la régulation de l’ordre social dépend principalement de la fonction de communication4, et, que l’extension de l’information a pour conséquence la participation de plus en plus grande du citoyen à la politique qui lui est appliqué5 ».

  • 6 Commission européenne, 2002, L’Europe en Mouvement, vers une Europe de la connaissance, octobre, p (...)
  • 7 E. Dacheux, 2004, Ne pas confondre le symptôme et la maladie. Analyse critique de la politique de (...)

4En parallèle de ces phénomènes, le développement de la « société de la communication » tend à faire appréhender les TIC comme entraînant « des changements économiques sociaux et culturels d’une ampleur jusqu’ici impensable6 ». Les Institutions européennes précisent même que cette « évolution foudroyante des technologies de l’information et de la communication sera synonyme, pour l’union européenne, d’une mutation économique et sociale si profonde qu’on peut déjà parler d’une troisième révolution industrielle7 ».

5Face à ses considérants, nous porterons notre attention sur les usages et les enjeux des TIC dans la politique de communication de l’Union européenne en répondant à la problématique : que nous révèlent les usages des TIC par la Commission européenne sur les enjeux de la politique de communication l’Union européenne ?

6L’étude des principes organisationnels de la politique de communication de l’Union européenne nous permettra de prendre conscience de la « marge de manœuvre limitée » de la Commission européenne pour communiquer avec les citoyens. Ensuite, nous prendrons connaissance des usages des TIC dans la politique de communication de l’Union européenne en portant notre attention sur les caractéristiques d’« Europa », le portail Internet de l’Union européenne, et, sur les différents projets de communication de la Commission européenne utilisant des TIC (Debate Europe, EUtube,…).

1. Les principes organisationnels de la politique de communication de l’Union européenne

7Avant de porter notre attention sur les usages des TIC par la Commission européenne, il est important de prendre connaissance des principes organisationnels de la politique de communication de l’Union européenne. Nous réaliserons que la Commission européenne, du fait son statut d’exécutif du système politique européen, a la responsabilité première pour la communication de l’Union européenne. Néanmoins, nous constaterons que les États membres ont aussi une responsabilité certaine dans l’application de la politique de communication de l’Union (B).

La responsabilité de la commission pour la politique de communication de l’Union

8En tant qu’exécutif du système politique européen, la Commission européenne a la responsabilité première de la politique de communication de l’Union européenne (1), et, pour faire face à cette responsabilité, la Commission élabore et organise la politique de communication de l’Union européenne (2).

La responsabilité première de la Commission européenne

9La Commission européenne en tant qu’exécutif européen se retrouve en charge de l’organisation et de la réalisation de la politique de communication de l’Union. Il découle de cette situation le fait que la Commission à la responsabilité première de l’ensemble des activités de communication de l’Union européenne vis-à-vis des autres acteurs institutionnels européens.

  • 8 Commission européenne, 2005, Plan d’action de la Commission relatif à l’amélioration de la communi (...)

10Pour répondre à cette responsabilité, la Commission a regroupé l’ensemble des fonctionnaires travaillant sur les activités de communication de l’Union au sien d’une même entité organisationnelle, la Direction Générale pour la Communication. Cette Direction générale regroupe plus ou moins 600 fonctionnaires, et, l’existence d’un « problème de communication » avec les citoyens a conduit « cette Commission à [faire] de la communication l’un des objectifs stratégiques de son mandat, la reconnaissante pleinement comme une politique à part entière8 », au point de confier la responsabilité de cette Direction générale pour la Communication à un vice-président de la Commission européenne en 2004.

L’élaboration et l’organisation de la politique de communication de l’Union européenne par la Commission

11Du fait de sa responsabilité première pour la communication, la Commission européenne se retrouve avec l’obligation d’élaborer et d’organiser la politique de communication de l’Union européenne.

  • 9 Commission européenne, 2002, Une stratégie d’information et de communication pour l’Union européen (...)
  • 10 Ibid., p. 22.

12Dans ce but, la Commission a en charge de « développer une stratégie de communication correspondant à chaque thème d’information prioritaire (messages, cibles, moyens d’action, calendrier, budget)9 ». C’est sur cette base de travail que « la Commission [propose] au Parlement européen et aux États membres de travailler ensemble pour la mise en œuvre des décisions prises au niveau du GII10 », le Groupe inter-institutionnel pour l’information regroupant les représentants du Parlement européen, de la Commission, et des États membres de l’Union.

13Ainsi, nous voyons que la Commission a l’obligation d’élaborer la politique de communication de l’Union européenne, laquelle sera « validée » collectivement par les autres acteurs institutionnels européens tels que le Parlement européen et les États membres de l’Union.

La responsabilité des États membres pour la politique de communication

14Néanmoins, bien que la Commission européenne soit la responsable première pour la politique de communication de l’Union, les documents de travail de l’Union européenne nous permettent de mettre en avant l’importance du rôle des États membres dans la mise en œuvre de la politique de communication déterminée collectivement dans le cadre du Groupe Interinstitutionnel pour l’Information.

15Ainsi, nous allons prendre conscience que la réalisation de la politique de communication de l’Union européenne dépend de la responsabilité et de la volonté des États membres d’appliquer de la politique de communication dans les territoires nationaux (1). Et, de surcroît, nous allons aussi constater que la Commission européenne demeure dans l’incapacité de contraindre les États membres d’appliquer la politique de communication de l’Union européenne (2).

La responsabilité des États membres pour l’application de la politique de communication

16En 2002 et 2004, les travaux sur la réforme de la politique de communication de l’Union européenne ont permis une clarification des compétences entre les acteurs institutionnels européens. Ces travaux de réforme ont permis d’apporter des précisions sur la participation des États membres dans le Groupe inter-institutionnel pour l’information (GII) pour l’élaboration collective et pour la mise en œuvre de la politique de communication de l’Union. Donc, grâce à ces travaux de réforme, il apparaît une responsabilité certaine des États membres de l’Union européenne pour l’information des citoyens sur l’Europe.

  • 11 Ibid., p. 21.

17Ainsi, il apparaît que les Directions de l’information de chaque État membre ou de chaque Gouvernement national participent à l’élaboration collective des plans de communication développés en partenariat avec les autres Institutions européennes. Ces Directions de l’information des États membres ont un rôle de premier plan à jouer dans l’élaboration et dans la mise en œuvre nationale des différentes campagnes de communication de l’Union puisqu’il s’avère que « sans le soutien actif des autorités nationales ou régionales les Institutions européennes demeureront dans l’incapacité d’atteindre ou de sensibiliser le citoyen lui-même11 ». Donc, nous voyons qu’il est clairement mis en évidence la responsabilité des États membres dans l’élaboration et dans la réalisation de la politique de communication de l’Union. Ainsi, nous pouvons constater la responsabilité des États membres dans le « déficit chronique d’information » sur l’Union européenne.

L’incapacité de la Commission de contraindre les États membres d’appliquer la politique de communication

  • 12 Ibid.

18Néanmoins, l’obligation des Directions de l’information des États membres d’appliquer la politique de communication est à relativiser quand il est clairement mis en évidence que « chaque État membre demeure libre de souscrire ou non à la stratégie ou aux messages proposés12 ».

19Ainsi, il apparaît que les États membres ont une grande « marge de manœuvre » vis-à-vis de la Commission européenne pour la réalisation de la politique de communication de l’Union déterminée collectivement ultérieurement. Et la Commission n’a pas le pouvoir de contraindre les États membres de réaliser la politique de communication de l’Union européenne sur les territoires nationaux.

20Alors, nous pouvons voir confirmer la « marge de manœuvre limitée » de la Commission vis-à-vis des États membres pour appliquer la politique de communication quand nous constatons que

  • 13 Commission européenne, 2001, Un nouveau cadre de coopération pour les activités concernant la poli (...)

les États membres ont réagi diversement aux avances de la Commission concernant les conventions ; certains ont accueilli ces propositions avec enthousiasme et souhaiteront vraisemblablement développer et exploiter l’idée. D’autres ont accepté de participer dans le cadre d’objectifs étroitement circonscrits (par exemple, la campagne d’information sur l’Euro) et limités dans le temps ; il se peut qu’ils acceptent d’envisager d’autres questions telles que l’élargissement. Seuls deux États membres n’ont encore accepté aucune convention13.

  • 14 Ibid.

21Suite à l’élection des membres du Parlement européen en 2004, à laquelle moins d’un citoyen européen a participé, confirmant l’existence de difficultés en terme de légitimité populaire de l’Union européenne, la Commission a proposé « un nouveau cadre de coopération pour les activités d’information et de communication de l’Union européenne14 », afin de développer la coopération inter-institutionnelle pour l’information des citoyens. Mais, bien qu’étant l’exécutif européen du système politique européen, sa marge de manœuvre s’avère toujours très limitée pour contraindre les États membres d’y adhérer et d’appliquer la politique de communication de l’Union européenne.

22Donc, nous pouvons constater que nous nous trouvons devant une situation singulière puisqu’il s’avère confier à la Commission européenne, comme pour toute politique publique européenne, la responsabilité première pour la réalisation de la politique de communication, mais, sans lui avoir donné le pouvoir de contraindre les États membres d’appliquer ladite politique déterminée collectivement. Ainsi, nous pouvons constater qu’en ce qui concerne la politique de communication de l’Union européenne que la Commission européenne a une « marge de manœuvre très limitée » vis-à-vis des États membres qui conservent le pouvoir de réaliser ou de ne pas réaliser la politique de communication de l’Union.

2. L’usage des TIC dans la politique de communication de l’Union européenne

  • 15 Commission européenne, 2002, L’Europe en mouvement. Vers une Europe de la Connaissance. Bruxelles, (...)

23En portant notre attention sur l’usage des TIC par la Commission européenne, nous réaliserons que les Institutions européennes appréhendent l’usage des TIC « comme un changement profond et planétaire [car] il implique de nouvelles manières de communiquer, de nouvelles structures économiques et sociales et de nouveaux modes de gouvernance15 ». Mais, en portant notre attention sur les caractéristiques d’« Europa », le portail Internet de l’Union européenne (1), et, sur les différents projets de communication de la Commission utilisant des TIC (2), nous pourrons aussi appréhender l’usage des TIC comme une tentative de « dépassement » des États membres pour la réalisation de la politique de communication de l’Union.

Europa : le portail internet de l’union européenne

  • 16 Commission européenne, 2001, Livre blanc sur la gouvernance européenne. Commission européenne, COM (...)

24Le site Europa a été lancé en février 1995, lors de la réunion ministérielle du G7 sur la société de l’information organisée par la Commission à Bruxelles, « son but initial était de devenir un instrument s’inscrivant dans la politique de transparence des Institutions de l’Union européenne16 ».

25Depuis sa création, Europa offre un nombre croissant d’informations actualisées sur tous les aspects de l’intégration européenne, et, il intègre l’ensemble des informations diffusées par les Institutions européennes. À l’heure actuelle, le site Europa est, avec plus de six millions de documents, l’une des plus grandes bases d’information au monde.

  • 17 Commission européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe par l’Internet ; Faire participer les citoye (...)
  • 18 Commission européenne, 2002, Rapport général de l’Union européenne de 2001, Bruxelles.
  • 19 Ibid.

Il est consulté quotidiennement par 500 000 internautes, parmi lesquels des juristes, des universitaires, des journalistes, des étudiants, des chercheurs, des ONG, des entrepreneurs, des organisations professionnelles, des fonctionnaires et d’autres citoyens intéressés17. Pour être plus précis, nous savons qu’entre novembre 2000 et novembre 2001 environ 500 millions de documents ont été consultés ou téléchargés depuis ce site18, et, les utilisateurs principaux ont été le monde des affaires, les administrations nationales, les universités, les organisations non gouvernementales et les médias19.

  • 20 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. (...)

26Rapidement, ce site Internet est devenu le portail Internet de l’Union européenne en devenant la principale référence pour les informations sur l’Union européenne, ses activités et ses politiques. Et, en 2001, « la Commission a adopté la communication sur EUROPA II, qui a placé l’Internet au centre des activités de communication dans le contexte du programme Commission en ligne20 ».

  • 21 Commission européenne, 2001, Vers la commission en ligne : Europa 2e génération, Service presse et (...)
  • 22 Ibid.
  • 23 Commission européenne, 2001, Livre blanc sur la réforme, Bruxelles.

27Néanmoins, la Commission a constaté que les possibilités d’interactivité qu’offre Internet restent peu exploitées, et que le site de la Commission risque fort d’éclater en un labyrinthe de sites dispersés21. Alors, en raison de la valeur stratégique d’Europa dans la politique de communication de l’Union, la Commission a défini un plan de marche pour la réalisation « Europa deuxième génération », visant « la mise en place de sites Web de la deuxième génération fournissant la qualité de service attendue d’administrations modernes22 ». Par ce plan de marche pour la réalisation de « Europa deuxième génération », il fut admis que « la Commission doit être dans le peloton de tête en ce qui concerne la mise en œuvre des techniques faisant appel à l’Internet, car il n’y a pas d’autre voie de salut pour faire face à l’accroissement de la demande et pour offrir un service vraiment digne de ce nom23 ».

  • 24 Commission européenne, Vers la commission en ligne : Europa 2e génération, Service presse et commu (...)
  • 25 Ibid., p. 5.

28Pour répondre à ces objectifs, en mars 2004, le site Europa est devenu accessible en vingt langues, même si la prédominance de l’anglais s’avère être une réalité. La législation communautaire a été traduite dans les langues 23 langues officielles de l’Union européenne, et d’autres pages d’information générale dans les nouvelles langues ont été rendues accessibles dans le but qu’Europa reste « un point de référence européen important pour l’information sur les questions communautaires, complétant ainsi les sites des administrations nationales24 ». Et, de plus, afin de réaliser ces objectifs, il est souhaité « la mise en place d’Europa II […] la deuxième génération de sites Web, offrant les services d’information, de communication et de transaction, exigés par la cyber-commission et le Livre blanc sur la réforme25 ».

  • 26 Ibid., p. 5.
  • 27 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. (...)

29Donc, nous pouvons nous apercevoir que, par l’utilisation d’Internet et par la création d’Europa deuxième génération, qui a pour but la création de la cyber-commission26, la Commission met en avant le fait qu’Europa est devenu l’outil central de la politique de communication de l’Union européenne. Mais, néanmoins, il demeure important de préciser qu’« EUROPA reste encore méconnu de la majorité des citoyens de l’Union27 ».

Les différents projets de communication de la commission utilisant des TIC

  • 28 Ibid., p. 6.
  • 29 Commission européenne, Livre blanc sur la réforme, op. cit.

30Au-delà d’Europa, qui reste « trop cantonné dans la diffusion unidirectionnelle et à grande échelle d’informations [...où] il n’y a que peu d’interaction, de coopération ou de collaboration entre les utilisateurs, qui trouvent la navigation sur le site difficile28 », les Institutions européennes ayant comme objectif que la « commission [soit] dans le peloton de tête en ce qui concerne la mise en œuvre des techniques faisant appel à l’Internet29 », la Direction générale pour la communication de la Commission européenne a lancé différents projets faisant appel aux Technologies de l’information et de la Communication (forums, blogs,…). Et, les projets de communication faisant appel aux TIC les plus développés s’avèrent être le projet « Debate Europe » permettant aux citoyens de débattre en ligne (1), et le projet « Eu Tube » (2).

Le projet « Debate Europe » ou la tentative de débattre de l’Europe en ligne

  • 30 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. (...)

31Suite aux débats lors du référendum pour la ratification du Traité constitutionnel européen en France en 2005 et suite au « non » des Irlandais, la Commission a constaté qu’« alors que la Commission participe souvent à des conférences et des débats dans le monde physique, elle est comparativement absente de la toile, ses activités en ligne se limitant dans une large mesure au site Europa30 ».

  • 31 Ibid., p. 13.
  • 32 Ibid., p. 1.

32Ainsi, bien qu’Europa soit l’un des plus vastes sites Internet au monde, « le niveau d’interactivité [d’Europa] est très faible, et les consultations en ligne de la Commission tendent à être statiques et ne suscitent pas suffisamment l’attention des internautes31 ». Alors, afin de répondre à cette situation, il fut admis que « l’Internet [pouvait] aider les institutions communautaires à comprendre l’opinion publique en favorisant un débat public véritablement européen sur des thèmes communs, discutés ouvertement et en temps réel par des personnes de différents pays se reconnaissant mutuellement comme citoyens de l’Union ayant un intérêt légitime dans le débat32 ».

33Donc, la Commission décida de développer la création d’un site Internet afin de débattre sur l’Union européenne « Debate Europe ». Ce site Internet a comme objectifs d’écouter les citoyens et d’engager un dialogue avec eux dans des forums en ligne, ouvert à tous les citoyens, permettant de connaître l’avis du grand public.

34Ce site de débat en ligne fut lancé, et, est géré par la Direction C, Communication Multimédia, de la Direction générale pour la Communication de la Commission européenne. Certains fonctionnaires de cette Direction générale interviennent en tant que modérateurs des forums en ligne. Ces forums en ligne permettent aux participants de communiquer entre eux et avec des membres du personnel des Institutions européennes sur des thématiques liées à la démocratie et aux politiques de l’Union. Ainsi, dans les forums du site « Debate Europe », l’ensemble des sujets de débats portent sur les principaux enjeux auxquels l’Europe est confrontée tels que le changement climatique, l’avenir de l’Europe, les Consommateurs et la santé, et, différentes thématiques portant sur l’Union européenne en générale.

35Néanmoins, il apparaît que ce projet « Debate Europe » reste encore très peu fréquenté comparativement à l’ensemble de la population des 27 États membres de l’Union européenne. Et, au-delà de la faible participation des citoyens sur les différents forums, à travers l’ensemble des commentaires des participants, nous pouvons constater une certaine grande « culture de la vie institutionnelle européenne ». De plus, sur ces forums en ligne, nous pouvons aussi retrouver l’existence d’un clivage entre les pro-européens et les antieuropéens, tout en constatant une certaine prédominance de citoyens ayant un sentiment pro-européen.

Le projet « EU TUBE »

  • 33 Commission européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe en partenariat, COM(2007) 568 finals, Bruxel (...)
  • 34 Ibid., p. 30.

36Au-delà du projet « Debate Europe », et, toujours dans le contexte de l’après référendum sur le Traité constitutionnel en France et aux Pays-Bas, il fut donc déterminé que l’« Union européenne [devait] renforcer sa présence sur le web en dehors d’EUROPA ». Dans ce contexte particulier, la Commission souhaita « encourager la création d’un réseau de sites web de la société civile et du secteur privé ou public promouvant les contacts avec les citoyens européens ou entre ceux-ci en apportant son soutien à des sites qui accordent une attention particulière aux affaires européennes et stimulant le débat sur les questions de politique communautaire33 ». De plus, face à l’augmentation des demandes d’information et de publications sur l’Union européenne, il fut mis en évidence l’importance de la création d’« une politique d’édition transmédia combinant publications sur papier, sur l’Internet et sous forme audiovisuelle et exploitant les dernières évolutions des technologies de la communication34 ».

37Ainsi, dans le but de répondre à ces objectifs, le Commissaire européen en charge des relations inter-institutionnelles et de la stratégie de communication décida de lancer un projet innovant utilisant les TIC, « EuTube ».

38Le projet « EuTube » aboutit à la création d’un espace dédié à l’Union européenne sur le fameux média en ligne « YouTube ». Cet espace dédié à l’Union européenne offre des informations sur l’Union européenne tout en permettant aux internautes de visionner et de commenter en ligne les vidéos. Ce site « EuTube » regroupe de nombreuses vidéos portant sur l’actualité et les politiques de l’Union européenne. Il regroupe aussi des liens hypertextuels vers le portail Internet « Europa » tout en permettant aux internautes ayant des questions sur les politiques de l’Union de se connecter sur le site d’« Europe Direct » le réseau des relais d’information sur l’Union européenne dans les États membres.

39À ce jour, le site « EuTube » fut visité par plus de 2 millions de personnes et plus de 22 000 vidéos fut visionnées. Bien que ces chiffres soient relativement bas en comparaison aux autres documents et vidéos consultés sur « YouTube », néanmoins, ils confirment qu’il existe une certaine attente des internautes vis-à-vis de l’Union européenne. Ainsi, le projet « Eutube » peut être appréhendé comme un faible succès en termes de consultation et de fréquentation de masses par les internautes, mais, ce projet s’inscrit totalement dans la politique de communication de l’Union et répond à la stratégie d’augmenter la visibilité de l’Union européenne sur « la toile » pour permettre aux citoyens de s’informer.

Conclusion

  • 35 M. Crozier, E. Friedberg, 1977, L’Acteur et le Système. Les contraintes de l’action collective, Pa (...)

40Bien que la Commission soit la responsable première pour la politique de communication de l’Union européenne, face à l’importance du rôle des États membres dans l’application de la politique de communication de l’Union, nous pouvons constater l’existence d’une responsabilité collective et partagée par les acteurs institutionnels européens pour la communication avec les citoyens. Ce constat nous fait appréhender l’Union européenne, comme toute entreprise collective, comme un construit, un consensus entre des acteurs « qui poursuivent, chacun des objectifs divergents, voire contradictoires35 ».

  • 36 Ibid., p. 403.

41Alors, nous pouvons déduire que les problèmes de communication de l’Union européenne sont révélateurs du rapport de force existant entre les deux construits organisationnels que sont l’Union européenne et les États Nations, car nous savons que « le nouveau construit collectif ne peut s’élaborer qu’à partir du construit collectif ancien qui représente la seule expérience humaine disponible, mais, en même temps, il constitue une rupture de ce construit et ne peut donc s’élaborer que contre lui36 ».

  • 37 Commission européenne, 2002, Une stratégie d’information et de communication pour l’Union européen (...)
  • 38 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. (...)
  • 39 Ibid., p. 5.

42Ainsi, face aux difficultés de la Commission pour « atteindre ou […] sensibiliser le citoyen lui-même37 », nous constaterons qu’en plaçant l’« Internet au centre des activités de communication dans le contexte du programme Commission en ligne38 », alors qu’Internet et les TIC sont conceptualisés comme pouvant « être le moteur de la transition d’une bureaucratie pesante vers une démarche véritablement tournée vers les citoyens39 », l’usage des TIC dans la politique de communication de l’Union apparaît comme une réponse à l’enjeu de communiquer directement avec les citoyens en structurant autrement le système de communications de l’Union européenne.

43Autrement dit, dans le contexte organisationnel européen, l’usage des TIC dans la politique de communication de l’Union s’avère être une tentative de résoudre le problème de légitimité populaire auquel l’Union européenne fait face en « contournant » les États membres et/ou « gate keepers » pour « communiquer » directement les citoyens.

  • 40 D. Wolton, 1993, Naissance de l’Europe démocratique, Paris, Flammarion, p. 368.
  • 41 Commission européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe par l’internet. Faire participer les citoyen (...)
  • 42 A. Mucchielli, 2000, La Nouvelle Communication, Paris, Armand Colin, p. 193.
  • 43 W. Schuijt, 1972, Rapport sur la politique d’information des Communautés européennes, Parlement eu (...)
  • 44 Commission européenne, L’Europe en mouvement. Vers une Europe de la Connaissance, op. cit., p. 4.

44Donc, puisqu’« il n’y a pas de démocratie sans information et communication de masse40 », nous conclurons que l’usage des TIC dans la politique de communication de l’Union européenne, au-delà de répondre aux enjeux de « communiquer avec les citoyens et [de] renforcer le processus démocratique41 », s’avère être l’utilisation de moyens dits de « communication » […] pour résoudre, le mieux possible, un problème lié à une situation de l’existence42 dans le but d’œuvrer à la naissance, voulue par les traités européens, d’une “Europe organisée et vivante43”, d’une nouvelle société basée sur la connaissance [devant] être ouverte à tous44 ».

Bibliography

Bibliographie

Commission Européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe par l’internet. Faire participer les citoyens, SEC(2007) 1742, Bruxelles, 21 décembre.

Commission Européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe en partenariat, COM(2007) 568 final Bruxelles, 3 octobre.

Commission Européenne, janvier 2006, « Quelle Europe ? La construction européenne vue par les Français », Flash Eurobaromètre, 178.

Commission Européenne, 2002, Une stratégie d’information et de communication pour l’Union européenne, COM (2002) 350 final, 2 juillet.

Commission Européenne, 2002, L’Europe en mouvement. Vers une Europe de la Connaissance, Bruxelles, octobre.

Commission Européenne, 2001, Un nouveau cadre de coopération pour les activités concernant la politique d’information et de communication de l’Union européenne, COM (2001) 354 final, 27 juin.

Commission Européenne, Livre blanc sur la réforme, Document de la Commission européenne.

Commission Européenne, 2001, Rapport général de l’Union européenne, Bruxelles.

Commission Européenne, 2001, Livre blanc sur la gouvernance européenne. Commission européenne, COM 2001, 428 final, Bruxelles.

Commission Européenne, 2001, Vers la commission en ligne : Europa 2e génération. Bruxelles, Service presse et communication, juillet. D (2000).

Cotteret Jean-Marie, 1997, Gouverner, c’est paraître, Paris, PUF, Quadrige.

Crozier Michel, Friedberg Ehrard, 1977, L’Acteur et le Système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Le Seuil.

Dacheux Éric, 2004, « Ne pas confondre le symptôme et la maladie. Analyse critique de la politique de communication de l’Union européenne », XIVème congrès national de la SFSIC, Béziers.

Erdelen W., 2004, « De la presse à imprimer jusqu’au Web », in La science dans la société de l’information, Paris, Publications de l’UNESCO pour le sommet mondial sur la société de l’information.

Morin Edgar, 1987, Penser l’Europe, Paris, Flammarion.

Mucchielli Alex, 2000, La Nouvelle Communication, Paris, Armand Colin.

Neveu Érik, 1994, Une société de communication ?, Paris, Éditions Montchrestien.

Schuijt Wilhelmus, 1972, Rapport sur la politique d’information des Communautés européennes, Parlement européen, 7 février.

Wolton Dominique, 1993, Naissance de l’Europe démocratique, Paris, Flammarion.

Notes

1 D. Wolton, 1993, Naissance de l’Europe démocratique, Paris, Flammarion, p. 5.

2 E. Morin, Penser l’Europe, Paris, Flammarion.
« Quelle Europe ? La construction européenne vue par les Français », Flash Eurobaromètre 178, enquête réalisée en janvier 2006.

3 Commission européenne, « Quelle Europe ? La construction européenne vue par les Français », Flash Eurobaromètre 178, enquête réalisée en janvier 2006.

4 J.-M. Cotteret, 1997, Gouverner, c’est paraître, Paris, PUF, Quadrige, p. 113.

5 Ibid.

6 Commission européenne, 2002, L’Europe en Mouvement, vers une Europe de la connaissance, octobre, p. 4.

7 E. Dacheux, 2004, Ne pas confondre le symptôme et la maladie. Analyse critique de la politique de communication de l’Union européenne, XIVe congrès national de la SFSIC, Béziers.

8 Commission européenne, 2005, Plan d’action de la Commission relatif à l’amélioration de la communication sur l’Europe, 20 juillet.

9 Commission européenne, 2002, Une stratégie d’information et de communication pour l’Union européenne, COM (2002) 350 finals, 2 juillet, p. 22.

10 Ibid., p. 22.

11 Ibid., p. 21.

12 Ibid.

13 Commission européenne, 2001, Un nouveau cadre de coopération pour les activités concernant la politique d’information et de communication de l’Union européenne, COM (2001) 354 finals, 27 juin, p. 13.

14 Ibid.

15 Commission européenne, 2002, L’Europe en mouvement. Vers une Europe de la Connaissance. Bruxelles, octobre, p. 4.

16 Commission européenne, 2001, Livre blanc sur la gouvernance européenne. Commission européenne, COM 2001, 428 final, Bruxelles.

17 Commission européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe par l’Internet ; Faire participer les citoyens, SEC(2007) 1742, Bruxelles, 21 décembre, p. 5.

18 Commission européenne, 2002, Rapport général de l’Union européenne de 2001, Bruxelles.

19 Ibid.

20 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. cit., p. 1.

21 Commission européenne, 2001, Vers la commission en ligne : Europa 2e génération, Service presse et communication, Bruxelles, juillet. D (2000), p. 7.

22 Ibid.

23 Commission européenne, 2001, Livre blanc sur la réforme, Bruxelles.

24 Commission européenne, Vers la commission en ligne : Europa 2e génération, Service presse et communication, op. cit., p. 7.

25 Ibid., p. 5.

26 Ibid., p. 5.

27 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. cit., p. 6.

28 Ibid., p. 6.

29 Commission européenne, Livre blanc sur la réforme, op. cit.

30 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. cit., p. 13.

31 Ibid., p. 13.

32 Ibid., p. 1.

33 Commission européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe en partenariat, COM(2007) 568 finals, Bruxelles, 3 octobre, p. 30.

34 Ibid., p. 30.

35 M. Crozier, E. Friedberg, 1977, L’Acteur et le Système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Le Seuil, p. 21.

36 Ibid., p. 403.

37 Commission européenne, 2002, Une stratégie d’information et de communication pour l’Union européenne, COM (2002) 350 finals, Bruxelles, 2 juillet, p. 21.

38 Commission européenne, Communiquer sur l’Europe par l’Internet. Faire participer les citoyens, op. cit., p. 3.

39 Ibid., p. 5.

40 D. Wolton, 1993, Naissance de l’Europe démocratique, Paris, Flammarion, p. 368.

41 Commission européenne, 2007, Communiquer sur l’Europe par l’internet. Faire participer les citoyens, SEC(2007) 1742, Bruxelles, 21 décembre, p. 3.

42 A. Mucchielli, 2000, La Nouvelle Communication, Paris, Armand Colin, p. 193.

43 W. Schuijt, 1972, Rapport sur la politique d’information des Communautés européennes, Parlement européen, 7 février, p. 20.

44 Commission européenne, L’Europe en mouvement. Vers une Europe de la Connaissance, op. cit., p. 4.

Author

CERIC-Université Montpellier 3, Institut d’Études Politiques de Lille.
lesaecolivier@hotmail.com

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540